Camps, Rieussec

Corazón Road

IMED 9946
1999
CD
1 disque
25,00 CAD -20%
28,00 CAD -20%
29,00 CAD -20%

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio // Corazón Road
15 octobre 2003
Par François Couture in electrocd.com (Québec), 15 octobre 2003

Texte

La musique électroacoustique est un goût acquis. Qu’on le veuille ou non, la radio et la télévision nous conditionnent à accepter un certain nombre de modèles musicaux (tonaux, rythmiques) comme étant «normaux». L’électroacoustique est dès lors perçue comme «anormale», tout comme d’autres formes d’expression musicale centrée sur le son plutôt que la note, telle l’improvisation libre. C’est pourquoi une première exposition à cette musique se révèle souvent être une expérience mémorable, positivement ou négativement. Plusieurs facteurs entrent en jeu, mais le choix d’un disque adéquat à une introduction amicale aide à faire de ce premier contact un choc esthétique d’une grande beauté et ainsi marquer le début d’une longue aventure.

Avec cette piste d’écoute, je veux simplement pointer quelques titres qui m’apparaissent susceptibles d’encourager plutôt que de décourager, des titres qui ouvrent une porte sur un autre monde musical. Bien sûr, cette sélection ne peut qu’être subjective. Mais avec un peu de chance elle pourra servir de guide aux nouveaux enthousiastes du genre et aux apôtres qui cherchent des idées-cadeaux pour répandre la bonne musique. Après tout, la période des Fêtes s’en vient!

Des passerelles

On développe généralement un nouvel intérêt par excroissance d’un intérêt précédent. C’est-à-dire que l’on explore un genre musical qui nous est inconnu parce qu’un intérêt connexe nous y a mené. C’est pourquoi, dans le cas des musiques électroacoustiques, des œuvres mixtes (bande et instrument) ou qui abordent un sujet concret peuvent fournir cette passerelle qui ouvrira les horizons d’un nouvel auditeur. Par exemple, les amateurs de récits de voyage trouveront dans le Corazón Road du duo Kristoff K Roll la narration sublimée d’un périple en Amérique centrale. Ceux qui ne sont pas trop grands pour s’intéresser encore au conte (j’en fais partie) trouveront dans Forêt profonde de Francis Dhomont une réflexion sur le conte inspirée du psychanalyste Bruno Bettelheim sous la forme d’une œuvre qui allie fils narratifs entremêlés et musiques d’une grande force évocatrice. Plus léger et fantaisiste, Libellune de Roxanne Turcotte tend une perche aux enfants sans pour autant simplifier ou niveler par le bas la démarche artistique.

Les amateurs de guitare peuvent se tourner vers le fabuleux projet Parr(A)cousmatique d’Arturo Parra, un guitariste classique virtuose qui travaille ici avec les meilleurs compositeurs québécois: Stéphane Roy, Francis Dhomont (Québécois d’adoption, à tout le moins), Robert Normandeau et Gilles Gobeil. Ce dernier vient d’ailleurs de lancer une œuvre-fleuve, Le contrat, avec le guitariste avant-gardiste René Lussier. Les amateurs de René Lussier et les gens captivés par le Faust de Goethe trouveront ici un point d’intersection incontournable.

Des essentiels

Pour ceux qui veulent pousser vers une électroacoustique plus abstraite, je conseille d’abord de visiter les compositeurs québécois. Chauvinisme? Du tout. En fait, la musique des Dhomont, Normandeau, Gobeil, Yves Daoust ou Yves Beaupré m’apparaît d’emblée plus accessible que celle sortie des écoles britanniques ou françaises. Elle possède un caractère immédiat, à l’impact plus prononcé (Gobeil), au lyrisme plus plaisant (Daoust, Beaupré), à l’architecture et aux thèmes plus accueillants (Dhomont, Normandeau). À titre de points de départ, je suggère Figures de Normandeau, La mécanique des ruptures de Gobeil, Cycle du son de Dhomont et Humeur de facteur de Beaupré.

Cela dit, les œuvres de Michel Chion (son Requiem, tellement puissant), Bernard Parmegiani (La création du monde), Jonty Harrsison (Articles indéfinis), Denis Smalley (Sources/Scènes) et Natasha Barrett (Isostasie) procurent des heures de beauté et de fascination, même si ces musiques paraissent à première vue plus arides ou difficiles d’approche. Et pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de ces musiques, l’étiquette EMF offre L’œuvre musicale de Pierre Schaeffer, le père de la musique concrète et donc grand-père de l’électroacoustique.

Des idées courtes

L’album compilation a le pouvoir d’ouvrir toutes grandes les portes de l’électroacoustique, en offrant une large sélection d’artistes et d’approches stylistiques. Disponible à petit prix, eXcitations offre un échantillon intéressant des productions sur étiquette empreintes DIGITALes. Les albums Electro clips et Miniatures concrètes, ainsi que le tout nouveau volume de la série DISContact!, proposent de courtes pièces (souvent sous les trois minutes) qui sont autant de sources de découverte et de questionnement.

Enfin, pour ceux qui désirent avancer tranquillement, à petits pas, la collection Cinéma pour l’oreille de l’étiquette française Métamkine offre une superbe série de mini-disques compacts d’une durée de 20 minutes chacun à prix moindre. Le catalogue comprend des compositeurs renommés tels Michel Chion, Lionel Marchetti, Michèle Bokanowski, Bernhard Günter et Éliane Radigue. De petits albums parfaits pour les échanges de cadeaux.

Bien sûr, tout cela, ce ne sont que des suggestions. Le meilleur parcours de découverte est celui que vous vous défrichez au fil du temps.

Bonne écoute!

blogue@press-6136 press@6136
1 mars 2001
Par Mathew Adkins in SAN Diffusion (RU), 1 mars 2001

Texte

«… listen and let you imagination do the rest.»

Unlike all of the other disks from empreintes DIGITALes that concentrate on the work of a single composer, Kristoff K.Roll is the performing/composing duo of Carole Rieussec and Jean-Christophe Camps, who compose and improvise, attempting to capture the poetry of everyday life from amongst the musical worlds and their codes.

Described as a musical travel diary, Corazón Road takes you on a sonic trip around Central America. Like any diary, small excerpts and fragments reveal only a little of the whole. So it is with Corazón Road. You have to listen to the disk right through to get the impression of what Camps and Rieussec are trying to create. In its treatment of the collected sonic environments this is not merely an ethnomusicological set of location recordings, neither is it a musical work in the mould of Telemusik, rather it is more like a hörspiel — a play in four acts with a prologue and two interludes in which sonic set pieces, vignettes, raw recordings and composed material rub shoulders to create a hybrid that is more like the scrapbook we all used to keep combining photos, tickets, postcards and our own written memories.

This disk is intoxicating from beginning to end. As a listener you become so absorbed in the sound world that the numerous sections of the work become irrelevant after a while — they become mere parts of a bigger journey. One of the reasons that this sound world is so engrossing is because of the sense of timing and pacing of material. Camps and Rieussec have an extremely keen ear that carefully balances the composed and the anecdotal, activity and repose. One of the best example of this occurs in the central part Belize City where the quiet and evocative Derrière la fenêtre (Behind the Window) and Un bateau arrive (A Boat is Arriving) are juxtaposed with the raw, raucous sound of the Belizean Rappers rounded off by the advice all travellers should heed once in a while, It will be better for you to take a bus

Diary extracts, photos and maps in the liner booklet complete the travelogue. Though these are interesting, you could do no better that to listen and let you imagination do the rest.

blogue@press-376 press@376
15 janvier 2001
Par Henry Schneider in Henry Schneider (ÉU), 15 janvier 2001

Texte

«… an interesting travelogue of electroacoustic music at times restful and others energetic.»

Corazón Road is the musical diary of a trip the Yucatán peninsula and Central America. Using tapes he made during this trip, Kristoff K.Roll process them and combines the results with electronics. Amidst the flora and fauna of Central America, you also hear a Coke salesman, someone selling chiclets, a balloon vendor, etc. The result is an interesting travelogue of electroacoustic music at times restful and others energetic.

blogue@press-367 press@367
1 décembre 2000
Par PiT in Gonzo Circus #47 B (Belgique), 1 décembre 2000

Texte

Derde in de reeks en het meest beklijvend is de heruitgave van Corazón Road van Kristoff K.Roll’ niet de naam van een muzikant maar van het duo Carole Rieussec en Jean-Christophe Camps. Corazón Road is een auditief dagLoek van een reis in ‘9’doorheen Mexico, Belize en Guatemala. De klankopnames krijgen een sobere, muzikale ondersteuning toegevoegd. De pakkendste hagmenten zijn de jonge rappertjes in Belize die spontaan in de microfoon van Camps en Rieussec beginnen te wauwelen en de aankomst in Guatemala, alwaar de vrolijkheid en kleurenrijkdom vrijwel onmidUellijk ter onder gaan in een klaagzang en een auditieve evocatie van de eeuwige tropische regenstormen die dat land sinds dag en eeuw teisteren.

blogue@press-358_713 press@358_713
1 octobre 2000
Par Tom Schulte in Outsight (ÉU), 1 octobre 2000

Texte

«… you will find a wholly new aural universe…»

Probably the most fertile grounds for contemporary electroaoustic (experimental sound collage) composition is in eastern Ontario. From there you will find a wholly new aural universe in [empreintes DIGITALes]. Recent releases on the label include Moment by Hans Tutschku and Corazón Road by Kristoff K.Roll. One of Tutschku’s pieces is a travelogue of Southeast Asia through sonic collage of field recordings. Another piece is the transformed words of a poem. In a setting of haunting, industrial sounds like distant machines the effect is quite mysterious. Corazón Road is another peculiar travelogue. This is a road diary of Kristoff K.Roll’s journeys through Central America. Snatches of conversation and the mystique of lonely roads marks this album.

blogue@press-354_1 press@354_1
31 juillet 2000
Par Noah Wane in Splendid E-Zine (ÉU), 31 juillet 2000

Texte

«… wonderful ethereal, disembodied quality that is so characteristic of acousmatic music.»

In the tradition of French musique acousmatique, cinema for the ear, comes Kristoff K.Roll’s Corazón Road. It is a musical travel diary of the duo’s trip through Central America — but don’t worry, it’s more interesting than your aunt Twilla’s slide show of her trip to Palm Beach! What Kristoff K.Roll’s members Carole Rieussec and Jean-Christophe Camps do here is more of an artistic impression of their voyage than a travelogue. The piece’s five movements each have a distinct personality and seem to correlate with distinct legs of the journey. Everything has that wonderful ethereal, disembodied quality that is so characteristic of acousmatic music. I like Belize City, with its strong Jamaican flavor, and Guatemala, which starts with the sounds of torrential rain and ends with the fascinating sounds of some kind of local evangelical tent meeting.

blogue@press-346 press@346