À la plage Hélène Prévost

un jeu de mots. rien d’autre. le reste tient au temps. mouvement découpé qui tombe dans la nuit. et le jour. une cosmogonie. objet perçu. objet perdu. matériaux des sens. poussière de roche. jeu de pieds. dedans. merci de leur collaboration: Éric Normand / Stéphane Claude / Mario Gauthier

  • Durée totale: 57:04
  • TDB 9009 / 2014
  • Étiquette: Tour de bras

À la plage

Hélène Prévost

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Chantale Laplante, Circuit, no 25:2, 24 août 2015
    Les travaux d’Hélène Prévost semblent tout à la fois prendre racine et leur envol dans une «imagination matérielle» qui s’opère à même l’intention imageante, cette image fugitive incarnée dans le faire, le sonore d’un «paysage arrondi», fluide et expansif.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, 1 juillet 2015
  • François Couture, Monsieur Délire, 2 juin 2014
    Écoute exigeante, donc, mais qui donne beaucoup en retour.

Critique

Chantale Laplante, Circuit, no 25:2, 24 août 2015

Hélène Prévost, artiste sonore et musicienne, est engagée dans la musique de recherche à travers ses contributions en tant que réalisatrice radio1 et plus récemment ses performances explorant les techniques du (re)mixage et l’approche semi-installative2. En 2014, elle a produit sur l’étiquette de disque indépendante Tour de Bras3 un premier disque solo intitulé à la plage. L’artiste introduit sa démarche avec un texte elliptique qui énonce en quelques mots les lignes de force sur lesquelles elle aura forgé cette œuvre de dix «plages» totalisant plus de 56 minutes de musique:

un jeu de mots. rien d’autre. le reste tient au temps.
mouvement découpé qui tombe de la nuit. et le jour.
une cosmogonie. objet perçu. objet perdu.
matériaux des sens. poussière de roche. jeu de pied.
dedans.

Cet incipit particulièrement fertile pour mettre en appétit les oreilles, nous indique des pistes à suivre comme pour une intrigue policière, conviant l’auditeur à «jouer le jeu» et à prendre en filature les objets indices et leur empreinte sonore.

La dramaturgie musicale de à la plage s’élabore dans le contexte d’une esthétique qui met à profit une expérience fondatrice, celle de l’audition en boucle. Ainsi, dès la «plage 01», peut-on reconnaître un attachement à l’approche schaefferienne où des bruits anecdotiques, ici ceux d’un liquide et d’un ululement, sont dès leur énonciation repris en boucle, les faisant basculer illico dans une réalité nouvelle, surnaturelle4. Cette mise sous tension du jumelage sons concrets/sons abstraits par l’usage systématique de l’itération tout au long de la proposition musicale en dix temps, met au jour une parenté «forme et matière» et, du coup, la notion d’homogénéité sonore.

La sensation d’une profonde cohérence musicale lors de l’écoute repose à mon avis autant sur un usage extensif de la boucle que sur une matériologie caractéristique qui se décline à travers un univers de sonorités bruitistes. Qu’il s’agisse de machines, de balayages d’ondes radio, de grondements ou de crépitements, une tension est créée dans la rencontre de grands espaces telluriques ou a contrario cosmiques, entre des envolées sonores profondément abstraites et l’apparition soudaine d’une présence humaine, inscrite dans le verbe ou des mouvements furtifs dans un espace difficilement identifiable.

Une engageante ambiguïté colore la construction sonore, nous menant ainsi au cœur du phénomène sonore et du «où sommes-nous?», lorsque nous portons attention à ce qui s’entend, à ce qui arrive. Prévost propose un travail rigoureux qui pointe vers l’exigence d’une écoute à la fois curieuse et abandonnée. Nous ne sommes point dans la berceuse, nous sommes dans une force vitale et sensuelle, dans un souffle, un halètement d’où émerge un geste affirmé, assumé.

La «plage 01» est aussi celle qui nous présente, à travers les fritures d’une incertaine syntonisation et les bribes d’une conversation lointaine, une préoccupation centrale à toute démarche artistique, celle du «problème». Bien que non défini, l’artiste nous donne soudain accès à la démarche en amont, à l’anima duquel rayonne tout le reste; les parasites en ébullition circonscrivant alors les incertitudes sous-jacentes à l’impulsion artistique.

Et pourtant, à cette grande trame que constitue à la plage s’insèrent (et peut-être s’insurgent?) des fins abruptes. Cela étonne et cela fait sens. En effet, on aurait pu écouter sans interruption cette musique-bruit (urbaine/interstellaire), le procédé itératif agissant comme un liant. L’expérience de la fin abrupte nous met justement en contact avec la nature même de la démarche, essentiellement ouverte, inscrite dans la circularité, la rondeur: «À qui s’ouvre à la cosmicité des images […]. [le] cri rond de l’être rond arrondit le ciel en coupole5.» Les travaux d’Hélène Prévost semblent tout à la fois prendre racine et leur envol dans une «imagination matérielle6» qui s’opère à même l’intention imageante, cette image fugitive incarnée dans le faire, le sonore d’un «paysage arrondi7», fluide et expansif.

Notes

  1. De 1978 à 2007, Hélène Prévost œuvre à Radio-Canada où elle se consacre, entre autres, à l’enregistrement et à la diffusion de musiques expérimentales et exploratoires (Musique Actuelle, Le Navire «Night», Bande à part). Information tirée de sa biographie mise en ligne sur le site de Sporobole, Centre en art actuel: www.sporobole.org/programmation/vitrine-sonore (consulté le 24 mai 2015).
  2. Depuis quelques années, Prévost poursuit ses recherches dans le contexte de la diffusion sur multiples haut-parleurs de diverses qualités et sur écouteurs domestiques.
  3. Tour de Bras est un organisme de création, de production et de diffusion qui œuvre à Rimouski dans le domaine des musiques improvisées. Pour plus d’informations: tourdebras.com (consulté le 24 mai 2015).
  4. À ce propos, l’ Étude aux chemins de fer (1948) de Pierre Schaeffer demeure une œuvre modèle où l’artiste apprivoise la nature ambivalente des bruits d’un chemin de fer qui peuvent évoquer des objets sonores aux caractères «bruitistes» ou, en détachant ceux-ci de leur contexte et par artifice, les mener dans le champ de la musique.
  5. Gaston Bachelard ([1957]1992), «La phénoménologie du rond», La poétique de l’espace, Paris, PUF, p. 213.
  6. Concept développé par Gaston Bachelard, entre autres dans le texte L’eau et les rêves: Essai sur l’imagination de la matière (Paris, José Cortie, 1941).
  7. Bachelard, [1957]1992, p. 213.

Les travaux d’Hélène Prévost semblent tout à la fois prendre racine et leur envol dans une «imagination matérielle» qui s’opère à même l’intention imageante, cette image fugitive incarnée dans le faire, le sonore d’un «paysage arrondi», fluide et expansif.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, 1 juillet 2015

Encore la scène québécoise… D’un côté […], d’autre part deux artistes sonores, la première impliquée depuis longtemps dans la scène des musiques nouvelles, surtout en tant que productrice radiophonique (elle est responsable de plusieurs créations, souvent enregistrées déjà, d’autres musiciens) et longtemps animatrice à Radio-Canada, la seconde productrice de pièces radiophoniques. […]

Quoiqu’ayant déjà collaboré à certains enregistrements (de Claude Schryer en particulier) il y a près de vingt ans, ce n’est finalement qu’assez récemment qu’Hélène Prévost s’est engagée dans des créations personnelles plus régulières, comme en témoignent quelques pièces sur diverses compilations (Musicworks 104, par exemple), ou sa participation aux projets Montréal/Victoriaville, matière sonore* et A la plage constitue le premier recueil entièrement sous son nom. Cela pourrait être La plage, matière sonore. Encore que ce ne soit qu’un jeu de mot, la plage étant à prendre ici au sens d’espace enregistré. Il y en a dix. Dix plages donc! Chacune proposant une combinaison propre de sons, issus de bruits, de voix, d’instruments, de nature diverses, offrant chaque fois des climats divers, tourmentés, oniriques ou inquiétants, parfois proche du silence (plage 09)…

On finira cette chronique avec l’évocation de Havres, une courte (17.35 min.) collaboration entre un poète (Sylvain Campeau et Chantal Dumas. Cette dernière fut d’ailleurs aussi une des artistes impliquées dans l’aventure de Montréal ou Victoriaville matière sonore, mais a un parcours de créations personnelles plus anciens. Ici, elle propose une bande sonore pour la mise en sons d’un poème, basé sur un quartier péninsulaire de Montréal, la Cité du Havre, en bordure du St Laurent, décliné en français, en Irlandais et dans la langue mohawk des amérindiens du lieu. D’où plusieurs récitants, et une bande-son évocatrice aussi bien d’une certaine quiétude (celle de parc) que de son histoire et de ses diverses communautés.

* Respectivement Montréal, matière sonore Pogus P21041-2 et Victoriaville, matière sonore VICTO113

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 2 juin 2014

La grande communicatrice Hélène Prévost, qui fut longtemps la figure de proue des musiques actuelles à Radio-Canada, vient de publier son tout premier album solo. À la plage n’a rien d’estival: c’est le résultat d’un travail de recherche sur les sons, leurs relations mécaniques et poétiques. Dix plages allant de deux à dix minutes, chacune développant un univers sonore différent mais interrelié aux autres. Bruits désincarnés — chuintements, tappements, grondements — échantillons d’instruments (guitare, en particulier), fragments de voix. Nous sommes dans le hörspiel abstrait, l’art sonore qui présente, qui dit, laissant à l’auditeur le soin d’en tirer une narration, une évocation. Écoute exigeante, donc, mais qui donne beaucoup en retour.

Écoute exigeante, donc, mais qui donne beaucoup en retour.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.