The Electroacoustic Music Store

Artists Roxanne Turcotte

After piano studies at the Conservatoire de musique de Montréal, Roxanne Turcotte focused on composition and music technology, earning a master’s degree in electroacoustic composition from the Université de Montréal, where she studied under Marcelle Deschênes, Francis Dhomont and Serge Garant.

Active as a composer and sound designer, Turcotte has built her aesthetics around a cinema-like art of integration. She also creates and performs music for television, cinema, radio, the stage, the Internet, and circus arts, in addition to creating sound, music, and visual installations. She is asked to sit on composition juries, and she regularly performs composition training sessions and workshops.

Turcotte has received grants from the Canada Council for the Arts (CCA) and the Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Under her belt, she has ten recordings, a few publications, numerous concerts with various music ensembles, and multiple tours and concerts in Canada, the USA, and Europe.

The music of Roxanne Turcotte has won numerous awards and distinctions: International New Music Composers Competition (USA, 1987, ’89), Hugh Le Caine Award from the SOCAN Foundation (Canada, 1985, ’89), Luigi Russolo International Competition (Italy, 1989), 6th “Villes manifestes” Radio Art Competition (La Muse en circuit, France, 2005), Bourges Electroacoustic and Sound Art International Competition (France, 2005, ’07, ’08), and Prix collégien de musique contemporaine (Sherbrooke, Québec, 2010).

Her electroacoustic works have been programmed by several events, such as: Cent jours d’art contemporain de Montréal (1985), World Music Days (Oslo, Norway; 1990), Palomar exhibit in Montréal (with photographer Martine Doyon, 1994), Jeunesses musicales of Canada (1994), Florida Electroacoustic Music Festival in Gainesville (USA, 1996), Festival Montréal en lumière (with lighting engineer François Doyon, 2000), Synthèse in Bourges (France, 2000, ’03), Aujourd’hui Musiques in Perpignan (France, 2000), Futura in Crest (France, 1999 & 2006), GMEM in Marseille (France, 2002), Zeppelin in Barcelona (Spain, 2004), Archipel in Geneva (Switzerland, 2005), Akousma (5) in Montréal (with lighting engineer François Doyon, 2005), Flora International in Montréal (with composers André Hamel and Diane Labrosse, 2006), Musique dans la rue in Aix-en-Provence (France, 2007), Erreur de type 27 in Québec City (2008), and Festival of New Music Now Hear This in Edmonton (Canada, 2014)..

Roxanne Turcotte is currently working on the integration of sound installations and live performance.

[English translation: François Couture, viii-14]

Roxanne Turcotte

Montréal (Québec), 1960

Residence: Montréal (Québec)

  • Composer

On the Web

Roxanne Turcotte, Montréal (Québec), Friday, April 25, 2014

Selected Works

Main Releases

empreintes DIGITALes / IMED 14126 / 2014
empreintes DIGITALes / IMED 11106 / 2011
empreintes DIGITALes / IMED 0370 / 2003
empreintes DIGITALes / IMED 9413 / 1994

Appearances

Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 9604 / 1996

Complements

Various artists
Unknown Public / UP 17 / 2006
  • Not in catalogue
Various artists
La Muse en circuit / MUSE 2005 / 2005
  • Not in catalogue
Asphodel / ASP 0978 / 1997
  • Out of print
Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 9004 / 1990
  • Reissued

In the Press

L’école de Montréal, 4/4

Bernard Girard, Aligre FM, Dissonances, Tuesday, April 6, 2004

Nous achevons aujourd’hui notre découverte de l’école de Montréal. Nous avons vu que n’ayant pas, une fois leurs études terminées, accès au studio de l’université, les compositeurs doivent créer leur propre studio, un peu à l’image de ce qu’ont fait en France Pierre Henry ou Luc Ferrari. N’étant pas rémunérés par des institutions comme le sont leurs collègues français, ils doivent, pour vivre, multiplier les travaux alimentaires, faire des musiques de film, des bruitages pour des publicités, s’associer à des compagnies de danse, des troupes de théâtre. Ils doivent profiter de chaque occasion qui se présente, ce qui explique sans doute qu’ils aient tant développé le genre radiophonique. La plupart des compositeurs de cette école ont écrit pour la radio, des œuvres d’un genre un peu particulier qui se prêtent à une écoute qui n’a pas grand chose à voir avec ce qu’elle peut être dans une salle de concert. Un exemple, une pièce de Roxanne Turcotte, Micro-trottoir, composée en 1997 à partir de reportages faits dans la rue.

On retrouve, d’ailleurs cette réflexion sur l’écoute dans à peu près toutes les œuvres de l’école de Montréal. Un certain nombre de compositeurs ont résolu le problème en composant des musiques à programme, souvent basées sur des textes littéraires qui guident l’auditeur, qui donnent un sens à ce qu’il entend.

On retrouve cette démarche chez Francis Dhomont, dans des œuvres comme Sous le regard d’un soleil noir, mais aussi chez Gilles Gobeil, qui a réalisé plusieurs adaptations musicales de romans célèbres, Du côté de chez Swann de Proust, de La machine à explorer le temps de Wells, du Voyage au centre de la terre de Jules Verne.

Je voudrais aujourd’hui vous faire découvrir une pièce qu’il a composée avec le guitariste et compositeur René Lussier. Son titre, Le contrat, fait allusion au contrat implicite que ces deux amis ont signé avec le Conseil des arts du Canada qui leur a commandé une pièce d’après le Faust de Goethe . Cette pièce, dont ils commencé la composition en 1996, n’a été achevée que tout récemment, en 2003. On remarquera dans cette pièce la combinaison de la guitare et des bruits électroacoustiques. À l’inverse de leurs collègues français, les compositeurs de l’école de Montréal pratiquent peu les musiques mixtes. Ils ne les ignorent cependant pas complètement, comme en témoigne l’œuvre de Monique Jean, une compositeure, comme on dit au Canada, qui mêle souvent musique et art vidéo et a réalisé des murs de haut-parleur qui incitent à écouter la musique comme l’on regarde une sculpture. low memory #2 que nous allons maintenant entendre a été composé pour flûte picolo et bandes à quatre pistes. À l’entendre, on a parfois le sentiment d’être comme devant la coupe d’un son que le compositeur nous ferait voir au travers d’un microscope.

Louis Dufort, un des compositeurs les plus prometteurs de cette génération, paraît plus tenté que d’autres parce que l’on pourrait appeler la musique pure en opposition à ce cinéma de l’oreille pratiqué par beaucoup de ses collègues. Zénith, une œuvre écrite en 1999, rappelle, par certains cotés, les musiques expressionnistes du début du 20e siècle.

Spleen est également composé à partir de voix, il s’agit de quatre voix adolescentes et le projet du compositeur était de décrire cet état de mélancolie propre à l’adolescence. Ce goût de la voix, du texte n’est pas propre à Robert Normandeau. On le retrouve chez beaucoup des musiciens de cette école de Montréal. Chez Francis Dhomont, bien sûr, mais aussi chez Gilles Gobeil. Normandeau, Gobeil appartiennent à la génération de ces compositeurs qui ont été formés par Francis Dhomont et ses collègues: il y a, de fait, chez tous ces musiciens de l’école de Montréal, un goût de l’éclectisme qu’on ne retrouve pas forcément chez leurs collègues et, notamment français, souvent formés dans un cadre plus académique.

… on a parfois le sentiment d’être comme devant la coupe d’un son que le compositeur nous ferait voir au travers d’un microscope.

Introduction(s) to the Delights of Electroacoustic Music

François Couture, electrocd.com, Wednesday, October 15, 2003

Electroacoustic music is an acquired taste. Like it or not, radio and television have conditioned us from an early age into accepting some musical (tonal and rhythmical) molds as being “normal.” Therefore, electroacoustics, along with other sound-based (in opposition to note-based) forms of musical expression like free improvisation, is perceived as being “abnormal.” That’s why a first exposure to this kind of music often turns into a memorable experience — for better or worse. Many factors come into play, but choosing an album that offers an adequate (i.e. friendly and gentle) introduction to the genre will greatly help in letting the initial esthetic shock turn into an experience of Beauty and mark the beginning of a new adventure in sound.

My goal with this sound path is simply to point out a few titles that I think have the potential to encourage instead of discourage, titles opening a door to a new musical dimension. Of course, this selection can only be subjective. But it might be helpful to new enthusiasts and to aficionados looking for gift ideas that would spread good music around. After all, Christmas is only a few weeks away!

Bridges

We usually develop new interests from existing interests. What I mean is: we explore music genres that are new to us because a related interest brought us there. That’s why when it comes to electroacoustic music, mixed works (for tape and instrument) or works related to specific topics are often the best place to find a bridge that will gently lead the listener into the new territory. For example, people who enjoy reading travel literature will find in Kristoff K.Roll’s Corazón Road the sublimated narrative of a journey through Central America. Those still young enough to enjoy fairy tales (I’m one of them) will find in Francis Dhomont’s Forêt profonde an in-depth reflection on this literary genre as inspired by the works of psychoanalyst Bruno Bettelheim, in the form of a captivating work with multiple narratives (in many languages) and electroacoustic music of a great evocative strength. Lighter and more fanciful, Libellune by Roxanne Turcotte finds its source in childlike imagination and is in part aimed at children without over-simplifying its artistic process.

Guitar fans can turn to Parr(A)cousmatique, a wonderful project for which classical guitarist Arturo Parra co-wrote pieces with some of Quebec’s best electroacoustic composers: Stéphane Roy, Francis Dhomont (Quebecer at heart, at the very least), Robert Normandeau, and Gilles Gobeil. The latter has just released an album-long piece, Le contrat, written with and featuring avant-garde guitarist René Lussier. Lussier’s followers and people interested in Goethe’s play Faust (and its rich heritage) will find here an essential point of convergence, another bridge.

Essential listens

Those who want to explore further will probably want to venture into more abstract electroacoustic art. I recommend starting with the Quebec composers. Chauvinism? No way. It’s just that the music of composers like Dhomont, Normandeau, Gobeil, Yves Daoust, or Yves Beaupré seems to me to be more accessible than the music of British or French composers. It is more immediate, has a stronger impact (Gobeil, usually hitting hard), a more pleasant form of lyricism (Daoust, Beaupré), more welcoming architectures and themes (Dhomont, Normandeau). If you need places to start, try Normandeau’s Figures, Gobeil’s La mécanique des ruptures, Dhomont’s Cycle du son, and Beaupré’s Humeur de facteur.

That being said, there are hours upon hours of beauty and fascination to be found in the works of Michel Chion (his powerful Requiem), Bernard Parmegiani (La création du monde), Jonty Harrsison (Articles indéfinis), Denis Smalley (Sources/Scènes), and Natasha Barrett (Isostasie), but they may seem more difficult or thankless on first listen. And for those interested in where these music come from, the EMF label offers L’œuvre musicale, the complete works of Pierre Schaeffer, the father of musique concrète and grandfather of electroacoustics.

Tiny ideas

A compilation album has the advantage of offering a large selection of artists and esthetics in a small, affordable format. Available at a budget price, eXcitations proposes a strong sampler of the productions on the label empreintes DIGITALes. The albums Electro clips and Miniatures concrètes, along with the brand new volume of the DISContact! series, cull short pieces (often under three minutes) to trigger interrogations and discoveries in those with a short attention span.

And finally, for those of you who want to take their time and explore in short steps, the Cinéma pour l’oreille collection produced by the French label Métamkine contains many wonderful 3" CDs, 20 minutes in duration each, for a reduced price. The catalog includes titles by renown composers such as Michel Chion, Lionel Marchetti, Michèle Bokanowski, Bernhard Günter, and Éliane Radigue. These tiny albums are perfect for gift exchanges.

Of course, all of the above are only recommendations. The best sound path to discovery is the one you follow by yourself, little by little.

Best listens!

Portrait

François Couture, All-Music Guide, Saturday, September 1, 2001

Roxanne Turcotte’s activities are diversified, to say the least. Yet, even with a resume that includes a keyboardist role in a rock group, electroacoustic composer and children music composer, she barely made a dent in the music world. Her first album, Amore, was released in 1994.

Born in Montréal in 1960, Turcotte always stayed in the big city. First and foremost a keyboardist, she began in rock and jazz groups, recording an LP with Kaméléon in 1982. Not shy of genre crossings, she entered the Master program in electroacoustic music at the Université de Montréal, studying its secrets with Marcelle Deschênes and Francis Dhomont while also studying piano and composition with Serge Garant. She began creating electroacoustic music, but also music for multimedia projects and, surprisingly, children music, each aspect of her career permeating the others. In 1994 the prestigious record label empreintes DIGITALes released her first CD of electroacoustic music, Amore. The reception was mixed, her style of cinema for the ear relying strongly on synthesized music and sound collage. She participated to the 1999 and 2000 editions of the Futura Festival in Crest (France) and the 2001 Bourges Festival.

… her style of cinema for the ear relying strongly on synthesized music and sound collage.

L’électroacoustique à la portée des enfants

Patrick Marsolais, SOCAN, Paroles & Musique, Friday, March 1, 1996

Parmi la pléiade d’artistes s’adressant aux enfants, peu revendiquent une approche aussi originale que Roxanne Turcotte. Pas de comptines ou de reprises de grands succès enfantins pour la dame, mais bien de la musique électroacoustique. Qui donc a dit que le genre était trop cérébral…

On serait évidemment porté à croire qu’on n’aborde pas la composition pour les enfants de la même manière que pour les adultes. Or Roxanne Turcotte, qui donne également dans la musique pour adultes, affirme pourtant le contraire: «Ça se ressemble beaucoup. L’idée, c’est de faire découvrir le monde sonore électronique aux enfants, l’enregistrement sonore, la modification des sons, etc. C’est donc un peu la même technique, c’est le langage qui est un peu différent.»

L’électroacoustique, c’est bien connu, est réputée comme étant une musique sérieuse, difficile d’accès, et l’on se demande bien, en véritable profane, comment diable des enfants peuvent accrocher au genre: «Vous seriez surpris. Les jeunes sont capables d’en prendre beaucoup plus que les adultes. Comme leur oreille n’est pas formée, ils sont ouverts à plein de choses, alors que les adultes n’ont jamais vécu avec cette musique-là. Ils ont l’habitude d’entendre des harmonies ou des hauteurs de notes très précises. Quand on leur présente des extraits sonores électroacoustiques, ils ont donc de la difficulté avec ça. C’est le même phénomène pour la technologie.»

Roxanne Turcotte a signé deux cassettes pour enfants à ce jour. Sons et tintamarre est un véritable projet électroacoustique, alors que Dododinouche est un projet de musique «utilitaire», faite pour endormir les enfants ou pour la relexation. Sa musique étant essentiellement instrumentale, il est donc permis d’espérer une exportation plus facile: «Définitivement, puisqu’il n’y a pas de barrières. On y travaille d’ailleurs de plus en plus.» Fidèle à son médium, Turcotte travaille beaucoup avec un programme de sons synthétiques et nombre d’échantillonnages. «Ce sont des capsules de sons que je modifie, tout en rejoutant toutes sortes de synthèses sonores. Je travaille dans un studio chez moi, et mon ordinateur se veut en fait mon enregistreur.

Selon certaines sources, ses compos font un malheur auprès des bambins. C’est que Roxanne Turcotte a beau donner dans l’électro, l’humour y trouve toujours droit de cité.

Blog