If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio // Connexion
Connexion
Transit (1998), 12m20s [excerpt]
Track 1 from Connexion
CD: empreintes DIGITALes (2000) IMED 0051
22 March 2004
By François Couture in electrocd.com (Québec), March 22, 2004

Text

“Québécois electroacoustic music has earned a place in the hearts of avant-garde music lovers everywhere…”

The grass is always greener on the other side of the fence, right? Wrong — at least when it comes to electroacoustics, the beautiful province of Quebec compares very well to any other region of the world. Call me chauvinistic, I don’t care: Quebec is home to several composers of tremendous talent and influential professors.

My goal is not to turn this article in an analytical essay, but, as a music reviewer and unstoppable listener, I am convinced that there is such a thing as Québécois electroacoustics. Despite the stylistic variety among our composers, I detect a Québécois “sound,” something that sounds to me neither British nor French or German; something that calls to me and speaks to me in a language more immediate and easier to understand.

This “unity in diversity” is probably, at least in part, due to the lasting influence of a small number of key composers whose academic teachings have shaped our younger generations. I am thinking first and foremost of Francis Dhomont and Yves Daoust. So let’s begin this sound path with a Frenchman so Québécois at heart that he was awarded a prestigious Career Grant from the Conseil des arts et lettres du Québec. I can sincerely recommend all of Dhomont’s albums: his graceful writing, his narrative flair and his intelligence turn any of his works into fascinating gems. I have often publicly expressed my admiration for Forêt profonde (including in my first Sound Path, so I will skip it this time), but Sous le regard d’un soleil noir, his first large-scale work, remains an international classic of electroacoustic music, and his more recent Cycle du son shows how close to perfection his art has grown — the piece AvatArsSon in particular, my first pick for this Sound Path.

If Dhomont’s music is often constructed following large theoretical, literary and sociological themes, Yves Daoust’s works lean more toward poetry and the anecdote. Most of his pieces betray his respect for the abstractionist ideals of the French school, but his seemingly naive themes (water, crowds, a Chopin Fantasia or a childhood memory) empower his music with an unusual force of evocation. His latest album, Bruits, also displays a willingness to grow and learn. One is tempted to hear the influence of his more electronica-savvy students in the startling title triptych.

To those two pillars of Quebec electroacoustics, I must add the names of Robert Normandeau and Gilles Gobeil. Normandeau is a very good example of what I consider to be the “typical” Québécois sound: a certain conservatism in the plasticity of sounds (the result of the combined influence of the British and French schools); great originality in their use; and an uncanny intelligence in the discourse which, even though it soars into academic thought, doesn’t rob the listener of his or her pleasure. My favorite album remains Figures, in part because of the beautiful piece Le Renard et la Rose, inspired by Antoine de Saint-Exupéry’s novel Le Petit Prince - and also because of Venture, a tribute to the Golden Age of progressive rock (a pet peeve I share with the composer, might I add). As for Gobeil’s music, it is the wildness of wilderness, the turmoil of human passions, the sudden gestures, the copious splashes of sonic matter thrown all around. If La mécanique des ruptures remains an essential listen, his most recent album Le contrat, a collaboration with guitarist René Lussier, stands as his most accomplished (and thrilling!) work to date.

These four composers may represent the crème de la crème of academic circles, but empreintes DIGITALes’ catalog counts numerous young composers and artists whose work deeply renew the vocabulary of their older colleagues.

I would like to mention Fractures, the just released debut album by Christian Bouchard. His fragmented approach seems to draw as much from academic electroacoustics as from experimental electronica. Thanks to some feverish editing and dizzying fragmentation, Parcelles 1 and Parcelles 2 evoke avant-garde digital video art. I also heartily recommend Louis Dufort’s album Connexions, which blends academic and noise approaches. His stunning piece Zénith features treatments of samples of Luc Lemay’s voice (singer with the death-metal group Gorguts). I am also quite fond of Marc Tremblay’s rather coarse sense of humor. On his CD Bruit-graffiti he often relies on pop culture (from The Beatles to children’s TV shows). His piece Cowboy Fiction, a “western for the ear” attempting to reshape the American dream, brings this Sound Path to a quirky end.

Serious or facetious, abstract or evocative, Québécois electroacoustic music has earned a place in the hearts of avant-garde music lovers everywhere. Now it is your turn to explore its many paths.

blogue@press-6138 press@6138
1 January 2002
By PYM in Peace Warriors #18 (France), January 1, 2002

Text

“Il faut savoir gré au label canadien empreintes DIGITALes de proposer un catalogue de musiques électroacoustiques de qualité…”

Il faut savoir gré au label canadien empreintes DIGITALes de proposer un catalogue de musiques électroacoustiques de qualité, quoique certains choix esthétiques soient — comme nous allons le voir — assez discutables. C’est que nous avons affaire à une musique fondamentalement académique — cela dit sans intention péjorative —, domaine dans lequel il n’est pas toujours évident de faire la part d’authenticité et la part de frime. Le disque de Louis Dufort illustre parfaitement le mélange d’agacement et de fascination que provoque sur moi cette musique: fascination pour ce déluge de sonorités, très belles et surgies de nulle part, agacement à l’égard de cet arrière-plan conceptuel un peu douteux: «discontinuité continue», «foisonnement formel de la forme», etc. Bien entendu, ce ne sont que des mots (écrits dans le livret), mais nul doute qu’ils sont à la fois responsables et révélateurs de la frigidité qui se dégage à l’écoute du disque, la pièce Zénith exceptée. Une frigidité moins évidente au premier abord chez Hans Tutschku. Extrémités lointaines (1998), la composition qui ouvre le disque, trahit une brillante maîtrise du matériau acoustique: des ambiances prélevées dans quatre pays d’Extrême-Orient (Singapour, Indonésie, Philippines, Thaïlande) sont intégrées avec brio dans une «structure compositionnelle très condensée» (T.) qui fonctionne comme une invitation au voyage. Il est néanmoins dommage que cette invitation ne soit effective qu’à compter des dernières minutes de la pièce, remarquables, au cours desquelles chaque élément acousmatique trouve l’indépendance et la place qui lui revient, là où au contraire la maturité de la pièce tendait à fondre les sonorités dans une espèce de bourrasque sonore. Tout aussi inspirée, la pièce Les invisibles (1996) part d’une idée trés intéressante: la reconstruction électronique de miniatures instrumentales préalablement composées. Double écriture qui enrichit considérablement le discours, pour le plus grand plaisir de l’auditeur. Le problème se pose lorsque voix et texte viennent mettre leur grain de sel dans tout cela: il s’agit pour Tutschku de «reproduire musicalement des sensations qui se dégagent à la lecture d’un texte sans faire une illustration de ce dernier» (T.), c’est-à-dire, implicitement, faire abstraction du sémantisme au bénéfice de la «matérialité» du langage verbal, «la compréhension du texte devenant secondaire» (T.) Que la voix ne soit plus qu’un matériau acousmatique comme un autre, je n’ai rien contre; il est vrai que notre élocution verbale recèle une musicalité inouïe. Mais la question est bien, sinon celle de la signification sémantique, celle du sens. Dans Sieben Stufen (1995, poème de Georg Trakl), c’est malheureusement la structure, et la structure seule qui est le dépositaire de ce sens, et il faut avouer que cela ne réussit pas franchement au résultat. Car, au bout du compte, entendre une voix humaine décomposée, déconstruite, déstructurée (tous les verbes avec le préfixe «dé-» que vous pounrez imaginer) à l’excés, tout cela au service d’un discours certainement bien argumenté, ne rend justice ni au texte, ni à la musique. Alors, à quoi bon tant de peine? finit par se demander l’auditeur. Là où le travail de Tutschku cherchait à fondre les sources dans une espèce de grand maelström sonique, celui de Marc Tremblay choisit au contraire de révéler les sonorités dans leur caractère brut, dans une perspective de collage, de «bruit-graffiti». Néanmoins, la démarche systématiquement adoptée par le compositeur a de quoi agacer: il s’agit de prélever dans le réel un objet ou une situation, si possible qui fait du bruit; exemple: la voiture (Vroum,1997), les toilettes (Résidus (clip dadaïste), 1995), le téléphone (… Ceci est un message enregistré… ,1994), les pièces de monnaie (L’argent. Toujours l’argent!, 1990), et de juxtaposer sans grande grâce toutes les sonorités qui peuvent en émaner… C’est volontairement anecdotique, nous dit le compositeur à propos de Vroum. Autrement dit: rassurez-vous, si vous n’aimez pas, c’est fait exprès! Grand signe de réussite (à tous les coups on gagne)! Bien plus convaincants sont les «multiples soundings» de Randall Smith, inspirés pour la plupart par la géologie, les mouvements tectoniques de la terre. Dès le début de Inside out, la tonalité est donnée: l’auditeur est propulsé dans une gigantesque course effrénée qui, plus tard, s’avère toujours revenir au même point de départ (l’effet Dupond/t dans le désert, en quelque sorte), toujours se résoudre dans un ultime accord majeur ironique. Au sein de ce déluge de vitesse, acoustique et électronique, mélodie et atonalité, rythme et arythmie ne cessent de se télescoper. Si chez Tutschku, cette synthèse tendait un peu trop vers la «bouillie» électroacoustique, les soundscapes de Smith conservent au contraire tout leur relief. Du dialogue entre violoncelle et électronique, parsemé de réminiscences de Bach (Continental rift) jusqu’aux mille grouillements organiques de Liquid Fragments, et à l’effrayant remue-ménage de Elastic Rebound, tout l’art de Smith a la précision d’un biologiste sur sa table de travail, le tranchant d’un scalpel de dissection, mais également — et heureusement — l’inspiration d’un véritable artiste.

blogue@press-467_5 press@467_5
8 November 2001
By Réjean Beaucage in Voir (Québec), November 8, 2001

Text

“… chaudement recommandé…”

Yves Daoust contribuait en 1978 à la fondation de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ). Il dirigera par la suite durant une dizaine d’années les destinées du premier organisme canadien voué exclusivement à ce genre. Aujourd’hui, il y revient à l’invitation du directeur artistique actuel, Alain Thibault, pour participer ce samedi 10 novembre à la troisième édition de l’événement Elektra. Daoust y présentera en création sa pièce Bruits, triptyque environnemental qui donne également son titre au troisième disque que le compositeur fait paraître chez empreintes DIGITALes et qui sera lancé juste avant le concert. La pièce, commande du Sonic Arts Network (Royaume-Uni), est une sorte de carte postale sonore des rues et ruelles de Montréal: cris d’enfants, bruits de la circulation et rumeurs citadines y sont littéralement passés au hachoir pour produire ce que le compositeur appelle un «smog sonore». C’est sans aucun doute l’œuvre la plus ‘bruitiste’ de Daoust jusqu’à maintenant. L’œuvre sera présentée à l’ACREQ dans une version pour huit canaux avec un support vidéographique de Jean-Sébastien Durocher.

Le disque que Daoust s’apprête à lancer mérite certainement d’être chaudement recommandé à toute personne qui serait curieuse et chercherait à se renseigner sur la musique électroacoustique. Que le titre Bruits ne vous effraie pas. Les quatre pièces présentées ici représentent autant de sous-genres et Yves Daoust y démontre magistralement son grand talent de manipulateur sonore. On y retrouve une magnifique version de la pièce Impromptu, déjà entendue en format «pour bande seule» sur son précédent disque Musiques naïves, mais retravaillée ici en version «musique mixte» avec des interprètes de choix: Jacques Drouin au piano et Lorraine Vaillancourt… au synthétiseur! La pièce La Gamme est une musique électronique réalisée en 1981 sur les «machines à triturer les électrons» du Groupe de musique expérimentale de Bourges. Enfin, Ouverture, commande du GMEB pour le Bicentenaire de la Révolution française, mêle narration et illustration sonore, et rappelle par son thème Le Trésor de la langue de René Lussier. empreintes DIGITALes fera également paraître simultanément des disques de Robert Normandeau et Gilles Gobeil, deux autres piliers de la musique électroacoustique d’ici, disques sur lesquels nous reviendrons. Yves Daoust enseigne depuis 1981 au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, où il a développé un programme de composition électroacoustique.

Preuve qu’il exerce dans ce domaine-là aussi un grand talent, c’est l’un de ses étudiants qui clôturera la soirée avec une pièce qu’il ramène d’Autriche où elle a obtenu une mention lors de la dernière édition des prestigieux Prix Ars Electronica. Louis Dufort nous présentera en effet Décap, une «réflexion sur la décadence de l’homme» en partie tirée de la musique composée pour la chorégraphie Le Cri du monde, de Marie Chouinard, et dont nous avons pu entendre une première version lors de la série de concerts Rien à voir (7) en mars 2000. Également au programme: Tom Sherman et Bernhard Loibner avec leur projet vidéo/musique Nerve Theory et le très attendu Markus Popp, alias Oval, détenteur d’une seconde place aux Prix Ars Electronica 2001.

blogue@press-460 press@460
20 August 2001
By Zipo in Aufabwegen #31 (Germany), August 20, 2001

Text

Ein Quell der ungewöhnlichen Sounderlebnisse ist das kanadische Label empreintes DIGITALes, welches fernab reißerischer Methoden in fast wissenschaftlicher Akribie eine Serie mit elektroakustischer Musik von preisgekrönten Komponisten herausgibt. Alle vier CDs stammen von relativ jungen, in der Grauzone zwischen freier Improvisation und akademischer Komposition operierenden Künstlern. Die Klänge sind oft nach kompositorischen Gesichtspunkten einander einverlebt, bleiben aber wild und jederzeit überraschend. So kann man sich hier bedienen nach Herzenslust. Vielleicht etwas schnöde klingt Traces von Adrian Moore. Hier hört man zu oft die surrenden, schmachtenden Sauglaute eines Computers, der die reale Welt in sich aufnimmt und „Musik” herausspuckt. Clonky, aber eben auf ernste Weise; können auch Matthew Ostrowsti und andere. Grandios ist das Werk von Jonty Harrison, dem Leiter des elektroakustischen Instituts in Birmingham. Seine Sammlung von Stükken (fast alle um die 15 Minuten lang) verbindet befremdliche Geräusche mit Klängen derAußenwelt, ohne letztere als reine Projektionsfläche zu verwenden. Die Töne aus den verschiedenen Sphären interagieren und treten in eine Kommunikation. Stark! Die klanglichen Extreme in diesem Viererpack stammen von Denis Smalley. Er bricht mit den Konventionen der Akademika, wonach Töne zwar schräg und abstrakt ausstaffiert sein dürfen, aber bitteschön nicht stören sollen. Sein Werk scheut sich nicht vor häßlichen Momenten, harschen Brüchen und fast industriellem Lärm. Dabei bleibt alles dunkel wie das geheimnisvolle Cover der CD. Louis Dufort wirkt in seinen Stücken wie jemand, der die Regeln des Genres kennt und sie mit genauem Gehör exekutieren will, um hinter ihnen liegendes Potential zu erhellen. Die gelingt ihm am trefflichsten in der Komposition Zénith, die mit pochenden Tönen arbeitet, die sich gegen schrille aber auch flirrend-weichzeichnende Atmosphären behaupten müssen.

blogue@press-428_1 press@428_1
8 August 2001
By Julien Jaffré in Monotrains & Satellites #6 (France), August 8, 2001

Text

“Ses compositions électroacoustiques et atmosphériques sont empruntes d’angoisse, d’images pesantes et d’accalmies majestueusement fluides et dynamiques…”

empreintes DIGITALes est le fer de lance de la musique électroacoustique au sens où Métamkine pourrait la définir. Dirigé par Jean-François Denis, il est partagé avec SONARt qui lui distingue davantage les créations instrumentales de studio.

Chez empreintes DIGITALes, le radicalisme esthétique est une constante, plaçant d’emblée les productions du label au rang d’objet d’art. Un soin apporté aux pochettes et aux disques, qui sonne comme un engagement quasi éthique, si ce n’est idéologique. Toute cette génération de curieux trouve à présent un réel épanouissement, mûrisseent de quelques années de pratiques laborieuses, de doutes successifs, dans le jeu de la construction de Ieur univers respectif.

On peut ajouter l’influence de l’école française concrète (Schaeffer) référence évidente et revendiquée, notament par Jonty Harrison, même s’ils s’inscrivent en réaction à l’académisme, à l’hermétisme et à la doctrine de la technique. Ces auteurs ont le mérite de considérer l’époque pour elle-même et non à travers des mythologies douteuses ou fantasmées.

Louis Dufort, 31 ans, premier prix du conservatoire de Montréal, compositeur de la compagnie de Marie Chouinard, est un brillant iconoclaste. Il aime ainsi à intégrer des éléments non-musicaux dans sa trame musicale: «Objets, corps, couleurs et anecdotes sonores donnent lieu à des jeux de perception dans lesquelles est immergé l’auditeur. Les matériaux sonores sont ainsi trafiqués pour en soutirer des profils musicaux où poésie et représentation narrative du son servent de balises à l’élaboration de l’œuvre.» La limpidité de ses travaux offre un profond vertige soucieux d’allier tradition et modernité. Ses compositions électroacoustiques et atmosphériques sont empruntes d’angoisse, d’images pesantes et d’accalmies majestueusement fluides et dynamiques dans le même temps. Comme si Francisco López signe la BO de La machine molle sur Ant-Zen. Impressionnant.

blogue@press-425_101 press@425_101
8 August 2001
By Gianfri in Darklife #6 (Germany), August 8, 2001

Text

More “academic” Canadian avant-garde comes by Louis Dufort, who has realised three quarters of Connexion between the conservatory and the faculty of music of the University of Montréal. The structure of this work is essentially an alternation of quite to silent moments and assorted noises of the cracking to hissing to percussive variety, with a couple more dramatic interludes of apocalyptic nature beginning to crop up halfway the third track Zénith. The last of the four tracks, Décap, incorporates, in addition to the aforementioned ingredients, some obsessive loops and industrial elements in a 24-minute long exhausting cavalcade.

blogue@press-426_6 press@426_6