Télépathie A_dontigny, Diane Labrosse

  • SODEC

Recorded live on April 20, 2002 under the original title “Fragments, segments, séquences,” here is a surprising new collaboration between A_dontigny (Napalm Jazz, morceaux_de_machines) and Diane Labrosse (known for her previous projects with Ikue Mori, Martin Tétreault, Zeena Parkins, Les Poules, etc.) Both have brought in unheard tones yielding an uncommon ground even for these musicians known for their extreme versatility. Between them, a formidable, diabolically telepathic understanding.

A rare and exceptional meeting between two all-terrain improvisers who here treat sonic matter with much tact, overflowing with inventivity.

  • No Type
  • IMNT 081 / 2003
  • UPC/EAN 771028808120
  • Total duration: 48:24

Stereo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Télépathie

A_dontigny, Diane Labrosse

Some Recommended Items

In the Press

  • Richard Grooms, The Improvisor, January 1, 2005
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no. 43, February 1, 2004
  • Harald Wiltsche, Skug, no. 56, December 30, 2003
    … einen hochgradig beklemmenden Klangraum…
  • Deanna Radford, Stylus Magazine, December 1, 2003
  • T™, Black, no. 33, November 1, 2003
  • Stewart Gott, Flux Europa, October 31, 2003
    … a powerful and ever shifting web of sound and texture.
  • SVS, Rif Raf, October 14, 2003
  • Grégoire Courtois, Fluctuat, October 1, 2003
  • Grégoire Courtois, Fluctuat, October 1, 2003
    … une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.
  • Massimo Padalino, Blow Up, no. 65, October 1, 2003
  • PR, Coda Magazine, September 11, 2003
    … une créativité jamais prise en défaut et d’un immense plaisir à jongler avec les sources…
  • Alfonso Méndez, Satelitepop, September 7, 2003
    Sin duda una puesta arriesgada no apta para todos los oídos.
  • Joris Heemskerk, KindaMuzik, September 1, 2003
  • Jean-François Micard, D-Side, September 1, 2003
  • Walt Miller, Splendid E-Zine, August 26, 2003
    … they have an intuitive connection that enhances the bone-chilling tunes they’ve recorded…
  • Frans de Waard, Vital, no. 384, August 13, 2003
    It’s good, sturdy improvised electronic music…
  • Bart Plantenga, wReck thiS MeSS, July 25, 2003
    … giving shape to collections of sound found in the cracks between frequencies…
  • Nicolas, Absurdities, no. 8, July 19, 2003
    … electroacoustic to ambient soundscapes to more experimental noisy tunes… made me like a lot the rich flavours of this surprisingly good encounter.
  • Andreas Stuhlmann, Real Tokyo, July 1, 2003
    … subtle rhythms and melodies mysteriously born out of the duo’s equipment… an outstanding title…
  • Nicola Catalano, Blow Up, no. 62-63, July 1, 2003
  • Julien Jaffré, Jade, no. 12, June 18, 2003
    … une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes.
  • JWB, Gonzo Circus, no. 57, June 1, 2003
  • François Couture, Ici Montréal, May 29, 2003
    … captivant…
  • Jeremy Keens, Ampersand Etcetera, no. 2003_f, May 24, 2003
    … clattering percussive, computer music, long tones, whippoorwills and squeaky hiss.
  • François Couture, AllMusic, May 22, 2003
    … doomsday ambient music and menacing digital experiments…
  • Paul Bijlsma, Phosphor, May 18, 2003
    … nice sombre improvisational atmosphere with enough variation and noise to keep the music far from boring.
  • Raf Katigbak, Montreal Mirror, May 8, 2003
    … ranging from electronic bleeps, hisses and bursts of noise to organic squelches and crumbles…
  • Anne Sulikowski, Earshot, May 1, 2003
    Télépathie is a must for fans of noise, collage, explosions and just plain weird stuff.

Review

Richard Grooms, The Improvisor, January 1, 2005

Two Montréal improvisers recorded live. A lot more happens here than on most noise-oriented records. For one, the noise is varied a lot, and goes somewhere. It does more than try to shock. And it doesn’t sound like dreck. I like the hyperreggae of média tactique which like a lot of the outing here is noise music you can follow. What’s more, the large majority of the material here enchants and surprises, and makes cacophony pleasurable. Hoodathunkit?

Kritik

Harald Wiltsche, Skug, no. 56, December 30, 2003

[…]»Télépathie« reprösentiert einen der spannendsten Aspekte zeitgenössischer Tonkunst, nömlich den der elektronischen Liveimprovisation. Und was Diane Labrosse (Sampler) und A_dontigny (Computer) hier bieten, ist eine der dichtesten und fesselndsten Aufnahmen seit langem. Angesiedelt irgendwo zwischen Ambient, Noise und Glitch, manovrieren die beiden durch einen hochgradig beklemmenden Klangraum, der die perfekte Untermalung für ein Zusammentreffen zwischen Freddy Krueger und Mad Max bieten würde. Aber nur, wenn beide inzwischen promoviert haben.

… einen hochgradig beklemmenden Klangraum…

Review

Deanna Radford, Stylus Magazine, December 1, 2003

This, the result of two well-traversed Montréal improvisers A_dontigny (computer) and Diane Labrosse (sampler), is a fine listen. Certainly not easy-listening, this palpitating soundtrack verges at times on Richard H Kirk solo material or even the radio works of Achim Wollscheid. The result: a blender of crossed radio-waves, submerged deep-sea musical instruments and found-sounds that’s best listened to on random. The four tracks on this album each expel their own interesting story of visceral sonic shapes and l’il bitty melody, shake-ups, living science fiction and musique actuelle that individually deserve your full attention.

Review

Stewart Gott, Flux Europa, October 31, 2003

Four long electronic improv tracks from this Montréal duo, each with an established pedigree in avant performance: this CD is a recording of a concert that took place at Casa del Popolo in April 2002. There is not a musical instrument in sight: Dontigny manipulates a computer, while Labrosse uses a sampler. The result is a stew of noise, at times oppressive, at others subdued - a powerful and ever shifting web of sound and texture. Ever inventive, the glitchy first track t.s.f. is for me the best of the bunch, with snatches of classical music put through an industrial washing machine on fast cycle. There seems to be a lot of decent music coming out of Canada. Here’s some more of it.

… a powerful and ever shifting web of sound and texture.

Kritiek

SVS, Rif Raf, October 14, 2003

Vers vocht uit de druipende uiers van het Canadese No Type-label. Het duo Coin Gutter maakt niets ontziende, hard industriële en dan weer sacrale elektronische ambient en noise, vaak doorspekt met moderne compositie. Denk aan Yannis Kyriakides in een remix door Merzbow.

Oeuf Korreckt is, ondanks zijn lullige groepsnaam, een bijzonder groovy elektronicacollectief dat met scherpe, licht industriële ritmes erg doeltreffend uit de hoek komt. Alleen jammer van die introverte, weinig verheffende productie.

De sampling-artieste Diane Labrosse werkte de voorbije tien jaar met klinkende namen zoals Ikue Mori, Martin Tétreault en Zeena Parkins. Elektronicafreak A_Dontigny was dan weer lid van het beruchte collectief Napalm Jazz. Tesamen brengen Labrosse en Dontigny spannende, verrassende en verontrustende elektronica -en ambientpassages die je het best beluistert met de deur op slot en het huisalarm op extra sensitive.

We Remain Faded van Headphone Science is de meest beklijvende release bij No Type. Met zijn mix van stuiterende hiphop en aan flarden gesneden raps leunt dit project van Dustin Craig nog het meest aan bij Prefuse 73. Maar de epische soundtrackmuziek die Craig in zijn composities verstopt, sleept deze plaat weg uit het avanthophoekje.

Twee erg leuke 10inch-vinylletjes zijn die van de Zweedse Claudia Bonarelli en de Amerikaan Todd Brooks a.k.a. Books on Tape. Met respectievelijk wollige clickhouse en punky elektrobeats zetten zij de street credibility van No Type extra in de verf.

Les clés télépathiques

Grégoire Courtois, Fluctuat, October 1, 2003

Au départ prévue pour être collective, cette interview a finalement été préparée avec les deux protagonistes séparement… afin de vérifier si un lien télépathique les unissait vraiment.

Fluctuat: Même si vous vivez tous les deux à Montréal et que vous travaillez chacun dans le même registre de la nouvelle musique électronique, pouvez-vous nous préciser comment s’est passé votre rencontre et ce qui vous a amené à décider de ce concert en duo?

Diane Labrosse: Aimé m’a proposé de jouer avec lui et même si je ne connaissais pas beaucoup son travail, l’idée m’a plue immédiatement. J’aime beaucoup jouer avec de nouvelles personnes et surtout dans une rencontre autour de l’improvisation. Alors, en fait, notre rencontre, la vraie, s’est passée sur la scène de la Casa del Popolo.

a_dontigny: J’avais le désir d’improviser avec Diane depuis 1998. À l’époque je n’étais pas à Montréal mais à Québec. Depuis 1995, j’animais avec Érick d’Orion une émission de radio hebdomadaire, consacrée à la superposition de tout ce qui nous tombait sous la main - de Coltrane à Autechre - ce qui était alors Napalm Jazz dans sa version primitive.

Diane travaillait alors avec Michel F Côté sur un projet du metteur en scène Robert Lepage (dont les bureaux et les studios sont basés à Québec) mais une première tentative d’improviser en direct à la radio ne s’est pas concrétisée.

En 2000, j’ai déménagé vers Montréal et, peu de temps après, j’ai commencé à travailler pour les deux piliers de la nouvelle musique au Québec, empreintes DIGITALes (musique acousmatique) et Ambiances Magnétiques (musique actuelle). Après plusieurs concerts et parutions sur No Type, me sentant plus en confiance, j’ai tout simplement noté le numéro de téléphone et appelé Diane. Elle a un horaire assez chargé mais nous nous sommes entendus sur un soir disponible à la Casa del Popolo.

J’étais très enthousiaste!

Fluctuat: Vous êtes tous deux attirés par l’improvisation, de manière plus ou moins cadrée. Dans quel mesure avez-vous préparé ensemble ce concert?

Diane Labrosse: De façon très spontanée. Ni un ni l’autre n’a proposé de se voir à l’avance et d’élaborer des cadres ou de structurer la soirée. Personnellement, je me méfie des soirées structurées mais pas vraiment répétées. Souvent ça agit comme un carcan.

a_dontigny: 3 minutes avant de monter sur scène, nous nous sommes demandés comment débuter le concert et elle m’a simplement dit: «commence, toi». Nous avions fait nos soundchecks séparément parce que nous ne finissions pas de travailler à la même heure (c’était un jeudi soir, je crois). Nous avions parlé un peu avant le concert, mais de Martin Tétreault. Tout ça pour souligner que cet enregistrement est le résultat le plus près possible d’une improvisation totale.

Fluctuat: Le résultat esthétique de Télépathie est beaucoup plus «calme» que la plupart de vos travaux respectifs en solo. A quel moment de votre travail le choix de cette sensibilité moins bruitiste s’est-il imposé?

Diane Labrosse: Ca devait appartenir à une belle soirée d’avril. Avec une petite brise printanière. Ou bien on s’était tous les deux défoncés musicalement et décibellement ailleurs et on avait envie de calme ce soir là.

a_dontigny: Le résultat est tel, non pas parce que c’est une décision préméditée, non pas parce qu’il y avait un quelconque concept directeur, mais bien parce que Diane (tel qu’elle est) et moi (tel que je suis) ressentions ce présent-là de cette manière. Nous avons a posteriori nommé cette rencontre Télépathie justement pour souligner à quel point nous étions nous-même surpris par la cohésion et l’équilibre de l’ensemble, tout comme de l’étendue de nos affinités.

Fluctuat: Avec quel type de matériel travaillez-vous en concert?

Diane Labrosse: J’utilise simplement un échantillonneur et je travaille le bruitisme et les effets.

a_dontigny: C’est toujours en rapport direct avec le projet. Avec Érick d’Orion (morceaux_de_machines) c’est toujours le plus «cru» possible - ordinateurs, oscillateurs, feedbacks, lecteurs CD. Pour Napalm Jazz (avec Érick et le saxophoniste Philémon et presque toujours un invité différent) c’est une tendance plus «analogique» - tables-tournantes, synthétiseur pour enfant, vieux effets de guitare électrique.

Pour ce concert avec Diane - et aussi à Mutek en mai dernier - j’ai utilisé mon gros IBM beige, le shareware Audiomulch et les freeware de IXI.

Je n’ai jamais été tenté par les «grosses pointures» (du type Max/Msp). Ma musique ne dépend pas des plugins que j’utilise mais de ma capacité de tirer la plus large palette sonore possible d’une instrumentation adaptée à la situation. Que ce soit un lecteur CD branché dans une distorsion de guitare, un lecteur de cassette et un vieux synthétiseur, le studio de ma radio communautaire ou un micro dans ma bouche. C’est le compositeur/l’interprète qui doit performer, pas l’algorithme.

Fluctuat: Est-ce que pour un concert de ce type, au-delà de la qualité du matériel de diffusion et de ce que l’on peut entendre sur le disque, vous avez travaillé sur la spatialisation de vos compositions? Si non, est-ce que ce type de recherche vous intéresse?

Diane Labrosse: Je pense que nous travaillons tous les 2 beaucoup sur la spatialisation «live». Donc, sans concertation, il peut arriver beaucoup de choses surprenantes, complémentaires comme en opposition. J’aime beaucoup ce que la spatialisation permet. J’ai d’ailleurs fait un projet avec 3 confrères français (Xavier Charles, Jean-Christophe Camps et Carole Rieussec) et mon collaborateur de longue date (Martin Tétreault) au Festival de Musique Actuelle de Victoriaville en mai dernier. Une installation sonore de 10 hauts-parleurs en pourtour de salle avec musiciens au centre et public entre les musiciens et les hauts-parleurs. Ça donnait des résultats étonnants.

a_dontigny: Dans le cas de Télépathie, non. Mais cette recherche m’intéresse: En plus du récent enthousiasme pour le Montréal-electronica (Mutek, Montréal Electronic Groove, l’arrivée des bureaux nord-américains de Ninja Tune et de Force Inc.), la tradition de musique-concrète est, depuis les années 80, très vivante à Montréal avec les Dhomont, Normandeau et Daoust qui enseignent et produisent des concerts. Il y a trois importantes institutions électroacoustiques basées à Montréal: l’Association pour la Création et la Recherche Électroacoustique du Québec (ACREQ) qui organise le festival ELEKTRA, l’étiquette de disque empreintes DIGITALes et la société de concert Réseaux. Réseaux organise des concerts acousmatiques depuis 10 ans, les «Rien à voir». Depuis plusieurs années, il y a deux séries de concerts par saison, avec tous les visiteurs de marque que cela implique (Parmegiani, Smalley, Oswald, Parmerud, Harrison, Bayle). Depuis décembre 2001, No Type organise une partie des événements «Rien à voir», particulièrement une série de concerts «off» qui donnent aux jeunes compositeurs d’electronica, de bruitisme et d’improvisation la chance de diffuser leurs compositions sur acousmonium.

Fluctuat: Pour nos lecteurs, majoritairement français, vous pouvez nous parler de la Casa del Popolo, le lieu d’enregistrement de ce concert? Il accueille souvent ce type de performance?

a_dontigny: Oui, beaucoup! À la fois restaurant végétarien, petite salle de concert et bar, la Casa del Popolo a été fondée en 2000 par Mauro Pezzente (du groupe Godspeed You! Black Emperor) et sa partenaire Kiva Stimac. Dès sa création, il était clair que la Casa servirait de podium pour les scènes alternatives les moins bien représentées de Montréal (spoken word, folk-post-rock, free-jazz, etc.). La Casa devint rapidement le plus important nexus de toutes les musiques marginales de la ville, avec un festival international annuel maintenant dans sa deuxième année (Suoni Per Il Popolo - pour lequel beaucoup de musiciens de free se déplacent; on y a vu Peter Brotzmann, Evan Parker, William Parker, les soeurs Zeena et Andrea Parkins, Gerry Hemingway et tant d’autres!).

Diane Labrosse: La Casa del Popolo est un lieu très particulier qui a vraiment redonné une vie aux musiques actuelle et improvisée à Montréal. Je l’explique du fait qu’il y ait des concerts à tous les soirs, et qu’il y ait aussi une grande variété de genres musicaux et de musiciens(nes); en plus, les prix d’entrées sont raisonnables. Bien que ce soit petit comme place, on y voit même des artistes internationaux de passage à Montréal.

Fluctuat: Comment pouvez-vous qualifier le public montréalais? Il s’agit de spécialistes ou bien cette musique réussit à percer chez des amateurs aux sensibilités moins pointues?

Diane Labrosse: Je trouve qu’il y a présentement un rajeunissement et une ouverture du public au Québec. Et ceci contribue à la vitalité de la musique actuelle et improvisée ici. Beaucoup de jeunes musiciens curieux et créatifs s’inventent des instruments, se fabriquent des machines et cela favorise le développement de la musique bruitiste et électronique. La musique d’invention!

a_dontigny: Le public montréalais est comme tous les publics, borné et enthousiaste à la fois. Imprévisible dans ses coups de coeur mais aussi très souvent aiguillé par les médias de masse. Par contre, c’est surtout que la vie à Montréal est assez différente de partout en Amérique du nord. Il n’y a pas de paranoïa anti-drogue, pas de paranoïa patriotique, il y a peu de violences ethniques, le coût de la vie y est encore plus pas que presque partout au Canada, ce qui explique sûrement pourquoi tant d’artistes américains et canadiens, toutes tendances confondues, s’y retrouvent.

Fluctuat: Votre disque est l’un des nombreux exemples de collaborations et recoupements d’influences qui semblent se multiplier de votre côté de l’Atlantique. En fait, vu d’ici, la scène montréalaise semble très soudée, comme si il ne s’agissait que d’un seul gigantesque collectif. Personne ne déteste donc personne?

Diane Labrosse: Elle est bien bonne celle-là! Oui, effectivement il y a une forte notion de «collectif» mais je pense que c’est le style de musique et le fait que cette musique ne rejoigne quand même pas la majorité des gens qui favorise cela. Cela crée une sorte de confrérie de musiciens et d’auditeurs. D’ailleurs on fonctionne souvent dans une sorte de géométrie variable et d’interchangeabilité!

a_dontigny: Oh, il y a bien toutes les petites chicanes habituelles entre artistes, mais c’est surtout entre producteurs que c’est plus délicat. Les ventes de CD sont globalement basses, les salles de spectacles disponibles pour la nouvelle musique sont peu nombreuses… Même dans les segments plus marginaux de l’industrie, il y a toujours une certaine diplomatie obligatoire, mais dans le cas de No Type, nous avons la chance d’être à la fois sarcastiques et incompris!

Fluctuat: Comment est-ce que vous ressentez, et plus généralement les musiciens «indépendants» canadiens, la proximité géographique avec les Etats-Unis? Les majors vous semblent-elles avoir une influence importante sur la création musicale?

Diane Labrosse: Tout d’abord, Les musiciens «canadiens» sont très différents des musiciens québécois. Eh oui! C’est la pure vérité. Les canadiens sont certainement plus proches des américains because la langue, of course! - et donc certainement plus influencés par cette culture. Et la musique de création (improvisée ou non) est à des années lumières des majors de tout acabit! Et c’est bien tant mieux! Les américains, et les majors influencent les gens qui recherchent le succès, la vente de million de cd, le vedettariat!!! Les musiciens québécois que je connais sont tout à fait affranchis de la culture américaine, ne la recherche pas du tout et même la conteste!

a_dontigny: La proximité et l’influence sont deux problématiques distinctes. Géographiquement, les villes canadiennes sont assez éloignées l’une de l’autre pour que, dans la plupart des cas, il soit plus simple à un musicien canadien de se produire dans une ville américaine que dans la ville canadienne la plus proche. Un exemple simple serait la scène techno qui s’est constituée dans la ville de Détroit (Michigan) constituée en partie de canadiens de Windsor (Ontario), le plus connu d’entre eux étant Richie “Plastikman” Hawtin. Pour ce qui est de l’influence des majors, je la discerne surtout dans la production. J’oserais même affirmer que, présentement, les producteurs hip-hop des majors sont une source d’inspiration «technique» très importante. Je pense à Timbaland, par exemple, qui a frappé l’ouïe de tout ceux qui produisent de la musique électronique; il a créé un impact pop très fort avec des moyens techniques accessibles pour beaucoup. J’ajouterais que la scène a été réchauffée par le phénomène du «bootlegging» (ces remix maison non-autorisés) et les travaux d’échantillonnage plus largement diffusés des Kid 606, Akufen…

J’ai personnellement été beaucoup plus influencé par les Marclay, Tétreault, Ground Zero et consorts, mais dans une perspective beaucoup plus large je dirais que le hip-hop est ce qui fait évoluer le plus la production ces temps-ci — un peu comme la vague du heavy rock a fait évoluer l’équipement de studio dans les années 80.

Fluctuat: Aimé, de ton côté, tu participes activement au net-label No Type depuis sa création. Est-ce l’un et l’autre vous pensez que la diffusion gratuite en ligne est une alternative viable à l’omniprésence médiatique de l’industrie du disque?

Diane Labrosse: Ça peut peut-être faire connaître des musiques qui autrement resteraient dans l’ombre. Mais ça n’enrichit certainement pas les compositeurs et créateurs qui font des disques à leurs frais.

a_dontigny: Hum, j’ai quelques difficultés avec la formulation de la question mais je vais essayer d’être clair.

Je n’ai jamais considéré l’édition en ligne comme une alternative. C’est une forme de diffusion, comme la radio ou les supports physiques. Présentement, internet est légèrement plus accessible que la plupart des supports physiques mais cela peut changer d’ici peu. Je ne serais pas surpris que la diffusion internet soit éventuellement si réglementée (comme la télévision, par exemple) qu’il soit de nouveau plus simple pour les musiciens de publier un CD ou une cassette audio plutôt que d’offrir des fichiers au téléchargement public.

La seule alternative à l’omniprésence médiatique des majors serait d’avoir nous aussi des millions de dollars US à dépenser. Mais c’est impossible. Il coûte plus cher de promouvoir un CD que de le fabriquer. Les publicités dans les journaux sont hors de prix, beaucoup de magazines requièrent l’achat de publicités pour que les albums y soit critiqués, etc. C’est pourquoi les zines, les émissions de radio étudiantes ou communautaires (ou pirates!) mais surtout les concerts et les tournées sont encore les seules façons de rejoindre le public.

Une dernière chose. Je n’ai jamais supporté les fourre-tout de type mp3.com. Je considère personnellement qu’une certaine finalité dans la présentation est une forme de respect envers le public. Nous avons dit de No Type, à sa création en 98, que c’était un «net-label» justement pour souligner qu’on y proposait des «albums», des projets finis que l’artiste offrait avec une intention de réalisation égale à celle des productions professionnelles — ou, si l’artiste optait une structure mouvante, une assurance de soins dans la réalisation; par exemple: les Variants de Tomas Jirku, où les pièces proposées changeaient de jour en jour. Nous n’avons jamais dilué nos objectifs artistiques. Et ces objectifs ne sont pas principalement esthétiques mais essentiellement politiques. C’est pourquoi ces multiples genres musicaux cohabitent effrontément sur No Type.

Fluctuat: Je vois sur la pochette de votre disque qu’il a reçu le soutien de la SODEC. Est-ce que les instances culturelles vous paraissent soutenir suffisamment vos recherches?

Diane Labrosse: La SODEC apporte une «participation» à la mise en marché que nous ne négligeons pas. Il y a aussi les Conseils des Arts du Canada et du Québec qui apportent régulièrement leur soutien à l’enregistrement, à la production et aux tournées. Ceci est pour nous indispensable et permet de tenir le coup!

a_dontigny: C’est l’ensemble de nos productions québécoises (empreintes DIGITALes et No Type réunis) qui ont reçu du soutient de la SODEC. Ce n’est qu’une goutte face aux dépenses de production et de promotion. Les politiques culturelles au Québec ont des objectifs qui peuvent sembler satisfaisants mais leur budget est si anémique… Cela fait plus de 40 ans qu’il a été recommandé de hausser l’aide culturelle pour qu’elle représente 1% du budget global de la province et ce ne fut jamais atteint.

Fluctuat: Pour finir, vous pouvez nous parler de vos projets, à court ou long terme?

Diane Labrosse: Comme je disais j’ai fait un projet avec ce quintet ad hoc qui a présenté un très bon concert à Victoriaville. Nous espérons remettre ça en Europe en 2004, en France et en Suisse peut-être. Par ailleurs j’ai un duo avec Martin Tétreault (tourne-disques) qui tourne régulièrement. Nous allons au Japon en novembre, en Australie en février. J’ai aussi des concerts avec le trio Les Poules (Joane Hétu, Danielle Palardy Roger). Nous revenons de la Californie et serons en Espagne le mois prochain. Cette année je veux faire un disque en solo et je suis en train d’écrire la musique pour un quintet autour de la thématique animale.

A long terme, bien vivre avec mon amoureux, bien bouffer avec les amis, faire beaucoup de musique, jouer plus d’accordéon, aller plus souvent à la campagne, boire du bon vin. Bon, ça va, j’arrête!

a_ dontigny: Je consacre mon temps principalement à trois projets. Mon duo avec Érick d’Orion, morceaux_de_machines. Notre deuxième CD, Estrapade, sera publié sur No Type en février 04. Nous serons également en spectacle avec Martin Tétreault et Otomo Yoshihide à la fin de ce mois-ci. Je suis aussi le commissaire d’une petite section de No Type, Sine Fiction. C’est une série d’adaptation musicale de classiques de la science-fiction: http://www.notype.com/sine/. Mais ce qui me procure beaucoup de plaisir depuis cet été est de jouer régulièrement avec le compositeur Paul Dolden. Nous nous réunissons chez moi deux fois par mois pour improviser cordes versus ordinateur (Paul est un très bon instrumentiste - guitare électrique, violoncelle, violon).

Morceaux de médias

Grégoire Courtois, Fluctuat, October 1, 2003

a_dontigny et Diane Labrosse, deux figures majeures de la nouvelle scène électronique canadienne, s’associent le temps d’un concert pour un troublant moment de symbiose électronique.

D’un côté nous avons Aimé Dontigny, membre actif du (net-)label montréalais No Type, fondateur du collectif Napalm Jazz et deuxième moitié du duo Morceaux_de_machines. De l’autre, Diane Labrosse, électron hyperactif qu’on a vu collaborer régulièrement depuis les années 80 avec des pointures comme Ikue Mori, Martin Tétreault ou d’autres musiciens du label Tzadik de John Zorn. Le résultat sur le papier promettait une double déferlante bruitiste mais c’est avec quatre pistes subtiles qu’on se retrouve, faites de chuintements, de larsen, de cracks et de sons blancs certes, mais paisiblement assenés comme autant de notes de musique. C’est ainsi très rapidement qu’on oublie le duo et ces deux voix surgies de l’échantillonneur de Diane Labrosse et de l’ordinateur de Dontigny se fondent en une seule, lancinante et d’une redoutable efficacité.

Enregistré à la Casa del Popolo le 20 avril 2002, ce concert est donc une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.

Tout au long du disque, c’est en effet pétrifié que l’on assiste aux virages de la composition et aux enchaînements de timbres avec un plaisir d’autant plus important que l’on sait la totale improvisation de la performance. Sur ce point, la réactivité de Dontigny et de Labrosse force le respect et on comprend pourquoi Fragments, segments, séquences a été rebaptisé Télépathie.

Pur médium

Le disque s’ouvre sur le morceau t.s.f., inquiétantes variations autour de nappes de cordes et de grésillements blancs. La détérioration progressive de ce qui semble être un sample extrait du groupe de violons d’un orchestre, méthodiquement dévoré par des craquellements feutrés de plus en plus envahissants, dessine un paysage noyé dans les volutes de fumée d’une catastrophe passée et ce que notre oreille reconnaît comme une orchestration classique prend le statut de débris, de reliquat d’un monde perdu.

Ainsi on pourra interpréter le titre du morceau, soit l’un des premiers appareil de diffusion radiophonique à entrer dans les foyers, à la fois comme le témoignage fidèle des perturbations d’ondes qu’on pouvait entendre à cette époque, mais aussi comme l’idée que ces interventions du hasard sur la matière sonore sont aujourd’hui révolues, polies par la perfection d’un matériel haute-fidélité.

A part l’homme éveillé, qui est encore en mesure de stopper ou modifier le message publicitaire vertical directement de l’émetteur au récepteur? C’est l’une des questions posées tout au long de l’album, aux accents glitch même si la perturbation de signal est ici totalement maîtrisée et ne laisse que très peu de place au hasard.

Grondement du monde

Engagé par ce premier morceau en guise d’introduction thématique, le concert ne s’écartera jamais de sa problématique médiatique, tantôt bouillonnant d’une sombre agitation, carnaval de particules sonores déchaînées se mettant à envahir le spectre musical comme autant de voix électroniques interceptées alors qu’elles fonçaient autour du globe (antenne parabolique), tantôt grondement para-humain des appareils, révélant la vie propre des systèmes de mesure et de quadrillage de notre environnement (photo satellite), gospel hermétique de ces nouveaux esclaves de circuits imprimés à qui nous demandons tout sans jamais prendre la peine de les écouter.

Les ambiances développées dans la seconde partie du live deviennent ainsi progressivement tragiques, presque mélancoliques et c’est aussi lors de ces moments de tension retenue que les deux musiciens parviennent à cette symbiose surnaturelle dont nous parlions plus haut.

Offensive radiophonique

A ce titre, c’est le dernier morceau, média tactique, qui est le plus troublant, tant les voix de Labrosse et Dontigny parviennent à totalement se fondre l’une dans l’autre avec un aplomb rageur qui prolonge un discours introductif provenant visiblement d’une émission de radio et vantant la liberté de consommer du cannabis.

Orientées par la seule citation du disque, les variations abstraites qui suivent acquièrent donc paradoxalement un sens à la fois militant et neutre, prônant à demi-mot la ré-appropriation du mass-media, le droit à la subversion politique et musicale (un sample de reggae méconnaissable termine l’album) et concluent dans l’espoir ce panorama de la suprématie médiatique en apportant la preuve indéniable que tout objet invisible lancé dans la foule des hommes est sujet à sa ré-interprétation, que celle-ci soit effectuée par les aléas d’une technique pensante ou bien par l’esprit critique de quelques hommes échangeant leurs points de vue.

Une force mystique empêcherait-elle l’humanité de sombrer dans l’uniformisation imposée par la technique? C’est de toute évidence l’hypothèse doucement sous-entendue par cette miraculeuse télépathie.

… une vraie réussite, tant au niveau du rythme, très maîtrisé par les deux protagonistes, que du point de vue des sonorités exceptionnellement complémentaires.

Critique

PR, Coda Magazine, September 11, 2003

Pour produire la musique globalement ambient et sereine, bien que continuellement parcourue de craquements minimalistes et d’impressionnants bruissements qui zèbrent l’espace sonore du bien nommé Télépathie, Diane Labrosse (des groupes féminins Wondeur Brass et Justine) et a_dontigny (connu pour son travail au sein du collectif Napalm Jazz), en parfaite osmose, ne se servent respectivement que d’un échantillonneur et d’un ordinateur portable, dont ils font des instruments à part entière, au-delà des seules idées de détournement et de piratage souvent à l’œuvre chez nombre de leurs confrères. Sur cet opus dans la lignée du remarquable Île bizarre justement réalisé par Diane Labrosse en compagnie de la percussionniste électronique Ikue Mori, le duo développe et explore des formes à l’expressionnisme abstrait mixées en direct à la Casa Del Popolo en avril 2002. Ce disque témoigne d’une créativité jamais prise en défaut et d’un immense plaisir à jongler avec les sources, au point que l’écoute sera forcément jubilatoire pour qui se laisserait transporter par ces ambiances.

… une créativité jamais prise en défaut et d’un immense plaisir à jongler avec les sources…

Discos

Alfonso Méndez, Satelitepop, September 7, 2003

La escena musical canadiense concentra a un buen número de músicos abonados a la experimentación. Existe una escena que profundiza en los impulsos de la música y los reconstruye ya sea con nuevos recursos tecnológicos o de manera clásica . A_Dontigny y Diane Labrosse llevan años haciendo individualmente aportaciones a la música avanzada y ha tenido que ser en la ya mítica sala Casa del Popolo donde estos dos particulares músicos se han encontrado y fusionado su talento. Dontigny con su ordenador y Labrosse a manos de un sampler grabaron una actuacion que ofrecieron en dicho lugar, el 20 de abril del 2003, y en la que interpretaron cuatro largos temas donde improvisan uno sobre el otro y en el que la particular conexión entre ambos da lugar un disco de electrónica experimental equilibrado, ordenado, con cierta abstracción y momentos acertados, algo presumiblemente dificil, al contrario de lo que pueda parecer.

El trabajo de Dontigny y Labrosse es todo un experimento en el que ponen a prueba esa Telepatía que aguran en el título. Sin duda una puesta arriesgada no apta para todos los oídos.

Sin duda una puesta arriesgada no apta para todos los oídos.

Kritiek

Joris Heemskerk, KindaMuzik, September 1, 2003

Dit is een fijn staaltje live opgenomen noise-improvisatie. A_Dontigny (Aimé Dontigny) free noised al een tijdje met zijn speeltjes Napalm Jazz en Morceaux_de_machines. Diane Labrosse is een liefhebster van abstracte noise en samples. In de avantrockkringen maakte ze eerder deel uit van de Wonderbrass en Justine. Arty rock met een duidelijk aanwezige feministische inslag. Van dat feministische is gelukkig niks te horen op Télépathie. Beide artiesten laten zich lekker gaan achter een computer en sampler om zo heerlijk abstracte noisecomposities te brengen.

Zoals het bij een live-voorstelling hoort wordt de spanning langzaam opgebouwd. Langs opborrelende white noise-bellen en filmische, felle geluidsfragmenten op t.s.f. naar de steeds intenser wordende noisevlakken van photo satellite. Als de maximale intensiteitsfactor wordt gehaald, schakelen de twee terug om zo weer te beginnen met het creëren van een nieuw spanningsveld. Langzaam maar zeker komt photo satellite weer op gang met een langgerekte toon die wordt onderbroken door steeds sterker wordende noisewindvlagen.

média tactique start met een een Frans gedicht van Denis Vanier, op de achtergrond onheilspellende ruis en verstorende mokerslagsamples. De stem vervaagt en een storm van fluitende noise steekt op. De wirwar van lawaai gaat over in een zowaar herkenbaar noiseritme waarmee de live voorstelling en daarmee ook dit album eindigt. De storm die je eigenlijk al aan zag komen heeft je toch verrast. Ik ben benieuwd wat No Type nog meer met deze twee van plan is.

Review

Walt Miller, Splendid E-Zine, August 26, 2003

Imagine two painters working on the same canvas: two visions and two different palettes result in a finished work, with no communication in preparation or during the process. It’s hard to picture a movement built around collaborative improv for visual arts, but what would be the point? The beauty in a painting is the finished work, whereas listening to music as it’s conceived and put to tape can be incomparably more satisfying. Obviously, jazz is a prime example, but experimental/noise music, with its rule-breaking, anything-goes uniqueness, holds extra appeal for many.

Aimé Dontigny and Diane Labrosse are unlikely collaborators given their histories. Dontigny is known for his underground solo work, as well as his releases with free-noise collective Napalm Jazz and electronic duo morceaux_de_machines. Labrosse is possibly more on the establishment tip, having landed commissioned work ranging from theatre, dance and cinema to more recent events sponsored by various Canadian arts councils. Musical background be damned; Dontigny and Labrosse — both improv enthusiasts — gel wonderfully on this rare meeting, recorded live on April 20, 2002.

From the onset of Télépathie’s four tracks, the mood is darkly cinematic and unsettling, with Dontigny and Labrosse delivering succulent sounds plucked and chosen with inventive reasoning — but don’t even bother trying to tell who’s doing what. The underwater experience of t.s.f. is encapsulated in suffocating classical strings, pitched down in shark tank acoustics with the morass of industrial noise and oxygen bubble escapement filling the vacuum. Despite the piece’s near-beatlessness, the duo gets off to an aggressive start, assaulting you with enough sonic imagery that you’ll fear drowning. By the time the droning strains of antenne parabolique introduce themselves, Télépathie has established itself; you will travel down this weightless track — which features a company of wailing, chain-rattling digital banshees and the chatter of hungry android rats building to crescendo - with morbid curiosity and anticipation. photo satellite brings more drones - the first half slathered with a racket wrought of static, and puking turntables (Merzbow would be proud), the second half built around low frequencies, harsh buzzes and percussive noise pinging off the walls like a superball. média tactique holds the disc’s closest moment to rhythmic intent, with crunchy, chopped up beats that sound like all of Autechre’s gear short-circuiting at once. It’s a fitting album closer, offering a peek at a more conventional - and thus more commercial - direction that the duo could follow if they tried.

It would be nice if Dontigny and Labrosse formed a recurring project, but there’s no suggestion that this will happen. Likely, this collaboration is one of a kind - a shame, in a way. One thing is certain: as a duo, they have an intuitive connection that enhances the bone-chilling tunes they’ve recorded for Télépathie.

… they have an intuitive connection that enhances the bone-chilling tunes they’ve recorded…

Review

Frans de Waard, Vital, no. 384, August 13, 2003

Two more releases on No Type, the label with some slight connections to empreintes DIGITALes. Upon until now most of the releases were rhythm based, the one by A_dontigny and Diane Labrosse is more along the lines of improvised, electronic music - dare I say, more along the lines of labels like Grob and Erstwhile? Of course, in matters like this, this is a live recording, of a year ago in the neat place of La Casa Del Popolo. It’s hard to guess what goes into the computer and sampler, source-wise I mean, but it’s all closely linked together. A broading atmosphere, sizzing drones open up here and only half way the more typical laptop sounds come alive, those that sound like tweaking sounds through max/msp programs. The two stay together throughout the entire disc, finding sounds that are alike, but each works on their own level. They work with a sound palette that is quite supplementary to each other. In the final track média tactique, they even offer a very slow dub piece that drowns in the use of the extra sounds. It’s good, sturdy improvised electronic music, with not much news under the sun, alas.

It’s good, sturdy improvised electronic music…

Review

Bart Plantenga, wReck thiS MeSS, July 25, 2003

Actually one of the best abstract conceptual discs I have received in some while. It seems to regard the unused and discarded noise produced by radios as fine raw material. It is a bit of adventurous sound seeking and giving shape to collections of sound found in the cracks between frequencies like there is some possibility for communicating with spirits to be found there.

… giving shape to collections of sound found in the cracks between frequencies…

Review

Nicolas, Absurdities, no. 8, July 19, 2003

No Type has started its own label too, besides the well known mp3 site they offer and to be honest they offer us some really cool musics for our listening pleasure. The first of the couple I checked is the A_dontigny, Diane Labrosse Télépathie CD, recorded live at the “Casa del Popolo” (guess somewhere in Québec? Or so in Canada). Within its 4 tracks (& its nearly 50 minutes) we can get electroacoustic to ambient soundscapes to more experimental noisy tunes as well that made me like a lot the rich flavours of this surprisingly good encounter. The second was the morceaux_de_machines liberum arbitrium CD, coming in the typical empreintes DIGITALes packaging (actually they house the No Type editions), a really phrenetic CD. Unfortunately don’t know much about this project besides the infos and mp3s that are available on No Type but this CD made me curious to check out their work. A kind of really “broken” sound but not with the meaning of hiss, crackle, scratch whatever. On the contrary, a kind of more noisy/frenzy Christian Marclay-like stuff. There were moments that I thought I was listening to a more noisy version of the impressive Marclay/Mueller More Encores CD. Truly impressive the way they treat & create their soundscapes & certainly a not so easy listening experience. Check it out!

… electroacoustic to ambient soundscapes to more experimental noisy tunes… made me like a lot the rich flavours of this surprisingly good encounter.

Review

Andreas Stuhlmann, Real Tokyo, July 1, 2003

After months of silence, and just in time for their showcase at this year’s Mutek 03, Montréal-based label No Type has unveiled another bunch of fine releases. For one that represents the experimental electronic end of the label’s palette, A_dontigny (computer) and Diane Labrosse (sampler) have teamed up for a sonic dialogue in which telepathy might in fact have played a part. The four pieces on this album sound as spontaneous as they seem to be compositions that have been worked out over years. While A_dontigny usually creates walls of noise with his morceaux_de_machines project, Labrosse is known as a former member of art rock bands, and from collaborations with several Tzadik artists. Considering this, Télépathie sounds rather quiet, and with subtle rhythms and melodies mysteriously born out of the duo’s equipment, it’s an outstanding title in the label’s list of albums that convince with originality and high tension. (4.5/5)

… subtle rhythms and melodies mysteriously born out of the duo’s equipment… an outstanding title…

Recensione

Nicola Catalano, Blow Up, no. 62-63, July 1, 2003

Registrato dal vivo sulle assi dell’attivissimo club Casa del Popolo, il disco è un incontro impro-telepatico tra il computer di A_dontigny (Napalm Jazz e morceaux_de_machines) e il campionatore di Diane Labrosse (un passato in gruppi art-rock al femminile nonchè frquenti collaborazioni con Ikue Mori, Zeena Parkins, Martin Tétreault etc.), scuro e pastoso sound design elettro-acustico sotterrato da brute valanghe di interferenze e disturbi.

Critique

Julien Jaffré, Jade, no. 12, June 18, 2003

Certains lecteurs de cette chronique n’étaient encore qu’à l’état de leur conception lorsque Diane Labrosse exaltait déjà (début 1980) avec énergie sa musique au sein de groupes féminins talentueux (Wonder Brass, Justine). Quelques années plus tard, on la retrouve négociant son talent avec génie en compagnie des marchands du temple de chez Tzadik (Ikue Mori, Martin Tétreault, Zeena Parkins). Vingt-cinq ans de proses musicales / combat, vingt-cinq ans d’une intraitable fougue de création pour venir jusqu’à nous sous la forme de ce duo, orchestré en compagnie de A_dontigny (membre de Napalm Jazz et morceaux_de_machines) pour un traité autour des perturbations électroniques et des effluves atmosphériques. Un ordinateur, un échantillonneur et voilà nos deux Canadiens disposés à refaire le monde à la mesure de leurs attentes et de leur talent. Un mille-feuille atmosphérique composé de nappes pesantes d’ambiant dark et d’entrelacs d’effets anesthésiants et où se superposent dans un croustillement auditif jouissif une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes. Une télépathie qui développe à bien des égards l’idée d’empathie entre les musiciens et avec le public tant chacun semble anticiper les réactions de l’autre, pressentir les mouvements et inclinaisons qu’ils souhaitent donner à leurs climats spectraux. Quand la musique devient un langage universel qui se suffit à elle-même sans avoir recours aux mots. Profond et exigeant.

… une floraison de glitchs abstraits, de disjonctions de strates mélodiques, de flux en inhalation, d’aspérités et de fractures numériques entraînantes.

Compact!

François Couture, Ici Montréal, May 29, 2003

Une rencontre symbolique entre deux générations de créateurs, Télépathie fait le pont entre le cercle d’Ambiances Magnétiques et la culture mp3 de l’étiquette No Type. Diane Labrosse manie l’échantillonneur comme un poème: identifiables ou non, ses sons nous arrivent métamorphosés. Aimé Dontigny (du duo morceaux_de_machines) a une approche plus bruitiste, carrée. Son ordinateur crache plus qu’il ne susurre. Et ce disque voyage entre ces deux pôles. Atmosphérique, truffé de textures crépitantes au début, il se laisse pervertir par le bruit blanc et les hurlements numériques vers la fin. Dénué de rythmes et de mélodies, ce disque est néanmoins captivant, grâce à la télépathie des improvisateurs. 8/10

… captivant…

Review

Jeremy Keens, Ampersand Etcetera, no. 2003_f, May 24, 2003

This is part of the No Type single series (and the difference in numbering places them in sequence with the on-line offerings) some of which will be 10" vinyl, though this is full length, at EP price.

Dontigny (computers) is a founder member of Napalm Jazz, half of morceaux_de_machines which has a No Type release and appears across the web-based catalogue, while Labrosse (samplers) has been in bands and is part of the Montréal music scene. This disk was recorded live at Casa del Popolo - the club reflected in the Montréal Free set.

The sound is what you would expect from the listed instrumentation - shifting moving comprised of generally small elements manipulated and modulated. And thus it is in t.s.f. where scrabbles whooshes blurt over a base of looped/slowed/sped musical samples. There are lots of echoes and it is as if we are adrift in a sea of sounds. A rhythm enters midway through and settles the music down somewhat but movement is the focus.

The second track antenne parabolique is in similar territory, with a soft thuddering, chittering, machine rumbles, squeaky scrapes with the tonal computer providing a basal stability. It continues with more elements - clattering percussive, computer music, long tones, whippoorwills and squeaky hiss. I was listening to this coming from the car where our horses are agisted and in the distance I could hear a wind pump creaking - and it fitted in beautifully.

There is a lighter more immediately ambient feel to photo satellite with a hissing that has notes and tones through, a musicality. This sequence lasts for some minutes - a greater stability. Spirals emerge, whoozy whoops, a brief wind storm and deep music. Mechanical waves crash - or it could be a train - and a lovely long slowly changing period ensues, gradually building but never exceeding.

Finally a more electroacoustic directness in média tactique as an extended vocal sample speaks through metal wash and deep throbs and bangs. Then choppy samples are woven together - disco beats, music fragments, some reggae dub - to create a dramatic rhythmic energy, over which some squeaky door electronics and growls swirl.

I was impressed by the variety across this album - there was much more than I expected. This makes it an interesting album to listen to, and also one which can form surprising backdrops to the world around us in a lowercase manner.

… clattering percussive, computer music, long tones, whippoorwills and squeaky hiss.

Review

François Couture, AllMusic, May 22, 2003

It has been said over and over again, but it is true that improvisors develop a certain telepathic sense and that the stronger their link the better the music. In this set recorded live at the Casa del Popolo in Montréal (Canada), a_dontigny (aka Aimé Dontigny), one half of noisicians morceaux_de_machines) and Diane Labrosse display an engaging level of unspoken communication. But beyond the thrilling battle between computer and sampler, beyond its doomsday ambient music and menacing digital experiments, Télépathie takes a symbolic value. This is, after all, a first significant bridge (at least on record) to be thrown between two generations of avant-garde artists from two different spheres. A member of the Ambiances Magnétiques collective since the mid-’80s, Labrosse comes from an avant-rock background (she played in the seminal Montréal groups Wondeur Brass and Justine). The young Dontigny has been involved from the start with No Type, one of the first and most important internet-only experimental music labels. The set begins with the rumble of thunderstorm and crackles of electricity. The proceedings remain atmospheric, dragging the listener in rather gently. By the third track photo satellite), things are getting more raucous as weird feedback and outbursts of white noise take more space. média tactique begins with a recording of poet Denis Vanier reading one of the iconic texts of Quebec’s countercultural movement (which includes the line “Kraft fuck the cheese”). The way the two musicians react to the words, developing its sub-text, evokes René Lussier’s Le Trésor de la langue, but only briefly as the piece evolves into a noisy mutated dub. Things almost get out of hand as decibels escalate, but the pair stop in time — or have been stopped, since the abrupt ending screams of editing. Short, to the point and quite convincing.

… doomsday ambient music and menacing digital experiments…

Review

Paul Bijlsma, Phosphor, May 18, 2003

Two quite active Canadian musicians came together in April 2002 to do a live recording. Aimé Dontigny, also member of morceaux_de_machines and Diane Labrosse, who is part of Les Poules and collaborated with the likes of Ikue Mori (Tzadik), Martin Tétreault and Zeena Parkins combined forces and produced their first dark experimental album with four long tracks. The debut of this new collaboration entitled Télépathie heads of rather dark, but gets a little noisier along the line. Especially the beginning of the third song entitled photo satellite is good example of this. Undefinable electronics, static noises and sounds like those of a highway go hand in hand. The fourth track features the first vocal contribution. A french male voice tells something, while at the same time some static machine-like noise has been put on top of it. The track continues with a sort of electronic radio tuning and metal sounds. In general the music is not that hectic. Diane Labrosse, who uses a sampler and Aimé Dontigny, who makes use of a computer, create a nice sombre improvisational atmosphere with enough variation and noise to keep the music far from boring.

… nice sombre improvisational atmosphere with enough variation and noise to keep the music far from boring.

Review

Raf Katigbak, Montreal Mirror, May 8, 2003

Fans of the local actuelle/noise scene should already be familiar with the highly acclaimed Web-based label No Type. For the last five years, No Type has been offering up a quality assortment of experimental noise and actuelle CDs, vinyl and MP3s from a large roster of North American artists. Among these artists is the computer vs. sampler duo of Dontigny and Labrosse, whose April 2002 show at the Casa del Popolo is immortalized here. A soundscape in collage form, ranging from electronic bleeps, hisses and bursts of noise to organic squelches and crumbles and pitter-pats, the sound is at once playful and disturbing. 8/10

… ranging from electronic bleeps, hisses and bursts of noise to organic squelches and crumbles…

Review

Anne Sulikowski, Earshot, May 1, 2003

Diane Labrosse takes pleasure in absurdity, harmony, dissonance, structure and improvisation. Her fascination with unconventional sounds has led her to digital sampling, to which she brings a hard-core approach. For the last fifteen years she has regularly appeared on contemporary, improvised and avant-garde music stages both in Canada and in Europe. Some of her projects are done with Île bizarre (Ikue Mori & Martin Tétreault), L’Oreille à vincent with Christof Migone, Michel F Côté, Martin Tétreault and sound sculptor Jean-Pierre Gauthier.

A self-taught composer, Aimé Dontigny is one of the founding members of the “free-noise” collective Napalm Jazz and of the electronic duo morceaux_de_machines. Dontigny has been working for empreintes DIGITALes and Ambiances Magnétiques. He devotes himself eagerly to the challenges of improvised music and is particularly interested in the development of new electronic music in Canada. His compositions are full of subtle quotes and his sonic palette adapts itself to many aesthetics, as reflected in his recent collaborations with Diane Labrosse

This collaboration is found on Télépathie a new release by No Type records. It is an intense listen, with a loud blend of sounds, movement and ambience. Recorded live on April 20th, 2002 this release captures the direct approach of their unique improvisations. Télépathie is a must for fans of noise, collage, explosions and just plain weird stuff. It definitely pushes the boundaries in music, composition, writing methods and approaches.

Télépathie is a must for fans of noise, collage, explosions and just plain weird stuff.

Blog

  • No Type will launch 3 new releases at Mutek 2003, the lovingly crafted projects of Claudia Bonarelli, Books on Tape and Headphone Science! Moreover, Thursday May 29, 2003 a Canadian all-star crew takes the stage: morceaux_de_machines…

    Wednesday, April 9, 2003 / In Concert
  • You are invited at Casa del Popolo (Montréal) Saturday March 8, 2003 for an aural event of epic proportions: the head on meeting of parasites (the duet of turntablist Martin Tétreault and samplist Diane Labrosse) and morceaux_de_machines (É…

    Wednesday, March 5, 2003 / In Concert

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.