L’abécédaire d’Adrian Moore

Bruno De Cat, Camuz, December 10, 2015

Le compositeur anglais sera ce soir au Conservatoire pour la série Électrochoc d’Akousma.

[…] Cette photo d’Adrian Moore, qu’on retrouve sur de nombreux sites, m’a toujours fasciné, car elle me semble tout dire sur le personnage et son rapport à la musique: curiosité, éveil, recherche, intelligence, concentration, plaisir… Le voir soudain apparaître dans le bureau où je me trouvais par hasard m’a donné envie d’en savoir plus sur ce compositeur anglais, en visite à Montréal entre autres pour un concert ce jeudi soir au Conservatoire, dans le cadre de la série Électrochoc d’Akousma, ainsi que dans le prolongement de la sortie de son quatrième album sur l’étiquette empreintes DIGITALes. Je propose ici un abécédaire du moment, inspiré d’une rencontre passionnante, qui s’est déroulée en français…

Abeilles

«Qui dit abeille dit chaleur. Lorsque le bruit de fond d’une journée ensoleillée s’amenuise, elle peut être entendue et localisée, grâce au spectre de fréquence complet de son bourdonnement (buzz). Ceci étant dit, l’abeille qui va de fleur en fleur au bout du jardin est partie intégrante d’un bourdonnement de fond (hum). Ce n’est que quand elle vole à proximité de mon oreille que je prends connaissance de sa vitesse. Le son d’une seule abeille est bruyant et son déplacement dans un espace confiné erratique. Le son de l’essaim suggère une élégante puissance chancelant au bord du chaos, cependant en son coeur il y a un drone, fixe mais fluide. C’est avec cela à l’esprit que j’ai enregistré une abeille pour synthétiser ensuite l’essaim.»

BEAST [Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre]

Quel a été le choc musical de sa vie? Adrian Moore répond que ce qui l’a marqué le plus profondément, c’est plutôt une expérience collective, au sein de BEAST, association dont il a fait partie de 1990 à 1997. La personnalité inspirante de Jonty Harrison, qui fut son mentor, les tournées de concerts en équipe à Londres et en Europe, où il fallait tout faire et donner le meilleur avec les moyens du bord, les rencontres avec le public et les compositeurs, c’est ce qui constitue sa colonne vertébrale aujourd’hui, et c’est là qu’il a appris ce qu’est la diffusion du son.

Counterattack

C’est la composition qui sera diffusée au Conservatoire ce soir, et qui figure dans la dernière parution CD chez empreintes DIGITALes. Faisant suite à la pièce The Battle, créée à Montréal en 2013, elle répond aux préoccupations suivantes: combien de sons est-il possible d’utiliser en même temps, et jusqu’où peut-on enrichir l’espace avec un travail sur le multi-canal? Pour cette pièce, Moore a voulu approfondir sa compréhension du concept de guerre à travers la lecture de textes fondamentaux, ce qui sera rendu non pas d’une manière narrative, mais plutôt dans une conception physique du son. À entendre absolument.

Données et métadonnées

Difficile de garder la trace de tout ce qu’on fait. Faut-il faire confiance aux moteurs de recherche qui retrouvent de plus en plus vite tout ce qui a déjà été encodé maintes fois sur de nombreuses plateformes? Le contrôle de la bonne information reste cependant nécessaire, d’où l’utilité de sites tels qu’électroprésence, electrodoc et bien d’autres…

Électrochoc 3

Ce jeudi soir au Conservatoire, Adrian Moore spatialisera des œuvres de collègues et étudiants de l’Université de Sheffield, dont il sera l’ambassadeur pour l’occasion. C’est pourquoi il souligne son désir de communiquer avec le public, au-delà du concert, dont le programme très varié plongera l’auditeur dans des mondes sonores totalement différents (pièces de Albornoz, Bevan, Savva, Stansbie [Stanović] et Moore).

Fun

Également chef d’orchestre, Adrian Moore a étudié la musique de manière très approfondie, incluant notamment des analyses poussées des techniques musicales de compositeurs comme Bach, Beethoven, Stockhausen et Boulez… Ce côté aride du métier, il l’a intégré d’une manière très libre et ludique.

GRM [Groupe de recherches musicales]

Cet organisme a joué un rôle historique dans le domaine de la diffusion du son.

Humilité

Elle transparaît à travers tout l’entretien. Moore évoque toutes les musiques qu’il se doit d’écouter, ce qui est dèjà connu mais surtout ce que fait la nouvelle génération. «Si je devais écrire une pièce pour instrument acoustique, je serais très prudent, car je ne maîtrise pas toutes ces techniques.»

In Paradisum

Dernière partie de Sea of Singularity, où il est question d’extase, aux sens religieux et sexuel.

Jean-François Denis

Fondateur d’empreintes DIGITALes, il y a plus de 25 ans. Toujours aux commandes de l’étiquette qui est devenue la référence mondiale en matière de musique électroacoustique. Il nous prépare de bien beaux projets dont je ne peux en dire plus ici. À suivre donc.

Kings Place

C’est dans cette salle londonienne qu’a été présentée Fields of Darkness and Light, en 2011, avec la violoniste américaine Jennifer Stumm.

Lumière

Il existe de nombreuses analogies entre le son et la lumière, et Adrian Moore est avide de les explorer, notamment en travaillant en collaboration avec des artistes visuels. De telles envies font qu’il a des projets pour les 5 années à venir… Un essai du passé: Resonant Image.

Montréal

Sa première visite à Montréal date de 1990 ou 1991. Moore avait gagné un prix au concours de Bourges, qui consistait en une résidence de travail de 4 semaines dans les studios de l’Université de Montréal. Souvenir d’une viande fumée Chez Schwarz avec Francis Dhomont

Nebula Sequence

Un remix d’une composition de 2012 à écouter sur sa page Souncloud.

Octuor, de Horacio Vaggione

Cette pièce inédite pour bande de 1982 exerce toujours une grande influence sur son travail, tout comme le CD Points critiques.

Ponts

Il est important de dialoguer avec son public, d’établir des ponts. Le travail sur les hauteurs en est une illustration parmi d’autres.

Question

Pour composer, Adrian Moore part toujours d’une question, du genre: qu’est-ce que l’espace en musique? Combien de sons simultanés peut-on faire entendre?

Réjean Beaucage

Le directeur [administratif] d’Akousma nous recommande chaleureusement, depuis un certain temps déjà, «d’écouter Study in Ink, où la seule source sonore est le frottement d’un crayon feutre sur un tableau blanc. Le genre d’étude qui n’exclut pas l’humour. Very British indeed!»

Spock

Ce personnage iconique de Star Trek se trouve implicitement mentionné dans le titre d’une section d’une de ses compositions: Still Life (as we know it).

Tangram, de Robert Normandeau

Souvenir marquant de la première visite à Montréal, l’écoute de cette pièce au Planétarium.

University of Sheffield Sound Studios

C’est le point d’ancrage actuel de Moore, dont il est directeur. Importance capitale de l’enseignement.

Vaggione, Horacio

Un compositeur important pour Moore, un membre de sa famille acousmatique.

Wet Sounds

Installation et performance sous l’eau à laquelle il a participé de 2008 à 2011.

Xiang Shan She Gu

L’univers d’Adrian Moore est vaste, les sources sonores qui le composent ont les origines les plus diverses. Ainsi dans Strings and Tropes, une mélodie tirée de la musique traditionnelle chinoise (la foire du temple à la montagne Xiang).

YouTube

«On ne trouve pas beaucoup de vidéos de mon travail sur le web, heureusement d’ailleurs», dit-il avec un sourire malicieux. En tout cas, on peut y écouter un grand nombre de ses pièces, notamment sur sa page Soundcloud et sur Sonus.

Zoom

L’outil primordial, c’est le microphone. Tel un microscope de l’ouïe, Adrian Moore l’utilise comme un révélateur de sons inaudibles, qui fourniront la base de nouvelles compositions.

… curiosité, éveil, recherche, intelligence, concentration, plaisir…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.