La boutique électroacoustique

Poupées mathématiques Dominique Bassal

  • Durée totale: 74:45
  • UCC 771028213092
  • Conseil des arts du Canada • SODEC

Blu-ray: Surround 7.1 (DTS HD Master Audio 9624) + Surround 5.1 (DTS HD Master Audio 9624) + Stéréo (DTS HD Master Audio 9624)

… la démarche est sincère, la musique, bien faite, et surtout qu’elle «donne à voir».

— Pierre-Luc Senécal, EtherREAL, 27 mai 2015

… es neuen Hörerlebnissen zuzuführen…

— Curt Cuisine, Skug, 9 avril 2015

Poupées mathématiques

Dominique Bassal

IMED 14130 / 2014

Quelques articles recommandés

Notes de programme

D’Ubiquité à Poupées mathématiques

Ubiquité (2009) est un album acousmatique à l’état presque pur. Le moteur des pièces était constitué de liens dynamiques entre événements sonores représentant chacun des petits ensembles fermés. Bien sûr, l’emphase mise sur la qualité audio et sur la transparence du mixage pouvaient déjà être considérés comme un effort original, une main tendue vers les auditeurs hors du minuscule circuit habituel. Pour le reste, tant les événements sonores que leurs liens répondaient encore aux exigences classiques du genre. Il s’agissait d’un album sans doute respecté, mais guère écouté, tant il est vrai qu’à force de se soumettre aux diktats d’un genre condamné, on est assuré de n’intéresser personne: ni le public, depuis longtemps blasé de banalités hermétiques, ni les collègues, puisqu’il y a toujours, n’est-ce pas, quelqu’un d’encore plus austère, rigoureux et implacable…

Ubiquité était un album hybride DVD-A / DVD-V. Il s’agissait à l’époque de l’option la plus avancée, mais ni l’un ni l’autre de ces contenants n’étaient vraiment adaptés à la diffusion de musique électroacoustique: le DVD-A était inconnu de la plupart et les lecteurs idoines rarissimes; le DVD-V, quasiment universel, souffrait en 5.1 de niveaux de compression de données taxant lourdement la qualité audio.

Le présent album, Poupées mathématiques (2014), est au format Blu-ray (musique seulement) en 7.1, 5.1 et stéréo, en haute définition et haute résolution (96 kHz / 24 bits, encodage sans perte DTS-HD Master Audio) et constitue, tant en termes d’accessibilité que de qualité, une occasion de diffusion sans précédent pour l’électroacoustique.

Poupées mathématiques initie également un véritable travail d’exploration des voies de sorties hors de l’‘impasse acousmatique’. Car la qualité de son ne peut, à elle seule, faire oublier auprès du public des décennies d’abus d’opacité. Nous connaissons bien les recettes éprouvées: textes de supplication amoureuse, de spleen petit-bourgeois, d’exaltation personnelle; rythmes de danse préhistoriques et combinaisons harmoniques presque toutes inventées au 16e siècle. Les genres musicaux «approuvés» puisent dans ces ressources désuètes à pleines mains, mais elles sont incompatibles avec le propos acousmatique fondamental — toujours valable — qui est un propos de rejet du réel imposé et de construction d’ambiances utopiques, fascinantes et paradoxales.

Sans ces recettes, peut-on intéresser musicalement le cerveau humain contemporain — peut-être le cerveau le plus formaté de tous les temps? Peut-on les recycler, ces points de pression millénaires, ne serait-ce que pour exposer au grand jour leur absurdité renflée, leur sentimentalisme décérébré, leur autoritarisme cynique, leur moralisme élémentaire? Peut-on réconcilier le public avec l’idée d’une créativité d’avant-garde libérée des attitudes sonores «rebelles», des postures branchées et des prétentions intellectuelles en circuit fermé? Le défi de Poupées mathématiques tient donc en quelques mots: rendre plus clair et plus incontournable le seul projet artistique qui vaille la peine d’être entrepris, celui d’éclairer la voie vers la fin de tous les abrutissements.

Dominique Bassal [iii-14]

La presse en parle

Critique

Pierre-Luc Senécal, EtherREAL, 27 mai 2015

«Un sympathisant de gauche, qui éprouve un froid mépris envers les méthodes et idéologies actuelles de l’industrie, […] mais qui a aussi l’oreille qui regimbe à l’écoute des constructions sonores expérimentales et engagés de certains camarades.»

Et vlan! C’est avec cette savate verbale que Dominique Bassal se présentait en décembre 2002, dans son écrit La pratique du mastering. Ingénieur du son reconnu pour son expertise unique en musique électroacoustique, c’est en tant que compositeur que Bassal lançait, en janvier 2014, son deuxième album sur l’étiquette montréalaise Empreintes digitales, la même étiquette pour laquelle il effectue la pratique délicate de «masteriser» les pièces des compositeurs depuis près de 15 ans. Ainsi, égalisation, correction de la dynamique, volume et autres traitements sont apportés afin de «normaliser» au possible l’écoute. De votre salon aux baffles de votre bagnole, la pièce sonnera «pareil».

Avec 13 ans d’expérience et cinquante albums masterisés sous la cravate, Bassal a développé une opinion très critique des conditions d’écoutes et de la faible qualité de production des musiques électroacoustiques. Non seulement la qualité de production de cette musique n’a pas suivi les avancées observées dans la musique pop, mais en plus, le conformisme académique derrière sa réalisation en ont fait un genre répudié par le grand public. C’est donc une véritable croisade idéologique et esthétique à laquelle se livre Bassal, une lutte au nom de laquelle il s’est détourné de l’esthétique purement acousmatique propre à son tout premier album Ubiquités (2009).

«Le second album Poupées mathématiques (2014) représente l’aboutissement d’énormément de questionnement de ma part sur la viabilité réelle de la musique électroacoustique. Pourquoi on fait ça? Pour qui compose-t-on? Sur le plan technique, il faut absolument trouver un format universel haute qualité qui rende justice au contenu, mais il faut également changer le contenu et sortir de notre tour d’ivoire.»

Pour la haute qualité, Bassal a donc choisi de rendre sa musique disponible grâce à un disque Blu-Ray, capable de contenir les 6 pièces de l’album à 96 kHz, 24 bit, et ce, en format stéréo, 5.1 et 7.1. Et pour l’esthétique choisie?

«Il s’agit de rendre le tout plus attrayant pour l’ensemble des gens. Pour faire ça, et j’admets que le processus n’est pas tout à fait abouti, j’ai intégré plusieurs éléments de musique conventionnelle que je composais moi-même et que je modifiais afin qu’il y ait ce cadre mélodique au sein d’un univers électroacoustique. Il y a des bouts de mélodies et de séquences rythmiques en soutien à cette trame narrative qui évoque la science-fiction, les espaces éclatés, tout ce qu’on peut imaginer.»

À l’écoute, on trouve effectivement bien des choses que le compositeur promet. Chaque pièce est traversée par une panoplie d’instruments (carillon, ensemble de jazz et de cordes, violon, contrebasse et j’en passe) tout en étant drapée d’un tissu sonore, parfois enveloppant (merci à la version 7.1) parfois en trame de fond. Bien que le compositeur ait pris l’habitude d’écrire ses notes de programme après la composition, on tisse facilement les liens entre les titres et les univers qu’ils créent. Dans Choraal, un halo de voix désincarnées jaillissent et s’élancent en pétillant, et tout cela semble d’une terrible beauté. Il y a également un jeu important sur les clichés: La main visible est un égarement dans le jazz d’une Noir York City ou du film Birdman, Babylone les regrets est ouvertement une parodie des films américains kitsch aux gros violons et même Broto et sa z’complice est en référence aux vieux films de science-fiction avec ses sonorités plus datées.

Avec cet à-cheval entre musiques acousmatique et instrumentale, plusieurs questions se posent, notamment par rapport à la prochaine direction à prendre. Le compositeur le dit lui-même, il s’agit d’une démarche temporaire, et il souhaiterait que le côté avenant et ouvert de sa musique soit généré par autre chose que des mélodies. En effet, certaines mélodies pourraient être plus recherchées, et les élans acousmatiques volent parfois la vedette par leur force et leur caractère magistral. S’il est vrai que de faire l’équivalence entre accessibilité et mélodie peut sembler naïf, il faut reconnaître que la démarche est sincère, la musique, bien faite, et surtout qu’elle «donne à voir».

Sera-t-elle assez acousmatique pour séduire les puristes? Cela reste à voir, mais le plus important sera de voir si elle ouvre la porte à tous les auditeurs en quête d’une musique à la fois abstraite et accessible.

… la démarche est sincère, la musique, bien faite, et surtout qu’elle «donne à voir».

Kritik: Moebiusbänder und Kirchenglocken

Curt Cuisine, Skug, 9 avril 2015

[…] Ähnliches gilt für Poupées mathématiques von Dominique Bassal, das als Musik-Blu-Ray (Stereo, 5.1, 7.1) veröffentlicht wurde. Der gebürtige Ägypter Bassal, der sich seit den 1970ern mit Elektroakustik beschäftigt, versteht seine aktuelle Werkschau als Gegenrezept zu jenem acousmatic cul-de-sac, den er in früheren Werken eingeschlagen habe. Dennoch dreht sich hier fast alles um die Frage nach der experimentellen Sounderzeugung. Zwar sind Bassels Stücke in ihren Zugängen so umtriebig wie jene von Normandeau, doch erschöpft er sich viel stärker in den bekannten Klang- kulminationsfiguren. Nach einem erstaunlich poppigen Einstieg begegnen uns Fig. C, D und E; nur etwas stärker von (Sound-) Romantizismen durchsetzt. Schon treiben wir mit unserem Raumschiff in Elektrosphärengeknitter, irgendwo ertönt ein Engelschor und eine dislozierte Jazzkapelle spielt atonale Karusselmusik in der Blackworld-Spelunke von Proxima Centauri. Poupées mathématiques ist streckenweise so hörenswert wie Normandeaus Dômes, durchtränkt von derselben Intention, das Genre aufzubrechen, es neuen Hörerlebnissen zuzuführen, aber der Fluch des digitalen Alltags herrscht eben auch hier.

… es neuen Hörerlebnissen zuzuführen…

Blogue