Casse-tête Bernard Bonnier

D’une grande étrangeté à sa sortie, il le demeure encore aujourd’hui. Revue & Corrigée, France

Bonnier y défrichait le chemin à beaucoup de ce que l’on entend aujourd’hui de la part de jeunes artistes branchés. Voir, Québec

  • Oral
  • ORAL 23 / 2008
  • Durée totale: 46:07

Casse-tête

Bernard Bonnier

Quelques articles recommandés

Notes de programme

À propos de Casse-tête

Cette réédition met à la disponibilité des auditeurs de musique concrète et électroacoustique un fleuron de la production canadienne et nous instruit sur le travail exemplaire de Bernard Bonnier, compositeur né à Montréal en 1952, décédé prématurément en 1994 à Lévis, à l’âge de 41 ans.

Bernard Bonnier s’amusa, au sens propre comme au figuré, à réaliser ce disque atypique et joyeux. Même en 1984, année de sa sortie, mais cinq ans après sa conception, il est d’une grande étrangeté. Il le demeure aujourd’hui. Casse-tête est un univers folichon conçu au moyen de percussions diverses et d’instruments électroniques.

Comme ses compères de l’époque — Robert Moog, Jean-Jacques Perrey ou Raymond Scott —, Bernard Bonnier extirpa des sons étranges et comiques des ordinateurs et des synthétiseurs de son studio de Saint-Jean-Chrysostome, Amaryllis. À l’instar de Pierre Henry avec lequel il collabora de 1970 à 1975, Bernard Bonnier ose. Il compose des pièces qui oscillent entre le sérieux de son bagage électroacoustique et l’exploration ludique des possibilités issues des musiques de son époque, l’humour et l’autodérision en sus. Il définit un nouveau langage musical, le sien, unique. Et les particularités de ce travail hybride résonnent encore. Casse-tête est un disque important de notre patrimoine culturel. Oublié par la majorité, sa mort à un âge peu avancé ayant nui à l’établissement de sa notoriété, Bernard Bonnier a pourtant offert au Canada un de ses plus beaux disques exploratoires.

Éric Mattson

La presse en parle

  • Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008
    D’une grande étrangeté à sa sortie, il le demeure encore aujourd’hui.
  • Réjean Beaucage, Voir, 5 juin 2008
    Bonnier y défrichait le chemin à beaucoup de ce que l’on entend aujourd’hui de la part de jeunes artistes branchés.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008
D’une grande étrangeté à sa sortie, il le demeure encore aujourd’hui.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 5 juin 2008

L’étiquette montréalaise Oral poursuit dans la voie des rééditions d’enregistrements de «pionniers» de l’électroacoustique au Québec en proposant ces enregistrements parus en 1984 (mais qui datent de 1979). Bonnier (1952-1994) fut l’assistant de Pierre Henry au début des années 1970 et on pourra trouver une certaine influence du maître dans le mélange pop-électronique de Bonnier, qui passe encore très bien la rampe aujourd’hui. L’excellente Soldier Boy fut même enregistrée au studio d’Henry, et Bonnier y défrichait le chemin à beaucoup de ce que l’on entend aujourd’hui de la part de jeunes artistes branchés. Heureusement qu’il y en a pour remettre les pendules à l’heure.

Bonnier y défrichait le chemin à beaucoup de ce que l’on entend aujourd’hui de la part de jeunes artistes branchés.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.