Blog

1 September 2004
By Paul-Yves Bourand in Revue & Corrigée #61 (France), September 1, 2004

Text

“Du grand art qui emporte l’adhésion. Fascinant.”

Biographie: coupable de tailler avec affront des costumes dans les œuvres des autres, pour les remonter ensuite à sa guise sans leurs accords, tout en conservant à ses emprunts un aspect reconnaissable. Multirécidiviste, s’est attiré les faveurs (et les foudres) de quelques tribunaux, suite aux plaintes d’épiciers dont nous tairons les noms afin de leur épargner toute publicité gratuite. Sur commande, s’est également livré à un hommage au groupe Grateful Dead (Grayfolded), d’excellente facture.

Mais que peuvent donc avoir en commun les locataires d’une volière, un anonyme accordeur de piano, la violoncelliste Joan Jeanrenaud (ex-manieuse d’archet du Kronos Quartet) et les grondements d’un orage précédant une pluie battante? Selon le metteur en ondes, de produire des vibrations de l’air aux alentours de 440 Hertz, le fameux la qui fait vrombir d’un même accord instrumentistes et vocalistes des pays occidentaux.

L’album se divise en deux longues plages qui prennent les formes de vagues sonores que l’on dirait filmées au ralenti. Celles-ci enflent, enflent, enflent, puis s’abattent et se répandent interminablement sur la grève jusqu’à leur dernière goutte (le silence). Avant que ne se produisent ces (fatales?) échéances, Oswald joue sur tous les registres des superpositions, entrelacements, juxtapositions, émiettant ses sources en des myriades de sons qui peuvent n’être qu’à peine perceptibles. De curieuses mues qu’une écoute distraite parvient à confondre en un bourdonnement uni et apaisant.

Pépiements, bruissements d’ailes et de feuillages, stridulations d’insectes, vol d’un moustique, ruissellements et souffles, crissements des chevilles quand la clef de l’accordeur les fait tourner dans leur sommier, vibrato obstiné de violoncelle, appel sourd d’une corne de brume, tous subissent peu ou prou quelques modulations hertziennes à l’aide de l’effet Doppler. Une mise en perspective des tâtonnements qui s’opèrent avant d’obtenir l’accord parfait.

Pour ce travail de longue haleine (en gros, trois ans de charcutages et de remises en cause) John Oswald a fait appel tant à ses réminiscences cinématographiques qu’à ses trouvailles antérieures (notamment sur Discosphere). La longue interview (insérée dans le livret) que le compositeur accorde à Norman Igma lui permet de revenir sur toutes les étapes qui furent franchies pour atteindre le résultat final. Le lecteur y apprend ainsi que certains motifs ont été effacés ou sont devenus inaudibles pour toute autre personne que l’artisan, mais leurs présences demeurent en négatif.

Des propos qui ne font que renforcer la stupéfaction qu’avec des matériaux aussi disparates (voire d’une banalité confondante), il est possible de rejoindre les papes de la musique minimaliste ou répétitive. Du grand art qui emporte l’adhésion. Fascinant.

P.S.: Dommage qu’aucune puissance divine n’existe, elle aurait sûrement aimé saisir l’occasion pour intenter plusieurs procès retentissants quant au sort que fait l’agenceur à quelques unes des créatures qui lui servent d’ingrédients.

blogue@press-877 press@877