La boutique électroacoustique

Le cri du Choucas Francis Dhomont

Couverture: Inés Wickmann (Adagp)
  • Conseil des arts du Canada

It’s another spectacular creation from an undisputed master of the art.

— Simon Cummings, 5:4, 31 décembre 2016

… you can comfortably play this meticulous work at peak volumes for immersive and transporting effects, to induce profound states of mind…

— Ed Pinsent, The Sound Projector, 18 décembre 2016

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits

Le cri du Choucas

Francis Dhomont

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Textes de la pièce

[1] Entr’ouverture

[2] La loi

01:57 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Devant la Loi se tient un gardien de la porte. Un homme de la campagne arrive et lui demande la permission d’entrer dans la Loi. Mais le gardien dit qu’il ne peut pas la lui accorder maintenant. L’homme réfléchit puis demande s’il sera autorisé à entrer plus tard. C’est possible, dit le gardien, mais pas maintenant.

02:54 — Voix d’homme
La loi, c’est ce à quoi il n’est pas question d’échapper.

03:43 — Voix d’homme
… la loi, en quelque sorte, ne peut être qu’un rapport de folie.

03:56 — Voix de femme // Le moi divisé, RD Laing (in Sous le regard d’un soleil noir)
C’est comme un de ces cauchemars où on essaie d’appeler au secours sans y parvenir.

[3] La colonie pénitentiaire

06:24 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Comme le gardien se trouve sur le côté de la porte ouverte, comme toujours, l’homme se penche pour regarder à l’intérieur. Le gardien le remarque, il rit et dit: «Si tu es tellement attiré par cela, essaie donc d’entrer en dépit de mon interdiction. Sache toutefois que je suis puissant. Et je ne suis que le moins puissant des gardiens. Salle après salle il y a des gardiens plus puissants les uns que les autres. Je ne puis moi-même supporter la vue du troisième au dessus de moi».

07:53 — Voix d’homme // La colonie pénitentiaire, Kafka
Il s’agit d’un appareil particulier, dit l’officier.

08:40
Le commandement que le coupable a transgressé est écrit sur son corps, avec la herse.

08:52
Ainsi, sur le corps de ce condamné sera écrit «Honore tes supérieurs».

09:02
Il n’est pas facile de déchiffrer cette écriture avec les yeux;

09:08
alors notre homme la déchiffre avec ses blessures.

09:33
La herse l’empale complètement et le jette dans une fosse où il tombe en éclaboussant le coton d’eau ensanglantée.

09:47
Justice est faite.

10:00
La machine se détraquait entièrement; son paisible fonctionnement n’avait été qu’illusoire.

[4] Paraphrase I

[5] Attente

12:26 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
L’homme de la campagne n’avait pas prévu de telles difficultés, la Loi est censée être accessible à tout le monde et toujours, pense-t-il, mais comme il regarde maintenant de plus près le gardien dans son manteau de fourrure, son grand nez pointu, sa longue et mince barbe noire de Tartare, il décide plutôt d’attendre qu’on l’autorise à entrer. Le gardien lui donne un tabouret et lui permet de s’asseoir à côté de la porte. Il reste là durant des jours et des années. Il fait de nombreuses tentatives pour entrer et fatigue le gardien de ses supplications. Le gardien a souvent de petits entretiens avec lui, le questionne sur sa patrie et sur bien d’autres sujets, mais ce ne sont que des questions indifférentes, comme en posent les grands seigneurs, et finalement il lui répète qu’il ne peut pas le laisser entrer.

17:21 — Voix d’homme
Warum?

[6] Le père

18:30 — Voix d’homme // Lettre au père, Kafka
Très cher père, tu m’as dernièrement demandé pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d’habitude je n’ai su te répondre quoi que ce soit , un peu par la peur que j’ai justement en face de toi, un peu parce que la cause de cette peur inclut trop de détails pour être présentée oralement de façon cohérente. Et même si je suis en train de te répondre par écrit, ce sera encore de façon très incomplète, parce que dans ma lettre la peur de ses conséquences me gêne par rapport à toi et parce que l’importance du sujet dépasse ma mémoire et mon entendement.

22:50
En soi, il est incompréhensible que tu m’aies condamné de cette façon, seuls un forfait passé et un profond mépris de ta part pourraient l’expliquer. Cela me touchait une fois encore très cruellement au plus profond de mon être.

23:20
Je pouvais apprécier ce que tu me donnais mais seulement dans la honte, la lassitude et la faiblesse de ma culpabilité.

24:32
Ta complète insensibilité à la douleur et à la honte que tu me faisais subir par tes paroles et tes jugements m’a toujours été incompréhensible.

26:12
L’impossibilité de rapports pacifiques avec toi eut un autre résultat, certes compréhensible: je perdis l’usage de la parole.

27:35 — Voix d’homme // Le verdict, Kafka
Tu étais en fait un enfant innocent, mais en réalité tu as été un être diabolique! Sache donc ceci: je te condamne maintenant à mort par noyade!

28:22 — Voix d’homme // Lettre au père, Kafka
… ce sentiment de nullité qui domine chez moi […] provient généralement de ton influence.

30:58
Mes écrits ne parlaient que de toi, je m’y plaignais de ce dont je ne pouvais pas me plaindre sur ta poitrine.

31:23
À mon avis, nous approchons assez de la vérité pour nous apaiser un peu et nous rendre à tous deux la vie et la mort plus facile.

[7] Le Choucas

32:35 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
L’homme, qui a pris pour son voyage de nombreuses provisions, emploie tout, aussi précieux que ce soit, afin de soudoyer le gardien. Le gardien accepte tout, mais il dit: «J’accepte afin que tu ne penses pas avoir négligé quelque chose».

33:34 — Voix d’homme // Kafka
Je suis un oiseau tout à fait impossible, dit Franz Kafka, je suis un choucas, un kavka. Désemparé, je vais sautillant parmi les hommes; ils me considèrent avec une grande méfiance, car enfin, je suis un oiseau dangereux, un chapardeur, un choucas. Un choucas qui rêve de disparaître entre les pierres.

34:10 — Voix d’homme // Kafka
Le poète est, en réalité, toujours beaucoup plus petit et plus faible que la moyenne de la société. Chanter n’est pour lui personnellement qu’une façon de crier.

36:35 — Voix d’homme // Kafka
J’ai besoin de vivre à l’écart. Non pas comme un ermite — ce ne serait pas assez — mais comme un mort. Écrire, en ce sens, c’est dormir d’un sommeil plus profond, donc être mort; et de même qu’on ne peut arracher un mort au tombeau, de même, on ne peut pas m’arracher à ma table de travail, dans la nuit.

37:27 — Voix d’homme // Lettres à Felice, Kafka
J’ai souvent pensé que la meilleure façon de vivre pour moi serait de m’installer avec une lampe et ce qu’il faut pour écrire au cœur d’une vaste cave isolée. On m’apporterait mes repas, et on les déposerait toujours très loin de ma place, derrière la porte la plus extérieure de la cave.

37:46 — Voix de femme
Replié sur lui-même, plein de malaises, plein de contradictions, d’ambiguïtés, Kafka deviendra un solitaire absolu.

40:22 — Voix d’homme // Le terrier, Kafka
Ne puis-je pas, malgré toute ma vigilance, être attaqué du côté le plus inattendu; je vis en paix, au plus secret de ma maison, et cependant quelque part, n’importe où, l’ennemi perce un trou qui l’amènera sur moi.

[8] Un message impérial

42:47 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Durant de nombreuses années l’homme observe le gardien presque sans interruption. Il en oublie les autres gardiens, le premier lui semblant être le seul obstacle qui l’empêche d’entrer dans la Loi. Pendant les premières années il maudit bruyamment sa malchance, plus tard, comme il vieillit, il grogne pour lui seul. Il retombe en enfance, et, comme depuis les longues années qu’il observe le gardien il a également connu jusqu’aux puces de son col de fourrure, il prie les puces de l’aider à convaincre le gardien.

43:53 — Voix d’homme // Platon (in Sous le regard d’un soleil noir)
Figure-toi…

44:03 — Voix d’homme // Un message impérial, Kafka
L’Empereur — dit-on — t’a envoyé, à toi personnellement, à toi, misérable sujet, ombre la plus lointaine en face du soleil impérial, à toi donc l’Empereur a envoyé un message de son lit de mort. Le messager, un homme fort, infatigable, s’est mis immédiatement en route; en s’aidant des bras il se fraie un chemin à travers la foule; quand il rencontre une résistance il montre sa poitrine où figure le signe du soleil; il avance plus facilement qu’aucun autre. Mais la foule est nombreuse et ses habitations innombrables. S’il avait le champ libre, comme il volerait, et bientôt tu entendrais le merveilleux battement de ses poings sur ta porte. Mais au lieu de cela, quelle peine il a pour tracer son chemin à travers les chambres au plus profond du palais! Jamais il n’y parviendra; et si il réussissait rien ne serait gagné pour autant; il aurait encore à se frayer un chemin dans les escaliers; et si il réussissait rien ne serait gagné; il aurait à franchir les cours; et après les cours, le second palais qui les encercle; et à nouveau des escaliers et des cours; et encore un palais; et ainsi de suite pendant des milliers d’années; et si il parvenait à la dernière porte — mais jamais, jamais cela ne pourrait se produire — il aurait en face de lui la Ville Impériale, au centre du monde, pleine de son propre limon accumulé. Ici nul ne pénètre, pas même avec le message d’un mort.

48:07
Mais toi, tu es assis à ta fenêtre et tu rêves du message quand descend la nuit.

[9] Paraphrase II

49:58 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Finalement sa vue baisse, et il ne sait pas s’il fait vraiment sombre ou si ce sont seulement ses yeux qui le trompent. Mais il reconnaît maintenant dans l’obscurité un éclat qui jaillit, inextinguible, de la porte de la Loi.

[10] Inquiétante étrangeté

51:40 — Voix d’homme // Journal, Kafka
Le talent que j’ai pour décrire ma vie intérieure, vie qui s’apparente au rêve, a fait tomber tout le reste dans l’accessoire, et tout le reste s’est affreusement rabougri, ne cesse de se rabougrir. Rien d’autre ne pourra jamais me satisfaire.

52:14 — Voix d’homme // Psychanalyse des contes de fée, Bruno Bettelheim, (in Forêt profonde)
Voyage dans les abîmes de notre esprit…

52:33
… au royaume de l’inconscient.

55:22 — Voix d’homme
Vater…

57:54 — Voix d’homme // Le moi divisé, RD Laing (in Sous le regard d’un soleil noir)
Le moi ‘intérieur’ se divise lui-même, perd son identité et son intégrité. Il perd sa réalité et tout contact direct avec la réalité extérieure.

58:07 — Voix de femme // Marthe Robert
Il n’y a pas une circonstance dans la vie de Kafka qui n’ait contribué à le partager en deux, à le scinder en deux. Pourquoi ce déchirement? Justement, parce qu’il vise l’unité.

58:19 — Voix de femme // Seul, comme Franz Kafka, Marthe Robert
Kafka exploite abondamment un mécanisme de la pensée onirique qui lui fournit le moyen de condenser plusieurs aspects de lui-même en une figure unique.

58:52 — Voix d’homme lente
… tu rêves du message.

59:08 — Voix d’homme
La permission d’entrer dans la Loi

59:16 — Voix d’homme
Warum?

[11] Kafka

63:15 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Maintenant, il ne lui reste plus longtemps à vivre. Avant sa mort, les expériences de toutes ces années se bousculent dans sa tête pour aboutir à une question qu’il n’a pas encore posée au gardien. Il lui fait signe, car il ne peut plus relever son corps devenu rigide. Le gardien doit se pencher très bas vers lui car leur différence de taille a changé en défaveur de l’homme. «Que veux-tu donc savoir encore?» demande le gardien, «tu es insatiable».

63:55 — Voix d’homme
On ne comprend pas Kafka si justement on ne sent pas qu’il se situe sur la ligne de crête. Entre la postulation d’un sens et le soupçon, le risque du non-sens, qui fait qu’à chaque moment de cette recherche on est, en quelque sorte, menacé d’être absorbé par le rien, absorbé par le… une forme de désespoir, de nihilisme.

65:13 — Voix d’homme
Il est incontestable que Kafka aborde quelque chose qui est au-delà.

65:18 — Voix d’homme
… et nous donne le sentiment continuellement qu’une autre vérité est là…

65:24 — Voix de femme
C’est à la fois d’une proximité illuminante et inaccessible.

[12] La métamorphose

66:05 — Voix d’homme // La métamorphose, Kafka
Grégoire fut gêné par sa carrure formidable; pour se lever il aurait fallu des bras et des jambes et il ne possédait que de petites pattes en vibration continuelle sur lesquelles il n’avait aucun moyen d’action.

66:35 — Voix de femme // La métamorphose, Kafka
Venez un peu voir, la bête est crevée; elle est par terre, complètement crevée.

68:48 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Comme un chien, dit-il. C’était comme si la honte dût lui survivre.

69:10 — Voix d’homme // Le procès, Kafka
Si tout le monde s’efforce de connaître la Loi, dit l’homme, comment est-ce possible que pendant toutes ces années personne d’autre que moi n’ait demandé à entrer? Le gardien de la porte, voyant que l’homme est sur la fin, lui hurle pour atteindre son oreille presque sourde: «Personne d’autre que toi ne pouvait pénétrer ici, car cette entrée n’a été faite que pour toi. Maintenant je pars et je ferme la porte».

[traduction française: Francis Dhomont, iii-16]

La presse en parle

Best Albums of 2016 (Part 2)

Simon Cummings, 5:4, 31 décembre 2016

8. Francis DhomontLe cri du Choucas

“When it comes to acousmatic music as its finest, though, Francis Dhomont remains one of the best of the best. […] Dhomont regularly fashions material that’s beautiful but barbed, sometimes arranged in multiple layers of dense activity, sometimes shot through with thin splinters of razor-sharp pitch over roiling depths. […] Coherent and organic throughout, the drama […] is just as much to do with the way musical materials are judged and handled than with the work’s more immediately tangible text component. […] Le cri du Choucas contains music more dark and uncomfortable than one expects from Dhomont, even in the work’s closing moments; far from offering a reassuring conclusion, it passes instead through angular, awkward, even ugly passages, surrounded on all sides by ominous glowering layers of sound seemingly coloured different shades of black. At its end, Le cri du Choucas sounds stunned, which is precisely how i felt too. It’s another spectacular creation from an undisputed master of the art.” (Reviewed in May 2016.)

It’s another spectacular creation from an undisputed master of the art.

Counting Crows

Ed Pinsent, The Sound Projector, 18 décembre 2016

Veteran composer Francis Dhomont is one of the big noises in Canadian electroacoustic and musique concrète composition, so it’s no surprise to see him represented on the showcase label empreintes DIGITALes with his recent composition, Le cri du Choucas. Astute readers (and viewers) will instantly recognise the piercing eyes of Franz Kafka collaged on the cover art there. Le cri du Choucas takes the ideas of Kafka as its theme, a pursuit which Dhomont has been following since 1997. There’s a previous chapter, Études pour Kafka, released by this same label in 2009; I don’t recall hearing that one, but the body of it has been reworked here. The composer also positions this release as the third and final part of a grand triologie, begun in 1981 as Sous le regard d’un soleil noir (released by Ina-GRM in France) and continued in the mid-1990s as Forêt profonde. He aims at extremes of drama, enriched with ideas about psychology; he wishes to plumb the depths of a man’s mind, through sound.

You could pick no better creator who personifies “unknowable depth” than your man Kafka; I’ve been reading his short stories since about 1979, and one day I hope to understand them. I can’t claim to have studied a great deal of critical analysis of Kafka, and I’m not sure that I care to; there’s a pleasure to be had for the reader in the constant mystification he sets up with his warped visions of European vistas, his mental labyrinths and strange symbols. I’ve no doubt there are numerous interpretations and explanations of The Trial and The Penal Colony, both works which feature in this music, but Francis Dhomont emphasises one particular aspect: the Law. Dhomont takes “the law” in Kafka to be “a metaphoric representation of the impenetrable realms the human mind hits”, and explores this theme with some determination. He probably reads Kafka’s work as describing a maze which always leads back to the same inescapable place, and ascribes the tone of despair and futility to the gloomy inevitability of mankind’s fate.

Dhomont also gives us his sonic take on other significant Kafka themes, including guilt, solitude, dreams, death, the family, and “impossible messages” — the last one being an apt description of Kafka’s own short stories, for this reader. On Le cri du Choucas — a title which incidentally translates as “The jackdaw’s call” and makes a punning reference to the Czech word Kavka — he does it through rich and maximal fugues of abstract sound. Everything has been heavily treated and processed through a vast amount of expensive-sounding digital crunch and filter effects, yet you feel you could somehow reverse-engineer these noises into their sources if you only listened for long enough. Alien though they be, some sounds closely resemble swarms of chattering voices in a huge mass, which is how I remember parts of Frankenstein Symphony by this composer (from 1997). Often these sounds coalesce and rush forward in a massed advance which seems unstoppable; it creates a suitably nightmarish and unreal mood for the listener.

The work is further illustrated and signposted by a good deal of spoken-word narration (in French), fragments of texts and documentary recordings which I assume highlight significant milestones in the design. But these interpolations also interrupt the flow of the music, and keep reminding us of the grand abstractions that Dhomont wishes to convey, barely allowing us any space to conceive our own thoughts. This is one of the stumbling blocks for me on this otherwise exciting release, as it lends an air of didacticism to the work; it’s like being lectured by stern academics in a stuffy University where the Kafka syllabus hasn’t been updated in over 35 years. One senses that the masters at this academy would have no truck with Orson Welles’ free-spirited cinematic interpretation of The Trial. It’s also something of an old-school musique concrète technique, one which has tended to mar my enjoyment of Pierre Henry’s Apocalypse de Jean, that famed Oratorio électronique from 1969. This aside, you can comfortably play this meticulous work at peak volumes for immersive and transporting effects, to induce profound states of mind… from 25 May 2016.

… you can comfortably play this meticulous work at peak volumes for immersive and transporting effects, to induce profound states of mind…

Altrisuoni

Dionisio Capuano, Blow Up, no 220, 1 septembre 2016

Review

Harry Wheeler, The Wire, no 389, 1 juillet 2016
As he approaches 90, Dhomont is still mapping the collusion of hidden drives and open imperatives.

Recensione

Riccardo Gorone, Carnage News, 1 juin 2016

Francis Dhomont, audioartista belga specializzato in musique concrète e acusmatica, presenta un disco la cui ricerca è iniziata una decina d’anni fa, su Kafka, dal titolo Le cri du Choucas, “il grido della cornacchia”, o, ancora meglio, “il grido della taccola”, uccello sempre passeriforme dal piumaggio nero grigiastro, spesso considerato “uccello pericoloso, associato a morte e rovina” come sostiene Florence Bancaud nel suo Kafka ou le nom impropre. E da qui il riferimento allo scrittore ceco (Kavka, in ceco, significa letteralmente taccola, cornacchia, appunto) il cui mondo e la cui figura sembrano innestarsi completamente con questo immaginario.

Molto intelligente la narrazione delle tracce, poiché di questo si parla: la comprensione profonda che il suono si sviluppa all’ascolto orizzontalmente, come la narrazione, come il potere cinetico della voce narrante. Al di là dei titoli che sono chiaro riferimento alle opere letterarie (La loi, La colonie pénitentiaire, Le père, La métamorphose), Dhomont sviluppa le sue tracce seguendo le vicende del celebre racconto, Davanti alla legge, che spesso intervengono nei vivissimi affreschi acusmatici. La voce narrante, presenza quasi minacciosa dell’opera, è alterata, pitchata verso il basso in modo da risultare asettica e inesorabile. Il disco è sicuramente denso (momenti davvero profondi come i quasi 15 minuti di Le père in cui Dhomont mescola cori, noise, voci, rumori d’ambiente, armonici intonati, che regalano un’imponente immagine del dissidio interiore di un rapporto) dovuto soprattutto alla sua complessità, ma la scelta dell’autore riesce ad essere accattivante: il taglio prospettico scelto dal Nostro si concentra su ciò che Kafka era in Kafka, l’autore nelle sue opere, o meglio, l’autore filtrato dalle sue opere. Si pensi alla traccia Le Choucas in cui voci che si sormontano ripetono il nome dell’autore che si mescola al nome della cornacchia in ceco e francese (kafka, kavka, choucas), identificando le sue figure, mettendo a nudo l’autore e la sua figura che si auto interroga, che si auto accusa (impossibile non pensare alle atmosfere de Il Processo). Raffinate le due “parafrasi” di Dhomont (Paraphrase I e Paraphrase II) con cui prepara piccoli sipari sonori introdotto da alcuni fondamentali passaggi del racconto di cui poco sopra. Inquiétante étrangeté passa in rassegna, tra le varie registrazioni, un estratto audio che sottolinea l’olismo della figura kafkiana: il meccanismo onirico delle sue opere ha fatto sì che fossero il mezzo per poter sviluppare i diversi aspetti di lui stesso in una figura unica.

Il lavoro di Dhomont è lo specchio incrinato della figura di Kafka e, nel contempo, una linea di luce che fa brillare aspetti inediti dell’opus all’ombra della cornacchia.

Playlist

Anthony N Frank, MusicPaper, 1 juin 2016

Βετεράνος συνθέτης της ηλεκτροακουστικής και ακουσματικής μουσικής, ο 90χρονος Francis Dhomont, δημιουργεί ένα έργο με αποσπάσματα από γραπτά του Κάφκα, ονόματι Le cri du Choucas. Τρίτο και τελευταίο μέρος της δουλειάς του — Cycle des profondeurs — για τον Τσέχο συγγραφέα, ο Dhomont χρησιμοποιεί τα κείμενα με ψυχαναλυτικές και συμβολικές διαθέσεις με την παραμορφωμένη φωνή του αφηγητή να συνοδεύεται από μουσικές — από συμβατικά όργανα, φωνές, ηχητικά εφέ, field recordings, ηλεκτρονικά δημιουργημένους ήχους και ακουστικό υλικό παραποιημένο από προτσέσορες — σε μια νουάρ καφκική ατμόσφαιρα.

… σε μια νουάρ καφκική ατμόσφαιρα.

Review

Simon Cummings, 5:4, 23 mai 2016

When it comes to acousmatic music as its finest, though, Francis Dhomont remains one of the best of the best. Le cri du Choucas (the Cry of the Jackdaw) is a 70-minute work that forms the third and final part of the composer’s Cycle of Depths (following Sous le regard d’un soleil noir and Forêt profonde). As one expects from Dhomont, it’s a bold statement that comes across both as a continuation of and an ongoing reinvention of the acousmatic ‘tradition’ (for want of a better word). Quoting Michel Chion, Dhomont calls the piece an “electroacoustic melodrama”, an extremely appropriate description for a piece founded upon and musically elaborating fragments of text both by and associated with Franz Kafka. The emphasis is psychoanalytic, Kafka’s words being expanded by considerations from Marthe Robert’s As Lonely as Franz Kafka and RD Laing’s classic The Divided Self. It takes a little time to get used to its dramatic approach, declamatory spoken passages alternating with and inserted throughout extended musical meditations, but one soon acclimatises to this rhythm, and the results pass quickly from merely fascinating to deeply moving. Dedicated to Dhomont’s father, the text and music confront very complex and painful aspects of Kafka’s own paternal relationship. In response, Dhomont regularly fashions material that’s beautiful but barbed, sometimes arranged in multiple layers of dense activity, sometimes shot through with thin splinters of razor-sharp pitch over roiling depths. Le cri du Choucas is often startlingly vivid (the opening industrial soundscape of third movement La colonie pénitentiaire is like being plunged into the prologue of a Terry Gilliam dystopia), but without any sense of calling on easy associations from ‘anecdotal’ sources. Put another way, sounds — as they so frequently do in Dhomont’s work — usually remain just out of recognisable reach, yet retaining enough recollective proximity to trigger both memory and imagination. Coherent and organic throughout, the drama in Le cri du Choucas is just as much to do with the way musical materials are judged and handled than with the work’s more immediately tangible text component. Eighth movement Un message impérial is a masterclass in poised tension; despite being situated in the middle — and background, the steady increase in pressure is heart-poundingly riveting. Considering the difficulty of the subject matter, Le cri du Choucas contains music more dark and uncomfortable than one expects from Dhomont, even in the work’s closing moments; far from offering a reassuring conclusion, it passes instead through angular, awkward, even ugly passages, surrounded on all sides by ominous glowering layers of sound seemingly coloured different shades of black. At its end, Le cri du Choucas sounds stunned, which is precisely how i felt too. It’s another spectacular creation from an undisputed master of the art.

It’s another spectacular creation from an undisputed master of the art.

Musique électroacoustique et Franz Kafka?

Anne-Marie Jeanjean, Revue du crieur, no 3, 1 avril 2016

Voilà qui ne pouvait manquer d’attiser ma curiosité. Il faut préciser que Francis Dhomont, pionnier bien connu — et honoré — de la musique électroacoustique, travaille depuis longtemps avec les textes de Kafka; il est un familier de son univers.

Troisième et dernier volet du Cycle des profondeurs, ce disque s’intitule Le cri du Choucas. L’ensemble des sons — évidemment non identifiables — prolonge chez l’auditeur l’étrange désarroi induit par l’écriture de Kafka; le prolonge et l’amplifie ou le bouleverse radicalement. Cette profusion a nécessité une construction rigoureuse très équilibrée dans la distribution des courtes citations de textes de l’écrivain tout au long des 12 séquences.

Parmi elles, et il faudrait bien des pages encore pour analyser vraiment le montage acoustique, je note en milieu et fin de la séquence 3 [La colonie pénitentiaire] l’emballement sonore en avalanche qui renforce l’engrenage de l’imaginaire avec de brusques retombées vers le concret. À la séquence 5 [Attente], pris avec «l’homme de la campagne» dans le rideau sonore, les auditeurs ressentent profondément ce qui agite, ce qui peuple cette attente avec ses à-coups d’espoir / désespoir, son questionnement sans fin. Et ce mot «Warrum?» (Pourquoi?) Qui la clôt. Warrum répété plusieurs fois qui hante l’ensemble de la composition: la question sans réponse possible… Le thème du père se déploie dans la séquence centrale 6 [Le père] qui est la plus longue (15 min). Très troublante car au fil de l’écoute se re / découvrent des fragments connus et qui prennent dans cet environnement là, une intensité autre, différente.

Les voix (dont celle de Marthe Robert) transformées, ou non, ajoutent à la dramaturgie générale avec beaucoup de sobriété, contrastant avec les explosions et tourbillons de musique dont Francis Dhomont sait parfaitement, en grand maître qu’il est de la matière sonore, infléchir des nuances inattendues faisant de ce disque un grand bonheur d’écoute qui enrichit tout autant notre réflexion que notre théâtre intérieur.

… une construction rigoureuse très équilibrée […] un grand bonheur d’écoute…

Autres textes

Lizard no 22

Blogue