La boutique électroacoustique

Tao Annette Vande Gorne

  • M&R

… with Tao, Annette Vande Gorne delivered an impressive work.

— François Couture, All-Music Guide, 1 janvier 2000

De l’artisanat d’une rare beauté.

— Dan Warburton, Art Zéro, no 14, 1 janvier 1999

    • 1
      Tao (1983-91), 77:26
      • 1
        Eau (1984), 15:33
        support
      • 2
        Feu (1985-86), 11:59
        support
      • 3
        Bois (1986), 12:27
        support
      • 4
        Métal (1983), 11:04
        support
      • 5
        Terre (1989-91), 25:59
        support

Tao

Annette Vande Gorne

  • CD
    IMED 9311
    20,00 CAD 25,00 CAD
    US+3,00+4,00
    Rupture de stock temporaire

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Reconnaissance d’une passion

Certains sont habités par leur sujet. Ils ont choisi, pensent-ils, et vont tourner autour, jusqu’à en épuiser la substance. Ils vont vider la question comme on vide un seau tiré d’un puits dont le mystère demeure entier. Ils manipulent une réalité étrangère, à laquelle ils restent étrangers. Leur sympathie est de surface.

D’autres, et Annette Vande Gorne fait partie de ceux-là, se laissent séduire par un objet, par l’objet, car il n’y en a qu’un: l’univers, dont le souffle, la respiration, démesurée mais rythmique, inaugure sans cesse le frisson qui nous fait naître, nous et le monde de la vie.

Ceux-là ont été choisis, ont trouvé la force et la sagesse de laisser faire, d’être le plus petit obstacle possible entre le rêve et la réalité, entre les deux faces inséparables d’un réel écouté, regardé, goûté et senti dans sa saveur de parfum, dans sa texture d’épiderme, dans son texte rendu à la parole, à la musique et au silence.

Désormais c’est l’univers qui va tourner autour d’eux, avec eux, les entraînant, les épuisant, eux, tandis qu’ils fabriquent de l’être et se laissent vider comme les cosses d’un fruit. La musique d’Annette Vande Gorne participe de ce qu’on appelait jadis la musique des sphères, quand on voulait qu’un dieu qui n’avait pas de voix parlât aux hommes en chantant.

Ainsi en va-t-il des créateurs qui puisent en eux ce rien que le néant consent au vide pour que l’ensemble trouve sa place (en nous?) et puisse vibrer avec le tout. On peut appeler cela l’harmonie, et c’est la seule des lois, irréductible à la formule, mais rendue à l’expression qu’elle fonde, conforte et justifie, qui puisse réussir à tenir entre elles toutes les autres dans une relation heureuse et totale, qu’on peut appeler beauté. La beauté, comme loi fondamentale de l’univers, se montre uniquement dans la distance qu’elle entretient, dans l’écart qui la rend supportable. Elle est terrible par les limites qu’elle impose ainsi qu’un horizon en fuite, au désir.

La musique d’Annette Vande Gorne est terrible, terriblement belle, par les moyens faciles qu’elle se refuse, par les masques traditionnels, les écrans qu’elle dédaigne, par l’adhésion qu’elle exige à l’originel, par l’impudique attouchement direct de nos sens aux nudités inouïes des sons.

Il reste à dire alors le vertige qui s’empare de nous et que seul pourrait traduire de l’oubli un poème. C’est pourquoi la musique d’Annette Vande Gorne est si poétique. C’est pourquoi elle montre si bien son efficace de cosmogonie sans fin. C’est pourquoi elle se révèle si contemporaine à nous qui regardons dans les astres comme un retour à l’avenir et voyons dans l’éternel instant l’espace infini, supérieur à la somme de toutes nos solitudes, et vivant du total dépassé de nos existences. Ce qui finalement serait une bonne définition de l’amour.

Tao tourne autour du vide qui nous crée; la musique d’Annette Vande Gorne en exprime le frottement divers, et souvent doux, qui nous réchauffe l’âme, comme on frotte deux bois pour le feu primitif d’un campement de fortune. Ce qui finalement serait une bonne définition du bonheur, aussi précaire soit-il, parmi ceux qui se seront assis pour écouter. Il n’y a de limites satisfaisantes que dans l’inachevé. C’est ce dont se nourrit ce qu’on appelle une œuvre d’Art.

Werner Lambersy, Paris (France) [viii-92]

Une oreille orientée

Tao est le discours de la contemplation active: Annette Vande Gorne sait prendre son temps. Chez elle l’occupation de l’espace temporel devient essentielle préoccupation, car composée pour la durée, c’est aussi une musique qui compose avec elle. Cette édification d’un temps suspendu constitue, à mon sens, l’une des principales affinités de l’œuvre avec l’Orient dont elle s’inspire.

Oriental aussi, peut-être, le souci de la prise de sons, je veux dire cette attention intense portée au monde sonore que la compositrice explore, sollicite et assemble (componere) et dont elle s’émerveille au point de nous l’offrir parfois, comme le peintre chinois la pureté d’un geste, dans son éblouissant dépouillement.

À ce concert de notre quotidien, Schaeffer et Cage nous avait déjà conviés, ce dernier laissant l’oreille errer à sa guise parmi les configurations d’un hasard qui, disait-il, fait bien les choses. Annette Vande Gorne, elle aussi aux aguets mais plus déterministe que le compositeur de 4:33, et en cela plus schæfferienne, nous convie, pour sa part, à une écoute guidée: renouvelé tissage de matériologies présentées sous mille angles perceptifs — attitude ô combien phénoménologique dans la multiplicité de ses visées! —, jeux-séquences où s’insinue le souvenir de Pierre Henry, celui du Voyage ou des Variations pour une porte et un soupir (une référence explicite à cette œuvre sert d’ailleurs d’articulation dans Bois), kaléidoscope des captations, imitations, mutations d’un unique événement.

L’économie des moyens et la prolifération ad infinitum de quelques objets sur eux-mêmes autour d’un axe thématique deviennent alors règles d’écriture. Extrême ténuité du détail, de la nuance (on écoutera aussi au casque), intimes variations de cette musique toute en strates et tuilages. Rares en effet seront les ruptures abruptes, les continuelles anacoluthes et la nervosité haletante qui font la force de quelques classiques du répertoire acousmatique. Le montage volontariste, provocateur, s’efface derrière la continuité d’une écriture soutenue, sans heurt, où chaque période s’accroche à la précédente et la recouvre, comme les époques de l’Histoire dans le déroulement linéaire du temps. Toujours lui!

Déroulement qui, ici, va nous conduire du réalisme à l’artifice, de l’anecdotique au virtuel, du figuratif à l’abstraction. Ainsi, des paysages matériologiques du premier élément, Eau — d’un naturalisme à peine retouché —, aux pures constructions mentales de Terre — dernier élément et point culminant de l’œuvre (par sa complexité, sa durée, la prégnance de ses traitements audionumériques, et par sa conception spatiale) —, Tao semble distordre le réel, et se dématérialiser progressivement. Ce long parcours, à travers diverses étapes initiatiques, réalise une sorte de transfiguration des états précédents dont quelques traces récurrentes, d’ailleurs, vont subsister.

Œuvre acousmatique par son attachement aux «images de sons» (François Bayle) et son langage morphologique, œuvre aux inflexions philosophiques, œuvre secrète, chronique du flux temporel, Tao exige de l’auditeur — et cela n’est que justice — que lui aussi sache prendre son temps.

Francis Dhomont, Saint-Rémy-de-Provence (France) [ix-92]

Le plus extraordinaire…

«Le plus extraordinaire est que le monde ait sans doute un sens.»

Einstein

Se servir de la pensée taoïste comme ‘support d’œuvre’ peut paraître un exotisme gratuit. Cependant, Mythes et grands courants civilisateurs sont porteurs d’archétypes.

Or, l’Acousmatique, par ses registres d’expression orientés vers la perception mentale directe, sans intermédiaire, est le véhicule idéal de l’image que je me fais du monde, comprise par tous. Voici peut-être enfin venu le temps d’un langage sonore universel car chargé de signes archétypaux. Une nouvelle vague civilisatrice nous submerge, qui en attendant une nouvelle spiritualité, nous incite à trouver dans les Mythes les racines d’une autre sensibilité.

Et la nature n’est-elle pas le lieu privilégié d’une connaissance commune à tous les hommes, nature que la prise de conscience écologique remet au centre des préoccupations occidentales? Mais ce qui m’attire dans la vision taoïste, c’est que la nature n’existe pas séparée de l’homme: c’est une conception de la vie qui englobe l’essence de l’univers et l’homme dans sa chair et son esprit. D’autre part, un classement analogique, surprenant pour une logique rationnelle, permet des transferts de sens que l’artiste ressent comme possibles et vrais.

«Ce que nous appelons la poésie est peut-être la présence, rendue soudain sensible, de la consonance avec l’univers. Elle devient, que l’artiste la recherche ou non, un des caractères de la création, qui la possède seule désormais.»

André Malraux, Le musée imaginaire de la sculpture mondiale, 1952

L’acousmatique, art de la médiation, de la transformation, fait son miel de toute métaphore: une autre manière de penser avec les sons.

«Écologiser la pensée, c’est étendre la faculté de compréhension d’autres modes de compréhension, la conception d’autres structures de conceptions que les nôtres; c’est ouvrir la possibilité d’inventer.»

Edgar Morin, La méthode IV — Les idées, 1991

Enfin, tout le système taoïste qui lie l’espace et le temps, repose sur quelques nombres et quelques sons fondamentaux. Chaque pièce répond donc à un axe tonique différent choisi selon l’échelle des quintes déduite de la longueur des douze tuyaux sonores primitifs et attribué à chaque orient. Mais tout musicien sait que le monde est vibration, unifié et convergent… à condition de n’en croire que ses oreilles! Les cinq pièces de ce Tao l’attestent.

Annette Vande Gorne, Ohain (Belgique) [xi-93]

La presse en parle

Itinéraire en Europe du Nord

François Couture, electrocd.com, 9 février 2004

Voici une piste d’écoute sans prétention, une invitation au voyage; pas un tour guidé, mais plutôt un itinéraire, un peu comme les récits de voyages de l’ère romantique. Ce sera donc un itinéraire d’écoute, une invitation à découvrir une sélection hautement subjective de compositeurs d’un coin du globe. Notre destination: l’Europe du Nord.

La France règne en reine despotique sur la musique électroacoustique européenne. L’influence persistante de l’œuvre de Pierre Schaeffer, plus de cinquante ans après l’invention de ce qu’il a baptisé la musique concrète, et la force d’attraction qu’exerce l’Ina-GRM ont tendance à occulter aux yeux du monde le travail qui se fait ailleurs en Europe.

Alors partons d’une voisine de la France, la Belgique. Celle-ci doit en grande partie sa vie électroacoustique à Annette Vande Gorne, animatrice infatigable du centre Musiques & Recherches. Sa musique fait preuve d’une rare sérénité dans le domaine des musiques pour bande. Tao, un cycle sur les cinq éléments primitifs (l’air, la terre, le métal, le feu et l’eau), demeure un classique du genre. La compositrice y épuise les transformations possibles des sons associés à ces éléments avec une maîtrise et une poésie peu communes. Élève de Vande Gorne, Stephan Dunkelman partage sa grâce, une grâce qu’il transmute en mouvement. Souvent issues de collaborations avec des chorégraphes, ses œuvres sont mues par une force intérieure qui oppose à la charge philosophique (quasi mystique, en fait) de Vande Gorne la sensualité du geste. Ses pièces Rituellipses et Thru, Above and Between, parues sur le disque Rhizomes, méritent une attention particulière.

Une courte traversée de la Mer du Nord et nous voilà en Angleterre. Nous nous dirigeons sur Birmingham, un important pôle créatif en musique électroacoustique, grâce au travail du compositeur Jonty Harrsison et de son Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (ou BEAST), un espace de diffusion et d’expérimentation qui nous a donné plusieurs compositeurs de talents. Harrison est un incontournable. Sa pièce Klang (parue sur Évidence matérielle) figure parmi les œuvres électroacoustiques les plus connues des 25 dernières années. La clarté architecturale de ses œuvres et sa façon distinctive de comprimer les sons en jets d’énergie le placent au même niveau que les Henry, Dhomont et Bernard Parmegiani de ce monde. On retrouve sa manière de faire chez l’un de ses élèves, Adrian Moore, en particulier dans son intérêt pour les sources sonores simples (un marqueur sur un tableau blanc, une feuille de papier aluminium) exploitées à travers des transformations complexes. Sieve, parue sur le disque Traces, utilise un ludisme accrocheur pour rendre ce processus transformatif transparent.

Denis Smalley est d’origine néo-zélandaise, mais il réside au Royaume-Uni depuis le milieu des années 70. Sa contribution au corpus acousmatique et au concept de diffusion sonore en fait non seulement le contemporain mais en quelque sorte l’acolyte de Harrison. Les deux compositeurs partagent d’ailleurs un même souci de la forme, un même intérêt dans le déplacement dans l’espace-temps de corps sonores abstraits. Wind Chimes (sur Impacts intérieurs) et Base Metals (sur Sources/Scènes) illustrent bien cette beauté un peu froide mais fascinante. L’un de ses élèves, John Young (un autre Néo-zélandais qui a étudié et enseigne maintenant en Angleterre), utilise une approche similaire tout en remplaçant les sources sonores élémentaires (c’est-à-dire issues des éléments et donc en quelque sorte philosophiques) par des images aux évocations plus chargées. Les pièces de son premier album, La limite du bruit, présentent à l’auditeur plusieurs occasions de replonger dans ses souvenirs au son d’une balançoire qui grince ou d’une porte qui craque (comme autant de madeleines dans les tasses de thé de Proust). Time, Motion and Memory constitue un morceau de choix.

L’électroacoustique scandinave demeure encore trop peu connue chez nous, mais le catalogue d’empreintes DIGITALes nous permet d’y faire un court arrêt pour compléter ce périple. Natasha Barrett a étudié avec Harrison et Smalley et a fait partie du BEAST, mais depuis 1998 elle habite la Norvège. Là, elle a su s’écarter du style de ses maîtres à penser et se laisser imprégner du climat nordique. Ses Three Fictions, parues sur Isostasie, méritent plusieurs écoutes. Enfin, terminons cette piste d’écoute avec l’un des phares de la musique électroacoustique d’aujourd’hui, le Suédois Åke Parmerud, dont la pièce Renaissance (parue sur Jeu d’ombres) redonne au synthétiseur analogique ses lettres de noblesse sans tomber dans la nostalgie.

Review

François Couture, All-Music Guide, 1 janvier 2000

Tao is a huge musique concrète cycle. There are five pieces (composed 1983-1991), one for each element of the Tao: water, fire, wood, metal and earth. Eau (Water) sounds almost untreated: splashes, drops, streams, etc. coming together in a piece the listener can visualize being interpreted live. But this “natural” approach is more and more deconstructed as one advances in the cycle. Feu (Fire) weaves sounds of burning wood with firecracker pops. Bois (Wood), one of the most interesting pieces, uses the sound of a squeaking old wooden door — a reference to Pierre Henry’s Variations pour une porte et un soupir — as a bridge between movements. Terre (Earth) is the most substantial piece and is completely freed from the element it represents. Abstract, it still conveys a feeling of Zen transcendentalism. Francis Dhomont wrote: “Tao is the discourse of active contemplation.” True, but because of that, it suffers from monotone moments (especially in Eau and Feu), mostly because of the sound source limitations imposed by the subject. Still, with Tao, Annette Vande Gorne delivered an impressive work.

… with Tao, Annette Vande Gorne delivered an impressive work.

Critique

Dan Warburton, Art Zéro, no 14, 1 janvier 1999

«Peut-être empreintes DIGITALes pourront-ils nous offrir bientôt un disque de Vande Gorne avec uniquement sa musique?» avais-je écrit il y a quelques mois.

Et voilà un disque de 1996, Tao [IMED 9311], un très beau travail sur cinq éléments — eau, feu, bois, métal, terre — rien du tout à voir avec les conneries de Luc Besson. Les mots-clés qui se trouvent dans le dépliant central nous indique un chemin poétique — non programmatique — à suivre avec la musique. On se trouve alors dans un contexte plus figuratif que l’idéologie de base de la musique concrète («ne pas employer des sons en tant qu’instrument, mais en tant que sons sur la bande magnétique, où ils abandonnaient le côté causal: c’était plus une clarinette, c’était plus un piano — c’était un son qui avait une forme, un développement, une façon de vivre»Ferrari). En effet, comme Luc Ferrari, Annette Vande Gorne prend ici un grand plaisir à utiliser les sons de la nature tel quel. De l’artisanat d’une rare beauté.

De l’artisanat d’une rare beauté.

Review

CR, Audioview, no 1, 1 mai 1994

Une fournée de parutions québécoises

Carol Bergeron, Le Devoir, 23 janvier 1993

La jeune musique

Plus modestement, puisqu’elle occupe un créneau sûrement moins rentable, celui de l’électroacoustique, la maison DIFFUSION i MéDIA propose trois enregistrements: des musiques du Montréalais Serge Arcuri (IMED 9310) et Tao (une œuvre en cinq parties) de la Belge Annette Vande Gorne (IMED 9311). Dans la collection SONARt qui a donné, avant Noël, Ne blâmez jamais les bédouins, un théâtre musical d’Alain Thibault (IMSO 9202), s’ajoute Corazón Road, carnet de voyage sonore des Français Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps (IMSO 9301).