La boutique électroacoustique

Interstices Ingrid Drese

Couverture: Inés Wickmann (Adagp)
  • Durée totale: 109:48
  • UCC 771028100392
  • Communauté française de Belgique (Direction générale de la culture, Service de la musique)

DVD-Audio — Advanced Resolution: Stéréo (MLP 4824) •• DVD-Vidéo [NTSC, multi-région]: Stéréo (4824) •• DVD-ROM: fichiers MP3 (320 kbps), AAC (320 kbps)

Il y a de solides et beaux moments…

— François Couture, Monsieur Délire, mercredi 1 décembre 2010

Interstices

Ingrid Drese

IMED 10103 / 2010

Quelques articles recommandés

Notes de programme

À propos de Interstices

C’est par ces interstices, quand la conscience — ce présent à soi — s’assoupit; par cet infime intervalle entre deux instants, que surgit ce à quoi on n’avait pas pensé; Errements de la pensée; par les failles ainsi créées, on prête la voix à ces personnages qui règnent sur une existence inconnue.

Trop riches, ces sons, dans toutes leurs existences possibles; je ne puis imaginer toutes leurs résonances; alors, le regard tourné vers l’intérieur, je les vois, tourbillonnants, fuyants, inertes… qui gravitent, louvoient, se traînent mollement, dans un espace poétique en devenir.

Entre songe et pensée, la tête pleine de désirs de sons et d’absolu, on prend la route, sinueuse, accidentée et sans balises; il faut l’apprécier dès à présent, car on ignore tout des instants futurs.

Découvrant le monde acousmatique par l’écoute de Voyage au centre de la tête (de François Bayle), un véritable séisme agit sur moi, émerveillée. L’univers musical — le mien — allait changer; il fallait tout revoir, les références, les repères, les certitudes, les amours. Il fallait faire de la place dans la tête et dans le cœur pour accueillir le nouveau, l’inconnu jusqu’ici.

Et puis, il y a eu Sous le regard d’un soleil noir et Forêt profonde (de Francis Dhomont) données en concert, qui m’ont mis la tête et l’âme à l’envers. Deux expériences profondes et décisives. Et il y eut tant d’autres, tout aussi belles.

Face à cet autre infini donc, celui du monde des sons, peut-on réinventer les règles du jeu, imposer des limites — conscientes celles-ci —, faire des choix, sans cesse? Accepter le vertige, l’errance et l’inattendu?

Ingrid Drese, Bruxelles (Belgique) [ii-09]

D’une étonnante cohésion

Ingrid Drese fait partie des compositeurs qui possèdent un style, une expression personnelle et intime. Voici une musique d’une étonnante cohésion qui semble développer, au cours des œuvres successives, les chapitres d’un long récit, égrenant, titre après titre, les facettes multiples d’une profonde sensibilité, fidèle à elle-même bien que toujours renouvelée. Pas de répétitions, mais le dévoilement progressif d’un attachant monologue intérieur. Par ses choix morphologiques, son écriture ciselée, fouillée, élégante et toujours en mouvement, par ses développements matériologiques foisonnants, ses «figures sur figures» et ses préférences spectrales tournées vers l’aigu — il y a du Bayle ici —, la compositrice nous livre une musique volubile et néanmoins secrète, par moment murmurée, tremblée même, toute en finesse, mais fermement ouvragée, discrète et frémissante à la fois.

Pénétrer cet univers de fourmillements, de bruissements devenant impondérables, c’est découvrir la luxuriance d’un monde complexe peuplé d’«êtricules» — ces brèves molécules sonores dotées d’une vie interne si bien nommées par Michel Chion — et traversé d’éclats subits, comme longtemps contenus.

Parfois inspirée de textes poétiques porteurs de sens et de matière vocale comme ceux d’Étienne Leclerq dans Tout autant ou Marc Jaffeux dans Sept œils sauvages, la musique d’Ingrid Drese introduit aussi subtilement au mystère de Paysage avec miroir, la troublante vidéo d’Inés Wickmann, pour s’effacer bientôt derrière le dit de l’image, l’accompagnant intelligemment avec économie.

Francis Dhomont, Avignon (France) [v-09]

Merci à…

Pour leur confiance et leur aide tout au long de ce parcours, je tiens à remercier Annette Vande Gorne, Francis Dhomont, François Bayle, Daniel Teruggi, Christian Zanési, Robert Normandeau, Denis Dufour, Raphaël de Vivo et Jean-Marie Simonis; pour leur belle amitié et leur complicité Renaud De Putter, Marc Jaffeux, Étienne Leclercq, Thérèse Malengreau, Elizabeth Anderson, Inés Wickmann, Elsa Justel et Marc Moniez.

Ingrid Drese, Bruxelles (Belgique) [ii-09]

Texte de Tout autant

1
Je ne sais pas. Je ne veux pas te déranger. Il y a certainement quelque chose à faire. Ne dis pas cela. Je comprends. Moi-même souvent. D’ailleurs, je te crois. Ne t’imagine pas que je vais rester là. Je voudrais savoir ce qu’il pense. Pourquoi? Je n’ai pas encore donné de réponse. Il faut continuer. Ne pas réfléchir. Laisser le temps. Après, tu comprends, c’est autre chose. Mais, d’abord, je crois que tu devrais. C’est évident. Je suis mieux. Vraiment. Bien mieux.

2
Ici, ailleurs, // les fleurs vivent et meurent, // // mécontentes d’être nées // et contentes d’être encore vivantes.

Étienne Leclercq

Texte de Sept œils sauvages

(Sept œils sauvages, j’en témoigne aujourd’hui, qui savent avant moi la mobilité extrême.) Le sable blanc; le pavot rouge; le regard fixe. «Et lorsque je détourne légèrement mes yeux de la fleur…» Ce liseré bleu-vert aux pétales du pavot rouge.

«J’appelle le spectre bleu-vert image rémanente de la fleur rouge.» —Gœve, Petit système de l’univers, manuscrit inédit

Premier principe de fragilité: Les axes de la Cité ne se croiseront jamais selon un angle contraire à la production rétinienne de couleurs rémanentes. La brume épaisse, le vent du sud, le soleil pâle. «Attends juste un instant qu’il se couche…» L’air humide et chaud, alors, qui dégrade le soleil en disque écarlate.

«Pureté illusoire! L’air, l’eau, l’œil, tout est prisme! Le Trouble cimente l’interstice des choses du monde.» —Lactange, Le très riche livre des éclats

Second principe de fragilité: Les luminaires se placeront derrière les troubles parfaits que la Cité exhale, de sorte qu’ainsi filtrée la lumière se dégrade en phénomènes colorés versatiles.

(Sept récits anciens, qui font constellation en moi: ce sont les «Œils sauvages».)

Une chambre obscure, une bûche pourrie; faiblesse de l’organe. «Je ne vois rien!» Mais bientôt, le bois noir diffuse en auréole une lueur bleutée.

«Mesurer le délai de reconstitution de l’œil nécessaire à la perception des couleurs subtiles, tel a été mon projet.» —Prast, Clef-formule servant à décomposer le composer

Troisième principe de fragilité: Les luminaires intérieurs et extérieurs contrasteront en intensité, afin d’inscrire le temps dans les couleurs des choses, qui émergeront lentement en l’œil, et ne lui seront jamais données.

(Ou, comment ces hommes et femmes, appelés Œils sauvages, comprennent et décrivent bien avant moi les sept Piliers de la mobilité des couleurs.)

Une bougie, une ombre que le soleil en déclin légèrement éclaire. «Je place une feuille blanche pour recueillir l’ombre bleue.» Quelques instants, seulement, pour déceler cet éclat jaune-rouge dans l’ombre bleue.

«Orange, présente, toujours… Oui, la couleur participe de la nature de l’ombre!» —Eudes, À travers le Crépuscule

Quatrième principe de fragilité: Les façades des édifices orientées à l’ouest seront maçonnées en pierres blanches de manière à recevoir l’ombre des luminaires, que le soleil couchant abîmera en couleurs opposées. L’argent poli, le soleil cru, une branche d’arbre dans le vent. «Je te parle de ce plat en argent rayé.» La branche, rapide, ombre l’argent, et se retire, qui dévoile la rayure pourpre et verte.

«Intrication des veinules.» —Listre, Orages et merveilles

Cinquième principe de fragilité: Les façades métalliques des édifices orientées au sud seront gravées de signes ou de lettres dont les vergetures décomposeront l’éclat du soleil méridional en corpuscules irisés.

(Sept petits livres, appartenant à une époque ancienne, dans lesquels les Œils sauvages relatent leur expérience des couleurs volatiles.)

Sinuosité et anneaux du fil d’acier dévidé, les petites images du soleil en miroir. «Je m’éloigne, ensuite, de quelques pas…» Coloration en arc des soleils minuscules réfléchis dans les boucles d’acier.

«Multiplier, puis décomposer.» —Arabin, Lois de désunion

Sixième principe de fragilité: Les vecteurs d’énergie, sur les axes routiers, seront fixés en boucles qui disperseront l’image des choses en halos rayonnants.

(Sauvages, les Œils, hommes ou femmes, car ils ignoraient quelle architecture leurs expériences fortuites des lumières devaient suggérer à celui qui liraient leur récits.)

Le froid et l’haleine, une vitre embuée. «Les petits doigts de Laâse dessinaient dans la vapeur d’eau condensée…» Teintes mouvantes et vives, soudaines, que l’évaporation dissout.

«Plus tenace, la couleur bleue disparut la dernière sous le givre.» —Nîrval, Voyage à travers la tache aveugle

Septième principe de fragilité: L’architecte évitera le blanc, qui est l’éclat opaque du pur transparent: ainsi, le verre, en poudre, broyé; ou l’eau pure, cristallisée. En cela, il imitera le dieu d’Osmie, qui craignait la neige et le givre.

Moi. Lus Carolien, qui a mobilisé les couleurs pour la Cité, écrit cet hommage aux Sept œils sauvages de la littérature du passé.

Marc Jaffeux [xii-00]

La presse en parle

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, mercredi 1 décembre 2010

L’électroacousticienne Ingrid Drese fait dans l’acousmatique et nombre des pièces présentées sur ce DVD-Audio de 110 minutes (son stéréo seulement, fidélité normale) portent l’influence de Francis Dhomont. Il y a de solides et beaux moments, particulièrement dans Papillon, abîme, nuit (très onirique), Plis de la nuit (vraiment très Dhomontesque dans sa plastique) et Sept œils sauvages, quoi que cette dernière contiennent aussi de sérieuses longueurs. Très recommandable, bref.

Il y a de solides et beaux moments…

Blogue