Various artists
25 composers

Électro clips

IMED 9604
1996

If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio // Électro clips
Électro clips
Style de bougalou (1990), 3m02s [excerpt]
Track 1 from Électro clips
CD: empreintes DIGITALes (1996) IMED 9604
23 September 2001
By François Couture in All-Music Guide (USA), September 23, 2001

Text

“The palette of styles runs wild, from acousmatics to textbook musique concrète to process-generated computer music.”

In many of its aspects, electroacoustic music follows a logic similar to classical music. In terms of duration, composers of both realms tend to favor length over conciseness, developing ideas in cycles or architectural compositions. Jean-François Denis and Claude Schryer, the two artistic directors of empreintes DIGITALes in 1990, gambled on the short attention span of the public and commissioned three-minute pieces to 25 composers. The resulting CD, Électro clips was one of the label’s first releases and stayed among its best sellers for many years. Moreover, the idea of a disc offering short works (songs, so to speak) by as many artists as possible was picked up by other labels in the field. About half of the composers represented here would record a full-length album for empreintes DIGITALes. Established names like Francis Dhomont and Hildegard Westerkamp touch elbows with newcomers like Stéphane Roy, Zack Settel, and Gilles Gobeil whose Associations libres provides one of the disc’s highlights. The palette of styles runs wild, from acousmatics to textbook musique concrète (John Oswald’s simple yet so charming Bell Speeds) to process-generated computer music (Daniel Scheidt). Highlights and curiosities include the aforementioned Oswald track (outside his plunderphonics, his electroacoustic works have rarely been released), John Oliver’s Marimba Dismembered, Roxanne Turcotte’s Minisérie (much stronger than her solo album), and a rare piece by Jean-François Denis, better known for his efforts to promote electroacoustic music in Montréal. In 1990, Électro clips gave a good snapshot of the genre’s community of composers, Canadian and abroad, but it also ages well.

blogue@press-453 press@453
1 April 1997
By Ben Kettlewell in Alternate Music Press (USA), April 1, 1997

Text

“empreintes DIGITALes has quietly become one of the world’s best sources for some of the most forward-thinking experimental music of recent years.”

The small French-Canadian label known as empreintes DIGITALes has quietly become one of the world’s best sources for some of the most forward-thinking experimental music of recent years.

This album contains 25 pieces commissioned by the label which all share the same time frame of 3 minutes in length. Composers from Québec, Canada, the United States, and Mexico participated. The music was commissioned to underline the 1990 New Music America festival in Montréal.

The concept of the album is to merge popular song form (of a three-minute duration) with the concept of the video clip. This reactualizes electroacoustics by taking it out of the traditional concert hall and transporting it to the world of media, of clips, of miniatures, of the immediate… while still preserving the artistic integrity that electroacoustics demands today. The disc is in itself, a microcosm, presenting a synthesis of new electroacoustic creation as it is practiced in all its forms. Thus, presenting an opportunity to visit and revisit some of North America’s most dynamic composers.

The album is a wonderful compilation of cutting edge new music. Artists include Michel A Smith, Craig Harris, Jean-François Denis, Francis Dhomont, Charles Amirkhanian, as well as others.

John Oliver’s Marimba Dismembered is a haunting dirge written for Guatemala’s national instrument; a cry for an end to the genocide of the Mayan people. It exudes oblique melodies and harmonies, and goes well beyond your clinical academic style music.

One of albums highlights is Point-virgule by Jean-François Denis. The timbres you hear were sampled and then edited and manipulated in Denis’ studio. Point-virgule was developed through five approaches, enunciated one after the other, and concludes with an exclamation point. It develops in an irregular meter providing metric vitality and dynamism.

Another standout in this collection is a piece by Roxanne Turcotte called Minisérie. Its comprised of three short scenarios without words or images. The sound environment of a chase through different aspects of Alfred Hitchcock’s universe; the cinematic flavor of a Werner Herzog soundtrack, it creates a cinematic construction for the ears, and the imagination.

In summary this is a great introduction to electroacoustic music, and establishes empreintes DIGITALes as one of the most viable and important experimental labels of the nineties.

blogue@press-233_5 press@233_5
1 September 1994
By Luca Isabella in Deep Listenings #1 (Italy), September 1, 1994

Text

“Daring music: empreintes DIGITALes”

Mi trovo in difficoltà nello scegliere alcune tra queste apere, che sona attualmente 21, ognuna correlata da un libretto bilingue (inglese-francese) di almeno 20 pagine, anche perchè alcuni autori come Denis Smalley, Annette Vande Gorne, Michel Chion e Francis Dhomont rappresentano dei riferimenti assoluti per queste sonorità. Forse un discorso a parte merita l’antologia Électro clips, raffinatissimo sampler con piccoli brani di musica elettroacustica (clips, appunto) della durata massima di tre minuti (in questo genere raramente si é sotto la decina di minuti). Tuttavia, tra i 7 Cd usciti nel 1994 (di cui due doppi al prezzo di un singolo), vale la pena di citare due di essi: Tangram di Robert Normandeau e L’ivresse de la vitesse di Paul Dolden.

blogue@press-175_502 press@175_502
1 September 1992
By Marc Bourreau in Crystal Infos (France), September 1, 1992

Text

“… permet à l’auditeur de parcourir en peu de temps un champ trés large de l’électroacoustique…”

Ce disque rassemble vingt-cinq vignettes électroacoustiques commandées pour l’occasion à des compositeurs canadiens, américains et mexicains. Seule astreinte liée à cette commande, les pièces devaient durer le temps d’un clip: trois minutes.

Cette contrainte temporelle peu courante en électroacoustique (la plupart des compositions durent plus de dix minutes) a été plutôt bien gérée par les musiciens. Elle permet en tout cas à l’auditeur de parcourir en peu de temps un champ trés large de l’électroacoustique et de se rendre compte de ce qui s’y passe aujourd’hui.

Des souvenirs sonores se dévoilent (le passage réverbéré d’un train dans une vallée profonde, une traversée de Montréal), une femme respire et, derrière elle, une acoustique se dessine (battements de cœur, cloches) un extraterrestre bavard débarque sur terre (Skweeit-Chupp), un piano donne vie à un univers étrange (orages métalliques, percussions, sons doux de cordes), un enfant fait un cauchemar (une musique pour film d’Horreur) et un compositeur angoisse à coups de gong, de scie, de moulin à café et de guitare. Voilà un parcours comme un autre et il y en a tant d’autres…

Mentionnons que ce disque bénéficie d’une présentation remarquable: un feuillet pour chaque artiste et vingt-cinq clichés d’une photographe québécoise. En définitive, un disque très intéressant pour découvrir l’électroacoustique aujourd’hui et qui renferme quelques bijoux.

blogue@press-138_007 press@138_007
1 June 1992
By Jérôme Noetinger in Revue & Corrigée #13 (France), June 1, 1992

Text

“Arrivé en force […] empreintes DIGITALes s’est très vite imposé […] à juste titre…”

Arrivé en force dans le paysage de la musique électroacoustique en 1990 avec trois CDs, le label empreintes DIGITALes s’est très vite imposé et ce à juste titre: large ouverture sur la scène canadienne, unité générale du projet, présentation et production (du transfert audionumérique au pressage, on sent la signature eD) soignées, présence à tous les niveaux (underground et institutionnels). Bref, une efficacité totale! Jean-François Denis (fondateur et premier président de la Communauté électroacoustique canadienne, ce qui marque bien sa volonté d’ouverture et d’efficacité) est le responsable de cette dynamique qui fait rougir de jalousie certains centres de création, ici et ailleurs. À la manière d’un groupe de rock, il s’organisait une tournée française en juin demier avec Francis Dhomont et Robert Normandeau.

Interview

R&C: Quand et comment est né DIFFUSION i MéDIA?

Jean-François Denis: Pendant mes années d’enseignement à l’université Concordia. je me suis rendu compte qu’il existait au Canada un répertoire étonnant d’œuvres pour bande. Dans cette université par exemple, il y avait 700 œuvres accumulées au cours des années de concert. Cette université organise une dizaine de concerts par an. Il y avait aussi un intérêt grandissant chez les étudiants pour réécouter ces œuvres. En plus, à cette époque les compositeurs canadiens gagnaient de nombreux prix dans différents concours. Mais, pour nous, il était impossible d’entendre ces musiques, on ne pouvait que voir le nom et le titre primés.

Il y avait donc de très bonnes pièces mais pas le moyen de ramener ça chez soi pour l’écouter! J’ai fait un petit sondage auprès des compositeurs à Montréal en leur disant que je voulais créer une étiquette de disques et savoir s’ils seraient intéressés à participer au jeu.

J’ai fondé DIFFUSION i MéDIA en 1989 avec Claude Schryer. Aujourd’hui il n’en fait plus partie. DIFFUSION i MéDIA est là pour les arts médiatiques, la diffusion et la production. empreintes DIGITALes est sa première réalisation, une étiquette de disques de musique électroacoustique (premier disque en janvier 1990). Depuis, il y a aussi SONARt consacrée à des musiques instrumentales de studio (premier disque en mars 1992). Il y aura aussi la publication de livres.

R&C: Quel a été l’accueil?

Jean-Francois Denis: Il a été très positif à tous les niveaux. Cela a été un sacré coup au Canada. C’était l’une des premières fois où la qualité (ceci dit très humblement) graphique, la qualité des textes (bilingues), la qualité des musiques étaient réunies. La qualité, en général du produit, est la chose la plus remarquée, la générosité aussi: les livrets ont 24 pages et l’information est la plus complète possible. Et même au niveau international, l’accueil a été très bon grâce aux distributeurs puisque j’ai choisi volontairement d’être associé avec des personnes de même esprit, de même taille aussi, puisque DIFFUSION i MéDIA c’est une seule personne comme Metamkine, Odd Size (France), Arte Musica Nueva (Japon), Recommended No Man’s Land (Allemagne)… qui sont des entreprises très spécialisées qui connaissent leur matériel et du coup sont les meilleurs moteurs. Cet appui est très important.

R&C: Y-a-t-il une idée directrice au niveau des premiers CDs?

Jean-François Denis: Oui, on peut voir qu’avec les sept premiers disques, le spectre est très large: de la musique pour bande très abstraite à une musique pour bande de type anecdotique ou réferentiel en passant par des musiques interactives et des musiques extension de l’orchestre, presque électro-pop.

Désormais, empreintes DIGITALes se consacrera de plus en plus à l’électroacoustique. Chez nous on appelle cela électroacoustique, ici on parle de plus en plus d’acousmatique. L’année prochaine, sept disques seront produits, avec un disque de musique mixte, celui de Serge Arcuri. Sinon il y aura Annette Vande Gorne, Denis Smalley

R&C: Ce n’est donc pas réservé à des compositeurs canadiens?

Jean-François Denis: Non. Au début, c’était seulement pour des raisons techniques. Vu le rythme de production, cela serait impossible sans une aide financière extérieure. Au Canada, il existe un programme du Ministère des Communications qui s’appelle le PADES (Programme d’aide au développement de l’enregistrement sonore) avec 5 volets dont un consacré à la production des musiques specialisées et là, il y a trois catégories, dont une pour l’électroacoustique (c’est hyper-gouvernemental). On reçoit donc de l’argent et c’est très bien subventionné. Comme je suis capable de fournir une grande partie du travail (conception graphique, studio, traduction…), on peut produire les disques avec ces subventions. Alors quelque part les disques sont gratuits à produire. En vérité, ils ne le sont pas puisqu’il y a un temps très important à fournir. Cet organisme subventionne évidemment les artistes canadiens, donc pour le moment, c’est canadien. Mais j’ai reçu une bourse du Conseil des arts de Grande-Bretagne pour le disque de Denis Smalley et il y a des négociations pour celui de Annette Vande Gorne.

Puisque les disques se vendent bien et que l’argent rentre, je vais pouvoir investir dans des projets non subventionnés, comme le disque Électro clips par exemple. Et il y aura un autre projet Électro clips pour l’automne 93 avec des compositeurs de partout.

R&C: Est-ce toi qui a contacté tous les compositeurs?

Jean-François Denis: En général, c’est moi qui contacte le compositeur, qui manifeste l’intérêt de concevoir un disque qui s’écoute, puis on voit ensemble quelles pièces choisir et l’ordre sur le disque. Il faut dire aussi que cela fait dix ans que je patauge dans ce milieu à plein de niveau dont celui organisationnel de la CÉC (Communauté électroacoustique canadienne). J’ai donc rencontré beaucoup de compositeurs, du moins tous les canadiens. En tant que président de la CÉC, j’ai également rencontré d’autres compositeurs un peu partout. À Bourges par exemple où durant le festival, on peut rencontrer plein de monde. C’est donc moi qui contacte les personnes mais il y a toujours une ouverture et une curiosité, je suis toujours intéressé pour entendre de nouvelles musiques.

R&C: Y a-t-il d’autres structures similaires au Canada?

Jean-François Denis: Lorsque j’ai mis sur pied ce projet, j’ai fait très attention de ne pas dupliquer le travail de quelqu’un d’autre. Il y avait un trou au niveau de l’électroacoustique. Mais il y a des projets individuels, des compositeurs qui font leur propre étiquette comme par exemple Barry Truax avec Cambridge Street Records. Il y a à peu près une dizaine de disques électro canadiens qui sont sur des étiquettes très indépendantes.

R&C: Le double CD de Francis Dhomont marque-t-il un changement?

Jean-François Denis: Non, ça continue. Mais il va y avoir une pause d’un an environ puisque le CD de Francis est sorti en novembre 91 et que le prochain sortira en novembre 92.

Il y a un genre d’épuisement, on finit par faire le tour et il faut que je fasse très attention aux prochains projets. Il ne faut pas qu’il y ait des disques absolument pour qu’il y ait des disques, mais des disques parce qu’il y a de la musique dessus. Je tiens assez à ce qu’il y ait un seul compositeur sur chaque disque, je trouve cela plus intéressant. C’est pour cela aussi qu’il y aura une nouvelle série sur empreintes DIGITALes qui s’appellera la série [Compact Compact], des disques de 40 minutes. Parce que certains compositeurs n’ont pas des heures et des heures de musique et qu’il faut diffuser la musique actuelle. Et il y a aussi des compositeurs qui travaillent lentement. Par exemple c’est le cas de Gilles Gobeil qui travaille depuis au moins dix ans et qui n’a que 37 minutes de musique! Si les statistiques sont bonnes, on pourrait faire un premier disque en l’an 2002. Cela n’a aucun sens puisqu’il fait une musique qui doit être écoutée aujourd’hui.

Le but premier d’empreintes DIGITALes, c’est la diffusion, la dispersion de ces musiques… partout.

R&C: C’est quelque chose qui n’est pas rentré dans l’esprit des studios en France. En général, les pièces sont déià anciennes quand elles sortent, et il n’y a pas le même esprit au niveau de la distribution et de la promotion.

Jean-François Denis: C’est la grande distinction avec une étiquette de disque interne à une structure préexistante qui, quelque part, n’est pas sa fonction première. On fait des disques parce que c’est bien, c’est pratique, cela fait de belles cartes de visite. Et le CD est plus élégant que la cassette autoproduite.

Je pense et je persiste à croire que l’électroacoustique est une musique qui s’écoute et que c’est même le fun à écouter. On n’a pas besoin d’être initié, il n’y a plus de conventions nécessaires. Une sono adéquate et un public qui écoute, et ça marche.

R&C: Comment s’est effectué le choix des participants pour le disque Électro clips?

Jean-François Denis: J’ai choisi les compositeurs avec Claude Schryer. On en avait contacté une trentaine en leur passant une commande.

Pour le prochain Électro clips, le concept sera différent car le défi était intéressant à relever une fois mais c’est tout. La forme sera différente: des pièces de 2'45" + 15". Il y aura trois sons de fournis qui devront étre utilisés et si j’ai l’énergie, il y aura aussi une commande à 25 vidéastes pour faire chacun une vidéo sur la portion 15". Ce sera un disque international pour célébrer la tenue du ICMC à Tokyo en 1993.

C’est aussi l’idée qu’empreintes DIGITALes est archives (on ramasse des pièces) et moteur (on passe des commandes).

R&C: Et il y a aussi SONARt?

Jean-François Denis: En pataugeant dans la production de disque, je me suis aussi rendu compte qu’il existait d’autres projets, d’autres réalisations sonores intéressantes. Voulant garder empreintes DIGITALes pour l’électroacoustique, j’ai crée une nouvelle étiquette, SONARt, qui se consacre à un autre style de musique assez cerné: des musiques instrumentales de studio. Cela me permet d’avoir un autre créneau pour d’autres projets intéressants et puisqu’il n’y a personne pour les réaliser… Le prochain projet est une pièce pour soprano solo, c’est en fait du théâtre musical. On finit actuellement la mise en son.

R&C: Parlons maintenant de la situation au Canada. Y a-t-il des lieux de programmation régulière?

Jean-François Denis: Il n’y a pas de lieux exclusivement réservés à l’électro. Par contre je suis impliqué dans une société de concerts qui s’intéresse à la présentation de projets de cet ordre. Elle s’appelle Réseaux et c’est avec Robert Normandeau et Gilles Gobeil. Il y a un autre organisme qui a 12 ans d’existence, l’ACREQ (Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec), et depuis trois ans, il y a une série qui s’appelle Clair de terre (série de Robert Normandeau) qui propose des concerts de musique sur support diffusés toujours dans le même lieu à Montréal (Planétarium).

R&C: Y a-t-il des studios comme en France?

Jean-François Denis: Non absolument pas. Les studios sont généralement personnels. Quand les compositeurs ont terminé leur formation, ils ont au cours de ces années là accumulé à gauche et à droite de l’équipement pour pouvoir produire, sinon en totalité, du moins en grande partie, leur musique. Il y a des exemples isolés de coopérative mais c’est exceptionnel.

R&C: On a une image très active du Québec par rapport à ces musiques, plus qu’en France.

Francis Dhomont: Cela vient aussi de l’esprit. L’esprit français est plus individualiste. Là-bas il y a une volonté de regrouper toutes les énergies, d’être forts par nous-mêmes. Pour l’électroacoustique, des gens très différents se sont rencontrés, se sont regroupés même avec des esthétiques différentes, ils ont échangé des idées, des musiques… ce qui est loin d’être le cas en France, alors qu’il y a une grande richesse ici aussi mais chacun reste dans son coin. Il n’y a pas l’équivalent de la CÉC en France.

R&C: J’ai l’impression qu’en France on protège son territoire, on craint l’autre.

Robert Normandeau: Bernard Fort (du GMVL) faisait remarquer qu’à partir du moment où il y avait de gros montants d’argent injectés dans un groupe… La différence chez nous, c’est qu’il n’y a pas de groupes. La CÉC, c’est une réunion d’individus. Personne n’a de territoire à protéger. Ceux qui auraient quelque chose à protéger, ce sont des professeurs d’université or il n’y a rien qui les menace. Les enjeux ne sont pas les mêmes. Au Québec, la situation est particulière car c’est avant tout à Montréal que ça se passe. On est tous dans la même ville et Montréal représente la moitié de la population du Québec.

R&C: Francis, tu es arrivé au Québec en 1978. Quelle était la situation à cette époque?

Francis Dhomont: J’ai eu l’impression d’assister à une naissance. L’ACREQ en était à ses débuts puisque j’ai assisté au dépôt des statuts. Il ne se passait pas grand chose. À l’Université de Montréal, on m’a présenté les studios et j’ai demandé à écouter des musiques mais il n’y en avait pas. ll y avait un studio débutant avec peu de matériel. Il n’y avait pas non plus de studio personnel ou de production de concerts. D’année en année, les choses se sont mises en place, les cours se sont développés ainsi que les concerts. Les jeunes compositeurs sortis des universités ont commencé à monter leur propre studio. Puis tous ces gens ont commencé à se réunir.

L’impulsion, en dehors d’empreintes DIGITALes, vient souvent d’anciens de mes étudiants avec qui des rapports amicaux se sont établis.

R&C: Jean-François, tu es aussi compositeur. Envisages-tu de sortir ta musique chez empreintes DIGITALes?

Jean-François Denis: j’évite car j’aime la crédibilité. Et ne pas y être conserve cette crédibilité. Au début, je le pensais mais avec le temps j’aime cette distance et le fait que je puisse défendre ces musiques sans que ce soit légèrement incestueux.

blogue@press-130 press@130
1 May 1992
in Ojo Rojo #2 (Mexico), May 1, 1992

Text

Enmedio de una gran expectación se desarrollo en la Ciudad de México el Primer Encuentro Internacional La computadora y la Música. E1 evento reunió a los máximos exponentes de la música electroacústica del planeta. Músicos de Polonia, Canadá, España, EUA, México y otros países se presentaron en conciertos en vivo y formaron parte de las conferencias, talleres y ponencias, además de las audiciones vía DAT que nos permitieron escuchar sonidos de otras latitudes en ausencia física de sus creadores.

Hablando concretamente de los conciertos, hay que mencionar que hubo algunos que impresionaron gratamente y que sinceramente fueron los que se llevaron el evento. La precisión y técnica ejecutoria de Javier Álvarez (México) con ASÍ EL ACERO (steel drum y DAT), confirmaron el porqué el mexicano es considerado como uno de los mejores músicos en su género en el mundo. Otra sorprendente ejecución fue llevada a cabo por el estadounidense Daniel Oppenheim. Por Canadá tuvimos la presencia de dos excelentes músicos: Jean-François Denis y Claude Schryer, que presentaron La dernière minute para clarinete y electrónica en vivo. Por cierto, el primero de estos dos es el director de la compañía editora de música electroacústica DIFFUSION i MéDIA con lo cuál logramos interesantes acuerdos para distribuir su magnífica serie de discos compactos en México (Christian Calon, Robert Normandeau, Alain Thibault, Électro clips; Daniel Scheidt, Yves Daoust, Francis Dhomont, Brégent, Boudreau y Duguay). Además contactamos gracias a Marie Marais a la compañía DAME que incluye en su catálogo muy buen material de cual comentaremos a futuro. Otros exponentes dignos de mencionar: MASOS (México), Wlodzimierz Kotonski (Polonia), Angel Cosmos y Andreas Mniestris (España), el genio musical de Roberto Morales Manzanares (México) y el grupo GEIME (México).

En fin, este encuentro favoreció desde nuestro punto de vista a la incorporación de los músicos mexicanos al movimiento mundial de esta especialidad; para el público asistente representó el ampliar el panorama auditivo y entrar de lleno en la eterna discusión: definir dónde termina el sonido y dónde comienza el roido.

blogue@press-125 press@125

Other texts in

  • Voir (Québec), February 13, 1997
    “[une] collection déjà abondante de disques consacrés à l’électroacoustique québécoise et étrangère.”
  • Nov’Art #11 (France), June 1, 1993
    “… un CD pas ordinaire.”
  • Circuit #3:1 (Québec), March 1, 1992
    “Pari gagné.”