Impacts intérieurs Denis Smalley

  • Arts Council of Great Britain

Clarinet Threads: Prix Ars Electronica 1988 — Golden Nica

Remasterisé!

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Impacts intérieurs

Denis Smalley

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Impacts intérieurs, le disque

Une caractéristique importante des cinq pièces sur ce disque compact est la relation qu’on observe entre le geste et la texture. Le geste musical qui découle de notre expérience du geste physique s’attache à la tendance qu’ont les formes sonores à s’approcher ou à s’éloigner des buts inhérents à la structure musicale; il touche à la croissance, l’évolution dans le temps, le sentiment d’aller de l’avant, l’impact des événements, la surface dramatique. La texture, par contre, évoque plutôt l’activité intérieure, les motifs au cœur des sons — invitant l’oreille à contempler les détails secrets; elle incite plus souvent à s’arrêter et à observer le comportement des sons qu’à aller de l’avant. Le geste même peut être texture, de même que les textures peuvent naître de gestes — l’interaction et l’équilibre entre les deux se trouvent au cœur de nos expériences du temps musical.

Denis Smalley, Norwich (Angleterre, RU) [ix-92]

La primauté de l’oreille

Le son constitue toujours le point de départ — le son isolé dans toute son individualité. Les détails de sa structure interne, ainsi que de ses modifications spectrales et temporelles, révèlent son potentiel et laissent entrevoir ce qu’il pourrait devenir. L’oreille sensible accumule ces sons et en élabore d’autres potentiellement similaires — la dynamique de la structure entre en jeu, depuis la microstructure jusqu’aux œuvres complètes.

Ce qui distingue l’œuvre de Denis Smalley de celle d’autres compositeurs qui pourraient se reconnaître l’expérience décrite ici est — outre la nature exquise des sons eux-mêmes — la précision de toucher, le sens infaillible du temps, la justesse dans les dimensions, la forme et la place accordées à chacun des gestes musicaux.

Il n’est donc pas surprenant que Denis Smalley compose exclusivement de la musique électroacoustique — celle-ci permettant un contrôle plus complet du produit sonore final et de la perception de l’auditeur. Les pièces pour instrument et bande ne constituent pas une contradiction dans l’œuvre essentiellement acousmatique du compositeur. Bien sûr, en un sens (conceptuel?), ces pièces sont très éloignées de ce que l’on considère généralement être une écriture ‘idiomatique.’ Pourtant (au niveau de la perception?), elles incarnent certains aspects de la clarinette ou du piano, rendant ainsi apparente une morphologie de l’instrument qui, sans être évidente au premier abord, est néanmoins bien présente et essentielle — et qui devient alors la logique structurelle qui sous-tend toute la pièce. Ici aussi, c’est le son isolé qui donne l’élan aux phrases et aux paragraphes; parfois même des pièces entières sont liées entre elles par de — très petits — éléments morphologiques communs: Gradual et Pentes; Pneuma et Darkness After Time’s Colours; Tides, Clarinet Threads et Wind Chimes; Piano Nets et Valley Flow

L’oreille sensible interagit avec le son, et se trouve constamment en train d’expérimenter, de sonder, d’évaluer. Ce qui est ‘juste’ est ce qui convient à l’oreille et au mécanisme d’interaction perception/intellect que l’on appelle l’écoute. Écoutez donc…

Jonty Harrison, Birmingham (Angleterre, RU) [viii-92]

Sound morphology and the articulation of structure in electroacoustic music: extraits sonores de Wind Chimes

Extraits sonores (mp3) de Wind Chimes (1987) de Denis Smalley accompagnant l’article Sound morphology and the articulation of structure in electroacoustic music de John Young, Organised Sound — An International Journal of Music and Technology, 9:1, Avril 2004.

  1. 1. 00m17s – 00m35s (mp3)
  2. 05m00s – 05m40s (mp3)
  3. 07m09s – 07m33s (mp3)
  4. 09m28s – 10m38s (mp3)

Impacts intérieurs, le disque

Une caractéristique importante des cinq pièces sur ce disque compact est la relation qu’on observe entre le geste et la texture. Le geste musical qui découle de notre expérience du geste physique s’attache à la tendance qu’ont les formes sonores à s’approcher ou à s’éloigner des buts inhérents à la structure musicale; il touche à la croissance, l’évolution dans le temps, le sentiment d’aller de l’avant, l’impact des événements, la surface dramatique. La texture, par contre, évoque plutôt l’activité intérieure, les motifs au cœur des sons — invitant l’oreille à contempler les détails secrets; elle incite plus souvent à s’arrêter et à observer le comportement des sons qu’à aller de l’avant. Le geste même peut être texture, de même que les textures peuvent naître de gestes — l’interaction et l’équilibre entre les deux se trouvent au cœur de nos expériences du temps musical.

Denis Smalley, Norwich (Angleterre, RU) [ix-92]

La primauté de l’oreille

Le son constitue toujours le point de départ — le son isolé dans toute son individualité. Les détails de sa structure interne, ainsi que de ses modifications spectrales et temporelles, révèlent son potentiel et laissent entrevoir ce qu’il pourrait devenir. L’oreille sensible accumule ces sons et en élabore d’autres potentiellement similaires — la dynamique de la structure entre en jeu, depuis la microstructure jusqu’aux œuvres complètes.

Ce qui distingue l’œuvre de Denis Smalley de celle d’autres compositeurs qui pourraient se reconnaître l’expérience décrite ici est — outre la nature exquise des sons eux-mêmes — la précision de toucher, le sens infaillible du temps, la justesse dans les dimensions, la forme et la place accordées à chacun des gestes musicaux.

Il n’est donc pas surprenant que Denis Smalley compose exclusivement de la musique électroacoustique — celle-ci permettant un contrôle plus complet du produit sonore final et de la perception de l’auditeur. Les pièces pour instrument et bande ne constituent pas une contradiction dans l’œuvre essentiellement acousmatique du compositeur. Bien sûr, en un sens (conceptuel?), ces pièces sont très éloignées de ce que l’on considère généralement être une écriture ‘idiomatique.’ Pourtant (au niveau de la perception?), elles incarnent certains aspects de la clarinette ou du piano, rendant ainsi apparente une morphologie de l’instrument qui, sans être évidente au premier abord, est néanmoins bien présente et essentielle — et qui devient alors la logique structurelle qui sous-tend toute la pièce. Ici aussi, c’est le son isolé qui donne l’élan aux phrases et aux paragraphes; parfois même des pièces entières sont liées entre elles par de — très petits — éléments morphologiques communs: Gradual et Pentes; Pneuma et Darkness After Time’s Colours; Tides, Clarinet Threads et Wind Chimes; Piano Nets et Valley Flow

L’oreille sensible interagit avec le son, et se trouve constamment en train d’expérimenter, de sonder, d’évaluer. Ce qui est ‘juste’ est ce qui convient à l’oreille et au mécanisme d’interaction perception/intellect que l’on appelle l’écoute. Écoutez donc…

Jonty Harrison, Birmingham (Angleterre, RU) [viii-92]

La presse en parle

Review

François Couture, AllMusic, 1 mars 2002

Impacts intérieurs (“Interior Impacts”) culls five works by composer Denis Smalley. Most of them were not available on record yet, two (Wind Chimes and Clarinet Threads, the latter in a different version) had previously appeared in issues of the Computer Music Current series published by the label Wergo. The CD is presented in a backward chronological order from 1992 (Valley Flow) to 1976 (Darkness After Time’s Colours). Pure tape music works alternate with compositions for instrument and tape. This second category includes music that can feel less abstract, more talkative. Piano Nets is a long, pensive piece featuring pianist Philip Mead. The two parts are well integrated and don’t amount to a sensory overload. Smalley has managed some room to breathe. Clarinet Threads, with clarinetist Roger Heaton is more cluttered.

Of the tape-only music, Wind Chimes stands out. Well organized, varied in textures and dynamics, it invites repeated listens. Smalley’s music remains confined to academic electroacoustic standards. It is made of abstract sounds, assembled with a certain art but often lacks emotion, soul. The works presented here can be compared to those of Jonty Harrison and Gilles Gobeil.

Well organized, varied in textures and dynamics, it invites repeated listens.

Review

IS, Vital, no 33, 1 janvier 1994

At last we received new material by this label which in the past has released such marvelous music. A survey of Denis Smalley’s music ranging from 1976 to 1992. This composer, born in 1946 in New Zealand showed early talent as chorister, pianist and organist. Later he gave many New Zealand-premieres of organ compositions of Ligeti and Messiaen.

On the cd 5 works are presented and typically I like the older composition more than the later ones. When working chronologically through the cd I can hear the roughness disappear and be replaced by well finished, polished sounds. Much of the compositions were (partially) produced/composed at IRCAM in Paris and it sounds like that. The ‘sound’ of Paris is rich in overtones, ‘ceramic’. In Wind Chimes, a work produced in the UK it is completely absent. In the compositions of the nineties (Valley Flow and Piano Nets) it is a omnipresent part of the sound. They are also characterized by a sometimes annoying carefulness of the sound’s envelope. Whereas in the older works sharp attacks, and sudden bursts of sound are quite common, in the latest compositions on this cd attacks are very slow, or ‘packed’ inside another sound. Titles indicate this too, using the words “flow” and “net,” just like in the 1985 composition Clarinet Threads.

Smalley definitely is a skilled composer, with a great feeling for balance and structure but his compositions could do with some new spunk. The vitality that is present in his 1976 work Darkness After Time’s Colours.

… new material by this label which in the past has released such marvelous music.

Review

Mark Vail, Keyboard, 1 mai 1993

Experimental electronic music often tests our ability to listen by doing away with musical conventions and using sound itself to imply new concepts of structure. Sadly, works in this genre are often too boring or pretentious to invite sustained scrutiny. Not so with Smalley. The New Zealand-born composer, now resident in England, rivets attention by creating provocative electronic sounds, mixing them with acoustic elements in complementary combinations, and arranging the resuTts in dynamic sonic processions. A feeling of irresolution permeates these selections, emphasized at times by tonality, as in his three-part Piano Nets and the eerie mix of abstract synthesis and Rhapsody in Blue allusions on Clarinet Threads but more often by use of extended silences, which bracket episodes and create a sense of mystery about what will follow. High-pitched, dental-drill whines, spacey swoops and R2-D2 bleeps date Darkness After Time’s Colours as the earliest composition (1976), while Valley Flow, completed in 1992, utilizes a deeper range of colors, created in part at IRCAM. Yet a consistent aesthetic guides each work—one drawn from an acute sensitivity to environmental stimuli and guided by a willingness to manipulate minute details over extended periods of time. It takes patience to appreciate this kind of music, but Smalley’s artistry makes the effort worthwhile.

… rivets attention by creating provocative electronic sounds…

Review

Andrew Jones, Montreal Mirror, no 8:33, 4 février 1993

New Zealand composer Denis Smalley takes a clautrophobic, Hitchcockian route in his exploration of inner sound. Eschewing the physicality of electroacoustic sound that composers like Francis Dhomont are know for, Smalley opts for a queasy, primordial ebb and flow on works like Valley Flow and Piano Nets — the dark flipside to new-age environmental recordings. His piece for clarinet and tape, Clarinet Threads, is particularly stunning.

Ondes de chocs

Serge Arcuri, Circuit, no 4:1-2, 1 janvier 1993

Denis Smalley, Impacts intérieurs

Ce neuvième disque de la collection empreintes DIGITALes est consacré à la musique du compositeur néo-zélandais et britannique Denis Smalley. Se vouant exclusivement à l’électroacoustique, le musicien définit ses préoccupations comme la recherche des relations entre le geste et la texture tant sur le plan formel qu’au niveau de la perception. L’enregistrement nous propose une alternance d’œuvres pour bandes et de pièces mixtes depuis la toute récente réalisation Valley Flow pour bande seule, composée partiellement au Banff Center for the Arts et qui s’inspire du paysage grandiose et sonore que lui ont suggéré les Rocheuses. Dès la première audition, l’œuvre réussit à nous transporter dans ces vastes espaces éthérés, cristallisée par l’utilisation des registres extrêmes et un travail tout à fait remarquable à partir de sons de la forêt et de bruits de source qui ont presque conservé leurs qualités olfactives.

Piano Nets (1991) et Clarinet Threads (1985), comme les titres l’indiquent, sont des œuvres mixtes avec la participation du pianiste Philip Mead et du clarinettiste Roger Heaton. La première nous offre une composition équilibrée d’une grande maîtrise où le piano, utilisé surtout de façon harmonique, n’est à aucun moment restreint par les réseaux de la bande et semble se fondre naturellement aux résonances tout en conservant son caractère propre. La seconde plus morphologique s’accorde tout à fait à l’immense palette de timbres propres à la clarinette. Wind Chimes (1987) tout comme Darkness After Time’s Colour (1976), pour bande seule, relèvent de préoccupations et d’esthétique, de style plus français avec une maîtrise tout aussi efficace. Nous pouvons, sans conteste, parler d’un enregistrement de grande qualité, dans la lignée des réalisations de cette étiquette.


Michel-Georges Brégent; Atlantide, Walter Boudreau, Raôul Duguay; Golgot(h)a

Le premier disque de cette nouvelle étiquette nous convie à entendre deux œuvres qu’on pourrait, sans se tromper, qualifier d’envergure titanesque ou de façon plus appropriée, titanique, toutes deux écrites pour diffusion radiophonique.

Atlantide, de l’un des compositeurs québécois les plus prolifiques, Michel-Georges Brégent, peut nous surprendre, nous choquer, nous submerger ou nous éblouir mais ne peut certes pas nous laisser indifférent. Utilisant un orchestre éclaté allant des instruments anciens à l’orchestre traditionnel jusqu’aux instruments rock, l’œuvre transpose un contrepoint foisonnant de musiques et de styles des plus disparates pour construire une Babylone sonore tout à fait appropriée au discours apocalyptique que Brégent nous propose, en créant comme il le dit lui-même «un signal d’alarme radiophonique». On ne pourra manquer de remarquer une écriture exceptionnelle des voix ainsi qu’une interprétation tout aussi remarquable de la part des chanteurs et de l’orchestre sous la direction de Walter Boudreau.

J’ai toutefois quelques réserves sur la pertinence des insertions de bande entre les parties instrumentales du début, mais toute la section finale, qui semble nous rendre les débris de cette première partie sur les côtes d’une plage où se situerait l’auditeur, est d’une grande poésie et tout à fait réussie.

Golgot(h)a, du compositeur et chef d’orchestre Walter Bourdreau et du poète et musicien Raôul Duguay, un collaborateur de longue date, nous transporte dans l’univers tragique de la passion. L’œuvre est une suite de quinze tableaux sur les traces d’un chemin de croix où toute l’écriture est déduite d’un répons à quatre voix Tradiderunt me in manus impiorum du compositeur espagnol de la renaissance Tomas Luis De Vittoria.

Ayant d’abord entendu la musique en version concert, lors de sa création en mars 1992, je dois avouer que l’enregistrement m’a permis d’apprécier à sa juste valeur le travail subtil des voix échantillonnées en relation avec l’orchestre, ce que l’audition en salle avait quelque peu estompé. L’émotion retenue des derniers tableaux est émouvante et non étrangère à certains madrigalismes des plus à propos. La direction y est évidemment très sûre sous la baguette du compositeur et l’enregistrement d’une qualité tout aussi remarquable.

II est à noter que ces deux œuvres ont mérité des honneurs, soit le prix spécial du jury du Prix Italia dons le cas d’Atlantide et le grand prix de la communauté des radios publiques de langue française du Prix Paul Gilson dans le cas de Golgot(h)a. Des musiques à réentendre!

Des musiques à réentendre!

Blogue

  • Christian Bouchard a présenté son premier disque solo Fractures le 14 février 2004 lors du festival Rien à voir (15) alors que Denis Smalley a remasterisé toutes les pièces de son premier disque, paru en 1992 et épuisé depuis plus d’u…

    lundi 9 février 2004 / Nouveautés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.