La boutique électroacoustique

À l’ombre des ondes Kristoff K.Roll

  • Durée totale: 63:35
  • UCC 771028211821

••• Masterisation: Pierre Vandewaeter, Studio Lakanal, Montpellier (France)

Ces trois musiques s’écoutent au casque, dans des postures différentes. Elles sont des îlots séparés.

Kristoff K.Roll a le sens de l’intrigue, de la poésie, du sublime. Ils usent de la parcimonie, rationalisant les éléments de discours pour en faire ressortir des ambiances des plus captivantes. Avec son précédent opus publié chez empreintes DIGITALes, Corazón Road, le duo nous avait propulsés dans un voyage en plein cœur de l’Amérique centrale. Cette fois c’est dans le monde de l’intime que s’inscrit le périple, faisant entrer l’auditeur dans d’intimes rêvasseries. On y entend des personnages nous racontant leurs rêves parfois loufoques, confus, rigolos, toujours colorés, offrant un accès à des parcelles d’histoires insoupçonnées. Au sein de ces fables allégoriques se trouvent également quelques longs moments purement texturaux lentement développés, plongeant l’auditeur dans un brouillard en contrepoint introspectif à la narrativité. Une fois de plus, le duo formé par Carole Rieussec et J-Kristoff Camps nous fait entrer dans un univers absorbant.

À l’ombre des ondes

Siestes audio-parlantes

Kristoff K.Roll

J-Kristoff Camps, Carole Rieussec

IMED 12118 / 2012

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Siestes audio-parlantes

Posture

Peu importe l’heure, pourvu qu’on ait un casque!

Prendre le temps de choisir un emplacement où l’œil voyage, où la rumeur ambiante colore l’acoustique.

Il est possible de choisir un lieu très bruyant si l’on dispose d’un casque fermé de bonne qualité.

L’équilibre entre sonorités extérieures et intérieures est au choix des siesteur-e-s.

Chambre, trottoir, hall d’aéroport, balcon, parc, salon, forêt, quai portuaire, impasse, placette… tous ces lieux peuvent accueillir une sieste audio-parlante, tous ces lieux peuvent basculer dans l’art de la nuit en plein jour.

Le regard

Le regard flotte entre le paysage et la membrane des paupières.

Sons et images se déconnectent pour une séance de cinéma sonore intime.

S’allonger totalement — arbre, ciel.

Éviter les vues inertes — plafond.

Rester incliné sur un transat — passants, toits, trafic.

Le regard va et vient.

L’abandon du corps doit permettre l’assoupissement fragmentaire ou total.

Il est possible de tester la sieste à plusieurs, dans ce cas, imaginer un dispositif avec des baladeurs, ou se placer «harmonieusement» autour d’un ampli casque.

À plusieurs, se crée une figure singulière dans le paysage.

Cette figure est un centre rayonnant d’où se diffuse l’endormissement.

Elle devient une incitation publique à la rêverie.

Une fois la situation choisie, le corps placé, écouter pleinement la rumeur environnante puis faire: Play!

Magie du casque

L’auditeur/trice est immergé.e directement, sans médiation de l’espace acoustique, dans le monde sonore. Une mouche vole dans son cerveau, elle devient concrète, il/elle l’envisage totalement. La mouche enregistrée n’est pas dans un espace distant, elle est là, image sonore qui vole dans son oreille.

Un feu d’artifice éclate autour de lui/elle, il/elle est au centre de cette effervescence, il/elle est cette effervescence. Les confusions deviennent possibles, elles sont illusions vraies. Le casque est cette toile de chapiteau sonore intime. Il cadre et laisse passer l’entour.

Le casque est machine à illusions, il amplifie le détournement sonore du réel dans lequel l’auditeur/trice s’est installé.e pour écouter.

Le récit de rêves

Des récits de rêves s’invitent dans ce concert électroacoustique.

«J’ai rêvé»… certains écrivent leurs rêves, d’autres les laissent flotter autour de leur journée, de leur vie, d’autres les racontent. Le rêve n’appartient à personne, il est matière floue, il se répète comme les énigmes. Il est précieuse entité mais ne cesse de se dissoudre en poudre diurne.

Des figures archétypales traversent ces récits, leur résonance est pourtant différente pour chaque auditeur/trice.

Le récit de rêve n’est pas le rêve. Il emprunte semble-t-il la recomposition libre du réel à l’œuvre dans le rêve lui-même. Le rêve est musique concrète, il ignore toute logique causale.

Les sonorités s’enchaînent comme par évidence derrière ces récits, les improvisations empruntent ce même cheminement libre: une mer sous un galop de cheval ponctuée de clous qui tombent, des voix chuchotées surgissant d’une autoroute, une mouche autour d’un moteur dans un patchinko japonais, une respiration sous un néon à côté d’une ruelle passante…

Cette apparente incohérence déclenche un processus de narration libre chez l’auditeur/trice. Clin d’œil au dadaïsme.

Cette narration cherche t-elle à décrypter cette fleur étrange qu’est le rêve? Chaque auditeur/trice l’invente-t-il comme il/elle l’a entendu, texte et matière mêlés?

Il y a comme une équivalence entre la musique concrète et le récit de rêve dont le degré est la liberté. Cette liberté, l’auditeur/trice s’en empare, et sous la possible dictée d’une écriture sonore «automatique», il/elle crée son propre récit.

Ligne de flottaison

Tout au long des jours et des nuits, des bruits frôlent nos corps, puis vient la sieste. Là, les voix sont des perles de rêves. Dans une écoute flottante, les tonalités se fondent, les timbres s’emmêlent, la chair des mots surgit puis s’évanouit — indéfiniment.

Non sans inquiétude des voix flottent, non sans ironie elles s’en vont sous l’évanescence du ressac sonore. Ce qui est dit ne sera dit qu’une seule fois mais qui me parle?

À l’ombre des ondes flotte légèrement au creux des oreilles.

À l’ombre des ondes diffuse des musiques destinées à une situation d’écoute singulière où la somnolence est convoquée.

Pour une bibliothèque de récits de rêve

En résonance à ces siestes audio-parlantes, Carole Rieussec et J-Kristoff Camps vous invite à enregistrer vos souvenirs de rêves que vous pouvez leur envoyer sous forme audio par courriel à kristoffk.roll@free.fr ou les solliciter pour une prise de son particulière.

[v-12]

La presse en parle

  • Fabrice Allard, EtherREAL, 16 juillet 2014
    Un disque tendre, habité, féérique.
  • François Couture, Monsieur Délire, 20 juin 2013
    Du grand art électroacoustique, et la preuve que cet art, parfois si abstrait et cartésien, peut être aussi profondément humain… et rêveur.
  • Wolfgang Kabsch, Musik an sich, 25 mars 2013
    Dieses Tondokument haut einem bei dem Genuss unter Kopfhörer rein klanglich weg.
  • Héctor Cabrero, Le son du grisli, 25 mars 2013
    … c’est l’imagination (je veux dire, le beau bruitage) de Kristoff K.Roll qui nous rattrape.
  • Vito Camarretta, Chain DLK, 25 mars 2013
    The final result is really interesting…
  • multipara, De:Bug, no 170, 1 mars 2013
  • Fabrice Vanoverberg, Rif Raf, no 188, 1 mars 2013
    À écouter impérativement au casque pour être hyper content.
  • Robert Muis, Gonzo Circus, no 114, 1 mars 2013
  • Sven Schlijper, KindaMuzik, 26 janvier 2013
  • Essmaa, 5 janvier 2013
    Les pensées s’envolent. Je n’aurais sûrement pas voulu être ailleurs qu’ici. Dans cette bulle.
  • Julie Bordenave, Stradda, no 27, 1 janvier 2013
    À l’ombre des ondes convie à une plongée intime…
  • Dino, Revue & Corrigée, no 94, 1 décembre 2012
    … fortement recommandée…
  • Cathy Heyden, Mouvement, 15 octobre 2012
    L’écoute au casque permet de vivre un moment privilégié face à soi, temps suspendu, déambulation introspective hors du quotidien.

Critique

Fabrice Allard, EtherREAL, 16 juillet 2014

Kristoff K.Roll est un duo français formé par J-Kristoff Camps et Carole Rieussec que l’on avait eu plaisir à voir en live lors de l’édition 2012 du festival Présences «électronique». C’est la première fois que l’on écoute leur musique sur disque et une surprise de les retrouver chez Empreintes Digitales, une structure québécoise renommée dont nous nous sommes déjà fait l’écho.

À l’ombre des ondes s’inscrit dans le cadre des “Siestes audio parlantes” développées par le duo. Avant tout présentées en live, ces pièces sont faites pour être écoutées au casque, allongé, les yeux mi-clos, déroulant un univers à mi-chemin entre rêve et réalité, conscient et subconscient, dans la brume de la somnolence. Ces travaux ont été présentés à de multiples reprises via un dispositif de 80 casques et autant d’auditeurs qui se sont notamment retrouvés à La Friche la Belle de Mai (Marseille) ou encore dans les jardins du Centre Pompidou—Metz.

Grâce à cet album il est désormais possible de se prêter au jeu de ces siestes à tout moment, chez soi, dans un parc, où encore sur la plage puisque l’on est en pleine période estivale.

Pour être franc, il vaut mieux être conscient quand on rédige une chronique, et nous n’avons pas encore écouté cet album en respectant les quelques conseils fournis par le duo. Pour autant, le plaisir est bien là et l’album se révèle vite attachant avec ces quelques personnes qui nous ouvrent les portes de l’intime en racontant leurs rêves.

À l’ombre des ondes n’est pas un disque comme les autres: le duo construit une musique ambient-concrète, particulièrement douce, feutrée, faite de field recordings, tonalités électroniques et narration. L’auditeur est projeté dans un parc ou jardin, un avion passe dans le ciel, des enfants jouent, les insectes chantent et un homme nous raconte son rêve. Une voix nonchalante, que l’on trouvera familière, sympathique, nous embarque dans les méandres d’un rêve, sa folie, ses revirements improbables, ses incohérences qui apportent à la fois humour et une douce folie. Le rêve débute par un avion au dessus de plantations, faisant écho aux enregistrements ambiants qui semblent être à la fois une illustration et un moyen de brouiller les pistes entre rêve et réalité.

Un train qui passe, des bruits de rue sous la pluie, des murmures sous la résonance de cloches, des pas dans des couloirs et escaliers, écoulement d’eau et clapotis contre la coque d’un bateau, puis un autre rêve, très descriptif, d’une ville imaginaire parcourue de canaux. Certains sont très précis comme ici, d’autres très vagues, flous, presque oubliés par leurs auteurs à l’image de l’hésitant Récit de rêve.

On ne saura pas expliquer pourquoi on est particulièrement sensible à certains rêves, moins à d’autres. L’histoire, la façon de la raconter, la fluidité, l’humour, la voix… Après une superbe séquence d’un néon qui claque, c’est le rêve d’une jeune femme qui retient notre attention, alors qu’elle voit débarquer des amoureux en vélo, en voiture, en deltaplane, avant de se voir investie d’une mission dont elle ne connait pas vraiment le but…

Un disque tendre, habité, féérique.

Un disque tendre, habité, féérique.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 20 juin 2013

Le duo Kristoff K.Roll (Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps) a toujours eu un talent incroyable pour raconter des histoires électroacoustiques. Ce sont des conteurs de sons. Et À l’ombre des ondes est un (autre) grand crû. Ce CD consiste en trois pièces (28, 7 et 27 minutes) conçues comme des «siestes audio-parlantes» à écouter individuellement, au repos, sous casque. C’est ce que j’ai fait. Illusions sonores jouant sur les bruits environnants (un avion qui passe, des conversations de passants, une mouche), traitements acousmatiques, unvers sonores tissés avec finesse pour intriguer le conscient et le subconscient, et, à travers tout ça, des récits de rêves. Du grand art électroacoustique, et la preuve que cet art, parfois si abstrait et cartésien, peut être aussi profondément humain… et rêveur.

Du grand art électroacoustique, et la preuve que cet art, parfois si abstrait et cartésien, peut être aussi profondément humain… et rêveur.

Reviews

Wolfgang Kabsch, Musik an sich, 25 mars 2013

Dieses Duo aus Paris existiert seit 1990 und beschäftigt sich mit elektronischer Klangerzeugung und Klangkunst. Zumindest auf Ihrem neuen Werk À l’ombre des ondes kommt eine Art Spoken Word Komponente dazu. Bevor ich den fast unmöglichen Versuch starte, dieses Werk zu beschreiben eines vorweg: Der Hinweis auf dem Album, es sei für den Kopfhörer gemacht, ist sehr wichtig. Dieses Tondokument haut einem bei dem Genuss unter Kopfhörer rein klanglich weg. Die Sounds, Geräusche und auch musikalischen Fragmente umschwirren einen wie ich es selbst bei Surroundaufnahmen noch nicht gehört habe.

Die Basis der 2 fast halbstündigen sowie dem 7 Minuten Stück sind jeweils surrende und brummende Elektronik. Über diese legt das duo hauptsächlich zwei Komponenten: 1.) eine dezent zusammengesampelte Geräuschkulisse aus Stimmen, Wasserrauschen, Stadtlärm und sonstigem und 2.) sehr angenehm und ruhig gesprochene Textpassagen. Da ich dem französischem leider nicht mächtig bin, kann ich über den Inhalt leider nichts sagen, die Stimmen kommen jedoch klar und deutlich und angenehm gesprochen daher. Zu diesen Hauptkomponenten mischt das Duo dann und wann auch eine seltsame Form der Rhythmik und lässt aus den Geräuschen, Stimmen und Sounds sogar so etwas wie Melodien erwachsen. Keine herkömmlichen, doch der Hörer hat im Gegensatz zu anderen Werken dieses Genres nicht den Eindruck, ständigen Geräuschen ausgesetzt zu sein, sondern einer spannenden Entwicklung folgen zu können. Und zumindest beim ersten Hören zuckt man häufiger Zusammen, wenn dann plötzlich von ganz weit hinten tief dunkle Perkussive Schläge kommen.

Ich möchte diese Scheibe als klangliche Erfahrung anpreisen. Ein perfekteres Kopfkino aus der Welt der Geräusche habe ich bisher noch nicht zu Ohren bekommen. Wie immer bei CD empreintes DIGITALes wird das Release durch das schöne Pappcover + die mit vielen Informationen bestückten Inlays veredelt.

Dieses Tondokument haut einem bei dem Genuss unter Kopfhörer rein klanglich weg.

Critique

Héctor Cabrero, Le son du grisli, 25 mars 2013

À l’ombre des ondes, de Kristoff K.Roll (J-Kristoff Camps et Carole Rieussec), est une invitation à la rêverie. Des hommes et des femmes sont invités sur une méridienne (pour ne pas dire un divan, ce qui ferait de nous, auditeurs, des psys incompétents) à nous parler de leurs rêves.

Il est difficile de raconter des rêves, pour cela il faut choisir les bons mots. Il faut aussi se concentrer pour ne pas être dérangé par le bruit d’un avion qui passe ou par celui de pas sur le gravier. Mais certains n’hésitent pas. Un homme dit qu’il a rencontré Brigitte Bardot pendant la guerre, que celle-ci vendait ses meubles. Une femme raconte son exploration de villes qui n’existent pas. Un autre homme avoue rêver érotique. Une autre femme se souvient avoir perdu ses amis et s’être retrouvée seule dans une ville inconnue… Il y aura d’autres histoires, mon intérêt variera – je m’aperçois que le son de la voix et les intonations (trop «jouées» parfois) peuvent avoir un effet néfaste sur mon attention.

Les ombres sont courtes comme les ondes, même si l’on peut y trouver une certaine fraîcheur. Mais lorsqu’on décroche, c’est l’imagination (je veux dire, le beau bruitage) de Kristoff K.Roll qui nous rattrape. Le bois qui craque, l’eau qui endort, me convainquent de me laisser aller. Une foule parle fort, le soleil est aveuglant. «Je suis photographe d’animaux sauvages ayant pris place dans des voitures». Est-ce le rêve d’un autre étranger ou bien le mien qui commence?

… c’est l’imagination (je veux dire, le beau bruitage) de Kristoff K.Roll qui nous rattrape.

Review

Vito Camarretta, Chain DLK, 25 mars 2013

Headphones become an entrance ticket for a sort of representation within representation by means of this bizarre release by Kristoff K.Roll (J-Kristoff Camps and Carole Rieussec), who focused on so-called dream narrative, not properly on dreams themselves. Their weaving of really immersive field recordings and inoculated frequencies lies on the perceptive threshold between outer happenings (hoo-ha or voices which sounds like coming from wide halls of consciousness before blackout and random dream assemblage, interferences of television broadcasting, traffic noises, chirping birds, barking dogs and so on are so perfectly rendered that listeners are going to experience a really immersive listening) and inner transfiguration which characterizes the half-sleep and dream states during occasional naps from the viewpoint of a napper, so that auditory stimulations get deliberately warped while each napper reports its own dream as a tagline and preface (in French) to the following sonic probing over the three long lasting tracks. Dreams or it’s better to say the deforming lens of dreams look like the real source of sounds, which awakens speechless archetypes, which inhabit inner depths of napper’s mind and resurface from the creases of senses while dozing under the perogla of frequencies. The final result is really interesting and the duo is so aware of it, that Carole and J-Kristoff are planning to buld a proper library of dream narrative by inviting listeners to record their own dream reports and some audio files to request a personal recording session to them. Just check À l’ombre des ondes and submit your file into this bizarre library in case you got intrigued by their odd sound concept.

The final result is really interesting…

Kritik

multipara, De:Bug, no 170, 1 mars 2013

Träume gehören niemandem, so Carole Rieussec und J-Kristoff Camps, Pariser Klangkünstlerpaar, in den Liner Notes ihres zweiten Albums fürs Flaggschiff-Label der Akusmatik. Schon bevor man das Album anhört, spürt man an ihrem Umgang mit dem brillianten, aber strengen Coverformat, dass man sich hier auf etwas Besonderes einlässt. Die Traumerzählungen, deren Aufnahmen diesen drei wunderschönen Klangspaziergängen Schwerpunkte verleihen, beweisen auch, dass Träume allen gehören: Man erkennt sich selbst in ihnen wieder (Französischkenntnisse vorausgesetzt). Dazu führen sie durch vielerlei Räume und Raumschichtungen, bevölkert von gedämpften Stimmen, Landschaftsaufnahmen, weichen Drones, folgt dabei unterschiedlichsten Bewegungen, Schrittgeräuschen, zuweilen brechen elektronische Verfremdungen die Zuordenbarkeit auf. Komponiert für Kopfhörer, dösend, gern an öffentlichen Plätzen, zielen Kristoff K.Roll mit ihrem Feuerwerk von Assoziationen auf losgelöste Sinnlichkeit und verkörpern dabei den natürlichen Zusammenhang von Luc Ferraris Erbe mit Halbschlaf-Musiken von Björks Vespertine über Rancho Relaxo zu DJ Olives Sleep-Serie und überhaupt einer experimentellen Nachtradio-Tradition. Interessant, wie Yannis Kyriakides jüngster Zugang auf dessen “Dreams” weit davon entfernt landet.

Love on the Bits

Fabrice Vanoverberg, Rif Raf, no 188, 1 mars 2013

Du label québécois empreintes DIGITALes nous parviennent le plus souvent des déclinaisons électroacoustiques de belle tenue, une sympathique habitude que confirme À l’ombre des ondes du duo français Kristoff K.Roll. Telle une transition où des field recordings à la Chris Watson, magistralement enregistrés siouplait, s’imbriquent dans les interviews prenantes de quidams racontant leurs rêves (Brigitte Bardot, mission dans les marais ou copine arrosant les plantes), Carole Rieussec et J-Kristoff Camps virevoltent entre les genres. Parfois, le transfert explore des mots en mandarin, (très) majoritairement, la langue de France Culture est à l’honneur. Invités à la réception des deux pièces principales, chacune chronométrée un peu sous les 30 minutes, en sus de la bien plus courte deuxième plage, Luc Ferrari et Pierre Schaeffer doivent sacrément apprécier l’héritage, tapis dans l’ombre et oreilles discrètement ouvertes. À écouter impérativement au casque pour être hyper content.

À écouter impérativement au casque pour être hyper content.

Kritiek

Sven Schlijper, KindaMuzik, 26 janvier 2013

In het kielzog van Pierre Schaeffers klankwereld opereert Kristoff K.Roll, een van de meest bijzondere en voortreffelijke duo’s. De twee maken electro-akoestische muziek waarin improvisatie en field recordings centraal staan en daarbij reizen ze op een dichterlijke manier in geluid. Dat lijkt wellicht academisch, maar deze musique concrète toont een opvallend menselijke en verhalende maat.

Op À l’ombre des ondes presenteren Carole Rieussec en J-Kristoff Camps twee lange delen en een kortere compositie die bedoeld zijn voor beluistering met hoofdtelefoon. En dat eigenlijk ook in steeds wisselende houdingen. De drie stukken zijn nadrukkelijk bedoeld als verschillende werelden.

Toch is op het album weinig tot geen sprake van onsamenhangendheid. Aan de schaduwkant van de golven uit het dagelijks wakend leven staan de dromen in het centrum van de aandacht. Diverse mensen vertellen — spoken word — over hun geslapen avonturen; soms klinkt daarin verbazing, verwondering of verwarring door, een andere keer juist humor. Deze kleurrijke verhalen krijgen gezelschap van zeer spaarzame, onvermoede geluiden die textuur en contrast opleveren binnen en tegenover het narratief.

Waar À l’ombre des ondes afgesloten van de buitenwereld beluisterd wordt, schept het album een universum in geluid en tekst, dat van een dermate indringende poëtische kracht is dat de dromen virtueel ’tastbaar’ of ’waar’ worden. Lopend, zittend of liggend luisteren verandert daadwerkelijk de appreciatie en interpretatie van de gedichten in klank, waardoor de luisteraar op een intrigerend koord balanceert tussen waken en slapen (lees: dromen). Omdat deze dagdromerige caleidoscoop nooit hetzelfde ’beeld’ oplevert, grijp je met bijna kinderlijk genoegen steeds weer terug naar dit album om je mee te laten voeren in een fabelachtige tocht door de verbeelding van het duo, de personen die vertellen en je eigen fantasie.

Critique

Essmaa, 5 janvier 2013

La nuit a commencé à tomber, il y a déjà près de deux heures. On ne devine plus qu’une vague d’un sombre bleu, à l’horizon. Pourtant les volets sont déjà baissés. La télé du voisin diffuse des témoignages, mais je n’entends que «partiellement».. Les sonorités s’estompent dans les murs.

Ce disque est composé de trois compositions structurées sur la mise en son(s) de récits de rêves. Textures sonores, fil narratif, les suspensions de la parole laissent l’auditeur prendre le temps de l’espace. Le temps de s’évader dans son propre univers, en semi-conscience. Car les propos ici ne sont qu’un «prétexte» pour laisser libre cours à notre faculté de réinvention. Une invitation à «partir aussi».

Il fait désormais nuit. Il n’y a plus vraiment de bruits. Seulement un long sifflement. Les pensées s’envolent. Je n’aurais sûrement pas voulu être ailleurs qu’ici. Dans cette bulle.

Les pensées s’envolent. Je n’aurais sûrement pas voulu être ailleurs qu’ici. Dans cette bulle.

Chronique

Julie Bordenave, Stradda, no 27, 1 janvier 2013

Depuis [quelques] d’années, le duo formé par J-Kristoff Camps et Carole Rieussec imagine des siestes audioparlantes, «pièces é[éctroacoustiques pour une posture inclinée»: ces «compositions instantanées issues du paysage} pour 80 corps allongés» appellent un ailleurs restitué par casque dans un lieu propice à l’imaginaire (La Friche de la Belle de Mai à Marseille, les bords du lac de Neuchâtel, le jardin du château de Castries, la cour de l’ancien manège de La Chaux-de-Fonds…). [Un] précédent opus, Corazón Road transportait l’auditeur en Amérique centrale. À l’ombre des ondes convie à une plongée intime, «dans un monde, trouble à la temporalité floue» sereine, envoûtante, l’expérience nous embarque dans des récits de rêves loufoques, des «histoires» de villes plates et de Brigitte Bardot, des sons spatialisés, la fureur d’un train, des rires d’enfants ou un pas cadencé dans le gravier… Le duo entame actuellement une réflexion sur le théâtre sonore, à écouter sur le site kristoffk.roll.free.fr

À l’ombre des ondes convie à une plongée intime…

Critique

Dino, Revue & Corrigée, no 94, 1 décembre 2012

Carole Rieussec et J-Kristoff Camps sont les Kristoff K.Roll qui œuvrent depuis 1990 dans le domaine de ce qu'on appelle l'art sonore. Compositeurs et improvisateurs, voyageurs aussi, militants, ce sont de doux rêveurs électroacoustiques efficaces comme le démontre une discographie sans faille et dont le contenu traduit l’avancé permanente de leurs pratiques et de leurs pensées. Il s’agit ici de la transposition en disque de l’expérience que vous pourriez vivre dans le contexte de leur dispositif des siestes, avec chaise longue et casque d’écoute. Une invitation au voyage de l’autre, celui qui parle, celui qui a mixé… invité d’étranges sonorités. D’ailleurs, il vous est fortement conseillé de vivre chez vous l’expérience telle qu’elle a été pensée: avec un casque sur les oreilles, assis dans une chaise longue… Ainsi vous devenez créateur de votre propre voyage; autorisez-vous à dormir, à rêver le rêve de l’autre… Belle expérience fortement recommandée qui vaut bien des thérapies…

… fortement recommandée…

CD de la semaine

Cathy Heyden, Mouvement, 15 octobre 2012

Après la fresque politique, les carnets de voyage et le portrait, le duo d’explorateurs électroacoustiques Kristoff K.Roll propose avec À l’ombre des ondes une expérience très insolite au travers de trois «siestes audio-parlantes», à savourer en position de dormeur éveillé.

Dans À l’ombre des ondes, disque scindé en trois fragments et fondé sur la mise en son(s) de récits de rêves, Kristoff K.Roll incise les parts d’un intime universel. En invitant l’auditeur à se placer en position de «siesteur», casque sur les oreilles, le duo formé par J-Kristoff Camps et Carole Rieussec souligne la nécessité de s’approcher — aussi bien physiquement que mentalement — le plus possible d’un état prédisposant au songe, proche de la semi-conscience, afin de capter au mieux ces sons «que l’on entend sans en déceler visuellement la cause».

Œuvre de musiciens-conteurs modernes, ce «cinéma pour l’oreille» se décline à la façon d’un documentaire poétique, ouvrant directement sur l’inconscient. Individuelle avec le disque, l’expérience particulière de l’écoute se vit collectivement en concert: 80 personnes allongées, reliées par câbles audio. Les deux artistes, improvisant avec sons et rumeurs environnants, construisent la toile des rêves du public. Les suspensions de la parole laissent l’auditeur prendre le temps de l’espace. L’écoute au casque permet de vivre un moment privilégié face à soi, temps suspendu, déambulation introspective hors du quotidien.

Le fil narratif du souvenir est un processus complexe et les textures sonores lui insufflent toutes ses dimensions. Oscillations, variations de vitesse, filtres, étagements, éclatement des images, spatialisation: la dramaturgie, précise, offre un riche contrepoint aux récits. Bruissements végétaux, résonances minérales, sons urbains… La musique rythme, court-circuite, étire. Les deux arpenteurs confèrent une nouvelle topographie aux reliefs et paysages mouvants, labyrinthe sonore dans lequel se perd la langue. Les témoignages ont le temps de se déployer et de se dissoudre dans les sons pour laisser libre cours à notre faculté de réinvention et agir, comme un charme, sur notre imaginaire.

CD de la semaine en partenariat avec La Gaîté Lyrique.

L’écoute au casque permet de vivre un moment privilégié face à soi, temps suspendu, déambulation introspective hors du quotidien.

Blogue