La boutique électroacoustique

Annunciations Fortner Anderson

  • Conseil des arts du Canada

Ce coffret comprend les articles suivants:

… formidable troisième disque.

— Cyrille Lanoë, Revue & Corrigée, 1 juillet 2013

L’association de Fortner Anderson avec ces différents compositeurs est une réussite

— Fabien, Liability Webzine, 14 mai 2013

  • Durée totale: 95:56
  • 49 pages
  • ISBN 9782981285706
  • LBE ANN / 2012
  • Étiquette: Les blocs errants

Annunciations

Fortner Anderson

La presse en parle

Chroniques Juillet

Cyrille Lanoë, Revue & Corrigée, 1 juillet 2013

Fortner Anderson est un poète performer originaire du Midwest américain vivant à Montréal. Un exil qui dure et qui a trouvé plusieurs connexions dont celle avec la bouillonnante scène montréalaise autour des activités du lieu La Casa del Popolo, qui a vu naitre notamment les projets autour du groupe post-rock-progressif Godspeed you! black emperor. Des connexions aussi avec sa scène des musiques électroacoustiques via des collaborations avec Alexandre St-Onge et Sam Shalabi. Quatrième disque à son actif, Annunciations est construit sur un système de “commande”, un peu comme le disque de Thurston Moore Root (lo-recordings, cd/lp, 1999) sur lequel le guitariste convoque trente artistes à remixer des parties guitares créées par Thurston pour l’occasion. La variante ici est que l’on a donné des textes à lire au poète et qui ont ensuite été remis à plusieurs artistes issus principalement des sphères des musiques électroacoustiques au sens large: Ned Bouhalassa, Andy Williamson, Christian Calon, Nicolas Bernier, Martine Crispo, Chantal Dumas, Alessandro Bosetti, Christian Kesten et John Berndt pour en faire bien sur bon usage, dans des créations sonores qui sonnent évidemment poésie sonore et musique électroacoustique. Trois cd encartonnés et un livre (que je n’ai pas eu avec la copie promo et dont je ne peux évidemment moins vous parler). Une présentation à s’y méprendre avec les structures en place telles DAME et Empreintes Digitales. Nous ne sommes malgré tout pas véritablement dans de la poésie sonore telle qu’on l’entend (ne vous attendez pas à du Paul Dutton par exemple), mais plus dans de la lecture, dans le spoken word. Lecture de textes choisis à tendance environnementale et politique. Autour de textes sur les changements climatiques, sur Guantanamo ou encore sur des rapports de missions spatiales, Fortner Anderson a toutefois réinterprété ces textes sous une forme poétique. Surtout sur la pièce de Chantal Dumas, It’s a small world. Celle d’Alessandro Bosetti est plus que surprenante, virant chanson minimale proche de Ghedalia Tazartés ou David Fenech, voire Robert Wyatt. Quand je vous dit surprenant. Dans l’écoute chronologique des trois cds, cette pièce It Is Amazing (C’est surprenant, en français, ndlr) (Gesualdo’s waterboarding) tombe à pic. Et annonce le meilleur cd des trois. Non pas que je m’ennuie, mais pas forcément surpris jusque là. Dû surement aussi au texte pas facile à digérer puisque très pregnant, pour nous non-anglophones. Donc on s’en remet au sonore, qui lui était jusque là un peu formel, sans éclat. Décidément ce troisième cd compile les trois pièces les plus expérimentales, celle de Christian Kesten avec un vrai remix et un travail sur les hésitations et le souffle naturel de Fortner Anderson, qui prend à contre-pied tout le monde, personne n’y ayant pensé jusque là. Pour finir sur une composition plus tendue par John Berndt. Parfois proche du spoken word de Jello Biafra (ex Dead Kennedys) qui a lui aussi travaillé sur Guantanamo sur son disque Jello Biafra & the Guantanamo School of Medicine, voire Henry Rollins. J’ai mis beaucoup de temps à essayer de comprendre ce disque. Pas véritablement facile d’accès pour moi. Bien content malgré tout d’avoir insisté et découvert ce formidable troisième disque.

… formidable troisième disque.

Chronique

Fabien, Liability Webzine, 14 mai 2013

Alors que le slam a éclaté à la face du monde et pas forcément pour le meilleur (c’est le moins que l’on puisse dire) on a tendance à oublier l’importance du spoken word, mouvance antérieure et qui compte en son sein de grands noms comme Gil Scott Heron, Lydia Lunch, Timothy Leary, Jello Biafra ou plus récemment Saul Williams. En fait, le spoken word a encore beaucoup d’adeptes mais il reste encore sous exposé et sous-estimé. Il faut dire, que bien souvent, le spoken word s’engage souvent sur les voies du domaine expérimental ce qui rend les choses tout de suite plus difficiles mais pas moins passionnantes. Fortner Anderson est quelqu’un qui est de cet ordre et qui est connu pour ses performances ainsi que pour son statut sur la scène montréalaise. Bon nombre de ses textes et de ses performances ont été gravé sur disques et Annunciations en est la dernière illustration. Un bel objet d’ailleurs puisque ce triple album est accompagné d’un livre qui est, lui, vendu séparément. Annunciations est tourne autour de trois poèmes qui sont basés sur des textes provenant de la NASA, de l’ONU et de la base militaire de Guantanamo. Pour donner un accompagnement sonore, voire une transformation de la voix de Fortner Anderson, on a fait appel à plusieurs compositeurs de musique concrète et électroacoustique. Chaque pièce (9 en tout et 3 sur chaque disque) est traité par un de ses compositeur avec, pour eux, une totale liberté de choix quant au à la forme qu’ils souhaitaient apporter aux efforts vocaux d’Anderson. Parmi eux, on peut citer des gens qui ont déjà une certaine notoriété comme Nicolas Bernier, Alessandro Bosetti ou Ned Bouhalassa. De fait, le résultat est assez inégal mais on a essayé ici de garder une certaine cohérence en équilibrant les forces sur chacun des disques. Il est à noter que dans le dépliant du disque chacun des compositeurs explique sa démarche par rapport aux textes d’Anderson ce qui permet de comprendre les différences entre chaque morceau. Il n’en demeure pas moins que le point commun à toutes ces lectures électroacoustiques est le minimalisme abstrait de chacune des pièces. Au-delà de cela il y a bien sur la voix de Fortner Anderson, froide, saisissante et profonde. Annunciations n’a rien de «musical» à proprement parlé mais il reste une belle illustration de ce que l’électroacoustique peut produire de mieux. L’association de Fortner Anderson avec ces différents compositeurs est une réussite qui n’est certes pas accessible à tous mais qui est largement satisfaisante pour ceux qui y sont initiés. (note: 7.5)

L’association de Fortner Anderson avec ces différents compositeurs est une réussite

Kritik

Curt Cuisine, Skug, no 94, 6 avril 2013

Fortner Anderson gilt als einer der ersten spoken word — Künstler überhaupt, bekannt für eindrucksvolle Performances und acapella — Lesungen. Seit 1976 lebt und arbeitet der gebürtige Amerikaner in Montréal. Annunciations ist sein vierter Longplayer. Das gilt in diesem Fall dreifach, denn wir haben es mit einer Triple-CD zu tun, allerdings jeweils eher in halber bis ganzer LP-Länge. Es gibt vermutlich gute Gründe, warum sich diese neun Stücke von neun verschiedenen Komponisten auf drei CDs verteilen, allein, man kennt diese vermutlich nur, wenn man das dazugehörige book of poems besitzt. Denn kompositorisch liegen zwischen den neun Herren teilweise Welten und auch der Umgang mit dem Sprach — oder Lesematerial Fortners ist in manchen Fällen mit radikal noch halbwegs harmlos beschrieben. Bei Christian Kestens Remix etwa sind wir nahe dran an Heinrich Bölls berühmter Kurzgeschichte Dr. Murkes gesammeltes Schweigen bzw. in diesem Fall eher Dr. Andersons gesammeltes Räuspern. Na gut. Beeindruckend an Annunciations ist, wer hier quasi vertont. Neben Kesten treten auf: John Berndt, Christian Calon, Martine Crispo, Ned Bouhalassa, Chantal Dumas, Andy Williams, sowie Nicolas Bernier und Alessandro Bosetti. Vor allem die letztgenannten Herren haben großartig eigenständige Arbeiten abgeliefert, Bosetti mit Der italienische Manierismus, Bernier mit Strings.Lines. und stechen daher nicht von ungefähr ein wenig heraus. Insgesamt eine durchaus stimmige, fast ein wenig demonstrative Sache. Wer heimlich Gedichte (der jede andere Spielarten von Poesie) verfasst und schon mal daran gedacht hat, die eigenen Texte durch die zeitgenössische Avantgarde vertonen zu lassen, hört hier hinein und weiß danach, ob bzw. auf welche Art davon er/sie das wirklich will.