Camps, Rieussec

À l’ombre des ondes

Siestes audio-parlantes
IMED 12118
2012

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio // À l’ombre des ondes
16 juillet 2014
Par Fabrice Allard in EtherREAL (France), 16 juillet 2014

Texte

«Un disque tendre, habité, féérique.»

Kristoff K.Roll est un duo français formé par J-Kristoff Camps et Carole Rieussec que l’on avait eu plaisir à voir en live lors de l’édition 2012 du festival Présences «électronique». C’est la première fois que l’on écoute leur musique sur disque et une surprise de les retrouver chez Empreintes Digitales, une structure québécoise renommée dont nous nous sommes déjà fait l’écho.

À l’ombre des ondes s’inscrit dans le cadre des “Siestes audio parlantes” développées par le duo. Avant tout présentées en live, ces pièces sont faites pour être écoutées au casque, allongé, les yeux mi-clos, déroulant un univers à mi-chemin entre rêve et réalité, conscient et subconscient, dans la brume de la somnolence. Ces travaux ont été présentés à de multiples reprises via un dispositif de 80 casques et autant d’auditeurs qui se sont notamment retrouvés à La Friche la Belle de Mai (Marseille) ou encore dans les jardins du Centre Pompidou—Metz.

Grâce à cet album il est désormais possible de se prêter au jeu de ces siestes à tout moment, chez soi, dans un parc, où encore sur la plage puisque l’on est en pleine période estivale.

Pour être franc, il vaut mieux être conscient quand on rédige une chronique, et nous n’avons pas encore écouté cet album en respectant les quelques conseils fournis par le duo. Pour autant, le plaisir est bien là et l’album se révèle vite attachant avec ces quelques personnes qui nous ouvrent les portes de l’intime en racontant leurs rêves.

À l’ombre des ondes n’est pas un disque comme les autres: le duo construit une musique ambient-concrète, particulièrement douce, feutrée, faite de field recordings, tonalités électroniques et narration. L’auditeur est projeté dans un parc ou jardin, un avion passe dans le ciel, des enfants jouent, les insectes chantent et un homme nous raconte son rêve. Une voix nonchalante, que l’on trouvera familière, sympathique, nous embarque dans les méandres d’un rêve, sa folie, ses revirements improbables, ses incohérences qui apportent à la fois humour et une douce folie. Le rêve débute par un avion au dessus de plantations, faisant écho aux enregistrements ambiants qui semblent être à la fois une illustration et un moyen de brouiller les pistes entre rêve et réalité.

Un train qui passe, des bruits de rue sous la pluie, des murmures sous la résonance de cloches, des pas dans des couloirs et escaliers, écoulement d’eau et clapotis contre la coque d’un bateau, puis un autre rêve, très descriptif, d’une ville imaginaire parcourue de canaux. Certains sont très précis comme ici, d’autres très vagues, flous, presque oubliés par leurs auteurs à l’image de l’hésitant Récit de rêve.

On ne saura pas expliquer pourquoi on est particulièrement sensible à certains rêves, moins à d’autres. L’histoire, la façon de la raconter, la fluidité, l’humour, la voix… Après une superbe séquence d’un néon qui claque, c’est le rêve d’une jeune femme qui retient notre attention, alors qu’elle voit débarquer des amoureux en vélo, en voiture, en deltaplane, avant de se voir investie d’une mission dont elle ne connait pas vraiment le but…

Un disque tendre, habité, féérique.

blogue@press-5162 press@5162
20 juin 2013
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 20 juin 2013

Texte

«Du grand art électroacoustique, et la preuve que cet art, parfois si abstrait et cartésien, peut être aussi profondément humain… et rêveur.»

Le duo Kristoff K.Roll (Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps) a toujours eu un talent incroyable pour raconter des histoires électroacoustiques. Ce sont des conteurs de sons. Et À l’ombre des ondes est un (autre) grand crû. Ce CD consiste en trois pièces (28, 7 et 27 minutes) conçues comme des «siestes audio-parlantes» à écouter individuellement, au repos, sous casque. C’est ce que j’ai fait. Illusions sonores jouant sur les bruits environnants (un avion qui passe, des conversations de passants, une mouche), traitements acousmatiques, unvers sonores tissés avec finesse pour intriguer le conscient et le subconscient, et, à travers tout ça, des récits de rêves. Du grand art électroacoustique, et la preuve que cet art, parfois si abstrait et cartésien, peut être aussi profondément humain… et rêveur.

blogue@press-4954 press@4954
25 mars 2013
Par Wolfgang Kabsch in Musik an sich (Allemagne), 25 mars 2013

Texte

«Dieses Tondokument haut einem bei dem Genuss unter Kopfhörer rein klanglich weg.»

Dieses Duo aus Paris existiert seit 1990 und beschäftigt sich mit elektronischer Klangerzeugung und Klangkunst. Zumindest auf Ihrem neuen Werk À l’ombre des ondes kommt eine Art Spoken Word Komponente dazu. Bevor ich den fast unmöglichen Versuch starte, dieses Werk zu beschreiben eines vorweg: Der Hinweis auf dem Album, es sei für den Kopfhörer gemacht, ist sehr wichtig. Dieses Tondokument haut einem bei dem Genuss unter Kopfhörer rein klanglich weg. Die Sounds, Geräusche und auch musikalischen Fragmente umschwirren einen wie ich es selbst bei Surroundaufnahmen noch nicht gehört habe.

Die Basis der 2 fast halbstündigen sowie dem 7 Minuten Stück sind jeweils surrende und brummende Elektronik. Über diese legt das duo hauptsächlich zwei Komponenten: 1.) eine dezent zusammengesampelte Geräuschkulisse aus Stimmen, Wasserrauschen, Stadtlärm und sonstigem und 2.) sehr angenehm und ruhig gesprochene Textpassagen. Da ich dem französischem leider nicht mächtig bin, kann ich über den Inhalt leider nichts sagen, die Stimmen kommen jedoch klar und deutlich und angenehm gesprochen daher. Zu diesen Hauptkomponenten mischt das Duo dann und wann auch eine seltsame Form der Rhythmik und lässt aus den Geräuschen, Stimmen und Sounds sogar so etwas wie Melodien erwachsen. Keine herkömmlichen, doch der Hörer hat im Gegensatz zu anderen Werken dieses Genres nicht den Eindruck, ständigen Geräuschen ausgesetzt zu sein, sondern einer spannenden Entwicklung folgen zu können. Und zumindest beim ersten Hören zuckt man häufiger Zusammen, wenn dann plötzlich von ganz weit hinten tief dunkle Perkussive Schläge kommen.

Ich möchte diese Scheibe als klangliche Erfahrung anpreisen. Ein perfekteres Kopfkino aus der Welt der Geräusche habe ich bisher noch nicht zu Ohren bekommen. Wie immer bei CD empreintes DIGITALes wird das Release durch das schöne Pappcover + die mit vielen Informationen bestückten Inlays veredelt.

blogue@press-4886 press@4886
25 mars 2013
Par Héctor Cabrero in Le son du grisli (France), 25 mars 2013

Texte

«… c’est l’imagination (je veux dire, le beau bruitage) de Kristoff K.Roll qui nous rattrape.»

À l’ombre des ondes, de Kristoff K.Roll (J-Kristoff Camps et Carole Rieussec), est une invitation à la rêverie. Des hommes et des femmes sont invités sur une méridienne (pour ne pas dire un divan, ce qui ferait de nous, auditeurs, des psys incompétents) à nous parler de leurs rêves.

Il est difficile de raconter des rêves, pour cela il faut choisir les bons mots. Il faut aussi se concentrer pour ne pas être dérangé par le bruit d’un avion qui passe ou par celui de pas sur le gravier. Mais certains n’hésitent pas. Un homme dit qu’il a rencontré Brigitte Bardot pendant la guerre, que celle-ci vendait ses meubles. Une femme raconte son exploration de villes qui n’existent pas. Un autre homme avoue rêver érotique. Une autre femme se souvient avoir perdu ses amis et s’être retrouvée seule dans une ville inconnue… Il y aura d’autres histoires, mon intérêt variera - je m’aperçois que le son de la voix et les intonations (trop «jouées» parfois) peuvent avoir un effet néfaste sur mon attention.

Les ombres sont courtes comme les ondes, même si l’on peut y trouver une certaine fraîcheur. Mais lorsqu’on décroche, c’est l’imagination (je veux dire, le beau bruitage) de Kristoff K.Roll qui nous rattrape. Le bois qui craque, l’eau qui endort, me convainquent de me laisser aller. Une foule parle fort, le soleil est aveuglant. «Je suis photographe d’animaux sauvages ayant pris place dans des voitures». Est-ce le rêve d’un autre étranger ou bien le mien qui commence?

blogue@press-4887 press@4887
25 mars 2013
Par Vito Camarretta in Chain DLK (ÉU), 25 mars 2013

Texte

«The final result is really interesting…»

Headphones become an entrance ticket for a sort of representation within representation by means of this bizarre release by Kristoff K.Roll (J-Kristoff Camps and Carole Rieussec), who focused on so-called dream narrative, not properly on dreams themselves. Their weaving of really immersive field recordings and inoculated frequencies lies on the perceptive threshold between outer happenings (hoo-ha or voices which sounds like coming from wide halls of consciousness before blackout and random dream assemblage, interferences of television broadcasting, traffic noises, chirping birds, barking dogs and so on are so perfectly rendered that listeners are going to experience a really immersive listening) and inner transfiguration which characterizes the half-sleep and dream states during occasional naps from the viewpoint of a napper, so that auditory stimulations get deliberately warped while each napper reports its own dream as a tagline and preface (in French) to the following sonic probing over the three long lasting tracks. Dreams or it’s better to say the deforming lens of dreams look like the real source of sounds, which awakens speechless archetypes, which inhabit inner depths of napper’s mind and resurface from the creases of senses while dozing under the perogla of frequencies. The final result is really interesting and the duo is so aware of it, that Carole and J-Kristoff are planning to buld a proper library of dream narrative by inviting listeners to record their own dream reports and some audio files to request a personal recording session to them. Just check À l’ombre des ondes and submit your file into this bizarre library in case you got intrigued by their odd sound concept.

blogue@press-4888 press@4888
1 mars 2013
Par multipara in De:Bug #170 (Allemagne), 1 mars 2013

Texte

Träume gehören niemandem, so Carole Rieussec und J-Kristoff Camps, Pariser Klangkünstlerpaar, in den Liner Notes ihres zweiten Albums fürs Flaggschiff-Label der Akusmatik. Schon bevor man das Album anhört, spürt man an ihrem Umgang mit dem brillianten, aber strengen Coverformat, dass man sich hier auf etwas Besonderes einlässt. Die Traumerzählungen, deren Aufnahmen diesen drei wunderschönen Klangspaziergängen Schwerpunkte verleihen, beweisen auch, dass Träume allen gehören: Man erkennt sich selbst in ihnen wieder (Französischkenntnisse vorausgesetzt). Dazu führen sie durch vielerlei Räume und Raumschichtungen, bevölkert von gedämpften Stimmen, Landschaftsaufnahmen, weichen Drones, folgt dabei unterschiedlichsten Bewegungen, Schrittgeräuschen, zuweilen brechen elektronische Verfremdungen die Zuordenbarkeit auf. Komponiert für Kopfhörer, dösend, gern an öffentlichen Plätzen, zielen Kristoff K.Roll mit ihrem Feuerwerk von Assoziationen auf losgelöste Sinnlichkeit und verkörpern dabei den natürlichen Zusammenhang von Luc Ferraris Erbe mit Halbschlaf-Musiken von Björks Vespertine über Rancho Relaxo zu DJ Olives Sleep-Serie und überhaupt einer experimentellen Nachtradio-Tradition. Interessant, wie Yannis Kyriakides jüngster Zugang auf dessen “Dreams” weit davon entfernt landet.

blogue@press-4865 press@4865