The Electroacoustic Music Store

Artists Diane Labrosse

Working mainly with electronic samplers, Diane Labrosse has a very personnal approach to sounds, exploring different textures and timbres and creating an abstract but evocative music. She is a regular on several different music scenes and has performed at internationally known festivals of musique actuelle, electronic, avant-garde and improvised music all over the world (Canada, USA, Europe, Japan, Australia).

Her most recent projects take different forms: Endangered Species, a sound and visual installation/performance based on obsolete objects such as rotary dial phones and ticking alarmclocks; Dactylotactiles, performance for 3 typewriters and live video (Sébastien Cliche); Petit Bestiaire, naïve songs for a quintet (texts by Guy Marchamps); Sagesse pratique, a series of miniature pieces based on proverbs and O.V.N.I., a sign language for an improvising orchestra of variable sizes.

As a composer, using conventionnal or graphic scores, she wrote for many different ensembles: Array Music and The Burdocks (Toronto), L’Ensemble SuperMusique and Espaces Sonores Illimités (Montréal), NOW Orchestra and 999 years of Music, (Vancouver). She also wrote for less conventionnal instruments, such as ship horns (Harbour Symphonies), train whistles, air bottles and toy pianos. She worked with director Robert Lepage and co-signed (with percussionist Michel F Côté) the music for two of his plays: La Géométrie des miracles and Zulu Time.

As sound designer, she created music for dance (Louise Bédard, Crystal Pite, Andrew Harwood, Marc Boivin, Deborah Dunn, Catherine Tardif, Harold Rhéaume, Richard Siegal), film (Montréal vu par…, Pendant que les arbres tombent, L’Entrevue, Plan de fuite) and radio (Le Navire Night, Les Décrocheurs d’étoiles) and theatre (Nuit d’orage, Je suis d’un would-be pays, Bliss, 38 Contes shakespiriens…).

She has created multimedia installations for Danish company Tura-ya-moya (in situ performances in an old chalk mine), and Scottish-based Theatre Cryptic (Wall of Secrets in situ installation for 20 speakers) as well as the Centre de Musique Canadienne (a sound garden playing ramdom sound tracks on surround speakers).

In 1980, she founded Productions SuperMémé/SuperMusique with Joane Hétu and Danielle P Roger. She remained Co-Artistic Director of this company presenting many concerts and events of innovative music from 1980 to 2008. With long-time colleagues Hétu and Roger she created the groups Wondeur Brass, Justine, and Les Poules. She collaborated with many musicians such as Jean Derome, Pierre Tanguay, Michel F Côté, Martin Tétreault, Ikue Mori, Philippe Lauzier.

Her discography comprises more than 50 recordings mostly recorded on Montreal based label Ambiances Magnétiques. She has received several grants from Canada Arts Council as well as Conseil des arts et des lettres du Québec.

[ii-13]

Diane Labrosse

Montréal (Québec), 1950

Residence: Montréal (Québec)

  • Composer
  • Performer (sampler, accordion, voice)

Associated Groups

On the Web

Diane Labrosse, photo: Christian Galley, 2007

Selected Works

Main Releases

Ambiances Magnétiques / AM 170 / 2007
Improvised Music from Japan / IMJ 527 / 2005
  • Temporarily out of stock
No Type / IMNT 081 / 2003
Victo / VICTO 090 / 2003
Ambiances Magnétiques / AM 096 / 2001
Ambiances Magnétiques / AM 055 / 1998

Appearances

empreintes DIGITALes / IMED 0898 / 2008
No Type / IMNT 0715 / 2007
Alien8 Recordings / ALIEN 50 / 2005
No Type / IMNT 0413 / 2004
Various artists
OHM / Avatar / AVTR 022 / 2001

Complements

Various artists
OHM / Avatar / AVTR 050 / 2009
  • Not in catalogue

In the Press

Les femmes dans la création musicale improvisée

Sophie Stévance, L’éducation musicale, no. 562, Tuesday, September 1, 2009

Du bruit au Mois Multi [et quelques autres considérations sur le son]

Nathalie Bachand, Inter, art actuel, no. 103, Tuesday, September 1, 2009

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, Saturday, May 24, 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

The Sound Terriroties of Diane Labrosse

Richard Simas, Musicworks, no. 100, Friday, March 21, 2008

Wondeur Woman

Réjean Beaucage, Voir, Thursday, September 28, 2006

Sonic Voyageurs

Alexander Varty, The Georgia Straight, Thursday, October 20, 2005

Montréal is just a five-hour flight away, but the cultural capital of Francophone Canada can sometimes seem as remote as Antarctica. West Coast residents know the city as the home of relaxed liquor laws, good restaurants, and great delis, but we’re rarely exposed to the music that’s made there—and that’s almost entirely because most of it, whether pop, rock, or contemporary classical, is not sung in English.

North America’s largest French-speaking city is home to a thriving music industry and a club scene that we can only envy, but connecting with them seems difficult, thanks to the barrier of language. It’s ironic, then, that one of Montréal’s lesser-known contributions to the world of sound might end up being Vancouver’s entrée to Quebec’s musical life. Musique actuelle—a hybrid style that emerged in Montréal during the mid-1980s—is a largely instrumental form, so unilingual Vancouverites need not be scared off by incomprehensible texts. And although the idiom is so all-embracing that it’s hard to define, it’s animated by the kind of exploratory spirit that’s drives Vancouver groups like Talking Pictures and the Hard Rubber Orchestra. So it shouldn’t be that difficult for B.C. ears to appreciate Montréal’s sonic explorers, and we’ll get a chance to do just that this week, thanks to the Vancouver New Music Society’s Interférence: Statique X Statique festival.

Although the event, which runs at the Scotiabank Dance Centre until Saturday (October 22), features non-Francophone artists such as the U.K.’s Fred Frith and Janek Schaeffer, most of the performers hail from Quebec, and many of them, like Diane Labrosse, are 20-year veterans of the musique actuelle scene. Nonetheless, the otherwise charmingly articulate keyboardist still finds it difficult to explain what it is, exactly, that her chosen style includes—and that, it seems, is not only a linguistic issue.

“It’s a hard thing to do, describing a music that’s so broad,” Labrosse says, on the line from her Montréal home. “Of course at first there was progressive rock, and then improv came along, and then came the idea of putting together different styles of music. Some musicians began to draw on the roots of jazz, and also using more traditional or folkloric stuff, and then putting all of this together to make a new hybrid of music, which we called musique actuelle. We even find these different direct references within the same piece.”

The style’s name, like the music itself, contains a wealth of inferences and possibilities. Its sounds are “actuelle” because they’re real music made by real musicians, as opposed to machine-made, bottom-line-driven pop, but also because they reflect the kaleidoscopic reality of today’s media environment. The argument Labrosse makes is that few people confine their listening to just one genre, so why should musicians suffer self- imposed limitations on what they play?

Her own career reflects this wide-open attitude. She’s written scores for dance, penned twisted avant-pop tunes, worked extensively with sample-based music, and performed with a global array of free improvisers. And in her Thursday-night concert at the Dance Centre, she’ll move a step or two toward abstract sound, in the company of multimedia artist Jean-Pierre Gauthier.

“Jean-Pierre is more known in the visual arts,” Labrosse notes. “He started out as a sculptor, a visual artist, and then he started to make some sound sculptures. This is where we got involved together quite a few years ago, maybe in 1998 or 2000 or whatever. We did a project where he was working with rubber tubes and compressors and bird whistles, things of that nature, so it was a noisy kind of culture. That started him doing shows, or doing performances; before that he was more of a sound installer, working in galleries and things like that. But he’s always done very fine work, juxtaposing visual and audio stuff.”

Labrosse reveals that she doesn’t yet know what Gauthier will be bringing to their Interférence show. “He told me that it’s very small, and that it’s something that he’s made, and that it varies from one performance to another.”

With that in mind, she’s readying herself for a performance that will be improvised from start to finish, as will several of the other bookings that Vancouver New Music artistic director Giorgio Magnanensi has arranged for his festival. Following Labrosse on Thursday will be the cross-country quartet of Pierre Tanguay, Bernard Falaise, Dylan van der Schyff, and Ron Samworth, a group she describes as well worth hearing.

“It’s a double-duo sort of thing: two drummers that work in a similar fashion, and two guitarists that also work in a similar fashion,” she explains. “But everybody’s very different and has a real personality. I saw this band in Montréal, and it was quite a nice concert.”

Friday night (October 21) features performances by sound artist Magali Babin and saxophonist Joane Hétu, followed by Klaxon Gueule, a trio that includes guitarist Falaise, percussionist Michel F Côté, and pianist Alexandre St-Onge. Like Labrosse’s collaboration with Gauthier, both of these ensembles patrol the grey area between sound sculpture and more conventional forms of improvisation, a zone that increasingly draws practitioners of musique actuelle.

“You start with finding new sounds on your guitar or your bass or your drums,” Labrosse notes. “And you move from there to adding effects, and then to [computer-based] processing, or even to building your own instruments.”

Fittingly, then, Interférence’s musique actuelle survey will conclude on Saturday with Morceaux_de_Machines, an abrasive and intense collaboration between sound designers Aimé Dontigny and Érick d’Orion that has earned comparisons to noise innovators Einstürzende Neubauten and Otomo Yoshihide.

It seems that the Montréal-born idiom known as musique actuelle really is capable of embracing almost everything from the minimalist gestures of Babin and Hétu to the ear-scorching aural firestorms of Dontigny and d’Orion. Close observers of the Vancouver scene will note that our own creative musicians are capable of a very similar range of styles; perhaps the gulf between East and West, between Francophone and Anglophone, is narrowing at last.

… the Montréal-born idiom known as musique actuelle really is capable of embracing almost everything from the minimalist gestures of Babin and Hétu to the ear-scorching aural firestorms of Dontigny and d’Orion.

Review

Cristin Miller, Signal to Noise, no. 34, Tuesday, June 1, 2004

The 19th annual Seattle Improvised Music Festival took place this winter over two week-ends in Febuary. This year brought a turning point for the festival, as the long-term orginizers turned over the reins to musicians newly very active in the scene, all of whom are directly or indirectly affialited with Open Music Workshop. Open Music Workshop (or OMW) is a relatively young entity, less than two years old, but has constitued something like a second wave in the improvised music scene in Seattle. This shift in leadership was reflected in the shape of the festival this year, which cast a wider net and included a broader range of approaches to music making.

The next weekend I also managed to catch Les Poules (Montréal) at Consolodated Works, a large warehouse-like art gallery and performance space. Les Poules have beon playing together for over a decade, and every passing minute of their long history and musical intimacy. Joane Hétu (vocals, alto sax) staked out a minimalist territory of voiceless fricatives and static noises, which she mined over the course of the performance. Diane Labrosse (electronics) explored a similarly focused territory, while Danielle Palardy Roger’s percussion poured out speechlike with orchestraly various gestures accumulating over time into a complex field. A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter. Occasionally, certain silences were allowed to move with grace to the center of the circle.

A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter.

Les clés télépathiques

Grégoire Courtois, Fluctuat, Wednesday, October 1, 2003

Au départ prévue pour être collective, cette interview a finalement été préparée avec les deux protagonistes séparement… afin de vérifier si un lien télépathique les unissait vraiment.

Fluctuat: Même si vous vivez tous les deux à Montréal et que vous travaillez chacun dans le même registre de la nouvelle musique électronique, pouvez-vous nous préciser comment s’est passé votre rencontre et ce qui vous a amené à décider de ce concert en duo?

Diane Labrosse: Aimé m’a proposé de jouer avec lui et même si je ne connaissais pas beaucoup son travail, l’idée m’a plue immédiatement. J’aime beaucoup jouer avec de nouvelles personnes et surtout dans une rencontre autour de l’improvisation. Alors, en fait, notre rencontre, la vraie, s’est passée sur la scène de la Casa del Popolo.

a_dontigny: J’avais le désir d’improviser avec Diane depuis 1998. À l’époque je n’étais pas à Montréal mais à Québec. Depuis 1995, j’animais avec Érick d’Orion une émission de radio hebdomadaire, consacrée à la superposition de tout ce qui nous tombait sous la main - de Coltrane à Autechre - ce qui était alors Napalm Jazz dans sa version primitive.

Diane travaillait alors avec Michel F Côté sur un projet du metteur en scène Robert Lepage (dont les bureaux et les studios sont basés à Québec) mais une première tentative d’improviser en direct à la radio ne s’est pas concrétisée.

En 2000, j’ai déménagé vers Montréal et, peu de temps après, j’ai commencé à travailler pour les deux piliers de la nouvelle musique au Québec, empreintes DIGITALes (musique acousmatique) et Ambiances Magnétiques (musique actuelle). Après plusieurs concerts et parutions sur No Type, me sentant plus en confiance, j’ai tout simplement noté le numéro de téléphone et appelé Diane. Elle a un horaire assez chargé mais nous nous sommes entendus sur un soir disponible à la Casa del Popolo.

J’étais très enthousiaste!

Fluctuat: Vous êtes tous deux attirés par l’improvisation, de manière plus ou moins cadrée. Dans quel mesure avez-vous préparé ensemble ce concert?

Diane Labrosse: De façon très spontanée. Ni un ni l’autre n’a proposé de se voir à l’avance et d’élaborer des cadres ou de structurer la soirée. Personnellement, je me méfie des soirées structurées mais pas vraiment répétées. Souvent ça agit comme un carcan.

a_dontigny: 3 minutes avant de monter sur scène, nous nous sommes demandés comment débuter le concert et elle m’a simplement dit: «commence, toi». Nous avions fait nos soundchecks séparément parce que nous ne finissions pas de travailler à la même heure (c’était un jeudi soir, je crois). Nous avions parlé un peu avant le concert, mais de Martin Tétreault. Tout ça pour souligner que cet enregistrement est le résultat le plus près possible d’une improvisation totale.

Fluctuat: Le résultat esthétique de Télépathie est beaucoup plus «calme» que la plupart de vos travaux respectifs en solo. A quel moment de votre travail le choix de cette sensibilité moins bruitiste s’est-il imposé?

Diane Labrosse: Ca devait appartenir à une belle soirée d’avril. Avec une petite brise printanière. Ou bien on s’était tous les deux défoncés musicalement et décibellement ailleurs et on avait envie de calme ce soir là.

a_dontigny: Le résultat est tel, non pas parce que c’est une décision préméditée, non pas parce qu’il y avait un quelconque concept directeur, mais bien parce que Diane (tel qu’elle est) et moi (tel que je suis) ressentions ce présent-là de cette manière. Nous avons a posteriori nommé cette rencontre Télépathie justement pour souligner à quel point nous étions nous-même surpris par la cohésion et l’équilibre de l’ensemble, tout comme de l’étendue de nos affinités.

Fluctuat: Avec quel type de matériel travaillez-vous en concert?

Diane Labrosse: J’utilise simplement un échantillonneur et je travaille le bruitisme et les effets.

a_dontigny: C’est toujours en rapport direct avec le projet. Avec Érick d’Orion (morceaux_de_machines) c’est toujours le plus «cru» possible - ordinateurs, oscillateurs, feedbacks, lecteurs CD. Pour Napalm Jazz (avec Érick et le saxophoniste Philémon et presque toujours un invité différent) c’est une tendance plus «analogique» - tables-tournantes, synthétiseur pour enfant, vieux effets de guitare électrique.

Pour ce concert avec Diane - et aussi à MUTEK en mai dernier - j’ai utilisé mon gros IBM beige, le shareware Audiomulch et les freeware de IXI.

Je n’ai jamais été tenté par les «grosses pointures» (du type Max/Msp). Ma musique ne dépend pas des plugins que j’utilise mais de ma capacité de tirer la plus large palette sonore possible d’une instrumentation adaptée à la situation. Que ce soit un lecteur CD branché dans une distorsion de guitare, un lecteur de cassette et un vieux synthétiseur, le studio de ma radio communautaire ou un micro dans ma bouche. C’est le compositeur/l’interprète qui doit performer, pas l’algorithme.

Fluctuat: Est-ce que pour un concert de ce type, au-delà de la qualité du matériel de diffusion et de ce que l’on peut entendre sur le disque, vous avez travaillé sur la spatialisation de vos compositions? Si non, est-ce que ce type de recherche vous intéresse?

Diane Labrosse: Je pense que nous travaillons tous les 2 beaucoup sur la spatialisation «live». Donc, sans concertation, il peut arriver beaucoup de choses surprenantes, complémentaires comme en opposition. J’aime beaucoup ce que la spatialisation permet. J’ai d’ailleurs fait un projet avec 3 confrères français (Xavier Charles, Jean-Christophe Camps et Carole Rieussec) et mon collaborateur de longue date (Martin Tétreault) au Festival de Musique Actuelle de Victoriaville en mai dernier. Une installation sonore de 10 hauts-parleurs en pourtour de salle avec musiciens au centre et public entre les musiciens et les hauts-parleurs. Ça donnait des résultats étonnants.

a_dontigny: Dans le cas de Télépathie, non. Mais cette recherche m’intéresse: En plus du récent enthousiasme pour le Montréal-electronica (MUTEK, Montréal Electronic Groove, l’arrivée des bureaux nord-américains de Ninja Tune et de Force Inc.), la tradition de musique-concrète est, depuis les années 80, très vivante à Montréal avec les Dhomont, Normandeau et Daoust qui enseignent et produisent des concerts. Il y a trois importantes institutions électroacoustiques basées à Montréal: l’Association pour la Création et la Recherche Électroacoustique du Québec (ACREQ) qui organise le festival ELEKTRA, l’étiquette de disque empreintes DIGITALes et la société de concert Réseaux. Réseaux organise des concerts acousmatiques depuis 10 ans, les «Rien à voir». Depuis plusieurs années, il y a deux séries de concerts par saison, avec tous les visiteurs de marque que cela implique (Parmegiani, Smalley, Oswald, Parmerud, Harrison, Bayle). Depuis décembre 2001, No Type organise une partie des événements «Rien à voir», particulièrement une série de concerts «off» qui donnent aux jeunes compositeurs d’electronica, de bruitisme et d’improvisation la chance de diffuser leurs compositions sur acousmonium.

Fluctuat: Pour nos lecteurs, majoritairement français, vous pouvez nous parler de la Casa del Popolo, le lieu d’enregistrement de ce concert? Il accueille souvent ce type de performance?

a_dontigny: Oui, beaucoup! À la fois restaurant végétarien, petite salle de concert et bar, la Casa del Popolo a été fondée en 2000 par Mauro Pezzente (du groupe Godspeed You! Black Emperor) et sa partenaire Kiva Stimac. Dès sa création, il était clair que la Casa servirait de podium pour les scènes alternatives les moins bien représentées de Montréal (spoken word, folk-post-rock, free-jazz, etc.). La Casa devint rapidement le plus important nexus de toutes les musiques marginales de la ville, avec un festival international annuel maintenant dans sa deuxième année (Suoni Per Il Popolo - pour lequel beaucoup de musiciens de free se déplacent; on y a vu Peter Brotzmann, Evan Parker, William Parker, les soeurs Zeena et Andrea Parkins, Gerry Hemingway et tant d’autres!).

Diane Labrosse: La Casa del Popolo est un lieu très particulier qui a vraiment redonné une vie aux musiques actuelle et improvisée à Montréal. Je l’explique du fait qu’il y ait des concerts à tous les soirs, et qu’il y ait aussi une grande variété de genres musicaux et de musiciens(nes); en plus, les prix d’entrées sont raisonnables. Bien que ce soit petit comme place, on y voit même des artistes internationaux de passage à Montréal.

Fluctuat: Comment pouvez-vous qualifier le public montréalais? Il s’agit de spécialistes ou bien cette musique réussit à percer chez des amateurs aux sensibilités moins pointues?

Diane Labrosse: Je trouve qu’il y a présentement un rajeunissement et une ouverture du public au Québec. Et ceci contribue à la vitalité de la musique actuelle et improvisée ici. Beaucoup de jeunes musiciens curieux et créatifs s’inventent des instruments, se fabriquent des machines et cela favorise le développement de la musique bruitiste et électronique. La musique d’invention!

a_dontigny: Le public montréalais est comme tous les publics, borné et enthousiaste à la fois. Imprévisible dans ses coups de coeur mais aussi très souvent aiguillé par les médias de masse. Par contre, c’est surtout que la vie à Montréal est assez différente de partout en Amérique du nord. Il n’y a pas de paranoïa anti-drogue, pas de paranoïa patriotique, il y a peu de violences ethniques, le coût de la vie y est encore plus pas que presque partout au Canada, ce qui explique sûrement pourquoi tant d’artistes américains et canadiens, toutes tendances confondues, s’y retrouvent.

Fluctuat: Votre disque est l’un des nombreux exemples de collaborations et recoupements d’influences qui semblent se multiplier de votre côté de l’Atlantique. En fait, vu d’ici, la scène montréalaise semble très soudée, comme si il ne s’agissait que d’un seul gigantesque collectif. Personne ne déteste donc personne?

Diane Labrosse: Elle est bien bonne celle-là! Oui, effectivement il y a une forte notion de «collectif» mais je pense que c’est le style de musique et le fait que cette musique ne rejoigne quand même pas la majorité des gens qui favorise cela. Cela crée une sorte de confrérie de musiciens et d’auditeurs. D’ailleurs on fonctionne souvent dans une sorte de géométrie variable et d’interchangeabilité!

a_dontigny: Oh, il y a bien toutes les petites chicanes habituelles entre artistes, mais c’est surtout entre producteurs que c’est plus délicat. Les ventes de CD sont globalement basses, les salles de spectacles disponibles pour la nouvelle musique sont peu nombreuses… Même dans les segments plus marginaux de l’industrie, il y a toujours une certaine diplomatie obligatoire, mais dans le cas de No Type, nous avons la chance d’être à la fois sarcastiques et incompris!

Fluctuat: Comment est-ce que vous ressentez, et plus généralement les musiciens «indépendants» canadiens, la proximité géographique avec les Etats-Unis? Les majors vous semblent-elles avoir une influence importante sur la création musicale?

Diane Labrosse: Tout d’abord, Les musiciens «canadiens» sont très différents des musiciens québécois. Eh oui! C’est la pure vérité. Les canadiens sont certainement plus proches des américains because la langue, of course! - et donc certainement plus influencés par cette culture. Et la musique de création (improvisée ou non) est à des années lumières des majors de tout acabit! Et c’est bien tant mieux! Les américains, et les majors influencent les gens qui recherchent le succès, la vente de million de cd, le vedettariat!!! Les musiciens québécois que je connais sont tout à fait affranchis de la culture américaine, ne la recherche pas du tout et même la conteste!

a_dontigny: La proximité et l’influence sont deux problématiques distinctes. Géographiquement, les villes canadiennes sont assez éloignées l’une de l’autre pour que, dans la plupart des cas, il soit plus simple à un musicien canadien de se produire dans une ville américaine que dans la ville canadienne la plus proche. Un exemple simple serait la scène techno qui s’est constituée dans la ville de Détroit (Michigan) constituée en partie de canadiens de Windsor (Ontario), le plus connu d’entre eux étant Richie “Plastikman” Hawtin. Pour ce qui est de l’influence des majors, je la discerne surtout dans la production. J’oserais même affirmer que, présentement, les producteurs hip-hop des majors sont une source d’inspiration «technique» très importante. Je pense à Timbaland, par exemple, qui a frappé l’ouïe de tout ceux qui produisent de la musique électronique; il a créé un impact pop très fort avec des moyens techniques accessibles pour beaucoup. J’ajouterais que la scène a été réchauffée par le phénomène du «bootlegging» (ces remix maison non-autorisés) et les travaux d’échantillonnage plus largement diffusés des Kid 606, Akufen…

J’ai personnellement été beaucoup plus influencé par les Marclay, Tétreault, Ground Zero et consorts, mais dans une perspective beaucoup plus large je dirais que le hip-hop est ce qui fait évoluer le plus la production ces temps-ci — un peu comme la vague du heavy rock a fait évoluer l’équipement de studio dans les années 80.

Fluctuat: Aimé, de ton côté, tu participes activement au net-label No Type depuis sa création. Est-ce l’un et l’autre vous pensez que la diffusion gratuite en ligne est une alternative viable à l’omniprésence médiatique de l’industrie du disque?

Diane Labrosse: Ça peut peut-être faire connaître des musiques qui autrement resteraient dans l’ombre. Mais ça n’enrichit certainement pas les compositeurs et créateurs qui font des disques à leurs frais.

a_dontigny: Hum, j’ai quelques difficultés avec la formulation de la question mais je vais essayer d’être clair.

Je n’ai jamais considéré l’édition en ligne comme une alternative. C’est une forme de diffusion, comme la radio ou les supports physiques. Présentement, internet est légèrement plus accessible que la plupart des supports physiques mais cela peut changer d’ici peu. Je ne serais pas surpris que la diffusion internet soit éventuellement si réglementée (comme la télévision, par exemple) qu’il soit de nouveau plus simple pour les musiciens de publier un CD ou une cassette audio plutôt que d’offrir des fichiers au téléchargement public.

La seule alternative à l’omniprésence médiatique des majors serait d’avoir nous aussi des millions de dollars US à dépenser. Mais c’est impossible. Il coûte plus cher de promouvoir un CD que de le fabriquer. Les publicités dans les journaux sont hors de prix, beaucoup de magazines requièrent l’achat de publicités pour que les albums y soit critiqués, etc. C’est pourquoi les zines, les émissions de radio étudiantes ou communautaires (ou pirates!) mais surtout les concerts et les tournées sont encore les seules façons de rejoindre le public.

Une dernière chose. Je n’ai jamais supporté les fourre-tout de type mp3.com. Je considère personnellement qu’une certaine finalité dans la présentation est une forme de respect envers le public. Nous avons dit de No Type, à sa création en 98, que c’était un «net-label» justement pour souligner qu’on y proposait des «albums», des projets finis que l’artiste offrait avec une intention de réalisation égale à celle des productions professionnelles — ou, si l’artiste optait une structure mouvante, une assurance de soins dans la réalisation; par exemple: les Variants de Tomas Jirku, où les pièces proposées changeaient de jour en jour. Nous n’avons jamais dilué nos objectifs artistiques. Et ces objectifs ne sont pas principalement esthétiques mais essentiellement politiques. C’est pourquoi ces multiples genres musicaux cohabitent effrontément sur No Type.

Fluctuat: Je vois sur la pochette de votre disque qu’il a reçu le soutien de la SODEC. Est-ce que les instances culturelles vous paraissent soutenir suffisamment vos recherches?

Diane Labrosse: La SODEC apporte une «participation» à la mise en marché que nous ne négligeons pas. Il y a aussi les Conseils des Arts du Canada et du Québec qui apportent régulièrement leur soutien à l’enregistrement, à la production et aux tournées. Ceci est pour nous indispensable et permet de tenir le coup!

a_dontigny: C’est l’ensemble de nos productions québécoises (empreintes DIGITALes et No Type réunis) qui ont reçu du soutient de la SODEC. Ce n’est qu’une goutte face aux dépenses de production et de promotion. Les politiques culturelles au Québec ont des objectifs qui peuvent sembler satisfaisants mais leur budget est si anémique… Cela fait plus de 40 ans qu’il a été recommandé de hausser l’aide culturelle pour qu’elle représente 1% du budget global de la province et ce ne fut jamais atteint.

Fluctuat: Pour finir, vous pouvez nous parler de vos projets, à court ou long terme?

Diane Labrosse: Comme je disais j’ai fait un projet avec ce quintet ad hoc qui a présenté un très bon concert à Victoriaville. Nous espérons remettre ça en Europe en 2004, en France et en Suisse peut-être. Par ailleurs j’ai un duo avec Martin Tétreault (tourne-disques) qui tourne régulièrement. Nous allons au Japon en novembre, en Australie en février. J’ai aussi des concerts avec le trio Les Poules (Joane Hétu, Danielle Palardy Roger). Nous revenons de la Californie et serons en Espagne le mois prochain. Cette année je veux faire un disque en solo et je suis en train d’écrire la musique pour un quintet autour de la thématique animale.

A long terme, bien vivre avec mon amoureux, bien bouffer avec les amis, faire beaucoup de musique, jouer plus d’accordéon, aller plus souvent à la campagne, boire du bon vin. Bon, ça va, j’arrête!

a_ dontigny: Je consacre mon temps principalement à trois projets. Mon duo avec Érick d’Orion, morceaux_de_machines. Notre deuxième CD, Estrapade, sera publié sur No Type en février 04. Nous serons également en spectacle avec Martin Tétreault et Otomo Yoshihide à la fin de ce mois-ci. Je suis aussi le commissaire d’une petite section de No Type, Sine Fiction. C’est une série d’adaptation musicale de classiques de la science-fiction: http://www.notype.com/sine/. Mais ce qui me procure beaucoup de plaisir depuis cet été est de jouer régulièrement avec le compositeur Paul Dolden. Nous nous réunissons chez moi deux fois par mois pour improviser cordes versus ordinateur (Paul est un très bon instrumentiste - guitare électrique, violoncelle, violon).

Morceaux de médias

Grégoire Courtois, Fluctuat, Wednesday, October 1, 2003

a_dontigny et Diane Labrosse, deux figures majeures de la nouvelle scène électronique canadienne, s’associent le temps d’un concert pour un troublant moment de symbiose électronique.

D’un côté nous avons Aimé Dontigny, membre actif du (net-)label montréalais No Type, fondateur du collectif Napalm Jazz et deuxième moitié du duo Morceaux_de_machines. De l’autre, Diane Labrosse, électron hyperactif qu’on a vu collaborer régulièrement depuis les années 80 avec des pointures comme Ikue Mori, Martin Tétreault ou d’autres musiciens du label Tzadik de John Zorn. Le résultat sur le papier promettait une double déferlante bruitiste mais c’est avec quatre pistes subtiles qu’on se retrouve, faites de chuintements, de larsen, de cracks et de sons blancs certes, mais paisiblement assenés comme autant de notes de musique. C’est ainsi très rapidement qu’on oublie le duo et ces deux voix surgies de l’échantillonneur de Diane Labrosse et de l’ordinateur de Dontigny se fondent en une seule, lancinante et d’une redoutable efficacité.

Enregistré à la Casa del Popolo le 20 avril 2002, ce concert est donc une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.

Tout au long du disque, c’est en effet pétrifié que l’on assiste aux virages de la composition et aux enchaînements de timbres avec un plaisir d’autant plus important que l’on sait la totale improvisation de la performance. Sur ce point, la réactivité de Dontigny et de Labrosse force le respect et on comprend pourquoi Fragments, segments, séquences a été rebaptisé Télépathie.

Pur médium

Le disque s’ouvre sur le morceau t.s.f., inquiétantes variations autour de nappes de cordes et de grésillements blancs. La détérioration progressive de ce qui semble être un sample extrait du groupe de violons d’un orchestre, méthodiquement dévoré par des craquellements feutrés de plus en plus envahissants, dessine un paysage noyé dans les volutes de fumée d’une catastrophe passée et ce que notre oreille reconnaît comme une orchestration classique prend le statut de débris, de reliquat d’un monde perdu.

Ainsi on pourra interpréter le titre du morceau, soit l’un des premiers appareil de diffusion radiophonique à entrer dans les foyers, à la fois comme le témoignage fidèle des perturbations d’ondes qu’on pouvait entendre à cette époque, mais aussi comme l’idée que ces interventions du hasard sur la matière sonore sont aujourd’hui révolues, polies par la perfection d’un matériel haute-fidélité.

A part l’homme éveillé, qui est encore en mesure de stopper ou modifier le message publicitaire vertical directement de l’émetteur au récepteur? C’est l’une des questions posées tout au long de l’album, aux accents glitch même si la perturbation de signal est ici totalement maîtrisée et ne laisse que très peu de place au hasard.

Grondement du monde

Engagé par ce premier morceau en guise d’introduction thématique, le concert ne s’écartera jamais de sa problématique médiatique, tantôt bouillonnant d’une sombre agitation, carnaval de particules sonores déchaînées se mettant à envahir le spectre musical comme autant de voix électroniques interceptées alors qu’elles fonçaient autour du globe (antenne parabolique), tantôt grondement para-humain des appareils, révélant la vie propre des systèmes de mesure et de quadrillage de notre environnement (photo satellite), gospel hermétique de ces nouveaux esclaves de circuits imprimés à qui nous demandons tout sans jamais prendre la peine de les écouter.

Les ambiances développées dans la seconde partie du live deviennent ainsi progressivement tragiques, presque mélancoliques et c’est aussi lors de ces moments de tension retenue que les deux musiciens parviennent à cette symbiose surnaturelle dont nous parlions plus haut.

Offensive radiophonique

A ce titre, c’est le dernier morceau, média tactique, qui est le plus troublant, tant les voix de Labrosse et Dontigny parviennent à totalement se fondre l’une dans l’autre avec un aplomb rageur qui prolonge un discours introductif provenant visiblement d’une émission de radio et vantant la liberté de consommer du cannabis.

Orientées par la seule citation du disque, les variations abstraites qui suivent acquièrent donc paradoxalement un sens à la fois militant et neutre, prônant à demi-mot la ré-appropriation du mass-media, le droit à la subversion politique et musicale (un sample de reggae méconnaissable termine l’album) et concluent dans l’espoir ce panorama de la suprématie médiatique en apportant la preuve indéniable que tout objet invisible lancé dans la foule des hommes est sujet à sa ré-interprétation, que celle-ci soit effectuée par les aléas d’une technique pensante ou bien par l’esprit critique de quelques hommes échangeant leurs points de vue.

Une force mystique empêcherait-elle l’humanité de sombrer dans l’uniformisation imposée par la technique? C’est de toute évidence l’hypothèse doucement sous-entendue par cette miraculeuse télépathie.

… une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.

Chicks and Other Barnyard Fauna

François Couture, actuellecd.com, Tuesday, September 16, 2003

With the notable exception of sugary pop, all music styles are dominated by the male. Whether he’s grunting into the microphone, strumming his guitar, or blowing his lungs out on the saxophone, the manly man monopolizes the image of the musician, be it in corporate rock or on the new music scene. When women venture into his domain, they are often coerced into fitting the mold of the industry.

That’s why it is so surprising to find this many creative, challenging, talented women in DAME’s catalog. But one should not forget that early in its lifetime the collective Ambiances Magnétiques welcomed three artists whose musical activities, organizing minds and determination provided a force of attraction for other women. Of course, I am talking about Joane Hétu, Diane Labrosse and Danielle Palardy Roger.

Our three protagonists met at the turn of the ‘80s in Wondeur Brass and pursued their association into Les Poules and Justine. First an anarchist/feminist big band, Wondeur Brass was a laboratory to Joane, Diane and Danielle. They honed their skills — Joane, self-taught, literally learned to play music while playing music in it. Their own blend of modern poetry, free jazz and rock-in-opposition already took center stage on the LP Ravir. From the sextet featured on this first effort, the group scaled down to a quartet (with bassist Marie Trudeau as the fourth member) by the time of Simoneda, reine des esclaves. This line-up soon took the name Justine for three more albums (credited to the name of the individual musicians, La légende de la pluie can be seen as a collaboration between Justine, Zeena Parkins and Tenko) and the feminist discourse got gradually subsumed, making way for a growing playfulness that reached its peak on the phenomenal album Langages fantastiques.

Soon after the release of Langages fantastiques, the three girls launched their solo careers. Linguistic marvel and a rough delivery keep singer and saxophonist Joane Hétu close to the field of outsider art. First she formed her own group Castor et compagnie (with Labrosse, Jean Derome and Pierre Tanguay) which has recorded two albums of sensual and twisted songs in direct relation to Justine’s music. Later she turned to improvisation, first in a duo with her life partner Jean Derome as Nous perçons les oreilles (We Pierce Ears) and later solo with the intensely intimate album Seule dans les chants. She recently proved her worth in large-scale composition with her marvelous Musique d’hiver.

Toward the end of Justine’s life, Diane Labrosse traded in her keyboard for a sampler. After a solo album, Face cachée des choses, a duo album with percussionist Michel F Côté (Duo déconstructiviste) and a guest spot in the latter’s group Bruire (on Les Fleurs de Léo), she wrote a piece for improvisers (Petit traité de sagesse pratique) before devoting her time to improvisation. Parasites (her ongoing collaboration with Martin Tétreault) and Télépathie (with Aimé Dontigny) show how it is possible to handle a sampler with grace and sensibility.

Since the disbanding of Justine, Danielle Palardy Roger’s discography has been growing slowly — she’s very busy organizing concerts as head of Productions SuperMusique. Her children’s tale L’oreille enflée (featuring the voices and instruments of Derome, Hétu and André Duchesne among others) speaks to a young audience with an intelligence too rarely found in such projects. And Tricotage, her improv session with French bassist Joëlle Léandre, reminds us how refined her drumming can be.

In 1986, Joane, Diane and Danielle took a vacation away from Wondeur Brass to investigate the limits of the pop song format under the name Les Poules — The Chicks (Contes de l’amère loi, freshly reissued). Recently they reformed the trio, this time pushing the music toward a form of improvisation rich in subtle textures, blending quiet noise, active listening, and lyricism. Prairie orange is the first effort from this awaited return to collective work.

The presence within Ambiances Magnétiques of these three creators has attracted to the label other female artists with similar interests. The first one to join the roaster was Geneviève Letarte, who has recorded two beautiful albums of poetic songs (Vous seriez un ange and Chansons d’un jour). Lately, DAME’s catalog has welcomed performer Nathalie Derome, guitarist Sylvie Chenard, pianist Pui Ming Lee, along with Queen Mab members Lori Freedman and Marilyn Lerner who each delivered a solo album (À un moment donné and Luminance).

So, is musique actuelle a man’s world? Listen to these few hints and you’ll see for yourself.

Mutek 2003 review

Schepper, Grooves, no. 11, Friday, August 1, 2003

As in previous years, the range of artists and genres represented at MUTEK 2003 was considerable. With over 70 artists from around the world appearing, one had the opportunity to see ‘marquee’ acts like Pole, Coil, and Richie Hawtin, as well as uncompromising artists like Pita, Kevin Drumm, and T. Raumschmiere. Unlike past MUTEKs, DJ sets were almost entirely absent at this year’s festival (although, for the record, past DJ sets had often been used to bridge the gaps between non-DJ performances). And, in comparison to last year’s ambitious potpourri of concerts, panel discussions, films, and design displays, the 2003 incarnation limited itself to concerts and panel discussions, with seven of the latter. In short, this year felt like a satisfying consolidation of past festivals’ strengths instead of grandiose risk-taking.

There were label showcases by Mego, No Type, and Minus/Plus 8, and sets of dubby microhouse from EGG (Julien Roy and Guillaume Coutu-Dumont), smooth minimal techhouse from Robin Judge and Jeff Milligan (aka Algorithm and Revolver label head), hard-hitting minimal techno by Ototo (Dimitri and Filip), Jeremy Caulfield, and Matthew Dear (aka False), the latter’s music evoking classic Chain Reaction stylings in its treble and bass detailing. Drone and ambient musics were presented, the most notable instance being the appearance by Thomas Köner and Asmus Tietchens (performing as Kontakt Der Jünglinge) who sculpted a slowly unfurling glacial soundscape. Other artists in this genre included Gary Joynes (aka Clinker), who built a singular drone-like piece of slowly metamorphosing waves, and [sic] (Jen Morris), who created ghostly dronescapes against a diptych backdrop of enigmatic photographs. Electroacoustic sets were offered by the nuanced Coin Gutter (Graeme Scott and Michael Hendrix) and sampling artist Diane Labrosse and Aimé Dontigny, whose collaboration resulted in a tactile, improvisatory dialogue. Set Fire to Flames’ member Christof Migone generated a 45-minute stream of body-generated scraping and whirring sounds accompanied by a video triptych that showed a gaping mouth at left, what appeared in the middle to be a tomato encased within a block of ice lodged within a salivating mouth, and, at right, the nighttime silhouette of a cityscape and bridge. There were infectious jazz-inflected funkhouse from Cobblestone Jazz and celebratory Latin techhouse by Mambotur. Chicago-based Telefon Tel Aviv (Joshua Eustis and Charles Cooper) presented a heavy microdub funk of chiming synths and massive bass drum and snare patterns. But, overall, the most memorable performances were turned in by veterans like Pole, Coil, Richie Hawtin, Monolake, and Señor Coconut.

In a Saturday afternoon performance that paid tribute to turntable pioneer Raymond Gervais, four turntable titans — Philip Jeck, Marina Rosenfeld, Martin Tétreault, and Martin Ng — provided an hypnotic set that included extended group collaboration as well as individual spotlights. Ostensibly, the proceedings were directed by Tétreault but his was certainly a benign dictatorship; if anything, the pieces often evolved with the others responding to Jeck’s looping grounds. They began by constructing a beautifully measured collage of scraping and scratching sounds amidst ghostly strains of melody. Immediately following this auspicious beginning, they created an equally effective second piece of whistling tones and bell-like percussion effects. While the concert predominantly featured the four playing together, there were brief duos, trios, and solos. Naturally, as is to be expected in an improvisatory setting, some tentative moments emerged when it seemed as if each of the four was waiting for someone to take the lead, but these registered as not unwelcome moments of brief stillness. Each took solo turns: Jeck, using two turntables, one for 12 inch lps and the other for 45s, drowned the sitar from Stoked in showers of surface noise; Rosenfeld’s solo offered a turntable adagio of sorts filled with treble glissandoes, looped crackling patterns, and phantom melodies; Tétreault’s initial musical quotation was gradually buried under huge slabs of static and hiss, his turn ending with furious scratching and a physical attack on his lps; finally, Ng’s solo impressed less as an exercise in musicality and more as one of physical athleticism. To close, the four collaborated upon a carefully sculpted elegiac piece. In sum, this session was engrossing and nuanced—a demonstration of sensitive listening and collaboration by its participants.

Electroacoustic sets were offered by the nuanced Coin Gutter and sampling artist Diane Labrosse and Aimé Dontigny, whose collaboration resulted in a tactile, improvisatory dialogue.

Review

Andreas Stuhlmann, Real Tokyo, Tuesday, July 1, 2003

After months of silence, and just in time for their showcase at this year’s Mutek 03, Montréal-based label No Type has unveiled another bunch of fine releases. For one that represents the experimental electronic end of the label’s palette, A_dontigny (computer) and Diane Labrosse (sampler) have teamed up for a sonic dialogue in which telepathy might in fact have played a part. The four pieces on this album sound as spontaneous as they seem to be compositions that have been worked out over years. While A_dontigny usually creates walls of noise with his morceaux_de_machines project, Labrosse is known as a former member of art rock bands, and from collaborations with several Tzadik artists. Considering this, Télépathie sounds rather quiet, and with subtle rhythms and melodies mysteriously born out of the duo’s equipment, it’s an outstanding title in the label’s list of albums that convince with originality and high tension. (4.5/5)

… subtle rhythms and melodies mysteriously born out of the duo’s equipment… an outstanding title…

Critique

Julien Jaffré, Jade, no. 12, Wednesday, June 18, 2003

Certains lecteurs de cette chronique n’étaient encore qu’à l’état de leur conception lorsque Diane Labrosse exaltait déjà (début 1980) avec énergie sa musique au sein de groupes féminins talentueux (Wonder Brass, Justine). Quelques années plus tard, on la retrouve négociant son talent avec génie en compagnie des marchands du temple de chez Tzadik (Ikue Mori, Martin Tétreault, Zeena Parkins). Vingt-cinq ans de proses musicales / combat, vingt-cinq ans d’une intraitable fougue de création pour venir jusqu’à nous sous la forme de ce duo, orchestré en compagnie de A_dontigny (membre de Napalm Jazz et morceaux_de_machines) pour un traité autour des perturbations électroniques et des effluves atmosphériques. Un ordinateur, un échantillonneur et voilà nos deux Canadiens disposés à refaire le monde à la mesure de leurs attentes et de leur talent. Un mille-feuille atmosphérique composé de nappes pesantes d’ambiant dark et d’entrelacs d’effets anesthésiants et où se superposent dans un croustillement auditif jouissif une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes. Une télépathie qui développe à bien des égards l’idée d’empathie entre les musiciens et avec le public tant chacun semble anticiper les réactions de l’autre, pressentir les mouvements et inclinaisons qu’ils souhaitent donner à leurs climats spectraux. Quand la musique devient un langage universel qui se suffit à elle-même sans avoir recours aux mots. Profond et exigeant.

… une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes.

Navigating Noise & Nausea

Tobias C van Veen, Dusted Magazine, Sunday, June 1, 2003

[…] Speaking of the No Type-ers… After what has been some public critique of Mutek, even on this list, No Type presented a label showcase at the Studio yesterday that enraptured the crowd, sucking them into a vortex of noise and improv electronic performances. […] No Type held attention despite the soundsystem’s relatively quiet range, with Samiland travelling a wealth of minimalist and dub territories, from sparse and deep broken beats to ambience, leading into the madness that was to follow: two sets of collaborative & improvised performances featuring A_Dontigny, first with the precise workings of veteran improvisational artist Diane Labrosse — on what appeared to be a theraemin device, at times; this performance was intricate, yet harsh in its metallic clamouring of sound-events. Then came morceaux_de_machines who, after an enthusiastic shout-out from Aimé, did not disappoint with his collaboration: vitriolic improvised noise from strange devices, high-pitched and jagged waves, from this real beast of a man, getting down and into it — morceaux grabbed the crowd and spun them round degree by degree. To end was Vancouver’s Coin Gutter, the enigmatic duo of Graeme and Emma carving out one of their more delicate and restrained sets, and, although improvised, moving through a taste of their sound, from experimental electroacoustic to noise, field recordings, media samples, and dark soundscapes. […]

No Type presented a label showcase that enraptured the crowd, sucking them into a vortex of noise and improv electronic performances.

Compact!

François Couture, Ici Montréal, Thursday, May 29, 2003

Une rencontre symbolique entre deux générations de créateurs, Télépathie fait le pont entre le cercle d’Ambiances Magnétiques et la culture mp3 de l’étiquette No Type. Diane Labrosse manie l’échantillonneur comme un poème: identifiables ou non, ses sons nous arrivent métamorphosés. Aimé Dontigny (du duo morceaux_de_machines) a une approche plus bruitiste, carrée. Son ordinateur crache plus qu’il ne susurre. Et ce disque voyage entre ces deux pôles. Atmosphérique, truffé de textures crépitantes au début, il se laisse pervertir par le bruit blanc et les hurlements numériques vers la fin. Dénué de rythmes et de mélodies, ce disque est néanmoins captivant, grâce à la télépathie des improvisateurs. 8/10

… captivant…

Review

François Couture, All-Music Guide, Thursday, May 22, 2003

It has been said over and over again, but it is true that improvisors develop a certain telepathic sense and that the stronger their link the better the music. In this set recorded live at the Casa del Popolo in Montréal (Canada), a_dontigny (aka Aimé Dontigny), one half of noisicians morceaux_de_machines) and Diane Labrosse display an engaging level of unspoken communication. But beyond the thrilling battle between computer and sampler, beyond its doomsday ambient music and menacing digital experiments, Télépathie takes a symbolic value. This is, after all, a first significant bridge (at least on record) to be thrown between two generations of avant-garde artists from two different spheres. A member of the Ambiances Magnétiques collective since the mid-’80s, Labrosse comes from an avant-rock background (she played in the seminal Montréal groups Wondeur Brass and Justine). The young Dontigny has been involved from the start with No Type, one of the first and most important internet-only experimental music labels. The set begins with the rumble of thunderstorm and crackles of electricity. The proceedings remain atmospheric, dragging the listener in rather gently. By the third track photo satellite), things are getting more raucous as weird feedback and outbursts of white noise take more space. média tactique begins with a recording of poet Denis Vanier reading one of the iconic texts of Quebec’s countercultural movement (which includes the line “Kraft fuck the cheese”). The way the two musicians react to the words, developing its sub-text, evokes René Lussier’s Le Trésor de la langue, but only briefly as the piece evolves into a noisy mutated dub. Things almost get out of hand as decibels escalate, but the pair stop in time — or have been stopped, since the abrupt ending screams of editing. Short, to the point and quite convincing.

… doomsday ambient music and menacing digital experiments…

Portrait: Justine

François Couture, All-Music Guide, Saturday, June 15, 2002

Born out of the Montréal-based avant-rock group Wondeur Brass, Justine pushed further the ideals of challenging, thought-provoking feminist rock established in its previous incarnation for another ten years. The group released three albums during the 1990s and toured Canada, the United States,and visited Europe twice. Three of its musicians are members of the collective Ambiances Magnétiques, so the label released all their albums.

Wondeur Brass started as a sextet in the early ’80s. By 1987 the group had been scaled down to a quartet. Bassist Marie Trudeau had joined the three original members saxophonist Joane Hétu, keyboardist Diane Labrosse and drummer Danielle Palardy Roger. That line-up released Simoneda, reine des esclaves in 1987.

Upon starting work on a new opus in 1989, the girls decided it was time for a change. The new music taking shape was turning out to be more complex, intricate, and driven by a stronger will to improvise and make things interestingly dangerous. Thus Justine was born. The first album under the new name, (Suite), came out in 1990. It included guest appearances by Japanese singer Tenko and American harpist Zeena Parkins. In 1992, Hétu, Labrosse and Roger brought them back for a quintet project, La légende de la pluie. Although it doesn’t include Trudeau and sounds softer, more introspective, it can be considered as the second album by Justine. Around the same time the “real” quartet appeared on stage in an Ambiances Magnétiques showcase which yielded the live CD Une théorie des ensembles.

In early 1994 Justine toured Europe, visiting many former communist countries. Back in Montréal in June they recorded Langages Fantastiques “live in the studio” — the recording of (Suite) had stretched over ten months. After its release later that year things slowed down as group members focused on individual projects: Roger on the children tale L’oreille enflée, Labrosse on a solo album (La face cachée des choses) and a duo with Michel F Côté, Hétu on a new group called Castor et Compagnie. Justine stayed together for another three years and performed at the 1997 Ring Ring festival in Belgrade (Yugoslavia) alongside Ground-Zero, Palinckx, and Kampec Dolores (a previously unreleased song was included on the commemorative compilation Ring Ring 1997). After that tour the group disbanded. Hétu, Labrosse and Roger have continued to contribute to one another’s projects.

… Justine pushed further the ideals of challenging, thought-provoking feminist rock…

Portrait: Diane Labrosse

François Couture, All-Music Guide, Saturday, June 1, 2002

Keyboardist and sampler artist Diane Labrosse is a core member of the Montréal avant-garde music collective Ambiances Magnétiques. In the 1980s she took part to a string of avant-pop feminist groups. Later she switched from keyboards to the sampler and from rock to electronica improv. Although she has released solo albums, her best known works have been with collaborators Ikue Mori and Martin Tétreault. She also appears on numerous albums by other Ambiances Magnétiques artists, especially Jean Derome, Joane Hétu and Michel F Côté. She is co-founder and artistic co-director of the Montréal-based concert production company Productions SuperMémé.

Labrosse was gravitating around L’Enfant Fort and the Pouêt Pouêt Band, collectives of left-field musicians that predate the beginnings of Ambiances Magnétiques. There she met saxophonist/singer Joane Hétu and drummer Danielle Palardy Roger. Together they formed the all-girls group Wondeur Brass. Her quirky keyboard playing which made use of unusual “post new-wave” sounds gave the band its signature on the two LPs Ravir (1985) and Simoneda, Reine des Esclaves (1988). The trio also performed under the name Les Poules, recording one album in 1986 (the unit was revived as an improv project in the early 2000s) and with bassist Marie Trudeau as Justine in the early 1990s, Labrosse’s closest brush with fame, at least in Eastern Europe where the group built a cult following.

In 1985, along with her colleagues she was asked to join Ambiances Magnétiques. There she developed a special affinity with drummer Michel F Côté both in and outside music. She contributed to his first two Bruire albums (especially Les Fleurs de Léo), recorded a duo CD with him (Duo Déconstructiviste) and together they wrote the music for Robert Lepage’s play La Géométrie des Miracles (Geometry of Miracles) and toured with his technological cabaret Zulu Time.

Labrosse released her first solo CD Face cachée des choses in 1995, at the end of Justine’s career and before joining Hétu’s new group Castor et Compagnie. It focused for the first time on the sampler as an instrument, a soft-noise direction she would stick to from then on. Île Bizarre (1998) with Ikue Mori and Martin Tétreault revealed her work to an international audience. With Tétreault she toured Europe and eventually released the duo CD Parasites (2001).

Keyboardist and sampler artist Diane Labrosse is a core member of the Montréal avant-garde music collective Ambiances Magnétiques.

Les Poules

Réjean Beaucage, Voir, Thursday, August 16, 2001

Il y a bien longtemps que l’on a vu ce trio sur une scène à Montréal. Bien longtemps aussi que leur seul disque — vinyle, bien sûr —, est épuisé. Paru en 1986 entre deux albums de Wondeur Brass, celui des Poules sera réédité cet automne dans la foulée du 10e anniversaire de DAME. La compilation Ambiances Magnétiques volume 5: Chante! 1985-2000 parue l’année dernière, nous a permis de redécouvrir Les Poules, caquetant sur La chanson du pain. Hé bien Les Poules sont de retour! Le concert du dimanche 19 août nous ramènera le trio en mode improvisation alors qu’elles nous présenteront des variations sur les projets personnels de chacune des trois musiciennes compositrices. C’est qu’il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis 1986! Chacune de ces pionnières de la musique actuelle montréalaise a participé à plusieurs projets d’autre membres du collectif Ambiances Magnétiques en plus de proposer des projets solos: Joane Hétu (saxophone, voix) avec Seule dans les chants, Diane Labrosse (échantillonneur, claviers, voix) avec son Petit traité de sagesse pratique et Danielle Palardy Roger (percussions, voix) avec Voyage en aphasie mineure, entre autres. Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

Éloge de la musique libre

Luc Bouquet, Écouter voir, no. 106, Sunday, October 1, 2000

Labrosse, Diane, Tétreault, Martin: Le Mystère magnétique

Experte en échantillonnage de sons bruts et pénétrants, Diane Labrosse aime à détourner la masse sonore pour en extraire l’inattendu (Face cachée des choses / AM 036). Compositrice instantanée, improvisatrice de l’instant, elle n’a de cesse d’explorer toutes les techniques électroacoustiques existantes dans une ode à la bizarrerie avouce (Île Bizarre / AM 055). Aimant à explorer la face cachée des choses, cette accordéoniste, chanteuses et adepte de l’échantillonnage libre signe de nombreuses musiques de films (Montréal vu par, L’entrevue, Les décrocheurs d’étoiles), travaille pour le théâtre (38 contes shakespeuriens), collabore avec la chorégraphe Catherine Tardif et et obtient en 1997 une bourse du Conseil des arts du Canada en vue de l’écriture d’une pièce pour treize instruments commandée par les Espaces Sonores Illimités. Martin Tétreault aime à utiliser des disques coupés ou recollés sur ses platines tourne-disques. Comme Otomo Yoshihide, autre grand incontournable du vinyle détourné, le sociétaire d’Ambiances Magnétiques agence les sons et fait œuvre d’archivage en épinglant la voix de Maria Callas (La diva et le vinyle / AM 059) ou en faisant se rencontrer science fiction et cartoons (21 situations / AM 69).

Reviews — Improv & Avant-Garde

Eric Hill, Exclaim!, Wednesday, May 31, 2000

Diane Labrosse’s album is a beast of another colour. Translated roughly as Small Treatise On Practical Wisdom, the album is a examination of 37 proverbs and their guiding power on daily life. What further marks this ambitious project is that each of the 37 tracks is presented in a different musical style and titled after a virtue or human failing: thus Freedom with the proverb “all madness is in nature” is delivered as a canon; “Ignorance” as a psychedelic piece; Séduction as a ballad and so on. Labrosse is aided and abetted by many of the label’s other artists, including Joane Hétu. These 37 pieces are (necessarily) short and either flow together like water or strain like tectonic plates, but in the end they are little windows onto the lives we live.

… flow together like water or strain like tectonic plates, but in the end they are little windows onto the lives we live.

Beyond Girl Power

Lemy Tran, The Link, Wednesday, March 3, 1999

Women have always been a recognizable force in the music scene-even before Sarah McLachlan, Lilith Fair, Celine Dion and the revamped Alanis Morisette.

For women in music, 1998 marked a phenomenal year; they snatched up the Grammys, dominated the concert scene and topped their male counterparts in record sales.

All these achievements have pushed the artists into what is now labeled as the "women's music" category. The strong emergence of females in the music industry means that, like it or not, women are all slowly being shuffled into this one specific category.

For some, this is a trend that is not going to vanish anytime scon, considering the popularity of female musicians and the influx of copycat artists waiting to jump on the band wagon. While men once overpopulated the scene, some consider the rise of women in the music business as a new balance in pop culture.

In Montréal, there are many home-grown talents with their own distinctive sounds and different opinions when It comes to women m music.…

… When discussing audience reception to their performances, most female artists said there have been very few negative responses.

Castelli noted that most of the female acts he has booked for his club have generally been very well-received. Diane Labrosse, a musician and artistic director of Productions Super Mémé, does not see a diffference in response when a woman is performing.

«If the music is good, if it has something special to it," she said, then it must go on and be seen by as many people as possible [regardless of gender].»…

… Women's music is as good as men's music and it should be not perceived as women's music. It is universal," Labrosse said.

Housego plainly stated that it does not matter whether a musician is male or female (or even a cat or a dog!) as long as they can play music. She said the whole concept of gender-categorizing is unnecessary.

Vive la différence!

Alain Brunet, La Presse, Sunday, February 21, 1999

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, Monday, April 1, 1996

Un peu en marge par rapport à la notoriété internationale (bien gagnée, pour sûr!) des confrères René Lussier, Jean Derome et André Duchesne, les jolies filles qui partagent le nom de Justine -Diane Labrosse, Joane Hétu, Marie Trudeau et Danielle Palardy Roger- se posent en porte-drapeau et en porte-parole de la musique nouvelle québécoise. Elles sont, pour tout ce qui concerne la musique, très politisées et travaillent très dur depuis quinze ans, que ce soit en solo ou en collectif, pour obtenir l’autogestion totale de leur musique. Justine organise des festivals, des concerts et des représentations ouvertes à la «contamination» multimédia, et s’occupe du label «Ambiances magnétiques, devenu désormais DAME.

Né en 1987, le quartet nous offre un rock hybride avec des clins-d’oeil intelligents à la chanson pas banale, avec des pincées de musique folk des communautés de langue française de l’Amérique du Nord; tout ceci est bien entendu passé au crible d’une sensibilité surfine.

Tout en maintenant les expériences de Wondeur Brass et des Poules (partagées presque par tous les membres), Justine a essayé de dépasser les aboutissements des deux ensembles d’origine pour en synthétiser l’essence. On peut donc écouter une musique qui se partage entre improvisation (Les Poules) et composition stricte (Wondeur Brass), avec un usage considérable et toujours en évolution de l’électronique. Suite (AM 016, 1990), l’œuvre des débuts, donne une palette de musiques hétérogènes, les unes très claires, fines et riches de chromatismes précieux, les autres hirsutes, intenses, électrisantes, toutes ciselées par un travail incessant Après Suite, nos amies ont franchi les frontières toujours gênantes du groupe pour multiplier les œuvres en solo (dont on trouve désormais des traces discographiques) à l’égare du théâtre, de la danse et des liaisons musique / art visuel. Même l’amour pour l’improvisation (tout à fait originale) a trouvé un élan renouveIé et a mûri pour aboutir à une quantité de rencontres et d’événements parallèles, parmi lesquels il faut citer l’organisation des projets «Rencontre Montréal-New York» (en 1989), Tohu-Bohu, Les Muses au Musée et La Légende de la Pluie (dont il existe une version en CD), ce dernier avec la participation de Tenko, Zeena Parkins et Geneviève Letarte entre autres, et joué au festival New Music America en 1990.

Pour une meilleure compréhension du mariage original de Justine avec l’improvisation, je suggère la lecture de l’article consacré au groupe paru dans le n° 54 de «Musicworks», (Quand les femmes se mêlent d’improvisation), avec, dans le support CD joint au magazine, deux morceaux extraits d’un concert de «Double Sens», une improvisation légèrement zornienne qui implique la musique et le mouvement, les règles sévères de l’exécution et l’improvisation coordonnée pour cinq danseurs et cinq musiciens (pour ce concert, Mesdames Hétu, Roger, plus Zeena Parkins, Kathy Kennedy et Claire Marchand). Tout ceci sert de fondations à la deuxième création du quartet Langages Fantastiques (AM 033, 1994) œuvre jouée «live» en studio d’enregistrement, juste après une formidable tournée de quinze concerts en Europe. «Cette tournée a été très importante pour Justine» écrit Danielle P. Roger (dm, vc) «parce qu’elle a suivi une période de relative séparation entre nous, à cause de plusieurs projets à l’extérieur de l’ensemble. Quelle peine pour repartir d zéro et de retrouver l’imagination et la manière spontanée! Et pourtant, pendant ces jours-là, notre musique, la musique de Justine a ravi nos âmes et nos cœurs, et nous avons pu enfin voir notre musique comme à travers une loupe. Elle nous a semble beaucoup plus claire et bien sûr, cela a contribué à la fortifier. Plus tard, en salle d’enregistrement, nous avons essayé de capturer les énergies et l’inspiration lucide de ces jours-là».

Les morceaux du disque -constituent pratiquement l’ensemble des pièces pendant les deux séries de concerts donné en Italie et en Allemagne l’année dernière,sont pour la plupart des compositions instantanées avec des sections qui visent à «teindre» des paysages tendus et dramatiques qui côtoient des sections plus structurées, contenant des riffs merveilleux en abondance:Bon appétit, et des cadences qui s’accélèrent: Encre de Chine.

Des chansons incisives et des dialogues pétillants au milieu des voix, du saxo et des claviers dessinent des voyages musicaux insolites et ouverts sur plusieurs contacts, pendant lesquels on peut percevoir des certitude, des lacérations, de l’énergie et des paradoxe poétiques. Deux morceaux, Vidanges domestiques et Manigances Fantastiques sont déjà sortis (avec des versions différentes) sur célébrant les dix années d’Ambiances magnétiques (Une Théorie des Ensembles, AM 022 1992). Deux autres morceaux, La cigale s’impatiente et Marguerite (ce dernier écrit pour Marguerite Duras) se trouvent dans la compilation Dice - A Collective Contemporary Women Composers ( Records, 1993), produit et réalisé par pool de musiciennes engagées dans le free-jazz, l’improvisation, le rock d’innovation et les autres musiques inclassables fondées surtout sur l’emploi de la voix.

… l’œuvre des débuts, donne une palette de musiques hétérogènes, les unes très claires, fines et riches de chromatismes précieux, les autres hirsutes, intenses, électrisantes, toutes ciselées par un travail incessant.

Review

François Couture, All-Music Guide, Thursday, June 1, 1995

A keyboardist who turned to the sampler in the early 1990s, Diane Labrosse offered with Face cachée des choses her first solo album. She crafted 13 pieces out of found sounds, mostly domestic or environmental. On a few tracks she added her felt voice or a simple keyboard part. Although this is a sampler album, it has very little to do with the deconstructionist approach of one Bob Ostertag, the roughness of Ikue Mori or even musique concrete. Labrosse’s music remains close to the song format, it feels like instrumental music made with anything but musical instruments. From tenderness (Nénuphar) to downright sillyness (Île de Pâques), Face cachée des choses unfolds like a collection of 13 poems. Each one of them conjures emotions, memories, reactions, but its meaning often lingers out of reach. Later Labrosse will release more substantial and experimental albums, such as the free improvisation trio Île Bizarre and the large-scale project Petit traité de sagesse pratique, but this one feels more intimate and surely is her most accessible CD. Think of it as a guilty pleasure between her work in the avant-rock groups Wondeur Brass and Justine, and her later efforts.

Think of it as a guilty pleasure…

Kritik

Jazzthetik, Friday, April 5, 1991

Wondeur Brass se rebaptise Justine

Daniel Rolland, SOCAN, Le Milieu, no. 1:6, Wednesday, August 1, 1990

On dit du quatuor qu’il est l’avant garde québécoise. Wondeur Brass comptait à ses débuts neuf musiciennes et chanteuses. Au fil du temps leur nombre a diminué passant de neuf à sept puis six, puis cinq. Maintenant elles sont quatre et le quatuor s’appelle désormais Justine. Les quatre acharnées sont Joane Hétu, sax alto, Diane Labrosse, claviers, Danielle P. Roger, batterie et Marie Trudeau, basse électrique. On dit d’elles qu’elles sont l’avant-garde québécoise. Tout récemment, sous leur nouveau nom, elles lançaient un quatrième album, Justine (Suite), sur étiquette Ambiances magnétiques.

Justine, c’est d’abord de la musique actuelle. Vaste définition qui englobe les courants de la musique jazz, rock, punk, alternative et musique improvisée. Le changement de nom vient du fait que ne comptant plus qu’une saxophoniste au sein de la formation l’appellation de Wondeur Brass ne convenait plus tellement.

Un chroniqueur a décrit leur cheminement musical de la sorte: musique éclatée-renfermée, articulée-désarticulée, structurée-improvisée, le silence-bruit et la tendresse-violence. Assez de définitions en apparence contradictoires pour susciter la plus vive curiosité. Mais si l’emploi de divers courants musicaux peut conduire à la plus grande confusion, il faut savoir que Justine a une maîtrise de la situation, et tout coule en parfaite harmonie.

Mais jouer n’est qu’une facette du métier, et afin de mieux diffuser la musique actuelle, elles ont fondé leur maison de production, Super-Mémé, et sont membres-productrices de l’étiquette Ambiances magnétiques, qui compte dans son catalogue des artistes comme Jean Derome, René Lussier et André Duchesne.

Avec le disque, Justine a composé un spectacle revampé de fond en comble qui conserve la même énergie à laquelle nous avait habitués Wondeur Brass. Joane, Diane, Danielle et Marie ont choisi de ne pas passer inaperçues.

On dit d’elles qu’elles sont l’avant-garde québécoise.

Wondeur Brass: Le jazz au féminin

Raymond Gervais, Parachute, no. 55, Wednesday, August 1, 1990

Ce collectif entièrement féminin a édité deux disques avec un personnel un peu différent. Un autre album du trio Les Poules regroupe, de fait, trois des quatre membres de l’actuel Wondeur Brass et peut donc presque être considéré comme une troisième réalisation du même groupe.

Il y a toute une histoire fascinante du jazz au féminin qui est de mieux en mieux documentée depuis le début des années soixante-dix, à l’échelle internationale. Montréal possède aussi son histoire du jazz au féminin, de Jane Fair autrefois à Lorraine Desmarais aujourd’hui. Le récent festival international des musiciennes innovatrices en constitue l’un de ses jalons récents les plus prestigieux (orchestré par Wondeur Brass -Productions Super Mémé).

En tant que collectif féminin, ce groupe cependant reste unique dans la métropole actuelle. Il s’agit de Joane Hetu au saxophone, Diane Labrosse aux claviers, Marie Trudeau à la basse électrique et Danielle P. Roger à la batterie. Le jazz new wave que pratique Wondeur Brass s’appuie beaucoup sur les textes lui aussi, sur la voix donc, prolongeant peut-être ainsi, à sa manière, les porte-paroles féminins engagés d’antan, de Marie Savard avec Pierre Leduc ou Louise Forestier avec le quatuor de jazz libre du Québec à d’autres grands noms de l’extérieur, tels Brigitte Fontaine, Irène Aebi, Colette Magny et d’autres (pour la séduction moqueuse, la remise en question des valeurs établies, une certaine fascination pour l’interdit, l’expression d’un cri poétique contestataire, ludique, désinvolte)

Tel ce métronome inspiré de Man Ray qui orne la pochette de leur dernier disque, la musique de Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer, les jeux de mots, un érotisme latent, etc. Ce jazz de fusion électro-acoustique un peu gauche parfois, inachevé, désespéré/lucide, exprime donc tout autant un malaise, une difficulté d’être qu’une liberté reconquise dans l’action, via l’improvisation, le jeu libre, spontané.

Le premier album du groupe avec entre autres, la présence d’une tromboniste avait une couleur plus jazz et fort attrayante (cf.: Free Fast and Clean). Le plus récent disque intitulé Simoneda se rapproche peut-être plus du rock progressif marginal alors que Aie collectif Les Poules est sans doute plus expérimental d’approche, plus brouillon aussi ou inachevé. En bref un travail en cours passionnant, brut, essentiel à suivre. (En ce qui concerne Simoneda reine des esclaves, Wondeur Brass précise qu’il s’agit d’une «fable anachronique sur la désuétude du progrès, une histoire d’oiseaux en cage qui raisonnent autour d’un métronome échevelé».)

Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer…

Justine: un conciliabule de fées

Andrée Laurier, Le Musicien québécois, no. 2:3, Sunday, July 1, 1990

Montréal ne serait pas Montréal sans l’effervescence des artisans de la musique actuelle qui sont de mieux en mieux organisés, de plus en plus connus et de plus en plus persuadés que l’originalité attise les muses.

Quatre musiciennes de ce milieu viennent de lancer le groupe Justine, qui, sous un prénom presque sage, emprunte un parcours inédit. Ce quatuor féminin regroupe Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger et Marie Trudeau, qui naviguaient naguère sous le nom de Wondeur Brass. Mais, comme il ne reste plus qu’une saxophoniste parmi elles et que le soutien-gorge n’a plus la valeur symbolique qu’il avait, leur nouveau nom rompt la continuité, pour annoncer une musique déjà plus synthétique, tournée encore plus résolument vers un éclectisme rayonnant.

Ces femmes le disent: elles ont du cœur. Tellement que même l’oreille la plus étrangère à cette musique truculente, désobéissante et joyeusement délirante ne peut rester indifférente à la fête à laquelle elle est conviée. C’est une fête qui bouleverse ou qui séduit; pas de milieu. Avec son premier disque, le groupe Wondeur Brass ravissait; avec le deuxième, Simonéda, reine des esclaves, ces femmes réfléchissaient et frôlaient sérieusement le domaine de la musique contemporaine dite sérieuse. Avec le disque qu’elles lançaient fin mai, aux Loges, et qui s’intitule Justine (suite), elles se mettaient à danser sur la corde ténue de la fin de siècle, avec tout ce que cet exercice suppose de bravoure et de générosité. Car, ces suites modernes, faites pour convier au mouvement, sont l’appel à une grave liberté, une invitation vers une rencontre où les repères sont changés et où le parcours ne suit aucun mode d’emploi.

Dimension sonore Dimension ludique

Justine, sous certains aspects, relève du fabuleux. Et, lors des spectacles qui ont suivi le lancement du disque, on sentait chez les quatre musiciennes une connivence qui tient d’un conciliabule de fées, réunies là pour conjurer, pour créer une dimension sonore ou ludique qu’elles ont conçue expressément pour qu’elle leur échappe. Il s’agit bien d’un monde sans recettes connues, où le regard est lucide et l’avenir affronté sans détour. On a, pour seul guide, un plaisir à saisir, un plaisir à double tranchant, qui séduit un instant pour aussitôt décontenancer.

«Notre pensée musicale est une cohabitation de paradoxes», dit Danielle Roger, pour situer l’univers justinien (n’y avait-il pas un empereur de ce nom?… ). «C’est à l’image du monde dans lequel on vit, explique-telle, où tout coexiste: la cybernétique et les modes de vie ruraux et anciens; la musique acoustique et la musique synthétique.»

«L’Est et l’Ouest», renchérit Joane Hétu.

La mesure d’une belle démesure

S’il fallait les décrire en groupe, assises dans un salon du Plateau Mont-Royal, on n’aurait jamais la mesure de leur belle démesure, parce qu’elles ont la simplicité des gens qui innovent, sans chercher à se rallier au son radiophonique, et dont la carrière est bâtie sur une grande et singulière part d’incertitude. Mais elles ne forment certainement pas un groupe hétéroclite. La plupart d’entre elles jouent ensemble depuis des lustres.

Danielle Roger, quand elle n’est pas à la batterie, est sans doute la plus intellectuelle du quatuor et articule ses pensées avec facilité, à l’aise dans l’abstraction. En musique, elle parle en rythmes, cherche sans cesse à les briser, à les triturer, à les dérouter, et s’amuse follement à dépenser des centaines de calories sur scène. Son énergie est au moins égale à celle de Joane Hétu, la saxophoniste, qui illustre le mieux l’individualité de chacune d’entre elles et qui a, depuis longtemps, pris le parti de la dissonance. Elle a une voix de prêtresse sombre, une voix de l’inconscient, qui donne des frissons dans L’intelligence du cœur.

Diane Labrosse, aux claviers, a un faible pour l’harmonie, et sa féminité bien assise en fait la voix idéale de tout ce qui est évocateur dans la douceur. Si la voix de Danielle Roger joue avec un comique désopilant la candeur et sait parfois l’étirer jusqu’à frôler l’hystérie, celle de Diane Labrosse a une qualité publique de speakerine officielle ou d’observatrice plus détachée; elle serait en quelque sorte la conscience sociale, le message à lire. Marie Trudeau, à la basse, illustre l’ingéniosité et le détachement; avec ou sans archet, elle est polymorphe et évoque une variété de sons et de personnages (des météores, peut-être?).

Attention: électricité

Difficile à décortiquer: ces dames ne jouent pas seulement d’un instrument. Leur corps est de la partie. Elles font une foule de bruits inimaginables, qui évoquent souvent les cris des viscères. Elles tirent d’ailleurs parti de tout dans la composition de leur musique; de tout, y compris des techniciens du son et du studio lui-même. Si l’on pouvait tirer un son d’un archet sur de la gomme à mâcher, Justine aurait déjà cette technique à son répertoire. Ces musiciennes se donnent complètement aux atmosphères qu’elles créent; on se sent pris à partie, sollicités, interrogés… et parfois survoltés, comme si on venait de mettre la main sur un fil à haute tension.

«Moi-même, je ne pourrais pas écouter la musique qu’on fait à longueur de jour», dit Joane Hétu. «Je deviendrais folle…»

Le nouveau départ avec Justine s’accompagne d’accessoires de haute technologie, tels que les synthétiseurs dont se servent Joane Hétu et Danielle Roger. Mais comme Wondeur fut naguère composé de musiciennes de rue, le groupe n’a rien perdu de ce qu’il a d’organique et de spontané sur scène.

«Notre musique n’est jamais finie, précise Danielle Roger. On fait partie de la nouvelle musique, qui ne voit pas la musique comme une partition; la musique est toujours vivante. Quand on est sur scène, la musique continue d’évoluer; elle se transforme et se développe selon ce qui est en train de se produire. Donc, la musique qu’on joue devant le public est encore une chose qui est en évolution».

Justine se trouve actuellement aux confins de la musique populaire, d’où le groupe tire son origine, tout près de la frontière de la musique contemporaine C’est presque un nomands land qu’elles occupent, ces bohémiennes de plus en plus disciplinées. Elles comptent se forcer à prendre des vacances, cet été, et remonter sur scène en automne. D’ici là, on peut entendre le justinien moderne (c’est presque une langue) sur cassette ou sur disque compact et se ventiler les oreilles avec quelque chose d’inédit.

… elles dansent sur la corde ténue de la fin de siècle, avec tout ce que cet exercice suppose de bravoure et de générosité.

Les Wondeur Brass devenues vertueuses Justine

Lyne Crevier, Le Devoir, Saturday, June 2, 1990

Justine, vertueuse comme l’héroïne de Sade ou passionnée comme celle de Durrell est désormais le nom des quatre «super-mémés» rescapées de feu Wondeur Brass. En créant de la musique «contemporelle» tous climats, le quatuor présente ce soir son nouveau spectacle au bar-théâtre Les Loges.

De nos jours, il faut être un peu vertueux pour oser s’aventurer sur une voie musicale pareille et terriblement passionné pour continuer un tel combat. Justine bâtit un répertoire improvisé ou structuré que l’on entend seulement à la radio communautaire ou bien dans les festivals de musique actuelle ici ou à l’étranger. Autrement dit, les filles de Justine (Joane Hétu, sax alto et synthétiseur; Diane Labrosse, claviers; Danille Roger, batterie et synthétiseur; Marie Trudeau, basse électrique), mènent une carrière très clandestine.

D’autant plus confidentielle que leur dernier album, Justine (Suite) sur l’étiquette Ambiances magnétiques, est diffusé à 2000 exemplaires, cassettes et disques compacts confondus. Aussi bien dire une goutte d’eau infiltrée dans l’industrie du disque.

Mais le but des musiciennes est d’explorer sans concession un monde sonore syncopé, arythmique ou bien mélodieux, étudié et vibrant. Chacune compose la musique, trouve les thèmes, fait les arrangements et chante.

«Personne ne dirige le groupe explique Diane Labrosse, on veut plutôt se partager équitablement le pouvoir.»

Revenons au début de la décennie: Wondeur Brass commence sa vie d’artiste. Une fanfare «au féminin» de sept cuivres se baladait alors au gré des festivals de jazz et de musique actuelle en Amérique et en Europe. En brassant tellement les genres, la formation finit par tâter de la musique électronique en plus de la musıque acoustique. Un son neuf émergea. Un nouveau nom aussi: Les poules gloussèrent large en improvisant et composant sans relâche.

La suite des choses prit la forme de l’album actuel dans la foulée de Wondeur Brass et compagnie. Une Suite composée de «courbes et de détours, de jeux et de variations sur eu même».

Le quatuor esquisse des idées musicales, aborde divers sujets, fait mine de se perdre dans les méandres sonores ou sémantiques. Justine ne fait pourtant rien de plus qu’illustrer la vıe dans sa complexité même. L’album annonce la fin de siècle par des titres fracassants: Je suis exécrable, J’ai perdu le temps, J’ai perdu le sommeil, À ne plus savoir, Ça me bat le cœur, etc.

Ça revêt aussi des accents de Meredith Monk (la voix poignante de Diane Labrosse), de Laurie Anderson (le synthétiseur affolé de Danielle Roger), de John Zorn (le saxophone sec de Joane Hétu), de Fred Frith (la basse «free-funk» de Marie Trudeau).

Les voix des musiciennes s’emballent aussi de manière rythmique mélodique ou percutante. Des quatre, c’est Diane Labrosse qui possède l’étoffe d’une chanteuse: un professeur la guide actuellement en ce sens.

Justine étonne par sa musique synthétique fort rigoureuse. Quelque temps avant la sortie de leur album, Hétu, Labrosse, Roger et Trudeau ont retravaillé systématiquement le mixage à l’aide de Robert Langlois.

«Tout ce que l’on désire c’est de pouvoir continuer longtemps à prendre des risques musicaux. On n’a pas choisi cette voie pour se la couler douce ou devenir des vedettes internationales», conclut-t-elle.

Précisément quand Justine (Suite) amorce sa carrière japonaıse!

Justine étonne par sa musique synthétique fort rigoureuse.

Justine: contrer la paresse auditive

Radioactivité, Monday, May 28, 1990

Puisque la musique d’aujourd’hui subit inévitablement les rouages d’une véritable industrie, tout ce qui s’éloigne de ses structures est automatiquement taxé d’alternatif, d’avant-gardiste. Ainsi, parce qu’elles se sont toujours éloignées des modes, les quatre filles de Justine n’ont donc jamais reçues de diffusion équitable pour leur matériel. Leur seule issue à toujours été d’aller jouer à l’étranger. Ce qu’elles ont d’ailleurs fait régulièrement pendant les dix ans de l’aventure de Wondeur Brass. Maintenant avec une toute nouvelle entité musicale, et un premier disque sous ce nom, les quatre super-mémés de Justine comptent bien créer une nouvelle brèche dans notre paresse auditive…

D’emblée, Joane Hétu m’avouera qu’elle et ses comparses de Justine n’ont pas l’intention de changer leur démarche musicale pour connaître plus de succès au Québec; «On ne se considère pas commerciales du tout, on se sent davantage près de la recherche… On cherche à contrer une certaine paresse auditive… C’est un peu comme la première fois qu’on a vu un Picasso, on s’est demandé ce que s’était. Mais avec les années, on a appris à aimer ça… Ou comme le Festival International de Jazz; au début, ça faisait peur. Mais avec les années, ça devient une musique plus écoutable! Il faut juste faire l’effort d’écouter… Je n’ai jamais compris pourquoi on associait automatiquement la musique à une industrie, alors que quand on parle de théâtre, on pense tout de suite à un art…??? «S’inscrivant directement dans le courant de la musique actuelle, Justine est né de l’expérience de plus de dix ans du collectif Wondeur Brass. C’est la continuité de fond, le résultat des trois ou quatre dernières années du défunt groupe de fille. «Avec Justine on souligne la démarche musicale des trois ou quatre dernières années de Wondeur Brass… au moment ou on a décidé d’intégrer l’électronique. Puis, il faut bien dire qu’au début de Wondeur Brass, les cuivres étaient beaucoup plus présents. À cet époque, le nom collait mieux à la formation… Pendant 10 ans, en opérant ensemble on a subi 5 formations différentes ce qui a évidemment provoqué des changements d’orientation presqu’à chaque fois. On en était rendues à avoir plus de difficulté à s’associer au principe de base de Wondeur Brass qui était au départ celui d’une fanfare… Mais on a beaucoup appris avec les Wondeur Brass, même si c’était plus léger comme engagement musical… On a tout simplement voulut faire peau neuve au Québec, réactualiser notre démarche et reconquérir un nouveau public. Lancer un nouvel appel «explique la saxophoniste.

Ainsi, la volonté d’explorer de nouvelles avenues musicales est très manifeste chez les quatre filles de Justine. Elles ne s’embarassent nullement de savoir si oui ou non, leur musique peut s’inscrire dans le circuit normal de la diffusion de la chanson québécoise. Elle comprennent très bien que dans leur cas, ce n’est pas ce qu’il faut qu’elles visent. qu’elles n’y parviendront pas tant et aussi longtemps qu’il ne s’opérera pas un changement drastique dans l’environnement sonore du Québec; «On s’inscrit définitivement dans le courant de la musique actuelle… mais dans 80% du temps, ça nous oblige à jouer ailleurs Au Québec, on agit encore en colonisés; quand on arrive ailleurs, on a une couleur différente qui justement, les ravit. Ce n’est pas ce qu’ils ont l’habitude de voir, et c’est ça qui les stimule. Au Québec, on est plutôt mal à l’aise avec ça. Il n’existe pas encore de fierté par rapport à notre authenticité… Nous, ce qu’on cherche c’est quelque chose qui se marie bien à toutes les cultures… Nous faisons une musique vivante, qui se permet toutes les folies que les quatre musiciennes peuvent avoir à ce moment là. Notre musique n’est jamais statique, on se permet régulièrement des moments d’improvisation, on joue beaucoup avec l’indéterminé comme dans une montagne russe…». Comme elles le soulignent elles-mêmes dans leur communiqué; «Justine, c’est une musique hybride. Une musique ouverte el pluraliste où prédominent la cohabitation des paradoxes. De la gigue au numérique, du tango au bruitisme.» Après une telle description, que peut-on rajouter sinon que la musique de Justine vit d’elle même, et, à ce niveau, les textes deviennent sonores, presqu’une musique en soi: «Je n’ai pas l’impression qu’on tient un discours concret par rapport à une thématique quelle qu’elle soit… Les textes de nos chansons sont choisis pour leur qualité sonore. Notre musique parle vraiment d’elle-même. Ce n’est pas nécessaire de souligner le tout au trait rouge…» soutient Joane. Il est vrai que l’attitude même de la formation est suffisamment claire et sans ambiguïté, et que ça constitue justement une des forces de Justine On a qu’à les regarder aller, à écouter leur musique, pour comprendre toute la motivation qui les anime. Leur démarche ne peut certes pas être taxée de conformiste, ni de statique. La continuité de fond se ressent à tous les niveaux; de la formation, à la musique sans oublier les textes. Justine, C’est un tout!

C’est ce que le public pourra constater cette semaine, alors que Justine effectuera le lancement de son nouvel album au Bar Théâtre Les Loges à Montréal, mardi (29 mai). Par la suite, les quatre musiciennes nous donneront un aperçu de leur nouvelle entité en spectacle, alors qu’elles se produiront sur la même scène les 30 et 31 mai, ainsi que les 1 et 2 juin. Pour ceux et celles qui recherchent l’inusité et qui n’en ont que pour tes innovations, c’est sûrement un spectacle à ne pas rater. Comme pour tous les autres aussi! C’est une question de paresse auditive à contrer!!! On doit faire de la place dans notre environnement musical, pour la nouvelle chanson française d’ici…

Pour ceux et celles qui recherchent l’inusité et qui n’en ont que pour tes innovations…

Fleurs carnivores: Justine’s musical flights of fancy kill two albatrosses with one stone

Andrew Jones, Montreal Mirror, Thursday, May 24, 1990

Never let it be said that the members of Justine aren’t prepared to improvise at the drop of a hat. When it seemed impossible to tape our chat because the erase lugon the cassette tape of awful corporate rock we were taping over had been punched out, keyboardist Diane Labrosse came to the rescue. She produced a band-aid.

The four members of Justine —Labrosse, saxophonist Joane Hetu, bassist Marie Trudeau, and drummer Danielle Palardy Roger — have never been reticent to try something new, either in studio or in concert. In their ten-year slint as Wondeur Brass and its hipper, more impulsive sister, Les Poules, their brazen, fresh collages of mood, style, and song helped set the standard for Québec’s new music movement, musique actuelle.

Now, as Justine, the Montréal quartet have shorn themselves of the "brass" (a lone saxophone remains) and started a new. Justine is about to unveil a new project thal both destroys the peception of a "woman’s group" as an albatross and creates breathtaking new musical possibilities in a brave new genre whose absence of borders can be just as problematic as limitations. Soon Justine will reap the harvest of a year’s work, but be careful. Justine’s musical blossoms are no ordinary flowers—they’re mone like fleurs carnivores.

By any other name

"When we started working on this new music, this new project, we knew that we were going to produce it under a new name. " says Labrosse. "We wanted to have a whole new repertoire of fresh air, liberated from the old Wondeur Brass. "

We’re sitting in a casse-croute around the corner from Justine’s east-end practice space, a cramped basement studio shared with Jean Derome, Pierre Tanguay, and "Serge l’ Accordéoniste," a mysterious figure no one ever sees. Outside, Masson street serves as a drag sirip— a praclise space for bikers.

But a rose by any other name is just a flower. Just how different will Justine he from the old Wondeur Brass?

"Musically we wanted to integrate more electronics,"says keyboardist Labrosse. "It’s almost a cross between what Wondeur Brass used to do and what Les Poules did. Wonder Brass went into the studio very much prepared, very much structured, and Les Poules did a lot of improvising. So we wrote the music—themes, arrangements. And then we went in the studio. We recorded some material, changed it around and shaped it more through improvising. Soit’s a bit of a blend. And that’s what makes our new sound. "

"We used the studio and the recordig process—montage, cuting, and editing— as if it was another musical instrument," says drummer Roger, as another Harley rips up the street. "We literalIy transformed our sound in the studio. It was the first time it took close to a whole year to record an album. It gave us time to reflect and to let the music become much, much more intricate. Not that the other albums aren’t intricate, but Justine is more so. "

Roger admits that dwindling finances curlailed this luxurious fine-tuning. "lt’s always a question of money, and we had to decide it was finished. But this record is just one step in the direction of this music, and we are still continuing that direction," says Roger. "In Les Poules we were always in the process of re-evaluating the evolution of our music. So, yes the record is done, but our music is far from finished. "

Listening to Justine is like getting a free ticket to an old amusement park once run by Carla Bley, ravaged by Alben Ayler, and rebuilt by John Zorn. Every kind of music ever made by humankind is in here, plundered, sifted, gutted, rearranged, then stitched and carefully glued into place.

The funhouse starts with Le monstre, an odd Noh-style cabaret with a strong sense of dynamics. The tunes that follow pulse with a moody, see-saw organ or twitch with herkyjerky calliopes reminiscent of Bley. Most have swift, abrupt changes in mood, tempo, and musical style, going from rippling keyboard runs to free saxophone squalls. Some songs, like the double blast of J’ai perdu le temps and J’ai perdu le sommeil, throw away the boundaries altogether.

"It is going a step further," says Labrosse. We usually switch around our music very fast, but this time we’re pushing it even further. But then again, we’ve never produced anything that’s easy to listen to, that you can put on and have dinner at the same time.

"We based ourselves from the beginning on the classical suite, which has different movements. And we wanted to build the record this way, with different movements within the tracks. The whole record isn’t one piece as such, unless you look at it as one piece with very different moods and colours and textures."

The sound of the female voice figures prominently on Justine, but not just in song. Justine uses its four voices percussively, rhythmically, and melodically. On L’Intelligence du coeur, massed or disembodied radio voices seep through the savage, free jazz keyboard bluns. Elsewhere they shriek, whisper, caress, laugh, and yelp. "We always said that we were not authentic golden voices with pristine range," says Labrosse. "We’ve always integrated the voice as another instrument. This is why everyone sings; none of us is more accomplished than the other. Something new is that everybody sings on the same tune. We throw the ball at each other much more than we did before. Before Joane would sing cinema, Danielle would sing les amours, but now in one song it goes around to everybody. "

Justine also enlisted the aid of New York’s resident electric harpist, Zeena Parkins, as well as Tenko Ueno, the Japanese queen of onomatopoeic jazz and member of Mizutama Shobodan —The Polka Dot Fire Brigade. ’ We found definite similarities in the energy, and in their way of working," says Labrosse. We all seem to have a craft in sounds," adds Roger.

Musical gender

The stunning complexity of the new release may free Justine from the strictures irilposed by a society that emphasizes genderover musicianship. "That’s changed primarily in our own minds," says Labrosse. "At some point you stop focusing on gender, and in the last years we focused on the fact that we are musicians. Of course the rest of us comes along, like everyone’s personality comes into your work. That in itself is a fresh perspective. We don’t need to spell it out. "

Roger concurs. "More and more our collaborations, whether within Justine or with others, are approached on a musical level, and everyone has to pull their weight. "

As for the mysterious new name, it doesn’t come from anywhere in panicular. Roger does offer this explanation: "It’s a name that’s direct, plain, but at the same time reverberates with possible significances."

Listening to Justine is like getting a free ticket to an old amusement park once run by Carla Bley, ravaged by Alben Ayler, and rebuilt by John Zorn.