The Electroacoustic Music Store

Sur fond blanc Nicolas Bernier, Jacques Poulin-Denis

  • Total duration: 43:00
  • UCC 777078916099

Sur fond blanc explores the themes of interior space, emptiness and absence. The album recreates white page where everything can happen, a neutral canvas made of electronic textures and field recordings where impressions, memories, and fragments of life appear. The listener creates a personal voyage, a slow descent through a surreal and distinct setting. Sur fond blanc was originally composed by Bernier and Poulin-Denis for the choreography La chambre blanche by O Vertigo dance company. With this second disc, the duo brings together the foundations of electroacoustic composition and those of intrumental popular music.

Sur fond blanc

Nicolas Bernier, Jacques Poulin-Denis

EK 009 / 2009

Some Recommended Items

In the Press

  • Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no. 17:3, Wednesday, September 1, 2010
    Sur fond blanc respire maîtrise des moyens et maturité de l’inspiration.
  • Chris Kennedy, Musicworks, no. 106, Monday, March 1, 2010
    This is a beautiful series of suspended sonic moments…
  • Simon, Goûte mes disques, Wednesday, September 2, 2009
    D’ores et déjà un classique.
  • Bad Alchemy, no. 63, Saturday, August 1, 2009
  • François Couture, Monsieur Délire, Friday, July 17, 2009
    So beautiful! And rapturing! […] A top-rate aural journey!
  • Nicola Catalano, Blow Up, no. 134/135, Wednesday, July 1, 2009
    … e proprio almanacco elettroacustico sul tema dello spazio interiore, del vuoto e dell’assenza.
  • Jean-François Micard, D-Side, no. 53, Wednesday, July 1, 2009
  • Éric Serva, France Musique, Thursday, June 18, 2009
    … ouvrent et propulsent notre imaginaire hors de l’angoisse…
  • Laurent Catala, Octopus, Monday, June 1, 2009
    Intimiste et sensuelle, cette peinture sonore sur fond blanc se fixe dans notre esprit comme une persistance rétinienne.
  • Charles Prémont, Convergence, no. 57, Monday, June 1, 2009
    C’est surtout l’utilisation très maîtrisée du rythme qui classe cet album à part. […] on écoute bien un album de musique et non la trame sonore de nos fantasmes.
  • JD, Dark Entries, no. 53, Monday, June 1, 2009
    Een verrassend schijfje…
  • Fabrice Vanoverberg, Les Passions de Fab, Tuesday, May 26, 2009
    … ponctuation sensuelle sur fond de paysages sonores d’une magnifique clarté magnétisante…
  • Ed Pinsent, The Sound Projector, Saturday, May 23, 2009
    The arrangements are fresh and aerial…
  • Réjean Beaucage, Voir, Thursday, May 21, 2009
    … ont façonné de vastes paysages oniriques dans lesquels l’auditeur erre de découverte en surprise …
  • Sven Swift, 12rec.net, Wednesday, May 6, 2009
  • Frans de Waard, Vital, Tuesday, May 5, 2009
    … what makes this release even more interesting: there is an extensive use of voice material. They whisper most of the time, and add a feeling of absence and loneliness to the play.

Review

Chris Kennedy, Musicworks, no. 106, Monday, March 1, 2010

Chronique

Simon, Goûte mes disques, Wednesday, September 2, 2009

Une fois de plus en mode coopératif, Nicolas Bernier fait équipe cette fois avec Jacques Poulin-Denis afin d’offrir un album au concept premièrement étrange, et instantanément génial. Au dos de la jaquette, un premier panneau directionnel: «Sur fond blanc explore les thèmes de l’espace intérieur, du vide et de l’absence. Sur ce canevas neutre de textures électroniques et de paysages sonores apparaissent des bribes insaisissables de vie, d’allégories et de souvenirs.» Tout est là.

Si la «théorie des fonds» (qui soutient que chaque chanson est écrite sur un fond coloré, détaché pour la plupart du temps de la volonté de son auteur) s’est souvent retrouvée à instituer la musique sur un papier peint couleur arc-en-ciel, rares sont les essais musicaux à se pencher du côté neutre de la palette. Par peur peut-être. Car comment articuler le blanc, la moelle de toute chose, distant car central et pourtant révélateur instantané de toute forme de vie artistique en mouvement? La moindre éclaboussure musicale transforme le blanc en un autre blanc, moins neutre. Mais que dirait l’auditeur en se voyant plongé dans un monde où le blanc se superposerait au blanc? Aurait-il l’impression que la feuille plane une fois mise en boule aurait quelques propriétés de plus que cette même feuille blanche et plane?

On pourrait pourtant le croire à l’écoute de cette œuvre abyssale. Sur fond blanc est de ces grandes explorations où les pièces se succèdent avec cohérence et mystère. Découverte après découverte, l’auditeur sent ses pas frôler le sol dans des galeries impériales aux murs immaculés, aux sols semblables aux plafonds. On rencontre ici et là des incursions de field recording en forme de souvenirs passés, de conversations anxiogènes de par leur angoissant naturel (Olo); des monuments d’electronica qui s’envolent au simple bruit de votre respiration (l’énorme Emm, Mur) et des embarcadères ambient qui vous feraient presque oublier la promiscuité des lieux. Sur fond blanc est un espace pour les rêveurs aux consciences faussement cartésiennes, pour ceux qui ne pensaient jamais rêver sur toile couleur neige.

Évocatrice jusqu’au bout des ongles, la musique de notre duo pose là les bases d’un essai sur la finitude humaine et musicale, les deux étant à ce point collés qu’il est difficile d’en détacher le romantique de l’intellectuel. Sur fond blanc ou l’histoire de deux synesthètes (personnes aux sens combinés, percevant la musique sous forme de couleurs par exemple) surdoués, racontant le purgatoire que sont nos vies sous des formes artistiquement décuplées, faisant mentir la neutralité sous un habit de contes pour mauvais enfants. D’ores et déjà un classique.

D’ores et déjà un classique.

Listening Diary

François Couture, Monsieur Délire, Friday, July 17, 2009

So beautiful! And rapturing! This music was originally composed for O Vertigo’s dance performance La chambre blanche, but it must have been reworked since, for Sur fond blanc stands very well on its own four legs. An exquisite electroacoustic excursion through electronic textures, whispers, restrained beats, and sophisticated moods. A top-rate aural journey!

So beautiful! And rapturing! […] A top-rate aural journey!

Recensione

Nicola Catalano, Blow Up, no. 134/135, Wednesday, July 1, 2009

Raccontatori di storie, i canadesi Nicolas Bernier e Jacques Poulin-Denis in Sur fond blanc danno vita a scenari di abissale intensità. Una narrazione con e attraverso il suono originariamente pensata per la coreografia La chambre blanche della compagnia O Vertigo si trasforma in vero e proprio almanacco elettroacustico sul tema dello spazio interiore, del vuoto e dell’assenza. Sono proprio i passi felpati dei danzatori, accoppiati a mormorii di voci lontane e all’assorto lavorio di tessitura e design, a suggerire modalità di pensiero e orientamento nella materia fonica, un viaggio indirizzato nella profondità del cuore, delle viscere e della mente, laddove sovrano è l’artiglio dei ricordi e del passato. Un grido straziante che talora si vorrebbe dimenticare e che però, per quanto soffocato, tutto sommerge e travolge. È esattamente una tela neutra quella sulla quale i due autori in questo modo disegnano ed articolano, quasi scolpiscono e riannodano a proprio piacimento le memorie di un’umanità altrimenti perduta. 7 / 8

… e proprio almanacco elettroacustico sul tema dello spazio interiore, del vuoto e dell’assenza.

Critique

Jean-François Micard, D-Side, no. 53, Wednesday, July 1, 2009

Tapage nocturne

Éric Serva, France Musique, Thursday, June 18, 2009

Nicolas Bernier est entré dans le monde des musiques électroacoustiques par la porte des musiques populaires, un vaste monde qu’il aborde sous diverses formes: acousmatiques, électroniques live, installations, vidéo, musiques pour la danse, le théâtre et le cinéma. Jacques Poulin-Denis a étudié l’électroacoustique à l’Université de Montréal et exerce également la profession de danseur. S’il a beaucoup travaillé en tant que compositeur, Jacques Poulin-Denis a acquis une solide réputation en tant que concepteur sonore pour le théâtre et la danse. Ce nouvel album est intitulé Sur fond blanc, il réunit des œuvres originellement composées pour la danse, plus précisément pour un spectacle intitulé La chambre blanche de l’excellente compagnie chorégraphique montréalaise O Vertigo. On y entend donc de temps à autre quelques sons de pas, de gestes et de voix qui apportent une couleur supplémentaire, un surcroit de poésie et de sensualité à une œuvre qui explore les difficiles thèmes de l’espace intérieur, du vide et de l’absence. Nicolas Bernier et Jacques Poulin-Denis ont réussi à mettre tout cela en son mais sont allés plus loin grâce à la création de vastes paysages sonores, sortes de faux-fuyants musicaux qui ouvrent et propulsent notre imaginaire hors de l’angoisse, hors des murs, hors de l’enfermement. Tout cela dans un bel équilibre entre acoustique et numérique, entre son et musique. Sur fond blanc est un album de musique savante, mais une musique parfaitement accessible et brillamment séductrice.

… ouvrent et propulsent notre imaginaire hors de l’angoisse…

Oursins chroniques

Laurent Catala, Octopus, Monday, June 1, 2009

Rapports à l’espace, questionnements de la présence et de l’absence des corps, c’est en travaillant avec la compagnie de danse O Vertigo sur la pièce La chambre blanche que le duo Nicolas Bernier / Jacques Poulin-Denis a commencé à réfléchir à ces aller-retours de matières musicales fluctuantes, électroniques dans leur essence mais si organiques dans leur prégnance qu’elle semble suivre et se fondre dans les mouvements supposés des danseurs. Intimiste et sensuelle, cette peinture sonore sur fond blanc se fixe dans notre esprit comme une persistance rétinienne. Douce au début, suggestive presque, elle finit par se faire plus trouble et insistante, comme dans ses rythmiques digressives qui percent sur Emm ou dans ses grésillements pénétrants qui sondent Mur. Un voyage tout en textures, ambigu, souple et rugueux à la fois.

Intimiste et sensuelle, cette peinture sonore sur fond blanc se fixe dans notre esprit comme une persistance rétinienne.

Critique

Charles Prémont, Convergence, no. 57, Monday, June 1, 2009

Fruit d’une collaboration entre les artistes Nicolas Bernier et Jacques Poulin-Denis, Sur fond blanc constitue un album électronique difficile à définir (autrement qu’en le rangeant dans le large tiroir de la musique expérimentale). Explorant les thèmes de l’intériorité et de l’absence, l’album se présente comme une page blanche où tout peut arriver. Composé à partir de textures électroniques et d’enregistrements, Sur fond blanc créée une ambiance particulière bien qu’étonnamment familière. Les pièces s’écoutent sans effort, mais montrent une surprenante profondeur pour peu qu’on s’y intéresse de plus près. Utilisant avec brio la spatialisation des sons, c’est au cœur d’une histoire que Jacques Poulin-Denis et Nicolas Bernier semblent vouloir nous emmener. L’enregistrement sur le terrain est particulièrement bien utilisé. Entre les bruits de pas et les chuchotements, on perçoit les échos et sentons les espaces que les compositeurs ont voulu créer. L’idée du canevas neutre est présente tout le long des pièces. Toujours, on se demande où l’on se trouve et notre imagination divague facilement sur les thèmes abstraits que proposent les deux artistes.

C’est surtout l’utilisation très maîtrisée du rythme qui classe cet album à part. C’est probablement ce qui nous rappelle le plus qu’on écoute bien un album de musique et non la trame sonore de nos fantasmes. Le rythme sert d’épice à la recette des deux compères et relève avantageusement l’écoute de chacune des pièces. Toujours amené avec grand soin, c’est cette utilisation subtile, mais efficace, qui nous transporte d’un bout à l’autre de notre écoute sans qu’on s’en rende compte.

Sur fond blanc, produit d’une collaboration efficace dont on espère n’avoir écouté que les débuts.

C’est surtout l’utilisation très maîtrisée du rythme qui classe cet album à part. […] on écoute bien un album de musique et non la trame sonore de nos fantasmes.

Kritiek

JD, Dark Entries, no. 53, Monday, June 1, 2009

Sur fond blanc betekent zoveel als ‘tegen een witte achtergrond’. Het witte onbevlekte canvas staat symbool voor de maagdelijkheid van een ruimte. In die ruimte treden Bernier en Poulin-Denis binnen, om met behulp van zelfgemaakte geluiden de ruimte te ontmaagden zodat ze haar akœstiek prijs geeft. Hierdoor worden ze ondersteund door het O Vertigo dansensemble, die met hun bewegingen de mogelijkheden van de ruimte –en haar akœstiek- verder aftasten. Doorheen deze veldopnamen verweven de geluidskunstenaars flarden van monologen, verwoorde gedachten en hun elektronische manipulaties. Het geheel weet je als luisteraar de volledige rit uit te laten zitten aan je hoofdtelefoon. De verbeelding wordt geprikkeld.

Ik zou in deze recensie met gemak kunnen verwijzen naar het subtielere werk van Nurse With Wound, maar dat zou nogal oppervlakkig en zelfs lui zijn. Liever verwijs ik naar de betere momenten van Throbbing Gristles The Endless Not part 2. Om maar te zeggen dat dit album echt wel earcandy is… Een verrassend schijfje…

Een verrassend schijfje…

Critique

Fabrice Vanoverberg, Les Passions de Fab, Tuesday, May 26, 2009

Collaborateurs depuis 2006, membres du collectif Ekumen éditeur du présent objet, les compositeurs électroacoustiques Nicolas Bernier et Jacques Poulin-Denis en sont à leur second coup d’essai, deux années après le remarqué Étude no 3 pour cordes et poulies, déjà sur le même label québécois. Pour ne rien changer de leurs bonnes habitudes, il s’agit également d’une collaboration avec la compagnie de danse O Vertigo, plus précisément pour le spectacle La chambre blanche.

Nettement moins radicale et, osons le mot, dérangeante que les travaux de KTL pour Gisèle Vienne, la vision des deux Canadiens n’en est pas moins parfaitement captivante. A l’image des dialogues cinématiques de Olo, ponctuation sensuelle sur fond de paysages sonores d’une magnifique clarté magnétisante, l’univers en pâles — mais pas pâlottes — déclinaisons de Bernier et Poulin-Denis révisent les classiques de la musique ambient, tout en s’en détachant. Entre onirisme pudique et bruitisme familier (des pas de danseurs, notamment sur Air, Sur fond blanc transcende par son simple impact auditif l’habillage sonore qu’il est censé incarner sur la scène chorégraphique. A ce niveau d’altitude, une rencontre impromptue entre musique concrète, soundscapes et électroacoustique qui n’a pas beaucoup de rivales et se satisfait complètement à elle-même. Qui aurait pensé que l’espace intérieur, le vide et l’absence (les trois thèmes du projet) pouvaient avoir autant de contenu?

… ponctuation sensuelle sur fond de paysages sonores d’une magnifique clarté magnétisante…

Whaling Tangents

Ed Pinsent, The Sound Projector, Saturday, May 23, 2009

Sur fond blanc (EKUMEN EK009) is the effort of two electroacoustic composers Nicolas Bernier and Jacques Poulin-Denis. A lot of their brittle sounds are a shade too tasteful for my ears, but they do occasionally harness some decent processed noises in service of dramatic, narrative effects. Actors and actresses use their speaking apparatus to contribute fragments of prose and poetry into the mix, as do certain dancers whose footsteps form part of the compositions (the record has its origins as a commission for a dance work). These Canadian musicians are, they say, attempting to convey something about “interior space, emptiness and absence.”

The arrangements are fresh and aerial…

Sur fond blanc: Nicolas Bernier / Jacques Poulin-Denis

Réjean Beaucage, Voir, Thursday, May 21, 2009

Comme le premier disque du duo (Étude no 3 pour cordes et poulies), Sur fond blanc découle d’une collaboration avec la compagnie de danse O Vertigo (La chambre blanche). Les deux compositeurs ont façonné de vastes paysages oniriques dans lesquels l’auditeur erre de découverte en surprise. Ils font partie d’une nouvelle vague d’électroacousticiens qui a vécu les développements de la musique techno, et on pourrait dire que leur production est à la «musique concrète» ce que le rock progressif est au rockabilly. On peut découvrir une nouvelle collaboration de Nicolas Bernier, cette fois avec Jérôme Minière, dans Une fête pour Boris, la dernière création du Théâtre Ubu, présentée au Festival TransAmériques ces jours-ci. 5 / 6

… ont façonné de vastes paysages oniriques dans lesquels l’auditeur erre de découverte en surprise …

Review

Sven Swift, 12rec.net, Wednesday, May 6, 2009

You know Nicolas Bernier for his cooperation with Montréal guitarist Simon Trottier (12rec.042). At ekumen.com, Nicolas promotes friendly artists and his own solo works, like Milliseconde topographie or his ongoing project with dancer and composer Jacques Poulin-Denis. These days, ekumen publishes the second CD of the duet, entitled Sur fond blanc.

This is what you can read about the album at ekumen.com:

Sur fond blanc explores the themes of interior space, emptiness and absence. The album recreates white page where everything can happen, a neutral canvas made of electronic textures and field recordings where impressions, memories, and fragments of life appear.”

What sounds abstract and academic is in fact a wonderful patchwork of cinematic field recordings, fragementary vocals and textural drone patterns. The arrangements are fresh and aerial, and although an influences from Tim Hecker is apparant, Bernier and Poulin-Denis succeed in finding their own language between experimental electronic music, acousmatica and performance art.

Review

Frans de Waard, Vital, Tuesday, May 5, 2009

The follow up to Étude no 3 pour cordes et poulies by Nicolas Bernier and Jacques Poulin-Denis is Sur fond blanc, and its also a piece of music they recorded for a dance piece, which, according to the press text “explores the themes of interior space, emptiness and absence”. Bernier and Poulin-Denis are boys with laptops, but also a keen interest in using acoustic sounds, and, what makes this release even more interesting: there is an extensive use of voice material. They whisper most of the time, and add a feeling of absence and loneliness to the play. The music itself is quite nice, but not spectacular. There are lots of drone like sounds, micro glitch material, processed guitars and all the common place from the world of microsound and lowercase, mixed with a bit of clicks and cuts. But its the use of voice material that keeps this interesting, almost in a Hörspiel like manner. Hard to say what it is about, the voices or the music, but even without the dance its quite nice. Nothing new here under the sun, and Bernier and Poulin-Denis perform their music with great care and style, no doubt, but I couldn’t help thinking I heard and saw it before.

… what makes this release even more interesting: there is an extensive use of voice material. They whisper most of the time, and add a feeling of absence and loneliness to the play.

More Texts

SentireAscoltare