Tangram Robert Normandeau

  • Conseil des arts du Canada

Éclats de voix: Prix Ars Electronica 1993 — Mention

Cette réédition propose la version ‘studio’ (remixée depuis l’édition originale de 1994: IMED 9419/20).

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Tangram

Robert Normandeau

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Le système de diffusion

L’enregistrement de Bédé, Éclats de voix, Tropes et Tangram pour ce disque est une captation de la diffusion de celles-ci en studio d’enregistrement. Les haut-parleurs étant ici des instruments de musique, il était impératif qu’ils soient transparents afin de ne pas voiler ou colorer le matériau sonore d’origine. Les haut-parleurs retenus sont les enceintes Tannoy CPA12 accompagnés de deux enceintes de graves Tannoy CPA15,2. Au nombre de huit, afin de recréer les effets de spatialisation, ils devaient posséder des caractéristiques sonores identiques, ce qui a été possible grâce à la qualité uniforme de leurs composantes et de leur fabrication. Le principe moteur des CPA12 est l’alignement temporelle coïncident des deux aimants assemblés sur un même axe; un montage dit de ‘double-concentricité’ (dual concentric). Ces haut-parleurs coaxiaux éliminent les problèmes de déphasage des deux voies communs à la plupart de ce type de haut-parleurs. Finalement, la qualité des composantes des Tannoy les dispensent d’un quelconque système électronique de compensation ou de correction; ces systèmes de traitement, ayant tendance à réagir différemment à différents volumes, affectent le son.

Claude Berthiaume, Spectrum sonorisation, Montréal [iv-94]

Pourquoi Tangram?

Pourquoi Tangram, pourquoi ce titre, je laisse l’auteur s’en expliquer: rien en tout cas pour moi d’anguleux — et rien même de géométrique — dans cette pièce éponyme qui me paraît miser, du reste, non sur des formes à combiner (tout le monde connaît le jeu chinois), sur des figures, mais au contraire sur un monde de fusion, et de quasi mystique surcharge matérialiste: sonorité toute de rondeur et de rudesse comme un sac de crin; le son y moud pour notre extase son grain énorme, nous immerge en sa plénitude panique (dionysiaque, première), ses bouillonnements mystérieux…

(Le matériau si dense parfois troué de hurlements de chemin de fer, de barrissements ou bien de giclements, bruits blancs fusants: il faut cette dynamique, ces ‘histoires vraies’ pour percer ces hypnoses de la matière, parfois en très gros plan, abstraite à force de concrétude.)

Autre principe — structurant, coalescent: une rondeur rassurante mécanique carène tout ce ‘désordre’ (métaphysique), comme un antidote sans arrêt présent; contrecarre l’entropie ‘naturelle’ par la sérénité répétitive (qui a une saveur particulière chez Normandeau): l’élémentaire y est repris, apprivoisé par le ronron de l’horlogerie des boucles, des processus de studio. Si bien que cette musique des Éléments (cris de grenouilles, oiseaux de nuit, orage) est en même temps celle des machines tournantes et des moteurs; les bruits de la nature, roulés en boule, y sont comme compactés industriellement: les deux poétiques se mélangent, indissolubles, dans des danses.

Les autres morceaux de ce disque répondent à leur façon à cette manière si personnelle et la varient (et c’est là qu’apparaît la pertinence du titre générique Tangram): Tropes nous peaufine un art de la transition-évasion — par quoi on se retrouve engoncé, enserré sous des strates, des excroissances — alors qu’on se croyait l’instant d’avant dans la limpidité la plus totale (Mozart oblige…). Bédé plus astringent (malgré quelques vertigineuses distorsions de miroirs convexes: Alice oblige…) prépare Éclats de voix, la pièce la plus élaborée, la plus déliée et la plus riche — parce que réunissant les deux principes: malgré sa dominante fusionnelle (plasticité captieuse — de mille morceaux broyés-collés) elle est discontinuée par une machinerie fantasque, la variété la plus grande de ses veines sémantiques, et quelques rares aspérités charmantes, arêtes vives vocales de l’enfance.

Jean-Christophe Thomas, Paris (France) [ii-94]

Tangram, le disque

Emprunté au titre de l’une des œuvres de ce disque, Tangram représente l’idée selon laquelle on peut donner au réel des formes inédites et insoupçonnées en quantité presque infinie à partir d’éléments aussi simples que la voix d’une enfant, le son d’un train qui passe ou encore de quelques notes de musique classique. Quoique de nature contrastante, les œuvres présentes sur ce disque ont plusieurs points en commun.

Le premier de ceux-ci est la nature des sons utilisés qui sont tous, sans exception, de nature acoustique. La plupart proviennent d’enregistrements personnels réalisés à l’aide d’un magnétophone DAT portatif.

Le second point commun est la diffusion multipiste à laquelle ce cycle d’œuvres est destinée. En effet, le mode de travail en studio a été élaboré de manière à permettre une diffusion directe de chacune des pistes de la bande originale (16 pistes, 1/2 pouce, Dolby S) sur un haut-parleur distinct sans avoir à retoucher les niveaux ou les égalisations. Le mixage des différentes voies s’opère donc acoustiquement plutôt qu’électroniquement. Ainsi, la spatialisation des sons fait partie du processus de composition et l’espace devient un paramètre sonore au même titre que la hauteur, la durée ou l’intensité.

Le troisième point commun découle directement du second: afin de conserver autant que possible l’impression d’espace qui se dégage lors de l’écoute multipiste, nous avons eu l’idée, Jean-François Denis et moi, de recourir à ce même type de diffusion pour l’enregistrement en studio. Ainsi, la bande finale stéréophonique de toutes les pièces (à l’exception de Spleen, composée ultérieurement), qui a été produite au Banff Centre for the Arts (ingénieurs: Antonio Oliart et Stephanie Rogers; assistante: Jennifer Lewis ), a été enregistrée grâce à un système de diffusion à multiples haut-parleurs simulant le concert.

Enfin le dernier élément et probablement le plus important est la perspective générale à l’intérieur de laquelle se situe tout mon travail depuis plusieurs années: celle du cinéma pour l’oreille. Essentiellement, cette démarche se résume à l’idée de puiser en dehors du musical, et plus particulièrement dans le monde cinématographique, les sources d’inspiration et les thèmes qui sous-tendent les œuvres. Ces thèmes, directement issus des titres mêmes de celles-ci, deviennent les pôles autour desquels la composition s’élabore et se construit, et constituent des balises, des points de repères pour l’auditeur confronté à ce monde de l’inouï.

Les œuvres présentes sur ce disque représente l’essentiel de mon travail des quatre années s’échelonnant de 1990 à 1993.

Robert Normandeau, Montréal [iv-94]

La presse en parle

  • Gred Horton, SAN Diffusion, 1 octobre 2000
    … soundtracks for the mind…
  • Steve Benner, Amazon, 17 août 2000
    This is definitely a work to play and to savour over and over.
  • Jesús Gutierrez, Hurly Burly, no 11, 1 juillet 1999
    … como música para visualizar.
  • Tom Schulte, Outsight, 1 janvier 1998
    Normandeau creates pure adventures in sound.
  • Noah Wane, Splendid E-Zine, 13 octobre 1997
    Mr. Normandeau is to be applauded for creating such inviting and sensitive electronic music.
  • Ear Magazine, 1 juin 1997
    Excellent — Among the Best of the Genre
  • Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 170, 1 février 1996
  • James Baiye, Paris Transatlantic, 1 décembre 1995
    As the listener is swirled into the inexorable movement of the piece, the places (‘lieux’) become almost miraculously tangible.
  • Rick MacMillan, SOCAN, Paroles & Musique, 1 janvier 1995
    … débordantes de timbres séduisants…
  • François Tousignant, Le Devoir, 3 décembre 1994
    … pour le plaisir de nous délecter dans les moments de tension croissante qui trouvent leur solution en une forme toujours étonnante…
  • François Tousignant, Le Devoir, 17 octobre 1994
    À mon tour de renchérir en mentionnant l’excellente trame sonore signée Robert Normandeau
  • Luca Isabella, Deep Listenings, no 1, 1 septembre 1994
    Daring music: empreintes DIGITALes
  • Ralph Hopper, Contact!, no 8:1, 1 septembre 1994
    … un des compositeurs les plus influents de ce genre…
  • Albert Durand, Revue & Corrigée, no 20, 1 juin 1994
    … techniquement impeccable…

Review

Gred Horton, SAN Diffusion, 1 octobre 2000

Normandeau freely admits to having been influenced by various other music forms including rock; these influences are obviously audible in most of his works. For example his piece Venture, which was created in 1996, uses as its sole source material the music of Jimi Hendrix, Led Zeppelin, Pink Floyd and other rock artists. Certain pieces on Tangram share some of the common elements which can be derived from rock music, i.e. long determined passages and repetitive rhythms.

Tangram’s first track Bédé (1990) uses onomatopoeia through the voice of eleven–year–old Marie–Helene Blain. The effect is of children giggling, whispering and conspiring together in an ethereal world, tentatively touching the real world like Alice Through the Looking–Glass. Was Charles Lutwidge Dodgson listening to this when he wrote about Alice? Éclats de voix (1991), also uses onomatopoeia through its spoken passage: various sections lead us through processed effects; ghostly mutterings and industrial sound textures which lend a sadness and emptiness to a spectral score, introducing the listener to an elaborate sound world. Spleen (1993), for which the composer was awarded the Main Prize at the Musica Nova 95 International Competition held in Prague, is full of tension built up through a percussive heartbeat, but there is an underlying irritability in the piece like the weariness a traveller may feel at journeys end. An undoubtedly complex work. Track 4 Tropes (1991) contains excerpts from Mozart’s chamber works. Beyond the treated piano and orchestral soundscapes lies a delicate inner core. Normandeau appears to dissect and then reassemble Mozarts music whilst still maintaining the original composers subtle creation of character. The title track Tangram (1992) is at 27:05 minutes — the longest piece on the disc. This powerful piece strains to give birth to the perfect Chinese Tangram, a seven piece geometrical form, finally emerging into fluidity and composure.

Robert Normandeau’s Cinema for the Ear aesthetic lends to his work a depth where meaning, sound and music become one. Either composition on this disc could be placed into a film script, these are soundtracks for the mind, very filmic in structure, and will therefore affect each listener differently creating a personal imaginary element.

I first bought the CD and listened to these compositional works in 1994, found it excellent then and I still find it drives my imagination in the year 2000.

… soundtracks for the mind…

Stunning sounds; captivating compositions

Steve Benner, Amazon, 17 août 2000

The original 1994 release of Robert Normandeau’s Tangram from DIFFUSION i MéDIA (on the empreintes DIGITALes label) was a double CD edition. It contained TWO copies of the same music: one disc having straight transcripts of the DAT masters, for diffusion use; the other being a recording of the same music diffused into a studio space from an 8-speaker array, better suited for playback over domestic hi-fi. This re-release (in DiM’s new environmentally friendly cardboard OPAK packaging) contains just the latter CD but as the two versions were all but indistinguishable from each other (at least on a domestic hi-fi system), there is little lost for the home purchaser.

The five works presented here showcase the works of Québécois acousmatic composer Robert Normandeau produced between 1990 and 1993, and includes two prize-winning entries in the Noroit-Léonce Petitot International Competition. Éclats de voix (“Bursts of Voices”, 1991) was winner of 1st Prize for Jury as well as Public’s Prize at Noroit 91. The work is constructed entirely from computer-processed samples of the voice of an 11-year old - although this source is, in fact, hardly ever obvious. The exquisite sonorities (representing five childhood ‘states’) that Normandeau wrests from his source are entirely captivating (like most of his work) and the piece is an absolute delight from start to finish. The disc’s opening work, Bédé (1990) is an electroacoustic miniature, of just 3 minutes duration, derived from the same source material but making an interesting contrast with Éclats de voix. The source sounds in Bédé are more discernible for what they are; the piece is also rather darker and gives a somewhat more disturbing view of childhood than that presented in the later work.

The third work on the disc, Spleen (1993) continues the same theme. Awarded the Public’s Prize at Noroit 93, this piece is constructed entirely from processed vocal samples of the voices of four 16-year old adolescents. Its restless pulsing rhythms and sudden mood-swings portray only too well most people’s experience of that time of life and in a way that is impossible to draw away from! Fabulous stuff!

Tropes (1991) presents a different face to Normandeau’s work. The starting point for this piece is the chamber music of Mozart. More specifically, recordings of Mozart’s music, here computer-manipulated out of all recognition-not just as originating from Mozart, but even, in fact, as being instrumental music at all-except for a very few short passages. The result is an entirely individual - almost deconstructivist - view of the relevance of Mozart to the modern musician as well as the contribution that he made to the development of western art music. In this work, Normandeau demonstrates his complete mastery of his own chosen art, demonstrating a genius not far short of that of the great master, himself! The final work on this compilation, Tangram (1992) is a purely acousmatic composition. Part of Normandeau’s “Cinema for the Ears” oeuvre, this 27-minute epic takes the listener on an electroacoustic journey through the seasons, “highlighting the elements and materials associated with each.” The work is inspired by the Chinese puzzle from which it derives its name and shows a sonic equivalence to it, utilising simple sound elements to form complex structures, which become recognisable through their very figurative or associative natures. Here we have another entirely captivating auditory experience. Throughout, abstract or barely recognisable sound materials are blended perfectly with more recognisable, richly associative material: the calling of loons, crackling of flames, pulled zippers or the unmistakable sound of freight-train air-horns echoing through the Rocky Mountains above Banff-to name just a few of the more obvious environmental sounds from which this work is built. This is definitely a work to play and to savour over and over.

Like most of Normandeau’s music, this disc deserves to be in the collection of every lover of serious, contemporary music. If you already have it and are looking for more, the release Lieux inouïs from the same company contains almost all of this composer’s works which pre-date the music here. His latest works are featured in DiM’s CD release Figures. Both are every bit as good as this.

This is definitely a work to play and to savour over and over.

Discos

Jesús Gutierrez, Hurly Burly, no 11, 1 juillet 1999

Tangram presenta cinco partes que prácticamente todas ellas pueden autodefinirse como concepttualmente oníricas o como música para visualizar. Pese a que todas son diferentes en la valoración y selección de los sonidos tienen en común avalanchas de fluído electrónico en constante relación con determinadas manchas vocales entramadas en marañas de cuerda y espacios creados para el silencio.

… como música para visualizar.

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 janvier 1998

Normandeau creates pure adventures in sound. Crackles, animal kingdom sounds, machinery, electronic instrumentation and more flow from one to another. This series of sounds not only commands attention but is sufficiently dovetailed to strike the listener as musical. He refers to his suggestive style as “acousmantic music” in which Normandeau creates “cinema for the ear.” I can attest to his success in inspiring mental images as effectively as other music creates moods. Like the well-known Chinese puzzle, the composer puts together superficially incongruous sound-shapes into arresting and imaginative aural sculptures. (4.5/5)

Normandeau creates pure adventures in sound.

Review

Noah Wane, Splendid E-Zine, 13 octobre 1997

Academic electronic music can be so cold at times, so calculated and intellectualized, so academic! The pleasure of Tangram is that the music it contains is so human. Part of the reason for this lies in the fact that Robert Normandeau creates his music entirely from acoustic samples (often human voices), thereby giving his music an innate organicism. Another reason is that each piece on Tangram is aurally cinematic in the sense that each tells a story — which is refreshingly human in a century like ours where the trend in ‘serious’ music has been decidedly anti-programmatic. Finally, there is Normandeau’s recording technique, which aims to recreate a live-concert-type atmosphere. Rather than mix his works electronically, he ‘mixes’ them acoustically by routing each track to a speaker and spacing the speakers in different configurations in the studio. Thus each ‘mix’ is actually a distinct capturing of the sonic diffusion created by a given speaker setup. If you want to hear what this adds up to, Tangram has two ‘mixes’ of each piece so that you can compare and contrast. Mr. Normandeau is to be applauded for creating such inviting and sensitive electronic music.

Mr. Normandeau is to be applauded for creating such inviting and sensitive electronic music.

Off the beaten path

James Baiye, Paris Transatlantic, 1 décembre 1995

Lieux inouïs (Unheard-of Places) by Québécois composer Robert Normandeau reminds us of Neil B Rolnick’s Sanctus from Bridge Records [PNMR Vol. 1, 5]. Working with completely different aesthetics, two composers with nothing in common have coincidentally created similar sounds from classical sacred music. Like a lot of French Canadian music, the Normandeau CD is narrative; almost programmatic, following a natural and extremely sophisticated progression. And like a lot of American music, the Rolnick CD is abstract, occasionally funny, and mostly non-linear. But Rolnick pales in comparison compositionally, and surprisingly enough, technically. Both composers use tape samples (analog, not digital) of classical music. In Normandeau’s disc. the cited music is mixed with environmental sound, much of it readily identifiable. For instance, Jeu (Game), an electronic tour de force, uses a mélange of nostalgic references to Paris (sounds of the Metro, ÀOrly airport, construction noise) and organ anf choral music. As the listener is swirled into the inexorable movement of the piece, the places (lieux) become almost miraculously tangible. Impressive and intriguing.

As the listener is swirled into the inexorable movement of the piece, the places (‘lieux’) become almost miraculously tangible.

Critique

Rick MacMillan, SOCAN, Paroles & Musique, 1 janvier 1995

Ce coffret de deux CD contient cinq œuvres électroacoustiques de Robert Normandeau débordantes de timbres séduisants, et dont plusieurs ont remporté des prix européens. Ce coffret comprend des échantillonnages de sons acoustiques allant de la manipulation de voix d’adolescents dans Spleen à des extraits métamorphosés de la musique de chambre de Mozart dans Tropes en passant par des sons provenant de la collection d’instruments du département d’ethnomusicologie de l’Université de Montréal dans Tangram.

… débordantes de timbres séduisants…

Hors des sentiers battus

François Tousignant, Le Devoir, 3 décembre 1994

Pour souligner les contrastes du XXe siècle, la jeune maison de disques montréalaise empreintes DIGITALes, nous propose neuf albums de musique électroacoustique de compositeurs québécois et canadiens. La présentation en est très soignée; on va même, pour certains disques, proposer un disque fait pour l’écoute chez soi ou à la radio et un second, avec les mêmes œuvres, pour la diffusion en concert. Cela vous permettra de faire quelques expériences. N’ayant pas la place pour parler de tous ces compositeurs en une seule fois (il y a en un par disque), nous n’avons choisi que deux disques.

D’abord celui de Robert Normandeau, le représentant probablement le plus recompensé de nos compositeurs de musique électroacoustique.

La construction du disque est fascinante par l’ordre des œuvres présentées ici: du petit bonbon d’entrée qui n’effraiera personne (Bédé), on avance graduellement dans un univers plus inspiré par les sonorités de Stockhausen (Éclats de voix, Tropes), pour aboutir à la grande forme plus originale et ambitieuse de Tangram.

Si les citations de Tropes sont parfois assez poétiques, il nous faut admettre une certaine réticence à une petite complaisance dans la beauté des extraits de Mozart. Spleen est de loin la pièce qui a remporté la palme auprès de notre fils de 13 ans et c’est tant mieux! Osons avoir ce courage et plonger à la découverte. Comme le disait si justement Baudelaire: «Enfer ou ciel, qu’importe / Aller au fond du Gouffre, pour trouver du Nouveau.» Nous avons cependant préféré le souffle de Tangram, avec toutes ces fines variations toujours intelligentes et surtout pour le plaisir de nous délecter dans les moments de tension croissante qui trouvent leur solution en une forme toujours étonnante. Osez, par un soir de tempête, sous un éclairage tamisé.

… pour le plaisir de nous délecter dans les moments de tension croissante qui trouvent leur solution en une forme toujours étonnante…

Beckett et la musique de Normandeau

François Tousignant, Le Devoir, 17 octobre 1994

Mon collègue Robert Lévesque a déjà dit tout le bien qu’il pense des deux pièces de Samuel BeckettLa Dernière bande et Pas moi — à l’affiche jusqu’au 12 novembre au Théâtre de Quat’Sous. À mon tour de renchérir en mentionnant l’excellente trame sonore signée Robert Normandeau et qui constitue en quelque sorte un personnage en elle-même. Ceux qui suivent la carrière du compositeur en musique électroacoustique classique et se souviennent des merveilleuses soirées astro-musicales qu’il animait au Planétarium Dow seront ravis de le retrouver au théâtre ou encore d’acheter son dernier disque intitulé Tangram, lancé récemment sous étiquette empreintes DIGITALes. Les représentations au Quat’Sous ont lieu du mercredi au samedi à 20h et en matinée le dirnanche à l5h jusqu’au 12 novembre.

À mon tour de renchérir en mentionnant l’excellente trame sonore signée Robert Normandeau

The Electronic Universe, Daring Music: empreintes DIGITALes

Luca Isabella, Deep Listenings, no 1, 1 septembre 1994

Il primo, che rappresenta un notevole passo in avanti rispetto al precedente Cd di Normandeau, contiene due versioni (su due Cd) degli stessi brani, che si differenziano essenzialmente per il loro trattamento in fase di mixing. La prima versione, infatti, é una registrazione multitraccia appositamente cancepita per l’ascolto in stereofonia o per la messa in onda (chissà chi avrà mai questo ardire, almeno qui in Italia), la cui realizzazione, ampiamente descritta nel libretto accluso, rappresenta aspetti sicuramente interessanti, in quanto si tratta di una registrazione stereofonico in presa diretta da una serie di altoparlanti, ognuno relativo ad una particolare traccia del brano. La seconda versione é invece dedicata alla diffusione in concerto. Da un punto di vista più strettamente musicale e meno tecnico, siamo di fronte, come nella maggior parte delle opere presentate da empreintes DIGITALes, ad un’opera piuttosto complessa, soprattuHo a livello strutturale. Il rischio maggiore é che risulti un pò freddina per chi ama l’impatto emotivo, mentre può sicuramente entusiasmare le menti razionali e gli amanti dell’arte del tono.

Daring music: empreintes DIGITALes

Critique

Ralph Hopper, Contact!, no 8:1, 1 septembre 1994

Depuis le jour où j’ai eu ce DC, il ne quitte plus ma platine. Les textures sonores incroyables, la structure si maîtrisée et le jeu constant entre les sons intriguants font que mon attention est constamment sollicitée. Toutes les pièces de ce disque sont de qualité égale et très agréables à écouter.

Bédé, disponible sur le DC IMED 9004 [maintenant IMED 9604], est ici présentée dans un autre format. Une autre pièce, Spleen, ne dépaysera pas les membres de la CEC qui l’ont connue lors de sa création aux Journées Électro-Radio Days. Les 5 pièces constituant ce DC sont représentatives de la production des années 90 de Robert Normandeau et de son orientation vers un «Cinéma pour l’oreille». Ces travaux sont dignes de recevoir un Oscar! Tout porte à penser qu’il deviendra un des compositeurs les plus influents de ce genre.

Ce disque est en fait un double DC [dans l’édition originale, IMED 9419/20], une version stéréo provenant de l’enregistrement des haut-parleurs et destinée à l’écoute domestique ou la diffusion radiophonique, et une autre version studio destinée à une diffusion en concert.

La sensibilité musicale de Normandeau est telle que les auditeurs novices autant que les plus expérimentés trouveront des éléments à apprécier. En tant qu’homme de radio, c’est le genre de travail électroacoustique que j’aime écouter et que je recommande.

Nous n’en attendions pas moins de la part de Robert Normandeau, mais nous ne devons pas pour autant oublier de remercier les gens d’empreintes DIGITALes de nous donner accès à de tels enregistrements.

… un des compositeurs les plus influents de ce genre…

Critique

Albert Durand, Revue & Corrigée, no 20, 1 juin 1994

Parmi ces nouveautés, il y aussi deux doubles CDs qui, précisons le, sont vendus au prix d’un simple. Tangram de Robert Normandeau, un double qui propose les mêmes pièces mais dans deux versions différentes. Il s’agit de pièces en multipistes avec une version enregistrée en studio sur 14 haut-parleurs et une autre qui est une réduction en stéréo. Il y a réellement une différence d’espace entre ces deux disques. On peut regrouper trois pièces Bédé (qui figure sur la compilation Électro clips), Éclats de voix (qui figure sur Prix international Noroit-Léonce Petitot 1991) et Spleen (qui figurera sur Prix international Noroit-Léonce Petitot 1993) qui utilisent la voix d’enfant comme matériau de base avec une idée de suivi puisque l’on passe du monde de l’enfance à celui de l’adolescence. Ces pièces font apparaitre au premier plan des éléments rythmiques, dynamiques. Tropes réalisé avec des extraits de Mozart laisse à désirer, autant pour l’idée que pour le résultat. Tangram qui donne son titre au disque est dédié à Francis Dhomont. On y retrouve le son de cette bille qui roule cher à Dhomont. Une pièce composée de grands mouvements circulaires, spiralés ou en rebonds, un éclatement permanent de roulements mécaniques, de grincements métalliques, de rythmiques ferroviaires… Même si techniquement impeccable, on regrette un manque de vécu qui humaniserait un peu cette musique et la sortirait de la simple prouesse technique où parfois elle s’enferme.

… techniquement impeccable…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.