Électroacoustique (1980-1987) Gisèle Ricard

Cette quatrième parution de Tenzier rassemble trois pièces inédites de Ricard composées entre 1980 et 1987. L’une d’entre elles — Une autre création du monde — a été réalisée en collaboration avec Bernard Bonnier.

  • Tenzier
  • TNZR 053 / 2013
  • Durée totale: 43:51

Électroacoustique (1980-1987)

Gisèle Ricard

Bernard Bonnier

La presse en parle

  • Pierre Cécile, Le son du grisli, 18 février 2014
    … des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques…
  • Ralph Elawani, Exclaim!, 22 octobre 2013
    … this composition is enough to make the album worth its salt on its own.

Chronique

Pierre Cécile, Le son du grisli, 18 février 2014

Ah, les surprises que nous réserveront toujours les archives… Aujourd’hui, ce sont les disques Tenzier qui nous (me) font découvrir Bernard Gagnon. Après de brèves recherches sur internet: homme (Bernard!), né à Montréal en 1953, lâche le rock psyché pour la musique électronique au milieu des années 70, rejoint le collectif Cham Pang et, toujours plus près de nous, collabore avec Jean Derome. Mais ce que Tenzier nous offre sur ce trente-trois, c’est un florilège de compositions qui vont de 1975 à 1983 et des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques qui chassent en territoires Schaeffer, Parmegiani ou Genesis P-Orridge, à quoi on ajoutera encore une free noise quand il rejoint un groupe constitué de Michel-Paul Aussant, Jean Bourque, Jean-Pierre Gratton et Michel Courcy. Ce qui fait pas mal de noms à apprendre, je vous l’accorde… L’autre face, c’est encore autre chose… Gagnon prend une phrase d’une dictée de son souvenir («Le boa mange Léo») et joue avec elle, la retourne dans tous les sens, la chante, la plonge en rythmique prépostindus et la noie pour couronner le tout (son œuvre, ce disque) dans un bruyant mélange krautelectro. Qu’importe si cette plage sonore est en fait plusieurs pièces mises bout à bout (je ne cherche pas à savoir): son effet est immédiat; d’ailleurs, à en reparler, voilà que j’y retourne.

Les trois pièces électroacoustiques que Tenzier rassemble ici sont l’œuvre de Gisèle Ricard (en collaboration avec Bernard Bonnier, pour l’une d’entre elles). Deux noms encore à apprendre pour des sons assez différents puisque Ricard emprunte, pour composer, des couplets à des chansons françaises qui parlent d’amour (Je t’aime) ou fabrique un petit univers en Immersion ou encore une balancelle sonore qui rappelle Ursula Bogner — à moins que Jan Jelinek ne soit aussi derrière Gisèle Ricard?

… des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques…

Review

Ralph Elawani, Exclaim!, 22 octobre 2013

The brainchild of ex-Pas chic chic drummer Éric Fillion, Montréal, QC-based non-profit organization Tenzier has been disseminating, archiving and digitizing the work of obscure Québec avant-garde artists for over three years, often working in conjunction with art centres, galleries and sizable institutions such as La cinémathèque québécoise. Having released the lost recordings of revolutionary free-jazz artists, experimental filmmakers and electronic composers, Tenzier’s fourth vinyl offering features three previously unreleased tracks from composer Gisèle Ricard, bridging the gap between generations by displaying the signature visuals of video artist Sabrina Ratté on the cover.

Recorded between 1980 and 1987, Électroacoustique (1980-1987) provides one with a sense of what Ricard had in mind a few years after pursuing her studies in performance and music education at Laval University’s School of Music in Québec City. Side A tracks Je vous aime and Immersion consist of ethereal experiments in the art of plundering the subtleties and limits of language and musicality, making for a destabilizing experience, droning away from rigid genres. Originally offered to friends as a wedding present, opening number Je vous aime contains samples from nearly a dozen artists, including Gilles Vigneault, Jacques Brel and Édith Piaf. Side B’s only track, Une autre création du monde, created with electroacoustic composer Bernard Bonnier (Pierre Henry’s assistant between 1972 and 1976), stands out as the 22-minute-long pièce de résistance. Wisely chosen as the culminating point of this recording, this composition is enough to make the album worth its salt on its own.

7/10

… this composition is enough to make the album worth its salt on its own.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.