CD de la semaine

Laurent Catala, Mouvement, April 30, 2010

En rapprochant son univers acousmatique de celui, tout aussi trouble et intériorisé, de Franz Kafka, Francis Dhomont conduit un intrigant parallèle entre deux œuvres artistiques aux champs d’investigation convergents. Une expérience de travail, sur la durée et sur l’expressivité au sens large, qui traduit chez le compositeur une attirance pour l’ambiguïté toujours renouvelée.

Depuis les années 1940, le compositeur québécois [d’origine française] Francis Dhomont explore méticuleusement le champ des possibles sonores à partir d’une écriture sur supports magnétiques très personnelle. Une véritable exégèse acousmatique qui a conditionné l’intégralité de sa carrière musicale depuis le milieu des années 1960, et qui s’attache principalement à révéler les ambiguïtés entre les sons projetés et les impressions — fugitives et contradictoires, suggestives ou plus imposantes — qui en résultent. Dans cette traçabilité du conflit sonore qui l’anime, Francis Dhomont n’en finit plus de chercher des clefs, des pistes, des éléments de révélation d’une intrigue qui se noue et se dénoue sans fin, sans qu’une quelconque logique ne vienne en dicter les modalités. Nul doute que dans ce contexte empirique, des points d’accointance se manifestent avec d’autres créateurs qui poursuivaient, à leur manière, une recherche équivalente sur des lignes expressives ou comportementales, et notamment sur leur aspect paradoxal ou leur non-sens.

L’écrivain Franz Kafka fait partie de ses auteurs qui ont toujours fasciné Francis Dhomont par l’acuité avec laquelle ils traquent leur environnement jusque dans ses replis les plus psychologiques. Et en ce sens, cet Études pour Kafka s’assimile autant à un hommage qu’à une ligne de convergence méthodologique. Les trois pièces qui composent ce disque, publié sur le label québécois Empreintes Digitales — Francis Dhomont partage sa vie entre la France et Montréal — s’inscrivent donc autant dans la durée que dans la construction d’un véritable processus artistique. Le compositeur en convient lui-même: «Les œuvres d’envergure, comme … mourir un peu, Sous le regard d’un soleil noir ou Forêt profonde, me demandent toujours une longue période de réflexion — des années parfois — et de multiples études qui explorent les thématiques, testent les matériologies et annoncent l’œuvre finale. Elles en sont les prolégomènes. Cependant, celles proposées ici ont dépassé, par leur forme achevée, le niveau de l’esquisse et constituent des compositions autonomes qui préfigurent Le cri du choucas, une longue œuvre, entreprise depuis douze ans, sur l’univers et la personnalité de Franz Kafka.» Premières traces du choucas, Brief an den Vater et À propos de K, les trois pièces proposées ici, sont donc des épreuves sonores autonomes, mélange des habituelles recherches du musicien et des thématiques kafkaïennes (la solitude, la peur, l’incompréhension face au caractère impersonnel et complexe de la société et des choses qui entourent l’individu). La mise en son se révèle ainsi particulièrement impressionniste, à l’image de l’introductif Premières traces du choucas, qui balaie l’espace sonore d’harmonies fusantes se délitant progressivement dans des congestions d’organismes malingres. Ponctuées de textes lus en allemand, Brief an den Vater induit un climat encore plus nauséeux, baigné de volutes sonores enveloppant, submergeant et modifiant la narration. Enfin, avec ses contrepoints entre accords suspensifs et turbulences auditives exfiltrées, À propos de K délimite d’étonnantes lignes de démarcation entre clarté et confusion dans un jeu de faux-fuyant lunatique. Un exercice de rapprochement intrigant entre deux œuvres artistiques qui, serait-on tenté de dire, se découvrent et s’explorent sans retirer totalement le voile de mystère qui va si bien à chacune d’entre elles.

Un exercice de rapprochement intrigant entre deux œuvres artistiques…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.