The Electroacoustic Music Store

Artists René Lussier

Guitarist René Lussier is one of the pillars of innovative music in Québec. A prolific and eclectic composer, he has been charting new music territories since the end of the ’70s, teaming up with musicians from all fields. Co-founder and member of the label Ambiances Magnétiques from 1986 to 2000, he has engineered and produced most of his albums. He has written music for over fifty films, either on his own or in collaboration. Passionate about improvisation, he holds meetings and workshops devoted to this activity in Québec and Europe on a regular basis. Since 2002 he’s touring his solo show Le Prix du bonheur.

[ix-06]

René Lussier

Montréal (Québec), 1957

  • Composer
  • Performer (electric guitar, electric bass, daxophone, voice)

On the Web

René Lussier, photo: Pierre Crépô

Selected Works

Main Releases

empreintes DIGITALes / IMED 11107 / 2011
empreintes DIGITALes / IMED 0372 / 2003

Appearances

Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 9604 / 1996
empreintes DIGITALes / IMED 9421 / 1994

Complements

OHM / Avatar / AVTR 020 / 2000
  • Not in catalogue
Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 0050 / 2000
  • Out of print
Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 9004 / 1990
  • Reissued

In the Press

Critique

Réjean Beaucage, Voir, Sunday, January 1, 2017

Modern Folklore

François Couture, actuellecd.com, Tuesday, March 16, 2004

When I was asked to dive into DAME’s catalog in search of intersecting points or recurring themes that would sketch discovery trails, the trad connection stood out immediately. Not only because of the importance of traditional folk music in the development of avant-garde music in Quebec, but also because the albums belonging to this line usually speak to us in a more immediate way and are easier to grasp.

It may seem a bit paradoxical, but tradition and innovation often go together hand in hand. When a culture’s avant-garde artists look for ways to overstep the rules of the music industry, they often turn their attention to roots — theirs and others — to find new paths to explore. Traditional folk music often holds at his core treasures of stylistic freedom and improvisation. Furthermore, its festive outlook can make it easier for an audience to accept and appreciate the introduction of new rhythmic, melodic or improvisational parameters. That’s what happened and continues to happen in Quebec. Here’s a listening trail in three parts, three original ways DAME artists approach the tradition: revisited, reinvented, and made-up folk.

Revisited folk

Late 1970s: a trad folk revival is sweeping the Province of Quebec, thanks to a new generation of musicians (groups like La Bottine Souriante, Le Rêve du Diable, and L’Engoulevent). Among these groups, many of which recording for the label Tamanoir, is a collective of crazy youngsters, guitarists who deprave reels and folk tunes with their melodic inventions and post-modern poetry. Among Conventum’s regular members are André Duchesne and René Lussier, who will later rank among the founding members of the collective Ambiances Magnétiques (sadly, Conventum’s two albums, À l’Affût d’un complot and Le Bureau central des utopies, are out of print).

In Ambiances Magnétiques, René Lussier has continued to explore a rereading of Quebec’s music history. His discography is peppered with folk tunes stripped naked and dressed anew. On his three albums with Les Granules (a duo with Jean Derome) he exaggerates the Dionysian character of the music (Le Boudin de Noël - or The Christmas Blood Pudding - on Soyez vigilants, restez vivants and La Chicaneuse on Au Royaume du Silencieux rank among the finest examples). With Le Trésor de la langue, he focused on our historical folklore, turning the words of René Lévesque, the FLQ, and people on the street into a new “Cahier de la bonne chanson” (a music book of old folk tunes that rested on the piano of many Quebec families in pre-television days). His recent collaboration with American guitarist Eugene Chadbourne signals a return to these roots — their CD L’Oasis released on Victo presents many revisited tunes from both sides of the border.

Reinvented folk

The folklore of a nation is not limited to a body of songs, it is also a state of mind, a substratum from which many artists in DAME’s catalog dig to reinvent our traditional folk music (and others too). On La Boulezaille, Pierre Tanguay and Pierre Langevin (masters of many European folk music in the group Strada) mix up traditional and modern instruments in search of a new, “actuel” folk freed from the cage in which all kinds of traditionalists would like to preserve it. Groups like Interférence Sardines and La Fanfare Pourpour shape their original pieces in ways that bring to mind the Devil’s fiddler or street fair music (music of the people, the prime definition of “folk” music). Joane Hétu’s Musique d’hiver doesn’t have that festive side to it, but it nevertheless redefines the folklore of our Quebec winters with much more precision and evocative strength then Nelligan’s famous poem.

Made-up folk

Traditional folk music refers to an instinctive form of music-making, music created outside the institutions and their codes, everyday music. And what if one wants to step out of the everyday? There is always the possibility to create folk out of nothing, to make folk-fiction. René Lussier and Robert Marcel Lepage establish their “musique actuelle” - a blend of free improvisation and reminiscences of trad - as the folk music of the future, the last enigma of a dehumanized world. The same goes for André Duchesne’s Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar, the band being presented as trad rockers from the future (a post-apocalyptic future, mind you). And with Bruire’s Chants rupestres, Michel F Côté and his friends attempt to recreate through free improvisation the folk music of prehistoric men. We may have ventured far from the falsely naive tunes of Conventum, but this music still stems from a desire to go back to the roots of music expression. And in the end, there are many ways to call a square dance.

Reviews

Alan Freeman, Audion, no. 49, Monday, March 1, 2004

A case of bad planning, the day we happened to start up Ultima Thule as an official business, I’d already booked to see Keep The Dog at the South Bank in London. That was Monday July 3rd, 1989, and an excellent concert it was too. Keep The Dog then consisted of: René Lussier (guitar), Jean Derome (winds), Zeena Parkins (piano, synth, harp and accordion), Bob Ostertag (sampling keyboard) and Kevin Norton (drums, percussion). The only downside of that concert was the guest appearance of John Zorn, whose mad squawking winds ruined a couple of otherwise excellent numbers. Two years down the line, and we have basically the same international troupe, but with ex-This Heat drummer Charles Hayward instead, and no John Zorn. Recorded at various gigs in Austria, Germany and Italy, it amounts to an extremely varied ride through the musical history of Fred Frith. There’s lots of familiar stuff, done in unfamiliar ways, and as much that’s unique to the Keep The Dog band that has never been released before. This includes a number of improvisations, and lots romping rollicking stuff. It’s a shame really that Keep The Dog never made a studio album, but at least there’s now this document to prove their existence to all those that missed out. I wonder if they’ll ever issue anything from the 1989 version of the band?

… an extremely varied ride…

Portrait: René Lussier

François Couture, All-Music Guide, Thursday, June 6, 2002

Throughout the 1980s and most of the ’90s, René Lussier was the prime mover on Montréal’s new music scene. His guitar work has been compared to Fred Frith, with whom he has often toured and recorded. Spread between solo work, duos and large ensemble pieces, between studio compositions, structured improvisation, free improv and film music, his impressive body of work represents a full course in “musique actuelle,” a term he helped to peg down. His masterpiece remains the speech-music collage Le trésor de la langue which earned him the Paul Gilson Award in 1989. He also received the Freddy Stone Award in 1996 for his contribution to Canadian new music.

Lussier began to play guitar in high school bands. He started to develop his own brand of jazz-meets-folk-meets-freak in the collective Conventum. This group included guitarist André Duchesne with whom he stroke a lasting friendship. He recorded two albums with Conventum and a handful of film scores, the first of what would become an endless list (over 50 by 2001). After the group’s disbanding, Lussier enrolled in the Grand Orchestre de Montréal, an experimental fanfare of sorts where he met Nébu saxophonist Jean Derome. Together they recorded music for the National Film Board of Canada and got involved in many projects, some of which included Duchesne and clarinetist Robert Marcel Lepage.

The four of them founded the collective and record label Ambiances Magnétiques in 1983. That year Lussier released his first solo album, Fin du travail (Version 1), the title of which (“Finished work [1st version]”) already displayed his uncanny sense of humor. His big break came in 1986 when Michel Levasseur, artistic director of the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville (FIMAV), proposed a duo concert with Fred Frith. Henry Cow and the whole Rock-in-Opposition movement had been a big influence on Lussier — this was his chance. The resulting album Nous Autres introduced him to an international audience. In 1988 Frith invited him and Derome to join Keep the Dog.

In 1989, with the help of Frith and a cast of Ambiances Magnétiques players, Lussier recorded Le trésor de la langue. Pushed by its political resonances, the album became the label’s biggest seller and the first classic item in the history of musique actuelle. Further albums, solo and with Les Granules, established him as a highly creative and witty composer and improviser. But as years passed Lussier felt the collective weight more and more on his shoulders. The mid-to-late ’90s saw him experimenting with more abstract forms of improvisation with mixed results and severing links with old friends, including Derome when he left his band Les Dangereux Zhoms. In 2001 he resolutely stepped away from the collective and released CDs on Ohm Editions and La Tribu. The album Tombola Rasa and a country-folk project with American maverick Eugene Chadbourne indicated a return to earlier pleasures at the start of the new decade.

… his impressive body of work represents a full course in “musique actuelle”…

Boudine all-dressed

Réjean Beaucage, Voir, no. 768, Thursday, November 22, 2001

Peu de gens pourraient prétendre avoir été aussi occupés que René Lussier ces derniers mois. Cet été, il participait au Festival de Jazz après avoir fait le Off-Festival la veille avec un autre projet; on le revoyait quelque temps après avec son ensemble Grand Vent, à l’Alizé, et il se produisait en solo à la Casa del Popolo il y a quelques jours. Durant cette période, il a fait paraître deux disques, l’un de guitare (électro)acoustique solo, et l’autre avec un ensemble de neuf musiciens. La musique du film-brûlot Bacon, c’est également lui. Et il se ramène encore cette semaine avec deux projets différents! Ce 29 novembre, il participe au Super Boom DAME dans le duo des Jumeaux de la planète Mars avec son complice contre-actuel, le clarinettus optimus Robert Marcel Lepage. Si DAME peut fêter ses 10 ans et 175 disques, c’est en partie grâce à ce duo qui faisait paraître en 1984 le disque (vinyle, évidemment) Chants et danses du monde inanimé (AM 001). "J’avais déjà fait un "RL 01" [Fin du travail, devenu en réédition AM 000], alors j’ai proposé de faire un R(obert)L(epage) 01, puis on s’est dit qu’on pourrait lancer une petite compagnie…", et boum: voilà Ambiances Magnétiques! La soirée étant placée sous le signe de l’improvisation, on assistera avec plaisir à la réunion de ces "jumeaux" qui nous proposeront quelques-unes de leurs musiques "néo-tacites".

Mais René Lussier est surtout préoccupé par un autre projet ces temps-ci, celui de Tombola Rasa qui prendra d’assaut la scène du Cabaret durant trois soirs la semaine prochaine. Il y sera avec 13 musiciens et choristes, et ça risque de déménager sérieusement. La liste des participant-e-s est à elle seule une invitation au voyage! Qu’on en juge: les musiciens de l’ensemble Grand Vent Maxime Lepage (basse, guitare), François Chauvette (batterie) et Guillaume Dostaler (Hammond B3), Alain Lamontagne (harmonica et podorythmie, avec lequel Lussier fera quelques démonstrations de "tapage combiné"), Normand Guilbault (contrebasse), Robert Marcel Lepage (clarinette), Pierre Langevin (clarinette, cornemuse), Tom Walsh (trombone), Jean René (alto) et les voix de Suzanne Champagne et Paule Marier. Ajoutons encore la poésie coup-de-poing de Patrice Desbiens et une performance de Paul Grégoire (qui élabore aussi le décor), et cette tombola ne risque certainement pas d’être rasante! "J’aime ça, l’idée d’avoir plusieurs chances de "vivre des affaires", de se perdre et de se retrouver; on sera tous sur scène, il y aura deux sets, c’est un show de deux heures avec du stock en masse, des chansons hawaïennes, des reprises, des improvisations, le côté assez noir de Paul Grégoire ou de Patrice Desbiens; mais dans un set-up coloré. C’est ça, l’ambiguïté de Tombola Rasa, ce n’est pas uniquement sombre ou clair, y a toutes les teintes et toutes les couleurs."

Au moment où l’on se parle, tout est encore ouvert: "J’essaie d’intégrer tout ça; il y a la personnalité des gars de Grand Vent, avec lesquels je répète beaucoup, on fait de nouvelles pièces et on modifie les autres; avec la gang de Tombola, c’est davantage "musique de chambre", même si ça drive (je n’ai pas choisi les pièces les plus down, mettons), mais on fera certainement la moitié du disque, des pièces du Corps de l’ouvrage… Chacun aura son petit numéro. Ce sera quelque chose de finalement plutôt joyeux. Le mois de novembre est assez down de même! Ça se construit et je ne sais pas encore exactement où ça va, mais ça y va! Et puis, après tout, ce sera une tombola, donc il y aura des prix de présence, peut-être une grande roue de fortune, etc."

Bref, René Lussier s’en promet toute une. Entre-temps, il continue à "cultiver" l’improvisation à travers ses "boudines" - des rencontres de musiciens qu’il organise régulièrement depuis des années -, avec ou sans public, pour garder en forme les muscles créatifs. À compter de janvier, on pourra assister à ces rencontres chaque deuxième dimanche du mois à la Casa del Popolo. Puis les concerts de Grand Vent s’exporteront à l’extérieur de Montréal (si ça passe par chez vous, sautez sur l’occasion de voir ça!). Et puis une musique avec ce groupe pour un film sur le Sommet des Amériques… Parlant cinéma, la Cinémathèque propose ce 1er décembre à 18 h 30 Le Trésor archange de Fernand Bélanger, qui suit René Lussier dans quelques concerts du Trésor de la langue, son opus maximus. Où est René Lussier? Il est partout!

Review

Dolf Mulder, Vital, no. 294, Friday, October 12, 2001

A new solo cd by guitarking René Lussier. Not released on Ambiances Magnétiques which is normally the case, but on another excellent Canadian label of avant garde music: Ohm Editions. By the way it was on Ambiances Magnétiques that Lussier released in 2000 a solo album for electric guitar. Now it’s the turn for the acoustic guitar. The cd offers us 13 solo improvisations for solo acoustic guitar. No overdubbing, editing, etc. has taken place. But the improvisations were recorded by eight microphones and the final recordings as heard on the cd were mixed from these eight different sources. This in order to accentuate different points of hearing. So the use of headphones are advised if you want to experience the spacial effects. This process was also used in the case of Solos de guitare électrique, recorded in 1998 and released in 2000 for Ambiances Magnétiques. For this new one, all recordings were made during three days in march, 1999 at the Avatar Studio, Québec. The pieces give an insight into the radical, unconventional and wide repertoire of Lussier techniques. The music is sometimes lyric, poetic, humoristic, powerful and very expressive. Lussier plays with many different musicians from all over the world. Here we have the opportunity to meet him solo and to discover where he is at as a guitar player and improvisor. "At first, it was a terrifying enterprise, since the road of guitar solo performances is one that many musicians has been down - including the big names - and because the result of the exercise is unforgiving. It provides the improvisor with a kind of instant snapshot, a self portrait taken with no make-up and no concessions. When he listens to it, all he can say is… This is where I come from, this is where I’m at!" Exactly. Take it as a honest invitation. You won’t regret it.

Take it as a honest invitation. You won’t regret it.

Spins

Mike Chamberlain, Hour, Thursday, October 11, 2001

This isn’t some guy sitting down with his guitar and playing a few tunes. Lussier’s approach to the guitar is visceral - he hammers and plucks at the strings, sending shards of notes careening off in all directions. A cluster of notes is punctuated by seconds of silence; the music pulses and fades away, existing in a state between realization and decay. It seems that there are no beginnings and no endings, or perhaps all beginning and ending at the same time. Though there are no overdubs on either of these recordings, depth is achieved by recording with eight stratogically placed microphones, so that the sounds ricochet from hack to front and side to side. Not exactly toetapping stuff, but Lussier throws in a few foot stomps for good measure.

Lussier’s approach to the guitar is visceral…

L’entousiasme…

Serge Truffaut, Le Devoir, Friday, July 6, 2001

Avant lui, le guitariste René Lussier, le clarinettiste François Houle, le pianiste belge Benoit Delbecque et le bruiteur Martin Tétreault ont… Ce qu’il y a de bien avec Lussier, c’est qu’il y a toujours une exigence. Écouter ses musiques exige une oreille curieuse. Une curiosité affûtée de manière à capter, et pas obligatoirement décrypter, ce qui se passe sur la scène.

Ce que Lussier et ses amis ont fait est une musique éclatée propre à favoriser les interventions que l’un ou l’autre souhaite effectuer à l’instant même. Écouter Lussier et ses amis revient à faire un sain ménage: celui des neurones. Bref, la musique de Lussier est salutaire.

Soundcheck Review

Phil England, The Wire, no. 207, Tuesday, May 1, 2001

The duo with Martin Tétreault is, unsurprisingly, a whole other saucepan of reptiles, and follows their widely acclaimed duo Dur noyau dur (1998). The latter consisted of turntable and guitar improvisations, whereas Qu’ouis-je? is a studio constructed piece of musique concrete informed by Surrealism, Dada and art brut. Here Tétreault exchanges turntables for "synthétiseur, pick-up et boite 3 rhythme" and Lussier trades in his electric guitar for a daxophone - the bowed wooden instrument invented by German guitarist Hans Reichel (Lussier played in Reichel’s dexophone quartet).

The uncanny ability of the daxophone to produce voice-like timbres and intonations is used here to create fantastical landscapes populated by strange, exotic creatures whose wild screechings, calls, conversations, arguments and acts of aggression happen in a rather bleak landscape somewhere in deep space (or is it just post-industrial Earth?). Tétreault creates the crackling, distorted ambiences around the action in a compelling and accomplished work that has been executed with a serious sense of humour.

… fantastical landscapes populated by strange, exotic creatures… a compelling and accomplished work…

Critique

Jérôme Langlais, Fear Drop, no. 7, Sunday, April 1, 2001

Improvisateurs québécois astucieux, Lussier et Tétreault — respectivement guitariste et platiniste — n’en sont pas à leur première collaboration et officient depuis de longues années au sein du collectif Ambiances magnétiques. Issues de sessions prises live en 97, ces pièces dures évoquent une rencontre totalement libre et saccadée des cordes et de (souvent courtes) séquences sonores issues des platines et radios de Tétreault. Lussier utilise tous les détails de ses instruments, du grattage ludique au récurage nerveux tandis que Tétreault pique son interlocuteur d’assauts fourbes (la fausse politesse dans Enrayure) et racleurs qui provoquent des demangeaisons dans le conduit auditif. Les accalmies arrivent à point nomme pour souffer un peu (le gris et bien nomme Sépulture) avant les nouveaux craquements, les nouvelles nodosités et un final dissonant. Si l’on n’avait conscience du tout joue sans fioritures de ces 21 morsures, on jurerait parfois (surtout sur la partie Prise de terre) d’un travail électroacoustique d’exception. Tous les mots choisis dans le livret définissent parfaitement ce disque en Ure. Lire l’excellente interview de Tétreault dans Revue & Corrigée n40

on jurerait parfois d’un travail électroacoustique d’exception.

Canada live!: Guelph Jazz Festival

James Hale, Coda Magazine, no. 295, Monday, January 1, 2001

There was also a sense of the austere between guitarist René lussier and drummer Dylan Van Der Schyff, but it was borne more from unfamiliarity than anything else. Their meeting didn’t produce as many sparks as one might have hoped, but they are incapable of being anything but open and experimental, so there was plenty of reaching if not quite enough connection. Lussier continues to inspire with his ability to make music that is at once highly intimate yet oftentimes harsh and dense. Whether shaking blues licks out with his left hand or massaging noise from his strings with emery cloth, Lussier is always on the frontier, unwilling to settle for what’s comfortable. Van der Schyff is also an adventurer, and though one might’ve wished that the two would hook up to take things to another sonic plateau, the drum mer maintained a steady boil under Lussier’s explorations.

That there was much else—and much that, sadly, went unheard by this reviewer —tells the story of Guelph’s continuing growth and vision. The Saturday afternoon beer tent has finally hit its niche, featuring bands like Bunnett’s Spirits Of Havana and guitarist Kevin Breit’s Sisters Euclid that move both the body and the mind, and there are quirky little one-offs like solo balloonist Judy Dunaway that you won’t find at other festivals. Will continued success go to Guelph’s head? No time soon, it seems; once again this is the most grounded, friendly and open festival. It doesn’t have to look afield to find a definition of jazz community; it defines it from within.

Lussier continues to inspire with his ability to make music that is at once highly intimate yet oftentimes harsh and dense.

Review

François Couture, All-Music Guide, Sunday, October 1, 2000

Words come short when trying to describe Le trésor de la langue, as “masterpiece” can hardly express all the sweat and time put in the work, the impact it had and the critical acclaim it received. René Lussier’s second solo album only, six years after Fin du Travail (Version 1) (but there had been two LPs by Jean Derome and René Lussier and one LP with Robert Marcel Lepage), Le trésor de la langue would always remain the album to which Lussier’s subsequent efforts would be compared to Le trésor de la langue (The Treasure of Language) is built on two fundamental artistic directions. Its content is focused on the importance of speech in French-Canadian history: speaking French in order for the mother tongue to prevail against English (the conqueror’s tongue) and historical speeches that shaped the political context of the late 1980s, from France’s president Charles de Gaulle’s “Vive le Québec libre” (“Long live a free Québec!”) to the broadcasted manifest of the Front de Libération du Québec (a 1970 terrorist organization) to René Lévesque’s defeat speech after the first sovereignty referendum. As musical form, René Lussier took his starting point from Hermeto Pascoal’s In Grupo and Frank Zappa’s “The Dangerous Kitchen” and envisioned speech as music. He painstakingly transcribed historical speeches and casual conversations recorded in the streets, arranged it all with the help of Derome and Fred Frith, casting guitar, trombone, clarinet or violin to “interpret” or “double” the speeches, giving them dramatic settings and contexts just like in a movie. The results are breath-taking, even for the non-francophone. Folklore and circus music intertwine with avant-rock in interlocked suites where the line between spoken word and melody is abolished. The musicality of this sound art piece and the intelligent way it deals with a sensible question (Lussier will often deny any political implications in his work) make it a must-have. This is the road movie of one’s quest to find his identity and retrace the history of his people, all set on an engaging experimental canvas. The first four parts of the piece won the 1989 Paul Gilson Award (given by the Communauté des Radios Publiques de Langue Française, an organism regrouping French-speaking public radios). Le trésor de la langue introduced the whole Montréal experimental music scene (the musicians but also the label (Ambiances magnétiques) to a wider audience, both local and international. The CD version contains over 20 minutes of extra material.

… “masterpiece” can hardly express all the sweat and time put in the work, the impact it had and the critical acclaim it received.

Review

Richard di Santo, Incursion Music Review, Monday, July 31, 2000

The solo disc by René Lussier presents fourteen improvisations for electric guitar as they were recorded in 1998, without any sort of montage or overdubbing. Lussier utilised eight microphones for the recording, giving these improvisations the appearance of a more elaborate montage. A diagram shows where the microphones were placed. Most of them are placed at various points in the room, some mono and some stereo, but the eighth microphone was placed outside of the recording room! Improvisations for guitar are by no means a rare commodity in the musique actuelle scene these days, and it has taken me some time to be able to listen to this record and approach it with some degree of objectivity. That being said, at first I didn’t find much that was very intriguing when I first listened to this disc. A certain playfulness in the performance and the interesting use of the 8 channels were all that I could see. But when I approached this disc again, it suddenly opened up (or, perhaps it was I who suddenly opened up) revealing much more than the mere playfulness I had suspected. Only then was I able to perceive a more deliberate method in Lussier’s playing and a certain richness in the wide range of sounds that issue forth from his axe. Lussier is an accomplished innovator in dreaming up new methods and techniques for guitar improvisations, and, though not particularly to my taste, these 14 tracks are certainly food for thought.

Lussier is an accomplished innovator in dreaming up new methods and techniques for guitar improvisations, and, though not particularly to my taste, these 14 tracks are certainly food for thought.

Critique

Guide ressources, no. 15:1, Wednesday, September 1, 1999

Alors que les French B’s n’avaient pas encore signé leur fameux Je me souviens sur un fond de rap de combat, René Lussier entamait la réflexion sur notre devenir en mettant au point Le trésor de la langue. Il s’agit de la langue française telle qu’on la parle au Québec. Ses inflexions naturelles sont détaillées par les notes de la guitare de Lussier, qui poursuit la voix comme son ombre. Recherche intéressante et originale, habile montage. Le constat, parfois drôle, souvent douloureux, prend tantôt les couleurs d’un manifeste politique, frôle tantôt la dérision.

Le constat, parfois drôle, souvent douloureux, prend tantôt les couleurs d’un manifeste politique, frôle tantôt la dérision.

L’homme de chantiers; René Lussier est la cheville ouvrière de l’improvisation

Serge Truffaut, Le Devoir, Saturday, May 16, 1998

René Lussier est peut-être bien un homme de chantiers. Depuis des lunes, en fait depuis vingt-cinq ans, il construit. Il échafaude, il édifie, il maçonne. Il travaille beaucoup, énormément et toujours avec conviction. Probablement que des chantiers, musicaux s’entend, il est l’architecte. René Lussier est certainement un architecte des sons.

Signe des temps, à dire vrai de son temps, son agenda de travail est chargé. Tenez, la semaine qui s’achève a commencé par un spectacle, en compagnie de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), au Palais Montcalm. Le lendemain, Lussier lançait un compact intitulé Chronique d’un génocide annoncé. On aura deviné qu’il s’agit là de la musique du film réalisé par Danièle Lacourse et Yvan Patry.

Les grands explorateurs

Demain à 13h, demain au Festival international de musique actuelle à Victoriaville, ce guitariste, compositeur, improvisateur se produira en solo. Un peu avant ou un peu après, il lancera deux albums qu’il a réalisés avec le batteur Pierre Tanguay. Les titres? La Vie qui bat? chèvre et La Vie qui bat? chevreuil. Antérieurement à tout cela, mais récemment, il a lancé un album confectionné avec Martin Tétreault aux tables tournantes, pick-up et radio. C’est pas fini.

Le 29 mai, dans le cadre de l’émission Les Décrocheurs d’étoiles à Radio-Canada, sera diffusé un long collage poésie-musique que Lussier a concocté avec le poète franco-ontarien Patrice Desbiens, qui incidemment fut le sujet de notre entrevue du lundi; du dernier lundi. Puis, le 20 juin, en compagnie de Pierre Tanguay et du chanteur Fred Fortin, ce sera le show Gros Mené. Un show de chansons et rock sauvage. Ensuite, ce sera une série de trois concerts de musique improvisée au Musée d’art contemporain.

Soyons un instant comptable. Faisons les comptes comme les additions. René Lussier, c’est 20 albums parus sous son nom; 24 participations aux albums des autres; 55 musiques pour des courts métrages ou des documentaires, et enfin six compositions commandées par la SMCQ, Tim Brady, etc. Bref, l’inventaire de ce qu’a accompli ce musicien de 41 ans en impose.

Ce souci ou cette éthique du travail que Lussier cultive constamment avec humour est probablement la conséquence ou l’antidote à ce constat qui est sien: «Il est évident que le showbiz n’a pas été fait pour notre musique. Chaque note qu’on joue est contre la musique commerciale.»

Lorsqu’il emploie le «nous», il parle de lui et de Martin Tétreault, de Pierre Tanguay et de Jean Derome, de Robert Marcel Lepage, de Tom Walsh, de Joae Hétu… Bref, il parle de toute la bande qui a formé et tient à bout de bras depuis une vingtaine d’années l’étiquette Ambiances Magnétiques.

Il parle d’eux, tous ces musiciens montréalais, mais aussi de Fred Frith, de Evan Parker, d’Eugene Chadbourne, de Hans Reichel, de Derek Bailey, de Marilyn Crispell… soit tous ces musiciens ou artistes européens comme américains qui préfèrent explorer des territoires inconnus plutôt que les territoires des lieux communs, des poncifs. Entre eux comme entre ces continents, ils se connaissent et se fréquentent régulièrement.

Dur noyau duret les autres

Dur noyau dur, c’est le titre de l’album qu’il vient de signer avec Martin Tétreault. C’est un disque fait de sculptures sonores. C’est Lussier à la guitare électrique et Tétreault aux tables tournantes, pick-up et radio. C’est surtout «le goût de faire une musique ayant une charge électrique. Une chose ayant de la puissance et aucune censure». Dur noyau dur, c’est un long écho musical «à une phrase de Claude Gauvreau: n’ayons pas peur du bizarre échevelé».

Dur noyau dur, c’est également des titres en dur. C’est Azur, Bouture, Brûlure, Cyanure, Dictature, Emmanchure, Engelure, Enrayure, Fioriture, Froidure, Gravure, Jointure, Luxure, Manufacture, Mercure, Nervure, Obscur, Parjure, Revoyure, Sciure, Sculpture et Sépulture. Dur noyau dur se compose des chapitres de… n’importe quelle vie.

Il échafaude, il édifie, il maçonne. Il travaille beaucoup, énormément et toujours avec conviction.

Les granules de Lussier et Derome

Alain Brunet, La Presse, Saturday, November 8, 1997

On les voit partout. Sur les petites scènes des musiques insituabies, Derome et Lussier sont omniprésents par les temps qui courent. La communauté des improvisaleurs-compositeurs iconoclastes est pourtant restreinte à Montréal, mais elle lance pourtant disque par dessus disque, elle s’immisce progressivement sur la scène internationale. offrant un produit vraisemblablement concurrentiel a toute tentative nord-americaine ou européenne du méme genre. Le dernier chapitre? Le retour des Granules!

À l’intérieur de la pochette de ce douzieme produit Ambiiances Magnétiques (en moins de quatre ans; voilà ce qu’on appelle un label indépendant tout à fait dynamique!), il y a un texte qui décortique avec talent les proprietés du sable (signé Jacques Brosse. tiré de son livre intitule L’ordre des-choses). Le sable. pour faire le lien avec le concept de granules, les granules pour parler de ces petites particules qui s’immiscent dans la grande mécanique, la grande mécanique pour parler evidemment de l’ordre en place dans le monde musical.

Bienfaisantes ou malfaisantes granules? À vous de choisir. Le lien devient évident: peu de moyens pour bousculer l’ordre sonore, mais quelques granules qui foutent le bordel dans le conformisme musical. Derome et Lussier y chantent même des textes qui font état de leurs visions du monde. Visions pour le moins critiques, qui ramènent la perspective d’un chant engagé. Démodé? Alors U2 est démode, Springsteen, Sting, Anne Clark, Rivard le sont aussi.

Au lancement du disque mardi dernier, j’ai pu voir un échantillon significatif de ce que Derome et Lussier peuvent faire valoir en direct. en temps reel. Percussions et guitare pour Lussier, saxophone, flûte et claviers pour Derome, chant et multiples cossins supplémentaires pour les deux. Des multi-instrumentistes qui reproduisent une bonne portion de ce qu’on peut entendre sur disque.

Surprenant. car Le retour des granules est foncièrement un travail de studio, où les pistes d’instruments se superposent intelligemment. Un disque où la recherche des rythmes, des textures et des orchestrations s’avère tres dense. Pour le moins unique. Les cris se mélent aux lampées d’instruments à vent des synthés et de la guitare. Les montages électroacoustiques surgissent, virevoltent au gré de textes parfois ironiques. parfois corrosifs.

«Le problème qui se pose. c’est de jouer en temps réel ce qu’on a révé en studio. On se ramasse les deux dans le local et on essaie de reconstituer ce qu’on a réalisé en 24 pistes», de souligner Jean Derome, pour qui ce travail devient celui d’hommes-orchestres. Et René Lussier de renchérir: «On est des hommes-orchestres qui ne fonctionnent pas foncièrement par les mémoires de l’instrumentation électronique mais bien à la mitaine. C’est plus mécanique que synthètique». «Pour reproduire vraiment le disque sur scène, ça prendrait 15 musiciens, 4 flûtes, 5 saxes, etc. Mais la somme d’énergie que ça represente pour le peu de diffusion et le peu de possibilités de jouer dans ce cadre, c’est infaisable pour le moment. Ce que certains musiciens plus connus peuvent faire, on ne peut encore le faire, car notre marché n’est pas encore suffisamment développé», rajoute Derome, qui aimerait évidemment se permettre les possibilités du faste orchestral. Mais le concept d’un duo carrément orchestral, compact, serré, semble aussi seduisant.

Voilà donc le volume 2 de cette collaboration des plus fructueuses, dont le premier volet est paru l’an dernier, intitulé Soyez vigilants, restez vivants. Voilà d’excellentes Granules, mon disque favori sur Ambiances magnétiques.

Critique

SPO, Revue & Corrigée, no. 33, Monday, September 1, 1997

Quatuors de cordes, de saxes, de percussions… et maintenant de guitares électriques! Ce disque n’est pas la premiere tentative mais elle fera date, soyez-en sûrs. Au début du siècle, Edgar Varèse déclarait que le violon n’exprime plus notre époque, en 1997 serait-ce la guitare électrique qui a pris le relais? of course. Ici ça s’entend!

Sons doux, ténus, presque silencieux, mais aussi rageurs, rapides et frénétiques nous palpitent aux oreilles dans les compositions collectives, individuelles ou d’autres musiciens. Frith, Didkovsky, Stewart et Lussier sont grands! La variété sonore est telle qu’une seule écoute ne suffira pas: les pieces sont courtes, ramassées, d’une grande densité et vont bien au-delà des improvisations (certes sympathiques) entendues le plus souvent. Oubliez également le disque Quartets (1994) de Frith, sa pièce ici est bien plus forte. A écouter!

Ce disque… fera date, soyez-en sûrs.

Review

Chris Kelsey, Cadence, no. 23:5, Thursday, May 1, 1997

The most interesting thing about this CD of mostly free improvisation is the opportunity it affords us to monitor the artists’ progress from 1984, when the first seven tracks were recorded, to 1996, when cuts 8 through 16 were laid down. In ’84, both Lussier and Lepage were well on their way to developing their own voices, though both were still manifestly groping. Lussier’s style was a mechanistic abstract-expressionism; his timbres were harsh, his lines jagged, his melodies and hammonies of little consequence given his extreme textural freedom. By ’96, the guitarist has his materials under control. The rough edges are leH that way purposely; they are no longer perceived as accidents. Lussier’s increased skills have given his work a more humane cast- ironic, perhaps, given this album’s stated intent, which is as a parody of our mechanized consumer society. Lepage’s development is similar. Where in ’84 he was searching - playing two saxes simultaneously, manipulating his tone and articulating in an extreme and sometimes clumsy manner - by’96 his chops are together. The harshness is leavened by a control that wasn’t there twelve years earlier. The mature Lepage concentrates on clarinet, upon which he has a comprehensive technique; hence, his lines are informed by a melodic sense that was far less pronounced on the earlier date. The duo benefits from the individual evolution of the piayers. Where, in the first recordings, the improvising moves in a more parallel direction - the players’limitations prohibit a more integrated, interactive perfommance - the later tracks are far more well-coordinated. The’84 cuts were made by a pair of talented students; the recent tracks by mature fine artists. Consequently, we have one-half of a very fine album - enough, I think, for me to recommend it.

Critique

AR, Octopus, no. 6, Tuesday, April 1, 1997

Vous rêvez de découvrir un compositeur mélant dérision, inventivité et sens de l’orchestration. Vous êtes prêt a passer une petite annonce utopique pour trouver quelqu’un répondant à ce profil rare: un inclassable aux idées larges et au style unique. Vous alliez même engager un chasseur de têtes… êcoutez donc René Lussier. Il campe, sur la photo du livret CD, assis sur un banc à côté de son vélo, prêt â partir. Son sourire est malicieux et plein de sympathie. Fin du travail, c’est le titre de son premier album. C’est incroyable comme ses compositions faites de séquences et d’orchestres forment un monde cohérent, en dépit du nombre exponentiel d’idées qui traversent ce disque. Vous aimez Hugues le Bars, Albert Marcoeur, vous attendiez un renouveau chez Comelade, vous aimeriez que la musique contemporaine fuse en éclats de rire. Ecoutez René Lussier qui campe â côté de son vélo!

C’est incroyable comme ses compositions faites de séquences et d’orchestres forment un monde cohérent, en dépit du nombre exponentiel d’idées qui traversent ce disque.

Critique

AR, Octopus, no. 6, Tuesday, April 1, 1997

Même accompagné, ce dernier excelle. En compagnie de Robert Marcel Lepage, il forme un duo — clarinette, saxophone et guitare — d’une «espece en voie d’exception», celle des folkloristes urbains. Echappant au conditionnement culturel, privilégiant le ludique et l’aléatoire, nos deux compères artisans «artbrutistes» se livrent à un étrange rituel mécaniste où des danses singulières aux titres énigmatiques sont â un train d’enfer les unes aux autres emboîtées. Le moins que l’on puisse dire est que René Lussier (il a entre autre enregistré avec Fred Frith, Jean Derome, Chris Cutler et son Trésor de la Langue reste une inépuisable source d’émerveillement) ne se prend pas au sérieux, préférant ne pas définir sa musique à l’humour décapant. Ou plutôt non. S’il devait la décrire, nul doute qu’il parlerait de «nouille-age woolworth best électroencaustique». Autant dire que ce pataphysicien mériterait d’étre decoré de l’Ordre de la Grand Gidouille

La musique des mots, selon Lussier et Racine

André Lortie, Info langue, no. 1:2, Tuesday, April 1, 1997

0n connait bien ce que les écrivains, les dramaturges et les poètes peuvent faire avec les mots. Pour leur donner un sens, ils ne peuvent généralement que les aligner les uns après les autres. Mais quand un musicien et un créateur en arts visuels s’en emparent, les mots de la langne connaissent un tout autre sort.

Pour le premier, c’est la musicalité de la langue française — non pas pour écrire un texte de chanson sur une musique, mais bien pour donner une sonorité aux mots — qui fut à l’origine de son Trésor de la langue. Pour le second, les mots ont visuellement et musicalement pris forme, à partir du dictionnaire, pour donner naissance aux Pages-miroirs et à son Terrain du dictionnaire A/Z.

Figure dominante de la musique actuelle, guitariste, compositeur, improvisateur et multi-instrumentiste, René Lussier compte à son actif un nombre impressionnant de réalisations dont une douzaine de disques, une quarantaine de trames sonores de films, de multiples participations à des enregistrements, des œuvres commandées et des tournées européennes. Le musicien est aussi l’auteur d’une œuvre exceptionnelle, née à la radio, devenue disque, exécutée en spectacle, transposée sur film et dont on tirera bientôt une trame sonore comportant des extraits de concerts! Le trésor de la langue de René Lussier, paru en 1989, constitue une pièce majeure basée sur une approche documentaire dont les voix enregistrées (discours, extraits de conversations et d’entrevues, narration, etc. ) ont été annotées, interprétées par des musiciens et traitées en studio.

Remontant le Chemin du Roy vers Québec au milieu des années 80, Lussier et le preneur de son Claude Beaugrand ont d’abord recueilli des témoignages sur la langue et visité des archives sonores, à la recherche de nos racines linguistiques. Des extraits de discours de Charles de Gaulle, René Lévesque et Michel Chartrand, de conversations entre les musiciens, de poèmes de Jacques Ferron et Patrice Desbiens, et de textes de Richard Desjardins ont également été sélectionnés pour compléter le portrait. Une bonne part de ce matériel a subi un traitement qui consiste à transcrire la musicalité des mots sur une portée. Résultat final: «Une œuvre grande ouverte à l’interprétation, qu’elle soit de nature politlque, linguistique, musicale ou anthropologique». Vous l’aurez compris, il faut l’entendre pour le croire.

«Le trésor de la langue, c’est d’abord cette façon exceptionnelle de saisir la musique des mots, voire du langage parlé», a écrit le journaliste Alain Brunet. René Lussier confirme: «L’idée originale, c’était de générer de la musique à partir de la langue parlée. Nos propos quotidiens sont rythmés, comportent des hauteurs de sons, avec des contours plus prononcés chez certains. Tout ça, c’est des mélodies. J’ai fait beaucoup de notation de voix sur des partitions musicales, à la mitaine, pour Le trésor de la langue. Ça permet de rentrer dans la voix de quelqu’un, dans les émotions.»

En cours de processus, étalé sur une période de cinq ans d’écoute, de transcription et d’arrangements - disposant de suffisamment de matériel pour faire un coffret de plusieurs disques! —, René Lussier constate que les propos les plus banals, et non pas les discours articulés, sont porteurs d’une musique et d’une résonance beaucoup plus fortes. «C’est la langue chantée ponctuée d’accents du monde ordinaire qui a servi de matériel de base», explique-t-il. Parfois doublée par un ou plusieurs instruments, à d’autres moments uniquement traduite en musique, la parole recueillie prend alors une tout autre dimension, grâce au travail de moine effectué par Lussier.

Intemporelle, cette œuvre du musicien construite de façon intuitive et spontanée, «pour demeurer en état de jeu» dit-il, se rattache à une pratique issue de la tradition orale. Alain Brunet écrivait encore à ce sujet: «Cette musique renvoie à nos racines populaires parce que le langage parlé donne un sens à tout ce qu’il y a d’expérimental. Le trésor de la langue peut toucher les gens bien au-delà du public sensible aux musiques d’avant-garde.»

Soundcheck Review

John L Walters, The Wire, Saturday, February 1, 1997

Soundcheck Review

John L Walters, The Wire, no. 156, Saturday, February 1, 1997

The flute can have a hard I time in new music. So it’s a pleasure to discover Les mains moites (Clammy Hands), an interesting, clever and musical piece that flutist Jean Derome commissioned from Canadian guitarist composer René Lussier and which is included on Trois histoires. This work bursts with ideas and shows off Derome’s skills while keeping up the interest. There are synthesizers and turntables and strange, beguiling sonics detalis in additon to the more obviously identifable flutes, speech ana guitars. I guess we should call it an electroacoustic work, for it’s unequivocally the product of a recording studio, but the 18 minute piece sounds a lot more fun than the tag often implies.

René Lussier is best known as a guitarist, one of those indefatigable characters who turn up all over the place-improvising with Fred Frith, Tom Cora or Chris Cutler; playing with electroacoustic composer Gilles Gobeil (who helped out with Clammy Hands ), writing theatre music; fronting groups. It’s hard not to be impressed by his talent and energy. He reminds me a bit of Billy Jenkins. Like Jenkins, Lussier manages to keep serious musical intent, musical humour and plain silliness in a nicely tuned equlibrium. Trois histoires is a collection of three biggish ’concert’ pieces. In addition to’Clammy Hands’there’s another epic,Art Brut, a’sort of homage to an unknown artist’, which includes some dazzling acoustic guitar playing among all the dramantic’radiogenic’ noises and spatial transformations. The third piece,Black Rock commissioned by fellow Canadian guitarist Tim Brady (it has already turned up on one of Brady’s own albums), has a strong documentary thread which ends with a stadium snatch of ’When Irish Eyes Are Smiling~ sung by Brian Mulroney and Ronald Reagan, while Brady comes over all Jimi Hendrix. Yet guitar histrionics never dominate the sound world of Trois histoires. Lussier’s musical generosity and originality shine through every segment and the pieces whizz by in a flash.

Lussier’s musical generosity and originality shine through every segment and the pieces whizz by in a flash.

Soundcheck Review

John L Walters, The Wire, no. 156, Saturday, February 1, 1997

Fin du travail (Version 1) hoovers up some old recordings of theatre music (1980-83) and casts an interesting light on Lussier’s later work. The cues are surprisingly disciplined, with a European flavour and a touch of 1970s art rock played by a medium-sized and relatively low-tech ensemble that again includes Derome. An interesting bit of tapecupboard clearing.

Le monde insolite de René Lussier

FM, Le Musicien, no. 9:1, Wednesday, January 1, 1997

Le compositeur et musicien, René Lussier, vient de lancer son tout nouvel album Trois histoires et de rééditer deux autres albums produits en 1983 et 1984. René Lussier explore le monde de la musique actuelle sous plusieurs formes thématiques construites et improvisées. Une musique organique de l’insolence et de l’instinct. Une musique d’expression contemporaine faite de brusques altérations, d’enchamements et de ruptures, de tensions et de douceurs, d’urgence et d’humour, de rigueur et de plaisir. Une musique insolite à découvrir.

Une musique insolite à découvrir.

Critique

Gérard Rouy, Jazz Magazine, no. 464, Friday, November 1, 1996

Vous avez beaucoup tourné — compris en France — avec le spectacle Le Trésor de la langue basé sur une musique de la voix parlée, où De Gaule tient une part importante…

J’avais commancé à doubler à la guitare une dame qui parle dans un film et j:ai fini par trouver une methode de notation, puis d’exécution qui soit le plus proche possible de la voix. J’ai essayé plusieurs choses: mettre un piccolo sur quelqu’un qui parle très grave avec deux octaves de différence, ou aller dans le son de la voix, on comprend alors le sens de la phrase mais il y a quelque chose d’étrange. Au début, Ie Trésor était une chronique sur la langue, puis c’est devenu une chronique sur l’histoire politique récente du Québec (avec le fameux discours de De Gaulle). Ce n’était pas l’intention première, je ne suis pas un musicien conceptuel, mon approche est plus anarchique — mais avec soin, pas juste péter la baraque pour pouvoir la reconstruire apres. Puis c’est devenu un spectacle pour la scène, où l’improvisation s’est intégrée de façon radicale, et un film (Le Trésor Archange, réalisé par Fernand Bélanger). Pour le spectacle, avec Bob Ostertag on a échantillonné chaque fragment de voix et développé tout un système de signaux visuels avec les instrumenastes. qui avaient une partition avec le texte et ies mèlodies.

Vous ètes l’un des créateurs du label Ambiances magnétiques

Après avoir autoproduit un disque, Je me suis associé avec Robert Lepage. Aujourd’hui c’est une sorte de coopérative comprenant une quarantaine de disques. C’était orienté vers ce qu’on appelait les «musiques actuelles», certains appellent ça du «folklore moderne» d’autres du «rock progressif» d’autres du «free». Je m’intéresse autant à la composition plus traditionnelie qu’à l’improvisation, j’aime bien improviser en solo et en duo. voire en trio—ensuite ça necessite plus de cohérence—mais j’ai aussi le désir de composer.

Est-il difficile d’être musicien au Québec?

Le Québec est comme une enclave, nous sommes nés à l’ombre de l’empire du Big Brother américain, et le reste du Canada est anglophone. Méme si on fait une musique instrumentale, il n’est pas facile de tourner, il faut se renouveler sans cesse, donc faire des gros projets, composer de la nouvelle musique tout le temps — dans ce sens nous sommes des musiciens de fond. Nous avons la chance de faire de la musique pour le cinéma, j’ai fait une cinquantaine de musiques de film, surtout des documentaires, ce qui nous permet de vivre pendant de longues périodes avec des moments creux. On se relaie un peu à travers un cercle de musiciens, d’amis. Il y a une certaine fraternité musicale chez nous.

Catalogus

Lowlands, no. 2, Monday, March 1, 1993

Ondanks 400 jaar strijd is de enig overblijvende Franssprekende gemeenschap in Noord-Amerika nog steeds bedreigd. De Amerikaanse hamburger-cultuur rukt gevaarlijk op en niets lijkt bestand tegen deze vorm van terrorisme. Toch heeft de intelligentia zich nog niet neergelegd bij de gang van zaken en is men van plan terug te vechten, maar dan op een eigen en originele manier. René Lussier is zo n Fransprekende Noord-Amerikaan met een accentje. Centraal in Le Trésor de la langue staat de vraag of het belangrijk is Frans te spreken in Québec. Terwijl hij op zoek is naar het talenarchief in Québec stelt Lussier voorgaande vraag aan verschillende voorbijgangers en het antwoord is evident. In het archief vindt Lussier niet alleen historische opnames over Québec, zoals de historische speech van De Gaulle, maar ook Le Trésor de la langue: De taal als cement voor een rijke cultuur. De taal wordt hier echter ook gebruikt als bindmiddel voor de muzikale composities. Normaal wordt de tekst achteraf over een melodietje ingezongen. Dit keer volgen de instrumenten nauwlettend de toonaard van de stem. Opmerkelijk eigenlijk welke melodiëen we elkaar dagelijks meedelen. Vanaf het moment dat we ze omzetten in muzikale taal worden ze zelfs verassend en beroerend. Deze creatieve linguistische ethnografie behoort ongetwijfeld tot één van de belangrijkste werken van de laatste jaren. Vlaamse verzetsstrijders kunnen een puntje zuigen aan zoveel stijl.

Critique

Voir, Friday, December 20, 1991

Langue au vinaigre. Récipiendaire du prix Paul-Gilson, Le trésor de la langue, de René Lussier, morceau de bravoure et d’anthologie, est un portrait surréaliste de notre parler et de notre histoire. Avec sa guitare et ses collaborateurs, Lussier suit, note à note, le discours parlé de vous et moi mais aussi celui de René Lévesque, Michel Chartrand, du général de Gaulle, et de Gaétan Montreuil lisant le Manifeste du FLQ. Probablement le travail le plus abouti et, paradoxalement, le plus accessible de la carrière de Lussier.

… morceau de bravoure et d’anthologie, est un portrait surréaliste de notre parler et de notre histoire.

Un trésor de haute voltige instrumentale

Alain Brunet, La Presse, Sunday, October 13, 1991

Une œuvre dont le noeud est la langue de chez nous, ses particularités, sa fragilité et surtout sa musicalité, une œuvre échafaudée sur la thématique de notre survie en tant que société, sur notre culture menacée, voici ce que Le trésor de la langue propose d’entrée de jeu.

Vendredi soir à Victo, étions nous en train de revivre les annees soixante? Étions-nous à revisiter Speak white via un emballage sonore plus branche’? Un peu… pas vraiment.

Avec un sujet redondant et essoufflé, René Lussier fait quelque chose de brillant et de très puissant sur le plan orchestral, sans toutefois faire l’unanimité sur la fraicheur et l’originalité du propos.

C’est qu’il redonne vie à une thématique que tout amateur de culture québécoise a machouillé depuis des lunes la nation, sa langue, son avenir, le pouvoir qui l’anime, les Amérindiens qui y sont écrasés, etc. Voilà les prétextes de la représentation poétique et sonore du Trésor de la langue. C’est vrai, ce thème est usé à la corde, mais la question nationale n’est toujours pas réglee et soulève encore les passions.

«Je suis de moins en moins intéressé par le débat constitutionnel, mais Le trésor de la langue relate quand méme une réalite d’aujourd’hui. Je veux faire réagir sans toutefois proposer une forme de propagande», assurera René Lussier, au lendemain de sa trés solide prestation.

L’adaptation en concert dont le «statement» formel est la superposition orchestrale de fragments de conversation et de discours n’est pas chose évidente; si cette démarche d’une extrême rigueur semblait faite sur mesure pour le studio, elle ne l’était pas pour la scène. Mais René Lussier a réussi à faire de son fameux Trésor de la langue un événement sur les planches de Victoriaville.

D’excellents musiciens

Le guitariste, d’ores et déjà une vedette pour les festivaliers de Victo, na d’ailleurs pas lésiné sur le casting du premier Trésor de langue sur scène.

Outre l’Abitibien Richard Desjardins, une équipe de haut niveau bossait à ses côtés. On aura remarqué Alain Trudel, le meilleur tromboniste à Montréal, le multi-instrumentiste Jean Derome (complice de Lussier dans le tandem Les Granules), le percussionniste Pierre Tanguay, le bassiste Jean-François Martel sans compter un sorcier du sampling, le New-yorkais Bob Osterag, qui distribuera les fragments du Trésor de la langue, emmagasinés dans ses ordinateurs à sons.

Si le noeud du Trésor de la langue, œuvre maîtresse de René Lussier, est la langue parlée, cela n’est pas si évident en début de concert. Mais, progressivement, les bribes de discours (de Gaulle, René Lévesque, Michel Chartrand, etc. ) et de commentaires anecdotiques finiront par être mitraillés vigoureusement, rappelant davantage l’enregistrement sur disque.

En guise de préambule, Richard Desjardins prend le micro, relate les grands noms des BoisFrancs (dont Victo, on le sait, est la métropole) et fait rigoler la compagnie; Wilfrid Laurier aurait inventé le billet de 5$. Jean Béliveau, aurait inventé l’homme parfait, sans compter Michel Levasseur, inventeur d’un «festival internationale de musique capotée». Desjardins n’omettra point d’énumérer les spécialités de la place; célèbres gourets de marque victoriaville et bien sûr, la poutine de l’endroit figurent dans la nomenclature.

Puissante machine

Puis, la machine orchestrale se met en branle, Belle machine, puissante, précise, qui ne craint pas les vitesses de pointe. Il y a certes quelques petits défauts dans la livraison, quelques séquences me semblent superflues, l’opération n’en demeure pas moins une réussite. On s’attendait à des moments de puissance, à de la haute voltige instrumentale. Les festivaliers auront été servis.

Sans cesse, on y zappait d’un canal à l’autre, passant allégrement de la ballade quétaine au rock hardcore avant de swinguer la baquaise dans le fond de la boîte à bois et de blues-rocker sur une envolée oratoire de Michel Chartrand.

«C’était de la véritable prestidigitation. J’étais entouré de musiciens extraordinaires, qui devaient exécuter un travail de moine», commentera Richard Desjardins aprés le concert, ravi d’avoir participé à la livraison sur scène du Trésor de la langue. Toute l’équipee est d’ailleurs intéressée à répéter l’expérience.

René Lussier fait quelque chose de brillant et de très puissant sur le plan orchestral…

Un happening d’avant-garde

Alain Brunet, La Presse, Friday, October 11, 1991

Pour quelques milliers de têtes chercheuses et tympans insatisfaits des normes émises par la musique dite «sérieuse», Victoriaville redevient le paradis sonore, et ce pour la neuvième année consécutive.

Jusqu’à lundi soir, le plus important happening de musique d’avant-garde à l’est de ce continent présente une multitude de concerts fascinants. Pas moins de 22!

Cette année, le clou du FIMAV risque d’étre le concert d’un Québécois: René Lussier. Son disque Le trésor de la langue, brillante entreprise consistant à orchestrer un collage de différents langages parlés, 8 déjà épaté la galerie. Qu’en sera-t-il sur scène? C’est ce qu’on compte vérifier ce soir. Précèdemment, le Canadien Denis Schingh, le trio moldave Mikhail Alperin ainsi que l’Américain Bob Ostertag comptent se faire aller. En fin de soirée, le Français Ferdinand Richard et ses Philosophes devraient brasser la cage des nuitards. Demain, on débute avec le concert de Joan La Bsrbara (une habituée des œuvres de Steve Reich, suivie de l’ensemble progressif Doctor Nerve. En soirée, place au jazz nouveau: les improvisateurs parisiens Michel Doneda et DaunIk Larro précéderont le tandem newyorkais du saxophoniste David Murray et du pianiste Dave Burrell, sans compter l’octuar du fameux pianiste et compositeur chicagoan Muhal Richard Abrams. Au terme de cette soiree, le quatuar féminin Justine livrera ses plus récentes équations.

Dimanche et lundi, on retiendra le concert du brillant pianiste afro-américain Anthony Davis, sans compter l’ensemble de musique nouvelle de VilnIus et la formation japonaise After Dinner. Moldavie, Lituanie, USA, France, Japon, Allemagne, Québec, Grande Bretagne… Jamais le FIMAV n’a été aussi international, aussi représentatif de la nouvelle Europe et de la planète musique. Sur papier en tout cas, cette programmation semble des plus excitantes.

Cette année, le clou du FIMAV risque d’étre le concert d’un Québécois: René Lussier.

Le trésor de la langue, en concert

Ginette Bellavance, Le Devoir, Friday, October 11, 1991

Si vous connaissez Le trésor de la langue de René Lussier dans sa version disque, vous étes sûrement très curieux d’en connaitre la version scènique. Ce trésor prendra forme de concert ce soir, à 22 h, au Grand Caté de Victoriaville.

Cette fresque musicale, miroir de la langue parlée au Québec, était déjà un défi à réaliser sur disque, du fait du matériel et des techniques utilisées. Un matériel abondant allant d’extraits de discours célèbres (René Lévesque, Charles de Gaulle, etc. ), jusqu’aux expressions les plus quotidiennes. Une technique qui calque l’enveloppe des mots et des phra ses parlées, pour en faire un discours musical en parfait synchronisme avec la langue.

Sur scène: sept musiciens dont deux sont tour à tour narrateurs ou comédiens (René Lussier et Richard Desjardins); un échantillonneur qui restitue, «partition en main», les voix de Lévesque, Trudeau, de Gaulle, etc.; et des cassettes qui recréent diverses ambiances. René Lussier nous explique que dans le spectacle «il y a une dizaine de calques, où un instrument de musique suit les inflexions de la voix. C’est acrobatique, ça tient parfois du tour de magie». Lussier nous dit clairement qu’il n’a pas l’intention de recréer le disque. Il veut donner au Trésor de la langue une autre forme. «C’est ainsi que certaines sections qui ne duraient que quelques secondes sur le disque, sont, dans la version concert, passablement allongées. Histoire de bien sentir la qualité de la musique générée par la courbe de la voix. Un bon exemple en est le boogie de Michel Chartrand.»

Il est intéressant de souligner que les musiciens choisis pour créer la version scénique du trésor, proviennent de milieux et d’influence disparates (folk, country, électro-acoustique, contemporain, jazz… ).

Mais là où il n’y aura pas de changement, c’est au niveau de l’impact. Le méme que l’on a ressenti sur disque. «Le propos est identique: il y a une charge. Que les gens s’attardent à l’aspect politique, historique, commentaires sociaux, humour ou matière musicale, plusieurs lectures sont possibles. Je laisse donc au public toute la place qu’il désire dans l’aventure que je leur propose.

Donne ta langue, trésor!

Martin Geoffroy, Continuum, Monday, October 7, 1991

Les deux soeurs de Trois-Rivières, l’anglaise de Québec, le gars du Irving, mme Xavier Martin, le message d’la reine, le manifeste du FLQ et le p’tit Jésus de M. Chose. Kossé ça? Mognon donc, c’est Le Trésor de la langue de René Lussier! Ha ben çé l’fun!

(Style journalistique de circonstance) Le moins que l’on puisse dire, c’est que les explorations musicales de René Lussier sont indescriptibles. Dans les années 70, il faisait partie de Conventum, la première véritable formation de musique actuelle au Québec. Après la dissolution du groupe, Lussier sort deux disques dans les années 80 avec les Granules, un duo musical satirique qu’il forme avec Jean Derome. En 1989, il met sur le marché un troisième album solo, Le Trésor de la langue, un collage sonore de documents d’archives et de gens interrogés sur la route entre Québec et Montréal. La même année, le disque de Lussier se mérite le prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française.

Après le disque, René Lussier montera sur les planches avec six musiciens à Victoriaville pour présenter la version en spectacle du Trésor de la langue. «L’idée d’un spectacle n’est pas de reproduire l’album tel quel, ceux qui veulent entendre l’album intégralement, je leur dis qu’il en reste encore d’excellentes copies en magasin», rigole l’artiste. Certaines pièces seront identiques au disque, mais, étant donné que les musiciens ne seront pas les mêmes que sur le disque, on peut s’attendre à ce que les arrangements soient différents.

Dans le débat constitutionnel actuel, il y a lieu de se demander si René Lussier va en profiter pour nous livrer un message nationaliste dans son spectacle. «Je laisse aux gens le plaisir de tirer leurs propres conclusions. Mlon idée en faisant Le Trésor de la langue était de fouiller mon histoire, que je connaissais mal», soutient le compositeur. Le musicien linguiste hésite à se catégoriser. «Mon travail touche à tous les aspects de la vie», affirme le bricoleur.

La nouvelle coqueluche de la critique montréalaise, Richard Desjardins, participera au spectacle de Victo. Lussier et Desjardins collaborent depuis plusieurs années. «Richard Desjardins et Claude Beaugrand ont largement collaboré à la direction du Trésor de la langue. On s’est souvent rencontré pour prendre une bière et discuter du coup», dit le guitariste.

Après Le Trésor de la langue, René Lussier prévoit sortir d ici Noël un nouvel album des Granules qui s’intitulera Le Royaume du silencieux. «Il faut que je sorte un disque avant Noël, si je veux faire des cadeaux», estime le musicien. Petit comique, va!

Offbeat new-music festival features evocative "Tresor"

Paul Wells, The Gazette, Saturday, October 5, 1991

Rene Lussier’s hand weaves through the air like some crazed mosquito. "You say weird melodies every day, and very complex melodies too, when you talk," the guitarist and composer says. His hand continues its agitated path, to illustrate what he’s talking about.

He hums along, an insistent, nagging stream of nonsense syllables that, sure enough, rather rcsembles the contours of speech.

Lussier knows whereof he speaks, or in this case, hums. Two years ago, the unassuming avant-gardist released a stupefyingly ambitious map of those vocal contours, an amusing, confusing and fascinating record called Le Trésor de la langue.

A stew of sounds

Years in the making, a thick stew of archival voice recordings, person-inthe-street interviews and painstaking musical accompaniment, it was a heartfelt tribute to language — the French language,version Québécoise — that immediately solidified Lussier’s position as the darling of Québec’s musical avant garde.

Now he’s getting ready to tackle the mammoth project again. Live, in concert. The prospect clearly scares him half to death. Lussier puts the blame for his fix on Michel Levasseur, the organizer of the Festival de Musique Actuelle de Victoriaville, a world-famous celebration of annotated anarchy that, every Thanksgiving weekend, turns the sleepy little town into a bastion of music’s anti-establishment establishment. "For two years, Michel has been saying, hey, you’ve got to do it (perform Le Trésor de la Langue live)," Lussier said. "It takes somebody who’s not a musician to suggest that, because it’s impossible."

Still, there’s something attractive about attempting the impossible, so Lussier finally caved in. Friday, at Victoriaville’s Grand Café, Le Tresor will go live. It promises to be the highlight of a heady five-day festival. And it won’t be a simple recreation of the CD. In his 1 5-year career of improvisation and unpredictable composition, Lussier hasn’t gained much of a reputation for repeating himself, after all. In a series of rehearsals, Lussier and an eight-piece band have been looking for ways to tum the CD—achingly planned, mapped down to the second — into a flexible, unpredictable performance.

Touchstones of nationalism

Where the spoken word reigned on the CD, it’s the notes that will fly at Victoriaville. "I want the evocative power of the music to be stronger than the concept. " But words, both recorded and spoken live, will still be there. And since Lussier takes some of the touchstones of Québec nationalism as his text, from Charles de Gaulle’s 1967. "Vive le Québec libre" speech to the FLQ manifesto, questions about his own political views will arise again. He’s content not to answer the questions. "The thing that I like the most is that people look at this project all differently," he says. "Some people’are really excited about the politics, other people don’t f---ing care, they just want to see how (the music) is done." How it’s done—how note joins with word in a marriage more intimate than the cheap fling of everyday song and Iyric—seems to be what fascinates Lussier the most, too.

"You can spend your whole life on this stuff," he says distractedly. Then, after the briefest of pauses: "But I won’t."

Guitarist René Lussier adapts his award-winning La Trésor de la Langue for Victoriaville

Andrew Jones, Montreal Mirror, no. 7:16, Thursday, October 3, 1991

Somewhere between the cultural straitjacket of the Arpin Report and the rampant eclecticism characterizing the music of the late 20th-century lies René Lussier and Le Trésor de la langue.

Picture a young guitarist honing the folkloric traditions of Québec during the Me decade in Conventum, yet hooked on a progressive musical revolution across the Atlantic in European groups like Henry Cow, Etron Fou Leloublan, Stormy Six, Magma, and Faust. Imagine a music where everyday sound, folklore, free jazz and social protest meet at the crossroads Québec has dubbed musique actuelle.

Put them together and you get Le Trésor de la langue, a painstakingly assembled musical composition inspired by the spoken word, an archival document that lives and breathes, an award-winning work (the Prix Paul-Gilson, awarded for excellence in radiophonic work) that’s souvrainiste in principle, yet not political. In short, music that’s neither fish nor fowl. Or, more appropriately, mi-figue, mi-raisin.

“It’s a funny thing,” says Lussier, relaxing in the kitchen of his renovated turn-of-the-century house by the shore of the Richelieu in bucolic Mont-St-Hilaire. “Québec will encourage anything that is in French. But the minute you’re doing music, even if you’re French, you have to get some help from outside Québec. It’s not like the printed word, like books or the theatre. To cultural bureaucrats, instrumental music doesn’t mean that it’s culturally French. They’ve got a problem with their brains in this sense. “

Lussier counts the early inspirations for Le Trésor de la langue: an early work by composer/guitarist André Duchesne on hockey, Hermeto Pascoal’s album In Grupo, where Pascoal musically interprets a soccer match, some obscure Zappa recordings.

Above all, it was the sing-song timbres of everyday speech he wanted tocapture. “There’s always something melodic in everyday talk. So much music all around us. In talking, there’s very complex rhythms and melodies, often all in the same breath. Sometimes more complex than contemporary music. “

So, with Claude Beaugrand, a stack of tapes and a Nagra, Lussier set out on the road for Québec City.

Lussier and Beaugrand certainly had it easier than the first archivists in the 1950s, who ran a long wire and microphone from their running cars (to provide current for the huge recorders) into storyteller’s shacks in the countryside, capturing the legend of Ti-Jean or the tale of the Crooked Man for posterity.

“My original idea was to do a compendium of different accents in French in Québec. I was listening to one woman’s tale, and I didn’t understand a word. I was just writing phonetically. And it wasFrench. It was not so far from here. There’s some people who have very strong accents. And it’s not dialect. At a point I decided to not become a monk, I left that to the linguists. “

On the record Lussier thanks two people for their collaboration and their complicity Claude Beaugrand and Richard Desjardins. Beaugrand is an old friend, a skilled sound tech who was at home recording in the field.

“At the beginning we were so shy,” recalls Lussier. “I didn’t have much experience in interviewing people, like you do. You’ve got a purpose, you have a subject, a list of questions. We didn’t. Even Claude, who had done a lot of documentaries, didn’t have a camera to hide behind. “

The question they wound up asking—Is it important to speak French in Québec?—came from Desjardins. “l wanted to go on the street and ask people a question about language,” says Lussier. “l talked to Richard about it, and he said, ’Well, you just have to ask a simple question. Is it important to speak French, and why?”

Enfin Oui René

Needless to say, many of the interview subjects responded in the positive. Add to this excerpts from speeches by Charles de Gaulle and an extract from the FLQ Manifesto, and, at least on the surface, Le trésor de la langue appears to resonate with nationalistic vibes, a sort of Enfin Oui René set to music.

“I was excited about those speeches, probably more about the FLQ than De Gaulle, but my initial idea was not to provoke,” Lussier claims. “lt was me learning my own history. When I went to get those archives through CBC or other sources, I was acquiring pieces of my history that I wasn’t aware of when they had happened.

“Some people of course saw it as a nationalistic statement. I didn’t consciously write it that way, I see it more as a historical work, with others might say it’s a linguistic work, or a musical work. I did think it would freak out a lot people at the state radio. So people at Radio Canada really like it, while others said it’s really interesting, but we’re gonna have problem with this FLQ stuff. “

Many have asked Lussier if province’s political climate play any part in the release of the album but he takes the fifth. “Personaly I’m not so interested in the nationalistic politics. I think they’re laugh,” he says. “ln Québec, we have some problems we’d like take care of ourselves. I can understand that. But when they wan build a cultural bureaucracy it will judge if a book, a record, art work, a play, is worthy of be produced or not, that’s dangerous. That’s going to be a big probem. For all of us. “

… an archival document that lives and breathes, an award-winning work…

A few humble suggestions on how to improve annual extravaganza

Paul Wells, The Gazette, Saturday, March 2, 1991

Now’s the time to showcase an other avant-gardist, Montréal guitarist René Lussier. He has a real audience — a respectable number came to his Spectrum show during last fall’s New music America festival

More important, as his album Le trésor de la langue showed, Lussier gives eloquent expression to Québécois nationalism, wich isn’t exacly likely to fade away by summer. Publish disclaimers ("The opinion expressed in this concert are not necessarily… ") if you want but seize the chance to give this festival some political bite.

Interview

Jean-François Denis, Ear, no. 15:7, Thursday, November 1, 1990

Rene Lussier is Québécois. His language, his culture, and his music are all part of that identity. He needs to be near his history, to be able to talk about issues, but also to be able to make fun of them. How? Through improvisarion, his main idiom, and by taking songs from Québécois folklore, religion, and pop culture and reinventing them. Lussier’s recent studio recording, Le trésor de la langue (The Treasure of Language), features songs whose source material is interviews with people in the streets.

A growing inrerest for Lussier since Le trésor de la langue has been the radio theater format: writing 1O-minute pieces about different trades, using interviews with carpenters, barmaids, politicians, and ice cream plant workers. He has also composed for several documentary films and for whar he calls "live interventian cinema." He shares the strength of his convictions and his musician ship both with fellow Québécois and with composer-performers around the world. He also helped found the record label Ambiances Magnétiques in 1983 and has since curated series of collaborative improvised music ventures.

Perhaps Lussier is in the wrong place at the wrong time: a Francophone hemmed in by an Anglo nation; an improviser in a music scene that caters to composers; a folklorist hell-bent on experimentation; a vanguard artist with a working-class sensibility; he did not set out to be a political artist, but politics fills his art. With irrespressible wit, daring, and originality, he stakes his claim among these turbulent currents.

• You use Québec traditional music in your work, often with humor. Why?

I started to stamp my feet when I was playing reels with Conventum. That band has a Folk flavor with its acoustic instruments: the guitars, the violin, its own dances but it was not traditional music. Conventum belonged much more to movements close to Henry Cow, or the Incredible String Band…

That was at the time of the 1976 nationalism growth, during the last stretch to the 1980 referendum that I was discovering traditional Québec music. I was thrilled by it, for was it was. I even build an electric footboard so the stamping can be amplified.

The defeat of the referendum caused the death of traditional music. It was dropped quite violently. A total reject. So I was learning to play that music at a time when the majority in Québec was renouncing its musical origins which were associated with the independence movment. When the referendum was lost, tradional music was representing a failure and it went down the drain.

In the case of the duo with Robert Lepage, and also with the Granules, I always stump my feet (a usual accompaniment in Québec traditional music). When I started to do Free music, the board was somewhat pushed aside but with Robert Lepage, the board became a permanent instrument offering rhythmical or asymmetrical percussions. It give our music a Folk flavor, a kind of Free-Rock-Reel-Jazz or Reel-Free…

• In those cases, it is a Folk “flavor” but the Granules play Folk “songs”.

It continued to develop. I met Jean Derome who’s a fan of Soldat Lebrun, of French Canadian songs from the beginning of the century. One day he said: “Why don’t we play ‘Le marchand des rues’ (The Street Vendor) by La Bolduc?”, a song we still perform today.

We naturally came to look into that repertoire. But we don’t play that many songs. If we were doing any at the time, if we were inspired by them, it is because we like them. It was somewhat against the current since most Québécois were pushing that music away. I felt it was strange to disregard our roots, our origins, the stuff we’re made from… so I still play Folk songs.

• There are also originals songs that are “ Folk”. I am referring to the song about unemployment insurance (on the Absolute CD)… It’s in the style of a fun fair.

•… where the lyrics are part of the “contemporary folklore” of Québec, of Canada…

The text was written by the Department of Employment of the Government of Canada.

• But is Folk music only another sound source? Isn’t it also a way to re-create a national identity?

It is one sound source amongst many others. I’m interested in Folk music as much as I am in contemporary music, progressive rock or Ornette Coleman’s Free Jazz. I equally like Messian—in the right context—Louis Tipou Boudreau, Johnny Winter, or Naked City. It’s the idea to not refuse anything. Æsthetically, I do not reject anything. It is quite clear that by playing those pieces we are making a link with folklore. But we somewhat stay off-mainstream. Instead of trying to have the same sound as everybody else, we have our own material and background, our own references. It is attached to our national identity. Somewhere we’re still for the independence. We were born in that environment; we can’t change all that much. We’re made from that stuff—I say that a lot.

• And politics?

The work we do is to compose, to perform and to improvise our music which deals with a large variety of issues. This being said, there is a political side if one wants to see one. We talked about political issues in our music with humor, with Folk, with out of control things and incontrollable things too. There are pathetic moments as well. We have fun when playing the song about unemployment insurance with the polkas… but it also has its moments with incredible chaos. I never considered myself as a politically involved musician. I feel more involved now, but that is because I am hired more. But I was never given any gifts. If we made albums, shows and tours, it is because we created our own gigs. We made a lot of music for film, making our living for a while.

What’s special in Québec, because we’re French speaking, is its isolation both on the cultural and geographical levels. The door isn’t that open to go to the USA (where we have performed because we were playing with other musicians). In Canada, we just started to play there.

So you either stay in Québec or you go a little bit in Europe (and that’s every time a big thing). The musicians who write and perform are obliged to renew/refresh themselves quite often. You cannot play the same show a large number of times here. It isn’t like in the USA or in Europe. Thus the musicians have written a lot and been through all kinds of musical experiences.

Elsewhere in America—and that’s very surprising—it isn’t as strong culturally. Not because they don’t have any talent. It is rather because their cultural environment has not put as much pressure on them as our own has here. It think that’s important, I may be wrong…

• When you perform Folk flavored songs (such as the unemployment insurance one) in French in… Winnipeg, what is the reaction of the public?

When we play in places where they don’t speak French, we try to make ourselves understood. I don’t want to be cut from anyone. I want the people to be concerned with what we’re doing, when we’re there, with them. We’ve succeeded in bringing them in the room, that’s already something. So we take care of them. In the case on the song on unemployment insurance, we tell them that, anyway, it’s the same thing. We’re singing in French, but it is the same thing in English. There’s enough people on unemployment insurance in Manitoba for them to know what we’re saying. The questions are also in French on their cards.

• What about humor in your music?

It is a key. We don’t prepare jokes. We places ourselves in a humorous mood, just like we place ourselves in a improvisation mood or in a performance mood. Humor is used also to have fun and to reach the public. Sometimes we really need all of our resources, including humor, but not only humor. It is like Eugene Chadborne who uses humor to make his music reach out. I, too, don’t do stand-up comedy, I do music.

• And with the Granules?It’s delirium sometimes. We want to have fun in this world which is quite severe.

The so-called alternative music and improvisation sphere is quite a harsh environment. For many, being a musician it’s dealing with career plans. We don’t care much about our careers. We continue to play. We’ve been on our own since the beginning… We did get support, at times. We’ve always done our music our way, without compromise and trying to have fun doing it.

Le trésor de la langue (The Treasure of Language) is one of your pieces which has had the most media coverage and public exposure (the recordings have been selling very well). It was awarded the French Language Public Radios Community Paul Gilson Prize last year. What is Le trésor de la langue?The question is “Is it important to speak French in Québec?” and the answer is “Yes”. That was my starting point. The idea was also to generate music from my language. In the process, I’ve been digging into the political and social history of Québec. People have caught on the politics in Le trésor de la langue. Some said it was politically very clear. Politically, I quite confused. But at the same time, I question what is going on. Here and elsewhere, be it the Mohawks’ crisis or the war in Eritrea. I don’t see the situations in black or white. Because I do not have the historical background to discourse upon on that, I go by intuition, as I’ve done with Le trésor de la langue, as I do everyday with music. I’ve learn to do music on the spot; I’m learning to reason about the society I live in on the spot. I’m learning not to see life in black or white.

But there is something that is clear: there is poor people and rich people. They may be English, Russian or Mohawks… Next to the internal war in Ethiopia, the small troubles in Châteauguay… I am not saying it’s not serious, it is serious, but we must see thing in perspectives. I’m not a political musician: I’m a person who’s sensitive to what’s going on, who’s questioning himself, and who’s outrageous too, at times… I am looking for, I am learning, I am adjusting to, I’m changing, I’m evolving… My involvement is underground. I am not offered to do the music for large fiction films. I’m asked to work on documentaries and live intervention cinema. We’re involved in a milieu which is more sensitive to human misery and to injustices. But this doesn’t make us politicians.

• Where do you place yourself in the musical panorama of Montréal?

Between four chairs… I ’ve never associated myself to the world of Jazz music because I don’t know how it’s made. I don’t have neither the background nor the ability as a performer for Jazz. I listen to it… Mingus, Ellington, Dolphy… and I appreciated it too, but without associating myself to that style.

But I’ve improvised with Jazz musicians. I think that improvisation is a common ground for many styles. Musicians interested in improvisation may eventually work together. The common ground is the liberty, the maximum of openness.

In Montréal, I fell like an “illegitimate” musician: a hybrid of a Folk musician, a Free musician, a composer of so-called contemporary music, new music. I consider myself as a musician, with his characteristics. I associated myself more to nothing and everything. We’ve always had difficulty in defining our music mostly because we didn’t want to be categorized…

• How do you see Montréal’s music panorama?

The Jazz becomes more and more sophisticated. There are very clever and skillful Jazz composers, very solid musicians in Montréal (such as Pierre Cartier, Jean Baudet, Michel Ratté), super musicians who are associated to Jazz because it’s the style that resembles most what they do. There’s the new music community, with composers, which has certain similarities to Rock or improvisation (to name three: André Duchesne, Justine, Martin Tétreault… ). And in the so-called new music, there is more and more sound manipulation and processing: that’s similar to electroacoustics. There is a bridge between those two styles. And electroacoustics has a door with contemporary music. It’s interrelated.

For example Alain Thibault fills in the gap between contemporary music, electroacoustics and… pop. With the Granules we’ve work a lot with processing and tape… Le trésor de la langue, for me, is close to electroacoustics, to contemporary music, to Rock, and to semipopular music…

There are many musicians and there is a lot of music created in Montréal. As I say earlier, musicians are forced to compose more because of the small size of the community and to renew their material a lot to be able to live. The musical community in Montréal is in good health but the industry didn’t follow (and that’s not unique to Montréal). In Canada, outside Québec, there are not as many musicians working in free improvisation. Jazz is quite strong in Canada. But I don’t know everybody. Most of the interesting people are hidden. Hidden because the industry is to impermeable/impervious to them or because they’ve abandoned the idea of making themselves heard and have preferred to continue to do what they want to do.

• What are the differences in support from the governments, the institutions or the concerts societies for the “composers” and the “improvisers”?

There are all of the differences. The composers are a lot more supported. It’s always been a management anarchy for the improvisers. Usually, improvisers don’t play in a band on a permanent basis. Musicians get together to share a language which is improvisation. There has been sporadic projects, but none were ever “institutionalized. ”

On the other hand, composition—we know—is a lot more supported. Another difference is that composers work alone. The solitary composer; the improvisers in bunches.

Furthermore, the performing rights societies don’t give anything to improvisers because they consider that on an eight minute piece there is about 30 seconds of composition.

• So, economically speaking, improvisers are on their own?

We’re on our own. It’s a sideline. I don’t make a living with it, but it makes me alive. It is with composition for film, for the concert that I make a living. Improvisation brings in a little bit of money, but never as much as film music does.

… a folklorist hell-bent on experimentation; a vanguard artist with a working-class sensibility…

Le manifeste du musicien

Maurice Lachance, Spirale, Tuesday, May 1, 1990

Le Trésor de la langue de René Lussier est un disque choc. Il y a longtemps qu’un enregistrement n’avait eu sur moi l’effet d’un tel coup de foudre. Est-ce dû à son originalité? son humour? son engagement politique? C’est grâce à tout cela que ce disque impressionne tant et, de plus, parce qu’il révèle enfin la musique de la langue. Il s’agit bien, comme le dit le titre de l’album, d’un véritable trésor sonore.

René Lussier, guitariste, multi-instrumentiste, électro-acousticien, s’est fait une réputation de chercheur de sons. Avec son fidèle partenaire Jean Derome, il a toujours travaillé à dé- et recontextualiser les sonorités de notre environnement. Plutôt que de créer des sons nouveaux à l’aide de synthétiseurs, il puise à même notre habitat musical. S’il y a des voyeurs, Lussier est, quant à lui, un écouteur. Son oreille guette le moindre bruit dans le but de le relocaliser et de lui donner, par le fait même, une signification insoupçonnée. Le Trésor de la langue est donc en quelque sorte l’aboutissement d’une recherche commencée il y a déjà une dizaine d’années; cette fois, la perversion de l’écouteur aura trouvé un objet de rêve: la parole.

Du bon travail?

Lussier a fait parler les gens de la rue et les a enregistrés, il a réécouté des paroles politiques fort connues, il a interviewé les petites gens et leurs frustrations. Cette banque langagière a ensuite été transcrite sur partitions musicales de façon à rendre les mélodies, les motifs, les rythmes propres à ces paroles. Une fois ce travail accompli, Lussier a orchestré ces partitions en y superposant des instruments comme la guitare sèche, le violon ou le trombone qui suivent, grâce à un synchronisme parfait, le débit de ces paroles. Le résultat est fascinant puisque nous entendons un chant jusqu’alors imperceptible. On ne peut s’imaginer toute la musique qui se cache derrière des paroles, même fort insignifiantes.

Ce qui vient d’être décrit demeure avant tout intéressant pour le musicien sensible à la technique de son art. On est frappé par la précision de la dictée musicale, par l’intelligence de l’orchestration, par la qualité du mixage, mais ce beau travail n’aurait été qu’un beau travail, rien de plus, s’il n’avait relevé le défi de découvrir, par la musique, un sens à ces paroles.

Politique et musique

Le Trésor de la langue s’organise à partir d’une quête: celle de deux individus en voiture qui demandent aux gens la direction pour aller à Québec. De plus, ils leur posent une question cruciale: est-ce important de parler français? Une première répondante, par hasard Française, dit qu’elle ne comprend pas le «dialecte québécois» et qu’elle aimerait bien qu’on «s’adresse à elle en français». Dès le départ, Lussier annonce ainsi ses couleurs: si la musicalité de la langue m’intéresse, je dois inévitablement aborder la «politicalité» de cette langue. C’est, à mon avis, ce qu’il y a de fort dans ce disque: la politique et l’histoire du Québec sont revues et corrigées par un musicien. Un musicien pour lequel l’humour est fondamental. Ceux qui l’ont vu sur scène savent combien il sait faire passer des idées musicales avant-gardistes et souvent difficiles au moyen du rire. Le Trésor de la languene fait pas exception, ainsi que le montre cette séquence, entre cent, où une Anglaise de Québec indique à nos deux voyageurs comment se rendre au centre-ville. La non-communication entre les deux peuples n’a peut-être jamais été montrée de façon aussi ironique.

On le voit, le choix des paroles (le Référendum, de Gaulle, le manifeste du F. L. Q. , la Française, I’Anglaise, etc. ) implique une position politique. Ce que Lussier a pressenti et qui devient de plus en plus évident à l’écoute de son disque, c’est que la musique, utilisée de cette façon, est bien plus qu’un simple support à un projet politique, elle en constitue peut-être même l’essence.

Le Trésor de la langue de René Lussier est un disque choc.

Le trésor de la langue: Un Québec éclaté

Marc-André Houle, Rebelles, Sunday, April 1, 1990

Une œuvre artistique qui traduit la réalité sociale dans toute sa globalité mérite qu’on lui porte attention et analyse. Sensible à son époque et à l’histoire, René Lussier a surmonté le défi de nous entretenir de la langue sans tomber dans les platitudes nationaleuses. Sa fresque musicale, Le trésor de la langue, sortie en format vinyle et en disque compact au mois de janvier dernier, pose les bal ises du Québec contemporain et virtuel, une culture québécoise à plusieurs dimensions qui ne s’épuise pas à la seule question linguistique.

Une œuvre à plusieurs sens

D’emblée, Lussier nous propose un projel musical complexe et aventureux: découvrir pour chaque syllabe, la note musicale qui y correspond, pour en arriver à faire jouer la musique qui se cache derrière les mots et la parole. D’où un patient travail pour extraire la musique du verbe enregistré auprés des gens rencontrés au fil du projet, en plus d’une cueillette d’extraits sonores célèbres: Ie discours du général de Gaulle à l’Hôtel de Ville de Montréal en 1967, la lecture du manifeste du FLQ par Gaétan Montreuil en 1970, Maurice Duplessis, Michel Chartrand, etc.

Les voix se trouvent accompagnées par un instrument, le plus souvent la guitare ou le violon, donnant l’impression de chants. L’interaction parolel musique est à ce point forte qu’on se demande, aprés écoute, si ce n’est pas plutôt la parole que l’auteur a voulu coller à une musique déjà écrite. Mais alors que cette musique seule pourrait se justifier, si l’on accepte l’idée d’ume musique contemporaine où les notions de mélodie, d’harmonie et de rythme sont différentes, le lien parole/musique enchâssé dans une tapisserie musicale bigarrée produit une œuvre puissante par les multiples chemins ainsi créés.

Avant tout, cette musique générée par les mots ne suit pas une trajectoire bien déterminée lorsque jouée sans paroles. La direction musicale indécise s’accentue davantage puisqu’une phrase répétée n’est jamais pareille. C’est donc vers le hasard que nous conduit le travail de Lussier.

Autre piste explorée dans Le trésor de la langue: les nombreux styles musicaux employés pour l’orchestration des extraits sonores. Lussier s’est servi du rock, du blues, du jazz et, parfois, de références plus contemporaines. Mais la présence très forte de la guitare -classique et électrique- instrument qu’il pratique, nous ramène plus souvent au rock. Imaginez alors le discours du général de Gaulle en 1967 dans une armosphère à la Jimi Hendrix, la lecture des résultats du rétérendum de 1980 sur du blues ou un discours de Michel Chartrand scandé au rythme du rock’ntroll… Il s’agit d’un rock «fucké» où l’auteur mélange les enregistrements, joue sur leur vitesse, superpose les discours, fait alterner les formes musicales.

En continuation directe avec le travail entrepris ailleurs (voir REBELLES, vol. 1, no. 4), Lussier laisse une place majeure à l’improvisation des instrumentistes, relançant toujours plus loin la dialectique de l’improvisation et de la composition dans une œuvre. Ce n’est pas sans me rappeler, avec bonheur, la musique de Frank Zappa et de John Zom dont les ponts communs sont la simultanéité, la discontinuité et la diversité des sources sonores et musicales, et bien sûr l’humour.

Le travail de studio (entre autre, le mixage) est partie intégrante de la conception générale. L’audition avec casque d’écoute permet de constater la vivacité musicale, la séparation puis l’assemblage entre les paroles et leur mélodie particulière, ainsi que les différentes orchestrations. Bref, pour qui veut y porter attention, la pièce a des richesses qui se laissent découvrir en plusieurs moments.

Politique?

Telle une odyssée, Le trésor de la langue plonge dans la quête de l’identité. En faisant alterner des gens qui répondaient à la question «Est-ce important de parler français au Québec?» et des extraits d’événements politiques qui ont marqué le Québec des quarante dernières années, Lussier nous introduit dans une réflexion intégrant la bagarre linguistique et la lutte politico-sociale pour l’indépendance du Québec.

À un niveau plus profond, il montre l’identité culturelle et sociale du peuple québécois dans leur appropriation originale de la langue française et les modalités de sa survie dans un contexte nord-américain d’acculturation. Le langage quotidien des gens, une manière de «dire» les mots qui se découvrent à l’aide de leur musicalité mise à nue; voilà le miroir qu’il nous offre en effectuant un travail d’archéologue par l’exposition des «différents accents de la langue parlée au Québec», qui se voulait son projet originel. Par le texte de Richard Desjardins, Qui se souvient, Lussier nous rappelle plus Ioin la tragique et lente destruction des peuples amérindiens du Québec. Comme quoi le prix à payer pour la survie des Québécois-e-s a été refilé aux Premières nations du territoire.

Une radiographie sociale

Gagnant du prix Pani-Gilson- 1989 de la Communauté des Radios Publiques de Langue Française (CRPLF), René Lussier a réussi un exploit hors du commun. Il faut comprendre que le thème, la langue parlée au Québec (que plusieurs, au sein de la francophonie, considérent tout juste comparable à un dialecte du français de Paris) et le style de musique «actuelle» que préconise Lussier, défoncentt les barrières admises dans ce genre de concours. Sans compter que l’œuvre a été choisie par Radio-Canada pour représenter le pays!

Le véritable tour de force tient dans le résultat percevoir, aprés l’absorption d’une telle musique, la radiographie vivante d’une société. Percevoir le présent et les contours du futur; l’actualité de ce qui est proposé dans Le trésor de la langue ainsi que ce qu’il nous amène à entrevoir, dépassent les horizons. Espace politique à reconquérir, langue à détendre, culture à ouvrir, identité à redéfinir, incertitude… Ce n’est plus il y a trente ans, ni dix ans, c’est l’urgence d’aujourd’hui.

… c’est l’urgence d’aujourd’hui.

Speech as musical treasure. Bold, brilliant track charts Québécois language

Paul Wells, The Gazette, Thursday, March 1, 1990

Language is music to his ears

René Lussier has mined the rich musicality of Québécois French and literally turned speech into music. His bold, brilliant record Le trésor de la langue traces the history of his mother tongue, representing a timely contribution to the language debate and an artistic breakthrough for the young composer.

Le trésor de la langue is important: because it’s the work of a Québecer, because it’s about the state of French in North America and all the thorny politics that that implies, and —most of all— because it’s an audacious musical experiment, brilliantly executed.

Lussier, a self-taught avant-garde guitarist, spent more than two years taping interviews and colleaing archival recordings —Charles de Gaulle’s “Vive le Québec libre” speech René Levesque’s referendum-night concession speech and lesser-known snippets.

Then he wrote, for an 11-piece ensemble, music to match the rhythms of every word. That’s quite a tas~ It means you need an ear musical enough to hear, for instance, that Ç’é ca qu’on va faire translates into a pick-up, triplet eighths, and a quarter note if you put a rock beat behind it. Then you need to repeat the trick over and over for nearly an hour’s worth of speech.

The point of it all is to illustrate the wonderful music of everyday speech —the treasure of language, indeed. And because Lussier chooses Québécois as his text everyday and landmarks of nationalism—plus a reading of the FLQ manifesto—it’s clear enough which language he treasures, and alrnost as clear what political inferences he draws.

This is not easy listening. The dissonance of conversation is made clearer when filtered through Lussier’s mind. But there’s something here to amuse, intrigue, and certainly lo enrage any listener who cares about music, language and culture.

The point is to illustrate the wonderful music of everyday speech — the treasure of language indeed. […] It’s an audacious musical experiment, brilliantly executed.

Critique

Denis Huot, Le Musicien québécois, no. 2:1, Thursday, March 1, 1990

René Lussier est surtout connu dans les milieux dits alternatifs. Il est même une vedette attitrée du Festival international de la musique actuelle de Victoriaville depuis plusieurs années. Guitariste. bassiste et compositeur il a une feuille de route bien remplie. Il a joué dans le groupe Conventum. dans l’ensemble de musique improvisée de Montréal (EMIM): il a été associé à plusieurs projets avant-gardistes et il a été l’accompagnateur de Pauline Julien pendant quelques années. En tant que compositeur, il a émergé avec la mise en place de l’étiquette montréalaise Ambiances magnétiques. Il œuvre actuellement avec deux formations, Granules et Keep the Dog. On le retrouve souvent avec les deux mêmes acolytes. Jean Derome (saxophone, flûte, clavier) et Fred Frith (basse électrique, violon, piano). L’an dernie, en Belgique. Lussier a remporté le prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française. Décerné à une œuvre contemporaine. ce prix lui était remis pour la première partie du Trésor de la langue.

La véritable originalité de ce disque réside dans son concept et dans son procédé unique de composition. Le point central se trouve dans la question initiale: est-ce important de parler français au Québec? Quelle est donc cette langue que l’on tient tant à préserver? Quel est son mystère? Qu’y a-t-il donc sous les mots?

Au départ, nous retrouvons des «échantillons de paroles»: d’une part des segments historiques avec des documents d’archives officielles comme l’enregistrement original de «Vive le Québec libre!» du Général de Gaulle, Ie manifeste du FLQ lu par Gaétan Montreuil, la défaite du référendum, commentée le soir même par René Lévesque. un discours de Maurice Duplessis. une célèbre envolée oratoire de Michel Chartrand… D’autre part. nous avons des échantillons de paroles de gens ordinaires, plus gratuites’ spontanées et quotidiennes. Puis, ces bandes sont traitées, superposées, trafiquées. C’est dans le montage hyperlaborieux, qui a exigé deux ans et demi de travail de moine, que se situe le défi artistique de ce disque. Les paroles sont comme «prises en dictée» par un instrument ou l’autre. Selon le compositeur, à certains moments. La musique est un support, voire même l’ombre de la voix, alors qu’à d’autres moments c’est au contraire la paroie qui soutient la musique. Le créateur décrit sa musique comme du «cinéma direct en sons».

Lussier procède souvent par tâtonnements et essais. Il I’admet d’ailleurs lui-même: «Le trésor de la langue s’est fait dans une totale anarchie, sans savoir ce que l’on cherchait ni ce qu’on allait trouver.» On y sent quelque chose d’inachevé. Après une écoute intégrale (65 minutes),I’auditeur continue à se demander ce que l auteur cherchait réellement.

Le sujet de la langue se prête à de hautes dissonances, non seulement politiques, mais musicales. Voici probablement un point qui en rebutera plus d un: la musique est d’une approche trés contemporaine. Elle est d’une complexité déroutante. décourageante, assez carrée et, par moment, franchement écorchante pour les oreilles fragiles. Est-il possible que cette œuvre touche plus de gens que ne le fait habituellement la musique contemporaine? René Lussier explique: «Lorsque tu écoutes un discours qui te touche, tu t’ouvres à la musique qui en sort aussi compliquée soit-elle. C est une référence directe. Mais si on n a pas de références liées à la parole on trouvera cette musique très étrange.»

Le Trésor de la langue s’avère un disque important, sunout à cause de son sujet, la langue française. Mais, sur le plan musical, le résultat n’est pas des plus probants: car, même ce qui est intéressant n’a pas nécessairement de valeur.

Discos

Margen, no. 3, Thursday, March 1, 1990

Narrar aqui la trayectoria del compositor, improvisador y productor canadiense René Lussier es harto dificil dada la capacidad metamórfica que posee para travestir su estilo en mil y un formatos. Prueba evidente es la cantidad de nombres que se le asocian: Arpege, Conventun, Les 4 Guitaristes de L’Apocalypso Bar, Les Granules… grupos, todos ellos, de enorme creatividad y algunos, los más, de referenicia obligada a la hora de hacer balance de la historia de la música de vanguardia.

Entre sus obras, y aparte de su abultada discografia, hay que señalar también sus bandas sonoras para más de cuarenta peliculas, amén de sus obras de encargo, o las inmunerables colaboraciones con otros músicos. Todo ello reconocido a través de los premios concedidos por diversas agrupaciones que lo acreditan como uno de los grandes compositores contemporáneos.

Su discografia resulta tan sorprendente como inesperada, el rock más inteligente, la improvisación o la investigación electroacústica son sus géneros predilectos. ¿Sugerencias?… Bueno, sus discos con Conventum son de escucha obligada, Le Trésor de la langue, quizás su obra más arriesgada, proponia la búsqueda de la musicalidad del lenguaje, el francés en este caso y Le corps de l’ouvrage, su novisimo CD, recoge una serre de piezas instrumentales cogidas de bandas sonoras de peliculas, proyectos especiales y recientes composiciones, en el que puede ser su mejor trabajo de los últinos años Acompañado de once instrumentistas, incluyendo una sección de viento, Lussier nos vuelve a sorprender con su estilo único, personal e intransferible.

Review

Randall Mcilroy, Winnipeg Free Press, Monday, February 12, 1990

Fair enough, we’ve heard plenty about records made like movies. Yet there’s no other way to describe Rene Lussier’s ambitious, astounding document.

Lussier’s recent Winnipeg gig with partner Jean Derome was productively rambunctious and intuitive. Le Trésor de la Langue (The Treasure of Language) is controlled and methodical—another world entirely, but equally exciting.

Drawing from his research of the oral francophone traditions of his native Québec, Lussier weaves a dense, glittering tapestry of words and music. Speakers and instrumentalists (including Lussier, Derome, Fred Frith, trombonist Alain Trudel and cellist Tom Cora) play with field recordings of the spoken word, often playing virtual phonetic melodies keyed to the cadences of speech De Gaulle’s infamous Vive Québec libre speech and the FLQ manifesto are folded in, as are hot and cold bursts of Lussier’s guitar, brass jollity and much, much more.

… Lussier weaves a dense, glittering tapestry of words and music.

René Lussier cherche le son derrière le mot

Serge Truffaut, Le Devoir, Saturday, February 10, 1990

La langue. La langue parlée, et non écrite, est le sujet du nouvel album de René Lussier, guitariste et compositeur. La langue de bois et la langue du bitume, la langue de salon et la langue épicée, la langue claire ou sombre, la langue dans tous ses états, la langue qu’on emploie à toutes les sauces a été mise en notes.

La langue et son enveloppe sonore qu’on a baptisé «Accent» occupe la face I et la face 2 de cette production qui s’appelle, à juste titre, Le trésor de la langue. Ce trésor a été édité par Ambiances magnétiques, l’étiquette des iconoclastes sérieux, soit Lussier, Jean Derome, Jean-Denis Levasseur, Robert Lepage, les musiciennes de Wondeur Brass et les musiciens de L’Apocalypso Bar.

Ce projet à la fois original et ambitieux, dans le sens le plus noble du terme, Robert Lepage l’a expliqué ainsi, «son procédé—celui de Lussier—consiste à prendre en dictée musicale chaque intervention parlée. Chaque phrase, chaque mot, chaque inflexion sont ainsi transposés en langage musical pour divers instruments. Les mélodies et les motifs obtenus sont ensuite arrangés et orchestrés dans des styles trés variés». On ne peut étre plus clair.

Question de méthode, voici maintenant comment les choses se sont déroulées. Il y a deux ans et demi René Lussier et un de ses complices travaillant dans le milieu cinématographique, soit Claude Beaugrand, sont partis à la chasse aux mots et aux sons. Ils ont loué une auto qu’ils ont baptisée le «French Spirit» comme il y eut le Spirit Of Saint-Louis, puis ils ont pris la route qui passant par la rive nord, devait les amener aux archives sonores de l’Université Laval.

Au cours de ce périple de cinq jours, «nous avons ramassé du stocck de façon anarchique mais avec soin. Je dirais même avec luxe. Pour plus d’authenticité, pour plus d’intégrité on a espionné en quelque sorte les gens. On leur posait des questions de telle sorte qu’ils ne voient pas le micro. On ne voulait pas qu’ils soient gelés par la technique. En fait, on travaillait comme les réalisateurs du cinéma direct».

A ces petites phrases dites à haute voix, Lussier a ajouté des «grosses» phrases. Celles de l’Histoire. Celles qui ont marqué l’Histoire du Québec au cours des 20 dernières années. Soit les phrases politiciennes des Lévesque et De Gaulle, Trudeau et Chartrand, ainsi que les phrases du FLQ lues par Gaétan Montreuil et l’accent de la reine.

«La crise d’octobre, lorsqu’elle a eu lieu j’avais 12 ans. J’étais encore trop jeune pour étre conscient de la portée de ces événements. Ce que les membres du FLQ ont fait à cette époque s’explique. Ça ne se justifie pas, mais ça s’explique. Pour ce qui est du texte, qui fait 15 minutes, j’ai essayé de conserver les moments les plus forts et qui sont encore actuels. Les farces ont pris le bord. D’ailleurs pour tous les textes, j’ai voulu éviter la caricature. J’ai gommé afin de ne pas tomber dans le piège qui aurait consisté à ridiculiser les gens».

Musicalement, le travail accompli a été fait en étroite collaboration avec le saxophoniste et flûtiste Jean Derome, le guitariste britannique Fred Frith, le contrebassiste Claude Simard, le tromboniste Alain Trudel, alors que Claude Beaugrand était en charge des Ambiances magnétiques.

Pendant deux ans et demi Lussier a donc enregistré des paroles. Ensuite, il a transcrit leur enveloppe musicale sur la portée musicale. Puis, il a fallu arrangé. n a fallu trouver la note du mot qui correspondait à la note de la clarinette, de la guitare et autres. Un véritable travail de bénédictin.

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’une production qui s’écoute confortablement. Nous sommes à mille lieux du racolage sonore. Nous sommes dans notre propre musique. Celle de chaque instant du jour ou de la nuit. Le trésor de la langue, «c’est le contraire de la musique commerciale». À écouter au moins une fois!

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin.

Critique

Alain Brunet, La Presse, Saturday, January 27, 1990

Paroles de musicien

Laurent Saulnier, Voir, Thursday, January 25, 1990

On appelle ça un disque important. Et même: un monument. Avec Le trésor de la langue, René Lussier trace un singulier portrait sonore de la situation de la langue au Québec. Un petit cours d’histoire des vingt dernières années.

L’idée de départ est pourtant toute simple: calquer, sur un instrument de musique, les notes émises par la voix lorsqu’elle parle. Mais ce n’est pas tout d’avoir l’idée. Il faut aussi trouver les bones choses à calquer. Lussier ne sait pas combien d’heures d’entrevue il a enregistrées, à micro caché ou dévoilé; combien d’extraits de discours, de déclarations, il est allé chercher dans les archives radio-canadiennes.

«On a essayé d’écrire des scénarios, déclare Lussier, mais on n’a jamais été capables de les compléter ou d’y coller. Le trésor de la langue s’est fait dans une totale anarchie, sans savoir ce que l’on cherchait, ni ce qu’on allait trouver. Moi, je voulais parler de l’histoire du Québec. Je me suis acheté des livres parce qu’à l’école, on ne me l’a pas apprise. On a ensuite passé des heures en studio pour coller note pour note au discours parlé. Petit bout par petit bout, piste par piste.» De la notation à l’exécution, un travail de moine.

La pertinence des extraits qu’il a choisis ne fait aucun doute. Que ce soit de Gaulle et son célèbre Vive le Québec libre («C’est un show rock, ça!»), Gaetan Montreuil lisant le manifeste du FLQ ou le discours de René Lévesque lors de la défaite référendaire de 1981. En fait, Le trésor de la langue, c’est comme du cinéma sans les images. On a la musique, les sonorités ambiantes… Il ne reste qu’à faire nos propres images.

Guitariste autodidacte et as de la musique improvisée, Lussier a remporté, avec Le trésor de la langue, le prix Paul-Gilson de la Communauté des Radios Publiques de Langue Française (CRPLF), prix couronnant normalement une composition de musique contemporaine. Avec ce contenu plutôt subversif, imaginez la surprise de la société d’État, prise au piège de la diffusion de cette œuvre… La prochaine étape pour Lussier est maintenant de monter Ie concert, mission quasi impossible… «On va le faire, mais sans bandes. Les textes seront lus par des chanteurs.» En attendant, Lussier poursuit son travail avec Derome au sein des Granules, avec un album à paraitre au cours du printemps. Le trésor de la langue est disponible en format vinyle et disque compact sur étiquette Ambiances magnétiques.

On appelle ça un disque important. Et même un monument.

Critique

Hélène Pedneault, Micro 4, no. 117, Monday, May 1, 1989

«Rue St-Laurent, Montréal. Une voix d’homme demande: “Est-ce que c’est important, pour vous, de parler français?” Une voix de femme répond: “Absolument, je suis Française. À vrai dire, moi je ne comprends pas le dialecte québécois, donc, je les comprends difficilement, Et j’aimerais bien qu’on s’adresse à moi en français.”»

C’est ainsi que débute la pièce musicale Le trésor de la langue de René Lussier, qui vient de remporter, en mars dernier, le prestigieux prix Paul-Gilson (musique) 1989. Insigne honneur pour ce jeune compositeur de 32 ans, ainsi que pour le Service musique radio de Radio Canada qui n’avait pas remporté ce prix depuis 26 ans. D’une valeur de 10 000 francs suisse, il fut décerné à l’unanimité par les jurés de la Communauté des radios publiques de langue française (CRPLF), réunis cette année à Bruxelles.

Pourtant, René Lussier n’est pas connu comme un compositeur de musique contemporaine. «Je n’ai jamais étudié la musique, dit-il. Je l’ai apprise avec mes amis, avec les gens avec qui je travaillais. Donc, je ne peux pas aborder ce prix avec la même attitude qu’un compositeur reconnu, “sérieux”. Au départ, soyons clair, je suis un musicien de rock. Alors qu’un musicien de rock, dans un contexte de musique sérieuse, gagne un prix semblable, c’est important, et pas uniquement pour moi.»

Compositeur, René Lussier joue de la guitare, de la basse, des tambours et des percussions, en plus de jouer des voix, des micros, des magnétophones, des mixeurs et autres appareils, comme des instruments. Autodidacte, il n’a qu’une passion: la musique.

Membre d’Ambiances magnétiques, un regroupement de musiciens et musiciennes de même «famille» qui disent faire de la «musique actuelle prêt-à-porter», il a produit plusieurs disques sur l’étiquette qui porte le même nom. Ils ont mis en marché une douzaine de titres, dont quatre de René Lussier: Derome/Lussier: «Volumes 1 et 2», Lussier/Lepage: Chants et danses du monde inanimé et René Lussier: «Fin du travail».

Depuis quinze ans, il a fait de nombreux spectacles avec une douzaine de groupes dont Conventum, Arpège, Les 4 guitaristes de L’Apocalypso Bar, Les granules, etc. Comme si ce n’était pas suffisant, il contribue à une quarantaine de musiques de films, dont celle du dernier film de Jacques Leduc qui vient de prendre l’affiche à Montréal avec grand succès, Trois pommes à côté du sommeil, ainsi qu’une vingtaine de musiques pour des émissions de radio, des performances, du théâtre ou de la danse. Rarement a-t-on vu un musicien prêter ou greffer sa musique à autant d’arts différents. Cette fois, avec Le trésor de la langue, René Lussier touche à la voix, à tous les genres de musiques… et à la politique.

HP: «Entre la première idée de ce projet et le résultat final, y a-t-il beaucoup de différences?

RL: L’idée originale du Trésor de la langue, était de faire de la musique avec la voix parlée, peu importe le sujet. Je voulais répertorier les différents accents de la langue française parlée au Québec. Mais je me suis vite rendu compte que c’était un travail de moine, que je n’avais aucune formation pour le faire et que, de toute façon, il y avait presque autant d’accents que de gens, dépendant des familles, des régions ou des classes sociales. Donc, j’ai mis de côté les accents. J’ai utilisé toutes les sources de son possibles: la radio, la télé, la rue, les entrevues, les archives. Le résultat est une sorte de film sonore. Pour composer, je pars toujours d’un chaos assex joyeux finalement!

HP: Vous avez fait combien d’heures d’enregistrement pour en arriver à ces 30 minutes?

RL: Dans cette pièce, on n’entend qu’un infime pourcentage de tout ce qu’on a ramassé pendant deux ans. Au total, on doit avoir entre vingt et trente heures d’enregistrement. On a procédé de deux façons: parfois nous étions visibles, avec notre perche et notre magnétophone à vue, dans un endroit publique ou sur la rue; parfois nous étions invisibles, et nous faisions de «l’espionnage» avec une Nagra, un micro et une antenne cachés dans l’auto. Nous arrêtions le moteur et nous posions des questions à des gens dans la rue, en restant dans l’auto. Cette manière de procéder avait un petit côté C. I. A.! On a aussi un vox populi de 90 personnes sur un question précise: «Est-ce que c’est important de parler français? Pourquoi?» C’est ça, faire des statistiques! Au fond, quand on questionne 90 sur 100 personnes sur la rue, on a une bonne idée du pouls de l’ensemble de la population. Mais on n’en a gardé que cinq ou six dans la pièce.

HP: Aviez-vous un scenario précis avant, ou a-t-il été écrit après que vous ayiez eu en main tous les éléments?

RL: On a écrit le scénario après. Des scénarios, on en a fait des tonnes, mais aucun ne tenait vraiment le coup. On a même essayé d’inclure du théâtre avec des comédiens, mais ça détonnais avec le reste. Je voulais du vrai monde.

Dans le document accompagnant la pièce, le scénario est raconté comme suit: «À bord du French spirit, deux aventuriers de la langue montent à Québec par le Chemin du Roy. Tout au long de leur quête, nos héros demandent leur chemin et s’inquiètent: «Est-ce important de parler français au Québec?» De rues en autoroutes, de la rue Principale en passant devant la cathédrale, ils aboutissent aux «Archives de la langue».

C’est là qu’ils découvrent Le trésor de la langue! Mais à peine ont-ils eu le temps de fouiller les reliques qu’ils tombent sur un os empoisonné. La survie de la langue est intimement liée à la conquête politique du pays, et les événements des dernières décennies ne peuvent que resurgir du fond de la sonothèque-mémoire pour envahir une nouvelle fois les ondes. Mais quelle est donc cette langue qu’on tient tant à préserver? Quel est son mystère? Qu’y a-t-il donc sous les mots?… la plage? «Demandez-le aux Iroquois»…

«Au départ, on s’était dit que notre auto s’appelerait le “French Spirit”, comme le “Spirit of St. Louis” de Lindbergh», continue René Lussier. On a remonté le Chemin du Roy en quatre jours, de Montréal à Montmagny, en s’arrêtant partout. D’étape en étape, les deux voyageurs demandent leur direction et là, des événements musicaux arrivent. Ils demandent où sont les archives, où est Québec, où est le meilleur restaurant, ils reviennent, ils repartent. Finalement, l’idée du voyage était la trame la plus simple. Mais on avait quelques buts précis, comme aller aux archives folkloriques de l’Université Laval à Québec. Ce qu’il y a comme archives est très romancé. Moi, je m’attendais à entendre un forgeron expliquer son travail d’une façon très documentaire. Pas du tout. Mais on peut trouver vingt versions de l’histoire de Ti-Jean ou du diable! Nous n’avons pas gardé beaucoup d’archives dans cette version, mais dans l’intégrale - qui devrait durer autour d’une heure dix - il y en aura plus, et l’archiviste sera très présent.

Donc, on se retrouvait avec un os, sans viande autour. On n’avait pas grand chose: des gens qui nous donnaient des directions, et des petits vieux qui nous parlaient sur un ruban, avec un bruit affreux. La qualité d’enregistrement des archives est épouvantable. L’os empoisonné, finalement, c’était de partir sur cette galère et de se retrouver avec un matériel fou en sachant seulement que ça allait nous prendre beaucoup de temps avant de démêler tout ça!…!

De plus, j’avais pensé à Octobre ‘76, au manifeste du F. L. Q. , à De Gaulle, à des points importants de l’Histoire du Québec, que j’ai été chercher par la suite à Radio-Canada. Alors le voyage est interrompu par des éléments politiques qui prennent beaucoup de place. Je n’ai pas la prétention d’être un historien C’est même plutôt l’inverse: Je me suis donné un cours d’histoire. Toute l’affaire s’est bâtie finalement d’une bien drôle de manière…

HP: C’est une musique qui est très visuelle…

RL: Oui, elle suggère des images. Mais dans ce qu’on entend, il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup d’images d’archives qui sont synchrones avec ces mots-là: le discours de De Gaulle, Gaétan Montreuil en train de lire le manifeste du F. L. Q. , René Lévesque après l’échec du référendum, etc. Dans cette pièce, j’ai voulu donner autant d’importance aux gens ordinaires qu’aux événements politiques. Je suis content de l’enchaînement. Il y a une chronologie un peu simple, mais qui marche bien.

HP: Les voix enregistrées ont-elles été traitées? Echantillonnées?

RL: Non. Je n’ai fait aucun échantillonnage avec les voix. J’écoutais quelqu’un parler sur une bande, et je prenais un tronçon de la phrase que je mettais en boucle pour pouvoir le réécouter à l’infini. Je trouvais ensuite les notes principales de la mélodie contenue dans la voix, puis les autres notes de passage, à l’intérieur.

Après cette étape, on entrait en studio pour enregistrer l’instrument qui allait suivre la voix, phrase par phrase. Comme il n’y a aucun rythme standard dans la parole, ce n’est pas facile d’aller le chercher, de le suivre avec un instrument. Il y a une détermination, une précision dans la voix. Elle est souvent plus complexe rythmiquement, que la musique contemporaine! La musique que contient la voix ne nous fait jamais peur parce qu’elle transporte du sens et qu’on comprend les mots. Mais quand on enlève et qu’on ne garde que l’instrument qui la suit, note à note, la musique qu’on entend est très surprenante, elle nous fait peur. C’est un peu ça le trésor dont il est question dans cette pièce.

Une fois la voix doublée par un instrument, ce n’est pas fini. Il faut faire la musique maintenant, les chansons, les orchestrations, sur toutes sortes de rythmes: rock, bossa-nova, fanfare. musique dite plus «sérieuse», etc. Mais la pièce est assez rock finalement. Je suis un musicien de rock inscrit dans un contexte de musique sérieuse. C’est une pièce proche du «zapping» de télévision. Moderne? Qu’est-ce que ça veut dire au fond? Les étiquettes, c’est tellement flou. Quand on parle de musique ancienne, on fait référence à quelle époque exactement? Moi, j’associe mon type de musique au rock. Dans son rapport à la musique, un musicien de rock utilise des techniques, des bases, des attitudes qui sont semblables à celles de la musique concrète.

HP: Qu’avez-vous appris dans cette aventure?

RL: J’ai avancé à toutes sortes de niveaux: sur le jeu de guitare - parce que j’en ai joué pas mal dans cette pièce - et sur le rapport avec les gens en tant que leader. J’ai appris à approcher les gens sur la rue, à les laisser parler. J’ai appris aussi à avoir des bons réflexes quand je regarde la télé! À un certain moment, la matière elle-même devient un outil, au même titre que la guitare. Sur le plan de la construction des pièces et de la composition, j’ai aussi appris comment faire des liens, des enchaînements. Mais simplement d’avoir ouvert la télé pour chercher du matériel à enregistrer m’a appris beaucoup. Je voyais des députés discuter de la langue: j’écoutais ce que l’opposition avait à dire, le gouvernement en place. Ecouter des archives permet de sentir les différentes époques. Maintenant, je comprend un peu mieux ce qui se passe. Au bout du compte, que la musique m’ait amené à aller voir ce qu’étaient tous ces discours politiques au fond, c’est extraordinaire.

Le trésors de la langue est une œuvre audacieuse, qui explore un «chant» de la musique pratiquement inédit. Bien au-delà des genres, même si son auteur la définit comme majoritairement rock, c’est une œuvre de coeur, de racines. Une œuvre qui s’approprie sa propre histoire tout au long d’un voyage, d’une quête d’identité dont le Graal est la langue. Que cette recherche soit remplie d’un humour fin et parfois débridé, n’est pas le moindre de cette pièce. Œuvre de santé, qui n’a peur de rien, Le trésor de la langue se promène partout comme un enfant curieux. Un air d’opéra suit une gigue endiablée; des bruits de rubans qui reviennent en arrière comme si on avait raté l’entrée de cette Rue Principale qui devient subitement une chanson, fabriquée avec toutes les indications des gens pour la trouver. Chanson, jazz fusion, rock.

«Cette pièce a un petit côté tombola», commente René Lussier en l’écoutant avec moi. «On cogne à toutes les portes». Exact. On cogne à la porte des archives; le discours de Charles De Gaulle sur le balcon de l’Hôtel de ville de Montréal, en 67, devient musical: «Vive Montréal, Vive le Québec, Vive le Québec libre!» Il ne se retourne pas dans sa tombe. Bruits de la foule en délire. D’un «réel», nous passons aux rythmes des Indiens d’Amérique, De Gaulle revient, mais son discours est trafiqué. Il répète toujours la même phrase: «Ce qui se passe ici…» Des accents anglais, des mots de langues que nous ne reconnaissons pas. Nous pensons parfois que le ruban tourne à l’envers. Mais non. Il est toujours à l’endroit. Ce sont les langues qui nous mettent à l’envers. Des sirènes de police. Un extrait de trois minutes du manifeste du Front de Libération du Québec (F. L. Q. ), lu à la télévision en 1970 par l’annonceur de Radio-Canada Gaétan Montreuil «Le F. L. Q. n’est pas le Messie, ni un Robin des Bois des temps modernes, mais il est la réponse à l’aggression… Oui, il y en a des raisons à la pauvreté… Nous vivons dans une société d’esclaves terrorisés». Le texte est lu parfois sur un mode musique «country», parfois sur une litanie à forte saveur de grégorien pour la nomenclature de tour ce qui terrorise les gens, «big business» ou religion. «Faites vous-mêmes votre révolution dans votre quartier et votre milieu de travail». Puis, la voix de Pierre Elliott Trudeau: «Le Gouvernement du Canada a décidé de proclamer la Loi sur les mesures de guerre»… Et celle du syndicaliste Michel Chartrand dans une de ses célèbre harangue contre le système: «… botter le cul de tous les patrons, inconsidérément. C’est ça qu’on va faire». Cette dernière phrase devient le refrain d’une chanson, scandée par la voix de Michel Chartrand lui-même.

… René Lussier, qui vient de remporter, en mars dernier, le prestigieux prix Paul-Gilson (musique) 1989.

Review

Mark Miller, Downbeat, Monday, February 1, 1988

Pop music is rainproof," observed René Lussier. back in 1984 on the release of his first album, Fin du Travail (Version 1).

"We are the rain" At the time, the "we" of the guitarist’s tidy metaphor was a small community of musicians in Montréal, French-Canadians who shared a similarly inquisitive perspective on contemporary music.

In the years since, during which time a few additional Lussier albums have been released—among them, the free-blowing Chants et danses du monde inaminé in collaboration with reedman Robert Lepage, and a pair of albums (the meticulous Soyez vigilant… restez vivants and the just released Le retour des granules) assembled with multi-reedist Jean Derome— his "rwe" has taken on an international dimension. Another album, a collaboration with New York guitarist Fred Frith that also involves members of David Moss’ Dense Band and the German trio Cassiber, was recorded live at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville, and issued under the Québec festival’s own Victo label.

Lussier, 30, has had a remarkably productive career in Montréal, initially in progressive-rock, film, theatre, and jazz, and now with a unique music that draws deeply on French-Canadian traditions. He mixes old and new freely, folk reels and rhythms with free improvisation and post-Hendrix sonics— a kind of Québécois Van Dyke Parks travelling in a material world, and on a budget at that.

His recordings, released under the co-op Ambiances magnétiques label, have a cinematic quality, with a sense of montage, of manipulated image, and of real time and place. For his recording with Frith, both the musicians and the hall were micted, and the ambient sound—the conversations back at the bar, for example—is integral to the finished work. He is careful not to lose the human element in his music; his concern extends further to the latest technology.

"We are not into industrial music. Yet. Everything is possible, of course´… " He admits that he has bought an old synthesizer, one of the earliest available commercially, but he is cautioned by the memory of recording Soyez vigilant… restez vivants. "Jean Derome had a really old synth that didn’t work all the time. We’d take it out, open it up, fix it, bring it back to the studio: it’s not the same sound as it was 10 minutes ago, but that’s okay. We have to find a place where the new technology should join our music, and not just dive in with DX-7s. "

With or without the DX-7s, though, his music would remain very specific to René Lussier and his milieu. That, surely, limits its potential audience. Lussier sees it differently "The more you are grounded in your own culture," he says now, "the more you have something to say to other people."

C’est le retour des granules

Serge Truffaut, Le Devoir, Saturday, November 7, 1987

Avant de se mettre entre parenthèses, Jack Kerouac a usé sa vie à formuler des idées qui, n’en déplaisent aux comptables ringards de la «Culture Mossieu», possédaient la fabuleuse vertu de la lucidité.

Parmi ses bons mots, on se doit de retenir cette dédicace d’un de ses poèmes ou romans: «Pour les gens qui savent mais se taisent». Pour les hommes et les femmes, ou vice-versa, qui demeurent silencieux par refus de s’impliquer dans le jeu nauséabond de l’imbécilité.

Affirmons-le tout net, l’album intitulé Le retour des granules de Jean Derome et René Lussier s’adresse aux gens qui ne sont pas dupes de ce petit jeu. Peut-être faut-il préciser que ce 33-tours est la suite de Soyez vigilants paru il y a plus d’un an sur l’étiquette Ambiances magnétiques.

Lorsqu’une production musicale est habillée avec un certain souci d’integrité et de surprise, comme c’est ici le cas, la critique, par convention ou par paresse, se contente généralement des poncifs du style «voici une musique engagée». On se livre mécaniquement à la dissection en utilisant les lieux communs les plus commodes et on se retrouve gros-jean comme devant à allonger des phrases qui n’ont plus de sève.

Plutôt que de se contenter d’expressions cuisinées dans les fours micro-ondes de la facilité, on se doit de parler ici de musique qui, tout simplement, n’est pas indifférente à ce qu’il est convenu d’appeller le monde.

Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires. Voici un album qui possède méme la qualité de ses défauts. Voici un album où, c’est devenu tellement rare, des artistes prennent des risques.

Au moment où l’on nous casse les pieds avec le groupe Uzeb qui a décidé de produire sa musique pubère à trois au lieu de quatre, au moment où les actions et autres obligations expriment leur «RÉA le bol» boursier, Le retour des granules, en dosant avec bonheur mille et un ingrédients frappe juste.

A bien des égards. le disque de Derome et Lussier fait état d’une démarche analogue à celle de l’Art Ensemble of Chicago ou de Don Cherry. Comme ces merveilleux iconoclastes, nos deux compères tissent une toile avec tous les styles qui se rattachent à cet arbre dont les branches ont été sculptées par Duke Ellington et les musiques ethniques, par Nino Rotta et les fanfares, par Fred Frith et les instruments les plus hétéroclites. Et-par… le blues, «nom de Diou»!

Ceux qui ont suivi ces deux musiciens vont trouver cela bien étrange, ce lien avec le blues. S’il est vrai qu’on n’entend pas de ces rythmes célébrés par Muddy Waters ou Willie Dixon, il reste que le blues compris comme regard sensible sur les autres est présent.

La pièce-titre de l’album, soit Le retour des granules, «est un hommage à la cendre, au sable, à la poussière, à la «rippe», à la poudre, au pollen, aux miettes». Les instruments? Flûtes, cendriers, clarinette basse, bongos, eau qui bouille, et synthétiseur qualifié de désuet. Sur Nombril/fusil. Derome hurle qu’il lui faut de la fibre, qu’il a des entrailles et que son corps est rendu tout digital. Nombril/fusil pourrait fort bien constituer une satire exemplaire de ce narcissisme physique béatement entretenu par des cohortes de moutons de… Selon le mot de Derome, cette composition est un hommage (sic) aux existentialistes.

On trouve même un Gloire au seigneur où il est dit «Gloire au seigneur, méme sous la mitraille. Allons-y car nous sommes de taille. Allons-y. Délogeons ces canailles. Pour la liberté» On l’aura compris, il s’agit-là d’une satire de «cette confusion que l’on crée-parfois entre politique et religion». Nombril/fusil Si d’aventure vous êtes de ces gens qui savent mais se taisent, alors procurez-vous vite, très vite cet album qui a tout pour réconforter nos petits neurones plus que fatigués par le concert d’hypocrisie auquel on assiste depuis une semaine… Deux disquairés seulement proposent cet album, soit le Va-et-vient sur Mont-Roval, et Obliques sur Rivard.

Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires.

Hommes-orchestre

Charles Guilbert, Voir, Friday, September 11, 1987

Avec Le retour des granules, Derome et Lussier triturent la musique… un duo à voir, avant qu’il ne se propulse en orbite.

Tumulte musical en vue: deux hommes-orchestre se rencontrent sur disque et sur scène! Il s’agit de Jean Derome et René Lussier, deux audacieux musiciens qui travaillent côte à côte et fouillent la musique comme une terre sans fond depuis presque dix ans… Le premier a fait ses débuts avec Nébu; le second avec Conventum. Ils ont formé des dizaines de trios, de quatuors, de quintettes et autres commandos, fait des centaines de spectacles et produit quelques disques.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore. En 86, ils lançaient leur premier vinyle ensemble: Soyez vigilants, restez vivants! -(un très beau disque!).

Aujourd’hui, c’est à grands coups de saxos, flûtes traversières, claviers, jouets, appeaux, bandes sonores, batterie électronique, voix et gimbarde -pour Derome-, et de guitare électrique, basse, percussions, voix et "plaque de gigueux électrifiée" - pour Lussier-, qu’ils plongent dans Le Retour Des Granules.

C’est le titre de leur nouveau spectacle et de leur projet. Un titre qui indique une façon toute particulière de faire de la musique: en regardant des éléments microscopiques à la loupe, en écoutant Ies plus petits bruits au cornet et en Ies assemblant pour créer de véritables toiles d’araignée musicales. «Notre travail en studio est en train dc changer complétement notre manière de jouer de la musique, confie Jean Derome.

On joue maintenant plusieurs instruments, plusieurs pistes à la fois. On s’est habitué à entendre notre musique mêlée à toutes sortes de fonds sonores. On a donc décidé d’intégrer dans notre musique des sons qui la situent dans différents contextes».

Le résultat est étonnant! Les ambiances sonores se succèdent à une vitesse folle et provoquent une multitude d’émotions. On dirait une musique déchiquetée, triturée, émiettée. En spetacle, Ies musiciens sont innondés, entourés d’une panoplie d’instruments. «Il faut retrouver le sens du spectacle. On oublie de plus en plus les arts de la scène pour les remplacer par Ia vidéo, le cinéma, le disque. On perd le sens des vraies personnes». Peut-être est-ce parce que les spectacles sont dceenus trop prévisibles et les artistes prisonniers de l’image qu’on fait d’eux… Ce n’est pas le cas de Derome-Lussier! Ils n’essaicront pas, en show, de jouer exactement "comme sur disque", et laisseront beaucoup de place à l’improvisation.

On prend un vif plaisir voir ces musiciens utiliser leur instruments tantôt avec une virtuosité presque classique, tantôt en les trafquant de façon iconoclaste. Avec eux, tous les bruits peuvent devenir un événement.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore.

More Texts

Downtown Music Gallery, The Wire no. 207

Blog