Artists Éric La Casa

Éric La Casa

Tours (Indre-et-Loire, France), 1968

Residence: Paris (France)

  • Composer

On the Web

Complements

  • Not in catalogue
Various artists
  • Not in catalogue

Articles Written

  • Éric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997
    De l’ordre de l’invisible et souvent de l’indicible, ce qui m’anime intérieurement est fragile, et aux limites de l’expression linéaire.
  • Éric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997
    … une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain…
  • Eric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997
    L’Autour est ce qui nous environne et ce qui nous Fonde.

Entretien: Récepteur Claude Schryer

Éric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997

Compositeur, producteur, diffuseur et organisateur, Claude Schryer est actif en électroacoustique. Et depuis 1990, inspiré par les travaux de R Murray Schafer et du World Soundscape Project (Projet mondial d’environnement sonore), il se spécialise en écologie sonore. Dans ses créations, il monte, traite et combine des paysages sonores naturels, urbains et humains en forme de juxtapositions poétiques, de perceptions altérées, de re-contextualisations, ou encore de réflexions sur les contradictions, les anecdotes et la magie du quotidien. Ainsi, depuis 1994, il explore une notion spirituelle, artistique et social, de l’écologie sonore.

Préambule

«Il m’est parfois difficile d’exprimer, en mots, mes convictions artistiques et sociales. De l’ordre de l’invisible et souvent de l’indicible, ce qui m’anime intérieurement est fragile, et aux limites de l’expression linéaire. En général, en guise de réponse, je propose plutôt de partir tout de suite faire l’expérience d’une écoute active. Je crois que c’est la raison pour laquelle je préfère mon DAT à mon stylo.»Claude Schryer

1- Prise de sons

R&C: Qu’est-ce qui t’importe à la prise de son? La musique qui découle des seules prises de sons est fortement imprégnée par le particularisme du lieu, du site primitif. En ce sens, les instants choisis font transparaître une réalité indépendante de la partition musicale. Je voulais te demander comment tu appréhendes cet état des choses. Est-ce que les conditions météorologiques, acoustiques, etc, font partie intégrante de l’œuvre et assumées comme telle voire même recherchées… Une musique météorologique?

Claude Schryer: La prise de son est un acte spirituel pour moi. je suis effectivement sensible aux éléments météorologiques et acoustiques d’un lieu. mais aussi à la spiritualité et aux dimensions ‘’invisibles’’d’un espace.

Avant de réaliser une prise de son. Je médite sur le lieu, et tente d’analyser et de comprendre l’espace. Je questionne comment le lieu me parle. Quelles sont ses composantes microscopiques et macroscopiques? Quels sont mon rapport et mon engagement émotifs avec le lieu? Comment vais-je pouvoir capter et transmettre les multiples dimensions du lieu par l’entremise du microphone et de l’enceinte? Ces informations “dirigent” la composition, de retour au studio.

Je tente de prendre conscience des limites de mes outils d’enregistrement. et de savoir comment “cadrer” mes prises de son en fonction de mes besoins particuliers. Chaque prise de son — le mouvement du microphone, le choix de perspective, de relief, les niveaux, la présence de ma respiration (ou non), l’angle stéréophonique — est unique pour chaque projet.

Par exemple, dans ma composition radiophonique El medio ambiente acústico de México (Le paysage sonore du Mexique) ma méthode de travail était de travailler comme un photographe qui choisit et étudie attentivement son sujet et qui tente de capter des moments magiques ou un Sharawadji, “un effet esthetique qui caracrérise la sensation de plénitude qui se crée parfois lors de la contemplation d’un paysage sonore complexe dont la beauté est inexplicable. L’effet survient contre toute attente et transporte dans un ailleurs, au-delà de la stricte representation — hors contexte. Dans certe confusion brutalement présente, les sens, comme le sens, s’y perdent. Le beau Sharawadji joue avec les règles de la composition, il les détourne et éveille dans la confusion perceptive un sentiment de plaisir.” (1)

Lors de la prise de son de cette pièce j’ai enregistré des papillons Monarque dans les montagnes à Angangueo (Michoacan). Il y avait des centaines de touristes dans la montagne et des miilions de papillons. Cherchant, j’ai eu la chance de capter un moment d’unité entre les voix d’emerveillement des touristes, celles de la douce masse des papillons à distance et du frottemenr frénétique à proximité des ailes de papillons… je ne crois pas pouvoir recréer une telle beauté poétique en studio.

R&C: Compositions musicales “pures” ou alliant des sons environnementaux, ou encore compositions de sons environnementaux, et compositions radiophoniques, l’œuvre fait apparaître une pratique musicale élargie. Parle-nous de cette volonté d’élargir son champ d’expérimentation.

Claude Schryer: Ma méthode de composirion est simple. J’utilise une procédure d’écoute, d’analyse (triée par timbre, catégorie, fonction, hauteur, contexte), de transformation (traitement informatique) et d’orchestration (montage et mixage) de paysages sonores enregistrés pour créer des portraits électroacoustiques. Mais est-ce de la musique? Je n’en sais rien… En 1985, Luciano Berio m’a dit, en toute franchise, que je n’étais pas un très bon compositeur, mais qu’il y avait certainement une place pour moi dans le monde de la musique… Luciano avait peut-être raison? Dès 1989, je me suis détaché de la tradition musicale conventionnelle, et me suis laissé emporter par un désir de toucher la matière sonore. Ensuite, j’ai voulu comprendre qui j’étais et d’où je venais. Alors, j’ai travaillé directement avec l’environnement sonore. En ce moment, je m’intéresse surtout à la spiritualité des lieux par l’entremise de l’électroacoustique environnementale. Je crois que ma place dans le milieu musical est quelque part au seuil de la musique, et au cœur de l’interdisciplinarité et de l’activisme environnemental. Depuis plusieurs années ce sont surtout des questions de survie, de responsabilité et d’interprétation artistique de l’environnement qui m’incitent à créer, et à agir avec et à propos de l’environnement sonore.

3- Réalité

R&C: Paul Virilio nous dit: «Demain, si nous n’y prenons garde, nous aurons la nostalgie non seulement de l’histoire et de sa géographie, mais encore le mal de l’espace et des temps perdus.» (2). Cette problématique de l’accélération me semble très intéressante à aborder ici en ce sens que les progrès techniques de notre civilisation occidentale produisent une disparition de la réalité dans le décor. Ou comme je l’ai entendu une fois: «Le voyage, plus on le raccourcit plus cela devient du temps perdu.» Que t’inspire cette remarque sur la “déréelisation” de notre monde?

Claude Schryer J’ai une profonde nostalgie pour les espaces sonores en voie de disparition. Ceci dit, parallèlement, je suis conscient, comme nous le rappelle R Murray Schafer (3), que «le paysage sonore change continuellement» et qu’il faut tenter de vivre dans le moment présent. Et quel moment! Aujourd’hui, la «vitesse du temps» est hallucinante, fascinante et cruciale à explorer pour l’artiste sonore.

L’industrialisation et les nouvelles technologies ont métamorphosé l’environnement sonore; de nouvelles sonorités sont apparues, ont transformé la notion d’écoute, et ont modifié de manière décisive les critères esthétiques.

En tant que société, nous devons apprendre à décoder le réel de l’irréel, par l’entremise d’un rythme de lecture abordable de la matière sonore. Luc Ferrari (4) dit «qu’il faut arriver à reconnaître les sons les uns au-dessus des autres. Les uns par rapport aux autres, c’est-à-dire les couches et ça s’apprend par la sensibilité que l’on développe et la conscience.»

Pour l’artiste sonore médiatique — poète du temps irréel — le défi est de taille: créer un langage sonore qui présente une nouvelle perception du temps, et ceci «sans tomber dans un naturalisme naïf ou dans un modernisme réactionnaire.» (5)

Dans cette jungle temporelle, je me réfère aux principes proposés par Bruno Guiganti (6). «À l’inverse de l’écoute naturelle qui est une mise en relation du corps de l’auditeur avec le corps sonore dans sa matérialité, l’écoute médiatisée est une écoute relative qui relègue le corps des êtres et des choses dans un inter-espace discontinu où ils trans-apparaissent en perdant leur épaisseur, leur densité, leur pesanteur.»

L’art de l’électroacousticien environnemental est donc celui de conjuguer les dimensions d’écoute naturelles et médiatisées dans un cadre temporel virtuel qui se veut crédible, révélateur et séduisant.

4- Corps

R&C: Jacques Garros, psychomotricien, dans un article intitulé Notre corps est la terre de notre esprit, a écrit: «L’intelligence consiste peut-être à prendre du temps par rapport à l’efficacité technique et immédiate et à prendre le temps de retisser la relation de base “corps-esprit” qui permet de réintégrer la conscience, la pensée et l’imaginaire dans la totalité corporelle, c’est-à-dire dans l’ensemble universel?» (7) La question du corps me semble très importante par rapport à ta pratique, mais aussi par rapport à ce que tu es. Ici, je pense aussi à ton engagement pour une cause écologique dans le sens de ce que Jacques Garros dit par rapport à cette totalité corporelle. Que t’inspire cette réflexion?

Claude Schryer: La désincarnation esprit/corps m’affecte, et me trouble. Malgré moi, et comme plusieurs de ma génération, j’ai tendance à vivre dans ma tête, en ignorant mon corps. C’est pourquoi j’ai appris et pratique la méditation bouddhiste Vipassana (observation de la respiration), mais aussi le tai-chi chinois (harmonie esprit/ corps).

Ma philosophie corporelle est d’être à l’écoute de moi-même et de mon environnement, et de me fier à mon intuition pour savoir comment agir et ne pas agir…

Ma plus récente composition, Au dernier vivant les biens, traite justement de l’écoute intérieure: «En m’écoutant, j’ai réalisé que mon plus profond désir était de créer une musique de compassion, de clarté et de guerison et d’explorer les dimensions spirituelles du son qui ont le potentie! de communiquer des émotions autrement inaccessibles.»

Le dicton «Penser globalement: agir localement» me vient à l’esprit. Je crois qu’il faut s’occuper avant tout de l’écologie du local, le plus local possible, en étant soi-même, et de grandir à partir de cette belle racine.

5- Paysage sonore

R&C: En 1993, pour le congrès internationale de l’écologie sonore, tu as réalisé une œuvre (La marche sonore) où tu essayais d’interroger une certain nombre d’individus de différents pays sur le thème: comment percevez-vous votre paysage sonore? Aujourd’hui, en cette fin 1997, comment répondrais-tu à cette question? Comment perçois-tu les évolutions du paysage sonore depuis ta longue «marche sonore»? Peux-tu nous parler de ce qui intérieurement a fondamentalement évolué?

Claude Schryer: L’omniprésence de la géographie sonore canadienne ainsi que la fragilité de notre jeune culture hybride font de moi un être continuellement à la recherche d’identité…

En l991, dans une de mes premières créations «écologiques», j’ai posé la question: c’est quoi l’écologie sonore?

Marche sonore 1 (Le matin du monde) s’inspire de la philosophie d’écologie sonore de R Murray Schafer et du «Projet d’environnement sonore mondial» à Vancouver qui nous propose de respecter l’oreille naturelle et la voix naturelle, de prendre conscience du symbolisme des sons et de connaître les rythmes et les tempi du paysage sonore naturel. J’ai demandé à chaque intervenant dans la pièce de me parler de son environnement sonore immédiat, et de partager quelques pensées sur le thème de l’écologie sonore.

Ce qui a évolué en moi depuis Marche sonore 1 c’est mon niveau de conscience et ma combativité sociale. Entre 1993 et 1997, j’ai créé de nombreuses œuvres qui sont progressivement engagées et prononcées (cf CD Autour, chez empreintes DlGITALes…).

Mais, un des problèmes aujourd’hui est que la crapuleuse vague «néo-libérale» et «globalisante» étouffe les fruits de nos passions environnementales, locales et internationales, du début des années 1990. Je suis devenu nettement pessimiste récemment, et pourtant plus convaincu que jamais de l’importance d’une mise en action du mouvement de l’écologie sonore, tant au niveau de la création artistique que dans le travail d’organismes à but non-lucratif, tels l’Association canadienne pour l’écologie sonore, le FKL, le CES et le Forum mondial pour l’écologie sonore.

6- Écologie sonore

R&C: Les Canadiens, sous le patronage de R Murray Schafer, ont depuis longtemps investi le domaine de l’Écologie sonore. Sans débattre ici du sens de cette appellation, pourrais-tu brièvement nous dire ce qu’implique ce champ d’investigation, avec quelques exemples concrets? Ensuite, tu pourrais nous parler de ce qui se passe et se prépare au sein du Forum Mondial de l’Écologie Sonore (organisation regroupant des personnalités de différents pays. Cf interview Pierre Mariétan dans R&C n°28).

Claude Schryer: C’est en 1989 que je suis devenu réellement “écolo”. J’ai senti un besoin urgent de m’engager politiquement et artistiquement dans le milieu environnemental. Et puisque je m’etais formé à la musique, qui est en principe un art “sonore”, j’ai choisi l’écologie du son.

Depuis, je me suis impliqué, tout comme mes collègues Hildegard Westerkamp, Barry Truax et R Murray Schafer entre autres, à promouvoir une idéologie de l’ecologie sonore au Canada et à l’étranger.

Un événement important dans l’histoire du mouvement d’écologie sonore a été le congrès «Tuning of the World» qui a eu lieu du 8 au 14 août 1993 au Banff Centre for the Arts en Alberta. Ce congres réunissait plus de 150 intervenants dans le milieu de l’écologie sonore de toute discipline.

Un des résultats de ce congrés a été la mise sur pied d’un organisme international pour la promotion de l’écologie sonore: le Forum mondial pour l’écologie sonore (FMÉS), qui, à l’époque, définissait l’écologie sonore comme: «l’étude des relations entre organismes vivants et leur environnement sonore ou paysage sonore.»

Les écologistes sonores s’interessent à la création de multiples contextes et de situations qui encouragent l’écoute du paysage sonore, le développement de la perception auditive et l’approfondissement de la compréhension sonore de l’auditeur ainsi que l’appréciation et l’observation des actions qui affectent ou modifient la qualité de l’environnement sonore, l’étude des effets d’intervention technologique sur l’environnement sonore, l’étude de la signification des médias électroniques (radio, télévision, musique d’avant et d’arrière plan, etc.) et leur présence grandissante dans le paysage sonore, la protection des paysages sonores naturels, la préservation et la création de temps et d’espaces de silence, le développement d’idéologies concernant le silence dans différentes cultures, la conception d’environnements sonores sains et la création artistique.

Le FMÉS existe aujourd’hui grâce à l’appui de ses membres avec un bureau administratif à Vancouver. Le FMÉS coordonne la publication d’un bulletin d’information trimestriel, le New Soundscape Newsletter, publié par Justin Winkler et le Forum fur Klanglandschaft (FKL) (Suisse/Allemagne). Le FMÉS maintient egalement un excellent site sur le WWW, et un groupe de discussion «Listserv» avec plus de 250 participants sur Internet coordonné par Gary Ferrington, à l’Université d’Oregon aux États-Unis.

Aujourd’hui, le FMÉS est dans une phase de transition. Il y a eu un congrès international d’écologie sonore à Paris cette été, organisé par Pierre Mariétan et Ray Gallon du Collectif environnement sonore (CES). Ce congrès a permis aux membres du FMÉS de se retrouver et d’élire un conseil d’administration provisoire qui a reçu comme mandat de présenter une stratégie pour le futur du FMÉS, lors du prochain congrès international d’écologie sonore (Hör upp! Stockholm, du 9 au 14 juin, organisé par l’Académie royale de musique de Suède en collaboration avec le FMÉS et Stockholm, capitale culturelle de l’Europe en 1998).

Ce congrès permettra de consolider et d’organiser les activités de la communauté internationale d’écologie sonore. Les trois thèmes principaux de la rencontre, axés autour des dimensions scientifiques et sociales de l’écologie sonore, seront: Les utilisations et les abus du son, la conception de son artificiel et de la prise de conscience à l’action.

Un des projets du Congrès de Stockholm est de faire connaître leur «Manifeste pour un meilleur environnement sonore», publié par l’Académie royale de musique de Suède. en collaboration avec le FMÉS.

De plus, en 1996, nous avons fondé une Association canadienne d’écologie sonore (ACÉS), qui a comme mandat d’organiser des activités locales, telles des promenades sonores urbaines, des campagnes de sensibilisation au bruit, des ateliers de formation et d’information sur l’écologie sonore, la production de documentaires radio, etc.

Parfois, je me demande quel héritage sonore laisserons-nous à nos enfants ou encore si la biodiversité sonore du 21e siècle sera suffisante pour soutenir une véritable écologie sonore? Douteux… Entre temps, il faudra continuer à lutter pour qu’il reste quelques paysages sonores intéressants sur terre!

Propos recueillis par Éric La Casa. Octobre 1997.

  1. Jean-François Augoyard et Henry Torgue, À l’écoute de l’environnement sonore: Répertoire des effets sonores.
  2. Paul Virilio, L’art du moteur.
  3. R Murray Schafer, entretien pour Odyssée sonore, documentaire de l’ONF par Louis Ricard.
  4. Luc Ferrari, entretien pour Marche sonore 1 (1991), Paris.
  5. Nicholas Gedhardt, A Thread of Musical Thinking — Glenn Gould, Bach, François Girard and an Art of Sounds, Musicworks 67.
  6. Guiganti, Écoute naturelle et écoute médiatisée, Musicworks 65.
  7. Jacques Garros, Notre corps est la terre de notre esprit. Bongo Bongo.

Pour en savoir plus:

  • Association canadienne pour l’écologie sonore (ACÉS) / Canadian Association for Sound Ecology (CASE)
  • Augoyard, Jean-François et Torgue, Henry. À l’écoute de l’environnement sonore. Répertoire des effets sonores- Éditions Parenthèses, 1995. ISBN 2-86364-078-X. (Un excellent répertoire qui explique les phénomènes sonores de différentes perspectives — scientifique, technique, sociale, artistique, etc.).
  • Fort, Bernard et Saint Martin, Dominique. Zoom sur les sons de la nature, Éditions JM Fuzeau. ISBN 2-84169048-2. (Un livre avec cédérom sur l’apprentissage de l’écoute et de la musique contemporaine.)
  • Forum mondial pour l’écologie sonore (FMÉS) / World Forum for Acoustic Ecology (WFAE)

De l’ordre de l’invisible et souvent de l’indicible, ce qui m’anime intérieurement est fragile, et aux limites de l’expression linéaire.

Critique

Éric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997

Avec la participation du Companeros band, qui a l’avantage de reunir la CNT, des Zapatistes, la FA, des citoyens, des manifestanrs de toutes couleurs. des enfants et leurs mères, enfin beaucoup d’antirascistes (et nazillons de tous poils) naturels et culturels ce qui, dans ce domaine d’action, revient souvent au même. Si les notes du livret de ce mini CD de 21’ 45” produit en 1997 par les Kristoff K.Roll (lire l’article dans le numero 33 de Revue & Corrigée). comme toujours en ce qui concerne la collection dirigée (plutôt pensée) par Jérome Noetinger, nous informent qu’il nous est permis d’entendre de la musique concrète. Je veux bien les croire, car est aussitôt renvoyée au monde abstrait la plupart des «œuvres» du genre acousmatique. Si l’on veut s’éloigner de ces faciles jeux de mots et alors de vilains, tentons de considerer que «Médium du mouvement historique, la tradition dépend dans sa nature des structures sociales et economiques, et se modifie qualitativement avec elles. L’attitude de l’art contemporain vis-a-vis de la tradition, que l’on considère comme une perte de tradition, est condirionnée par le changement interne du concept de tradition». C’est de Theodor W Adorno musicien allemand plus connu comme philosophe et auteur d’une «Theorie esthetique» dont est extraite cette citation (et dont je recommande la lecture, même si cela occupe beaucoup). Alors que l’on célebre les 70 ans de Pierre Henry et les 50 de la musique concrète, Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps (les voici démasqués) qui affichent clairement dans cette œuvre une position sociale libertaire, apportent avec une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain une réponse très personnelle à la quescion de la tradition. Si un cocktail Molotov peut toujours servir (référence à la pièce 2 de l’œuvre) un magnétophone aussi. ‘Des travailleurs…’ n’est pas un discours glacial, c est une fête contre la betise et pour l’humanité. Il n’y manque que la danse magique de la très emouvante Nido (danseuse de paroles, disent-ils), presente lors de la creation de cette pièce sous forme de spectacle en mai dernier. Il y manque aussi une durée, car le travail des KK Roll suppose un developpement plus impontant: ils ont le sens de nos respirations et de nos inquiétudes. Et notre impuissance appelle une confrontarion plus diluée… Reste la solution, evidemment, d’écouter “… à l’amie des objets” plusieurs fois. Ces considerations ne doivent pas éclipser le fait (concret…) que “… de la nuit…” propose une musique. Quelque chose comme un beau désespoir.

… une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain…

Critique

Eric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997

Autour réunit quatre compositions formant un cycle d’œuvres, chacunes portant sur la prise de conscience et sur la musicalité de l’environnement sonore nord-américain. Symboliquement, elles représentent aussi les quatre points cardinaux de l’Amérique du nord et sont présentées sur ce disque dans l’ordre du cercle de vie amérindien (est, sud, ouest, nord).

Est

Musique de l’Odyssée sonore, musique de film créée en collaboration avec le concepteur sonore Claude Langlois, est un récit sonore qui s’inspire de l’histoire, du caractère et du mystère de la ville de Québec.

Sud

El medio ambiente acústico de México, promenade radiophonique, est une collection de «sonographies» (FB Mâche) méditatives évoquant le charme et les contradictions des espaces sonores mexicains.

Ouest

Vancouver Soundscape Revisited, pièce acousmatique, est un portrait impressionniste du paysage sonore passé, présent et futur de Vancouver.

Nord

Autour d’une Musique portuaire, une œuvre environnementale / instrumentale co-composée avec la réalisatrice radio Hélene Prévost, est la rencontre de l’enregistrement en direct d’un concert de sirènes de bateaux et de cloches avec un trio d’improvisateurs en studio, à Montréal.

Certaines musiques s’écouteraient les yeux fermés pour enchanter virtuellement les sens. D’autres proposent avec une grande acuité une réalité des instants fragiles en lisière des presque rien. Ici, la composition plonge ses racines dans l’humus du vivant. L’Autour est ce qui nous environne et ce qui nous Fonde. C’est aussi au-delà de l’entendement, l’en dedans de l’écoute. Car ce disque réactive la dimension poétique de la réalité, du paysage sonore tout en posant la question de l’écoute. Écouter, c’est d’abord sentir son corps écoutant. Entrer en écoute comme on entre… Oui, c’est une voie, un chemin pour parvenir à percevoir au sein du grand bruit les nuances sensibles qui musicalisent notre quotidien. R Murray Schafer parle de la nécessité d’éduquer ou plutôt de rééduquer cette oreille assourdie. Je crois qu’un disque comme celui-ci nous y invite sans l’imposer et s’imposer… Vers la densité poétique de l’écoute de la Réalité.

L’Autour est ce qui nous environne et ce qui nous Fonde.