The Electroacoustic Music Store

Artists Bernard Fort

Studies musicology (licence, master’s degree, post-graduate diploma). Co-founder and in charge of the Groupe musiques vivantes de Lyon (GMVL, France) since 1976. From 1980 to 1990 he teaches electroacoustic music at the Faculté de musicologie of the Université Lumière Lyon 2 (France) and, since 1982, acousmatic composition at the École nationale de musique (Villeurbanne, France). He has been devoting time to ornithology and the study of natural soundscapes for many years. His music falls mostly in the acousmatic genre. The limits between abstraction and figuration, natural and cultural have always been at the heart of his work, along with a particular interest for the forms the performance of electroacoustic music can take through steady research on the technology available and how it can be applied.

[English translation: François Couture, ix-03]

Bernard Fort

Lyon (Rhône, France), 1954

Residence: Lyon (Rhône, France)

  • Composer
  • Writer

On the Web

Selected Works

Main Releases

Appearances

Complements

  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
Various artists
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Out of print
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
Various artists
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
Various artists
  • Not in catalogue
  • Not in catalogue
  • Out of print
Various artists
  • Not in catalogue
  • Out of print
  • Not in catalogue
Various artists
  • Not in catalogue

Folio

In the Press

Les 38es Rugissants offrent des oiseaux à Olivier Messiaen

Marie-Aude Roux, Le Monde, November 19, 2008

La vingtième édition du Festival des 38es Rugissants s’est ouverte vendredi 14 novembre sur une fête inédite. Une musique de nuit, dans le parc du Musée Hébert, à La Tronche, près de Grenoble; les spectateurs, lampes torches à la main, marchant d’arbre en bosquet, de pelouse en pièce d’eau, pour assister à L’Aube perpétuelle. Ce grand concert de chants d’oiseaux des cinq continents a été conçu par le compositeur de musique acousmatique Bernard Fort, en hommage à Olivier Messiaen (1908-1992), pour le centenaire de sa naissance.

«Si j’ai choisi pour maîtres les oiseaux, disait Messiaen, c’est que la vie est courte, et que noter des chants d’oiseaux est tout de même plus facile que la transcription des harmonies du vent ou du rythme des flots.» C’est dans la région de la Matheysine, au sud de l’Isère, que Messiaen a composé l’essentiel de son œuvre durant les mois d’été, dans sa maison de Petichet, acquise dans les années 1930 sur les bords du lac de Laffrey. C’est aussi dans ces environs qu’il se promenait pour enregistrer et noter sur papier à musique ces chants qui constituent l’une des principales sources d’inspiration de son œuvre — près de quatre cents chants d’oiseaux disséminés dans ses partitions.

Bernard Fort, fondateur du Groupe de musiques vivantes de Lyon (GMVL), a imaginé cette Aube perpétuelle, «concert bio» rassemblant des oiseaux qui ne se rencontrent jamais (le Messiaen des Oiseaux exotiques) et dont la juxtaposition fait une «œuvre» (le Messiaen du Réveil des oiseaux), sans aucun rythme ni contrepoint ajoutés.

Afrique, Asie, Amérique, Europe, Océanie… Cette Aube est bien celle des «premiers musiciens du monde», messagers du divin prêchant dans les arbres à la lueur magnétique d’une lune ronde, rousse et froide. Car la température est fraîche malgré les chaleurs venues des fonds sonores: chorales de singes de Bornéo, batraciens d’Amérique, insectes du Népal, fauves d’Afrique, qui accompagnent la clameur du cinquième jour de la genèse, une «énergie sonore inimaginable, indifférente aux temps, aux hommes, sans autre ambition que de saluer le jour dans une louange perpétuelle à la lumière et à la vie».

Pinson et merle noir

On se retrouve le temps d’une halte sur la terrasse couverte du Musée Hébert où une exposition sonore regroupe, jusqu’au 29 novembre, la garde rapprochée des favoris ailés de Messiaen. Pinson des arbres, fauvette des jardins, mésange charbonnière: Bernard Fort s’est fait preneur de son pour une galerie de portraits intitulée Les oiseaux de Messiaen. Il les a enregistrés sur les lieux mêmes où a vécu le maître. Ainsi le fameux et omniprésent merle noir capté dans le jardin du compositeur, à Petichet, le 17 mars, à 6 heures du matin.

En contrebas, dans le parc, L’Aube perpétuelle s’est tue pour laisser place à sa résonance naturelle: le silence. Une nuit plus dense et plus sombre s’est alors levée au son d’une clarinette mélancolique et solitaire voyageant d’arbre en arbre. C’est le poignant Abîme des oiseaux, troisième mouvement du Quatuor pour la fin du temps composé et créé par le soldat Messiaen en janvier 1941 au Stalag VIII A de Görlitz, en Silésie, alors qu’il était prisonnier des Allemands.

Bernard Fort a imaginé cette Aube perpétuelle, «concert bio» rassemblant des oiseaux qui ne se rencontrent jamais et dont la juxtaposition fait une «œuvre» sans aucun rythme ni contrepoint ajoutés.

Pourquoi faites-vous des disques?

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 76, June 1, 2008

Blog