La boutique électroacoustique

Ubiquité Le programme en détail

Rites d’oiseaux pensants

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2001, 08
  • Durée: 14:40
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Une allégorie à l’atmosphère humide, vaguement inspirée — après coup, bien entendu — d’une anticipation lointaine d’Olaf Stapledon (1886-1950), Créateur d’étoiles — traduction française (1966) de Star Maker (1937) —, dans laquelle une communauté télépathique de petits êtres ailés finit par constituer, après l’échec lamentable de l’homme, la quintessence de la création.

L’introduction de la pièce est une préfiguration radiophonique — et donc angoissante — du thème principal. Elle est séparée de celui-ci par un long passage à blanc, fait de vagues concentriques, qui est en fait la glaciale mais nécessaire traversée d’un gouffre temporel chiffré en millions d’années. L’émergence dans ce futur idéal est déstabilisante: c’est un délire fiévreux et orientalisant, qui s’associe malaisément avec l’image sereine que l’on se fait d’une utopie. Dépaysement radical, voire moqueur et insultant, confirmé par une fin qui marie fouillis biologique et cruauté mathématique: coupé de ses repères, privé de contenu édifiant, l’auditeur est abandonné, tous rêves ignorés, sur une grève caillouteuse…

[vii-09]


Rites d’oiseaux pensants a été réalisée en stéréo en septembre et octobre 2001 — le portage au format 7.1 a été réalisé en janvier 2006 — au studio du compositeur à Montréal. Elle a été créée le 7 novembre 2002 lors d’un concert ÉuCuE à la Salle de concert Oscar-Peterson de la Concordia University à Montréal. Les présentes versions — stéréophonique et 5.1 — sont le fruit de deux révisions importantes terminées en novembre 2008 avec la participation de Ian Chuprun puis de Marcelle Deschênes. Rites d’oiseaux pensants a obtenu le 4e prix au concours Jeu de temps / Times Play (JTTP) de la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC, Canada, 2002) et apparaît sur le disque Cache 2002 (PEP 006, 2002).


Création

  • 7 novembre 2002, ÉuCuE: Concert, Salle de concert Oscar-Peterson — Université Concordia, Montréal (Québec)

Distinctions

Noyade en magma

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2001, 08
  • Durée: 10:00
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

«… un être pensant est précipité, par accident ou autrement, au cœur d’une étoile. Loin d’être instantanément vaporisé, il se retrouve, après un premier choc d’une dureté inouïe, ballotté par des courants de magma dont la puissance défie toute mesure, et qui l’entraînent progressivement vers le centre de l’astre. C’est un lieu étrange, et des contacts inattendus sont établis, peut-être par un curieux don de mimétisme musical avec les substrats culturels du noyé. Le voyage vers le centre se poursuit, et avec l’accumulation des pressions, le tracé acoustique ralentit, s’assouplit et s’assombrit, s’apparentant maintenant davantage à celui des fonds marins. La fin de la pièce laisse entrevoir une adaptation mutuelle, voire un début de dialogue entre le noyé et son étoile…»

[vii-09]


Noyade en magma a été réalisée en stéréo en mai 2001 — le portage au format 7.1 a été réalisé en janvier 2006 — au studio du compositeur à Montréal. Elle a été créée — diffusion Francis Dhomont — le 23 juin 2006 dans la cadre du 3e Festival di Musica Acusmatica à l’Auditorium Tiscali à Cagliari (Sardaigne). Les présentes versions — stéréo et 5.1 — sont le fruit d’une révision mineure faite en juillet 2008 sous l’oreille attentive de Marcelle Deschênes.


Création

  • 23 juin 2006, Francis Dhomont, diffusion • Festival di Musica Acusmatica: Francis Dhomont, Auditorium Tiscali — Tiscali Campus, Cagliari (Sardaigne, Italie)

L’inénarrable Nout

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2002, 09
  • Durée: 18:53
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Nout est la déesse du ciel dans la mythologie égyptienne. La pièce L’inénarrable Nout est la relation fouillée d’une seule nuit, véritable veillée nocturne, passée à contempler les étoiles, lesquelles sont d’ailleurs peintes sur le corps sombre et nu de la déesse arc-boutée. Mais on peut à l’inverse entendre ici une expérience de sommeil profond, avec ses moments d’euphorie, ses voyages astraux et ses cauchemars confus et récurrents. Les 70 secondes finales peuvent donc aussi bien représenter la levée soudaine du soleil devant les yeux du veilleur que le réveil radieux de son dormeur parallèle.

Près de 90% du matériau source de L’inénarrable Nout ont été directement générés par un unique patch Max/MSP, et ce, en haute définition audio (96 kHz / 24 bits). Fruit d’une longue collaboration avec le programmeur Olivier Bélanger, ce synthétiseur virtuel développe jusqu’aux limites des ordinateurs actuels le concept alliant les synthèses additive et par modulation de fréquences. Parfois transformés par resynthèse, mais le plus souvent laissés intacts, ces sons se sont pliés au processus d’arrangement et d’empilage massif avec une surprenante facilité. Ce qui en dit long sur la tolérance de l’oreille aux sonorités «volontairement» dégradées couramment imposées par les créateurs de tendances culturelles. Le poncif «less is more», seriné à des générations d’étudiants en musique, pourrait aussi en être affecté…

[vii-09]


L’inénarrable Nout a été réalisée en stéréo en mai 2002 — une première révision superficielle et le portage au format 7.1 ont été réalisés en décembre 2005 — au studio du compositeur à Montréal. Elle a été créée le 10 février 2006 lors d’un concert ÉuCuE à la Salle de concert Oscar-Peterson de la Concordia University à Montréal. Les présentes versions — stéréo et 5.1 — sont le fruit d’une révision substantielle faite en mars 2009.


Création

  • 10 février 2006, ÉuCuE: Concert 13, Salle de concert Oscar-Peterson — Université Concordia, Montréal (Québec)

Mont des borgnes

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2001, 09
  • Durée: 12:52
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Mont des borgnes est une représentation hautement critique de l’expérience du cultisme. Elle s’amorce par l’exposition du prétexte missionnaire contemporain classique: le contexte post-industriel, froid, déshumanisant, marqué par la niaiserie et la superficialité. Mais la période d’ivresse du nouveau converti sera de courte durée: il lui faut maintenant faire l’ascension de la montagne sacrée, le Mont des borgnes, parcours initiatique accompagné de psaumes et d’incantations aussi grotesques qu’ostentatoires. Alors qu’il approche de l’instant de la révélation, le pèlerin commence à subodorer que, derrière l’ersatz grossier de mysticisme, se cache la réalité corrompue et cynique d’une opération plus que profitable. Il est chassé de la communauté pour cause de clairvoyance, et devra maintenant retourner sur ses pas, plus solitaire et plus désespéré que jamais.

La matière sonore de la pièce Mont des borgnes s’est développée sur une longue période. Les sons «harmoniques» ont été générés en 1995 à l’aide d’un Synclavier II, échantillonnés et transformés en 1997 par un échantillonneur e64 d’Emu Systems, et ont commencé à être intégrés à un processus compositionnel trois années plus tard. Des enregistrements de sons concrets, réalisés de 1986 à 2000, sont également utilisés, complétés par des éléments de resynthèse granulaire.

[vii-09]


Mont des borgnes a été réalisée en stéréo en juin 2001 au studio Main gauche à Montréal et terminée au studio du compositeur à Montréal. Une première révision importante a été effectuée en juillet 2004 avec la participation de Ian Chuprun. Le portage au format 7.1 a été réalisé en janvier 2006. La pièce a été créée le 10 février 2006 lors d’un concert ÉuCuE à la Salle de concert Oscar-Peterson de la Concordia University à Montréal. Les présentes versions — stéréo et 5.1 — sont le fruit d’une révision faite en janvier 2009 avec le concours de Marcelle Deschênes.


Création

  • 10 février 2006, ÉuCuE: Concert 13, Salle de concert Oscar-Peterson — Université Concordia, Montréal (Québec)