Camps, Rieussec

À l’ombre des ondes

Siestes audio-parlantes
IMED 12118
2012

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio // À l’ombre des ondes
À l’ombre des ondes
La gestion des plannings (2011), 7m52s [extrait]
CD: empreintes DIGITALes (2012) IMED 12118
  • Siestes audio-parlantes

    Posture

    Peu importe l’heure, pourvu qu’on ait un casque!

    Prendre le temps de choisir un emplacement où l’œil voyage, où la rumeur ambiante colore l’acoustique.

    Il est possible de choisir un lieu très bruyant si l’on dispose d’un casque fermé de bonne qualité.

    L’équilibre entre sonorités extérieures et intérieures est au choix des siesteur-e-s.

    Chambre, trottoir, hall d’aéroport, balcon, parc, salon, forêt, quai portuaire, impasse, placette… tous ces lieux peuvent accueillir une sieste audio-parlante, tous ces lieux peuvent basculer dans l’art de la nuit en plein jour.

    Le regard

    Le regard flotte entre le paysage et la membrane des paupières.

    Sons et images se déconnectent pour une séance de cinéma sonore intime.

    S’allonger totalement — arbre, ciel.

    Éviter les vues inertes — plafond.

    Rester incliné sur un transat — passants, toits, trafic.

    Le regard va et vient.

    L’abandon du corps doit permettre l’assoupissement fragmentaire ou total.

    Il est possible de tester la sieste à plusieurs, dans ce cas, imaginer un dispositif avec des baladeurs, ou se placer «harmonieusement» autour d’un ampli casque.

    À plusieurs, se crée une figure singulière dans le paysage.

    Cette figure est un centre rayonnant d’où se diffuse l’endormissement.

    Elle devient une incitation publique à la rêverie.

    Une fois la situation choisie, le corps placé, écouter pleinement la rumeur environnante puis faire: Play!

    Magie du casque

    L’auditeur/trice est immergé.e directement, sans médiation de l’espace acoustique, dans le monde sonore. Une mouche vole dans son cerveau, elle devient concrète, il/elle l’envisage totalement. La mouche enregistrée n’est pas dans un espace distant, elle est là, image sonore qui vole dans son oreille.

    Un feu d’artifice éclate autour de lui/elle, il/elle est au centre de cette effervescence, il/elle est cette effervescence. Les confusions deviennent possibles, elles sont illusions vraies. Le casque est cette toile de chapiteau sonore intime. Il cadre et laisse passer l’entour.

    Le casque est machine à illusions, il amplifie le détournement sonore du réel dans lequel l’auditeur/trice s’est installé.e pour écouter.

    Le récit de rêves

    Des récits de rêves s’invitent dans ce concert électroacoustique.

    «J’ai rêvé»… certains écrivent leurs rêves, d’autres les laissent flotter autour de leur journée, de leur vie, d’autres les racontent. Le rêve n’appartient à personne, il est matière floue, il se répète comme les énigmes. Il est précieuse entité mais ne cesse de se dissoudre en poudre diurne.

    Des figures archétypales traversent ces récits, leur résonance est pourtant différente pour chaque auditeur/trice.

    Le récit de rêve n’est pas le rêve. Il emprunte semble-t-il la recomposition libre du réel à l’œuvre dans le rêve lui-même. Le rêve est musique concrète, il ignore toute logique causale.

    Les sonorités s’enchaînent comme par évidence derrière ces récits, les improvisations empruntent ce même cheminement libre: une mer sous un galop de cheval ponctuée de clous qui tombent, des voix chuchotées surgissant d’une autoroute, une mouche autour d’un moteur dans un patchinko japonais, une respiration sous un néon à côté d’une ruelle passante…

    Cette apparente incohérence déclenche un processus de narration libre chez l’auditeur/trice. Clin d’œil au dadaïsme.

    Cette narration cherche t-elle à décrypter cette fleur étrange qu’est le rêve? Chaque auditeur/trice l’invente-t-il comme il/elle l’a entendu, texte et matière mêlés?

    Il y a comme une équivalence entre la musique concrète et le récit de rêve dont le degré est la liberté. Cette liberté, l’auditeur/trice s’en empare, et sous la possible dictée d’une écriture sonore «automatique», il/elle crée son propre récit.

    Ligne de flottaison

    Tout au long des jours et des nuits, des bruits frôlent nos corps, puis vient la sieste. Là, les voix sont des perles de rêves. Dans une écoute flottante, les tonalités se fondent, les timbres s’emmêlent, la chair des mots surgit puis s’évanouit — indéfiniment.

    Non sans inquiétude des voix flottent, non sans ironie elles s’en vont sous l’évanescence du ressac sonore. Ce qui est dit ne sera dit qu’une seule fois mais qui me parle?

    À l’ombre des ondes flotte légèrement au creux des oreilles.

    À l’ombre des ondes diffuse des musiques destinées à une situation d’écoute singulière où la somnolence est convoquée.

    Pour une bibliothèque de récits de rêve

    En résonance à ces siestes audio-parlantes, Carole Rieussec et J-Kristoff Camps vous invite à enregistrer vos souvenirs de rêves que vous pouvez leur envoyer sous forme audio par courriel à kristoffk.roll@free.fr ou les solliciter pour une prise de son particulière.

    [v-12]