Claire-voie Wende Bartley

Couverture: Kathryn Jacobi, Diva in Extremis #17 (1992)
  • Conseil des arts du Canada

Haunting and otherworldly… WomanRock, ÉU

You have never heard anything like this. I mean that. Splendid E-Zine, ÉU

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Claire-voie

Compact-compact 2

Wende Bartley

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Claire-voie, le disque

Pour la compositeure, le titre Claire-voie signifie «laissez passer la lumière» et sert aussi de source pour la notion de clairvoyance, de l’expansion de la perception sensorielle. De plus, en français, la prononciation des mots «voie» et «voix» est la même: les quatre pièces de ce disque incorporent la notion de voix, explorent les images importantes de l’histoire collective des femmes, développent de nouvelles frontières sonores tout en donnant la «parole» à l’expérience culturelle des femmes. Ces pièces tentent de montrer — de faire la lumière sur — une nouvelle prise de conscience du pouvoir des femmes, ce par des métaphores sonores.

Wende Bartley [i-94]

La presse en parle

  • Tom Schulte, WomanRock, 1 décembre 1999
    Haunting and otherworldly…
  • Deirdre Devers, Splendid E-Zine, 22 novembre 1999
    You have never heard anything like this. I mean that.
  • Andra McCartney, eContact!, no 1:1, 1 février 1998
    It is powerful and evocative work.
  • Rob Forman, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997
  • Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997
  • Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 170, 1 février 1996
  • SOCAN, Paroles & Musique, no 2:3, 1 mars 1995
  • Tom Schulte, Outsight, 1 janvier 1995
    … a ballet for lite shadowy figures emerging from the mist.

Review

Tom Schulte, WomanRock, 1 décembre 1999

Wende Bartley has worked alone and creatively in the electroacoustic field. This Toronto-based composer here presents pieces composed for female voice and tape. Composed from 1985-1993 these four pieces explore the ‘chthonic,’ mysterious aspects of the female psyche centered on phases of the moon. Mezzo-soprano Fides Krucker features prominently on Ellipsis singing, wailing and summoning the spirits of Selene. Haunting and otherworldly, Bartley’s is a ballet for lithe shadowy figures emerging from the mist. Further shrouded in disembodied voices caught on the tape, the sisterhood spins slowly in moonlit ancestral worship. (4.5/5)

Haunting and otherworldly…

At a Glance Reviews

Deirdre Devers, Splendid E-Zine, 22 novembre 1999

You have never heard anything like this. I mean that. On first listen, Ellipsis and Rising Tides of Generations Lost may remind one of the emotionally unsettling Diamanda Galas recordings of the late eighties. Imagine being left in the basement of the Amityville house with a box of wet matches and you have an approximation of Claire-voie’s atmosphere of unease. There is a bleak austerity to these pieces, composed of a foreboding soprano accompanied by stray sounds, rustling percussion and ghostly synthesizers. Wende Bartley’s Claire-voie is a siren song not meant for the faint hearted.

You have never heard anything like this. I mean that.

Compte rendu

Andra McCartney, eContact!, no 1:1, 1 février 1998

Claire-voie réunit quatre pièces électroacoustiques de Wende Bartley, composées entre 1985 et 1993. Son travail est caractérisé par de denses couches de sons instrumentaux, environementaux et vocaux, ainsi que d’exploration des divers potentiels de la voix féminine. C’est un travail fort et évocateur.

Ellipsis (1989-93, 14:31) est une œuvre pour voix de femme et bande. Interprètée par la mezzo-soprano Fides Krucker, cette pièce explore des techniques vocales étendues telles la multiphonie, les arrêts de glotte et autre ‘friture’ vocale, dans une structure en trois parties associées aux phases de la lune, narrant l’inconscient collectif féminin, que Bartley appelle «The Age of Darkness», «Creating a New Space», et «The Age of Resonance» (voir également la description de Hannah Bosma de cette pièce dans le 1995 International Computer Music Conference Proceedings, pp. 141-142).

La deuxième pièce, Rising Tides of Generations Lost (1985-93, 15:01), est ma préferrée sur ce disque. Elle commence avec des voyelles, consonnes et syllabes soupirées, allant jusqu’aux mots et finalement de plus longues phrases presque inaudibles, pour réapparaître à nouveau dans les feux qui torturaient et faisaient taire les femmes. Dans sa description de la pièce, Bartley cite la romancière américaine Kate Chopin: «cette ‘naissance’ est vague, enchevêtrée, chaotique et extrêmement dérangeante. Peu d’entre nous on réussit à émerger d’une telle naissance. Combien d’âmes ont périt dans son tumulte». Aussi dérangeant que cela puisse être, je garde toujours espoir et me trouve renforcé par les voix fortes qui émergent clairement vers la fin.

Ocean of Ages Revealed (1991, 13:21) explore la gestuelle de la musique vocale des Balcans, ainsi que d’autres sources, modifiée à l’aide du système PODX développé par Barry Truax à l’Université Simon Fraser. Le procédé permet aux compositeurs d’allonger et d’étirer les sons pour obtenir des changements microscopiques dans une tapisserie aux mouvements lents. La pièce est basée sur une image faite par Susan Griffin, qui nous amène vers les profondeurs d’une cave, nous permettant de voir au passage des images d’un autre temps gravées sur les murs.

La dernière pièce, IceBreak (1992, 14:22) évoque le monde de la glace fondante se transformant en eau, passant par des «états de rupture, d’isolation, d’introspection de passion et d’infusion». Elle est faite à partir de textures crées par de courtes improvisations sur des instruments du Kyai Madu Sari, le gamelan de cour javanais. Les textures forment un flot rythmique et mélodique qui se répondent dans l’espace sonore.

Je trouve dans la musique de Bartley une source d’énergie spirituelle et de conscience féminine qui va bien avec la diversité et la profondeur technique et musicale. J’écoute souvent ce disque. (traduction: Yves Gigon)

It is powerful and evocative work.

Review

Rob Forman, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997

Yet another compelling release from [empreintes DIGITALes] in their “affordable” series. Bartley is based in Toronto and has been involved with electroacoustic sounds for over ten years. This CD contains compositions spanning her career and is characterized by spacious, slightly icy, and ethereal works. Two of the pieces use vocal sources to solid, but differing effects. The intensity (without the drama) of the other two pieces is something we could hear more of in a genre that often overemphasizes “dramatic” sounds.

Review

Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997

Three pieces constitute this CD — all work from the mid-to-late 80’s. All very electronic and similar in character. Very listenable stretches of texture landscapes separated by short, swishy intervals of tape effects. Compositions evolve in ways that are appreciable even on a “passive listening” level. Reminiscent of Christian Zanési’s GRM LP, or Christian Clozier’s Quasars CD.

Critique

SOCAN, Paroles & Musique, no 2:3, 1 mars 1995

Réservées à l’initié, les quatre compositions de Wende Bartley déterminent et représentent l’essence même de la musique contemporaine. Tout au long de cet enregistrement, sous la direction de Jean-François Denis, Bartley explore, décortique et expérimente de multiples palettes sonores et ce, aussi bien au niveau vocal qu’instrumental. Le cheminement philosophique de ces pièces, où la femme prédomine, s’épanouit par le truchement de textes imprimés dans le livret interne.

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 janvier 1995

Wende Bartley has worked lone and creatively in the electroacoustic field. This Toronto-based composer here presents pieces composed for female voice and tape. Composed from 1985-1993 these four pieces explore the chthonic, mysterious aspects of the female psyche centered on phases of the moon. Mezzo-soprano Fides Krucker features prominently on Ellipsis singing, wailing and summoning the spirits of Selene. Haunting and otherworldly, Bartley’s is a ballet for lite shadowy figures emerging from the mist. Further shrouded in disembodied voices caught on the tape, the sisterhood spins slowly in moonlit ancestral worship. (4.5/5)

… a ballet for lite shadowy figures emerging from the mist.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.