The Electroacoustic Music Store

Artists Bernard Parmegiani

This text is unavailable in English.

Élevé entre deux pianos, il ‘grandit’ en écoutant les gammes journalières ainsi que le répertoire virtuose de son beau-père. Du son, il apprend les différentes techniques (cinéma, radio, télévision, centre d’études radiophoniques) et s’affine l’oreille en devenant ingénieur du son. Par ailleurs, sa pratique du mime durant quatre ans à l’école de J Lecoq et M Decroux le sensibilise à la pratique du geste, à la plasticité de l’espace.

C’est en 1959 qu’il entre au Groupe de Recherches Musicales où, sous la direction de Pierre Schaeffer, il suit durant deux années le stage de musique électroacoustique.

En 1962, il aborde sa première pièce, Violostries, qui fera l’objet d’une chorégraphie parmi les plus importantes du Théâtre Contemporain d’Amiens dirigé par Jacques-Albert Cartier.

Pierre Schaeffer lui confie la responsabilité du secteur Musique-Image. Il entre alors en relation avec des cinéastes et compose la musique de nombreux courts et longs métrages réalisés par Lapoujade, Foldès, Kamler, Borowczyck, Kast, Baratier, Kassovitz… C’est pour lui l’occasion d’entamer une recherche musicale personnalisée où toute liberté lui est laissée dans le cadre d’un temps fixé, mesuré et imposé par la durée de l’image et un contenu dont il n’est pas l’auteur. Excellent apprentissage pour aborder les problèmes de la forme liée à celle du temps. Cette dernière notion sera d’ailleurs souvent mise en exergue dans bon nombre d’œuvres et plus particulièrement dans L’instant mobile, Capture éphémère, Le présent composé

Il étend ses recherches à l’art vidéo au cours d’un voyage d’études aux États-Unis consacré à l’Art vidéo, effectué grâce à une bourse du Ministère de la Culture. À son retour, il réalise trois vidéos musicales: L’œil écoute (1973), Jeux d’artifices (1979) au Service de la recherche de l’ORTF et L’écran transparent (1973) à Köln à la WDR où il est invité.

Intéressé par la rencontre entre les techniques d’improvisation du jazz et celle de la musique électroacoustique, il travaille avec différents groupes free-jazz: Chautemps, Vitet, Portal, ainsi qu’avec The Third Ear Band, groupe de pop musique à Londres.

Outre la réalisation de génériques (France-Culture, France-Musique, Antenne 2, Aéroport de Roissy…) et de musiques dramatiques destinées à la radio, à la télévision, au cinéma ou à la chorégraphie, il compose une cinquantaine de pièces musicales dont la plupart sont acousmatiques, quelques-unes mixtes (instrument et bande), d’autres étant des actions musicales où interviennent interprètes, acteurs, instrumentistes.

[source: www.www.reseauxconcerts.com]

Bernard Parmegiani

Paris (France), 1927 – Paris (France), 2013

  • Composer

On the Web

Bernard Parmegiani, photo: © Ivan Mathie

Selected Works

Main Releases

Fractal Records / FRACTAL 028 / 2004

Appearances

Various artists
Various artists
Various artists
Various artists
Sub Rosa / SR 220 / 2004
  • Temporarily out of stock
Musiques & Recherches / LIEN 1991-10 / 1991

Complements

Editions Mego / REGRM 009 / 2013
  • Not in catalogue
Editions Mego / REGRM 003 / 2012
  • Not in catalogue
Various artists
independent releases / EMH 2009 / 2009
  • Not in catalogue
  • Out of print
  • Reissued
Lugdivine / LUG 1078 / 2002
  • Not in catalogue
Various artists
Teatro Massimo / FTM 002 / 2001
  • Not in catalogue
Plate Lunch / PL 08 / 2001
  • Out of print
Various artists
  • Not in catalogue
Magison (François Bayle) / MGCB 0795 / 1995
  • Out of print
Various artists
Ars Electronica / PA 93 / 1993
  • Not in catalogue
  • Out of print
Mnémosyne musique média / LDC 278055 / 1991
  • Not in catalogue
  • Out of print
Various artists
  • Out of print
Various artists
  • Out of print
  • Out of print
Various artists
Patchwork / PW 31 / 1978
  • Not in catalogue
  • Out of print
Various artists
Klett Verlag / KV 92422 / 1974
  • Not in catalogue
PSI / PSI-X 20705 / 1974
  • Not in catalogue
EMI / 2C 065-11690 / 1972
  • Not in catalogue
Philips / 6521 025 / 1971
  • Not in catalogue
Various artists
Philips / 6585 007 / 1971
  • Not in catalogue
Various artists
Philips / 6523 003 / 1970
  • Not in catalogue
Various artists
Candide / CE 31025 / 1969
  • Not in catalogue
Philips / DSY 836_889 / 1969
  • Not in catalogue

Web Releases

Musiques & Recherches / LIEN 1991-10pdf / 1991

In the Press

Rien à voir avec Calon, Vande Gorne, Parmegiani et les autres

Le Devoir, February 19, 1998

Hier commençait au Théâtre La Chapelle la troisième série de concerts Rien à voir. Au menu: cinq jours d’électroacoustique, des compositeurs venus de tous les horizons, trois lancements de disque. Ces concerts ne sont pas comme les autres: aucun musicien sur place, mais vingt haut-parleurs faisant entendre des œuvres déjà fixées sur bandes.

Le festival veut souligner le 50e de la musique concrète. En 1948, alors qu’il était responsable du Studio d’essai de la Radio française, Pierre Schaeffer se rendit compte qu’un disque souple permettait de transformer le son, de le moduler. Comme les couleurs pour le peintre, la musique peut être utilisée en tant que véritable matériau.

Le concept a fait des petits et a étendu ses tentacules. À la suite de Schaeffer, les Québécois se sont employés à développer ce créneau. Il est d’ailleurs revenu à trois d’entre eux — Jean-François Denis, Gilles Gobeil et Robert Normandeau — de lancer hier le festival Rien à voir, tout à entendre.

Aujourd’hui, le public pourra entendre le travail de recherche de Christian Calon, un compositeur autodidacte qui partage sa vie entre le Québec, la France et l’Allemagne.

La soirée de demain sera entièrement consacrée à la Belge Annette Vande Gorne. Samedi, pleins feux sur le Français Bernard Parmegiani, dont on entendra un total de six pièces. À la séance de 18h30: Bidule en ré (1969), Entre-temps (1992), Sonare (1997); à celle de 20h30: Violostries (1965), Pour en finir avec le pouvoir d’Orphée (1972) et La création du monde (1982-1984).

Le festival Rien à voir, tout à entendre se conclura par un concert-surprise. On sait tout de même que ce concert mettra en vedette Parmegiani, dont on entendra l’œuvre la plus célèbre, De natura sonorum, et cinq jeunes compositeurs de Montréal.

Le festival ne quittera son repère du Théâtre La Chapelle que pour un seul événement. Aujourd’hui, à 13h, sera donnée en première nord-américaine Die Zimmer der Erinnerung (Les Chambres de la mémoire) de Christian Calon, au Goethe-Institut, au 418, rue Sherbrooke Est.

Par ailleurs, seront lancés trois disques, tous sur étiquettes Empreintes DIGITALes: Miniatures concrètes (24 clips électroacoustique), Les corps éblouis de Christian Calon et Impalpables d’Annette Vande Gorne.

… cinq jours d’électroacoustique, des compositeurs venus de tous les horizons, trois lancements de disque.

Blog