The Electroacoustic Music Store

Works Le sommeil d’Euclide François Bayle

Le sommeil d’Euclide

This text is unavailable in English.

Deux «formes» occupent l’espace d’écoute dans cette œuvre. L’une est modifiée de façon radicale, et en deçà de la perception, créant un espace d’illusions, un effet d’irréel. L’autre est agitée avec rudesse et sur des fragments appréciables afin que l’oreille puisse suivre et reconnaître les degrés d’ordre et de désordre volontairement introduits.

La transformation de la première «forme» — issue d’un prélèvement bref dans un grincement de poulie — consiste en progressifs étirements et glissements descendants très fins, diversement transposés. Le traitement a utilisé un instrument de gel et de brassage conçu par B Mailliard, et qui a offert une grande variété de morphologies dentelées.

Avec le même instrument a été traitée une seconde «forme» constituée d’un échantillon de chants et bruits de puiseurs d’eau (une noria en Inde…). La réminiscence du cri de la poulie dans le chant de travail du puisage m’a paru être déjà une «transformation naturelle». L’animation sur des coupes plus grossières permettait par contraste d’obtenir des gradations de spatialité, des courbures plus affirmées.

Les fragmentations de cette deuxième «forme» jouent par ailleurs le rôle de motif par rapport à la composition générale d’un ensemble où prend place cette pièce, qui reprenant le matériau d’un mouvement antérieur — Paysage, personnage, nuage — en prolonge l’écoute dans l’idée d’un travail sur l’image de son, tour à tour icône (ou im-son), diagramme (ou di-son), métaphore (mé-son).

Les phonographies présentées à l’état presque naturel dans la partie antérieure sont ici «filtrées» et données à l’état que je propose de désigner du terme de diagramme, ou dessins ne retenant que quelques indices du référent initial, et organisés, variés, du seul point de vue de la géométrie des formes. Naturellement ce mouvement s’apparente à une berceuse. Ou un nocturne.

Albums

Cycle