L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Robert Normandeau: Lieux inouïs: Jeu, Mémoires vives, Rumeurs (Place de Ransbeck), Matrechka, Le cap de la tourmente.

Ce deuxième disque est consacré à un autre acousmate convaincu et convaincant qui a le bon goût de revendiquer son choix et dont le talent ne cesse de s’affirmer. Chez Robert Normandeau, le souci de la syntaxe est évident en dépit — ou peut-être à cause — de la complexité de son vocabulaire. Je pense notomment à Jeu et à Rumeurs (Place de Ransbeck) (ainsi qu’à La chambre blanche, absente sur le disque) qui articulent avec virtuosité, selon une dialectique permanence/variation, un abondant corpus sonore d’éléments contrastés ou récurrents qui renouvellent sans cesse le discours tout en lui conservant une solide cohérence. Mémoires vives, comme La Disparition de Calon, puise dans le réservoir des musiques du passé la plupart de ses éléments constitutifs. Elle est ainsi plus accessible, étant plus re-connaissable mais ce n’est peut-être pas une bonne raison. Néanmoins ne boudons pas notre plaisir, le son y est d’une telle qualité et le lyrismé si persuasif qu’on aurait tort de chipoter. Matrechka et Le cap de la tourmente appartiennent à une première manière, moins maîtrisée mais généreuse (dont on retrouve des traces dans Mémoires vives), très révélatrice d’une personnalité qui refuse de rester unidimensionnelle. Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.