The Electroacoustic Music Store

Interstices Ingrid Drese

  • Total duration: 109:48
  • UCC 771028100392
  • Communauté française de Belgique (Direction générale de la culture, Service de la musique)

DVD-Audio — Advanced Resolution: Stereo (MLP 4824) •• DVD-Video [NTSC, multi-region]: Stereo (4824) •• DVD-ROM: MP3 (320 kbps), AAC (320 kbps) files

There’s a number of strong and beautiful moments here…

— François Couture, Monsieur Délire, Wednesday, December 1, 2010

Interstices

Ingrid Drese

IMED 10103 / 2010

Some Recommended Items

Notices

About Interstices

Through these interstices, when conscience — this present to one’s self — falls asleep; through this tiny little interval between two instants, something arises, something you had never thought of; The erring ways of thought; through the cracks thus created, we lend our voice to the characters that rule over an unknown existence.

These sounds are too rich of all their possible existences; I cannot imagine all of their resonances; so, turning my gaze to the inside, I can see them, swirling, fleeting, inert…, gravitating, dithering, dragging themselves amorphously, in a poetic space to be.

Between dream and thought, your head full of desires of sounds and absolute, you hit the sinuous, uneven, unmarked road; appreciate it now, for you know nothing of the instants to come.

Discovering the acousmatic world through listening to Voyage au centre de la tête (by François Bayle), I am shaken by an earthquake that leaves me filled with wonder. My musical world would change; everything had to be reviewed: references, markers, certitudes, loves. I had to make room in my head and my heart for the new, the hitherto unknown.

And then, there was Sous le regard d’un soleil noir and Forêt profonde (by Francis Dhomont) heard in concert — they turned my head and soul upside down. Two deep and decisive experiences. Followed by so many others just as beautiful.

In front of this other infinite world, the world of sounds, can you reinvent the rules of the game, set — conscious — limits, make choices, again and again? Accept the vertigo, the wandering, and the unexpected?

Ingrid Drese, Brussels (Belgium) [English translation: François Couture, vi-09]

A Stunning Level of Cohesion

Ingrid Drese belongs to that category of composers who have their own style, a unique and intimate form of expression. This music features a stunning level of cohesion that seems to unfold, piece by piece, like chapters of a long tale, cycling through the multiple facets of a deep form of sensitivity, always staying true to herself yet in constant renewal. No repetitions; instead, the gradual unveiling of an endearing soliloquy. Through her choices in morphology, her writing — finely detailed, researched, elegant and always on the move — the way she richly develops her sonic materials, her “figures over figures” and her spectral preferences leaning toward the treble register (there is some Bayle in her), this composer is offering us music that is both talkative and secretive, occasionally whispered or even trembled, made with finesse but firmly chiseled, simultaneously discreet and quivering.

To step inside this universe of swarming, of innumerable rustling, is to discover the luxuriousness of a complex world inhabited by “êtricules” — Michel Chion’s short sonic molecules invested with internal life — and streaked by sudden flashes that may have been held back for a long time.

Occasionally drawing inspiration from meaningful and vocally-rich poetic texts by Étienne Leclerq (Tout autant) and Marc Jaffeux (Sept œils sauvages), Ingrid Drese’s music also introduces us delicately to the mysteries of Paysage avec miroir, Inés Wickmann’s troubling video, only to step back behind what the image says, accompanying it brilliantly with an economy of means.

Francis Dhomont, Avignon (France) [English translation: François Couture, vi-09]

Thanks to…

For their trust and help throughout the process, I would like to thank Annette Vande Gorne, Francis Dhomont, François Bayle, Daniel Teruggi, Christian Zanési, Robert Normandeau, Denis Dufour, Raphaël de Vivo, and Jean-Marie Simonis; for their friendship and camaraderie: Renaud De Putter, Marc Jaffeux, Étienne Leclercq, Thérèse Malengreau, Elizabeth Anderson, Inés Wickmann, Elsa Justel, and Marc Moniez.

Ingrid Drese, Brussels (Belgium) [vi-09]

Text of Tout autant

1
Je ne sais pas. Je ne veux pas te déranger. Il y a certainement quelque chose à faire. Ne dis pas cela. Je comprends. Moi-même souvent. D’ailleurs, je te crois. Ne t’imagine pas que je vais rester là. Je voudrais savoir ce qu’il pense. Pourquoi? Je n’ai pas encore donné de réponse. Il faut continuer. Ne pas réfléchir. Laisser le temps. Après, tu comprends, c’est autre chose. Mais, d’abord, je crois que tu devrais. C’est évident. Je suis mieux. Vraiment. Bien mieux.

2
Ici, ailleurs, // les fleurs vivent et meurent, // // mécontentes d’être nées // et contentes d’être encore vivantes.

Étienne Leclercq

Text of Sept œils sauvages

(Sept œils sauvages, j’en témoigne aujourd’hui, qui savent avant moi la mobilité extrême.) Le sable blanc; le pavot rouge; le regard fixe. «Et lorsque je détourne légèrement mes yeux de la fleur…» Ce liseré bleu-vert aux pétales du pavot rouge.

«J’appelle le spectre bleu-vert image rémanente de la fleur rouge.» —Gœve, Petit système de l’univers, manuscrit inédit

Premier principe de fragilité: Les axes de la Cité ne se croiseront jamais selon un angle contraire à la production rétinienne de couleurs rémanentes. La brume épaisse, le vent du sud, le soleil pâle. «Attends juste un instant qu’il se couche…» L’air humide et chaud, alors, qui dégrade le soleil en disque écarlate.

«Pureté illusoire! L’air, l’eau, l’œil, tout est prisme! Le Trouble cimente l’interstice des choses du monde.» —Lactange, Le très riche livre des éclats

Second principe de fragilité: Les luminaires se placeront derrière les troubles parfaits que la Cité exhale, de sorte qu’ainsi filtrée la lumière se dégrade en phénomènes colorés versatiles.

(Sept récits anciens, qui font constellation en moi: ce sont les «Œils sauvages».)

Une chambre obscure, une bûche pourrie; faiblesse de l’organe. «Je ne vois rien!» Mais bientôt, le bois noir diffuse en auréole une lueur bleutée.

«Mesurer le délai de reconstitution de l’œil nécessaire à la perception des couleurs subtiles, tel a été mon projet.» —Prast, Clef-formule servant à décomposer le composer

Troisième principe de fragilité: Les luminaires intérieurs et extérieurs contrasteront en intensité, afin d’inscrire le temps dans les couleurs des choses, qui émergeront lentement en l’œil, et ne lui seront jamais données.

(Ou, comment ces hommes et femmes, appelés Œils sauvages, comprennent et décrivent bien avant moi les sept Piliers de la mobilité des couleurs.)

Une bougie, une ombre que le soleil en déclin légèrement éclaire. «Je place une feuille blanche pour recueillir l’ombre bleue.» Quelques instants, seulement, pour déceler cet éclat jaune-rouge dans l’ombre bleue.

«Orange, présente, toujours… Oui, la couleur participe de la nature de l’ombre!» —Eudes, À travers le Crépuscule

Quatrième principe de fragilité: Les façades des édifices orientées à l’ouest seront maçonnées en pierres blanches de manière à recevoir l’ombre des luminaires, que le soleil couchant abîmera en couleurs opposées. L’argent poli, le soleil cru, une branche d’arbre dans le vent. «Je te parle de ce plat en argent rayé.» La branche, rapide, ombre l’argent, et se retire, qui dévoile la rayure pourpre et verte.

«Intrication des veinules.» —Listre, Orages et merveilles

Cinquième principe de fragilité: Les façades métalliques des édifices orientées au sud seront gravées de signes ou de lettres dont les vergetures décomposeront l’éclat du soleil méridional en corpuscules irisés.

(Sept petits livres, appartenant à une époque ancienne, dans lesquels les Œils sauvages relatent leur expérience des couleurs volatiles.)

Sinuosité et anneaux du fil d’acier dévidé, les petites images du soleil en miroir. «Je m’éloigne, ensuite, de quelques pas…» Coloration en arc des soleils minuscules réfléchis dans les boucles d’acier.

«Multiplier, puis décomposer.» —Arabin, Lois de désunion

Sixième principe de fragilité: Les vecteurs d’énergie, sur les axes routiers, seront fixés en boucles qui disperseront l’image des choses en halos rayonnants.

(Sauvages, les Œils, hommes ou femmes, car ils ignoraient quelle architecture leurs expériences fortuites des lumières devaient suggérer à celui qui liraient leur récits.)

Le froid et l’haleine, une vitre embuée. «Les petits doigts de Laâse dessinaient dans la vapeur d’eau condensée…» Teintes mouvantes et vives, soudaines, que l’évaporation dissout.

«Plus tenace, la couleur bleue disparut la dernière sous le givre.» —Nîrval, Voyage à travers la tache aveugle

Septième principe de fragilité: L’architecte évitera le blanc, qui est l’éclat opaque du pur transparent: ainsi, le verre, en poudre, broyé; ou l’eau pure, cristallisée. En cela, il imitera le dieu d’Osmie, qui craignait la neige et le givre.

Moi. Lus Carolien, qui a mobilisé les couleurs pour la Cité, écrit cet hommage aux Sept œils sauvages de la littérature du passé.

Marc Jaffeux [xii-00]

In the Press

Listening Diary

François Couture, Monsieur Délire, Wednesday, December 1, 2010

Electroacoustician Ingrid Drese makes acousmatic music, and many of the pieces included on this 110-minute DVD-Audio (stereo sound only, regular fidelity) bear the influence of Francis Dhomont. There’s a number of strong and beautiful moments here, especially in Papillon, abîme, nuit (dreamy), Plis de la nuit (very Dhomont-esque in its plasticity), and Sept œils sauvages, although the latter also contains weaker passages. Quite recommendable.

There’s a number of strong and beautiful moments here…