La boutique électroacoustique

La rage Pierre Alexandre Tremblay

  • Conseil des arts du Canada

Un travail de spatialisation 5.1 sobre mais efficace, de solides traitements numériques, une composition dynamique, multiforme, qui prend aux tripes à plusieurs reprises.

— François Couture, Monsieur Délire, 30 novembre 2010

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44 kHz, 24 bits

DVD-Audio — Advanced Resolution: Surround 5.1 (MLP 4424) + Stéréo (MLP 4424) •• DVD-Vidéo [NTSC, multi-région]: Surround 5.1 (DTS, Dolby Digital) + Stéréo (4824) •• DVD-ROM: fichiers MP3 (320 kbps), AAC (320 kbps)

La rage

Pierre Alexandre Tremblay

Stefan Schneider

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Remerciements

Une telle somme de travail — la création de La rage — n’aurait pas été possible sans l’aide de mon très cher entourage. Je voudrais remercier particulièrement les personnes suivantes:

  • Claudine, celle qui partage ma vie, ou plutôt qui ne l’a pas beaucoup partagée pendant l’accouchement de cette œuvre. Sans elle, rien n’aurait été, ni ne serait possible, et sans nos enfants, j’aurais sombré!
  • Stefan, pour le talent, la patience, le professionnalisme et le dévouement à l’œuvre. Tant de travail… quelle générosité!
  • Sylvain, pour le support inconditionnel, et surtout la franchise de ses remarques et de ses commentaires toujours constructifs, et pour toute cette aide avec [iks].
  • Robert, Jean et toute la communauté électro de l’Université de Montréal, pour m’avoir accueilli dans leurs studios, que j’ai littéralement squattés pendant de nombreuses semaines.
  • Luk, pour la confiance répétée dans mes projets, et en particulier pour cette résidence qui a permis de roder l’œuvre dans des conditions idéales.
  • Jonty, pour avoir programmé la pièce à l’aveugle, et pour tout le support offert durant mes études.
  • Jean-François et Dominique, pour le dévouement sans mesure à cette musique.

Et finalement, un remerciement particulier au Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC), sans qui les fins de mois auraient été difficiles durant les 18 mois de composition de cette pièce.

Pierre Alexandre Tremblay [vi-09]

La presse en parle

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 30 novembre 2010

Manque de graves? Ce n’est clairement pas le problème de La rage, plus récente offrande de Pierre Alexandre Tremblay chez empreintes DIGITALes (et nettement meilleure que son DVD précédent). La rage est une suite de 50 minutes mettant en vedette le batteur Stefan Schneider dans le rôle d’un concertiste. Électroacoustique métal! Un travail de spatialisation 5.1 sobre mais efficace, de solides traitements numériques, une composition dynamique, multiforme, qui prend aux tripes à plusieurs reprises. Cela dit, J’AIME la percussion — d’autres pourraient peut-être trouver ça barbant à la longue.

Un travail de spatialisation 5.1 sobre mais efficace, de solides traitements numériques, une composition dynamique, multiforme, qui prend aux tripes à plusieurs reprises.

Kritik

multipara, De:Bug, no 143, 1 juin 2010

Zu den undogmatisch-offensten und mithin unberechenbarsten der kanadischen Elektroakustiker gehört zweifellos Pierre Alexandre Tremblay, und so überrascht es nicht, dass sein zweites Album (im Format DVD-Audio, incl. mp3) zum seltsamsten gehört, was mir in den letzten Monaten untergekommen ist. Oberflächlich führt der Titel nach einem Roman von Louis Hamelin in die Irre, denn bis auf die letzten zwei einigermaßen rasanten Minuten ist es ein eher nüchtern-ruhiges Werk, das er hier ums Spiel des kanadischen Free-Jazz-Schlagzeugers Stefan Schneider geformt hat. Aber kein trockenes, dafür steht die überaus farbige Ausgestaltung in zahlreichen elektronischen Texturierungen und Triggereffekten, mit denen sich Schneiders Schlagzeug (und Tremblays Bass) permanent in zusätzliche Dimensionen erweitern und sich von einer elektronischen kaleidoskopartigen Spiegelung in die nächste werfen. Das Besondere dabei ist nicht das eher brave Instrumentalspiel (das immer nachvollziehbar bleibt – hier wird nicht geschreddert), es ist das grenzenlose Vertrauen darauf, dass das Publikum einen Kopfhörer trägt und mitkriegt, dass das Klangbild keineswegs so dünn und locker ist, wie es oberflächlich wirkt, sondern bevölkert ist von feinstem, leckeren akusmatischem Gewebe.

Altrisuoni

Massimiliano Busti, Blow Up, no 142, 1 avril 2010

Autres textes

The Sound Projector no 19, Vital no 723

Blogue