La boutique électroacoustique

Bird on a Wire II Terri Hron

  • Durée totale: 66:21
  • UCC 781877005366

In 2006, I began working with composers to develop new works for recorder and live electronics. My goal was to drop the instrument into as many of the exciting currents of real-time processing as possible. Each composer provided a different challenge, but drew inspiration from the unique way I play and use my instruments.

The result, Bird on a Wire, was an exciting and varied programme where everything from renaissance chanson to the honking horns of Manhattan floated by. Juan and I premièred the new show at the University of Alberta in October 2008 and then toured across North America. I recorded all the new pieces at The Banff Centre for the Bird on a Wire album released in 2009.

The next phase of the project was to dive into multi-channel diffusion. For this new show, Flocking Patterns, I commissioned eight pieces that explore interactivity in a ‘surround,’ eight-channel environment.

Although this is a solo project, I envisage the new pieces to be trios between my acoustic sound, the loudspeakers and the space. The nature of interaction is at the core of my investigation: which direction is the sound travelling, in our hearing and in space? who/what is controlling whom? what are the flyways and feedback loops?

Bird on a Wire II

Flocking Patterns

Terri Hron

BOW 002 / 2012

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Cléo Palacio-Quintin, Circuit, no 23:2, 9 octobre 2013
    L’interprète est toujours en symbiose avec les extensions électroniques de son instrument qui dévoilent de multiples territoires sonores à explorer.

Critique

Cléo Palacio-Quintin, Circuit, no 23:2, 9 octobre 2013

Interprète et compositrice, Terri Hron explore autant les sons acoustiques qu’électroniques dans des contextes de musiques écrites et improvisées. Ce deuxième disque, consacré à des créations pour flûtes à bec et électronique, fait suite à celui enregistré en 2008 à Banff avec Daniel Porter. Elle avait alors collaboré étroitement avec six compositeurs (Jim Altieri, Ronald Boersen, Peter Hannan, Juan Parra Cancino, Laurie Radford, Peter Swendsen) pour créer des œuvres pour ses flûtes à bec de divers formats, combinées avec des dispositifs informatiques interactifs. Elle récidive avec cette nouvelle cuvée, où elle a invité huit compositeurs à créer des œuvres pour diffusion électroacoustique sur huit canaux. Malgré le fait que ce soit toutes des œuvres solo, l’interprète considère plutôt qu’elle joue en trio, puisque le son acoustique des flûtes entre en relation avec celui des haut-parleurs et avec l’espace de diffusion. La réalisation actuelle du CD est admirablement mixée en stéréo par Amandine Pras du cirmmt, mais afin de mieux rendre cette notion d’espace, d’autres versions des enregistrements ont aussi été réalisées en format ambiophonique 5.1, format malheureusement encore difficile à distribuer. Trois des œuvres (LeBel, Miller et Matthusen) ont été présentées lors d’un concert live@CIRMMT à Montréal le 18 octobre 2012, sur un système complet de huit pistes qui est évidemment privilégié pour toute présentation en concert.

La flûtiste s’entoure ici d’une panoplie de compositeurs aux profils variés qui explorent donc différents aspects du jeu, allant de l’écriture précise à l’improvisation, et développent des systèmes de traitement audionumérique distincts. Plusieurs compositeurs sont à la fois instrumentistes et présents sur la scène new-yorkaise, soit Daniel Blake (saxophoniste et compositeur), Jorrit Dijkstra (saxophoniste et compositeur) et Elliot Sharp (compositeur et multi-instrumentiste), figure centrale de la scène de musique expérimentale de New York. Le réputé compositeur de musique électroacoustique Robert Normandeau est du nombre, ainsi que deux jeunes compositeurs canadiens qui se sont illustrés ces dernières années, soit Darren Miller et Emilie Cecilia LeBel. Deux autres voix new-yorkaises, féminines cette fois, se font aussi entendre sur ce disque: Paula Matthusen et Jenny Olivia Johnson. Chacun des compositeurs explore à sa façon le média électroacoustique, allant du traitement de signal pur (Miller) aux multiples pistes préenregistrées (Johnson), en passant par toutes les combinaisons possibles de sons fixés et traités en direct. Le disque se termine sur une méditation contemplative de Johnson, dans laquelle la flûte flotte sur une riche polyphonie préenregistrée. Avec ses interprétations et improvisations convaincantes, Terri Hron nous prouve avec brio à quel point la flûte à bec, méconnue de bien des auditeurs et créateurs actuels, est un instrument qui mérite vraiment que l’on s’y attarde. L’interprète est toujours en symbiose avec les extensions électroniques de son instrument qui dévoilent de multiples territoires sonores à explorer.

L’interprète est toujours en symbiose avec les extensions électroniques de son instrument qui dévoilent de multiples territoires sonores à explorer.

Blogue