La boutique électroacoustique

Voz Arturo Parra

  • Durée totale: 63:25
  • UCC 722056257527
  • Conseil des arts du Canada

«En espagnol, ma langue maternelle, le mot ‘voz” désigne la voix. Il évoque donc aussi la parole et le souffle, qui renvoient eux-mêmes à l’altérité, au dialogue. Il faut être au moins deux pour qu’une voix prenne son sens. L’un parle; l’autre l’écoute et lui répond peut-être. Les silences entre eux restent habités de leurs voix. […] J’ai composé Voz comme un poème sonore, un soliloque à deux voix, mais aussi comme un corps à corps, un parcours de cordes inextricable. […] Le disque Voz a été conçu pour pouvoir être écouté sans interruption. Ses plages n’étant séparées par aucun silence, l’auditeur peut l’arpenter d’un souffle, ou le ponctuer d’étapes, à sa guise.»

La guitare (ou les guitares, le cas échéant) et les expressions vocales, qui sont produites par l’interprète en temps réel, ont été enregistrées simultanément. Aucune superposition de pistes n’a été effectuée lors du mixage. Tous les sons de ce disque ont ainsi été obtenus par le souffle, la voix et les guitares non préparées, sans aucun accessoire.

••• Masterisation: Dominique Bassal

Voz

Arturo Parra

ACD 22575 / 2007

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Steve Marsh, Classical Guitar Magazine, no 25:6, vendredi 1 février 2008
    There is some extraordinary writing here which I found absolutely fascinating…
  • Réjean Beaucage, Circuit, no 18:1, mardi 1 janvier 2008
    … le résultat ouvre de nouvelles voies d’exploration en musique pour la guitare.
  • Daniel Leduc, Radio-Canada: Guide culturel, vendredi 14 décembre 2007
    Ce disque est un véritable poème sonore…
  • La Presse, vendredi 5 octobre 2007
    … le guitariste espagnol colombien Arturo Parra vous surprendra.
  • Tiina Kiik, The WholeNote, lundi 1 octobre 2007
    Voz becomes a gem in my musical jewellery box!
  • Yannick Plamondon, Le Soleil, samedi 29 septembre 2007
    On est alors amené à travers des paysages sonores où la voix, traitée comme un instrument, se mêle de façon remarquable à l’alchimie des sons.

Review

Steve Marsh, Classical Guitar Magazine, no 25:6, vendredi 1 février 2008

This new, intriguing release from Colombian avant-garde guitarist/composer Arturo Parra is, at times, quite startlingly fearsome and terrifying; I kid you not, this is no exaggeration!

After obtaining his master’s degree in music at the University of Montréal, Parra determined to extend well beyond the “traditional” boundaries of guitar playing and devised some fifty new guitar techniques to enable him to produce the effects required from his compositions. The CD is sub-titled “Pieces for Guitar and Vocal Expression”, the concept being that the music is a symbiosis of various human sounds and the various resonances the guitar is capable of producing. As the two sounds merge together, other sounds seem to develop and the effect is uncanny, at times verging on the supernatural.

Each of the four tracks (played continuously, without any silence between them) are representative of the four elements: earth, fire, air and water, a notion which is not innovative at all, but I doubt if the concept has ever been produced quite like this, certainly not on the guitar. Each movement is split into three segments with the middle one being the lengthiest and most crucial part of the work. The reading and absorption of the lengthy and highly informative sleeve notes are a must if one is to get to the heart of this music.

This programme is not in any way easy to listen to, it is stunningly “dark” a lot of the time, but in the right frame of mind there are surreal worlds to be discovered in the midst of all the cacophony and sound conflictions which are as mesmerising as anything else I have listened to in this ultra-contemporary style.

There is some extraordinary writing here which I found absolutely fascinating, but fascinating in the way one finds oneself watching a catastrophe on the news. Faint hearted readers may be advised to approach Voz with caution and most certainly to listen to with all the lights on and a stiff drink within easy reach. I can only say that I found this disc to be unlike anything else I have in my recorded music collection, certainly a challenge to listen to, but not entirely unappealing in an unexpected kind of way.

There is some extraordinary writing here which I found absolutely fascinating…

Critique

Réjean Beaucage, Circuit, no 18:1, mardi 1 janvier 2008

Le nom du guitariste colombien Arturo Parra est associé à l’univers de la musique mixte depuis son installation au Québec en 1989 (le disque Parr(A)cousmatique, paru chez empreintes DIGITALes en 2002 contient cinq pièces composées en collaboration avec des électroacousticiens, dont plusieurs peuvent aussi être trouvées sur diverses compilations). Sur Voz, c’est bien la guitare acoustique qui est au premier plan, mais comme l’indique le titre du disque, le compositeur-interprète utilise aussi sa voix, et le résultat est souvent très proche, dans son esprit autant que dans son résultat sonore, de ce que peut offrir la musique électroacoustique. Certaines des techniques de jeu développées par le guitariste donnent vraiment l’impression d’entendre des manipulations électroniques (la fin de la pièce Vers la lumière (L’hirondelle) est à cet égard étonnante). L’utilisation de la voix ajoute aussi à cette impression, l’instrumentiste colorant son jeu de chuintements, claquements et de toutes sortes d’autres façons, sans jamais prononcer un mot. Parra indique par ailleurs dans le livret deux moments, dans l’enregistrement, où, «alors que l’instrumentiste n’a pas fait vibrer ses cordes vocales, on croit entendre sa voix.» Il impute cette illusion acoustique à une variété d’algohallucinose, ce phénomène par lequel le corps croit ressentir la présence d’un membre amputé.

Le disque se compose de quatre pièces en trois mouvements, le total desquelles forme un vaste «poème sonore» de 63 minutes dont le livret expose le «chemin» narratif. Arturo Parra y note aussi son intention de fabriquer un «cinéma pour l’oreille», une expression qu’il emprunte aussi au monde de la musique électroacoustique, mais qui s’applique en effet parfaitement à son style. La prise de son et le mixage final de la guitare et des expressions vocales du compositeur ont été réalisés avec soin (par Chris Leon) et le résultat ouvre de nouvelles voies d’exploration en musique pour la guitare.

… le résultat ouvre de nouvelles voies d’exploration en musique pour la guitare.

Voyage dans le temps

Daniel Leduc, Radio-Canada: Guide culturel, vendredi 14 décembre 2007

La maison de disque montréalaise Atma propose des œuvres musicales enregistrées par des interprètes d’ici. De l’époque médiévale aux expérimentations contemporaines, ces disques, placés sous le signe de l’éclectisme musical, sauront satisfaire différentes catégories de mélomanes. […]

Musique contemporaine

Installé à Montréal, l’interprète et compositeur d’origine colombienne Arturo Parra repousse, depuis déjà plusieurs années, les frontières de la guitare classique. Ses subtiles expérimentations se traduisent par des œuvres qui sont à la fois fascinantes et étonnantes. Voz, qui signifie voix en espagnol, évoque à la fois la parole et le souffle. En effet, des expressions vocales sont produites en temps réel par l’interprète et compositeur. Ce disque est un véritable poème sonore qui évoque les quatre éléments que sont la terre, le feu, l’air et l’eau.

Ce disque est un véritable poème sonore…

Critique

La Presse, vendredi 5 octobre 2007

Finaliste des prix Opus en 2002 et prix du public au concours de musique électroacoustique (Brésil) en 2001, le guitariste espagnol colombien Arturo Parra vous surprendra. Entre les expérimentations d’un Robert Frip (King Crimson), la rapidité d’un Paco De Lucia et des accents sud-américains nous franchissons une barrière qui fera le bonheur des amateurs de musique composite.

… le guitariste espagnol colombien Arturo Parra vous surprendra.

Review

Tiina Kiik, The WholeNote, lundi 1 octobre 2007

Voz is an enigma. I really can’t figure it out. Not that I haven’t tried. I listen and intently follow the comprehensive trilingual liner notes which provide an in-depth “Narrative” of each of the four three-part musical sections of guitarist/composer Arturo Parra’s self-proclaimed “sound poem”. There are ships and water and fire and poets and rain and sirens and so on. I read and reread as I listen. Maybe there is just something wrong with my stream of consciousness.

Then the most amazing thing happens. I lose the liner notes. Can’t find them anywhere. Now I am forced to only listen to the music. Whoa!! Maybe I just want to write my own story. Parra plays with a free spirited sense of musicality that makes me sit really, really straight in my chair. There are exquisite melodic interludes, seductive minimalistic sections, and heart-thumping rhythms. Parra’s intelligent mastery of the guitar and subtle vocalizations are only slightly overshadowed by his unique compositional acuity. Add to this an electrifying performance, and I succumb to over 60 minutes of uninterrupted musical joy!

The liner notes miraculously reappear from the depths of the sofa. No longer are the sirens such a mystery to me. Voz becomes a gem in my musical jewellery box!

Voz becomes a gem in my musical jewellery box!

La machine humaine

Yannick Plamondon, Le Soleil, samedi 29 septembre 2007

Il fut un temps où les tenants de la musique électronique prétendirent avoir sonné le glas des instruments traditionnels. L’histoire est pleine d’ironie, et le disque d’Arturo Parra en est un bel exemple. Sa musique, qui se réclame de la complexité sonore des «nouveaux médias», est entièrement générée, sans montage, par un être humain engagé dans un corps à corps avec la machine: une guitare. On est alors amené à travers des paysages sonores où la voix, traitée comme un instrument, se mêle de façon remarquable à l’alchimie des sons. Le disque, bien que conçu en sections, ne comporte aucune plage de silence et s’aborde comme un voyage continu façonné par l’alternance entre le bruitisme et les échos hispanophones. Certains y trouveront des similitudes avec les ambiances sonores de Gustavo Santaolalla (Babel, 21 grammes). Cela dit, Parra va souvent plus loin que ce dernier, et son vocabulaire purement sonore appuie bien l’envol de l’imagination.

On est alors amené à travers des paysages sonores où la voix, traitée comme un instrument, se mêle de façon remarquable à l’alchimie des sons.