The Electroacoustic Music Store

Artists Laurent Grappe

After several years as a percussionist, Laurent Grappe studied acousmatic composition (1986 to ’89) in Denis Dufour’s class at Conservatoire national de région in Lyon, France, and has since composed around 15 acousmatic works. A member of Le Studio de l’Arrosoir, he often sets up concerts in the outside, for Acousmatour, Fort du Bruissin 1 & 2, or ACT’SON in Les Abattoirs of Chalon-sur-Saône. With Bruno Boussagol and Brut de Béton Production, Laurent Grappe collaborates to stage works centered on representations of madness and exclusion, in En attendant Godot, Fanny N. and La ligne de partage des os. A musician for Cie Tutt’Iseop, he worked on “Les [mo] du M” based on poems by Antonin Artaud, and children’s stories based on children’s works. A member of the Contre group, he performs “electro-improvised” music with les Mécaniciens du Désert. He composes or improvises for dance companies: ABCDanse, Cie Schenk, Adolfo Vargas and Michel Lecoq, Cie de la traverse. A member of Nagrala (Isabelle Bassil, J-Kristoff Camps, Laurent Grappe, Carole Rieussec), he has explored several transversal forms of concerts with “Les belles façades à rafraîchir,” and “Les écrivains publics sonores.”

[x-01]

Laurent Grappe

Ifrane (Morocco), 1962

Residence: Lyon (Rhône, France)

  • Composer

On the Web

Main Releases

Métamkine / MKCD YYY / 2001

In the Press

  • Jean-Christophe Camps, Revue & Corrigée, no. 50, Saturday, December 1, 2001
    Redonner du baume au cœur aux arabophones maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.

Critique

Jean-Christophe Camps, Revue & Corrigée, no. 50, Saturday, December 1, 2001

En 94, Isabelle Bassil et Laurent Grappe rentrent du Liban. Isabelle a déjà quitté le Liban en 1984 pour vivre en France; lui vient de passer quelques temps dans ce pays qui se recherche, après ces années de guerre, un bonheur d’avant les combats. L’avion quitte Beyrouth et une discussion commence: «La réflexion, finalement, c’est un luxe!»

Et ils vont se mettre en route pour une musique, mais surtout pour mettre en route tant d’autres choses vitales.

Alors le travail en studio commence, I’été 95. Laurent enregistre les poésies arabes, lues par Isabelle. Elle, expliquant ses intonations et ses timbres; lui suggérant des intentions, expérimentant des prises de sons. Chemin qui va, pour l’un vers la compréhension d’une pratique, d’une technique, et pour l’autre vers la connaissance d’une culture, d’une histoire. Et chacun a redécouvert ses propres actes pour immédiatement les déplacer de leur place antérieure. Isabelle se redecouvrant dans la langue Arabe se découvre «diseuse» publique. Lui affinant toujours plus ses gestes sonores et ses contrepoints, sort de l’acousmatique concertante pour une «petite forme»:

Petite forme - pour petits lieux - théâtrale, où Isabelle chante, dit en Arabe les poèmes, de Khalil Gibran, Najib Mahafouz, et des contes populaires, au milieu de haut parleurs projetant une bande électroacoustique, foisonnante de mouvements, brillante d’espaces, rutilante de morphologies, et profonde. Car c’est d’une forme spectacle qu’il s’agit à l’origine (une metteuse en scène est même intervenue, Jude Anderson), récital, lecture, conte, pièce mixte pour chanteuse et haut-parleurs, salon philosophique? c’est justement peu définissable.

Là est la merveille!

Car ce que cette musique transpire c’est surtout le chemin l’un vers l’autre, non pas pour que l’un se perde et se dilue dans l’autre, mais faire naitre une forme inédite. Tous les sons le transmettent.

Ensuite le regret, aprés l’avoir vu trois fois au regretté bar associatif le Vendémiaire (96), puis sous le chapiteau du cirque clandestin (2000), et au festival musique et quotidien sonore (2001), que d’autre gens ne l’entendent pas. Cela pourrait aussi servir d’antidote à la propagande raciste d’aujourd’hui. Redonner du baume au cœur aux Arabophones Maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.

Alors ce disque, je l’ai attendu. Il tardait à venir.

Laurent Grappe a réussi le passage de cette proposition au disque, recherchant les durées nouvelles, les espaces adéquats, les nouvelles ruptures nécessaires pour ces 50 minutes devenues acousmatiques. La mise en disque (réalisation pour l’écoute seule) est là. Je prends plaisir inouï au casque, à plonger encore plus profondément dans cette intimité sonore.

Je pense que même sans avoir vécu ce parcourt privilégié, ce disque reste délicieux, et indispensable dans le mouvement de vitalité de la musique concrète actuelle. En hors phase avec la mode actuelle, minimale et monodique.

Redonner du baume au cœur aux arabophones maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.