The Electroacoustic Music Store

Works La fin du bruit François Bayle

La fin du bruit

  • François Bayle
  • Year of composition: 1979
  • Duration: 29:30
  • Instrumentation: stereo fixed medium
This text is unavailable in English.

L’œuvre commence par un court mouvement Eros bleu (4’), qui fut la première pièce réalisée au GRM utilisant les transformations par ordinateur en temps différé (1980, logiciels originaux conçus par Jean-François Allouis et Benédict Mailliard).

Voici ma notice à cette époque: «Des flammes étirent leurs surfaces transparentes. Plasticité de leur courbure. Fluide, gaz, plasma sonore. Peau d’ondine harmonique. D’où vient le caractère si familier de leur embrasement?»

Du fait que le corps générateur est la voix, la parole qui prononce des complexes colorés. Le mouvement dynamique du débit verbal seul subsiste. Une oreille entraînée reconnaîtra cependant ces mots étirés: … ciel… ciel fin … ciel très doux… bruit de terre… tremblement fin… terre douce… fin douce… toupie… terre… fin… ciel…

La fin du bruit — composée entre 1978 et 1979, 26’ — enchaîne directement. Finistère fut le nom donné par les premiers voyageurs à l’effondrement progressif du continent, cette morphologie de fin de monde, dislocation engloutie de brouillards au-delà desquels ils pressentaient une mer infinie.

De la même façon naïve je désigne ainsi la limite du bruit, la fin du matériau solide et la frange écumeuse où il se dissout dans le silence cosmique, au bord de l’ailleurs.

Dans un vaste arc d’énergie d’une trentaine de minutes, sept «territoires» sont parcourus, troués de «ciels» électriques: bruits de la terre et des hommes, foules et conflits, trafic, pour les 4 premiers; nuages d’éclats, pluie de reflets cassants (5); tissus et chant, frottement pathétique (6); giration, ascension (7).

Ces sept climats symphoniques — multiphoniques devrais-je dire aujourd’hui — présentent dans un même élan une articulation d’espèces dynamiques clairement différenciées, une opposition de lignes et de masses, de «températures» et de vitesse.


Premiere

  • October 31, 1998, Premiere of the 8-track version: Rien à voir (4): rétrospective 2, La Chapelle, Montréal (Québec)

Albums