The Electroacoustic Music Store

Infinitesimal Bérangère Maximin

Cover art: Anton Yakutovych
  • Total duration: 43:12
  • UCC 5411867113624

Infinitesimal brille avant tout dans sa manière de faire cohabiter divers souffles et sensations épidermiques.

— Lexo7, SWQW, December 5, 2013

Infinitesimal

New Series Framework #18

Bérangère Maximin

SR 362 / 2013

Some Recommended Items

In the Press

  • Lexo7, SWQW, December 5, 2013
    Infinitesimal brille avant tout dans sa manière de faire cohabiter divers souffles et sensations épidermiques.

Chronique

Lexo7, SWQW, December 5, 2013

«Chaque souffle de vie nous prépare à mieux savourer notre propre fin.» — Paul Auster

Ancienne élève de Denis Dufour et pensionnaire du sacro saint GRM, Bérangère Maximin n’a pourtant à priori pas le profil de l’élève modèle au sein d’un sérail expérimental français qui a parfois fâcheusement tendance à se renifler. Saluée comme elle le mérite par ses pairs, celle qui a vécu une enfance insulaire fait ses premières armes en organisant des concerts et en peaufinant ses sessions «live». Elle parcourt très vite le monde où elle se produit aux côtés de diverses grosses pointures. Elle publie un premier album (Tant que les heures passent) sur le label de John Zorn (Tzadik) en 2010 avant que les portes du très assis et exigeant label belge Sub Rosa ne lui soient ouvertes en 2012. L’aujourd’hui introuvable No One Is An Island faisait la part belle à des collaborations entre électronique et guitares. On y rencontrait de très sérieux clients, comme Richard Pinhas (Heldon), Fennesz ou Frederic D Oberland (dont on parle de plus en plus ici aussi), qui ont tous fréquenté de près ou de loin les frères ennemis que sont le GRM et l’Ina, mais qui ont su s’émanciper glorieusement de ces belles institutions. Infinitesimal est sorti il y a déjà quelques mois. Il m’aura fallu quelques temps pour apprivoiser cette œuvre magnétique et ambivalente, qui est bien plus qu’une simpliste référence aux théories et notions mathématiques rébarbatives de l’auguste Archimède.

Divisé en cinq pièces (ou mouvements), Infinitesimal brille avant tout dans sa manière de faire cohabiter divers souffles et sensations épidermiques. Il dégage des ambiances particulièrement ambigües, voire dérangeantes. Et ce tout en maintenant des aspects charnels et organiques qui ajoutent une dimension particulièrement chaude et sexy. Entre roulis et fuite, les différentes matières sont autant absorbées par les différents souffles qu’elles semblent s’agglomérer à d’autres textures complémentaires.

L’ensemble est mixé de façon assez surprenante. Chaque strate est parfaitement respectée, mais certains choix vis à vis de l’amplification (basslines et effets) donnent une couleur résolument «roots» et rappellent ceux de certains ingénieurs-bidouilleurs jamaïcains des années 70 (Lee Perry, Yabby You ou King Tubby). Même si le génie évident des trois dubmasters n’est plus à prouver, et que l’influence qu’ils ont eu sur l’expérimentation en général à venir est incontestable (surtout pour ce qui concerne le travail en studio et les prémices de l’hégémonie du laptop), le parti pris a de quoi surprendre et pouvait augurer un plantage en règle (plein de gens s’y sont pétés les dents). Avec le renfort d’une certaine modernité, l’idée originale fait à mon humble avis toute la force et le si troublant liant du disque.

À partir du Mouvement III (Distance), les points de ruptures et les ponctuations prennent progressivement l’ascendant sur les aspects purement immersifs des deux premières pièces. Sans faire de «beat» au sens propre, brisures, sursauts, bourdonnements et syncopes castratrices de souffles assurent une narration rythmique particulièrement réussie. Encore une fois les forces ambivalentes interviennent en oscillation pour maintenir une écoute résolument attentive. Tout s’ouvre puis se ferme (zips, captations urbaines), est retenu puis libéré. Les spectres et les drones se boursoufflent progressivement, les rouages du temps qui court et des battements quasi cardiaques installent un climax extrêmement bien amené un peu avant la moitié d’Adrift (Mouvement IV). L’Épiloque «apaise» un peu la tension en aérant et dispersant à nouveau les textures. Un gros travail sur l’écho et la réverb’ allège la charge tout en maintenant certains aspects plombants. Pour les amateurs de contraste et les dotés d’installations de qualité, c’est juste du miel. Toxique et addictif, mais du miel quand même.

Infinitesimal semble drapé dans une tension urbaine et sensuelle aussi subtile qu’ambigüe. Bien que très différent, il se trouvera une complémentarité certaine avec le monumental Ablation du projet Main de Robert Hampson et Stephan Mathieu. Même si on l’en savait déjà plus que capable, Bérangère Maximin réalise ici un excellent album conçu uniquement au laptop, où «l’infiniment petit» camoufle mal toute la grandeur de son talent.

Infinitesimal brille avant tout dans sa manière de faire cohabiter divers souffles et sensations épidermiques.

Blog