The Electroacoustic Music Store

Artists Adrian Moore

Adrian Moore first came into contact with electroacoustic music in his hometown of Nottingham at a concert given by Denis Smalley. His undergraduate study was at City University (London, UK) where he began to compose in the studio as well as assist the Electroacoustic Music Association of Great Britain (EMAS) — which became Sonic Arts Network (SAN), now Sound and Music) with concerts. The performance of tape pieces using multiple loudspeakers interested him and his further study under Jonty Harrison at the University of Birmingham offered the opportunity of composing for and working with the Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (BEAST). He graduated in 1998 but his seven years in Birmingham were interspersed with trips to CNSM (Lyon, France, 1991-92) and ZKM (Karlsruhe, Germany, 1995).

His works have been performed and broadcast around the world and have received prizes and mentions in numerous competitions, including Musica Nova (Prague, Czech Republic, 1996, 2010), Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1996), EAR’97 (Budapest, Hungary, 1997), Prix Ars Electronica (Linz, Austria, 1998), Bourges (Bourges, France, 1990, 2002) and Musica Viva (Lisbon, Portugal, 2004).

Having always held an interest in bringing the power of the tape medium into the live performance situation as well as to sound diffusion, Adrian Moore sees the technology of today as an ideal tool with which to work as a composer, teacher and performer. He is currently Reader in Music at University of Sheffield where he is the director of the University of Sheffield Sound Studios (USSS).

His motivations remain ‘acousmatic’ and current work includes multichannel (5.1) composition, laptop improvisation, and large spatialisation concerts using software developed at USSS.

[v-15]

Adrian Moore

[Adrian Jonathan Moore]

Nottingham (England, UK), 1969

Residence: Sheffield (England, UK)

  • Composer
  • Journalist

On the Web

Adrian Moore, photo: Linda Bussey, Sheffield (England, UK), Friday, June 22, 2012

Selected Works

Main Releases

Routledge / ROUT 9781138925038 / 2016
empreintes DIGITALes / IMED 15135 / 2015
empreintes DIGITALes / IMED 11112 / 2011
empreintes DIGITALes / IMED 0684 / 2006
empreintes DIGITALes / IMED 0053 / 2000

Appearances

Various artists
Musiques & Recherches / MR 2016 / 2017
Various artists
Musiques & Recherches / MR 2014 / 2015
empreintes DIGITALes / IMED 0898 / 2008
Various artists
Miso Records / MCD 016-07 / 2007
  • Temporarily out of stock
Various artists
CEC-PeP / PEP 005 / 2002
Various artists
CEC-PeP / PEP 002 / 2000
Various artists

Complements

Various artists
SEAMUS / EAM 2001 / 2001
  • Not in catalogue
Various artists
Edition RZ / RZ 10012/13 / 2001
  • Not in catalogue
Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 0050 / 2000
  • Out of print
Various artists
Mnémosyne musique média / LDC 2781133-34 /
  • Not in catalogue

In the Press

L’abécédaire d’Adrian Moore

Bruno De Cat, Camuz, Thursday, December 10, 2015

Le compositeur anglais sera ce soir au Conservatoire pour la série Électrochoc d’Akousma.

[…] Cette photo d’Adrian Moore, qu’on retrouve sur de nombreux sites, m’a toujours fasciné, car elle me semble tout dire sur le personnage et son rapport à la musique: curiosité, éveil, recherche, intelligence, concentration, plaisir… Le voir soudain apparaître dans le bureau où je me trouvais par hasard m’a donné envie d’en savoir plus sur ce compositeur anglais, en visite à Montréal entre autres pour un concert ce jeudi soir au Conservatoire, dans le cadre de la série Électrochoc d’Akousma, ainsi que dans le prolongement de la sortie de son quatrième album sur l’étiquette empreintes DIGITALes. Je propose ici un abécédaire du moment, inspiré d'une rencontre passionnante, qui s'est déroulée en français…

Abeilles

«Qui dit abeille dit chaleur. Lorsque le bruit de fond d’une journée ensoleillée s’amenuise, elle peut être entendue et localisée, grâce au spectre de fréquence complet de son bourdonnement (buzz). Ceci étant dit, l’abeille qui va de fleur en fleur au bout du jardin est partie intégrante d’un bourdonnement de fond (hum). Ce n’est que quand elle vole à proximité de mon oreille que je prends connaissance de sa vitesse. Le son d’une seule abeille est bruyant et son déplacement dans un espace confiné erratique. Le son de l’essaim suggère une élégante puissance chancelant au bord du chaos, cependant en son coeur il y a un drone, fixe mais fluide. C’est avec cela à l’esprit que j'ai enregistré une abeille pour synthétiser ensuite l’essaim.»

BEAST [Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre]

Quel a été le choc musical de sa vie? Adrian Moore répond que ce qui l’a marqué le plus profondément, c’est plutôt une expérience collective, au sein de BEAST, association dont il a fait partie de 1990 à 1997. La personnalité inspirante de Jonty Harrison, qui fut son mentor, les tournées de concerts en équipe à Londres et en Europe, où il fallait tout faire et donner le meilleur avec les moyens du bord, les rencontres avec le public et les compositeurs, c’est ce qui constitue sa colonne vertébrale aujourd’hui, et c’est là qu’il a appris ce qu’est la diffusion du son.

Counterattack

C’est la composition qui sera diffusée au Conservatoire ce soir, et qui figure dans la dernière parution CD chez empreintes DIGITALes. Faisant suite à la pièce The Battle, créée à Montréal en 2013, elle répond aux préoccupations suivantes: combien de sons est-il possible d’utiliser en même temps, et jusqu'où peut-on enrichir l’espace avec un travail sur le multi-canal? Pour cette pièce, Moore a voulu approfondir sa compréhension du concept de guerre à travers la lecture de textes fondamentaux, ce qui sera rendu non pas d’une manière narrative, mais plutôt dans une conception physique du son. À entendre absolument.

Données et méta-données

Difficile de garder la trace de tout ce qu’on fait. Faut-il faire confiance aux moteurs de recherche qui retrouvent de plus en plus vite tout ce qui a déjà été encodé maintes fois sur de nombreuses plateformes? Le contrôle de la bonne information reste cependant nécessaire, d’où l’utilité de sites tels qu’électroprésence, electrodoc et bien d’autres…

Électrochoc 3

Ce jeudi soir au Conservatoire, Adrian Moore spatialisera des œuvres de collègues et étudiants de l’Université de Sheffield, dont il sera l’ambassadeur pour l’occasion. C’est pourquoi il souligne son désir de communiquer avec le public, au-delà du concert, dont le programme très varié plongera l’auditeur dans des mondes sonores totalement différents (pièces de Albornoz, Bevan, Savva, Stansbie et Moore).

Fun

Également chef d’orchestre, Adrian Moore a étudié la musique de manière très approfondie, incluant notamment des analyses poussées des techniques musicales de compositeurs comme Bach, Beethoven, Stockhausen et Boulez… Ce côté aride du métier, il l’a intégré d’une manière très libre et ludique.

GRM [Groupe de recherches musicales]

Cet organisme a joué un rôle historique dans le domaine de la diffusion du son.

Humilité

Elle transparaît à travers tout l'entretien. Moore évoque toutes les musiques qu'il se doit d'écouter, ce qui est dèjà connu mais surtout ce que fait la nouvelle génération. «Si je devais écrire une pièce pour instrument acoustique, je serais très prudent, car je ne maîtrise pas toutes ces techniques.»

In Paradisum

Dernière partie de Sea of Singularity, où il est question d’extase, aux sens religieux et sexuel.

Jean-François Denis

Fondateur d'empreintes DIGITALes, il y a plus de 25 ans. Toujours aux commandes de l’étiquette qui est devenue la référence mondiale en matière de musique électroacoustique. Il nous prépare de bien beaux projets dont je ne peux en dire plus ici. À suivre donc.

Kings Place

C’est dans cette salle londonienne qu’a été présentée Fields of Darkness and Light, en 2011, avec la violoniste américaine Jennifer Stumm.

Lumière

Il existe de nombreuses analogies entre le son et la lumière, et Adrian Moore est avide de les explorer, notamment en travaillant en collaboration avec des artistes visuels. De telles envies font qu’il a des projets pour les 5 années à venir… Un essai du passé: Resonant Image.

Montréal

Sa première visite à Montréal date de 1990 ou 1991. Moore avait gagné un prix au concours de Bourges, qui consistait en une résidence de travail de 4 semaines dans les studios de l’Université de Montréal. Souvenir d’une viande fumée Chez Schwarz avec Francis Dhomont

Nebula Sequence

Un remix d’une composition de 2012 à écouter sur sa page Souncloud.

Octuor, de Horacio Vaggione

Cette pièce inédite pour bande de 1982 exerce toujours une grande influence sur son travail, tout comme le CD Points critiques.

Ponts

Il est important de dialoguer avec son public, d’établir des ponts. Le travail sur les hauteurs en est une illustration parmi d’autres.

Question

Pour composer, Adrian Moore part toujours d’une question, du genre: qu’est-ce que l’espace en musique? Combien de sons simultanés peut-on faire entendre?

Réjean Beaucage

Le directeur [administratif] d’Akousma nous recommande chaleureusement, depuis un certain temps déjà, «d’écouter Study in Ink, où la seule source sonore est le frottement d’un crayon feutre sur un tableau blanc. Le genre d’étude qui n’exclut pas l’humour. Very British indeed!»

Spock

Ce personnage iconique de Star Trek se trouve implicitement mentionné dans le titre d’une section d’une de ses compositions: Still Life (as we know it).

Tangram, de Robert Normandeau

Souvenir marquant de la première visite à Montréal, l’écoute de cette pièce au Planétarium.

University of Sheffield Sound Studios

C’est le point d’ancrage actuel de Moore, dont il est directeur. Importance capitale de l’enseignement.

Vaggione, Horacio

Un compositeur important pour Moore, un membre de sa famille acousmatique.

Wet Sounds

Installation et performance sous l’eau à laquelle il a participé de 2008 à 2011.

Xiang Shan She Gu

L’univers d’Adrian Moore est vaste, les sources sonores qui le composent ont les origines les plus diverses. Ainsi dans Strings and Tropes, une mélodie tirée de la musique traditionnelle chinoise (la foire du temple à la montagne Xiang).

YouTube

«On ne trouve pas beaucoup de vidéos de mon travail sur le web, heureusement d’ailleurs», dit-il avec un sourire malicieux. En tout cas, on peut y écouter un grand nombre de ses pièces, notamment sur sa page Soundcloud et sur Sonus.

Zoom

L’outil primordial, c’est le microphone. Tel un microscope de l’ouïe, Adrian Moore l’utilise comme un révélateur de sons inaudibles, qui fourniront la base de nouvelles compositions.

Akousma: tout contact

Normand Babin, Montréalistement, Monday, October 28, 2013

Samedi soir s’achevait en apothéose le festival Akousma avec les œuvres du très respecté François Bayle. Le festival nous aura fait réaliser en quatre événements, toute la diversité de l’art acousmatique, et nous aura aussi permis de jeter un œil sur ce monde un peu fermé sur lui-même il faut bien le dire.

Après une soirée consacrée à la relève mercredi (voir mon article: http://montrealistement.blogspot.ca/2013/10/akousma-premier-contact.html), on a eu droit jeudi aux œuvres de deux femmes au génie incontestable. Brunhild Ferrari a plus que fréquenté l’œuvre de Luc Ferrari, décédé en 2005, et reprend avec brio le travail là où il l’avait arrêtée. Dans une esthétique minimaliste et répétitive, un peu à la manière de Steve Reich, Brunhild Ferrari nous a offert de longues plages sonores où presque rien ne bouge. Force est donc d’écouter attentivement: l’action est dans le détail. Un pointillisme musical d’une grande délicatesse, une musique un peu planante mais jamais endormante!

En deuxième partie de programme, Monique Jean a présenté ce qui représente à mon avis le plus important travail fait sur la recherche de nouveaux sons entendus au festival. À partir de sons réels et de sons synthétiques, elle compose de longs poèmes pour l’oreille. Je garde en tête des épisodes inouïs, le mot ici pris dans son sens premier, des craquements, des éclats doux. Les œuvres de Monique Jean sont très délicates, ici pas d’impression de Dolby Surround ou de manœuvres d’écrasement de l’auditeur. Il faut porter attention, rester aux aguets tout le temps que dure sa prestation.

Avant la performance de François Bayle, nous avons eu droit à la tonitruante musique d’Adrian Moore. Composée expressément pour l’acousmonium, l’orchestre de haut-parleurs, la musique se propulse, se ballade, circule tout autour de l’auditeur. Parfois proche de ce que nous pourrions entendre sur certains jeux vidéos, la pièce Battle nous plaçait au centre d’un genre de partie de ping-pong où les haut-parleurs de gauche répondaient à ceux de droite. Amplifiant et grossissant constamment le son, Moore appuie la pédale à fond, et termine avec un immense climax dans Junky.

Le maître français François Bayle, 81 ans, a un peu donné une petite leçon de style à ceux qui l’avaient précédé au cours du festival. Il utilise le matériel sonore qu’il crée comme un compositeur pour orchestre le ferait avec les sons des différents instruments de musique. C’est donc une œuvre parfaitement construite et élaborée, où l’on entend clairement des thèmes, leur déconstruction, leur développement. Fabuleusement luxuriante, la palette sonore de Bayle nous donne à entendre des insectes, des grincements d’arbre, de lointains échos de cris d’oiseaux, une jungle hyperactive. La richesse des textures et le raffinement de l’écriture font des œuvres de François Bayle une véritable bible de l’électroacoustique, de l’acousmatique ou comme il vous plaira de l’appeler.

De l’oreille au XXIe siècle

Il n’y a pas tant d’années, le consommateur se rendait dans une boutique très spécialisée, avec ses propres CD et allait écouter des amplificateurs et des haut-parleurs, tentait de faire le meilleur alliage possible et retournait chez lui avec un système de son souvent plus intéressant, quoique moins puissant, que celui de bien des salles de spectacles. Aujourd’hui, on ajoute des haut-parleurs sur l’ordinateur directement, on écoute avec casque, parfois on s’achète une station iPod, mais on se fout un peu de la qualité du son. On veut que ce soit compatible avec notre équipement informatique, sans fil et design. Les concerts d’Akousma étaient diffusés sur plus de 40 haut-parleurs de très haute qualité, par un technicien ultra-qualifié. Voilà qui réveille notre ouïe un peu paresseuse. En fait, on a soudainement l’impression que nous avons trop de choses à écouter à la fois. Ce qui confère beaucoup de pertinence à ces concerts, l’écoute étant mille fois plus riche que ce que nous pourrions avoir à la maison. De plus le compositeur est à l’œuvre, et règle à mesure les effets qu’il désire obtenir en cours de performance. De la musique enregistrée certes, mais diffusée dans un contexte exceptionnel, qui justifie amplement l’appellation contrôlée de “spectacle”.

British Connection

Réjean Beaucage, Voir, Sunday, June 17, 2001

Ayant trouvé sa voie alors qu’il assistait à un concert de Denis Smalley, Adrian Moore a été l’élève de Jonty Harrison. Nous avons pu goûter son très grand talent pour la diffusion sonore lors de son passage à Montréal, au début avril, pour la neuvième édition de la série Rien à voir. On serait tenté ici de dire ici que l’élève dépasse ses maîtres. Ceux qui veulent comprendre les possibilités musicales qu’offre l’électroacoustique seraient avisés d’écouter sa pièce Study in Ink, où la seule source sonore est le frottement d’un crayon feutre sur un tableux blanc. Le genre d’étude qui n’exclut pas l’humour. Very British indeed!

On serait tenté ici de dire ici que l’élève dépasse ses maîtres.

Review

Ingvar Loco Nordin, Sonoloco Record Reviews, Sunday, April 15, 2001

There is a new sophistication apparent in the brand new scoop of electroacoustics coming out of Britain — and from elsewhere too… That is plain to hear on a series of new releases from Canadian guru label empreintes DIGITALes, featuring three British sound wizards with already very famous names. This time we listen to Adrian Moore’s CD Traces.

The sophistication reveals itself in that it now clearly is composition and absolutely nothing else that kicks electronic ventures sky high! A few years ago I was worried that all the new, easily obtained machinery and software would dilute the traditionally highly intoxicating electroacoustic beverage, which it also did, momentarily, but these days my worries are gone, blown away by some of the best stuff I’ve heard in decades from the shamans of electroacoustics.

This means that the guys and dolls who mistook the machinery for the art now either have learned their lesson, or left the stage… The CDs I’ve received in recent months from labels in Sweden, France, Russia, Romania, Holland, Canada and other countries prove to be excellent productions. These artists master their software and hardware to such a degree that no machinery in the world can get in between them and the end result: the sounding work of art. These people are composers — again! — with compositional skills. The detour through the junkyards of binary tools is over. We’re back in business, and the composers are composers again. They are electroacoustic composers, using their machines and gadgets, but the driving force is imagination and visionary thinking — and intuition! — paired with an edgy compositional skill; and so the machines can be wonderful tools. This is what has happened as this sophistication has set in, and here we are with some highly tremendous stuff.

Adrian Moore is one of these sophisticated wizards, balancing his compositional act on an array of hard drives filled with shamanistic software… but he lets his imagination seep down like honey through the imaginary netherworlds of the binaries, and in the process he evolves and refines images and impulses originating in a French tradition projected by people like Jean Schwarz, Bernard Parmegiani, François Bayle and others, not least the French-Canadian Maestro Françis Dhomont — and I’m talking about the earlier, analog groundbreaking actions of these guys (they’re still very active!), when they pushed the poetic and fairytale-like sound worlds of their inner visions to the forefront of electroacoustics.

I’m not precisely new to Adrian Moore. I think the first piece I heard of his was Breaking… Glass! (1991), which was broadcast on Swedish radio in 1993, when a program (FIX) specializing in electroacoustic music ran a series on works coming out of the studio of the University of Birmingham (associated with the organization BEAST; The Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre). His Sieve (1994-1995) — presented here — was also originally found on a CD from the 4th Prix International Noroit Leonce-Petitot 1995 de Composition Musicale Acousmatique.

Moore was introduced to electroacoustics at a concert with Denis Smalley in Nottingham. Later he studied with Jonty Harrison, and fate (?) has it that the three CDs with British composers that recently were released by empreintes DIGITALes feature these three sound painters.

The first piece on Moore’s CD is Junky (1996). The sounds are extremely delicate, measured down to the most miniscule fraction of a slice, slashing through space in your senses like samurai swords… After a short while this frantic impression gives way to an otherworldly feeling of austere detachment, complete alienation, as if you were experiencing a spill-over from another dimension — a dimension of the utmost excommunication, as might be experienced by space travelers cut off from Earth by some disaster or other at the shores of foreign worlds… or by a father seeing his children disappear in an ugly divorce, or rather the calm feelings of resigned despair that follows, when you just sort of watch the horrid circumstances like a work of art at a dazed afternoon exhibition or like a movie late one rainy spring… There is a mental “Entfremdung” in the music, like you were hearing it through the locked and barred windows of an insane asylum…

This music could also be a story told about events unimaginable by human Earthlings, tenderly told in this sound language, conveying feelings of something completely lost, like the introverted, calm despair of an alienated existence, extra-dimensional, far beyond the force of binary circuits, far beyond the illusion of Time, wrangling through the mineral world, which is a lonely place without points of reference — like the more frightful stages of the Bardo Thödol — or like a memory long lost in an overwhelming amnesia, in which just the gestures of meaning remain. It’s a very beautiful music…

Dreamarena (1996) is the second entry. This piece too is very imaginative, spatial, inducing all kinds of weird feelings of a kind of alienation, but this time as if you were transferred to a kind of insect perspective… You feel an intense communication going on here, but you can’t tell between what kind of creatures — or if indeed the morphemes that sweep past, back and forth in your listening space, between your temples, are a kind of human communication that you just don’t understand, as if you’ve suffered a stroke and woken up in utter aphasia… The music is frustratingly communicative, but unintelligible to you, though apparently not to the alien intelligences — if they are… — who really do exchange frantic messages right through your brain… You can only sense the bare gestures of communication… or is it a communication beyond language itself? Could it be the thoughts of angels, the thoughts of spirits, that you’re tapping into, breaking all the laws, inducing the wrath of God? You were not supposed to hear… in the same manner that you were not supposed to tap into the core of Existence by tampering with genetic codes… The Tower of Babylon again!

Or could these sounds be sonic representations of the insects’ communication by pheromones, across the vast summer meadows of an eternal June? For sure this communication has a magic quality, a surreal aspect, in the same way that the world would look very different if we suddenly could perceive other wavelengths of light than the limited spectra we usually can see.

Study in Ink (1997) is a completely delightful little obsession! Adrian Moore has reached down into his pocket and got his whiteboard marker pen out, indispensable to anybody having to make presentations to boards of trustees or any other congregation of the 21st century… He uses the sounds the marker makes on the whiteboard in such imaginative ways that you can’t but smile… This singular-origin-sound business sometimes can be really elating, as in the case of Jonty Harrison’s Hot Air (1995) — also on empreintes DIGITALes; IMED 9627; Harrison’s first release on the label — in which a great deal of the sounding result stems from children’s balloons, or like in the very classical case of Pierre Henry’s rusty barn door in Variations pour une Porte et un Soupir (1963). Adrian Moore develops his sampling and manipulation of this darn marker pen’s frictional passages across the whiteboard to the extent that the sounds revealed push your associations in the direction of David Dunn’s magnificent hydrophonic recordings of the intricate sounds of underwater insects of North American and African freshwater ponds; Chaos & the Emergent Mind of the Pond (What Next WN 009). It’s amazing how much these completely different approaches — hydrophones in African ponds versus marker pens on British whiteboards — can resemble each other! The adventure is endless!

Foil-Counterfoil (1997) involves — of course — tin foil, closely recorded to reveal hidden sounds, but also utilizes the sounds of glasses, bottles, balloons etcetera. The effect is dizzying at times, in its innovative, controlled madness, where Moore has to use all his power of will not to go completely berserk in the sonic shop of his mind! You name it, we like it! Moore’s music involves so many qualities, but movement — the spatial aspect — is always very apparent, as is an uncanny feel for alien beauty and ominous auditive backdrops, in a therapeutical kind of fashion, as if you were present at the core of a schizophrenia session with Ronald D Laing or a spirit-on-reel-to-reel meeting with almost forgotten Friedrich Jürgenson.

The last piece is Sieve (1994-1995). This is the only piece on this set with a more obvious musique concrète leaning, since you can readily identify some sounds that — to begin with — are un-altered. The piece is very French, just picking up somewhere in the acousmatic tradition and taking it a bit further still. It is a wonderfully varied piece; a sort of variation on the moment, or variations on moments of reality, wrenched out of their natural passage-ways of causality, into the workshop of Adrian Moore, where the stolen moments are handled with binary pliers and deformed and re-shaped into lucid building-blocks for the composer’s almost metaphysical creation; Sieve .

Let’s congratulate Adrian Moore! This CD is a remarkable gift to the connoisseurs of contemporary sound-art, and constitutes a lasting contribution to art itself. Wonderful! Adventurous!

Wonderful! Adventurous!

Blog

  • The acousmatic work Solar Winds… and Beyond by Elizabeth Anderson was awarded First Prize in the Musica Nova 2015 International Competition of Electroacoustic Music (Prague, Czech Republic); Nebula Sequence by Adrian Moore, Isomorphic by Ja…

    Monday, November 16, 2015 / General
  • The 16th Concurso Internacional de Composição Electroacústica Música Viva has awarded its Prize to Counterattack by Adrian Moore. The jury also decided to recognized with honourable mentions Sibylle by Gilles Gobeil and Ventriloquy by Andre…

    Sunday, May 24, 2015 / General
  • The Concert international presented by Musiques & Recherches on February 27, 2013 at Espace Senghor in Brussels (Belgium) will feature works by Elizabeth Anderson, Adrian Moore, Robert Normandeau, Zuriñe F Gerenabarrena, and Irene Pacini. T…

    Wednesday, December 12, 2012 / In Concert