1948 Érick d’Orion, Martin Tétreault

1948 propose une expérience auditive très près de la matière première, formée de sons fixés qui n’ont certainement jamais été joués de la sorte auparavant. Le canal auditif, Québec

… à écouter du début à la fin, sans interruption ni mode aléatoire. Le Devoir, Québec

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Kohlenstoff.

1948

Érick d’Orion, Martin Tétreault

La presse en parle

Critique

Philippe Desjardins, Le canal auditif, 26 octobre 2016

Les artistes québécois Érick d’Orion et Martin Tétreault évoluent dans le milieu de la musique contemporaine depuis un bon bout de temps; ils sont membres de plusieurs projets et ont également participé à une quantité étonnante de collaborations. C’est dans cet ordre d’idée qu’ils ont composé/improvisé 1948, un album paru cet été sur Kohlenstoff qui rend hommage à la musique concrète et à son inventeur Pierre Schaeffer. Avec d’Orion à la platine numérique et les sons électroniques et Tétreault au tourne-disque et aux disques préparés, 1948 propose une expérience auditive très près de la matière première, formée de sons fixés qui n’ont certainement jamais été joués de la sorte auparavant.

Le bruit de lecture de vinyle ouvre Para, suivi par une fréquence aiguë qui perce l’oreille. On sent la boucle à partir des pulsions réverbérées, comme des gouttes circulant dans une salle de bain. Le bruit de friture s’intensifie et accompagne ensuite une ligne mélodique étouffée. Le battement de la boucle amène un son de synthèse qui sert de flatline à la brique de distorsion et le flot de gouttes. La masse se tortille dans l’entonnoir et termine en itérations. L’atmosphère cauchemardesque de Par-delà a des qualités de film expérimental créé sur le LSD. La masse synthétique aux allures de surface martienne supporte des échantillons à la Gesang der Jünglinge. La radio crépite et les ondes s’éloignent comme des astres flottant dans l’espace.

Rundfunk est tellement plus abrasive, les circuits ont clairement sauté. La distorsion se consume comme un réacteur pendant que les fréquences frétillent; le disque a pris feu, comme un film resté pris, défiguré par la chaleur de la lampe. Labyrinthe chuchote d’abord quelques bruits blancs, la synthèse établit ensuite une boucle à laquelle se joignent des harmoniques scintillantes. L’aiguille lit les égratignures inscrites sur le vinyle, le synth devient un bourdonnement de mécanisme. La masse réverbérée assure la suite en duo avec les bruits de statique, la haute tension revient progressivement pour faire terminer ça calciné par le courant électrique.

1948 propose une expérience auditive très près de la matière première, formée de sons fixés qui n’ont certainement jamais été joués de la sorte auparavant.

Vitrine musique

Marie-Pier Frappier, Le Devoir, 29 juillet 2016

Pierre Schaeffer, père de la musique concrète, disait qu’il souhaitait que «les choses se mettent à parler d’elles-mêmes, comme si elles nous apportaient le message d’un monde qui nous serait inconnu». C’est tout à fait dans cette optique que s’inscrit l’œuvre d’Érick d’Orion et Martin Tétreault, 1948. Les deux artistes semblent suivre les rayures des disques en vinyle d’une autre époque pour refaire circuler les émotions dans des veines jamais taries. Graffignures sur des lignes du temps, ambiances magnétisantes, ruissellements de sons magnifiques, voix d’enfants-robots d’outre-tombe, l’opus dans son ensemble fait sourire autant que pleurer. Des larmes coulent sur les joues inquiétées par certains détours impressionnants, notamment dans Par-delà. Dans Rundfunk, on sent carrément les doigts bidouillant, l’œuvre qui prend forme dans des moments heureux d’improvisation. 1948 est à écouter du début à la fin, sans interruption ni mode aléatoire. Sous le casque d’écoute, un voyage sonore mystique et sensible qui remonte la source des rêves latents.

… à écouter du début à la fin, sans interruption ni mode aléatoire.

1948 d’Érick d’Orion et Martin Tétreault: Mise en abîme

Ariane Gruet-Pelchat, BRBR, 30 juin 2016

1948, c’est la date à laquelle le compositeur et chercheur français Pierre Schaeffer commence à parler de «musique concrète» en expérimentant avec des sons qu’il capte puis manipule, permettant aux «bruits» de gagner une valeur musicale. Presque 70 ans plus tard, des bruits devenus musique sous la main de compositeurs de musique concrète sont transformés à nouveau par les compositeurs québécois Érick d’Orion et Martin Tétreault, dans une sorte de mise en abîme historique.

À l’origine des sons

Inspirés par une compilation sur les racines de la musique électronique que venait de s’acheter d’Orion, les deux compositeurs ont travaillé à partir des fichiers qu’elle contenait ainsi que d’empreintes de disques de musique concrète qu’avait déjà fabriquées Tétreault. Platiniste et concepteur sonore, Martin Tétreault travaille principalement à partir du tourne-disque comme objet sonore ainsi que de disques reconstruits. Le Groupe de recherches musicales (GRM), fondé par Schaeffer, l’avait donc invité à se servir de sa collection pour produire une nouvelle œuvre à l’occasion du 50e anniversaire du centre.

«Il a mis de la colle sur les disques et l’a laissée durcir, ce qui a créé des empreintes, des négatifs de disques avec tous les débris et les artefacts de la poussière qui était présente sur les originaux, explique d’Orion.» Posées à nouveau sur une table tournante, ces matrices de vieille musique électronique sont jouées à l’envers, soit l’aiguille voyageant de l’intérieur vers l’extérieur, puis altérées via la console au point où il est impossible d’en reconnaître la source. «Tout ce que tu entends c’est des ersatz de musique électronique, mais à l’envers», s’enthousiasme d’Orion.

D’Orion, de son côté, modifie ses fichiers audio à partir d’un logiciel, puis introduit «des sons de no input mixing board, donc du feedback de console, des oscillateurs…»

Arrière petits-fils

Si les deux compositeurs se basent sur une source précise, ils ne suivent pas les dix commandements de la musique concrète à la lettre, à commencer par le fait que leur performance est le fruit d’improvisations, alors que Michel Chion décrivait la musique concrète comme un «art des sons fixés». «Pour beaucoup d’académiciens c’était un peu vulgaire, l’improvisation, mais pour moi c’est super stérile de penser que les sons sont fixés et qu’il ne faut plus que ça bouge, estime d’Orion. Il faut dire par contre que ces gens-là étaient pris avec des outils qui étaient très exigeants, et que ça pouvait leur prendre cinq minutes pour fixer un nouveau son, donc ils ne pouvaient pas vraiment improviser, tandis que nous on fait tout ça live.»

À l’époque, les manipulations se faisaient principalement sur disques et bandes magnétiques, soit en coupant et recollant des morceaux ou en modifiant la vitesse et la direction de lecture, soit électriquement en filtrant les fréquences. Les compositeurs de musique concrète sont perçus comme les pères de l’échantillonnage et de la techno. Ainsi, «1948 est une descendance directe des techniques et des stratégies qui sont typiques des musiques concrètes et électroniques, mais on ne peut pas dire qu’on fait de la musique concrète», commente Érick d’Orion, qui se considère plutôt comme un arrière-petit-fils.

Si l’enregistrement fixe un moment d’improvisation, les compositeurs ont décidé de ne sortir 1948 qu’en fichier audio, dématérialisé. «C’est sûr que d’un point de vue conceptuel ç’aurait été cool d’avoir un vinyle. On parle de vieille musique électronique, Martin joue avec des vinyles et on travaille avec des enregistrements. Mais c’est beaucoup trop cher!», explique d’Orion.

Écouter en 1948

Malgré tout, 1948 est pensé pour être écouté du début à la fin, et pas sur la lecture aléatoire. Les quatre (longues) pièces (Para, Par-delà, Rundfunk et Labyrinthe, tous des mots pigés aléatoirement dans le chapitre sur les musiques électroniques et concrètes du livre La révolution musicale) s’enchaînent de façon à ce qu’on ne sorte jamais de l’ambiance dans laquelle on est plongés.

Car qu’est-ce que ça donne tout ça? Des craquements, des hiss, des buzz, des sons divers et mouvants, des images sonores d’électricité, à écouter toutes barrières ouvertes pour se laisser transporter. Tétreault et d’Orion sont ici assez doux comparativement à d’autres projets — Érick d’Orion présentera notamment une performance à partir de disques de Heavy Metal au FME. 1948 n’est pas un disque grand public, mais pour peu qu’on se laisse bercer par les ambiances qu’il propose, il peut devenir un véritable voyage intérieur.

… un véritable voyage intérieur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.