Requiem Michel Chion

  • Ina-GRM

Le Monde de la Musique 4

Répertoire 9

… Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death. Outsight, ÉU

It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for? Splendid E-Zine, ÉU

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Requiem

Michel Chion

  • CD
    IMED 9312
    Épuisé

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Préface

L’évolution effrénée de nos sociétés oblige chacun de nous à requestionner ses compétences et à développer des facultés d’adaptation, sans commune mesure avec ce que les générations précédentes ont connu. En ce sens, Michel Chion, chez qui la polyvalence (chroniqueur, historien, essayiste, biographe, musicologue, cinéaste, compositeur) le dispute au savoir-faire (écrivain de stature, conférencier d’expérience, musicien hors-pair), est pleinement armé pour affronter cette époque.

Mais les années actuelles constituent également le creuset des désenchantements, du nivellement des idées, de la désuétude des idéologies. Par son engagement envers les nouvelles formes de communication et par ses prises de position passionnées sur la musique «des sons fixés», Michel Chion perpétue une tradition dévolue au passé, où les débats d’idées exprimaient autre chose que le désarroi des politiciens ou la détresse de l’homme de la rue.

Mais c’est justement par cette étroite chimie, par cette fusion d’attitudes qui en général s’excluent mutuellement, que Michel Chion nous trace peut-être une voie à explorer, un «futur qui aurait un avenir».

François Guérin, Montréal [x-93]

Requiem, le disque

Les trois pièces figurant sur cet album ont été composées à des dates différentes et avec des propos distincts (même si le Requiem et Nuit noire ont des points communs). Cependant, on peut les écouter comme un seul programme en trois parties complémentaires, dans lequel le temps, d’abord ritualisé et solennel (le Requiem), puis contracté au maximum (Variations), devient de plus en plus étale et flottant, cherchant à mener l’auditeur au bout de sa nuit.

Michel Chion, Paris (France) [x-93]

La presse en parle

  • Tom Schulte, Outsight, 1 juillet 1999
    … Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death.
  • George Zahora, Splendid E-Zine, 7 décembre 1998
    It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for?
  • Laurie Radford, Contact!, no 9:1, 1 septembre 1995
    … une forme de musique concrète des plus pures et des plus dépouillées. Peut-être aussi des plus profondes.
  • Pascal Brissaud, Répertoire des disques compacts, no 68, 1 avril 1994
    … cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.
  • Jérome Noetinger, Revue & Corrigée, no 19, 1 mars 1994
    … un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués.
  • Franck Mallet, Le Monde de la Musique, no 175, 1 mars 1994

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 juillet 1999

Chion began splicing together tape making musique concrète in France in the 1970s. The title track [Requiem] to this collection of pieces is a 37:16 dark, mysterious and at times demented version of the classic Funeral Mass. Funeral Mass is the basis for all classical requiems. While such classic requiems glorify in the suggestion of eternal life suggested by the religious interpretation of death, Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death. A dark, kaleidoscope collage of cruel whispers, snippets of choral works and eerie, segmented sacred string music promote a feeling of uneasiness and abandonment. Variations (10:02) finds Chion still working creatively with tape in the late 80s and 1990. An odd, transmogrified waltz is the underlying theme to this series of sonic portraits separated by silent periods. Nuit noire (Black Night) (22:14) precedes Variations chronologically and is dedicated to American science fiction writer Philip K Dick (Blade Runner, Radio Free Albemuth, Valis). This nightmare sequence is an aural re-enactment of a sleepless night of terror. Creaking, groaning and things that go bump in the night cavalcade through this unsettling work. (4/5)

… Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death.

At a Glance Reviews

George Zahora, Splendid E-Zine, 7 décembre 1998

Requiem contains three classic musique concrète compositions from Michel Chion. All were produced at the GRM in Paris (the acousmatic headquarters of the world). The Requiem itself is an electronic take on the traditional form. Variations is a ‘technical study’ which takes an original waltz theme and fragments it. Nuit noire is considered a ‘monodrama’ — that is, a drama centering around one ‘character.’ In this case what we hear are the detached reactions of this ‘character’ to a nightmare. It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for?

It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for?

Compte rendu

Laurie Radford, Contact!, no 9:1, 1 septembre 1995

Voici la douzième parution de la maison empreintes DIGITALes qui compte maintenant un catalogue de dix-huit disques compacts représentatifs des diverses formes d’art électroacoustique. Il a été réalisé en collaboration avec l’GRM et est au nombre des réalisations récentes présentant des artistes électroacoustiques internationaux. Ce disque a un intérêt particulier puisqu on y trouve principalement la réédition de Requiem, une œuvre composée et interprétée pour la première fois en 1973 et qui avait paru à l’origine sur un disque vinyl de l’GRM.

Chion est un électroacousticien français de la première heure et un des principaux théoriciens dans le domaine, partisan d’un retour aux principes de non-causalité à l’origine de la musique concrète et composant rigoureusement dans ce style. Son œuvre est vaste et d’une grande diversité, sa carrière couvre les années soixante à nos jours et inclut des pièces importantes, des «mélodrames concrèts», tels que La tentation de saint Antoine et Le prisonnier du son.

Requiem, dont le texte est basé sur la Messe des funérailles, est un ensemble de “témoignages” de sources vocales différentes, en dix mouvements et d’une durée totale de 37 minutes. Avec un mélange et une juxtaposition rapide de sons électroniques et de sons environnementaux, une myriade de styles vocaux et de contextes aux textes chargés de sens, Requiem crée une effet dramatique d’embardées, surprenant quelquefois, et qui va du Sanctus le plus fou au mouvement final, un Libera Me transcendental.

Les Variations qui suivent sont un peu comme une mosaïque et sont représentatives des recherches techniques poursuivies par Chion à la fin des années 80. Des blocs de matériel contrastant changeant constamment et introduits par un bref thème de valse se developpent en une réflexion et une «affirmation de la tornade de la vie».

La dernière pièce sur le disque, Nuit noire, est un exemple parfait du style monodramatique de Chion. Un héros anonyme gémissant et grognant déambule tel un somnambule au milieu d’une série de séquences cauchemardesques. Angoisse, terreur, folie… un portrait des profondeurs dans lesquelles l’humain peut descendre. La pièce de Michel Chion est une forme de musique concrète des plus pures et des plus dépouillées. Peut-être aussi des plus profondes.

… une forme de musique concrète des plus pures et des plus dépouillées. Peut-être aussi des plus profondes.

Critique

Pascal Brissaud, Répertoire des disques compacts, no 68, 1 avril 1994

Le Requiem de Michel Chion date de 1973. Il semble avoir encore gagné en actualité, surtout dans cette «recomposition» qui lui adjoint deux pendants de forte substance, les Variations, œuvre récente (1990) et une composition intermédiaire, le saisissant Nuit noire de 1979-85, en un itinéraire impitoyable qui nous conduit jusqu’à la lisière (et non pas jusqu’au bout, ça, c’est le privilège des romantiques) de notre propre nuit.

Œuvres «concrètes», elles imposent, par les vertus du montage et du mixage, l’image d’une multitude de sources hétérogènes (voix, éléments électroniques, bruits concrets), composées avec un total subjectivisme (ou un subjectivisme totalitaire) puis détinitivement fxées sur la bande. Le résultat est un objet parfait, par construction et par destination. Aucun cheminement, au long de ce Requiem, dont le texte (traditionnel, avec interpolation d’une Epître. d’un Evangile et d’un Pater Noster) est travailié en une muititude de niveaux de sensibilité différents, du déchifrage obtus (Epître) à l’irruption monstrueuse d’un inconscient hideux (Sanctus), de la voix naturelle à la voix filtrée (par le téléphone, par exemple), mais un impitoyable statisme, bouclé sur lui-même. L’environnement est un constant référent à notre quotidien, du plus objectivemenl banal (aboiements de chiens, bourdonnements d’insectes) au plus intime, au plus inavouable: c’est le domaine des bruits «cryptiques», dont l’organicité renvoie à un grouillement malsin de choses félides et crasseuses (l’hôpital). C’est prodigieusement dérangeant dans sa dimention immédiate (pas d’intermédiaires, d’«interprètes» entre le message et nous) et, surtout, quotidienne; pas de place pour le sublime (cl. les Requiem de Mozart, Verdi, Brahms…) ou pour la distance. Michel Chion nous dit que la mort s’inscrit au cœur même de la vie, dans une familiarité terrible qui est celle même, grotesque el dérisoire, des Mystères moyennâgeux.

Les Variations juxtaposent de miniséquences violentes en contrastes abrupt, dans une dominante verticale de flashes éruptifs qui s’opposent en tout à la complexure linéaire de Nuit noire, vaste paraphrase lancinante des éléments précédents, sorte de macération insomniaque («Nuits blanches» me paraîtrait plus approprié…). Après: l’au-delà. Tel quel, le Tryptique ainsi constitué est une fabuleuse réflexion un peu à la manière de celles de Francis Bacon sur la relation entre l’image et son objet. Regardez la pochette: Michel Chion (c’est à dire vous et moi) y est pluriel, représenté à différents degrés de flou, happé par cette représentation jusqu’à la déformation qui, stade ultime, le fait devenir un élément géométrique du fond: c’est cela, la Mort, composition-aliénation-décomposition. C’est aussi pour cela que cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.

… cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.

Critique

Jérome Noetinger, Revue & Corrigée, no 19, 1 mars 1994

empreintes DIGITALes nous fait découvrir de nombreux compositeurs, principalement canadiens, et differentes facettes de la musique électroacoustique: bande, mixte, électronique…

On critique parfois à tort le principe de la rééditon, l’identifiant à un refus du risque, à la mise en avant de valeur sûre ou à la glorification de musiciens disparus. Au-delà de la mise à niveau du support, la réédition nous fait decouvrir ou redécouvrir certaines pièces, certains compositeurs. Elle permet aussi, sous le coup de la nouveauté, de ré-écouter une musique. Et parfois on ne savait plus si les craquements provenaient du vinyl ou de la pièce. Qui ira critiquer la réédition de l’intégral de Schaeffer, de Henry (en cours; l’apocalypse arrive), du De natura sononum de Parmegiani? C’est dans cette logique que se place la réédition du Requiem de Michel Chion. Vingt ans après, cette pièce est toujours aussi forte. L’un des quelques classiques incontoumables réalises au GRM. Rappelons qu’à sa création, cette pièce passait, aux yeux de certains, pour un gag et que bon nombre de compositeurs suggéraient à Michel Chion de se consacrer à la littérature uniquement! Avec ce genre de piece, Chion apparait comme un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués. Le Requiem garde la fomme d’une messe pour les morts mais avec différents niveaux de lecture possibles: doctrinale, diabolique, publicitaire, pro- ou anti-religieux… Cette interprétation n’est pas fixée, elle est le choix de chacun. À côté de ce classique, deux autres pièces, Variations, un thème de valse passé à la moulinette, hæhé menu et livré sans emballage, et Nuit noire, véritable cauchemar d’une grande unité tout en nous entrainant dans différentes amblances nocturnes. L’ensemble forme un tout parfaitement adapté à l’écoute domestique.

Même si Michel Chion revendique haut et fort une technique (celle qu’on appelle aujourd’hui analogique), elle ne nous bloque pas à l’écoute de ses pièces, elle disparait pour laisser la place à la musique. «L’affimmation d’une dialectique du son et du support sur lequel ce son est inscrit.» Les imperfections, les défauts, du moins ce que l’on nomme ainsi par rapport à une norme, sont ici parties intégrantes du discours.

La musique concrète et Michel Chion, c’est une vieille histoire. Tout commence avec les initiales MC. Tout est déjà dit, c’est son destin!

… un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués.

Critique

Franck Mallet, Le Monde de la Musique, no 175, 1 mars 1994

Réédition d’un disque vinyle paru en 1978, qui avait obtenu Ie grand prix de l’Académie du disque français, le Requiem (1973) de Michel Chion porte les stigmates d’une musique au seuil de l’expérimentation. L’ancien assistant de Pierre Schaeffer — théoricien de la «musique concrète» — malmène le son au point d’en faire jaillir toute la violence. C’est un bruit domestiqué et électrique, parfois fruste et lancinant qui entoure les multiples voix du Requiem. Inadaptée au concert, cette musique trouve, par le biais de la radio et du disque, un fabuleux terrain d’écoute. Le son intériorisé et masqué de Nuit noire (1979-85) est plus proche des recherches stylistiques de l’écrivain Michel Chion, auteur de mémorables ouvrages tels que la Voix au cinéma, le Promeneur écoutant, Jacques Tati et David Lynch.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.