L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Premier en date de la série, ce triptyque acousmatique regroupe les œuvres majeures du compositeur, trois narrations sonores à la fois expressionnistes et intimes que je ne peux m’empécher d’entendre (comprendre?) comme trois échos d’un même monologue intérieur. Certes, La disparition, plus que Portrait d’un visiteur et Minuit qui l’encadrent, paraît tendre l’oreille à d’autres voix venues du temps et de l’espace; c’est, en tout cas, ce qu’affirme l’auteur. Ces emprunts à l’avant et à l’ailleurs confèrent à la pièce un parfum postmoderniste qui, pour beaucoup, n’est sans doute pas étranger à sa séduction. Je demeure pour ma part convaincu que la force et l’émotion de cette pièce sont enfouies plus profondément, dans les doutes et les hésitations, peut-être, plus révélateurs d’une sincérité qui s’interroge. Car ces «éléments» et ces «éclats» d’autrui ne sont que des prétextes Christian Calon en nourrit ses intuitions et leur prête sa langue, l’une des plus chatoyantes de la jeune école acousmatique montréalaise. Traversée d’anacoluthes et de «montoges-catastrophes» (Bayle), elle prend appui sur le jaillissement de l’invention sonore et sur la ponctuation du phrasé pour atteindre parfois une grande intensité dramatique et devenir alors, dans une heureuse adéquation entre la forme et le fond, génératrice du musical. En résumé, trois tèmoignages d’un authentique tempérament de compositeur.

Christian Calon […] leur prête sa langue, l’une des plus chatoyantes de la jeune école acousmatique montréalaise.