Un peu de neuf sous un soleil timide

Rachel Lussier, La Tribune, March 8, 1997

Miam! Les initiatives intelligentes, moi j’aime. Et voilà en plein ce que nous offre la maison québécoise empreintes DIGITALes, seule en Amérique à se spécialiser dans les musiques électroacoustiques. Montréal n’est-elle pas d’ailleurs la capitale nord-américaine du genre? Voici 10 nouveautés et trois rééditions, albums dont nous vous parlerons avec plaisir au fil de l’année. Collection convoitable et le grand privilège de pouvoir s’offrir les albums un à un, de choisir exclusivement qui on aime sans se farcir un onéreux coffret.

À tout seigneur tout honneur, il faut me semble-t-il saluer dès le départ les musiques du montréalais Francis Dhomont. Sous le regard d’un soleil noir et Forêt profonde étaient sans conteste au nombre des rééditions qui s’imposaient (Le cycle des profondeurs, 1982). Ici présenté en dyptique, sous un emballage absolument délicieux et généreux, Sous le regard d’un soleil noir, notamment, nous amène dans des profondeurs de la quête humaine qui parfois fait un peu peur et ailleurs transcendent toutes inepties. Facile d’écoute? Oui et non, comme toute grande musique électroacoustique. Il faut dans un premier temps oser se laisser prendre au langage sans nécessairement chercher à le décoder, puis, se risquer dans l’attrait d’une esthétique différente. C’est ca l’art, il en appelle à l’artiste, il en appelle parfois aussi à qui le reçoit. Réflexion psychanalytique, une quête terrible face au sens de l’existence. Osez pour voir et vous verrez que cette «non musique», comme disent les méchants, est de loin plus musicale qu’on peut le prétendre à la première écoute.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.