Labels // empreintes DIGITALes

1 May 2016
By Marius Joa in Bad Alchemy #89 (Germany), May 1, 2016

Press Clipping

blogue@press-5500 press@5500
1 May 2014
By Wende Bartley in The WholeNote #19:8 (Canada), May 1, 2014

Text

“… known and respected internationally and considered the go-to place for the keen listener and connoisseur of electroacoustic music…”

It’s been close to 25 years since the founding of the unique Montréal-based label empreintes DIGITALes (empreintesDIGITALes.com) in 1989 by Jean-François Denis and Claude Schryer. Solo-directed since 1991 by Denis, the label has produced 130 discs representing 107 composers and specializes in contemporary electroacoustic music, acousmatic and musique concrète. Although these genres of music are not the common fare for most of the concert events listed by The WholeNote, it is important to realize that the technical innovations and ways of thinking that have been pioneered by the practitioners of this music have had a wide influence on a vast array of musical forms and styles as well as media-based art forms.

One of the most distinguishing features of electroacoustic music in general is that it is composed primarily within a studio environment and is designed to be listened to through loud speakers. And although the ingredients of melody, rhythm and harmony can be an aspect of electroacoustic music, its primary focus is on the sound itself, which can originate from recordings made in a particular acoustic environment, or generated and processed through purely electronic or digital technologies. Sometimes the original sound source is recognizable - such as recordings of ocean waves or the inside of a piano, and in other situations, the sounds have been studio processed beyond recognition of their original context.

Back in 1990, empreintes DIGITALes offered its own vision of the wide array of possibilities within the electroacoustic genre. It published the groundbreaking Électro clips CD which featured three-minute miniatures by 25 different composers, each one representing a unique approach to working in a studio environment.

More recently, the label has released four new albums by four unique composers: Martin Bédard (Montréal), Pierre Alexandre Tremblay (Montréal/UK), Andrew Lewis (UK) and David Berezan (Calgary/UK). Although the pieces are of longer duration than the three-minute clips, each disc presents four unique approaches and aesthetic visions.

Each of Bédard’s five acousmatic compositions on his Topographies CD (IMED 13121) creates a sonic picture of specific acoustic environments, ranging from recordings made in restored jail cells to the soundworld of trains. He also weaves in tributes to what he calls “phonoculture” - lyrics from a Rush song or the audio heritage of a specific community. He is captivated by specific behaviours, whether those be of a night watchman or of metal under stress, and his compositions are expressions of his curiosity.

The five compositions on Tremblay’s 2-disc set entitled La marée (IMED 13123/124) are excellent examples of the interaction between live performers and a form of live processing of the solo instrumentalist. I found his piece Le tombeau des fondeurs particularly engaging with its rhythmic and timbral pulsations that create a seductive sonorous quality suggestive of the casting of a metal or bronze bell or gong. All his pieces are meditations on life, a balancing of contradictions.

The music of Lewis on his CD Au-delà (IMED 13125) is a great example of pure acousmatic music in which the original sound sources are heavily processed and the original context is predominantly unrecognizable. However, Lewis’ skill at weaving sounds together creates strong impressionistic and imaginary soundscapes. His track Cân, the Welsh word for song, takes the Welsh musical heritage beyond the traditional sounds of harps and male choirs. Short interjections of these traditional sounds are juxtaposed with more abstract sonic textures.

And finally, the music on Berezan’s Allusions sonores (IMED 13122) offers the listener a window into the places he has visited. Seeing himself as a composer who collects and “uncovers” sounds as part of his creative process, each of the five pieces reflects places he has personally visited or interacted with. Ranging from the sounds of a Balinese thumb piano to recordings made in Alberta’s badlands to the chirping sounds of temple and palace floors in Japan, listening to Berezan’s music is similar to listening to the ocean. Each piece has a very distinctive wave-like motion with the constant ebb and flow of the sound textures rising up and then falling away.

These four discs are a testament to the ongoing commitment this independent label has for a very unique and distinct genre of music. It is known and respected internationally and considered the go-to place for the keen listener and connoisseur of electroacoustic music in all its varied forms.

blogue@press-5138 press@5138
3 February 2012
in Des arts sonnants (France), February 3, 2012

Text

“… une ligne éditoriale et des choix très judicieux, un plaisir pour nos oreilles.”

C’est un site où l’on peut écouter de belles pièces électroacoustiques. Il est géré par le [site] canadien www.electrod.com, bien connu des férus d’acousmatique.

On ne peut donc pas, natuellement, télécharger. Si le disque nous plaît, il suffit… de l’acheter, en ligne, en toute légalité, et en son âme et conscience puisque nous auront pu l’écouter dans intégralité.

Le répertoire n’est pas une playlist à rallonge, mais un choix ciblé de compositeurs que la maison décide de mettre en valeur pour un temps, avant de proposer d’autres artistes. Ce qui permet de découvrir des pièces ou compositeurs qui seront mis en avant, et de ne pas s’égarer dans une jungle de titres où l’on ne sait plus où donner de l’oreille.

Ce retour à une certaine modération, sélection affichée et assumée, confortée par une esthétique sobre et une navigation aisée, est devenu assez rare de nos jours, et à ce titre d’autant plus appréciable.

Certes me diront certains esprits chagrins, la démarche est commerciale! Oui mais à l’époque où les compositeurs de musique électroacoustique, dont les créations ne sont pas diffusées et vendues à grande échelle tant s’en faut, ont eux aussi besoin non seulement de reconnaissance, mais aussi de réseau de distribution, les Metamkine n’étant pas légions, saluons ce genre de portail. En tout cas, reconnaissons lui une ligne éditoriale et des choix très judicieux, un plaisir pour nos oreilles.

Écoutez par exemple Klang (1982) de Jonty Harrison. Une petite pépite qui je trouve, entre parfaitement en résonance avec l’esprit de ce site. Mais aussi les Points de fuite de Francis Dhomont, le Quatuor d’Yves Daoust… Que du beau son !

A écouter bien sûr au casque ou avec une bonne paire d’enceintes pour apprécier les finesses de ces musiques, même si certaines d’entre elles sont à la base pensées dans une écriture multiphonique.

blogue@press-4620 press@4620
1 March 2011
By Jean-Christophe Camps in Revue & Corrigée #87 (France), March 1, 2011

Press Clipping

blogue@press-4428 press@4428
3 November 2010
By Max Shea in WMUA (USA), November 3, 2010

Text

“Your service to the world of sound art is invaluable.”

These great releases are much appreciated. Your service to the world of sound art is invaluable.

blogue@press-4278 press@4278
1 June 2010
By Vidal Romero in GoMag #112 (Spain), June 1, 2010

Text

“Il est clair qu’il faut reconnaître à Denis qu’en plus du bon goût, il a du flair et une certaine vision du business, vingt ans après la création et avec un catalogue qui dépasse les cent références.”

[Translation] Musique concrète, musique pour bande, acousmatique, musique électroacoustique, cinéma pour l’oreille, paysage sonore, art sonore: dit de cette façon, il faut reconnaître que les choses avec lesquelles trafique Empreintes Digitales s’éloignent un peu des intérêts quotidiens de cette sainte maison. Ce problème semble devenir la condition habituelle des disques que publie le label canadien. Trop abstraits pour les amateurs de pop, trop sérieux pour les adeptes de l’électronique (même dans ses formes les plus expérimentales) et, voilà la surprise, trop mondaine pour les consommateurs de musique contemporaine (musique culte, comme eux-mêmes le revendiquent), des messieurs sybarites qui devraient être le public réel du label. C’est de tout cela que parlait dans un récent entretien le père de la créature, Jean-François Denis. Il expliquait qu’au fond, quand on travaille avec une musique si spécifique, qui a sa propre place dans le marché, on fini par trouver un public que suit son son, qui apprends et grandit en même temps que le label et «finit par créer des réseaux, des revues, des groupes et des événements». Même si Denis ne sait pas trop clairement qui achète nos disques, où ils sont et quelles autres musiques ils écoutent, il est très conscient qu’il faut les soigner, qu’il ne peut pas leur donner n’importe quoi, «ni au niveau du contenu, ni au niveau des présentations de disques». Autrement dit: quand on a un produit unique et sans concurrence pour se faire des soucis, survivre n’est plus une cause de préoccupation et la seule chose qui compte est la beauté. Il est clair qu’il faut reconnaître à Denis qu’en plus du bon goût, il a du flair et une certaine vision du business, vingt ans après la création et avec un catalogue qui dépasse les cent références. Empreintes Digitales bénéficie d’une image plus forte que jamais. Des aspects comme l’édition des œuvres en DVD-Audio («il y a des expériences sonores qui nécessitent une ambiance plus soignée», dit Denis) ou le design des jolis boîtiers en carton — remplis d’information et pas très pratique pour de grandes mains — qui donnent une impression de raffinement renforcé par la musique. Comme par exemple, les deux dernières publications du label, Études pour Kafka de Francis Dhomont et Ubiquité de Dominique Bassal, deux disques si beaux et si inclassables. Musique pour un univers parallèle qui est meilleur que le nôtre.

blogue@press-4206 press@4206
22 January 2010
By Tobias Fischer in Tokafi (Germany), January 22, 2010

Text

“There is a future for creation, invention, daring propositions…”

Labels come and go. But even within this fast-changing world, where everyone with internet access can set up a record company and start releasing music, some outfits have proved more valid, relevant and meaningful than others. On January 31st, Canadian imprint empreintes DIGITALes will celebrate its 20th anniversary as one of the world’s leading label for electroacoustics and true to its title, it has certainly left some fascinating fingerprints.

As artistic director Jean-François Denis recounts, the world was a different one when he published the first four albums all the way back in 1990 and the notion of devoting a label entirely to a music so far away from mainstream sensibilities and obvious medial tangents must have appeared wildly optimistic. And yet, Denis’ brainchild got off to a remarkable start and quickly started extending beyond its homebase of Montréal into an international platform for ambitious Composers and Sound Artists.

Over the years, empreintes DIGITALes has not only developed a recognisable musical style, but also been at the forefront of technological development, switching to the multichannel possibilities of DVD-Audio in 2005. Its visual taste has been of an equally tasteful quality and today expresses itself in elegant cardboard boxes with extendable trays. By Spring of 2009, its catalogue had grown to include over 450 works by more than 90 composers from over 20 countries, on almost 100 releases. As easy as it may be to set up your own record company in the digital age, today’s record companies have a long road ahead of them to match that.

The past twenty years in a nutshell

We started in 1989 in a bid of making the music available for a first release in January 1990. Our plan was to begin with 4 discs; we did not want to be another 1-disc label. We selected the compact disc for its better sound quality and longer duration as the only medium for our releases. At that time many people were suggesting that we also release on cassettes! In 20 years we saw different audio formats come. and go almost completely.

In 1990, there was basically no independent record label specializing in electroacoustics. The first years proved to be a greater success than expected, probably because we simply did not have any real idea about the “commercial” or medial potential for such discs; the novelty dimension, the great quality and variety of local, national and international composers, the sound quality of the discs, the bilingual, French — English liner notes, the packaging, for which we used the conventional jewel case until 1996, then our first deluxe carboard box until 2000 and since then our current cardboard box… all of this contributed to the excitement.

By the late 1990s, the situation had stabilized. Many more labels were founded around the Western world; compact disc production was simpler and more affordable — and the supply was thus bigger.

In 2000 we changed some of our production methods and invested more energy into our web site, which was started in 1995, by refocusing it and automating it. The Internet was growing and “net labels” started to appear, meaning the supply was even bigger. In 2005, we selected a better-sounding disc format, the DVD-Audio, as our main format.

Since 2000 an important shift towards digital compressed audio format happened in the popular music industry, namely in 2001-03 with the iPod and later, the iTunes Music Store. While this change of access to music and “attitude” towards the disc had a great impact on the whole, “specialized” music remained somewhat protected, at least for a while. We only started to feel a change, a decrease in impact, in sales, over the past 3-4 years.

About serving the download market

I do not surf the Internet looking for “mp3” of works available on empreintes DIGITALes, nor any other audio files for that matter. So I do not know for sure. My guess is that someone somewhere most certainly has “ripped” works from our discs, converted them in lower or medium grade mp3 and has placed those in peer-to-peer networks.

We are now living in a time where the music on empreintes DIGITALes has to also become available as digital files, authorized so far composers may get some fruits out of this activity. For the last 3 years we are seeking methods to make high-definition (HD) audio files available. Unfortunately we have not yet found an aggregator — as digital wholesalers are now called — that does.

About the process of getting press coverage, radio play and concert opportunities

The advantage of being a “niche” is that people in a niche tend to build networks, groups, magazines, events. In 1990 we had to learn everything, and we naturally discovered networks. In 2009 I’d say the same thing. Some networks have came and gone, newer ones, newer platforms were created.

There is less and less (conventional) radio airplay time for experimental- and contemporary music; most larger national broadcasters are pulling back from curious, avantgarde, exploratory music.

Generally in concerts electroacoustics tend to have a wider reach. More and more soloists and small ensembles tour with some mixed and/or live works, including those in programmes with instrumental repertoire. Concerts with acousmatics are slightly different. But in the very recent past I have witnessed sizable crowds attending concerts of acousmatics within the context of festivals of live electroacousitcs or even electronic music (the term understood under its current usage).

About artistic changes and constants

As an artistic director, the notion of a “living room listening experience” has always been important to me. The refocusing within electroacoustics to acousmatics was made in order to improve the listening dimension. (Acousmatics on disc is the work “itself”; while mixed and live — or other “recorded” — music is a “documentation” of the work.)

But your question refers to the aesthetic level and in that respect I cannot say that within the last 20 years the genre has been substantially “revolutionized.” The means of production / composition have change greatly to extremes, from hard-to-access studios in institutions to domestic laptop computers, but thinking has evolved just as naturally. Listening to Portrait d’un visiteur by Christian Calon is just as great as a musical experience today as it was when first presented in public 25 years ago.

About the relationship between the label and its homebase of Montréal as well as its composers

Our relationship with the city is symbiotic. Because of my role with the label and, until recently, my role with a concert organization in Montréal, one could feed the other, and vice versa. But in my view the label has never been a Montréal.label, it was simply based in that city. Within only 4 years the offer quickly became international with discs by composers from France, UK and Belgium.

A personal relationship with composers is very important. Trust and sharing of visions; understanding and acting upon our interacting roles. Working on the long term with, where/when possible, several releases in mind. As to my reasons for releasing something or not, I often say that I need to grasp/feel the integrity of the composer process, but there are of course several other factors, including timing, economical and legal ones.

About the future of the label and acousmatics

The goal was foremost to make the music available. With today’s possibilities empreintes DIGITALes is far from the only means for such a goal. But however easy it is to get one’s music on the Internet via one’s own website or even via well-organized outlets (such as CDBaby, for instance), the role of channeling, organizing, presenting of a specialized “label” will be required with or without physical discs.

Younger generations of composers are exploring the genre, naturally evolving it. So there is a future. There is a future for creation, invention, daring propositions…

blogue@press-4049 press@4049
1 December 2009
By John Keillor in Musicworks #105 (Canada), December 1, 2009

Text

“empreintes DIGITALes has had an impact on electroacoustic composers. […] The label has helped many composers reach out internationally.”

Canada has an abundance of resources including petrol-soaked sand, hockey fans, and electroacoustic music. These national assets can be found, respectively, in Alberta, in bars, and at electrocd.com. Most countries have no way of knowing what their electroacoustic scene consists of, but Canada does, thanks to Montrealer Jean-François Denis, whose web site, recording label (empreintes DIGITALes), and distribution company (Diffusion i média) make our nation a trailblazer of electroacoustic production and archiving.

Now in its twentieth year, Denis’ label appears to be as strong as ever. He explains how the project took shape. “I was a teacher of electronic music at Concordia University,” says Denis by phone, “and of course I was a composer, too. I shared an office at the time with [British-Canadian electroacoustic composer] Kevin Austin. We were accumulating lots of tapes at Concordia for concerts. Some of these tapes were musical treasures that no one else would ever have the opportunity to hear. That’s the germ of the whole project: trying to make this music available.”

So how does one make a specialty record label? In Denis’ case, he was forced into it. “In 1989, we started surveying several composers,” Denis explains. “The idea of starting a label, or at least, creating a musical collection, got positive feedback from several composers in Ontario and Québec. However, none of the labels we approached were interested in a collection of electroacoustic music. Nobody wanted to do that, so I set it up myself.”

It’s easy to understand why the labels weren’t interested in Denis’ plan. Electroacoustic music is a strange genre, and is both everywhere and nowhere. We music fans still have to define electroacoustic music for most people. When we say “rock” or “hiphop” or “drum ’n’ bass,” no one needs an explanation. But electroacoustic music is more widespread than people realize. It’s present in movies, for instance, on web sites, and in video games, as well as in choreography and theatre.

In the field of music specifically, electroacoustic music can be heard across genres ranging from Stockhausen to Aphex Twin. Electroacoustic material lurks beneath techno’s surface. Underneath the dance rhythm are those sounds that electroacoustic composers sculpt so carefully. “Electoacoustic composers bring that background stuff to the foreground,” says Denis. “There’s a different emphasis, a reverse. It’s not actually so very exotic.”

empreintes DIGITALes has had an impact on electroacoustic composers. By making the work available, the composers become more visible. The label has helped many composers reach out internationally. Denis is, in part, shaping Canada’s international music reputation. “The key for new music is to be heard,” says Denis, adding, “Instrumental composers are stuck without a label for new instrumental music, because it’s a lot more expensive to record a chamber ensemble or an orchestra.” Electroacoustic music without performers is far easier financially. It’s also less complicated to play on the radio, though few stations will program the genre. Nonetheless, it seems true that Canadian electroacoustic music has more of a reputation than our instrumental material because it’s consistently available in recorded format.

Paul Dolden and John Oswald are two Canadian composers on empreintes DIGITALes whom savvy Europeans have told me are part of our international reputation. The attention they’ve gained from audiences abroad causes Denis to be as much concerned with the mechanics of media as he is with being an impresario. When I started [empreintes DIGITALes] compact discs were the only format,” recalls Denis. In the last twenty years things have evolved greatly. The big difference is the MP3, which has changed how music gets distributed. “The Internet is changing how we think about bringing music to people,” continues Denis. “And since that was my first goal, I’m always questioning if my work is truly fulfilling that goal. I’m not interested in moving into an online-only format. However, in 2005, I did move from CD to DVD-Audio, which provides a better standard of sound quality than does CD. It also brings into play the option of surround sound, and allows for the musical dimension of space, which is key to many electronic works. Fifteen DVDs have been released so far. Of course there is less and less of a need for the physical disc,” continues Denis. “But in three to five years from now, access to the Internet may be different. There’s no telling how fast it will be. When I started, people were telling me to stick to cassette tapes,” he laughs.

Music sales and distribution is in flux like everything media related. iTunes is ubiquitous today, but it didn’t exist five years ago. Five years from now where will we be? Access to music is more and more widespread, and difficult to control.

As the media continues to morph, Denis will continue to focus on music for loudspeakers. He’s very strict about what the label will produce. He remains a traditionalist, shepherding a technology-based musical tradition into our developing Information Age.

“This is a label of excellence,” concludes Denis, “I can say that because I’m the artistic director. There are some masterpieces in our catalogue, which is good for electroacoustic music, and for the arts in general.”

blogue@press-6637 press@6637
1 December 2009
By John Keillor in SOCAN, Words & Music #16:4 (Canada), December 1, 2009

Press Clipping

blogue@press-4006 press@4006
1 March 2009
By Benoit Poirier in SOCAN, Paroles & Musique #16:1 (Canada), March 1, 2009

Text

“Ce qui est fantastique avec l’électroacoustique […] c’est qu’à peu près tout peut se produire. C’est la liberté totale!”

C’est lors de ses études à l’Université Concordia, au début des années 80, que Jean-François Denis s’est initié à la musique électroacoustique et a découvert la grande liberté qu’elle permet. Pour le musicien, producteur et éditeur, qui avait appris la guitare classique très jeune et fait ses classes au sein d’un groupe rock progressif, ce fut une révélation. «Ce qui est fantastique avec l’électroacoustique est que l’on est en concert, dans la création d’une œuvre que personne n’a entendue auparavant, c’est qu’à peu près tout peut se produire. C’est la liberté totale! Il y a cette possibilité.»

Ont suivi une maîtrise (en Californie) dans ce créneau musical, puis un poste de professeur, à Concordia. «Dans mon bureau, il y avait une magnétothèque assez imposante: plus de 700 titres. Là-dedans, il y avait des chefs-d’œuvre qui méritaient d’être entendus plus qu’une fois en concert ou à la radio! De là est née la volonté de rendre la musique électroacoustique accessible.»

Ce courant musical n’est pas nouveau. Soixante années d’exploration ont donné fruit à un impressionnant patrimoine. De quoi certainement ravir un pionnier comme le compositeur français Pierre Henry, à qui l’on doit la célèbre pièce Psyché Rock [co-composé avec Michel Colombier en 1967], popularisée par Maurice Béjart et Costa-Gavras, en 1967. Cette musique dite concrète, comme on la nommait à l’époque, a d’ailleurs fait des petits. «Aujourd’hui, note Jean-François Denis, quand on écoute de la musique électronique, qui est un genre musical cousin, si on enlève certains paramètres comme la pulsion, on retrouve, chez les créateurs, des approches très similaires à celles de la musique électroacoustique.» Mais cette musique, qu’il compare au monde de la poésie, suscite l’engouement d’un nombre relativement restreint de personnes. «Historiquement, je pense qu’il y a toujours un décalage dans la musique par rapport à son temps.» Les inconditionnels sont principalement concentrés en Europe (Angleterre, Scandinavie, France, Belgique et Allemagne), ainsi qu’au Québec. Il y a également quelques îlots aux États-Unis et au Japon.

Pour être en mesure de rejoindre ces mélomanes, Denis fondait, à la fin des années 80, la maison d’édition YMX Média et la compagnie de disques empreintes DIGITALes. Celle-ci n’est pas la première à avoir vu le jour dans ce secteur pointu, mais sa pérennité et son catalogue, probablement le plus vaste du genre, la démarquent: 584 œuvres réparties sur 98 disques, dont le tout dernier paraissait en novembre 2008. «Avec l’approche d’édition musicale d’une part, et, d’un autre côté, la production de disques, d’avoir ces deux structures-là séparées, mais liées, c’est assez unique.»

D’autres entités sont venues par la suite se greffer à l’entreprise: les disques SONARt, l’étiquette web No Type et le portail electroCD.com. Alors, qu’à leurs débuts, son équipe et lui faisaient la promotion des catalogues imprimés par la poste — «C’était presque moyenâgeux.» — ils ont fait figure de précurseurs en étant parmi les premiers, soit dès 1995, à se doter d’une vitrine sur Internet. De même, alors que les créateurs devaient jadis trimbaler tout un arsenal, ils se présentent aujourd’hui sur scène avec, sous le bras, leur portable. Et une foule de sonorités en tête.

Au fil des ans, Jean-François Denis a siégé à plusieurs conseils d’administration, tels que la Communauté électroacoustique canadienne, le Centre de musique canadienne, section Québec et Réseaux des arts médiatiques, dont il est aussi l’un des fondateurs. Il a mérité plusieurs bourses et prix, dont celui de la Ligue canadienne des compositeurs, en 1994, pour son engagement exceptionnel à l’égard des compositeurs canadiens.

En plus de composer et de donner des prestations, il a d’autres projets en chantier. Celui, entre autres, d’amener les secteurs télévisuel et cinématographique à s’intéresser de plus près à la musique électroacoustique. À plus court terme, Jean-François Denis est actuellement à finaliser la programmation d’une grande fête, en collaboration avec l’ensemble des diffuseurs de musique électroacoustique. L’événement, qui se déroulera tout au long de 2010 à travers l’Occident, soulignera le 20e anniversaire des éditions YMX Média et de son étiquette phare, empreintes DIGITALes. L’idée première, souligne-t-il, est de faire circuler encore plus, avec l’argument des 20 ans, la musique électroacoustique afin de mieux faire connaître ses créateurs.

blogue@press-6534 press@6534
1 December 2008
By Andreas Engström in Nutida Musik #2008:3 (Sweden), December 1, 2008

Press Clipping

blogue@press-6513 press@6513
1 June 2008
By Jérôme Noetinger in Revue & Corrigée #76 (France), June 1, 2008

Text

“… faire découvrir la création musicale.”

[…]

Jean-François Denis
Label empreintes DIGITALes

En 1990, lorsque j’ai fondé empreintes DIGITALes, le disque compact était alors “nouveau” et était une très bon média pour “déplacer” jusqu’à 75 minutes de musique (qualité du son, solidité du médium, poids et volume réduits). Par contre il restait clair dans mon esprit que ce support physique serait éventuellement remplacé, à son tour.

Internet existait déjà depuis plusieurs années à ce moment (courriel, échange de fichiers…), mais sa popularité n’a réellement commencé qu’après 1995, en s’accélérant jusqu’à nos jours. En parallèle l’accès à Internet s’est aussi grandement développé (disponibilité, vitesse, coût). Idem pour les ordinateurs personnels. Inventé au tout début des années 1990, le “mp3”, quoiqu’un recul dans l’évolution constante de la qualité sonore, a rapidement bénéficié du développement de cet accès, alors à basse vitesse, grâce à la “légèreté” des fichiers ainsi codés. Il a permis le phénomène de la démartérialisation de la musique.

Pourquoi faire des disques? Parce que le disque est un album, un recueil de pièces choisies et ordonnées (par les créateurs, par le producteur). Le disque est aussi un document visuel et éditorial, avec information, illustrations, photographies. Le disque laisse un trace palpable, réelle.

Par contre… Aujourd’hui la distribution du disque se transforme: de la boutique à la table de vente au concert; de la boutique à la vente par correspondance. Ce déplacement cause la fermeture des boutiques, et fait perdre l’habitude d’achat de disques. Le moyen d’écouter la musique se transfrome aussi: les lecteurs portables des disques compacts (ou de cassettes) sont remplacés par des lecteurs numériques. À la maison l’ordinateur se branche de plus en plus à la chaîne hi-fi.

À terme… À court terme, pour les amateurs de musiques de son (dont l’électroacoustique), la qualité sonore du “mp3” n’est pas suffisante. On sait qu’un prochain format “haute définition”, quel qu’il soit, comblera cette lacune. Aussi, à moyen terme, le disque et sa distribution seront (presqu’)entièrement démartérialisées. Les habitudes de “fréquentation”, de l’expérience de la musique sont autres. Mais le besoin d’une direction éditoriale, d’un choix artistique, restera. Les “maisons de disques”, sous ce vocale ou un autre, auront encore longtemps un rôle à jouer: faire découvrir la création musicale.

[…]

blogue@press-6463 press@6463
1 June 2007
By Henryk Palczewski in Informator “Ars” 2 #46 (Poland), June 1, 2007

Press Clipping

blogue@press-6303 press@6303
1 September 2005
By Thomas Beck in Odradek #4 (Germany), September 1, 2005

Press Clipping

blogue@press-6153 press@6153
1 June 2005
By Tobias C van Veen in e|i magazine #4 (USA), June 1, 2005

Text

“… a prolific label for electroacoustic music as well as provocative experiments in conceptual sound.”

[…] The minimum one can say of empreintes DIGITALes is that it is a prolific label for electroacoustic music as well as provocative experiments in conceptual sound. A few recent releases graft the varied interests of academic and acousmatic music together via the intriguing work of, say, John Oswald. His Aparanthesi is the work of a single note that is gradually inflected along its pitch and combined with various tuned field recordings. [aparanthesi A] is an A note tuned to 440 Hz, which is the broadcast signal stations play when off-air. [aparanthesi B] is a compressed stereo image of the 8 channel performance created for 2000’s Rien à voir electroacoustic festival in Montréal. It is tuned to 480 Hz, the North American electrical standard, so it is in-tune with the hum of lighting and electrical grids. It is also a sonic impression of a complex and involved performance that uprooted the audience from the seats to the atrium and back again. We might call the album a conceptual play between electroacoustc and microsound, audience and chair, sitting and standing, tuning and silence, and for these reasons, the listening experience is very unlike the genre’s contemporaries. Roxanne Turcotte, for example, produces a melange of disjunctive sound, voice and phone recordings, environmental atmospheres and world beat rhythms on Libellune, which features work dating back to 1985. Its complexity at times is interesting, for as a survey of her œuvre it mirrors the development of Montréal electroacoustic in its infatuation with voice and, like R Murray Schafer, the natural world. That said, it remains well within the by now well-established parameters of academic composition. Paul Dolden’s work trammels from New Music composition to electroacoustic, employing repetiton and choral arrangements in a fashion not unlike that of Philip Glass, albeit with a drive toward melodrama and punch over satyagraha, throwing in all elements including the kitchen throughout L’ivresse de la vitesse 1 and 2. Like Turcotte, this work too spans from the ‘80s to the ‘90s, and so much of its feel is like listening to a beloved but aging record from that era, its metallic drums and neon wildness only appearing just a tad navel-gazing with age. Dolden is somewhat overwhelming; [L’ivresse de la vitesse] is a nightmare collage at its start that quickly gets into squeaky territory. For this, the remedy of Seuil de silences is welcome. Although from the same era, its breathing space offers more time for reflection, arrangement and thought, even if the disharmonius creeps back into the picture and becomes an ultimate ode to piano-bashing. […]

blogue@press-968 press@968
22 March 2004
By François Couture in electrocd.com (Québec), March 22, 2004

Text

“Québécois electroacoustic music has earned a place in the hearts of avant-garde music lovers everywhere…”

The grass is always greener on the other side of the fence, right? Wrong — at least when it comes to electroacoustics, the beautiful province of Quebec compares very well to any other region of the world. Call me chauvinistic, I don’t care: Quebec is home to several composers of tremendous talent and influential professors.

My goal is not to turn this article in an analytical essay, but, as a music reviewer and unstoppable listener, I am convinced that there is such a thing as Québécois electroacoustics. Despite the stylistic variety among our composers, I detect a Québécois “sound,” something that sounds to me neither British nor French or German; something that calls to me and speaks to me in a language more immediate and easier to understand.

This “unity in diversity” is probably, at least in part, due to the lasting influence of a small number of key composers whose academic teachings have shaped our younger generations. I am thinking first and foremost of Francis Dhomont and Yves Daoust. So let’s begin this sound path with a Frenchman so Québécois at heart that he was awarded a prestigious Career Grant from the Conseil des arts et lettres du Québec. I can sincerely recommend all of Dhomont’s albums: his graceful writing, his narrative flair and his intelligence turn any of his works into fascinating gems. I have often publicly expressed my admiration for Forêt profonde (including in my first Sound Path, so I will skip it this time), but Sous le regard d’un soleil noir, his first large-scale work, remains an international classic of electroacoustic music, and his more recent Cycle du son shows how close to perfection his art has grown — the piece AvatArsSon in particular, my first pick for this Sound Path.

If Dhomont’s music is often constructed following large theoretical, literary and sociological themes, Yves Daoust’s works lean more toward poetry and the anecdote. Most of his pieces betray his respect for the abstractionist ideals of the French school, but his seemingly naive themes (water, crowds, a Chopin Fantasia or a childhood memory) empower his music with an unusual force of evocation. His latest album, Bruits, also displays a willingness to grow and learn. One is tempted to hear the influence of his more electronica-savvy students in the startling title triptych.

To those two pillars of Quebec electroacoustics, I must add the names of Robert Normandeau and Gilles Gobeil. Normandeau is a very good example of what I consider to be the “typical” Québécois sound: a certain conservatism in the plasticity of sounds (the result of the combined influence of the British and French schools); great originality in their use; and an uncanny intelligence in the discourse which, even though it soars into academic thought, doesn’t rob the listener of his or her pleasure. My favorite album remains Figures, in part because of the beautiful piece Le Renard et la Rose, inspired by Antoine de Saint-Exupéry’s novel Le Petit Prince - and also because of Venture, a tribute to the Golden Age of progressive rock (a pet peeve I share with the composer, might I add). As for Gobeil’s music, it is the wildness of wilderness, the turmoil of human passions, the sudden gestures, the copious splashes of sonic matter thrown all around. If La mécanique des ruptures remains an essential listen, his most recent album Le contrat, a collaboration with guitarist René Lussier, stands as his most accomplished (and thrilling!) work to date.

These four composers may represent the crème de la crème of academic circles, but empreintes DIGITALes’ catalog counts numerous young composers and artists whose work deeply renew the vocabulary of their older colleagues.

I would like to mention Fractures, the just released debut album by Christian Bouchard. His fragmented approach seems to draw as much from academic electroacoustics as from experimental electronica. Thanks to some feverish editing and dizzying fragmentation, Parcelles 1 and Parcelles 2 evoke avant-garde digital video art. I also heartily recommend Louis Dufort’s album Connexions, which blends academic and noise approaches. His stunning piece Zénith features treatments of samples of Luc Lemay’s voice (singer with the death-metal group Gorguts). I am also quite fond of Marc Tremblay’s rather coarse sense of humor. On his CD Bruit-graffiti he often relies on pop culture (from The Beatles to children’s TV shows). His piece Cowboy Fiction, a “western for the ear” attempting to reshape the American dream, brings this Sound Path to a quirky end.

Serious or facetious, abstract or evocative, Québécois electroacoustic music has earned a place in the hearts of avant-garde music lovers everywhere. Now it is your turn to explore its many paths.

blogue@press-6138 press@6138
1 March 2004
By Philippe Robert in Octopus #27 (France), March 1, 2004

Text

“Servi par la qualité graphique et musicale des productions, empreintes DIGITALes rencontre rapidement un certain succès.”

C’est pendant qu’il enseignait à l’université Concordia à Montréal que Jean-François Denis, fondateur et premier président de la Communaute électroacoustique canadienne, toucha du doigt pour la première fois l’extraordinaire vivier que représentait la somme des œuvres pour bandes accumulée par sa terre natale: les compositions, pour la plupart indisponibles sur disque, auxquelles il avait alors accès émanaient pourtant d’artistes reconnus dans le monde entier grâce à des prix remportés dans des concours internationaux consacrés au genre. De là est venue l’idée de mettre sur pied DIFFUSION i MéDIA, en 1989, avec le musicien Claude Schryer, qui depuis n’en fait plus partie: une structure née à Montréal, dédiée à la diffusion des arts médiatiques, montée parallèlement aux labels empreintes DIGITALes (consacré à l’électroacoustique) et SONARt (axé sur les musiques instrumentales et les créations radiophoniques). Servi par la qualité graphique et musicale des productions, empreintes DIGITALes rencontre rapidement un certain succès. Au point que le spectre des musiques diffusées va s’élargir de façon cohérente à la musique électro-instrumentale, interactive et concrète, et à des compositeurs venus d’ailleurs que du Canada. Ainsi seront éditées (parfois méme rééditées) des œuvres de Robert Normandeau (dont un disque a été depuis sorti par Aphex Twin), Francis Dhomont (qui passionne DJ Spooky ou Jack Dangers) et Gilles Gobeil. Mais aussi Jon Appleton (qui a enregistré avec Don Cherry), Michel Chion, Michèle Bokanowski ou Hildegard Westerkamp, dont on parle beaucoup aujourd’hui depuis sa participation à la réalisation de la bande originale du film Elephant de Gus Van Sant.

blogue@press-687_1 press@687_1
9 February 2004
By François Couture in electrocd.com (Québec), February 9, 2004

Text

This is a casual listening path, an invitation to travel — not a guided tour per se, more of an itinerary, akin to Romantic-era travel literature. So this will be a listening itinerary, an invitation to discover a highly subjective selection of electroacoustic composers from a specific corner of the world. Our destination: Northern Europe.

France reigns over European electroacoustic music like a despotic queen. The persisting influence of Pierre Schaeffer’s work — even more than 50 years after the invention of what he has called “musique concrète” — and the gravitational pull of the Ina-GRM tend to hide from the rest of the world the work being accomplished elsewhere in Europe.

So let’s start our journey in one of France’s neighbors, Belgium. The country owes much of its electroacoustic activity to Annette Vande Gorne, the indefatigable animator of the Musiques & Recherches center. Her music displays a strong sense of serenity, something rare in the field of tape music. Tao, a cycle about the five base elements (air, earth, metal, fire and water), remains a classic. In it she explores every possible transformation of the sounds associated to these elements with an uncommon level of artistry and poetry. A student of Vande Gorne, Stephan Dunkelman has picked up on her grace, a grace he transmutes into movement. Often the result of a collaboration with choreographers, his works are driven by an inner force that substitutes the sensuality of movement to Vande Gorne’s philosophical — almost mystical — depth. His pieces Rituellipses and Thru, Above and Between, released on the album Rhizomes, deserve your attention.

A jump across the Northern Sea and we set foot on English ground. Birmingham has become an important creative node in electroacoustic music, thanks to the work of composer Jonty Harrsison and his Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (better known as BEAST), a laboratory for experimentation and sound diffusion that has helped many talented composers in developing their art. Harrison’s music is an essential listen. His piece Klang (released on Évidence matérielle) ranks among the best-known electroacoustic works of the last 25 years. His precise sound constructions and his distinctive way of compressing sound matter into streams of energy put him up there with Pierre Henry, Francis Dhomont and Bernard Bernard Parmegiani. One can follow the traces of his techniques into the works of Adrian Moore, one of his students, especially in the latter’s fondness for putting simple sound sources (marker on a white board, tin foil) through complex transformations. Sieve, from the album Traces, uses a catchy playfulness to make this transformative process transparent.

Denis Smalley was born and raised in New Zealand, but he has been living in the UK since the mid-‘70s. His contributions to the acousmatic corpus and to the development of sound diffusion make him not only the contemporary but in a sense the acolyte of Harrison. Furthermore, the two composers share a similar interest in form and in the choreographed displacement of abstract sound objects through space and time. Wind Chimes (on Impacts intérieurs) and Base Metals (on Sources/Scènes) are good illustrations of the slightly cold yet fascinating beauty of his music. John Young, one of his students — and another New-Zealander who studied and now teaches in England), follows a similar approach, although he replaces Smalley’s elemental sound sources with more emotionally charged images. The works featured on his CD La limite du bruit offer to the listener several occasions to dive into his or her own memories, the sound of a squeaky swing or a creaky door turning into avatars of Proust’s madeleine. Time, Motion and Memory is a choice cut.

Scandinavian electroacoustic music is still too largely ignored on our side of the Atlantic, but empreintes DIGITALes’ catalog allows us to make a short stop to round up our peregrinations. Natasha Barrett has studied with Harrison and Smalley and has been involved in BEAST, but since 1998 she has elected Norway as her base camp. There, she has stepped away from the style of her teachers and has sought inspiration in the Nordic cold. Her Three Fictions, released on Isostasie, deserve many listens. And let me bring this listening path to an end with one of the key composers in electroacoustic music today, the Swedish Åke Parmerud, whose Renaissance (on Jeu d’ombres) pays tribute to the analog synthesizer without resorting to nostalgic tricks.

blogue@press-6137 press@6137
5 February 2004
By Réjean Beaucage in Voir #876 (Québec), February 5, 2004

Text

“… un pilier important de la communauté électroacoustique montréalaise.”

Jean-François Denis est un pilier important de la communauté électroacoustique montréalaise. On discute avec lui des séries de concerts MusMix (2) et Rien à voir (15), présentées ce mois-ci par l’organisme Réseaux.

Il ne se passe pas grand-chose du côté de la scène électroacoustique montréalaise sans que Jean-François Denis y soit pour quelque chose. Directeur de la maison de disques empreintes DIGITALes, seule étiquette québécoise qui ne fasse paraître que des disques de musique électroacoustique, il dirige aussi DIFFUSION i MéDIA, la porte d’entrée chez nous d’un bon nombre d’étiquettes étrangères du même genre. Le disque Jalons, de Francis Dhomont, qui remportait le 25 janvier dernier le prix Opus du «Disque de l’année - Musiques actuelle, électroacoustique», c’est empreintes DIGITALes qui l’a publié; une étiquette qui célébrait ses 14 ans le 31 janvier dernier. Jean-François Denis est aussi membre, avec les compositeurs Gilles Gobeil et Robert Normandeau, de la société de concerts Réseaux, qui présente ce mois-ci deux importantes séries: MusMix, une collaboration avec le Nouvel Ensemble Moderne (NEM) et le Centre de création musicale Iannis Xenakis (CCMIX), et Rien à voir, dont la 15e édition sera aussi la dernière.

MusMix: Si vous lisez ces lignes le jour de leur publication, il ne reste qu’un concert à la série MusMix. Jean-François Denis explique: «Le projet est assez précis. Il s’agit d’un événement biennal qui présente des musiques mixtes de compositeurs canadiens. On sait que le Québec est internationalement reconnu en ce qui concerne la musique électroacoustique, mais la musique mixte reste quelque chose de moins courant. Par ailleurs, ce sont surtout les compositeurs de musique instrumentale qui font de la musique mixte; alors, même si ces concerts peuvent attirer un public amateur de musique électroacoustique, il s’agit souvent de compositeurs qui lui sont moins connus. Mélanger l’instrumental et l’électronique, ça donne peut-être le genre de musique le plus délicat à mener à bien». Mais comme le programme est le fruit d’un appel d’offres largement diffusé et pour lequel les organisateurs reçoivent de nombreuses propositions, la sélection proposée offrira le meilleur des deux mondes. Avec l’expertise de Réseaux en matière de diffusion de musique électroacoustique et avec celle du NEM dans l’interprétation des musiques contemporaines, les conditions optimales sont réunies pour une soirée réussie. On y présentera deux créations, de Martin Bédard et Alcides Lanza, qui participaient déjà à la première édition il y a deux ans et dont les œuvres avaient été remarquées par un représentant du CCMIX qui a invité les compositeurs à venir travailler sur une nouvelle œuvre à Paris. Aussi au programme: Andrew Staniland, Kotoka Suzuki, John Oliver, Farangis Nurulla-Khoja et Monique Jean. (Le 6 février, 20 h, Salle Beverly Webster-Rolph du Musée d’art contemporain.)

Rien à voir: Ce mois de février 2004 nous amène du même souffle la 15e et dernière édition de la série de concerts Rien à voir, qui célèbre depuis 1997 la musique acousmatique (diffusée, dans la pénombre, par un orchestre de 24 haut-parleurs encerclant le public). «Réseaux est en repositionnement au sujet de la façon de présenter ses concerts, explique Jean-François Denis. Bien sûr, présenter huit concerts en cinq jours, c’est économique et efficace, mais c’est dur pour le public qui voudrait tout suivre, alors on cherchera une meilleure façon de faire. Idéalement, ce serait plutôt quelque chose comme un concert par mois, mais c’est une tout autre histoire, notamment au niveau budgétaire…» Ce genre de projet serait possible dans un lieu dédié à ce type de diffusion, c’est pourquoi Réseaux est partenaire avec le NEM et les Productions SuperMusique dans un projet visant à mettre sur pied une «maison» regroupant les activités des trois organismes. Un lieu où seraient réunies musiques actuelle, contemporaine et électroacoustique. On croit rêver. «On y travaille, acquiesce Jean-François Denis, mais c’est un gros projet qui se développe lentement.» D’ici là, c’est à l’Espace Go que l’on ira entendre Randall Smith, Hildegard Westerkamp, Andrew Lewis et Yves Daoust, du 11 au 15 février.

blogue@press-681 press@681
15 October 2003
By François Couture in electrocd.com (Québec), October 15, 2003

Text

Electroacoustic music is an acquired taste. Like it or not, radio and television have conditioned us from an early age into accepting some musical (tonal and rhythmical) molds as being “normal.” Therefore, electroacoustics, along with other sound-based (in opposition to note-based) forms of musical expression like free improvisation, is perceived as being “abnormal.” That’s why a first exposure to this kind of music often turns into a memorable experience — for better or worse. Many factors come into play, but choosing an album that offers an adequate (i.e. friendly and gentle) introduction to the genre will greatly help in letting the initial esthetic shock turn into an experience of Beauty and mark the beginning of a new adventure in sound.

My goal with this sound path is simply to point out a few titles that I think have the potential to encourage instead of discourage, titles opening a door to a new musical dimension. Of course, this selection can only be subjective. But it might be helpful to new enthusiasts and to aficionados looking for gift ideas that would spread good music around. After all, Christmas is only a few weeks away!

Bridges

We usually develop new interests from existing interests. What I mean is: we explore music genres that are new to us because a related interest brought us there. That’s why when it comes to electroacoustic music, mixed works (for tape and instrument) or works related to specific topics are often the best place to find a bridge that will gently lead the listener into the new territory. For example, people who enjoy reading travel literature will find in Kristoff K.Roll’s Corazón Road the sublimated narrative of a journey through Central America. Those still young enough to enjoy fairy tales (I’m one of them) will find in Francis Dhomont’s Forêt profonde an in-depth reflection on this literary genre as inspired by the works of psychoanalyst Bruno Bettelheim, in the form of a captivating work with multiple narratives (in many languages) and electroacoustic music of a great evocative strength. Lighter and more fanciful, Libellune by Roxanne Turcotte finds its source in childlike imagination and is in part aimed at children without over-simplifying its artistic process.

Guitar fans can turn to Parr(A)cousmatique, a wonderful project for which classical guitarist Arturo Parra co-wrote pieces with some of Quebec’s best electroacoustic composers: Stéphane Roy, Francis Dhomont (Quebecer at heart, at the very least), Robert Normandeau, and Gilles Gobeil. The latter has just released an album-long piece, Le contrat, written with and featuring avant-garde guitarist René Lussier. Lussier’s followers and people interested in Goethe’s play Faust (and its rich heritage) will find here an essential point of convergence, another bridge.

Essential listens

Those who want to explore further will probably want to venture into more abstract electroacoustic art. I recommend starting with the Quebec composers. Chauvinism? No way. It’s just that the music of composers like Dhomont, Normandeau, Gobeil, Yves Daoust, or Yves Beaupré seems to me to be more accessible than the music of British or French composers. It is more immediate, has a stronger impact (Gobeil, usually hitting hard), a more pleasant form of lyricism (Daoust, Beaupré), more welcoming architectures and themes (Dhomont, Normandeau). If you need places to start, try Normandeau’s Figures, Gobeil’s La mécanique des ruptures, Dhomont’s Cycle du son, and Beaupré’s Humeur de facteur.

That being said, there are hours upon hours of beauty and fascination to be found in the works of Michel Chion (his powerful Requiem), Bernard Parmegiani (La création du monde), Jonty Harrsison (Articles indéfinis), Denis Smalley (Sources/Scènes), and Natasha Barrett (Isostasie), but they may seem more difficult or thankless on first listen. And for those interested in where these music come from, the EMF label offers L’œuvre musicale, the complete works of Pierre Schaeffer, the father of musique concrète and grandfather of electroacoustics.

Tiny ideas

A compilation album has the advantage of offering a large selection of artists and esthetics in a small, affordable format. Available at a budget price, eXcitations proposes a strong sampler of the productions on the label empreintes DIGITALes. The albums Electro clips and Miniatures concrètes, along with the brand new volume of the DISContact! series, cull short pieces (often under three minutes) to trigger interrogations and discoveries in those with a short attention span.

And finally, for those of you who want to take their time and explore in short steps, the Cinéma pour l’oreille collection produced by the French label Métamkine contains many wonderful 3" CDs, 20 minutes in duration each, for a reduced price. The catalog includes titles by renown composers such as Michel Chion, Lionel Marchetti, Michèle Bokanowski, Bernhard Günter, and Éliane Radigue. These tiny albums are perfect for gift exchanges.

Of course, all of the above are only recommendations. The best sound path to discovery is the one you follow by yourself, little by little.

Best listens!

blogue@press-6136 press@6136
1 December 2002
By Yves Daoust in Circuit #13:1 (Québec), December 1, 2002

Text

“… Ainsi naquit empreintes DIGITALes, aujourd’hui considérée comme l’une des étiquettes les plus importantes au monde dans le domaine.”

C’est à l’été de 1989 que Jean-François Denis, en collaboration avec Claude Schryer, décidait de fonder une maison de disques spécialisée en électroacoustique. Ainsi naquit empreintes DIGITALes, aujourd’hui considérée comme l’une des étiquettes les plus importantes au monde dans le domaine.

Jean-François Denis fait le point sur l’évolution de sa compagnie. (Propos recueillis le 22 juin 2002 à Montréal par Yves Daoust.)

------------------------

YD: Qu’est-ce qui t’a motivé à mettre sur pied une maison d’enregistrement?
JFD: À l’université Concordia, où j’enseignais à l’époque, nous produisions beaucoup de concerts, si bien que nous avions accumulé un nombre impressionnant d’œuvres sur bande qui dormaient sur les tablettes. Je me suis dit qu’il fallait que ces musiques vivent, qu’elles circulent. L’idée m’est alors venue de créer une série d’enregistrements électroacoustiques qui rendraient ces œuvres accessibles à un public plus vaste que celui du concert, qui assureraient la pérennité des œuvres. Je n’ai pas eu immédiatement l’idée de fonder ma propre compagnie. J’ai d’abord fait le tour des maisons existantes, au Québec et dans l’ensemble du Canada, en leur proposant, sans succès, de développer une sous-collection électroacoustique. Devant leur refus, j’ai décidé de plonger et, avec Claude Schryer, nous avons fondé notre propre maison de production (que je dirige seul depuis 1992).

YD: C’est donc parti de l’intention de faire connaître les œuvres québécoises?
JFD: Il est vrai que ça a démarré avec des compositeurs qui m’étaient proches géographiquement. Mais rapidement le cercle s’est élargi: dès la deuxième année, des compositeurs étrangers, dont Denis Smalley, s’ajoutaient au catalogue. (Aujourd’hui, sur les 66 CD d’empreintes DIGITALes, 26 sont de compositeurs étrangers…)

YD: Quel est le créneau d’empreintes DIGITALes?
JFD: J’ai décidé de me limiter uniquement à l’électroacoustique, d’autres compagnies s’occupant des musiques instrumentales contemporaines. Par contre, j’avais une définition très large de l’électroacoustique: j’ai produit des œuvres mixtes (instruments acoustiques et bande), des documentaires sonores…

YD: Donc on ratissait large?
JFD: Oui, au début. Mais il y a quelques années j’ai ressenti le besoin de resserrer le créneau, de me limiter uniquement, ou presque (il y a toujours des exceptions), aux musiques de support.

YD: Intéressant… On y reviendra. Mais revenons aux débuts. Produire des CD, c’est relativement facile. Mais le problème majeur n’est-il pas celui de la diffusion?
JFD: Oui, tout à fait. Le travail commence vraiment le jour où on vous livre les boîtes de CD… C’est d’autant plus difficile et exigeant qu’il s’agit d’un créneau très spécialisé.

Premièrement, j’ai établi une formule claire: chaque CD serait consacré à un seul compositeur, ce qui permet de personnaliser chaque album beaucoup plus que lorsqu’il s’agit d’une compilation d’œuvres de compositeurs différents. Sur le plan iconographique, j’ai fait en sorte que l’identification de l’étiquette soit claire et forte, porteuse de signification. Il fallait s’assurer que le public identifie dès le premier regard l’étiquette à la musique électroacoustique. Quant à la distribution comme telle, sans laisser de côté le créneau traditionnel des magasins de disques, je l’ai axée davantage sur la vente par correspondance.

YD: Puis il y eut Internet…
JFD: Oui, bien sûr: rapidement après l’établissement de la norme du web, nous avions notre site (dès février 1995). Actuellement, je dirais que plus de 60% de nos ventes se font directement via le site internet electrocd.com.

YD: Ce qui nous amène sur le terrain de virtuel: est-il encore nécessaire aujourd’hui de produire des disques? Quand on pense aux mp3…
JFD: Effectivement, on a accès aujourd’hui à tous genres de musique, en les téléchargeant directement à partir, par exemple, de sites comme mp3.com, et ce gratuitement et avec une qualité sonore intéressante (mais sans égaler le spectre et la dynamique du CD). Dans ce cas, il n’y a donc pas de producteur, mais simplement un site d’accueil où n’importe qui peut déposer sa musique. Mais est-ce que ça fonctionne? D’une part, on est privé d’iconographie: un disque, c’est un objet qui peut être beau, original dans sa présentation; et puis il y a le livret qui est très précieux, particulièrement dans le cas de musiques de recherche et de création. D’autre part on est face à une quantité étourdissante d’information, dans toutes les directions musicales. Comment choisir?

YD: Oui, mais qu’est-ce que je risque à part une perte de temps? C’est gratuit, et puis ça permet de faire des découvertes, d’élargir ses horizons…
JFD: Sûrement, si tu es prêt à y consacrer l’essentiel de ton temps. Mais je continue de croire que le rôle du producteur demeure primordial. Non seulement il assure le suivi et fait la promotion des titres qu’il produit, mais il donne une ‘couleur’, une orientation artistique qui non seulement permet, encore une fois, une identification claire du genre par le public, mais en plus établit une relation de confiance: on connaît le type de produits d’une étiquette donnée. Et si on aime, on sera porté à faire confiance au producteur et à se procurer un nouvel album, même si on ne connaît pas le compositeur. Il me semble très important de garder ce principe de ‘parrainage’, de direction artistique.

YD: Donc tu ne crois pas beaucoup à la distribution virtuelle?
JFD: Pas via les sites généralistes… Il y a cependant des exemples intéressants dont celui du site notype.com, consacré aux musiques électroniques et expérimentales. Ici aussi, pas d’objet matériel, de disque. Mais, à la différence de sites généralistes, comme mp3.com, où tout est sur le même plan, dans ce cas-ci, le webmestre regroupe les musiques de son choix en albums virtuels qu’on peut télécharger gratuitement. Il y a donc direction artistique, tout comme chez empreintes DIGITALes. Cela facilite la tâche de l’auditeur.

YD: Alors, pourquoi ne pas faire la même chose et éliminer l’étape de production matérielle?
JFD: Parce que la qualité sonore requise pour bien rendre l’électroacoustique n’y est pas avec le mp3 (mais il faudra me reposer la question le jour où apparaîtra une nouvelle norme vraiment comparable au CD actuel…), et aussi parce beaucoup de gens n’ont ni le temps et encore moins les moyens techniques de télécharger des fichiers de centaines de mégaoctets chacun.

YD: Tu insistes beaucoup sur ton rôle de directeur artistique. Alors qu’est-ce qui motive tes choix? Quel est le profil du compositeur susceptible de se retrouver sur empreintes DIGITALes?
JFD: C’est une question délicate car le choix se fait de façon très… ‘impulsive’. Le travail du compositeur doit me plaire, mais il faut surtout que je ressente une… rigueur dans sa démarche. D’autre part, je dois sentir aussi la motivation du compositeur à poursuivre et développer sa carrière, un élément important pour la diffusion du disque. Trop souvent un compositeur considère qu’une fois le CD produit il peut passer à autre chose alors qu’il faut encore faire vivre ces musiques, les présenter en concert et en parler lors d’entrevues à la radio et dans les médias écrits (imprimés ou électroniques).

YD: J’aimerais revenir à la notion de créneau qu’on a abordée plus tôt. Tu disais que depuis quelques années tu as resserré le créneau d’empreintes DIGITALes, te limitant aux musiques de support. Pourquoi?
JFD: J’ai voulu m’assurer qu’il n’y ait pas d’ambiguïté quant au créneau d’empreintes DIGITALes: on assiste depuis quelques années à un foisonnement important des musiques électroacoustiques qui éclatent dans tous les sens. C’est extraordinaire et porteur d’avenir. Mais je pense qu’il est crucial d’éviter la confusion des genres auprès des auditeurs. C’est pourquoi j’ai resserré l’offre, en gardant bien le cap sur les œuvres fixées. Mais afin de rendre compte de ce foisonnement et suite à la rencontre de David Turgeon, une des personnes derrière notype.com, j’ai fondé No Type, une nouvelle étiquette qui est le prolongement matériel du site web. C’est un nouveau couloir, spécialisé celui-ci dans les musiques électroniques et expérimentales alternatives.

YD: Mais n’y a t-il pas risque de cloisonnement quand les corridors sont trop serrés? Où se loge un compositeur — et c’est de plus en plus fréquent chez les jeunes — qui pratique une sorte d’hybridation entre ce qu’on pourrait appeler l’électro «classique», issue de la tradition savante, et des approches plus alternatives, orales, issues souvent de la pop ou du techno?
JFD: La musique expérimentale est toujours plus ou moins entre deux chaises. C’est au compositeur et à moi de décider du meilleur corridor pour tel ou tel projet de disque. Par ailleurs, sur le site de ma compagnie de distribution (electrocd.com), tout est mélangé, on y retrouve tous les titres, quelle que soit l’étiquette. Ceci dit, pour en revenir à No type, une autre raison pour laquelle j’ai décidé de créer cette étiquette, c’est que le genre dit «électroacoustique» n’a pas toujours bonne presse. Il est souvent considéré par les gens des nouvelles musiques alternatives (et par bien d’autres!) comme académique (musique froide, stérile…). Plusieurs créateurs, dont le travail pourrait selon moi très bien entrer dans le grand genre électroacoustique, préfèrent être «associés» à la zone représentée par No Type. Eh bien, allons-y. Il ne pourra y avoir que «contamination» (dans les deux sens!): les amateurs de cette collection écouteront de l’élctroacoustique (mais sans le savoir nommément), sans préjugé défavorable. Avec le temps, je pense que les cloisons se briseront, qu’il y aura contamination d’un genre sur l’autre.

YD: Donc, toujours ce clivage entre les genres…
JFD: … que beaucoup de journalistes entretiennent malheureusement, n’établissant pas de liens historiques entre les pratiques artistiques. Mais je n’ai pas voulu m’attaquer à ça, du moins pas directement. Je fais plutôt le pari que les habitués de No Type iront fureter dans l’étiquette voisine (empreintes DIGITALes) et vice versa. Il y a déjà des exemples: l’an dernier il y a eu un événement à Montréal qui s’intitulait «Dhomontellement». Fascinés par la musique de Francis Dhomont, de jeunes compositeurs d’électronique expérimentale ont «revisité» son œuvre…

YD: Je reviens à la soi-disant mauvaise presse qu’aurait la musique électroacoustique. Un des problèmes de cette musique ne tient-il pas au fait que, bien qu’étant une musique de support réalisée entièrement en studio, sa destination première est, règle générale, le concert? Ce sont des musiques pensées pour le concert, qui trouvent leur pleine signification dans ce cadre.
JFD: Il y a une différence fondamentale entre la musique instrumentale et la musique électroacoustique: cette dernière est une musique de medium. Elle est donc indissociable du support sur lequel elle est couchée alors que l’enregistrement d’une musique instrumentale est essentiellement d’ordre documentaire.

YD: D’accord, quand il s’agit de l’enregistrement d’un concert. Mais n’y a t-il pas de plus en plus de compositeurs «instrumentaux», particulièrement chez les jeunes, qui pensent, au moins un peu, en fonction de l’enregistrement?
JFD: Il est vrai que le concert est devenu une forme très marginale de communication de la musique, particulièrement depuis le développement de la radio qui est devenue un fournisseur majeur de musique. La radio et le disque représentent certainement aujourd’hui plus de 90% de notre rapport à la musique.

YD: Et cette écoute individuelle a complètement transformé notre rapport à la musique, à la forme, à la perception du temps. Le compositeur a perdu le contrôle…
JFD: La musique est devenue un produit de consommation, donc les usages se sont multipliés.

YD: Si les œuvres électroacoustiques sont des musiques de support, elles ne sont pas nécessairement pour autant des œuvres pour support dans la mesure où elles continuent d’être pensées et composées en fonction du concert et donc destinées à être écoutées dans une relation traditionnelle de représentation où la seule différence avec le concert instrumental réside dans le fait d’avoir remplacé les instruments par des enceintes acoustiques (on a même gardé le chef, qu’on appelle ‘diffuseur’…)
JFD: C’est sans doute là où le clivage entre les tendances est le plus manifeste. Le concert dans sa forme traditionnelle reste effectivement la situation idéale de diffusion pour la majorité des compositeurs électroacousticiens, le lieu où la musique prend tout son sens: le public est captif, silencieux, sous le contrôle du diffuseur. Mais comme le concert rejoint peu de monde, on voit dans la diffusion radiophonique et surtout dans l’édition discographique un moyen d’élargir le cercle des auditeurs, en espérant qu’une partie de ces auditoires rejoints par ces media finira par venir au concert. Mais il y en a qui ont compris, et ce particulièrement chez les compositeurs des tendances alternatives, des musiques dites électroniques, que «le medium c’est le message», comme l’a dit McLuhan. Ils composent donc pour le disque, ayant compris qu’une nouvelle relation musique-public a pris forme, particulièrement depuis la standardisation du support numérique. Ils réalisent que le disque amène une relation à la forme, au temps, très différente des schèmes classiques des œuvres destinées d’abord au concert.

YD: Mais qu’en est-il alors du concert? Est-il destiné à mourir?
JFD: Paradoxalement, ces compositeurs inversent le processus des musiques non-commerciales, si on peut dire: au lieu d’aller du concert au disque (comme en musique intrumentale contemporaine), ils reproduisent au concert l’approche qu’ils ont de l’œuvre-disque. Ils réinventent ainsi le concert. Les œuvres sont ouvertes, le public va et vient comme il veut, parle, fume, boit… La présence des musiciens-interprètes est très discrète. Le concert devient (redevient) un espace social, un lieu d’échange, une forme de fête.

YD: Est-ce que tu incites les compositeurs dits «savants» à développer davantage une conscience du medium «disque»?
JFD: Non, je laisse les tendances suivre leur cour. Je préfère être un reflet de ce qui se passe plutôt qu’un moteur; un miroir, légèrement déformant… Il y a eu quand même les disques Électro clips (en 1990) et Miniatures concrètes (en 1998), qui étaient des disques concepts, et aussi, à venir, une œuvre pour disque, Le contrat, que j’ai commandée à Gilles Gobeil et René Lussier. Mais essentiellement mon rôle reste de rendre les musiques disponibles, accessibles et de contribuer à la constitution d’un patrimoine.

------------------------

(Propos recueillis le 22 juin 2002 à Montréal par Yves Daoust.)

blogue@press-533 press@533
1 September 2002
By Réjean Beaucage in Circuit #12:3 (Québec), September 1, 2002

Text

La maison de disques empreintes DIGITALes célèbre cette année son douzième anniversaire. Au fil des ans, la petite étiquette montréalaise a accouché d’une montagne, incontournable Everest des amateurs de musique électroacoustique d’ici et d’ailleurs. L’année 2001 a été consacrée à une mise à jour du versant québécois du catalogue avec des nouveautés d’Yves Daoust 1, Francis Dhomont 2, Gilles Gobeil 3 et Robert Normandeau 4. On a aussi eu la très bonne idée d’éditer les œuvres électroacoustiques de la regrettée Micheline Coulombe Saint-Marcoux 5 et on nous présente un nouveau venu en la personne d’Yves Beaupré 6, compositeur et facteur de clavecin. Bref, une importante mise à jour qui permet de brosser, en un coup d’œil, un portrait des différentes générations d’électroacousticiens.

Le disque Impulsion regroupe l’ensemble des pièces pour bande seule de Micheline Coulombe Saint-Marcoux, à l’exception de deux œuvres antérieures qui n’ont pu être retracées. On ne peut que féliciter l’étiquette empreintes DIGITALes pour cette initiative qui évitera que le travail de Saint-Marcoux ne sombre dans l’oubli, comme tant d’autres créations musicales d’ici (et d’ailleurs). Quatre des cinq pièces reproduites datent du début des années soixante-dix. Cela s’entend et nous réjouit, parce qu’elles nous ramènent à un moment de l’histoire de la musique électroacoustique, juste après les premiers balbutiements de celle-ci, durant lequel, bien que toutes les portes aient été ouvertes, on pouvait encore croire à ce que le meilleur reste à venir. Une époque où la musique était encore assez concrète pour tenir dans la main, être coupée, retournée, puis collée.

Micheline Coulombe Saint-Marcoux faisait partie du groupe historiquement marginal des «antispécialistes», pour qui la recherche sonore ne connaissait pas de frontière. Synthèse électronique et montage de bande magnétique avec variation de vitesse font bon ménage et offrent à la composition une palette de sons d’une grande richesse. C’est Iannis Xenakis, lors d’un passage au Conservatoire de musique du Québec à Montréal, à l’invitation de Gilles Tremblay, qui aurait suggéré à Micheline Coulombe Saint-Marcoux d’aller dépenser son Prix d’Europe au sein du Groupe de recherches musicales à Paris (GRM) en 1968. La fréquentation des François Bayle, Henri Chiarucci et Guy Reibel au GRM, de même que les enseignements du pionnier Pierre Schaeffer au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, ont certes été des éléments déterminants du travail compositionnel deSaint-Marcoux. Les trois premières pièces du disque, réalisées à Paris en 1970 et 1971, portent indubitablement la marque du GRM tout en témoignant d’une grande originalité.

Basée sur des textes des poètes Noël Audet. et Gilles Marsolais., Arksalalartôq évoque les jeux vocaux des femmes inuits, joutes verbales absurdes qui se terminent souvent par les éclats de rire des participantes. Le travail sur la voix rappelle celui du Pierre Henry de Granulométrie et le traitement de sons électroniques salue le Stockhausen de Gesang der Jünlinge. L’étude Contrastances se rapproche, comme l’indique son titre, des matériaux sonores en opposition, tant en ce qui concerne la vitesse que la hauteur ou la texture. Élaborée, d’après le livret, «dans un studio privé à Paris», le matériau de base y est moins varié que dans les deux autres pièces de la même époque, réalisées au GRM. Cependant, le résultat demeure étonnant et la luxuriance qui s’en dégage est certes à mettre au crédit de la compositrice. La dernière des œuvres parisiennes, Moustières, est une belle démonstration de la maîtrise des techniques acquises durant la composition des œuvres précédentes et elle «coule» dans l’oreille comme une construction sans faille. La pièce Zones a quant à été réalisée à l’Université Simon Fraser de Vancouver entre 1971 et 1972, principalement à partir de sons produits par différents instruments à clavier (piano, orgue, clavecin ou claviers électroniques). L’œuvre est constituée de quatre différentes «zones» qui se distinguent par les techniques de transformation utilisées sur les sons de base, «[l]’idée [étant] d’arriver à la fusion des qualités sonores en manipulant de la même façon les sons d’origine 7». Le geste y est plus long que dans les pièces précédentes et laisse présager du style que développera Saint-Marcoux dans ses compositions instrumentales subséquentes. Le disque s’achève avec la pièce la plus longue et la plus récente, Constellation I, qui date de 1981. Elle aussi est construite sur le principe de l’équilibre des contrastes, le plan de l’œuvre s’articulant en une juxtaposition de masses texturales assemblées par des charnières de silence. On y traverse encore des «zones», chacune étant en quelque sorte un microcosme du plan général. On pourrait mettre l’œuvre en boucle et ne plus jamais sortir de ce paysage.


Il est intéressant de trouver dans la notice biographique du compositeur Yves Daoust, telle que reproduite dans le livret de son disque Bruits, une liste des influences qui marquèrent le travail de Daoust. On y découvre les «trames sonores de films, bien sûr», mais aussi les compositeurs Cage, Xenakis, Kagel, Ferrari, Savouret, Stockhausen (ici, il précise Hymnen), Beethoven et Schumann, et elle se termine par le nom du peintre surréaliste René Magritte. Glisser le nom de ce peintre du détournement à la suite de ceux de compositeurs parmi les plus inventifs n’est certainement pas innocent de la part du compositeur. Daoust travaille fréquemment à partir de sons réalistes, ou «naturels», que l’auditeur peut identifier immédiatement, comme l’observateur peu identifier aisément tous les éléments entrant dans la composition d’une toile de Magritte. C’est leur agencement, ou leur traitement, qui peut être déstabilisant, un peu «comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie 8». Daoust tient à nous ancrer dans la réalité afin de mieux nous amener ailleurs. On serait tenté de parler de musique surréaliste mais aussi de cinéma sonore. D’autant plus qu’il ne faut pas oublier que le compositeur fut quelque temps concepteur sonore à l’ONF et qu’il vécut ses premières expériences électroacoustiques à 16 ans, en sonorisant le film 8mm d’un ami.

Le disque s’ouvre sur Bruits, suite en trois tableaux (Children’s Corner, Nuit et Fête) qui utilise abondamment les images sonores citadines les plus convenues, «fêtes de rue, marché, jeux extérieurs, machines, jardins publics […] clameurs humaines, cris et sifflets 9», dans un ballet qui n’a rien du documentaire et tout du poème… bruitiste. Le «paysage» y est hachuré et le tourbillon sonore finit par s’épaissir en une soupe dense d’où s’arrachent par bribes des morceaux de réalité, comme des éclats de lumière fuyant le magnétisme du trou noir. On notera en effet au passage l’influence avouée de Luc Ferrari.

La pièce Impromptu apparaissait déjà sur le disque précédent qu’a fait paraître Daoust chez empreintes DIGITALes, Musiques naïves, en version pour bande seule. L’œuvre a été largement retravaillée dans cette version mixte, pour piano, synthétiseur/échantillonneur et bande. La partie de piano est confiée à Jacques Drouin, et Lorraine Vaillancourt joue la partie de clavier électronique. La pièce a été réalisée «grâce à la complicité de Chopin», de qui Daoust emprunte et détourne quelques motifs de la Fantaisie-Impromptu en do dièse mineur, op. 66, pour en faire un objet neuf, mais chargé des mêmes tensions et de ce même spleen qui caractérisaient l’époque romantique. Une grande réussite dans un ton que l’on trouve peu souvent en électroacoustique.

La gamme nous ramène à une autre époque. Le compositeur nous laisse ici assister à ses premiers pas dans le monde de la musique électronique. On y observe en quelque sorte le compositeur se surprendre lui-même de ses découvertes et nous les présenter sans prétention. Alors on s’amuse à écouter la pièce comme le témoignage d’un passé que la vitesse exponentielle des développements technologiques tend à nous faire oublier (l’œuvre a été composée en 1981!). Le disque se termine par… Ouverture, une œuvre de 1989 commandée à Yves Daoust par le Groupe de musique électroacoustique de Bourges pour commémorer le bicentenaire de la Révolution française. Le thème et son traitement appellent la comparaison avec Le trésor de la langue, du compositeur/improvisateur René Lussier, qui date de la même année (1989). Ces deux pièces dénotent une grande communauté d’esprit entre les compositeurs. Ils utilisent des dialogues en forme d’entrevue afin d’établir des rapports sonores entre «le vieux pays» et le Québec. Cette similitude d’intention mérite d’être soulignée puisque nous avons ainsi deux œuvres stylistiquement fort différentes sur un même thème.

Ouverture est extrêmement narrative et a peut-être davantage les qualités d’une œuvre radiophonique que celles d’une œuvre de concert. Elle clôt le disque avec l’évocation d’une réalité plus tangible, plus «réelle», que dans les pièces précédentes. On ne rêve plus. Le disque est fini.


La musique de Gilles Gobeil est un guet-apens psychoacoustique. Le compositeur attire l’attention de l’auditeur sur des détails infimes, le laisse en quelque sorte pénétrer dans le son pour admirer sa structure, puis il détourne brusquement son attention par une cassure qui propulse l’auditeur sur une autre piste. Le procédé est d’une efficacité remarquable, mais il est probablement trop systématisé. La qualité des textures sonores que tisse Gobeil est ahurissante. La musique qui en découle est concrète à un point tel que le son y apparaît à l’état solide. Plus question ici de référence à la «réalité» puisque le moindre objet sonore est observé au microscope et révèle ainsi des contours insoupçonnés.

Malgré l’éclatante réussite au plan de la richesse sonore, on peut se demander si le compositeur atteint bien les objectifs descriptifs qu’il définit lui-même. Le résultat étant finalement assez abstrait, on peut se demander s’il était bien pertinent de nous les faire connaître. En effet, les «quelques images d’un voyage en Italie 10» qui servent de matériau de base à la pièce Derrière la porte la plus éloignée… (1998) évoquent bien davantage un paysage de la planète Mars qu’une «visite guidée de la cathédrale de Torcello 11». Quant à la pièce Projet Proust (1995, 2001), elle n’a sans doute de proustien que les quelques lignes de texte murmurées par le narrateur (Marc Béland). Il s’agit bien sûr d’un problème de perception, le compositeur ne portant pas sur son matériau le même regard que l’auditeur. Les images sonores ont ceci de merveilleux qu’elles débrident complètement l’imagination de celui qui les reçoit. Force est de constater que le mode d’emploi offert a ses limites. Est-il donc utile de fournir des pistes si, en définitive, elles ne semblent pas avoir été suivies? Dans ce cas, l’auditeur en a-t-il vraiment besoin?

Point de passage (1997) est une libre adaptation du roman The Time Machine de H. G. Wells et Nuit cendre (1995) s’inspire du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne. L’auditeur qui l’ignorerait n’en serait pas moins transporté dans un autre temps, un autre lieu.

… dans le silence de la nuit… est le deuxième disque de Gilles Gobeil chez empreintes DIGITALes et chacune des pièces qu’il contient a reçu au moins une distinction dans une compétition internationale. Ce qui n’a rien d’étonnant, puisque la musique de Gobeil est séduisante. Avec un bon dosage des effets de surprises, la densité des matières qu’il utilise, le compositeur produit des objets particulièrement scintillants, qui ne se contentent d’ailleurs pas d’être bien construits. L’équilibre qui règne dans ses œuvres n’a pas la fragilité de celui du fildefériste, mais plutôt l’assurance des mobiles de Calder.


De la même génération que Gilles Gobeil et, pour ainsi dire, de la même école, Robert Normandeau a une approche bien différente de l’électroacoustique. À la fois plus «musicales», au sens où l’utilisation des codes de la musique instrumentale y est plus perceptible, et plus théoriques, les pièces de Normandeau possèdent une identité précise tant en ce qui concerne les sources utilisées que le type de traitement employé. Le disque Clair de terre, quatrième recueil de ses œuvres chez empreintes DIGITALes, est probablement aussi son opus le plus personnel. La pièce titre, de 1999, fait référence à une série de concerts que produisait le compositeur entre 1989 à 1993 au Planétarium de Montréal, alors qu’il était membre de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ). L’œuvre est divisée en douze mouvements dont les titres sont empruntés au vocabulaire du cinéma (Cadre étroit, Mobilité des plans, Montage rythmique, etc.). Normandeau, actif défenseur de l’expression «cinéma pour l’oreille» comme description de l’art acousmatique, dévoile ici son programme de façon transparente. Paradoxalement, ce terme qu’il revendique convient plus ou moins bien à son travail, car ce «cinéma» est beaucoup plus musical que «visuel». En écoutant la pièce Clair de terre, certainement la plus acousmatique des trois présentées ici, les deux autres étant dérivées de musiques d’application, on arrive aisément à en imaginer une orchestration (avec un orchestre, tout de même, qui ferait aussi preuve d’imagination!).

On touche donc ici au «problème acousmatique». Le compositeur Denis Dufour a remplacé le mot «musique» par le mot «art», fatigué qu’il était de devoir sans cesse expliquer en quoi une pièce acousmatique pouvait se rapprocher ou s’éloigner de la musique 12. C’est qu’en effet, l’art acousmatique ne produit pas toujours de la musique et certaines œuvres ont certes plus à voir avec le cinéma ou le documentaire radiophonique. Ce n‘est pas le cas ici et il serait inutile de bouder notre plaisir pour des considérations idéologiques.

Le disque s’ouvre sur Malina (2000), œuvre issue de la musique composée pour l’adaptation théâtrale du roman éponyme d’Ingeborg Bachmann. Le seul matériau ayant servi à la construction de la pièce est un enregistrement de la flûtiste Claire Marchand jouant du shakuhachi, une flûte japonaise. Évidemment, cet enregistrement est passé par toutes les transformations que peut lui faire subir un électroacousticien et notre petite flûte japonaise traditionnelle acquiert des qualités qui n’ont jamais été les siennes, se métamorphosant en instrument de percussion, puis en orgue ou en harpe éolienne. Le compositeur y crée davantage des ambiances qu’il n’y dépeint des paysages. Une grande réussite musicale suivie d’une autre, avec la pièce la plus récente du disque, Erinyes (2001), autre musique pour le théâtre basée sur l’emploi d’un seul matériau, en l’occurrence la voix. Cette façon de construire une œuvre à partir d’un matériau unique en le transformant de mille manières montre bien les prodigieuses capacités du médium électroacoustique. Il ne pourrait que s’agir d’un exercice pédagogique, mais le talent du compositeur en fait tout autre chose. Enfin, Clair de terre, longue suite de trente-six minutes, nous présente un hommage à la musique concrète, cette musique qui se monte en studio et se projette en salle, comme le cinéma, selon l’expression de François Bayle. Les nouvelles façons d’appréhender la vie qu’ont pu provoquer les premières images de la Terre vue de l’espace avaient été précédées par les nouvelles façons de concevoir le son que proposait la musique concrète. C’est la vision d’un monde qui change et, c’est bien connu, en acousmatique, on voit mieux les yeux fermés. Évidemment, le thème de l’œuvre appelle l’utilisation de sons aux textures évocatrices mais de ces bruits, Normandeau forge un poème symphonique qui ne se prive pas d’avoir par moments recours à la pulsation et qui se termine même, tel un salut solennel au XXe siècle, sur un air de cornemuse.


Surprise à la parution du disque Humeur de facteur d’Yves Beaupré. C’est que le compositeur n’est pas une figure connue du monde de la musique électroacoustique, mais plutôt des cercles de musique baroque, où on louange son habileté à… fabriquer des clavecins… Suivant un parcours peu orthodoxe pour un compositeur de musique électroacoustique, Beaupré se consacre en effet à la fabrication de clavecins, épinettes et virginals depuis une vingtaine d’années 13, activité à laquelle il a commencé à s’intéresser au sortir d’études en interprétation clavecin à l’Université de Montréal. Évidemment préoccupé par la sonorité des instruments qu’il conçoit, le facteur a voulu en superviser la prise de son lors de séances d’enregistrement et a développé naturellement une passion pour la manipulation des objets sonores. Sa note biographique ne spécifiant pas d’études en composition, nous en déduisons qu’il est sans doute autodidacte. Les matériaux de base utilisés ici ont été enregistrés dans l’atelier du facteur et les multiples outils qu’il doit utiliser fournissent au preneur de son une matière riche.

Si les références au cinéma sont monnaie courante lorsqu’il est question de ce type de musique, Beaupré, lui, préfère évidemment une autre métaphore. La construction d’une pièce de ce type exige un travail tout aussi précis que celle d’un clavecin; dans les deux cas, les éléments bruts doivent «être manipulés, triturés, […] coupés, recoupés dans tous les sens 14» avant de seulement approcher le produit fini. C’est Beaupré l’interprète qui a influencé la forme sous laquelle se présente Humeur de facteur, calquée sur le modèle d’organisation des Livres pour le clavecin de François Couperin, divisés en «ordres» qui contiennent eux-mêmes un nombre variable de pièces. On a donc ici un ordre dans lequel «chaque pièce, malgré son unicité, est partie intégrante du tout 15». Les titres choisis pour les pièces sont certes moins évocateurs que ceux de Couperin, qui les nommait La majestueuse, La ténébreuse ou La lutine. On a ici La beauséjour, La pelots point ou La DDB, titres qui ne s’accompagnent pas d’explications, à l’auditeur donc de leur donner un sens.

Le disque que présente Yves Beaupré a quelque chose de rafraîchissant, qui n’est probablement pas étranger à une certaine inexpérience de la part du compositeur, qui dote à l’ensemble d’une esthétique très personnelle.


empreintes DIGITALes complète son catalogue 2001 en publiant des travaux récents du doyen des électroacousticiens québécois. Le disque de Francis Dhomont Cycle du son 16, ajoute à cette année diversifiée un regard sur le médium lui-même, de sa naissance à ses développements les plus récents.

L’œuvre, en quatre volets, date de 1998, année qui marqua le cinquantième anniversaire de l’«invention du son» par Pierre Schaeffer au Studio d’essai de la RTF. Dhomont emprunte d’ailleurs à ce dernier, ainsi qu’à de nombreux autres «inventeurs du trésor», comme il les nomme, une partie du matériel sonore utilisé. Les Objets retrouvés (1996) sont un hommage direct à Schaeffer, en forme de paraphrase à son Étude aux objets. AvarArsSon (1998), véritable Who’s Who de la musique concrète est un coup de chapeau aux Bayle, Chion, Henry, Parmegiani, Stockhausen, etc. Novars (1989) met en relation la «musique nouvelle» de Schaeffer et l’Ars Nova de Guillaume de Machaut et, enfin, Phonurgie (1998) annonce la poursuite de l’aventure, avec de nouveaux moyens, certes, mais en demeurant fidèle «à l’esprit des premiers concerts de bruits 17».

Francis Dhomont a acquis une telle maîtrise du langage de la musique concrète que ce Cycle du son prend l’allure d’une véritable fête pour l’oreille. Et si chacun des volets est une réussite en soi, le tout est effectivement bien plus grand que la somme de ses parties. C’est que, comme le prouvaient déjà nombre de ses œuvres précédentes (du Cycle de l’errance à la Frankenstein Symphony), Dhomont est extrêmement à l’aise dans la grande forme. L’unité du matériau de base, assurée par l’utilisation des emprunts à Frankenstein Symphony et les retours/rappels qui se font d’une œuvre à l’autre, permettent à l’auditeur de suivre le chemin tracé par le compositeur… les yeux fermés.

Vibrant hommage aux collègues, le Cycle du son est aussi un splendide témoignage de l’amour du métier par l’un de ses plus dignes représentants. Non pas un regard embué par la nostalgie, mais plutôt une fière mesure du chemin parcouru, résumé pas quelqu’un qui va droit au but.


Notes.

1. Yves Daoust, Bruits, empreintes DIGITALes/Diffusion i Média, 2001 (IMED 0156).

2. Francis Dhomont, Cycle du son, empreintes DIGITALes/Diffusion i Média, 2001 (IMED 0158).

3. Gilles Gobeil, … dans le silence de la nuit…, empreintes DIGITALes/Diffusion i Média, 2001 (IMED 0155).

4. Robert Normandeau, Clair de terre, empreintes DIGITALes/Diffusion i Média, 2001 (IMED 0157).

5. Micheline Coulombe Saint-Marcoux, Impulsion, empreintes DIGITALes/Diffusion i Média, 2001 (IMED 0159).

6. Yves Beaupré, Humeur de facteur, empreintes DIGITALes/Diffusion i Média, 2001 (IMED 0160).

7. Les notes du livret sont de Micheline Coulombe Saint-Marcoux.

8. L’un des fameux «Beau comme…» de Lautréamont, extrait des Chants de Maldoror.

9. Extrait de la notice du livret.

10. Extrait de la notice du livret.

11. Ibid.

12. Voir à ce sujet l’excellent entretien réalisé par Jonathan Prager avec Denis Dufour et publié dans les nos 5 (avril 1997), 6 (septembre 1997) et 7 (mars 1998) de la revue électronique Ars Sonora.

13. Le 3 mai 2002, le claveciniste Luc Beauséjour présentait le 100e instrument de Beaupré, un clavicythérium, à la Chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours de Montréal.

14. Extrait de la notice du livret.

15. Ibid.

16. La sortie de ce disque fut retardée à cause d’un problème d’impression de l’emballage. Profitons de l’occasion pour dire quelques mots sur la présentation de ces enregistrements. L’emballage a beaucoup évolué depuis les premières productions de l’étiquette, allant du modèle standard de boîtier en plastique à ces nouveaux boîtiers «Opaks» tout en carton. La nécessité étant mère de l’invention, c’est pour éviter le bris des boîtiers standards lors d’envois postaux que ces mutations se sont opérées. La présentation visuelle est très soignée et les notes de programme, si leur consultation est moins pratique que celle du livret habituel, sont en général assez complètes.

17. Extrait de la notice du livret.

blogue@press-981 press@981
1 February 2002
By Rafa Dorado in Margen #24 (Spain), February 1, 2002

Press Clipping

blogue@press-479 press@479
13 September 2001
By François Couture in All-Music Guide (USA), September 13, 2001

Text

“… this independent label has become an international reference in electroacoustics, building an impressive catalog that encompasses the best living composers…”

Of all avant-garde music artists, electroacoustic composers may be the ones having the most difficulty to reach an audience. Labels dedicated to this style are few and often tied to academic institutions that limit their accessibility. That’s why empreintes DIGITALes can be considered as a success. Since its inception in 1989, this independent label has become an international reference in electroacoustics, building an impressive catalog that encompasses the best living composers from Canada, the USA, France, England, and abroad.

In 1989, Jean-François Denis and Claude Schryer founded DIFFUSION i MéDIA, a production company based in Montréal and dedicated to tape music. An imprint was created: empreintes DIGITALes (a second one, SONARt, dedicated to sound art projects, also saw the light of day but only a few titles were issued in the early 1990s). The first albums to be released were Christian Calon’s Ligne de vie: récits électriques and Robert Normandeau’s Lieux inouïs, in January 1990. Both quickly became respected composers, the latter one of the label’s most prolific and best-selling artists.

The first releases focused on Quebec artists, but in 1991 the label issued the 2-CD set Mouvances~Métaphores (reissued in 1996 as two separated CDs: Cycle de l’errance and Les dérives du signe), a mammoth retrospective of French legend Francis Dhomont, another best-selling artist. From this point on, the label rallied composers revolving around the Groupe de recherches musicales in Paris, the BEAST in the UK (a research group led by Jonty Harrison), and the Canadian Electroacoustic Community. Other important contributors would include Michel Chion, Yves Daoust, Paul Dolden, Gilles Gobeil, Denis Smalley, and Annette Vande Gorne.

Schryer soon left the company to concentrate on his career as a composer. Denis continued to direct the label and also founded Réseaux, an association devoted to presenting tape music concerts, while establishing a strong relationship with kindred label Ambiances Magnétiques (in the early 2000s, both shared the same premices and web design).

In the mid-’90s, empreintes DIGITALes launched “Compact-Compact,” a series of half-priced CDs containing under one hour of music. It targeted newcomers to the genre . Throughout the years the label pioneered original CD box designs. The OPAK box, which allowed room for a thick booklet with extensive liner notes, was introduced in 1996, but was dropped in 2000 in favor of a slimmer cardboard design. These unique graphic signatures were instrumental to the label’s recognition.

blogue@press-451 press@451
1 August 2001
By Julien Jaffré in Jade (France), August 1, 2001

Text

“Chez empreintes DIGITALes, le radicalisme esthétique est une constante, plaçant d’emblée les productions du label au rang d’objet d’art.”

empreintes DIGITALes est le fer de lance de la musique électroacoustique au sens où Metamkine pourrait la définir. Dirigé par Jean-François Denis, il est partagé avec SONARt qui lui distingue davantage les créations instrumentales de studio. Chez empreintes DIGITALes, le radicalisme esthétique est une constante, plaçant d’emblée les productions du label au rang d’objet d’art. Un soin apporté aux pochettes et aux disques, qui sonne comme un engagement quasi éthique, si ce n’est idéologique. Toute cette génération de curieux trouve à présent un réel épanouissement, mûrissement de quelques années de pratiques laborieuses, de doutes successifs, dans le jeu de la construction de leur univers respectif. On peut ajouter l’influence de l’école française concrète (Schaeffer) référence évidente et revendiquée, notamment par Jonty Harrison, même s’ils s’inscrivent en réaction à l’académisme, à l’hermétisme et à la doctrine de la technique. Ces auteurs ont le mérite de considérer l’époque pour elle-même et non à travers des mythologies douteuses ou fantasmées.

blogue@press-402_001 press@402_001
1 November 2000
By Dominique Nadeau in SOCAN, Paroles & Musique #7:6 (Canada), November 1, 2000

Text

“Les mélomanes férus de musique électroacoustique sont bien servis cette année…”

Les mélomanes férus de musique électroacoustique sont bien servis cette année grâce aux maisons d’éditions YMX MéDIA et YUL MéDIA, lesquelles ont édité plusieurs œuvres des compositeurs canadiens Robert Normandeau, Daniel Leduc, Randall Smith, Marc Tremblay et Louis Dufort. Les créateurs étrangers ne sont pas en reste, les œuvres du Français Kristoff K.Roll et de l’Allemand Hans Tutschku venant compléter cette liste déja fort bien remplie. À noter que l’ensemble des ces créations ont été gravées grâce à l’expertise de la maison de disques empreintes DIGITALes, de Montréal.

blogue@press-358_4 press@358_4
16 October 2000
By François Tousignant in Le Devoir (Québec), October 16, 2000

Text

“… il y a bel et bien une «école de Montréal» en électroacoustique.”

Première chose qui saute à l’oreille après le concert de jeudi soir: il y a bel et bien une «école de Montréal» en électroacoustique. Toutes les œuvres entendues au programme participent d’une même approche, celle lancée par Pierre Schaeffer. Cela consiste en le fait qu’il a fallu, pour le nouvel art qu’était la musique faite de sons enregistrés, manipulés ou électroniquement générés, définir un vocabulaire, inventer un solfège et composer un répertoire de sons et de manipulations sonores. Ce dernier point est malheureusement trop souvent confondu avec la composition elle-même, ce qui rend l’art alors un certain art acousmatique stérile.

Le programme s’ouvrait et se fermait avec deux extraits de Francis Dhomont. On ainsi voulu rendre un hommage à celui qui est de plus en plus reconnu comme le «fondateur» de cette école. À l’heure où il œuvrait à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, quand on parlait de musique électroacoustique, le membre artistique de l’équation primait sur le technique.

Non seulement la musique de Dhomont reste-t-elle encore belle et jeune, mais diffusée ainsi en salle - Robert Normandeau!, sublime poète de la console! - sa dimension réelle éblouit avec autant de force que de sensualité, d’intelligence que d’inspiration. Peu importe le média, la grande musique, c’est cela. Mémoires vives, du ci-nommé Normandeau, est une pièce un peu rhétorique (je maintiens mon jugement antérieur), mais qui passe mieux en salle qu’au disque - comme tout le reste du programme d’ailleurs; après tout, on n’a chez soi que deux haut-parleurs plutôt que l’armada ici sollicitée et l’espace utilisé. Dommage pourtant que le climat fût brouillé par un impair technique, équivalent du trou de mémoire au concert «habituel» et qui a toutefois démontré que, oui, quelque part, ces machines à musique restaient humaines.

Le plus beau moment, là où vraiment on a senti une succession au maître fondateur, reste les Paysages intérieurs, de Stéphane Roy. Non seulement la «bande» est splendide, mais Normandeau s’est hissé à des sommets d’inspiration interprétative pour la rendre exceptionnellement sensible. On est pris par cette mouvance qui s’ouvre et qui nous ouvre, qui tourne qui appelle, parfois répond, et qui nous dit… que si on fait cette musique, c’est qu’elle doit être faite ainsi car le message ne saurait être livré autrement.

blogue@press-355_5 press@355_5
1 September 2000
By François Couture in Splendid E-Zine (USA), September 1, 2000

Text

“It’s not [ordinary] music — it’s sound sculpture.”

Of all demanding music (you remember, that’s the topic of this monthly column?), electroacoustic music is often considered to be the most difficult type, and also the most misunderstood. I will try to clear things up a little in this “Electroacoustic 101” lesson.

It’s all semantics, right?

The first problem one encounters is in the terminology. Electroacoustic music was first developed and theorized in France. Words and expressions like “musique concrète,” “électroacoustique” and “art acousmatique” are often mistaken for one another while their English counterparts don’t always bear the same meaning. To decipher it all, let’s ask one of the prominent people in the field, Jean-François Denis, owner of the leading electroacoustic label empreintes DIGITALes: “In 1950, Pierre Schaeffer ‘discovered’ a new way of thinking music. Because the compositional work was done directly with the result (raw sound is treated in studio, on tape, instead of on staff paper), therefore the process was concrete (while instrumental music asks for abstraction from the composer in order to imagine what the piece will sound like) and Schaeffer named it ’musique concrète’ (concrete music).”

The term “acousmatics” was reactivated by François Bayle in 1970 and describes music heard without being able to see where it originates. The distinctions between “acousmatics” and “musique concrète” are more historical than stylistic. In French, “electroacoustics” supercedes them both as the generic name of a musical genre where a composer works with sound treated in the studio and fixed on tape. The English conception of this word leads more toward a recording technique which includes both acoustic and electronic parts, but I will use the term in its “genre” acceptation.

”Seeing” electroacoustic music

Electroacoustic music is not music in the traditional sense and it never was intended to be. It’s not something you listen to while washing dishes, working on a term paper or building a soap box car in the garage (although the latter might give interesting results). The composer doesn’t aim at a melody-and-accompaniement form. The electroacoustician shapes sound in the same way a sculptor shapes wood, stone or metal. He takes raw sound sources (their choice often relates to his conception of what the piece will stand for/mean) and manipulates them via studio techniques in order make them say something they were not meant to — ultimately disguising them, making them impossible for the listener to recognize. Listening to an electroacoustic piece is like studying a sculpture from every angle…or like “watching” a sound movie, hence the expression “cinema for the ear”.

Depending on the piece, the best way to listen to electroacoustic music is with headphones (some are better with loudspeakers), lights down and even eyes closed, with minimum disturbance and interruption. The goal is to let yourself be surrounded by the sound. Of course, these are not the kind of tunes you will listen to repeatedly. But the experience is really worth a try and when you stumble upon a piece that talks to you, you will find yourself going back to it regularly.

Essentials

Keeping the list short, here are a few essential listenings for beginners — yes, that means easy start-ups. Of course I could (and should) list a few titles by Pierre Schaeffer and Pierre Henry, the pioneers of the genre, but their availability on the market is unstable. Let’s just say that Henry’s Variations pour une porte et un soupir (Variations for a door and a sigh, 1963) is a classic, although it didn’t age very well. Personaly, I also really like his La noire à soixante + granulométrie (1968).

But I want to draw your attention to more recent and easier-to-locate titles. Some composers have a way of staging “cinema for the ear” that will take you like a good drama. Francis Dhomont is the best. His art is subtle, works on many levels and retains a human touch often lacking in more sterile composers, but most of all is very poetic. It all makes it a great place to start. Forêt profonde (Deep Forest, 1996, empreintes DIGITALes, [IMED 9634] ) is a stunning 60-minute piece built on fairy tales and their psychanalytical meanings. Snatches of conversations, and people reading stories in many languages, are embodied in the work and give it an eerie feeling, especially when listened to on headphones (there are people talking all around you). If you must hear only one piece of electroacoustic music, it has to be this one. Another fantastic Dhomont title is Sous le regard d’un soleil noir (Under the eye of a black sun, 1982, re-issued 1996 on empreintes DIGITALes [IMED 9633]). Stretching the metaphor of the “cinema for the ear”, this one is an Exorcist-type horror movie based around schizophrenia.

More and more, composers are trying to free electroacoustic music from the frame of academic work and link it to more vital live settings. The French duo Kristoff K.Roll (Jean-Christophe Camps and Carole Rieussec) has achieved interesting results with “live” electroacoustics interacting with an instrumentist (clarinetist Xavier Charles). This can be heard on La Pièce (released 1999 on the French label Potlatch). Kristoff K.Roll also have a beautiful “traditional” CD on empreintes DIGITALes, Corazón Road; it’s a “journey for the ear” through Central America. I must also point out West Coast clarinetist François Houle’s Au cœur du litige (2000, Spool Records), a breathtaking 2CD set based on the 1998 Ice Storm, in which he succesfully blends prepared electroacoustics, live electroacoustics and a free improv rock quartet.

In any case, try it. But don’t approach this music as ordinary verse-chorus-outro music. It’s not music — it’s sound sculpture.

blogue@press-350_2 press@350_2
1 September 1999
By Paul Lemos in Under the Volcano (USA), September 1, 1999

Text

“During the past decade, empreintes DIGITALes has consistently issued some of the very best electroacoustic music being made.”

It is a great pleasure to be able to write about some of the recent music coming from Canada’s premiere new music label, empreintes DIGITALes. During the past decade, empreintes DIGITALes has consistently issued some of the very best electroaoustic music being made. Unlike the recordings I often review from labels like Mego, Soleilmoon, Trente Oiseaux etc…, those issued on empreintes DIGITALes are, for the most part, made by classically schooled composers who have studied composition at major universities and have been involved with academic musical explorations for many years. These are fully composed works of musique concrète, pristinely recorded and beautifully presented. So, if you are even slightly interested in the new wave of experimental electronic music pouring out of the US, Germany and Austria, I strongly urge you to find some of the music presented here. This is the real deal. Suffice it to say that you will be blown away.

blogue@press-316_401 press@316_401
1 August 1999
By Ned Bouhalassa in CEC, Sur le vif / Quick Takes (Canada), August 1, 1999

Text

“… reconnue mondialement et reçoit régulièrement des éloges de la part des critiques”

[Translation] Ned Bouhalassa: In January 2000, the empreintes DIGITALes label will celebrate its tenth anniversary. It is recognized around the world and its catalogue receives rave reviews from the critics. How do you explain this success?

Jean-François Denis: In 1990, there were no independent record labels specializing in electroacoustic music. There were labels of course, but these were parallel activities of studios or organizations. We were a ‘fresh’ idea. Also, from the start, empreintes DIGITALes developed an artistic ‘policy’ (regarding both sound and graphics) and became very visible in the electroacoustic and experimental circles (due to its large publicity and the many mailings of catalogues). So there was a will to develop a signature, to be recognized. Of course, the quality of the works was always a priority.

NB: What inspired you to set up your own record company?

JFD: No one else wanted to do it. I went around to the other existing record companies (of this country) to offer to develop an electroacoustic sub-division, but returned unsuccessful. I also talked to several composers about a record production project: all were very interested… that someone else do it. When I spoke about it to Claude Schryer, he mentioned that he had been thinking about setting up a label as well. So in August 1989, we founded DIFFUSION i MéDIA (today a distributor) and the label empreintes DIGITALes, and we conceived the first 4 projects of the collection (Calon, Normandeau, Thibault and Électro clips).

NB: Starting a new business is always risky, even more so in the case of a serious music record company. Did you have many doubts in the beginning?

JFD: The risks? We were ready to work and, with the indispensable help of the composers, we faced only beautiful risks: to produce decent, superb, lavish CDs of music that we like. I believe that we need risk in order to constantly redefine ourselves, to question ourselves (even if it may mean going back to the starting point). The doubts? I wondered then what I would do with 1000 copies (the minimum at the time) of the same disc in my home: how do I get them out there to be heard? what about distribution? sales? We almost had to invent ways to reach our public! (We didn’t even know where to really find this public!)

NB: The first Francis Dhomont double-cd, with its large booklet, was launched with pomp and circumstance before two exceptional concerts. Was this one of your most memorable launches? One of your wildest projects?

JFD: The Montréal launches have always been a little special: in a Planetarium; disguised as a party-concert; café-croissant at 7 AM; in disco or punk bars. Of course the Dhomont box-set launch was important, though, if my memory serves me right, it was but a small part of a night which was celebrating Francis Dhomont’s 65th birthday. There was also a collage-homage piece from his students, assembled by Gilles Gobeil. There have also been other launches in Vancouver, Norwich (UK), Toronto, Birmingham (USA), and Paris…

NB: The image of your label is immediately recognizable. What is always obvious is the attention that is given to the quality of the graphics. How would you describe Luc Beauchemin’s role?

JFD: Luc Beauchemin conceived of the first design overhaul in 1991 (with the Daoust), as well as the second in 1996 (with the Harrison). (The OPAK cardboard box, used since 1996, is a collaborative effort.) As for the cover art, the composer is the one who suggests a work or commissions an artist (since Luc Beauchemin is also a graphic artist, some of the covers feature his work).

NB: The only CDs on your label that feature works by different artists on the same release are the clips CDs (Électro clips and Miniatures concrètes). Why don’t you combine normal length pieces by different composers on one cd?

JFD: Because I find these (mixed composers) CDs uninteresting to listen to. Each individual empreintes DIGITALes cd represents a unique musical ‘idea’; as a listener, I find that extremely enjoyable. The only exceptions stem from a very strong and original ‘concept’ (especially in 1990): that of the 3-minute electroacoustic clip. That, to me, is what makes it ‘possible’ to listen to these kinds of CDs.

NB: How do you choose your cd projects?

JFD: It usually starts with the music (heard in concert, during festivals — but very rarely from ‘demos’ received by mail) and follows with the composer’s approach, the integrity of their artistic approach.

NB: How can a composer interest you in a cd project?

JFD: It’s not easy actually, since I’m already drowning in daily mail in which I occasionally find a ‘demo’ - and I’m somewhat overloaded with work. But I can say that when a composer is recommended by a colleague, it usually helps (one should not forget as well that the production of a cd depends greatly on it being somewhat funded).

NB: What do you think of distribution via the Internet? Do you intend one day to allow your clients to buy works that can be downloaded?

JFD: The cd is only a medium. The advantage that it offers over previous formats is its sound quality specifically in the case of electroacoustic music duration and durability. As soon as there exists another support which offers similar sound quality, we’ll offer music in that format. It’s pretty obvious. So my answer is yes.

NB: You wrote many works during the 80s. Do you think that you might one day make a cd featuring your own works?

JFD: A few pieces have withstood the test of time (ten and fifteen years later). I really haven’t thought seriously about this. What do you think?

blogue@press-316_9 press@316_9
12 February 1998
By Chris Yurkiw in Montreal Mirror (Québec), February 12, 1998

Text

“… Pierre Schaeffer’s break is certainly not lost on Jean-François Denis

On the 50th anniversary of “musique concrète,” Montréal’s electroacoustic composers are still watching the cement dry.

“At first the art of music sought and achieved purity, limpidity and sweetness of sound. Then different sounds were amalgamated, care being taken, however, to caress the ear with gentle harmonies. Today music, as it becomes continually more complicated, strives to amalgamate the most dissonant, strange and harsh sounds. In this way we come ever closer to ‘noise-sound.’”

Whenever this quote from Luigi Russolo is bounced around, the kicker is that the futurist artist wrote it in his manifesto The Art of Noises back in 1913. Russolo was ushering in the modern era and he gets cited because he turned out to be a damn good futurist. By the ’20s, French composers like Érik Satie and George Antheil were writing ballets for sirens, crying babies and typewriters; a generation later, American John Cage was reinforcing the idea that all sounds — including silence — were musical; into the rock era it was no great leap to the feedback of Hendrix, the kling klang of Kraftwerk and the scratching of Grandmaster Flash.

But long before the avant-garde became popular, a pair of Pierres named Schaeffer and Henry made a crucial discovery while playing around with the new technology of magnetic recording tape in 1948. In the studios of Radiodiffusion-télévision française [(RTF)] they manipulated recorded sounds — both ‘musical’ and non — by splicing the tape, rearranging it, varying the speed, looping it and overdubbing it. Schaeffer called it “musique concrète,” and with that he allowed for the possibility of a truly ‘artificial’ music. Not many considered it to be music then, and even 30 years later people were still railing against studio creations with the battle cry, “Disco sucks!”

Fifty years after the birth of musique concrète (and a few changes in name, like electroacoustic or acousmatic music), Pierre Schaeffer’s break is certainly not lost on Jean-François Denis. Denis is one of the pillars of Montréal’s vibrant electroacoustic scene — the French connection not insignificant — a composer first but nowadays more of an instigator who spends most of his time promoting the music by releasing it on the crucial empreintes DIGITALes label. It’s a tiresome job pushing an ambient, jarring and intellectualized music, but Denis places more faith in its acceptance by the proverbial ‘people’ than any industry, media or festival.

“I think electroacoustic music is becoming less bizarre for the public,” says Denis, “and more present in their lives. The scores for lots of films, for example, are often verging on electroacoustic music, but it’s never pointed out to the audience.”

So Denis and composers Robert Normandeau and Gilles Gobeil, a trio who make up the electroacoustic promotional body Réseaux, are using the 50th anniversary of musique concrète to try to make their point once again. Not that they need an excuse: the upcoming concerts Rien à voir are the third in a series presented by Réseaux in the past year. But the link with the past is going to be made clear with the works and presence of two European figures; Frenchman Bernard Parmegiani, one of the godfathers of electroacoustic music whose work dates just post-Schaeffer, and Belgian Annette Vande Gorne, whose breaking of the gender barrier in yet another boys club has inspired Canadian “électroacousticiennes” such as Wende Bartley and Roxanne Turcotte.

Works by Denis, Normandeau and Gobeil will also be accompanied by those of Montréaler Christian Calon and Mark Wingate, one of the few American practitioners of a form rooted much more firmly in Europe and its stronger outposts. And while the presence of the composers is a nice touch, it’s certainly not needed in electroacoustics, where the recorded works are played for the audience via a surround-sound style set up of 20 loudspeakers.

“When the lights go down at an electroacoustic concert,” says Denis, “I always think, ‘I have no idea what this might sound like.’”

blogue@press-257_5 press@257_5
14 June 1997
By Philippe Tétreau in La Presse (Québec), June 14, 1997

Text

“… un catalogue impressionnant…”

Quarante ans aprés le Poème électronique d’Edgar Varèse, nombreux sont ceux qui considèrent encore les expériences sonores faites en studio comme de la musique de recherche (donc non achevée) qui n’intéresse que ceux qui s’y livrent. Il est tout de même un peu étrange qu’après quatre décennies le grand public ait si peu apprivoisé ces formes d’expression. En 1997 l’électroacoustique fait toujours peur ou suscite des réticences à tout le moins. Pourtant, là comme ailleurs, les réussites existent, les échecs aussi.

Plusieurs connaissent déjà l’existence de l’étiquette québecoise empreintes DIGITALes. Spécialisée depuis huit ans dans les enregistrements de «séquences» électroacoustiques, cette maison possède un catalogue impressionnant qui contient une quarantaine de titres. Les réalisations sonores dont il est question ici en sont quelques-unes parues ces demiers mois.

blogue@press-244_001 press@244_001
1 June 1997
By Daniel Plunkett, Jeff Filla in N D - Magazine (USA), June 1, 1997

Text

“… a label dedicated to bringing forward some of the most compelling work of new and historic artists…”

The label empreintes DIGITALes has long caught our eyes and ears as a label dedicated to bringing forward some of the most compelling work of new and historic artists involved with electroacoustic music. The following interview with Jean-François Denis explores the history and exploration of new artists. 23 questions by Daniel Plunkett and Jeff Filla.

--------------------------------------------

ND: Could you give a brief background of the activities revolving around DIFFUSION i MéDIA?

Jean-François Denis: Founded in 1989 with Claude Schryer, DIFFUSION i MéDIA’s first activity was the setup of its electroacoustic music CD label empreintes DIGITALes. This label was founded because that genre of music was not being “served” by any other “real” record label I knew of at the time. (I knew of the GRM and of the Cultures électroniques-Bourges collections in France, but not anywhere else.) It is while teaching electroacoustic music at Concordia University (1985-89) in Montréal, and through the call for works for its annual electroacoustic concert series that I became aware of the extensive accumulated archives of Canadian (700+) and international (300+) electroacoustic pieces. Some of them masterpieces, but not available. If you had missed the concert or the one radio broadcast — too bad! There was a need to “materialize” some of these works. No other existing local or national label would go into that field. I was left to do it by myself. Claude Schryer was also concerned about the “diffusion” of that music, so we decided to simply found a label.

Ligne de vie: récits électriquesLieux inouïsVoltÉlectro clips

We had four projects to start the label with: Calon, Normandeau, Thibault and the special Électro clips. I wanted to have many CD plans in order not to setup yet another “One-CD” label. The funding from the Canada Council (for the Arts) for sound recording projects helped us tremendously in doing things “right:” good sound, good color covers, complete booklet, full of information and full English translation.

DIFFUSION i MéDIA is a media arts producer, since 1992 run by one person. Its main activities are two-fold:

  1. Production of empreintes DIGITALes CDs. That collection focuses on electroacoustic music, musique concrète, acousmatic, mixed works… (Another label, SONARt, was set up in 1992 to focus on “radiophonic” works, program music, sound works that “try” to tells a story — either clearly or abstractly. We have stopped development for that label).
  2. Distribution — direct mail-order of our productions and of productions by “friend” labels from abroad. LA LISTE, a “New Music” promotional mailing list database project (mostly for the Montréal area), has been active since 1992: more than 12 new music (actuelle-electro-contemporary) concert producers have merged their mailing lists into one in order to reach a larger audience.

Areas of interest are the publication of written documents (in French and in English) about electroacoustic music. (Much that is happening in Europe — France, UK, Sweden — does not reach North America.) I travel to keep up with research, ideas, composers, concerts, festivals… these books would fill in gaps in the available literature, mostly for teaching purposes.

--------------------------------------------

ND: How do you select the artists which you release?

JFD: I travel a lot, meet many composers, and listen to many works, mostly during festivals. If I like what I hear or if I feel the composer’s integrity, I get in touch and try to design a string of pieces that will make a wonderful livingroom loudspeaker disc. That last point is important, I try to focus on good sounding loudspeaker music. Recordings that will sound good in livingrooms. I am not too interested in “documenting” performances.

--------------------------------------------

ND: Could you pinpoint any goals or aspirations?

JFD: Well this one is hard. The goal is to make the music heard; make it available; at the most affordable price possible. Keep titles in print. Provide promo copies to radio stations (national ones but mostly college and community based stations). Make the music heard.

--------------------------------------------

ND: Does DIFFUSION i MéDIA sponsor any concerts?

JFD: When I started the CD label, nobody else was serving that area. In terms of concert production, many other organizations work in that field already. So the answer is no, not directly. DIFFUSION i MéDIA has organized three concert tours called Traces électro: Canada in 1991, French-speaking Europe in 1992, UK in 1994. With composers Robert Normandeau and Gilles Gobeil, we have founded a concert organization, Réseaux, that specialized in musique concrète concerts (projected on a large number of loudspeakers).

--------------------------------------------

ND: There seems to be a healthy musical and artistic activity in Montréal.

JFD: This city is quite surprising in that respect indeed. Is there a sense of urgency caused by the French-speaking minority (6 million) in an English-speaking immediate majority (300 million)? In terms of electroacoustics: the four universities and the conservatoire have programs (from 3 or 4 course to full-fledged undergraduate, graduate and doctorate programs), enrolled some 125 students yearly, and produce some concerts. Plus ACREQ is an independent electroacoustic music concert producer in town. So there is activity. Things are moving and the more they move the more exciting they become.

--------------------------------------------

ND: What are some of the upcoming and planned releases?

JFD: 1996 was good for empreintes DIGITALes:

CirqueZooArticles indéfinisDélirantesKaleidosTransformationsLéoneSous le regard d’un soleil noirForêt profondeContes de la mémoireAutourMiniatures concrètesLes corps éblouis

Cirque by Paris composer Michèle Bokanowski; Zoo by Dan Lander (Toronto); Articles indéfinis by Jonty Harrison (UK); Délirantes (2 CDs of mixed works by Cuban-born Canadian composer Sergio Barroso; Kaleidos by Stéphane Roy (Montréal); Transformations by Hildegard Westerkamp (Vancouver); the opera for six singers and electroacoustic music Léone by Philippe Mion and Philippe Minyana (Paris); two releases by Montréal-based French composer Francis Dhomont Sous le regard d’un soleil noir and Forêt profonde and American pioneer Jon Appleton Contes de la mémoire.

1997-98 has more to offer: [Autour by] Claude Schryer, [Miniatures concrètes] a new Électro clips-like release with 24 new 3-minute pieces (composer from USA, France, UK, Italy, Canada, Sweden, Québec…), [Les corps éblouis by] Christian Calon, [and projets with] Yves Daoust, Ned Bouhalassa, Daniel Leduc, Jacques Tremblay, Darren Copeland, Michel Chion

--------------------------------------------

ND: Where do you find the most positive reaction?

JFD: From people without prejudices: electroacoustic music has had bad press and bad reputation in many countries for various reasons, good and bad. Tape music in the USA has a bad name for instance, being called academic, intellectual, dead and these are found in the “underground-alternative” music stores. They read the specialized magazines and listen to selected radio stations. Geographically, Europe is where empreintes DIGITALes has had the most positive response so far.

--------------------------------------------

ND: What is the connection between Metamkine and DIFFFUSION i MéDIA?

JFD: Metamkine is a mail-order distributor in Europe based in Rives (near Grenoble), France which also specializes in electroacoustic, musique concrète, acousmatic music and experimental music. It also produces its own CD label: Cinéma pour l’oreille. It is the main representative of empreintes DIGITALes in Europe. DIFFUSION i MéDIA helps distribute its Cinéma pour l’oreille collection in North America (and also serves as a North American address for its catalog). We have both developed our labels to serve different needs. We “share” many composers (and more to come) and consult on each other on our projects in order to coordinate events, launches, concerts, etc. Besides, Jérôme Noetinger and I are great friends, both working for the same ideals, in similar complementary ways.

--------------------------------------------

ND: Many of the composers you have released, with the exception of a few, are not very well known, even within certain circles of people who listen to experimental music. It takes a long time for people to become aware of certain artists. Does this ever frustrate you?

JFD: No, being “not well known” is the norm in electroacoustic music. It is more demanding in terms of promotion (not only do I have to promote the existence of the disc, I have to promote the existence of that “musical genre” and of that one “composer”) but is absolutely normal. How many artists are well known in the circles of truly experimental music?

--------------------------------------------

ND: Are there certain books or publications you could recommend to people who would be interested in knowing more about this kind of music, and the history of it?

JFD: Yes, but most of them are in French at this time. Books by authors, and most time composers, Michel Chion, François Bayle, the late Pierre Schaeffer; The LIEN collection directed by Annette Vande Gorne, and a few issues by Francis Dhomont. Simon Emmerson (UK) wrote a book 20 years ago and updated it a few years ago. Joel Chadabe (USA) recently wrote a book on electronic music which I have not seen yet. Most of the English books I know of were written over 15 years ago. But I am not a good person to ask.

--------------------------------------------

ND: Electroacoustic music is usually very stereophonically dynamic and emphasizes changing environments and abrupt changes in sound sources. AMM’s Keith Rowe said “the key to understanding this music is to consider it “cinema for the ear” (this is the title for Metamkine’s 3” CD series).

JFD: The term “Cinéma pour l’oreille” has been around for many years now; I can’t trace its source though. It is also a term used by Robert Normandeau (from the intro of his Tangram CD): “the quintessence of my work during 1990-93, and exemplify the perspective which I’d embraced during that period: cinema for the ear. Basically, this consists of seeking inspiration outside of the musical context, specially in the work of cinema. Themes are inspired directly from the titles; once elaborated, they then underlie the work, becoming axes around which the composition takes shape. They serve as landmarks for the listener exploring these unheard-of spaces.”

--------------------------------------------

ND: The manner in which this sort of music is “performed” seems very appropriate to the music’s character. Is performance what the composer has most in mind when at work in the studio?

JFD: Of course two (maybe more) answers are possible here. I think that composers, while composing, keep in mind that their music will be mostly heard: 1) on the radio — stereophonic sound; 2) in concert — with a sound projection system using 12, 16, or 24+ loudspeakers; 3) at home — via the compact disc — stereo sound. Some pieces work well in the concert space only, other in the living room only. Many work well in both settings. But I would say that many composers work with sound, with its texture, its position in space, its movement in space. Thus, the concert is where their music can take the full spectrum.

--------------------------------------------

ND: Also, please describe the setting for these performances and the means in which the music is played.

JFD: The loudspeakers are placed in the room, many in front, some on the side, some in the back, some above, some in the audience. The master tape (stereo), via the console’s faders, may feed each speaker independently. The “sound projectionist,” using those faders, “performs” the piece by sending the sounds to different speakers, thus moving the sound in space, but also in colors (since the loudspeakers are different models, “sounding” differently.) Projectionists usually make “diffusion” scores, rehearse the pieces in each space — adapting the movement/color ideas to specific sound system installation, and perform “live” from the center of the room, and of the audience.

--------------------------------------------

ND: Do these artists ever perform instruments live at such events?

JFD: There are three main kinds of electroacoustics: musique concrète, acousmatic music, tape music… (these are piece for loudspeakers only); mixed works…(these are for instrument(s) and tape); and live pieces, interactive music… (these are all live). It is also important to note that for some (mostly in the USA) electroacoustic is not a musical genre, but descriptive (such as “piano music” or “symphonic music”); for others it is a genre, a different approach to composition. So to answer your question, yes.

--------------------------------------------

ND: Relatively few works in the French electroacoustic tradition are readily available.

JFD: By available you mean “in my local record shop.” Specialized music is available via specialized networks. France electroacoustic music is available on more than 60 CDs. There is basically one French label: Cinéma pour l’oreille. The GRM is a studio and has an important collection of CDs. The GMEB, with its competition, has also an important CD catalog. Most French studios have their own “in-house” label (all are available, by mail, via METAMKINE).

--------------------------------------------

ND: Which works are thought to exemplify excellence in this medium? (What works do you find personally inspiring?)

JFD: Well, as a CD label director, I try to present, in varied styles, excellence. Naming is excluding, forgetting and reductionist, and I am not very good at it. There are many, many important works; some are already available on CD, many are not. But I can dive in and say that the work of French composers François Bayle, Francis Dhomont, Michel Chion, Bernard Parmegiani are “important.” Many other composers — from other countries — are also important: Åke Parmerud, Gilles Gobeil, and Jonty Harrison, but that’s only seven names.

--------------------------------------------

ND: The vast majority of “20th Century” compositions that are available are for instrumentations typical of traditional classical music. Your label has tended to emphasis studio “tape music”-style works. Do you feel that there is a importance in distinguishing between the two mediums?

JFD: Yes. While mixed works and live works are extensions of the instrumental musical language, studio pieces (tape, musique concrète) may be radically different, a new approach to sound art and sound composition. This is why I was referring to the difference in the meaning of the term electroacoustic earlier. For the label I tend to focus on the work that has a footing in the sonic world rather than in the instrumental world.

--------------------------------------------

ND: You mentioned earlier that tape music in the USA has a bad name. There does exist a resentment among many private enthusiasts of experimental music here toward the products of academia, often due to the fact that self-taught artists are usually ignored in academic circles (literature, festivals, etc.) How do you view composers who have been involved mostly in a University system versus those in the underground?

JFD: To me, if the music sounds good, it sounds good. While most composers come out of schools, as most filmmakers come out of schools, electroacoustic music composers do also. They have access to instruments, to knowledge, and to masters there. Why not go? But this does not mean that what comes out “sounds good” to me. Where composers come from is (to an extent) their personal life. If their music is good (to my subjective self) then that is what matters. Today, with the technology, many musicians are doing a kind of “live” tape music (so to speak) using found sounds, changing and transforming them and “pasting” them together (composition.) Some do it within the rock music genre, some in the industrial music genre… some in the form of concert music (thus less “popular” thus “less known” thus “more difficult” thus “reserved to the few” thus “elite” — I do not believe this at all but that is the general thinking here…) or even the more abstract form of musique concrète (to use one of its many names.)

--------------------------------------------

ND: Is it true that electroacoustic music is almost always produced in the studios of Universities?

JFD: Well, this is not accurate. The music from the universities might be more visible (via the network of conferences, festivals and competitions), but most music in Québec is made in composers’ personal studios; most music made in France is made in (state funded) local studios, for example.

--------------------------------------------

ND: Did all of your label’s artists come to electroacoustic music by way of classical music study in a University setting?

JFD: Most have been associated with institutions (this includes universities — mostly in the anglo-saxon world, the conservatories — mostly in the French world, and structures — mostly state funded) but not all: Christian Calon and Randall Smith have not, for instance.

--------------------------------------------

ND: Would you say that most such composers are interested in classical music?

JFD: Many only work in electroacoustics.

--------------------------------------------

ND: Is electroacoustic music seen as a form of expression tied to traditional themes to the extent that classical music is (with Western literature, religion, mythology, etc.)?

JFD: Human beings’ expression is tied to human beings’ lives.

--------------------------------------------

ND: I find it fascinating that on many of your label’s releases (and similar labels) are works that had gone long unheard by willing enthusiasts — works buried in a University archives for many years, if not decades. Why do you think that these original works were never individually released? Do University policies prevent private release of works from their studios?

JFD: Once again I am swapping the word “university” for “institution.” Economics is one: In the 70s, a few commercial record labels have released LPs of (specialized) music (Subotnik, Parmegiani). Most of these were not commercially viable enough for the major labels to continue. Another reason: Producing and recording is quite easy, distributing is quite difficult. The compact disc and the home digital studio have changed the economics of production. What remains is the economics of distribution. My positions via the old debate of institutions versus the public is that it is an old debate, while superficially founded in many cases; it is irrelevant down deep. I do know that the whole funding agencies are based on institutional relationships; and I think that this is why there is so many bad feelings about government supported art. There are fewer bad feelings about government supported chemical industries. Last note: we — I, but also the CEC and most of the European community — tend to write the word ‘electroacoustic’ in one word, making it a unified genre, rather than a combination of things.

blogue@press-241_5 press@241_5
1 May 1997
By Dwight Loop in Earwaves (USA), May 1, 1997

Text

“… outstanding computer and electronic music.”

empreintes DIGITALes, the superb Canadian-based label, has released more outstanding computer and electronic music. Jon Appleton’s Contes de la mémoire is a compilation of works from one of electronic music pioneer’s of the 1960s. Robert Normandeau Tangram finds the Montréal composer’s work dense and abstract, much like a Chinese puzzle in hyper-space. German-born Hildegard Westerkamp’s Transformations is an environmental musique, concrete-inspired CD that is magnificent in its treatment of natural sounds transformed into musical statement. Her use of a slowed-down sound of a raven in Beneath the Forest Floor, turning it into a rhythm instnument, is brilliant and haunting.

blogue@press-240 press@240
20 January 1996
By François Tousignant in Le Devoir (Québec), January 20, 1996

Text

“C’est la maison empreintes DIGITALes qui mène encore le bal…”

Encore une fois, je m’excuse pour l’emploi de ce terme générique que plusieurs compositeurs utilisant autre chose que des instruments réfutent ou transforment. Je compte sur leur tolérance pour la non-uniformité du vocabulaire.

C’est la maison empreintes DIGITALes qui mène encore le bal, avec son producteur Jean-François Denis qui, lui, n’a pas froid aux yeux. Une bonne quinzaine de titres à paraître. Des compositeurs d’Europe, notamment Michèle Bokanowski et Hildegard Westerkamp (dont j’attends avec frénésie les résultats de son «écologie sonore»), et, choses à suivre tant par les adeptes que les curieux et les sceptiques, un disque consacré à des œuvres du Montréalais Stéphane Roy et un autre d’un de ses maîtres - un maître en soi -, la réédition sur CD de Sous le regard d’un soleil noir de Francis Dhomont. Entre parenthèses, il paraîtrait qu’une suite à cette œuvre soit en phase de réalisation et qu’on puisse l’éditer vers la fin de l’année. Rêvons et envoyons plein de «vibrations positives» au compositeur.

blogue@press-209_4 press@209_4
1 July 1995
By Daniel Feist in SOCAN, Paroles & Musique #2:7 (Canada), July 1, 1995

Text

“… qui aurait pu croire qu’il est aussi chef de file en musique électroacoustique?”

Le Canada est célèbre pour son hockey, ses Rocheuses et son saumon rouge, ses recherches en médecine et ses films d’animation, et même pour sa technologie de l’ère de l’espace. De quoi étre fier!

Mais qui aurait pu croire qu’il est aussi chef de file en musique électroacoustique? La plupart des Canadiens, selon toute vraisemblance, ne connaissent même pas ce style de musique.

Cela n’empêche pas Francis Dhomont, Robert Normandeau et Gilles Gobeil, du Québec, Barry Truax et Paul Dolden, de Vancouver, et Bruno Degazio, de Toronto, de faire partie d’un groupe grandissant de compositeurs de musique électroacoustique canadiens acclamés partout dans le monde.

«Le Canada joue un rôle unique dans le domaine de l’électroacoustique, affirme le compositeur torontois Al Mattes. Il suffit de consulter la liste des lauréats des principaux prix qui sont remis tous les ans à Bourges, en France.»

Cofondateur il y a deux décennies de l’avant-gardiste Music Gallery de Toronto, Mattes est actuellement président de la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC), le seul groupe de soutien pancanadien pour les obsédés sonores. Fait révélateur, l’adhésion à la CÉC a presque doublé depuis deux ans.

«Je crois qu’il serait légitime d’affirmer que la musique électroacoustique a été inventée au Canada, dit Mattes. Il existe plusieurs souches différentes, naturellement, mais l’idée du contrôle du voltage est véritablement issue de l’œuvre de Hugh Le Caine

Le Caine (1914-1977) était une personne extraordinaire et il n’est donc guère surprenant que le prix de la composition de musique électroacoustique de la SOCAN, remis annuellement, porte son nom. En tant que directeur du Laboratoire de musique électronique du Conseil national de recherches à Ottawa au début des années 40, Le Caine était habité par la motivation de créer des instruments et des sons nouveaux. Certaines de ses plus remarquables inventions, tels la saqueboute et le générateur de structures sonores sérielles, furent des précurseurs des synthétiseurs d’aujourd’hui.

On doit aussi à Le Caine d’avoir jeté les fondations des premiers studios électroacoustiques d’importance au Canada, d’abord à l’Université de Toronto et ensuite à l’Université McGill de Montréal. Les départements de musique des universités de toutes les régions du Canada constituent depuis un environnement fertile pour l’univers effervescent de l’électroacoustique. Maintenant à la retraite, des pionniers comme Istvan Anhalt (Université Queen’s) et Otto Joachim (qui a son propre studio depuis le milieu des années 50), ont été suivis par des compositeurs tels Gustav Ciamaga (Université de Toronto), alcides lanza (McGill) et Jean Piché (Université de Montréal).

La CÉC compte environ 250 membres dans ses rangs, mais selon l’administrateur Ian Chuprun, «le nombre d’électroacousticiens qui ne sont pas membres est beaucoup plus élevé. La culture pop a commencé à faire davantage appel aux techniques électroacoustiques dans tous les secteurs — à la télévision, au cinéma, dans la publicité — et l’ensemble de ce domaine est du même coup devenu plus accessible.»

Kevin Austin, de l’Université Concordia à Montréal, abonde dans le même sens: «Nous ne parlons pas de musique au sens traditionnel. Dans une large mesure, il s’agit d’une exploitation du son sans l’intervention directe des notions de hauteur et de rythme telles que nous les comprenons. Mais il est beaucoup plus facile d’apprécier la musique électroacoustique maintenant qu’à l’époque où elle faisait ses premiers pas, étant donné que plusieurs des sons utilisés ne sont plus perçus comme étant très inhabituels.»

Très actif dans les milieux de la musique électroacoustique depuis plus de 25 ans, Austin a mis sur pied l’ensemble MetaMusic en 1972, ainsi que le Groupe électroacoustique de Concordia en 1982. Il a aussi joué un rôle déterminant dans la création de la CÉC en 1986.

«Dans les années 50, la transformation d’un son pouvait prendre des semaines, déclare Austin. De nos jours, il suffit d’utiliser un générateur et de raccorder une résonance vocale à l’attaque d’une guitare, et bingo! vous venez de créer un nouveau son.»

L’un des compositeurs de musique électroacoustique les plus en vue du Canada, Paul Dolden, ne partage pas cette vision des choses: «Je n’aime pas du tout le mot électroacoustique. Je préférerais dire que je suis un compositeur faisant appel à la technologie. Ce que je fais, c’est de la musique orchestrale embellie. J’aime les notes, cela est indéniable. Je suis peu intéressé aux soi-disant ‘objets sonores’ et je déteste les sons synthétisés. Mais comme je travaille sur bande et qu’aucune de mes œuvres ne peut être exécutée en direct, je suppose qu’on peut classer le tout dans la catégorie ‘musique électroacoustique’. Mais je crois sincèrement que nous n’avons pas besoin de ce terme.»

Ces jours-ci, Dolden s’est enrichi de 10 000 $ en remportant l’un des deux Prix de composition musicale Jean A. Chalmers, l’autre étant allé à Jean-François Denis. Ce dernier enseigne [de 1985 à 1989] les rudiments de la musique électroacoustique à l’Université Concordia, et son prix lui a été remis afin de souligner sa contribution à titre de présentateur de concerts, d’éditeur et de fondateur d’empreintes DIGITALes, une étiquette de disques accumulant les succès. Quant à Dolden, c’est sa composition L’ivresse de la vitesse qui a retenu l’attention du jury.

«Cela consiste en 400 pistes d’instruments acoustiques, explique Dolden. Vous devriez voir la partition. Elle contient des millions de notes! Ce que j’ai fait, essentiellement, c’est réduire cinq symphonies à une durée de 15 minutes. Le but visé était d’accélérer la musique au point d’en arriver à un état d’ivresse.»

Le mois dernier, Dolden a présenté sa récente œuvre en première dans le cadre d’un concert de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) à Montréal. «Je l’ai appelée The Heart Tears itself Apart with the Power of its own Muscle. Resonance #3, précise-t-il. «La portion sur bande fait appel à une grande quantité d’artefacts de la culture pop. C’est du rock pour intellectuels.»

À l’autre antipode de l’univers électroacoustique se trouve Barry Truax, de l’Université Simon Fraser. Compositeur et académicien influent depuis le début des années 70, il a reçu, grâce à sa pièce Riverrun, ie très convoité Prix Magisterium à Bourges, où se tient le plus prestigieux concours de musique électroacoustique au monde.

«Jadis il y avait la musique sur bande, la musique électronique et la musique informatique, se souvient Truax. Il y avait des regroupements distincts qui mettaient l’accent sur les technologies. Les trois factions entretenaient peu de rapports. Mais les barrières se sont mises à tomber, notamment en raison de la différence entre l’analogique et le numérique.»

Truax doit sa réputation à son travail dans le domaine de la musique assistée par ordinateur, et il fut l’un des premiers à programmer ses propres logiciels. «Cela était nécessaire dans les années 70, dit-il. De nos jours, c’est devenu un inconvénient.»

Le compositeur de la côte ouest travaille actuellement à exécuter une importante commande pour le compte de la International Computer Music Conference, qui aura lieu au début de septembre. Cet événement annuel marquant s’est tenu à Copenhague l’année dernière et à Tokyo en 1993. Cette année, c’est Banff, Alberta, qui en sera l’hôte.

Les expérimentations acoustiques de la compositrice vancouveroise Hildegard Westerkamp, une associée de longue date de Truax, ont toujours porté sur les sons environnementaux. «Il m’arrive souvent de concilier l’écologie et la composition sonore, explique-t-elle. J’espère donner la première d’une nouvelle pièce à l’ISEA95 Montréal (Symposium international des arts électroniques) en septembre à Montréal.»

Récemment revenue d’un symposium de deux semaines sur les sons, organisé par l’Akademie der Kunste à Berlin, Westerkamp est l’éditrice du Soundscape Newsletter, l’organe officiel du World Forum for Acoustic Ecology. «Le médium électroacoustique est tellement fascinant. Je trouve dommage qu’il y ait si peu de femmes qui s’y intéressent. Je crois que la technologie représente l’obstacle majeur. Méme si cela ne décourage pas tout le monde, il y a aussi le contexte plutôt difficile lié au domaine qui peut parfois aussi rebuter certaines personnes.»

Le cas de Bruno Degazio, un compositeur et concepteur de sons chevronné de Toronto, illustre bien ce point de vue: «Actuellement je travaille à l’aide d’un contrôleur d’instruments à vent WX7 et d’un VL1 de Yamaha. Le VL1 est un synthétiseur de modélisation physique qui réagit comme un instrument de musique lorsqu’on en joue. C’est la voie de l’avenir.»

Cette année, Degazio est engagé à plein temps dans des projets de films IMAX. Parmi ses récentes œuvres, on retrouve d’impressionnantes trames sonores dont celles de Titanica, The Last Buffalo et The Fires of Kuwait, un documentaire mis en nomination aux Oscars.

Comme cela se produit dans nombre d’autres domaines, l’électroacoustique se conçoit différemment au Québec. Beaucoup de compositeurs québécois ont été profondément influencés par l’école de la musique concrète en France, qui s’attarde surtout à étudier la manipulation électronique d’«objets sonores» plutôt que les sons crcés électroniquement. Par conséquent, leur approche créative tend à être différente.

L’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), mise sur pied par Yves Daoust et Marcelle Deschênes en 1978, est l’un des regroupements importants de la province. Bon nombre de compositeurs remarquables lui sont affiliés, dont Alain Thibault, Robert Normandeau et Gilles Gobeil, qui ont tous remporté plusieurs prix internationaux. Gobeil a pour sa part décroché le deuxième prix au Ars Electronica, un festival présenté en Autriche.

«Le milieu est en pleine effervescence à l’heure actuelle, dit Gobeil. Plusieurs changements sont survenus et je suis particulièrement heureux de voir que nous commençons à communiquer davantage et à écouter les œuvres de nos collègues.»

L’étiquette empreintes DIGITALes de Jean-François Denis permet de mesurer l’ampleur de ces déblocages. «Notre catalogue contient maintenant 24 compacts et, oui, il y a un marché pour eux! Je ne me contente pas de fabriquer ces disques. je les vends aussi!» insiste Denis. Je ne suis pas surpris non plus par le potentiel de la musique électroacoustique, étant donné qu’il y a beaucoup d’artistes sensibles qui ont opté pour ce genre.

Pour obtenir un aperçu du talent de ces musiciens, on peut écouter DISContact! II, une compilation récente de 51 œuvres de membres de la CÉC. Bien qu’aucune des pièces ne dure plus de trois minutes, plusieurs d’entre elles témoignent d’un développement d’idées acoustiques sortant de l’ordinaire.

blogue@press-190_01 press@190_01
1 July 1995
By Daniel Feist in SOCAN, Words & Music #2:7 (Canada), July 1, 1995

Text

“… could you have guessed we lead the way in electroacoustic music?”

Canada is famous for hockey, the Rockies and sockeye salmon, medical research and film animation, even space age technology. There is reason to be proud.

But could you have guessed we lead the way in electroacoustic music? Odds are, most Canadians don’t even know what it is.

Yet Francis Dhomont, Robert Normandeau and Gilles Gobeil from Quebec, Barry Truax and Paul Dolden from Vancouver, and Toronto’s Bruno Degazio are counted among a growing number of internationally acclaimed Canadian electroacoustic composers.

“Canada occupies a unique place in the area of electroacoustics,” says Toronto composer Al Mattes. “You just have to see who wins the major prizes each year at Bourges in France and other important events. Canadians are always up there near the top.”

Mattes, who co-founded Toronto’s avant-garde Music Gallery two decades ago, is current president of the Canadian Electroacoustic Community (CEC), the country’s only coast-to-coast support group for the sonically obsessed. Significantly, membership in the CEC has almost doubled in the last two years.

“I think you could make a legitimate claim that electroaccustic music was invented in Canada,” says Mattes. “There are a number of different roots of course, but the idea of voltage control really comes from Hugh Le Caine’s work.” Le Caine (1914-1977) was an extraordinary figure and it’s no wonder SOCAN Foundation’s annual electroacoustic composition award, one of five categories in the society’s Awards for Young Composers, bears his name. As director of the Electronic Music Laboratory at the National Research Council in Ottawa dating back to the 1940s, Le Caine was driven by an urge to create new instruments and sounds. A number of the inventor/composer’s remarkable instruments, such as the Sackbut and the Serial Sound Structure Generator, were precursors of today’s synthesizers. Le Caine also laid the foundations for Canada’s earliest important electroacoustic studios, first at the University of Toronto and later at Montréal’s McGill University. Ever since, music departments in universities across the country have been a fertile environment for the burgeoning electroacoustic scene. Now-retired pioneers like Istvan Anhalt (Queen’s University) and Otto Joachim (who has had his own private studio since the mid-1950s) have been followed by the likes of Gustav Ciamaga (University of Toronto), alcides lanza (McGill), and Jean Piché (Université de Montréal).

The CEC has about 250 members but, according to administrator Ian Chuprun, “there’s a much larger number of electroacoustic composers who aren’t members yet. Pop culture has started to use more electroacoustic techniques all over the place — in television, in film, in commercials — and that has made the whole field more accessible.”

Kevin Austin of Concordia University in Montréal agrees: “This is not music in the traditional sense. A large part of it is the use of sound without direct reference to pitch and rhythm as we’ve come to understand it. But electroacoustic music is much easier to appreciate now than when it was first developing, because many of the sounds are no longer perceived as being so different. We’ve grown accustomed to sounds being ‘morphed’.”

Austin, actively involved in the electroacoustic scene for more than 25 years, founded the MetaMusic ensemble in 1972 and the Concordia Electroacoustic Composers’ Group in 1982. He was the driving force behind the creation of the CEC in 1986.

While the media have made electroacoustic ideas more accessible from an audience point of view, technology has made the process more approachable from a composer’s perspective.

“To ‘morph’ a sound in the ’50s might have taken weeks of computer time,” Austin says. “Today, you can sit down with a sampler, attach a vocal resonance to the attack of a guitar, and presto, you have a new sound.”

One of Canada’s top electroacoustic composers, Paul Dolden has a different point of view: “I just don’t like the word ‘electroacoustics.’ I would prefer to say I’m a composer who uses technology. My work is basically glorified orchestral music. The fact is, I like notes. I’m not much interested in so-called ‘sound objects’ and I hate synthesized sounds. However, since I do work on tape and none of my pieces can be performed live, I suppose it can all be classified as electroacoustic. But I just don’t think we need the term.”

Today Dolden is $10,000 richer, having just won one of two Jean A. Chalmers Musical Composition Awards, along with Montréal’s Jean-François Denis. Denis, who taught electroacoustic music at Concordia University [in 1985-89], captured his $10,000 award for his valuable work as a concert presenter and editor, and for launching the successful record label empreintes DIGITALes. Dolden was recognized for his composition L’ivresse de la vitesse (“Intoxication by Speed”).

“It’s 400 tracks of all acoustic instruments,” Dolden explains. “You should see the score. There are millions of notes! Basically what I’ve done is reduce five symphonies down to 15 minutes. The idea was to speed up music to the point of intoxication.”

Last month, Dolden premiered his latest work at a concert presented by the Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) in Montréal. “I called it The Heart Tears itself Apart with the Power of its own Muscle. Resonance #3. It’s a piece for string orchestra and tape. The tape part uses a lot of pop culture artifacts. It’s a rocker for intellectuals.”

At the other end of the electroacoustic scene, in Vancouver, is Barry Truax of Simon Fraser University. He has been an influential electroacoustic academic and composer since the early ’70s. Two years ago, on the strength of his piece Riverrun, Truax was awarded the coveted Magisterium Prize at Bourges, the most prestigious electroacoustic festival competition in the world.

“In the old days, there was tape music, electronic music and computer music,” Truax recalls. “They were separate communities with an emphasis on the technologies. The three groups didn’t really interact a lot. Eventually, the barriers started coming down and you can certainly point to a breakdown in the difference between analogue and digital as a factor.”

Truax is acclaimed for his work in the area of computer-assisted music, and was among the first to program his own software. “That was a necessity in the ’70s,” he says. “Today it’s just an inconvenience.”

The composer is currently at work on a major commission for the annual International Computer Music Conference in early September. The event was staged in Copenhagen last year and in Tokyo in 1993; this year it will be held in Banff, Alta.

A long time Truax associate is Vancouver composer Hildegard Westerkamp, whose acoustic explorations have always focused on environmental sounds. “A lot of the time I am walking the edge between sound ecology and sound composition,” she says. “I’m hoping to premiere a new piece at ISEA (the International Symposium for Electronic Arts) in Montréal in September.”

Westerkamp, who recently returned from a two-week sound symposium organized by the Akademie der Kunste in Berlin, is editor of The Soundscape Newsletter, official voice of the World Forum for Acoustic Ecology. “The electroacoustic medium is so fascinating,” she says. “I find it unfortunate that so few women are in the field. I think the big stumbling block is the technology. It doesn’t discourage everyone, but the circumstances can be quite difficult.”

Just ask Bruno Degazio. “Right now I’m working with a WX7 wind controller and a Yamaha VL1,” says the accomplished sound designer and composer from Toronto. “The VL1 is a physical modeling synthesizer that plays and feels like a musical instrument. It’s the way of the future.”

This year, Degazio is booked solid on IMAX film projects. His recent work includes impressive soundtracks to Titanica, The Last Buffalo and the Oscar-nominated documentary The Fires of Kuwait.

As it is in many other areas, the electroacoustic scene in Quebec is distinct. Many Québécois composers have been profoundly influenced by the school of “musique concrète” in France, which focussed on the electronic manipulation of “sound objects” rather than on electronically created sounds. As a result, their entire creative approach tends to be different.

A key organization in Quebec is the Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), established by Yves Daoust and Marcelle Deschênes in 1978. A string of outstanding composers have been affiliated with ACREQ. Among them are Alain Thibault, Robert Normandeau and Gilles Gobeil, all of whom have won numerous international awards. Gobeil recently captured second prize at Ars Electronica, a festival in Austria.

“The scene is very stimulating right now,” Gobeil reports. “There have been a lot of changes and what I especially like is that we’re starting to communicate more and listen to each other’s work.”

One proof of that is Jean-François Denis’s label empreintes DIGITALes. “Right now we have 24 CDs on our label and yes, there’s an audience for it! I don’t just make these CDs, I sell them too,” Denis insists. “I’m not surprised by the potential of electroacoustic music either, because there are many sensitive artists working within the field.”

To get a measure of the electroaoustic talent that is out there, curious ears can explore DISContact! II, a recent compilation of 51 works on two CDs by members of the CEC. Though each piece lasts just three minutes or less, the development of acoustic ideas is often extraordinary.

blogue@press-190 press@190
8 December 1994
By Dominique Olivier in Voir (Québec), December 8, 1994

Text

“… une véritable bombe dans l’univers discographique québécois.”

La musique électroacoustique, vous connaissez? Pour la découvrir, une étiquette québécoise qui s’y consacre à temps plein et qui vient de lancer sept nouveaux titres: empreintes DIGITALes.

L’automne dernier, l’étiquette montréalaise consacrée exclusivement à la musique électroacoustique, baptisée empreintes DIGITALes, sortait d’un seul coup sept nouveaux titres, une véritable bombe dans l’univers discographique québécois. On y découvrait en même temps une nouvelle formule, les “compact-compacts”, enregistrements d’une durée moindre et vendus à la moitié du prix des disques réguliers. Quatre compacts-compacts faisaient alors surface, consacrés à Roxanne Turcotte (Amore), Wende Bartley (Claire-voie), Mario Rodrigue (Alchimie) et Randall Smith (L’oreille voit). Les trois autres titres, dont deux sont des albums doubles, sont consacrés à Gilles Gobeil avec La mécanique des ruptures — qui constitue l’œuvre électroacoustique complète du compositeur à ce jour —, à Robert Normandeau avec Tangram et à Paul Dolden avec L’Ivresse de la vitesse.

Cette moisson étonnante de compositions électroacoustiques peut surprendre celui qui ne connaît pas la grande vitalité et l’extrême qualité de ce mode de création musicale au Québec. Jean-François Denis, grand manitou et directeur artistique d’empreintes DIGITALes, avait depuis longtemps senti la nécessité de faire connaître ces œuvres au public, par le biais d’une étiquette spécialisée.

Le projet initial d’empreintes DIGITALes date de 1989: alors professeur d’électro à l’Université Concordia, Jean-François Denis partageait son bureau avec Kevin Austin, électroacousticien lui aussi. Austin gardait dans son bureau près de sept cents bandes qui constituaient une magnétothèque imposante. Après en avoir fait un catalogue, Denis a cru qu’il ne fallait pas en rester là. «Je me suis dit c’est un peu débile d’avoir toute cette musique ici, qui ne soit finalement pas vraiment disponible. Les Québécois et les Canadiens gagnaient des prix internationaux sans arrêt, et c’était impossible d’entendre ces œuvres-là autrement que lors de leur unique diffusion radio, ou en concert, à l’occasion. Il fallait trouver un moyen pour que ces œuvres-là vivent plus longtemps. C’est ce qui m’a stimulé, et j’ai travaillé en collaboration avec Claude Schryer jusqu’en 1991. Depuis, je suis seul maître à bord, et c’est moi qui décide.»

Cela implique que Jean-François Denis participe à de nombreux festivals à travers le monde; écoute une quantité inouïe de bandes, reçues par la poste; et rencontre bon nombre de compositeurs. Son credo, c’est le respect des créateurs auxquels il confie le soin de concevoir un disque. «Ce qui m’intéresse maintenant, ce sont les disques à un seul compositeur. L’électroacoustique est vraiment une expression bien contrôlée. On ne peut pas présenter plusieurs univers sur un même enregistrement. Je voyage énormément, je suis exposé à beaucoup de musique, je rencontre beaucoup de créateurs; et ce qui me guide, c’est le grand respect que j’ai pour eux. Quand, par exemple, je parle avec un compositeur, qu’il me fait écouter ses œuvres et qu’il m’en parle un peu, je lui donne tout de suite carte blanche pour programmer un disque. Je respecte beaucoup ce que le compositeur perçoit dans sa musique, les agencements qu’il veut fabriquer. Quand, pour moi, ça ne va pas du tout, on en parle évidemment, mais je choisis plutôt les compositeurs que les œuvres.»

Compositeur lui-même, Denis a bien sûr sa propre opinion sur la manière de faire des disques de musique électroacoustique. Par exemple, il s’oriente de plus en plus vers de la musique conçue pour être écoutée dans un salon, sur support compact. «Je trouve que le produit disque est un produit très spécial. On met un soin immense à programmer un concert; pour faire un disque, il faut faire la même chose, penser à ce qu’est un disque, que c’est destiné à être écouté à la maison, en aveugle. Et je trouve que les musiques mixtes et les musiques en direct enregistrées et mises sur compact pour écoute dans un salon, ça ne marche pas.»

La réussite d’empreintes DIGITALes est étonnante. Mille cinq cents à deux mille exemplaires de chaque titres vendus, à un rythme de quatre ou cinq productions par année, en moyenne. Les compositeurs qu’endisque cette compagnie continuent de se mériter des prix internationaux, comme Gilles Gobeil, qui remportait récemment — après la parution de La mécanique des ruptures —, le Prix du festival de Stockholm. L’année qui vient promet encore de nouveaux enregistrements intéressants: entre autres des disques d’œuvres de Patrick Ascione, de Philippe Le Goff et de Michel Chion, trois compositeurs français. À suivre…

AVIS: Le texte reproduit ici est extrait du site de Voir et est protégé par la Loi sur le droit d’auteur du Canada. © Communications Voir Inc, 1994

blogue@press-183 press@183
1 December 1994
By Rick MacMillan in SOCAN, Paroles & Musique #1:11 (Canada), December 1, 1994

Text

L’étiquette empreintes DIGITALes vient de lancer sept disques compacts d’œuvres canadiennes dont plusieurs ont remporté des prix internationaux. Ces nouveautés comportent quatre disques COMPACT-COMPACT (nouvelle série de disques d’environ 40 minutes qui proposent des découvertes électro) de Roxanne Turcotte, Mario Rodrigue, Wende Bartley et Randall Smith, deux coffrets doubles de Paul Dolden et Robert Normandeau et l’œuvre intégrale de Gilles Gobeil, La mécanique des ruptures. Les disques sont disponibles chez les disquaires et chez DIFFUSION i MéDIA.

blogue@press-179_5 press@179_5
1 September 1994
By Luca Isabella in Deep Listenings #1 (Italy), September 1, 1994

Text

“Daring music: empreintes DIGITALes”

Nell’ambito della musica sperimentale é veramente difficile presentare proposte musicali senza in qualche modo spendere almeno due parole sullo casa discografica, l’arganizzazione o la persona che si occupa della loro promozione. Penso che ciò sia inevitabile poichè, in certi ambiti artistici, pubblicare opere, promuovere manifestazioni e così via (anche portare avonti riviste come Deep Listenings) é veramente opera ardua, in cui solo una forte passione per I arte permeHe di superare tutte le difficoltà legate al fatto che si traHa comunque di aHività che non creano “valore aggiunto” monetizzabile, pur richiedendo fatica e dedizione.

Ciò vale anche per noi, non professionisti, che scriviamo quattro righe per il piacere di condividere con altri la passione per manifestazioni artistiche non rispondenti alla sensibilità della maggioranza delle persone. Tutta questa premessa, forse non necessaria, per introdurre una collezione di piccoli capolavori di musica elettroacustica edita dall’etichetta canodese empreintes DIGITALes, che probabilmente molti di voi già conosceranno. L’etichetta fa capo ad un’organizzaziane di Montréal chiamata DIFFUSION i MéDIA, legata al Banff Centre for Arts della stessa ciHà. Tale centro si occupa della promozione di artisti canodesi, ma non solo, legati al mondo più o meno accademico e dediti alla “liberazione del suono,” come mi piace chiomare un certo modo di giocare can i suoni, con la collaborazione dell’Art Council canadese.

I direttori artistici, i due musicisti canadesi Claude Schryer e Jean-François Denis, hanno curato in modo egregio la scelta degli artisti e delle proposte, creando in qualche anna una collezione di daring music veramente eccezionale, senza cadute di tono. Passando al contenuto, si può senz’altro affermare che, parafrasando John Cage, in questa musica dissonanze e rumori sono i benvenuti, ma benvenuto é anche l’accordo di settima di dominante, ”se capita che sipresenti.”

Siamo pertanto ben lontani dal rumorismo fine a sè stesso di certi “industrial heroes,” che spesso hanno il merito di distruggere il contenuto melodico, fonte di molti pregiudizi e dell’eccessivo “sentimentalismo” che caratterizza buona parte della musica attuale, ma poche volte vanna oltre questo aspetto per cosi dire “distruffivo”, rimanendo intrappolati nello stesso coos prodotto (e in certi casi, vorrei aggiungere, nascondendo una sostanziale povertà di idee, complici le nuove tecnologie) o del fatto di essere “alternativi” le quindi si ritorna nel sentimentalismo di cui sopra, sotto forma di protagonismol. Vale pertanto la pena di precisare che siamo qui di fronte a Musicisti, nel vero senso del termine. Il che non vuol dire virtuosi di qualche strumento musicale, oppure cultori del pentagramma (anche se nella maggiar parte dei casi si tratta di studiosi anche degli aspetti tecnici della musical, bensi di ricercatori, che dedicano tempo e fatica lalcuni brani sono realizzati nell’arco di anni) nella definizione di strutture sonore di elevata complessità strutturale e compositiva.

blogue@press-175_501 press@175_501
18 June 1994
By Andrew Jones in The Gazette (Québec), June 18, 1994

Text

“It has the possibility to tell us how to better hear our world.”

In the early-music debate currently all the rage in the classical world, learned musicologists are asking themselves how Mozart’s music should sound played on period instruments instead of modern ones.

If we reverse the concept, however, we arrive at an even more interesting question: What would Béla Bartók’s music have sounded like if he had had access to a modern recording studio?

The result would probably sound a lot like electroacoustic music.

Electroacoustic music is an abstract compositional form that was born in the recording studios of France’s national radio network during the 1940s.

Composers like Pierre Schaeffer realized that everyday sounds — a ticking clock, thunderstorms or even crashing Concordes — could be recorded and organized into “music” through tape techniques, in much the same way that Béla Bartók wove the folk music he recorded on wax discs into his own compositions.

Bad reputation

Like Bartók, electroacoustic music is a highly structured, tactile music reflecting the texture and rhythm of everyday sounds in our acoustic environment, only the recording studio is the main instrument rather than the piano or violin. Many of the techniques pioneered in electroacoustic music are commonplace in today’s urban pop music, from the sampling and sound collages of hip-hop DJs like Hank Shocklee to the inventive remixing of dub reggae.

Yet for years electroacoustic music itself has suffered a reputation as New Age’s inner-city cousin: a tedious, chaotic collision of found sound and synthesizer squawking that did no more to put our acoustic environment into perspective than a ride uptown on the subway.

Alain Thibault is trying to change all that. A composer in his own right, Thibault is also artistic director of Quebec’s flagship electroacoustic organization, the Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), which celebrates 15 years at the vanguard of new music exploration tomorrow at Redpath Hall.

The 37-year-old Quebec City native believes that to reach new audiences, electroacoustic music needs to come out of the studio.

”I have no interest in being a purist,” says Thibault. “More and more we see a crossover between musical genres, and what I’ve been trying to do with ACREQ is get electroacoustic music out of the contemporary music closet. I want to make it more alive, more accessible, without any artistic compromise.”

With this in mind, Thibault designed ACREQ’s current season as a multi-media affair.

Recital well received

The Dangerous Kitchen, an electroacoustic homage of Frank Zappa’s work that Thibault and Walter Boudreau staged last October, was an unqualified success. Electro Radio Days, broadcast in December, was an intriguing crosscountry checkup of radiophonic art. And there is still a buzz in the air about last month’s well-received recital by the hip Kronos Quartet.

The 15th-anniversary celebrations will feature performances both inside and outside Redpath Hall by a baker’s dozen of Québec composers who got their start with ACREQ, including Yves Daoust, Jean Piché and Bruce Pennycook. Many of the works involve pairing a live performer, such as a guitarist, pianist, harmonica player or dancer, with a computer.

”I’m interested in electroacoustic music that involves live performance,” says Thibault. “We now have the technology for extraordinary interaction; the tools are so much more sophisticated. But I don’t believe in putting the performer behind the technology. The lights should be on the performers, not the speakers.”

The wide scope of styles and influences that ACREQ has showcased over the years is a reflection of the diverse pool of electroacoustic talent that has settled in Quebec. While the music has long flourished in Canada, Québec has proven to be its hothouse.

Part of this has to do with the high quality of musical education here. McGill, Université de Montréal and Concordia all have state-of-the-art recording studios and new music departments. On the air, both the English and French CBC support the music through programs such as Brave New Waves, Two New Hours, Musique actuelle, and Chants Magnétiques.

”There is something that is very unique to Québec,” says Jean-François Denis, composer and major domo of empreintes DIGITALes, a record label devoted to the genre. “We take pretentious music out of the concert hall and put it into people’s hands in bars, on the radio, on the street. By doing that it becomes much more accessible. Heard this way, electroacoustic music can be as fun to listen to as musique actuelle.”

Denis has released 16 full-length CDs so far, and his catalogue encompasses composers drawn to both the American and European schools of electroacoustic thought. The former is influenced by technology and minimalism, the latter is more esoteric and dreamlike. The goal ot both schools, however, remains the same: to open our ears to the world of music we often tune out.

Music think tank

“Electroacoustics is an innovative medium,” says composer Claude Schryer of the Canadian Electroacoustic Community, a new music think-tank with its headquarters in Montréal.

“It has the possibility to tell us how to better hear our world. It can tell you how acoustic environments work, how they affect you, how you can improve them, how important silence is.

”The whole spectrum is exciting when you think about it.”

blogue@press-175 press@175
23 April 1994
By Carol Bergeron in Le Devoir (Québec), April 23, 1994

Text

“… ces trois musiciens reflètent le rayonnement international qu’en très peu de temps et par un souci exemplaire de qualité, l’éditeur montréalais a su donner à son entreprise.”

Deux concerts acousmatiques présentés par le compositeur Francis Dhomont et le Cercle de Composition de la Faculté de musique de l’Université de Montréal rassembleront des musiques de Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Slovaquie, Suède et du Québec, dimanche à 13h00 et à 20h30 à la Faculté de musique de l’avenue Vincent-d’Indy.

Attardons-nous donc un instant sur cette musique en prenant pour acquis qu’il n’est plus nécessaire de définir le terme acousmatique, considérant que l’électroacoustique qui l’englobe, couvre un secteur de la musique contemporaine qui n’a cessé de se développer depuis sa naissance vers la fin des années quarante.

Pour reprendre la pensée du compositeur belge Annette Vande Gorne, l’émergence de ce nouveau mode d’expression témoigne que certains artistes ont fait un choix: plutôt que d’opter pour un «retour au passé, à ses formes et consonances», ils ont préféré le risque d’une «projection vers le futur», ils ont parié sur des technologies nouvelles qui les ont orientés vers la mise en forme d’un langage mieux adapté à leur sensibilité. Près d’un demi siècle plus tard, l’électroacoustique a en quelque sorte engendré des musiques acousmatiques, concrètes, mixtes, électroniques, interactives, écologiques etc.

Une des plus importantes caractéristiques de l’électroacoustique est sans doute la suppression de l’intermédiaire entre le compositeur et l’auditeur. En fixant son travail sur une bande magnétique, l’électroacousticien ne dépend plus de l’interprète, ce traducteur qui risque de gauchir sa pensée. En principe, tout est réglé d’avance: le message et la manière de le dire. Dans ce cas, le disque laser, surtout à cause de la perfection de la technologie qu’il emploie, s’impose comme un outil exceptionnel de diffusion. Un outil unique par la qualité du lien qu’il permet entre le créateur et le mélomane.

Ainsi, les musiciens ont-ils rapidement compris qu’ils avaient tout intérêt à se faire connaitre par le disque numérique. Or, jusqu’à présent, le marché du disque classique ne s’est pas préoccupé avec un empressement comparable du secteur électroacoustique qu’il semble plutôt vouloir restreindre à la marginalité d’une circulation officieuse. C’est en vain, par exemple, que l’on fouille les guides du disque compact publiés chez Fayard, Plon et Robert Laffont. Il faut souvent se décarcasser pour acquérir tel disque paru en France, en Italie, en Hollande ou en Suède.

Enfin un catalogue

C’est donc pour répondre à un pressant besoin qu’un catalogue des musiques électroacoustiques vient d’être coédité en Europe par l’Ina-GRM (11, av. Président Kennedy, F 75786, Paris Codex 16, France) et Musiques & Recherches (Place de Ransbeck 3, B 1380 Ohain, Belgique) — c’est en communiquant à l’une de ces deux adresses que l’on pourra se le procurer sous forme imprimee ou sur disquette d’ordinateur. Quelque 1400 œuvres réparties sur plus de 250 DC. Y ont été répertoriées: par auteurs, les œuvres réalisées directement sur un support d’une part, et celles qui ont nécessité la participation d’interprètes d’autres part par éditeurs, reprenant le titre général du DC et sa référence — on y trouve également les adresses des éditeurs. Soit dit en passant, les productions canadienne et québécoise n’y ont pas été ignorées puisque les auteurs du catalogue se sont assurés de la collaboration de personnes ressources sur place.

Bien que récemment parus sous l’étiquette québécoise DIFFUSION i MéDIA, les disques de Michel Chion, Annette Vande Gorne et Serge Arcuri ont bel et bien été répertoriés dans le nouveau catalogue franco-belge. Respectivement de France, de Belgique et du Québec, ces trois musiciens reflètent le rayonnement international qu’en très peu de temps et par un souci exemplaire de qualité, l’éditeur montréalais a su donner à son entreprise. Et ici, la meilleure preuve de la confiance qu’il a su gagner auprès des musiciens vient sans doute de la présence même de Michel Chion, l’une des figures dominantes de la musique électroacoustique. Son Requiem avait d’abord été publié en France, dans la prestigieuse collection Ina-GRM (AM 689.05) en microsillon, après sa création en 1973.

Destinées à la bande magnétique les œuvres qui forment le programme de ces trois laser reflètent neanmoins des esthétiques fort différentes. Chion nous confronte à une fresque où le dérisoire rappelle à certain Jérôme Bosch. Vande Gorne dépeint une vision cosmique des éléments de la nature alors qu’Arcuri prête une oreille sensible aux bruits d’une nature et de microcosmes qu’il explore et qu’il invente.

blogue@press-173 press@173
1 January 1994
By Carol Bergeron in Le Devoir (Québec), January 1, 1994

Text

“… empreintes DIGITALes occupe avec une vitalité exemplaire le secteur de la musique électroacoustique…”

De la production discographique locale retenons deux étiquettes: empreintes DIGITALes, qui occupe avec une vitalité exemplaire le secteur de la musique électroacoustique, et Analekta qui travaille à l’élaboration d’un catalogue plus conservateur. Créée à Montréal, empreintes DIGITALes est maintenant distribuée avec un succès toujours croissant en Europe (notamment en France, en Angleterre et en Allemagne), aux États-Unis et au Japon.

Afin de répondre aux exigences du medium qu’il défend, l’éditeur ajoutera, dès le mois prochain une autre collection de disques de plus courte durée (environ 40 minutes); sous le nouveau nom de «compact-compact» seront ainsi publiés les compositeurs suivants: Mario Rodrigue (Alchimie, cinq pièces pour bande), Roxanne Turcotte (Amore, cinq pièces pour bande), Wende Bartley (Claire-voie, trois pièces pour bande et une pièce mixte), Randall Smith (L’oreille voit, cinq pièces pour bande).

À la liste d’empreintes DIGITALes viendront se greffer: Gilles Gobeil (La mécanique des ruptures, l’intégrale pour bande et 2 pièces mixtes), Robert Normandeau, son deuxième disque (Tangram, cinq pièces pour bande) et Paul Dolden (L’ivresse de la vitesse, coffret de deux DC, quatre pièces pour bande et cinq pièces mixtes).

blogue@press-168_6 press@168_6
11 January 1993
in Continuum (Québec), January 11, 1993

Text

Fondée en 1989 par deux musiciens, Jean-François Denis et Claude Schryer, l’étiquette empreintes DIGITALes se consacre entièrement à la diffusion de la musique électroacoustique. On ne pourrait vraiment qualifier les produits de cette compagnie d’auto-production puisque les deux fondateurs n’ont pas encore édité leur propre musique après sept parutions. Après seulement deux ans d’existence, le catalogue d’empreintes DIGITALes compte déjà sept titres, dont six ont déjà vendu pour plus de 2000 copies à travers le monde. Ce qui est inespéré pour une étiquette faisant la promotion d’une musique marginale .

blogue@press-146 press@146
1 September 1992
By Marc Bourreau in Crystal Infos (France), September 1, 1992

Text

La musique électroacoustique est née vers 1950, quelque part dans les stations de radio, «de la volonté de falre de la création radiophonique» explique Yves Daoust, compositeur québécois. Fragments de parole, émissions de radio, portes qui claquent, les bruits de la vie quotidienne fournissent le sème d’un nouvel art musical, où la note n’est plus qu’un vague souvenir, une réminiscence engloutie par le son, le matériau sonore. L’abstraction s’ouvre aux musiciens dans toute sa dimension et, pour la première fois dans l’histoire de la musique, un compositeur peut présenter à des auditeurs une œuvre telle qu’il l’a rêvée, telle qu’il l’a voulue, dans sa moindre nuance: «ce qu’on entend ne ressemble pas à ce qu’il a voulu, c’est ce qu’il a voulu» (Francis Dhomont). Le musicien va cueillir ses sons, comme un sculpteur choisit sa glaise, et transformer cette matière, la sculpter: lectures à l’endroit, lectures à l’envers, accélérations, décélérations, découpages, autant de traitements qui s’offrent au compositeur qui, confronté, dans ces premières heures, à une instrumentation encore rudimentaire, n’a plus que son imagination, son astuce et son sens du bricolage comme limites.

Le temps des bricolages solitaires laisse vite sa place à celui de la reconnaissance et des laboratoires de recherche. Pierre Schaeffer cree en 1958 le Groupe de Recherches Musicales (GRM) qui sera le premier organisme voué à l’électroacoustique. Rattaché à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) en 1975—ce qui lui fournira une stabilité affirmée-, le GRM poursuivra un double objectif de formation et de recherche. Parallèlement à ce développement institutionnel, l’électroacoustique bénéficie du développement des nouvelles technologies. L’avènement du numérique fournit de nouveaux outils aux compositeurs, leur donnant désormais accès à une véritable microscopie sonore. Quant au CD, il s’agit d’un «médium idéal pour la musique électroacoustique» (Jean-François Denis), ignorant les timites mécaniques des supports analoglques.

Pour certains compositeurs d’électroacoustique — ceux qui se rattachent à la musique concréte—, les notes, les hauteurs, n’existent plus en tant que telles. La musique ne s’articule plus autour d’elles mais autour du matériau sonore, élément de base d’un nouveau langage musical, souvent austère, souvent dramatique. Aussi François Bayle a-t-il introduit, pour se distinguer des musiques de notes qui se disent électroacoustiques (legitimement, car elles utilisent synthétiseurs et guitares électriques), la notion de musique acousmatique. Ce terme fait référence à Pythagore qui, parait-il, faisait cours à ses élèves en se dissimulant derrière un drap. Il espérait que son auditoire se concentrerait ainsi sur le seul contenu de son discours. L’expression “musique acousmatique” qualifiera, pour François Bayle, une musique qui «se tourne, se développe en salle, comme le cinéma…»

Pourquoi écouter de l’électro?

L’électroacoustique peut ennuyer, effrayer, effarer ou irriter. On peut-étre rebuté par un domaine musical qui se complait parfois dans l’exercice solitaire d’un art abscons et élitiste, à la limite du pédantisme, comme certains titres d’œuvres l’attestent (Palimpseste, Transits élémentaires 2, Métonymie ou le corps impossible, etc.). Mais c’est un peu le danger qui guette tout musicien qui voudrait aller jusqu’au bout de son art, explorer l’inexploré. Il n’y a plus de références possibles, la musique s’égrène sans filet, et parfois s’effondre, se liquéfie, plonge dans le gouffre de la suffisance, ou se perd dans des dédales sans issue, prenant une ampoule électrique pour l’astre solaire. Il ne s’agit pas d’écrire une chanson pop, porté par une tradition bien assise, mais de construire de nouveaux archipels sonores, sans références architecturales, d’explorer des lieux «qui n’auraient pas été entendus avant par aucun homme» (Robert Normandeau). L’ambition est grande. Voilà pourquoi l’électroacoustique est un art exigeant, autant pour le compositeur — menacé de se perdre à chaque instant — que pour l’auditeur — confronté à une musique qui ne s’inscrit dans aucune tradition musicale bien définie mais dévoile des univers improbables et inconnus.

D’ailieurs, faites écouter de l’électroacousbque à un oncle breton pour qui musique rime avec binIou, le résultat ne se fait pas attendre: «C’est de la musique, ça?». Pourtant, aprés plusieurs essais, une étincelle inattendue peut jaillir: «tlens, c’est joli, ça». Mais de toute façon, quelle importance? La musique, c’est surtout une histoire de vibrations. On vibre ou on ne vibre pas. Comme on aura toujours tendance à aimer ce que l’on connaît, ce qui nous est familier, l’électroacoustique risque d’en effaroucher plus d’un. Mais pour ceux qui ont aimé les voyages intérieurs des musiciens berlinois, la musique électroacoustique offre la possibilité de voyager encore, encore plus loin. Un critique musical québécois, pourtant particulièrement insensible à ce genre de musique rapporte, au sujet d’un concert d’électroacoustique: «Ma voisine n’a pas bougé d’un cheveu. Une vraie morte. Un auditeur a écouté couché par terre. Les jeunes qui étaient là y auraient sans doute passé la nuit entière. Ils “trippaient”…» Musique introspective, muslque dramatique, l’électroacoustique ne se laisse pas facilement approcher mais parfols, la patience est récompensé et, comme à la fln d’un film de Tarkovsky, on se dit qu’on a bien fait de rester jusqu’au bout, malgré l’aridité du propos et l’ennui qui parfois nous assaille. La récompense est à la hauteur de l’effort.

Présentation d’empreintes DIGITALes

empreintes DIGITALes est un label canadien voué à l’électroacoustique, créé en décembre 1989 par Jean-François Denis et Claude Schryer, et distribué par Crystal Lake. La musique est de qualité et présente un éventall assez large de l’électroacoustique: musique életro instrumentale, musique interactive et musique concréte. La suite de l’article présente le catalogue empreintes DIGITALes, à l’exception du disque Ligne de vie: récits électriques de Christian Calon, ainsi qu’une entrevue avec Jean-François Denis. Les avis restent personnels et, s’ils sont parfois négatifs, je tiens à souligner le mérite qu’il y aujourd’hui, selon moi, à expérimenter, à explorer d’autres mondes sonores, quand tant de musiciens se contentent de produire une musique sans originalité, vide d’émotion et de force mais conforme à un certain état de fait musical. Comme l’écrit Yves Daoust, «quel comportement étrange, en effet, condamnant à la solitude, quel décalage avec la réalité d’aujourd’hui, que de consacrer sa vie à la recherche d’un niveau de raffinement, de maîtrise de son art, de moins en moins communicable, lisible. Mais c’est peut-être le seul geste de liberté qui nous reste…»

blogue@press-138_001 press@138_001
1 September 1992
By Marc Bourreau in Crystal Infos (France), September 1, 1992

Text

“… nulle part il n’y avait l’intérêt, la conviction, de faire une série forte. Je me suis ainsi retrouvé à le faire moi-même.”

Marc Bourreau: Peux-tu me raconter comment a été créé le label empreintes DIGITALes?

Jean-François Denis: C’était un projet que j’avais depuis plusieurs années déjà. Quand je suis revenu à Montréal — j’ai étudié en Californie —, j’ai obtenu un poste en électroacoustique à l’Université Concordia. Là-bas j’ai fait beaucoup de choses. Entre autres, j’ai publié deux recueils, qui s’appellent Q/Résonance et qui sont des sortes de répertoires de la musique électroacoustique canadienne et un petit peu internationale aussi. Tout au long de mes quatre années d’enseignement, j’ai cueilli des œuvres pour les cours dans cette magnétothèque forte d’environ neuf cents œuvres. Les étudiants me demandaient souvent s’ils pouvaient obtenir copie de ces œuvres mais ce n’était pas possible, car il n’existait pas d’enregistrements commerciaux de ces musiques.

J’ai fondé aussi une association, la CÉC (Communauté électroacousaque canadienne), et, par le biais de cette association, j’ai rencontré pratiquement tous les compositeurs canadiens. J’ai entendu beaucoup de bonne musique. Je savais qu’il existait de bonnes pièces mais il n’y avait aucun réseau pour la distribuer. J’ai d’abord rencontré les dirigeants des principales étiquettes de disques à Montréal pour leur proposer de développer une série électroacoustique. Mais nulle part il n’y avait l’intérêt, la conviction, de faire une série forte. Je me suis ainsi retrouvé à le faire moi-même.

J’ai sondé les compositeurs pour savoir s’ils seraient intéressés d’être sur mon étiquette de disques et les réponses étaient très positives. En parlant avec les compositeurs, je me suis entretenu avec Claude Schryer et lui aussi avait un vœu similaire, alors on a co-fondé empreintes DIGITALes, en décembre 1989, il y a maintenant pratiquement deux ans. Mais ce n’est pas une association, c’est une étiquette privée.

MB: Quelle est l’idée de base du label, ta motivation? Diffuser les musiques électroacoustiques canadiennes?

JFD: Non, ça c’est par défaut. empreintes DIGITALes se limitera à l’électroacoustique, dans une définition assez large. Avec nos disques, on passe déjà de la musique électro-instrumentale, avec Alain Thibault, à la musique interactive et instrumentale avec Daniel Scheidt, en passant par la musique concrète, avec Christian Calon, Robert Normandeau et Francis Dhomont. Cela représente un spectre assez large. Les autres musiques sont bien servies par les autres étiquettes.

C’est par défaut que c’est canadien en ce moment parce que ça existe grâce aux subventions du Conseil des Arts du Canada et en particulier d’un programme développé par le Ministère fédéral des Communications, le PADES. On ne peut évidemment pas demander de subventions pour faire un disque d’un compositeur anglais ou néerlandais. Mais l’an prochain — bonne nouvelle! — il y aura un disque d’Annette Vande Gorne, une compositeure belge. On a aussi des projets avec Denis Smalley, au Royaume-Uni. Ça s’ouvre. Le disque Électro clips rassemble des compositeurs canadiens mais aussi américains et mexicains. Ce n’est donc pas spécialisé «canadien» mais, pour le futur immédiat, ce sera surtout canadien.

MB: Comment s’est fait le choix des musiciens à la création du label?

JFD: Puisque c’est une étiquette privée, Claude et moi avons discuté pour savoir qui nous voulions avoir sur notre label. Cela s’est fait comme ça. La musique que nous aimons.

MB: Et comment va évoluer le label?

JFD: Ce sera de plus en plus de la musique pour disques et non plus de la musique pour scène mise en disque, comme cela se fait traditionellement. Nous proposerons des produits disques. Des versions pour écoute dans le salon.

MB: Une attention particulière est clairement apportée à l’aspect visuel des disques que vous diffusez…

JFD: Oui, les disques que nous produisons ont un impact visuel évident. La raison en est qu’ils vont se retrouver en étalage avec d’autres disques en magasin. Il faut donner toute la force possible à la présentation pour que les disquaires aient le goût de les mettre en avant, de ne pas les mettre dans un coin dans les musiques «non classables» mais plutôt de leur faire une catégorie propre. C’est pour ça aussi qu’il y a eu trois disques sortis coup sur coup et huit disques en tout en deux ans. Il faut soutenir l’intérét chez le distributeur et chez les médias.

La conception graphique est très simple. C’est toujours la même présentation: le nom de l’album, du musicien, et, en fond, une empreinte digitale.

La démarche artistique est simple également: lorsque je monte un projet de disque, je demande au compositeur s’il a une préférence artistique visuelle, s’il y a une relation avec un peintre, un photographe. La plupart du temps, c’est oui. On va alors voir les artistes en question.

MB: Claude Schryer et toi êtes musiciens. Avez-vous une influence artistique, esthétique sur les disques sortant sous étiquette empreintes DIGITALes?

JFD: On n’a pas d’influence sur la musique comme telle. Notre seule influence se situe dans le choix d’un projet. Nous intervenons seulement lorsque la qualité de la bande n’est pas satisfaisante.

Quand je choisis d’appuyer la démarche artistique d’un compositeur, je lui donne carte blanche. Je fais confiance à l’intégrité de la personne, quels que soient ses choix artistiques. Mais si l’artiste arrive avec une bande peu satisfaisante d’un point de vue technique, par exemple si elle présente des clics, on retourne en studio nettoyer la bande.

MB: Les musiciens en électroacoustique semblent tous sortir du monde universitaire. N’y a-t-il pas un risque de perdre un peu sa spontanéité, de s’enfermer dans un dogmatisme?

JFD: L’histoire de l’électroacoustique est faite comme ça. C’est une musique qui s’enseigne dans les universités. Le Jazz aussi d’ailleurs. Sauf qu’on pratique le Jazz dans un contexte bien différent: on pratique le Jazz dans les bars, alors que l’électroacoustique est présentée en salle de concert.

On peut parler de ce qui est et de ce que ça devrait être. En ce moment l’électroacoustique est une musique de concert, ce qui la fait entrer dans une catégorie que l’on peut appeler universitaire ou académique si on veut, tout comme la musique instrumentale contemporaine. Ces musiques-là ont besoin d’un moyen pour exister. Dans un cas, c’est un ensemble, un orchestre, ce qui coûte très cher. Dans l’autre cas, c’est un studio avec des appareils qui coûtent aussi très cher. Les compositeurs sont le plus souvent des types pauvres. En restant étudiant le plus longtemps possible, on a accès, dans un cas, aux studios électroacoustiques des universités ou des conservatoires et, dans l’autre cas, à des étudiants instrumentistes. Il est possible de faire jouer ses pièces pour orchestre ou pour petit ensemble, et de les voir éventuellement reprises par les institutions. Maintenant, on peut dire que c’est bien ou que ce n’est pas bien, on peut dire que cela risque de devenir un genre de dogmatisme ou de la musique qui s’écoute. Libre aux personnes de tirer leurs propres conclusions.

Ma démarche est assez unique, même si elle l’est de moins en moins; mais elle reste très singulière pour les gens de mon âge. Je n’arrive pas du milieu musical. J’ai fait des études en communication, en média. J’ai pris un cours de son qui m’a amené à un cours d’électroacoustique. Après mon diplôme de premier cycle, je ne voulais pas travailler, ca ne m’intéressait vraiment pas. La manière de s’en sortir en Amérique du Nord, c’est de commencer une maîtrise. J’ai trouvé une école en Californie qui m’acceptait sans diplôme de premier cycle en musique et j’ai fait une maîtrise en électroacoustique. Je suis donc rentré dans le monde de la musique par la porte de derrière. Ma façon d’approcher la diffusion de cette musique, de la présenter, de la décrire, n’est vraiment pas universitaire, n’est vraiment pas académique. La musique que je pratique, quand j’en fait, est une musique en direct.

On retrouve également dans les différents cloisonnements musicaux qui existent, les musiques que l’on appelle ici actuelles, la musique nouvelle, la musique contemporaine, le Jazz, la pop. Tous ces milleux-là utilisent de plus en plus les mêmes instruments. On retrouve l’échantillonneur Akai S1000 partout, autant dans un orchestre de chambre que dans la pop évidemment ou en musique nouvelle, actuelle ou électroacoustique. On commence donc à partager les mêmes outils et l’approche de ces outils commence à être de plus en plus la même.

L’intérêt est différent. En musique instrumentale contemporaine, ce sera l’articulation des hauteurs et des rythmes, en musique actuelle, ce sera un genre d’utilisation en musique semi-improvisée — on l’appelle comme ca, c’est très injuste, mais c’est comme ca qu’on la classe — alors qu’en électroacoustique, ce sera vraiment l’exploration sonore pure, où les hauteurs et les rythmes sont secondaires. Donc un genre bâtard entre les musiques improvisées actuelles et les musiques de concert — la musique contemporaine en particulier. On est libéré des hauteurs mais on n’est pas encore assez libéré pour improviser totalement.

Le CD est une belle affaire pour la musique électroacoustique, parce qu’il s’agit du premier médium qui soit vraiment fidèle à la musique comme telle. On n’a pas besoin de compresser le son, de faire de concessions auditives. Le son est vraiment tout là. Pour moi, c’est vraiment le meilleur médium pour l’électroacoustlque.

MB: Je pense à l’itinéraire qu’a subit Steve Reich, à tous les problèmes qu’il a rencontrés parce qu’il ne voulait pas se plier à la doctrine de l’époque, le dodécaphonisme. Est-ce que cela existe en électroacoustique?

JFD: Non, il n’y a pas d’école acceptée et d’école non acceptée. La preuve est apportée par les concerts, où tous les styles de musique sont représentés. Il y a vraiment un genre de confusion des genres qui, selon moi, est très fertile. Les organismes de concert ne sont pas des organismes esthétiques mais plutôt des organisations administratives et tous les genres se mélangent. On ne s’en va pas vers un dogmatisme à outrance mais plutôt le contraire.

MB: Quelle est l’approche de la composition en musique électroacoustique, en particulier par rapport à la composition instrumentale classique?

JFD: Ce qui d’habitude est important en électroacoustique, c’est le son, la matière sonore. De manière générale, on part d’un son, donc du microcosme sonore, puis on développe des structures temporelles à partir de là. Alors que d’une facon générale, en musique instrumentale, c’est le contraire. On part de macro-structures, de principes de développement, d’articulations d’un ensemble de notes, d’un ensemble de timbres — d’orchestrations — et on développe cela dans le temps. On impose donc la macro-structure à ce que les musiciens vont finir par jouer. Alors qu’en électroacoustique, c’est le contraire. On impose à l’audition de la pièce, le fondement, le sème sonore comme tel. Ce sont deux approches très différentes. La plupart des pièces d’électroacoustique qui ne marchent pas, qui ne sont pas intéressantes, sont des pièces qui utilisent des structures d’organisation temporelle, et qui imposent ça sur des matières sonores trouvées.

En outre, j’ai l’impression que les compositeurs improvisent plus en musique électroacoustique qu’en musique instrumentale contemporaine. Quand je dis improviser, j’entends que le compositeur va prendre un son, le mettre sur une bande, le capter, le traiter, l’articuler, et à un moment donné, il va trouver — par improvisation, par expérimentation, par jeu avec la matière sonore — une forme qui l’intéressera. Il va la figer dans le temps et l’espace et ce sera utilisé pour une composition ultérieure ou pour l’élaboration d’une pièce précise. Je pense donc que le compositeur en électroacoustique fonctionne beaucoup plus par expérimentation, improvisation, par essais sur la matière sonore, jusqu’à ce qu’il y ait un résultat intéressant. Ce n’est pas une musique de laboratoire. C’est une musique faite d’expérimentations.

MB: Le compositeur se retrouve face à un océan sonore à explorer. N’y a-t-il pas risque qu’il se cantonne à un petit périmètre qu’il connait bien?

JFD: Certains compositeurs auront la facheuse tendance de s’écouter et de s’écouter encore…

MB: Je pense en particulier au disque Volt d’Alain Thibault. J’ai l’impression qu’il hésite à certains moments, qu’il n’ose pas — ou ne peut pas — aller au bout de ses idées…

JFD: Alain Thibault se situe à l’extrême de l’électroacoustique: l’électro-instrumentale. En fait il se situe aux limites de toutes les musiques, à la fois du Jazz, du pop et de l’électroacoustique. Il se situe dans une sorte de no man’s land musical. Des fois, ce n’est pas assez disco. Des fois, ce n’est pas assez pété… Mais Alain Thibault est une exception dans le catalogue d’empreintes DIGITALes. Si on prend plutôt Yves Daoust, Francis Dhomont, Robert Normandeau, Christian Calon ou Électro clips, là on retrouve plus la musique électroacoustique qui se fait en général. On va voir que les compositeurs ont leurs intérêts propres. Mais ce qui est commun à toutes les musiques, c’est l’articulation du son comme tel.

MB: Dans le dossier de presse, j’ai relevé une question désespérée d’un journaliste: «Que cherche la musique électroacoustique?» Y a-t-il un concept derrière tout ça? Comme montrer d’autres facettes de la réalité… Je pense en particulier à la musique d’Yves Daoust, ces bruits de la vie quotidienne parcourus d’accords de piano.

JFD: C’est un genre de poésie finalement. La poésie prend des mots qu’on pourrait utiliser dans la conversation mais les agence d’une façon qui évoque autre chose. La musique d’Yves Daoust est la plus proche de la poésie, à ce niveau-là, au niveau syntactique. Elle prend carrément des sons de la radio, des autos qui passent, des balançoires, des trucs qui nous rappellent des images sonores, pleines d’émotion puisqu’on vit ces choses là, qu’on a tous vécu les rapports de circulation à la radio, qu’on ait aimé ça ou pas, et lui refait, re-contextualise ces choses-là et en fait une sorte de ratatouille, de soupe — une nouvelle soupe — et ça évoque pleins de choses. D’ailleurs, son disque s’appelle Anecdotes Ce n’est pas un hasard.

Que cherche la musique électroacoustique? Je ne sais pas. La musique électroacoustique est un moyen, une forme. Chaque compositeur a ses bibites. Et chaque créateur va aller parler de certaines choses qui le préoccupent plus ou moins.

L’électroacoustique est plutôt rébarbative. Pourquoi? Parce qu’elle est moins connue. Il n’a rien de plus rébarbatif que Beethoven. Si on va en Afrique dans un endroit où ils n’ont jamais entendu Beethoven, et qu’on leur en fait écouter, ils vont s’ennuyer ferme. Mais c’est tellement commun que ça fait partie de notre culture. On nait avec ça. Dès le jour numéro deux de notre existence, on entend de la musique occidentale. Mais ce n’est pas inné! Pourtant on a tendance à dire que, ça, c’est de la vraie musique et que le reste ce n’en est pas, alors que c’est simplement ce qu’on a entendu.

L’électroacoustique, tout comme la musique balinaise, ou la raga indienne, est une forme d’expression peu connue et est traitée comme telle. On est un peu perdu en écoutant ça. Mais ce n’est certainement pas en disant que c’est une musique qui n’a ni queue ni tête que l’on pourra trouver qu’elle a en fait une queue et une tête. Les compositeurs d’électroacoustique travaillent et je crois que, pour la plupart d’entre eux, ce ne sont pas des charlatans. Ce ne sont pas des opportunistes. Ce sont vraiment des gens qui font un bon travail. il faut écouter un peu et donner sa chance à la musique. Se dire: «je vais aller au concert, je vais écouter la musique honnêtement». Les auditeurs vont finir par y trouver un intérêt, s’ils aiment ça…

Moi, je peux écouter du Madonna et trouver que finalement, je n’aime pas ça. Peut-être. Puis je vais écouter les Rita Mitsouko et je vais aimer ça. Il n’y a rien d’évident là dedans. Sans que quand j’écoute Madonna ou les Rita Mitsouko, j’ai trente ans de musique pop dans le corps et je suis capable de faire la différence. Je sais où aller écouter et quoi faire avec cette musique là. Alors que quand j’écoute de la raga indienne, des pièces qui peuvent durer six, sept, huit heures, au début, je suis perdu. Mais après en avoir écouté pendant deux, trois ans, je commence à avoir ma petite histoire personelle d’écoute de ces musiques-là.

L’électroacoustique rentre aussi dans les musiques pop, les Rita Mitsouto entre autres, parce que ces personnes-là utilisent les mêmes instruments et vont explorer le son de facon très intéressante. Mais — et là se situe la différence — l’électroacoustique se concentre sur cette seule exploration sonore, cette seule fête sonore.

Que cherche-t-elle? Elle ne cherche rien. Elle est. Elle existe. Chaque compositeur, chaque créateur, lui, cherche des choses. Et on peut s’intéresser à un artiste et son vocabulaire. Tout comme on peut prendre la peinture cubiste ou le pointillisme et faire la part entre les peintres qui sont intéressants et ceux qui sont “quétaines”. C’est juste une technique finalement.

Pour moi, l’électroacoustique est très intéressante parce que je ne suis pas un musicien. Je ne joue pas d’un instrument de musique. L’électroacoustique est un jeu sonore qui, d’une part, m’est accessible et, d’autre part, ne semble pas avoir trop de règles. C’est vraiment très ouvert. On peut faire ce qu’on veut avec l’électroacoustique. Ca ne veut pas dire que tout est permis. La merde, ca existe quand même et il y en a beaucoup évidemment. Mais l’électroacoustique ayant le moins de règles, est le genre de musique le plus ouvert qui soit. Si je voulais pratiquer un genre de Jazz ou un genre de pop ou d’autres musiques, je serais confronté à une tradition très forte. Le Jazz existe depuis cent ans et je m’inscris là-dedans si j’en fais. L’électroacoustique existe depuis quarante ans mais c’est tellement obscur et tellement ignoré qu’en fait ca n’existe pas encore vraiment. Je peux aller là-dedans et m’exprimer par ces moyens-là, par ces sons, aller y rechercher ma sensibilité, sans me faire chier avec des considérations académiques ou publiques. C’est vraiment très personnel comme médium d’expression.

MB: L’électroacoustique me paraît être un genre musical peu accessible et s’adresser à un public plutôt restreint. N’est-ce pas un problème pour les musiciens? En particulier au niveau du feedback…

JFD: Ca, c’est de moins en moins vrai, pour trois bonnes raisons dont deux me sont connues.

Maintenant les œuvres sont disponibles. Il y a deux ans, l’électroacoustique n’était pas disponible. Un amateur d’électro ou un créateur n’avait aucune façon d’obtenir les œuvres pour les écouter en privé. Maintenant empreintes DIGITALes vient corriger cet aspect-là et, avec les années, corrigera cette lacune de plus en plus. Il y a des projets pour l’an prochain et pour les deux ou trois années à venir. La musique sera donc de plus en plus accessible. Il y aura de plus en plus de personnes qui pourront y avoir accès. Il y aura de plus en plus de feedback.

Il y a aussi les concerts. Il y a une très belle initiative à Montréal — et ça, ça fait partie de ma philosophie personnelle, c’est de faire sortir l’électroacoustique de la salle de concert. Selon moi, la salle de concert est la pire chose qui soit pour l’électroacoustique, car cette musique n’a le plus souvent pas besoin d’une scène, n’a pas besoin de cette rigidité, de ce protocole qu’on emprunte à la musique instrumentale, à la musique institutionnelle, à l’orchestre. C’est en fait une invention de la période industrielle. Du temps de Mozart, les persomes dans le public se parlaient tout comme quand on fait du Jazz dans un bar, les spectateurs se parlent entre eux. Mais par une sorte d’institutionnalisation de la musique est né ce genre de protocole où l’on ne se parle plus: on écoute. Ce qui fait des concerts très “frett”. Je ne veux pas dire que les personnes doivent parler pendant les concerts. Mais si on fait un concert d’électroacoustique dans une salle comme ça, ça appelle un comportement qui est un petit peu rébarbatif. La belle initiative qui existe à Montréal depuis deux ans et demi, ce sont les concerts au Planétarium. Donc, un lieu qui n’est pas un lieu de concert mais qui est quand même un lieu où on va écouter — on ne s’en va pas là pour prendre une bière. Un lieu qui n’a pas de scène, pas d’endroit à regarder, où il n’y a rien à voir, sauf s’il y a des projections d’étoiles, et la musique est diffusée en projection sonore. C’est vraiment la meilleure chose pour l’électroacoustique, ce nouveau type de concert.

Ainsi il y a, d’une part, le disque qui te permet d’écouter les œuvres chez toi si ca te tente et d’autre part, les concerts qui n’ont pas lieu dans des salles de concert mais dans des lieux détournés, de nouveaux lieux, qui sont autant de nouvelles façons de présenter l’électroacoustique. Et la, il y a du public. Et même de plus en plus. Au départ il y avait cinquante personnes qui venaient ce qui était quand même beaucoup pour une musique si peu connue. Mais maintenant, au planétarium, il y a cent personnes qui viennent. Ce ne sont pas toujours les cent mêmes. On ne reconnait pas les personnes. Avant, c’était tous nos “chums”. Mais là, il y a des personnes que l’on ne connaît pas. On ne sait pas d’où elles viennent. Cela s’ouvre comme ça et empreintes DIGITALes n’est pas étranger à ce phénomène. Huit lancements de disque en deux ans, cela représente des événements, que ce soient des fêtes dans des bars ou des concerts de lancement. Cela génère beaucoup d’activités et il y a de plus en plus de gens qui trouvent que ce que nous faisons est intéressant. Alors que la musique, ce sont souvent des œuvres qui existaient il y a déjà quatre ans. Ce n’est pas que, soudainement, la musique soit meilleure. On en parle plus, c’est tout. Parce qu’empreintes DIGITALes joue le jeu de l’industrie du disque. On ne fait vraiment aucune concession à ce niveau là. On parle de nous dans les médias, d’une facon très “agressive”.

On est très présent. Il y a certaines personnes qui disent: «Tiens, ça se produit, allons voir, allons écouter», et puis ça se développe. C’est vraiment très très sain.

L’avantage d’empreintes DIGITALes et des concerts «Clair de terre», c’est que ce sont deux organismes qui n’ont pas encore beaucoup d’histoire. Il n’y pas encore de préjugés. Il n’y a pas de «Ah, c’est la “gang” à Boulez…» si on veut faire une référence parisienne, ou «C’est la gang du GRM à Radio-France…». Ce ne sont pas des organismes qui sont subventionnés par des grosses boîtes. Il y a donc peut-être un côté plus “musique de rue”, musique réelle. Ceux qui font de la musique nouvelle de Jazz vont dire qu’on est institutionnel, mais il y a encore ce côté très relax. Et je trouve ça très très sain.

MB: Le disque Électro clips, relève, j’ai l’impression, d’une même volonté de décloisonner l’électroacoustique.

JFD: Oui. La décloisonner, la sortir de la salle de concert, l’amener ailleurs, la faire entrer à la radio. Puisque ce sont des pièces de trois minutes, cela passe très bien à la radio, alors que les pièces de dix, quinze, vingt minutes, si elles sont diffusées, passent à minuit ou une heure du matin. Si on veut que l’électroacoustique soit connue, si on veut la faire entendre, il faut en passer pendant la soirée ou l’après-midi. C’était aussi lancer un défi à l’électroacoustique: est-ce que ça se peut des pièces sonores de trois minutes? Est-ce que ça peut être intéressant? Je pense que le succès du disque Électro clips est une bonne réponse: oui, on peut faire de bonnes pièces de trois minutes; oui, elles peuvent passer à la radio. Le disque Électro clips était numéro un à une radio communautaire de Vancouver. Communautaire et non pas commerciale évidemment. Mais numéro un, cela veut dire que c’était le disque le plus joué cette semaine-là. C’est vraiment hallucinant.

MB: Oui, cela a dû être hallucinant pour les auditeurs…

JFD: Oui… (rires): «oh non, pas encore ce disque-là!»

MB: Que penses-tu des musiques expérimentales plus “commerciales”? Des musiciens comme Brian Eno, Harold Budd ou Jon Hassell?

JFD: Ces musiques-là ont été très importantes pour moi, pour mon évolution musicale, car j’en ai beaucoup écouté à l’époque. Cela devait être à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt. Robert Fripp, avec ses “frippertronics”, c’était vraiment une nouvelle approche de la composition, dans la pop du moins, car la technique du “tape loop” [boucle] n’était pas nouvelle et celle de la répétition non plus. Cette approche a amené des pensées musicales moins occidentales ou moins évidentes dans un monde plutôt commercial.

On a tous écouté Brian Eno, Robert Fripp, Harold Budd ou Jon Hassell, toute cette gang qui était sur l’étiquette EG à l’époque. Ça a amené un vent frais dans les possibilités sonores, les possibilites musicales. Ces musiques-là resteront cependant des musiques de notes. L’électroacoustique va encore plus loin. On n’a plus de notes, on a juste les sons, les combinaisons sonores.

Mais ça a été un mouvement important pour tout le monde.

MB: Quels sont les projets du label?

JFD: empreintes DIGITALes a plusieurs projets à la banque.

Il y a un disque de Serge Arcuri, un compositeur de Montréal. Une œuvre pour instruments et bande, un peu comme Yves Daoust, mais une étape plus loin. Cela paraîtra vraisemblablement en novembre prochain.

Et il y a le disque d’Annette Vande Gorne, de Bruxelles. C’est un disque de musique électroacoustique pure, une pièce qui s’appelle Tao, et qui est en cinq mouvements.

Après ça, il y a les disques de courte durée. Il y a quatre compositeurs canadiens: Mario Rodrigue, Gilles Gobeil et Roxanne Turcotte de Montréal et Wende Bartley de Toronto. Ce sont des disques de courte durée et ça risque de prendre une ou deux fommes. Ce sera peut-être un CD de taille normale mais quarante minutes de musique. Mais il y a une autre idée qui m’intéresse beaucoup et qui m’intéressait déjà au début du développement de la série mais avait été abandonnée parce qu’il n’y avait aucune usine en Amérique du Nord qui le faisait: le mini-CD, sur lequel on peut enregistrer vingt et une minutes de musique. J’ai trouvé une usine en France, MPO, qui risque de relancer sa production de minis et une usine en Autriche, Sony DADC, qui le fait déjà. Ce projet se réalisera donc sous la forme soit d’un CD de quarante minutes, soit de deux mini-CDs de vingt et une minutes. Si c’est le mini qui est choisi, un grand nombre de disques seront édités, une douzaine, une vingtaine, car ça va être une nouvelle façon de présenter la musique. La raison pour laquelle j’hésite encore entre les deux est d’une part d’ordre technique — un problème de fabrication, comme je te l’ai expliqué — et d’autre part d’ordre commercial: un problème de marketing. Comment présenter ce nouveau produit? Si on fait des disques de courte durée, le gros disque de quarante minutes, le public, le consommateur, a tout le temps l’impression de s’être fait avoir. Même si le disque n’a coûté que sept dollars, tu le mets dans ton lecteur et la première chose que le lecteur t’annonce, c’est que — bingo! — tu as trente-sept minutes de musique. Alors tu penses tout de suite: «Merde, je me suis fait avoir…», même si tu n’as pas payé cher. Alors que si c’est un mini disque, c’est très clair que tu n’achètes pas beaucoup. Il ne coûte pas cher, mais, en plus, tu sais que tu ne peux pas avoir soizante-dix minutes de musique, c’est impossible.

Je tiens à n’avoir qu’un seul compositeur par disque. Il n’y a rien qui m’emmerde plus que les disques où il y a plusieurs compositeurs. Je préfère prendre un disque, le placer dans le lecteur et écouter l’œuvre d’un compositeur. J’ai toujours fait ça avec les musiques instrumentales et je continue à le faire avec les musiques électroacoustiques. Il y a certains compositeurs qui sont très bons mais qui n’ont pas soixante minutes de bonne musique. Alors, est-ce qu’il faut attendre un an, deux ans, quatre ans avant d’entendre leur musique? Moi, je pense que ce serait dommage. Gilles Gobeil est ainsi un compositeur qui est très peu prolifique. Il compose avec une lenteur catastrophique. Il n’a en ce moment que trente-deux minutes de musique. Sa musique est très bonne, Il faut l’écouter, il faut la mettre sur disque. Cette série-là va permettre d’accèder à un vaste répertoire de bonnes œuvres, à un coût vraiment ridicule.

MB: Des projets personnels?

JFD: J’ai deux commandes en ce moment. Une pièce pour une chorégraphe qui sera présentée au début février 92 à Montréal. Une autre commande pour un quatuor MIDI de Vancouver qui s’appelle More: deux contrôleurs à vent, une guitare MIDI et un clavier MIDI.

MB: Je te remercie.

Petit lexique québécois (approximatif): 1. quétaine: mauvais. 2. frett: froid. 3. chum (de l’américain): ami, pote. 4. gang: bande (a priori, de potes), nom féminin.

blogue@press-135 press@135
1 March 1992
By Martin Geoffroy in Continuum (Québec), March 1, 1992

Text

Jean-François Denis est un mélomane acharné, self-made man en dehors des conventions…”

La devise du directeur de la maison de disque empreintes DIGITALes, Jean-François Denis, est qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Le succès que remportent les entreprises de ce compositeur québécois en témoigne da façon éloquente.

Il y a seulement deux ans, Jean-François Denis fondait empreintes DIGITALes, une maison de disques entièrement consacrée à la production et à la diffusion de la musique électroacoustique. Entièrement dépendante de subventions, l’entreprise semblait suicidaire à prime abord, mais il fallait aussi prendre en considération qu’aucune autre compagnie de disques ne voulait investir dans l’électroacoustique. «Même des grosses compagnies comme Phillips ou Deutsche Grammophon n’étaient pas prêtes à mettre l’énergie et la qualité artistique nécessaires à une telle entreprise», souligne le directeur.

Deux ans plus tard, empreintes DIGITALes a mis sur le marché sept disques compacts qui sont distribués un peu partout à travers le monde. Le dernier succès de la compagnie remonte à octobre 91 alors que l’étiquette lançait un album double de Francis Dhomont, compositeur émérite et professeur à l’Université de Montréal, accompagné d’un somptueux livret explicatif de 200 pages.

Fort de ce succès, Jean-François Denis a déçidé de lancer l’étiquette SONARt, une maison de disques qui se voue exclusivement aux «musiques invisibles». Un premier disque consacré à des créations radiophoniques de Walter Boudreau et Michel-Georges Brégent sortira cette semaine. Selon Jean-Francois Denis, la musique invisible serait une musique instrumentale conçue exclusivement pour être écoutée sur haut-parleurs. La différence fondamentale avec l’électroacoustique (aussi une musique pour haut-parleurs) résiderait dans l’utilisation d’une instrumentation plus «classique». Par exemple, dans l’œuvre de Brégent, Atlantide, on retrouvera des chœurs, des instruments d’orchestre, une guitare électrique, des synthétiseurs et des instruments traditionnels de l’Ensemble Claude-Gervaise! Et que dire de Golgot(h)a, une œuvre de Walter Boudreau à laquelle le directeur de la SMCQ collaborera avec l’ineffable Raôul Duguay!

Avant de devenir directeur d’empreintes DIGITALes (et maintenant de SONARt), Jean-François Denis a fait une maîtrise en électroacoustique au Mills College aux États-Unis, il a ensuite travaillé en création sonore dans un théâtre de San Francisco et est finalement revenu à Montréal comme professeur à l’Université Concordia. Compositeur de grand talent, le directeur n’a pas encore endisqué ses compositions sur empreintes DIGITALes pour des questions d’éthique. «empreintes DIGITALes et SONARt, ce n’est pas de l’auto-production, ce sont des maisons d’édition qui cherchent avant tout à diffuser du matériel original, intègre et curieux», affirme l’artiste.

À l’automne, la prochaine voie que SONARt empruntera sera celle du théâtre avec l’adaptation discographique de la pièce de René-Daniel Dubois, Ne blâmez jamais les bédouins, mise en musique par Alain Thibault pour la soprano Pauline Vaillancourt. «Après, il y aura sans doute un volet cinéma, tout est permis», jubile le directeur. Jean-François Denis est un mélomane acharné, self-made man en dehors des conventions, il ne partage pas la vision de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), une vénérable institution un peu trop encadrée pour un indépendant tel que lui.

blogue@press-118 press@118
1 March 1992
By Francis Dhomont in Circuit #3:1 (Québec), March 1, 1992

Text

“… la qualité technique et le soin apporté à la présentation tant didactique qu’esthétique ou poétique sont irréprochables.”

Planètes ignorées, univers à découvrir, neuf disques compacts tournent déjà dans nos lecteurs: Calon, Normandeau, Thibault, Électro clips, Scheidt, Daoust sur étiquette empreintes DIGITALes et une Anthologie de la musique canadienne, consacrée à la musique électroacoustique.

Cela commence à se savoir, mais il n’est pas mauvais de le rappeler: l’expression «musique électroccoustique» devient, avec la prolifération des genres qu’elle recouvre, plus imprécise de jour en jour. Si, dans les années 1950 et 1960, elle renvoyait sans équivoque d’un courant de pensée — écoles concrète et électronique confondues — dont on peut dire, pour faire court, qu’il se démarquait des «musiques de notes,» et posait la question du fond en posant celle de la forme, il n’en va plus de méme aujourd’hui. En 1992, «électroacoustique» ne désigne assurément plus une quelconque tendance esthétique, mais, de façon à la fois plus pragmatique et plus vague, toutes sortes de produits sonores réalisés à l’aide des moyens qu’offre la technologie électroacoustique. Le terme est ainsi devenu progressivement l’auberge espagnole de toutes les manifestations sonores utilisant peu ou prou l’électronique. Il s’applique donc aussi bien aux instruments électrifiés de la musique populaire (guitares, boîtes à rythmes, etc.) qu’aux recherches d’organismes hautement spécialisés (Ina-GRM, IRCAM, MIT, instituts et universités, etc.), sans oublier, du côté de la lutherie, le célèbre synthétiseur DX7, les «échantillonneurs» ou le protocole MIDI et, du côté des genres, les œuvres dites acousmatiques, mixtes, interactives, électro-instrumentales, etc.

Les deux collections de disques compacts dont il sera question ici offrent un éventail très ouvert de styles et d’applications, témoignant ainsi de la vitalité du médium au Canada. Profusion stimulante mais qui rend le sujet de cette rubrique quelque peu pléthorique pour l’espace qui lui est alloué. Quand on saura, en effet, que ce sont… soixante-quatorze œuvres ou extraits qu’il faudrait commenter, on imaginera sans peine qu’il ait fallu faire des choix.

Coïncidence symbolique, et somme toute réconfortante, au moment où disparaît le service RCI (Radio-Canada International) après la réalisation d’une dernière Anthologie de la musique canadienne, surgit la toute jeune compagnie DIFFUSION i MéDIA dont la valeur semble ne pas vouloir attendre le nombre des années pour s’affirmer. Ceux qui connaissent le dynamisme de ses fondateurs, Jean-François Denis et Claude Schryer, ne s’en étonneront pas. Déjà cinq disques réalisés en moins de deux ans dont la qualité technique et le soin apporté à la présentation tant didactique qu’esthétique ou poétique sont irréprochables. Signe particulier — et assez rare pour étre souligné particulièrement — les compacts publiés par empreintes DIGITALes sont exclusivement consacrés au répertoire électroacoustique.

blogue@press-116_001 press@116_001
1 January 1992
By Alain De Filippis in Revue Notes #40 (France), January 1, 1992

Text

“… on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!”

La musique pour bande souffre encore de biens d’a prioris de la part de l’auditeur moyen. Une nouvelle génération de compositeurs vient bousculer les règles admises par l’intelligentsia, finis les verbiages et les cénacles, l’électroacoustique devient une expression qui s’assume enfin à part entière.

empreintes DIGITALes est un label qui vise à promouvoir des œuvres de qualité tout en leur assurant une diffusion réelle hors des milieux autorisés. Jean-François Denis, cofondateur du label, nous donne ici les raisons qui motivent cette politique dynamique et enthousiaste.

NOTES: Quelle est l’histoire d’empreintes DIGITALes et celle de DIFFUSION i MéDIA?

Jean-François Denis: C’est une longue histoire, ça commence par l’enseignement de l’électroacoustique à l’université Concordia à Montréal, ça se métamorphose avec la production d’une série de concerts puis la mise sur pied d’une association de compositeurs (la Communauté électroacoustique canadienne), la publication d’une revue d’information (Contact!) et le catalogage d’archives. À la base c’était: diffusion, documentation et communication. Pendant mon travail à l’université, on m’a souvent demandé des copies des pièces diffusées ou des renseignements pour acheter ces disques, évidement ceux-ci n’étaient pas disponibles. Alors je me suis dit qu’il était temps que cette musique soit disponible, de plus nos compositeurs gagnaient de nombreux prix internationaux.

Je suis allé faire le tour des étiquettes de disques existantes à Montréal pour connaître franchement leurs intentions, à savoir si elles étaient intéressées pour développer une série électroacoustique. Ces étiquettes étaient soit institutionnelles (Centredisques qui dépend du Centre de musique canadienne), soit de type coopératif comme Ambiances Magnétiques, les autres faisaient mal leur boulot (pas de promotion). Je voyais une nécessité à la diffusion de cette musique, il a fallu que je le fasse moi-même. Pendant plus d’un an j’en ai parlé à beaucoup de compositeurs, Claude Schryer a également manifesté son intention de mettre sur pied une étiquette de disques, au lieu de faire deux étiquettes parallèles, on a fondé DIFFUSION i MéDIA qui est un groupe de production d’arts médiatiques. La première activité fut l’inauguration d’empreintes DIGITALes.

NOTES: Qu’est-ce qui motive ce dynamisme dans la diffusion de cette musique ?

JFD: Ça c’est un jeu que j’ai décidé de jouer dès le début pour donner le plus de chances possibles à l’électroacoustique, c’était de jouer le jeu rock, le jeu de l’industrie.

NOTES: En général ces musiques restent plutôt confidentielles…

JFD: C’est tout à fait le contraire que je voulais faire, c’est à dire une diffusion réelle. Notre approche promotionnelle est très dure d’une certaine façon, on a des distributeurs absolument partout, on est hyper-généreux avec les copies promotionnelles (les médias sont tous couverts au Québec, à l’étranger ce sont surtout les médias spécialisés). Je ne voulais pas faire un ghetto de l’électro qui est déjà mal perçu du public, il faut sortir et intriguer le public. Celui-ci va voir des disques curieux comme Électro clips, qui est vraiment un drôle de truc pour de la musique sérieuse, des pièces de trois minutes au format pop c’est assez étrange! Les pochettes sont souvent très belles, les notes en français et en anglais et les disques sont emplis à capacité, c’est vraiment tout le contraire de l’étiquette perdante!

NOTES: Ce besoin de communication n’est-il pas le fait d’une tranche d’âge précise chez les compositeurs?

JFD: Ça serait intéressant d’aller vérifier! Il y a une grande différence entre les gens de 30 ans et les gens de 50 ans, et là c’est aussi mon histoire personnelle, je ne viens pas du monde de la musique, je viens d’ailleurs, je n’ai pas fait le conservatoire et je ne m’inscris pas dans une tradition. Pour l’autre génération, l’électro est une extension de la musique classique, presque tous les compositeurs ont étudié dans les conservatoires. Ils appellent ça musique «Électroacoustique», musique de «Sons fixés», «Musique concrète» ou «Acousmatique», il y a toujours le mot musique et, ceci dit sans méchanceté, il y a toujours un genre de prétention à être important, à être reconnu comme les compositeurs de musique classique. Ils essaient d’avoir la reconnaissance de leur pairs. Ce milieu s’est toujours offusqué de devoir faire sa propre promotion, le compositeur reste l’artiste très précieux, très fragile pour qui les médias c’est de la merde! Notre génération, c’est ce que je veux démontrer avec empreintes DIGITALes, c’est la génération des médias, du rock aussi, qui est un style musical très éclaté et aussi une machine promotionnelle qui a mis en place les réseaux de diffusion: les radios, les concerts en tant qu’événement divertissant, les magazines. L’industrie du pop a développé plein de mécanismes qui sont les mécanismes de communication les plus importants aujourd’hui. Il faut utiliser ces circuits d’information, on doit être responsable non seulement pour la composition, la qualité du travail mais aussi pour la qualité de présentation. On sait très bien que cette musique-là est peu connue, on doit jouer un rôle dans la production (concerts, disques, magazines), on doit s’impliquer pour être en mesure de mieux représenter ce que c’est en fait.

NOTES: Revenons à la Communauté électroacoustique canadienne, quel est son rôle?

JFD: La CÉC a été fondée car les autres organismes de musique contemporaine ne faisaient pas leur travail adéquatement. Au lieu de se battre contre les organismes en place, il était beaucoup plus efficace de fonder sa propre association de compositeurs (dans laquelle on trouve aussi des producteurs de concerts, des diffuseurs, des interprètes, des institutions et des médias). La CÉC a été crée en 1986 avec une centaine de membres fondateurs alors qu’on pensait être seulement une quinzaine! Ça montre la force et le besoin qu’il y avait! La principale activité était et reste la communication. Notre bulletin d’information étant bilingue, la CÉC est rapidement devenue une des associations nationales des plus actives, elle est également devenue membre de la CIME (Confédération internationale de musique électroacoustique) et notre participation aux réunions annuelles nous a permis d’être en contact avec toute la planète. Beaucoup de compositeurs étrangers sont devenus membres de la CÉC pour simplement recevoir l’information car il y avait là aussi un soucis d’ouverture, de non-compétitivité, et d’échange.

NOTES: Quels rapports entretenez-vous avec les organismes équivalent à l’étranger?

JFD: Il existe une vingtaine de fédérations nationales, le Sonic Arts Network en Angleterre et le SEAMUS aux États-Unis sont des structures très dynamiques, les autres sont moins actives mais tout autant existantes. En France il n’y en a pas, c’est curieux, c’est pourtant en France qu’à été fondée la CIME.

NOTES: Ici, il y a différents groupuscules mais chacun reste dans son coin…

JFD: C’est pas moi qui le dit! De mon point de vue d’étranger, j’ai un côté naïf dans tout ce que j’entreprends. Je ne peux pas comprendre la compétition puisqu’on est dans la même barque! Notre prochain disque sera une coproduction avec l’Ina-GRM et BVHAAST, cela montre en fait que tout est possible et qu’on peut conjuguer les efforts, les énergies, les passions individuelles ou régionales pour faire des miracles!

NOTES: Le travail que vous avez entrepris a t-il des retombés au niveau de l’ouverture vers un nouveau public?

JFD: Dans le court terme c’est l’évidence, il y a les initiés; dans le long terme par-contre il y a une ouverture fantastique! Sur la tournée Traces électro que j’ai organisé, nous sommes partis à 11 artistes pour 9 concerts à travers le Canada et cette tournée a eu des effets médiatiques importants et le public est venu. La première tournée a servi à défricher et à poser les graines, la prochaine servira à arroser, si le soleil se présente ça va peut-être pousser et on pourra peut-être récolter si on continue à avoir cette attitude de travail. J’ai appris récemment qu’une radio de Chicago utilise certaines pièces du disque Électro clips entre les émissions, une autre de Toronto a pris des extraits de clips comme indicatifs, alors là c’est l’infiltration, on va les avoir! C’est un peu comme la police secrète, la CIA, qui s’infiltre partout pour le bien-être du gouvernement, ici on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!

blogue@press-106 press@106
1 June 1991
By James Harley in Computer Music Journal #15:2 (USA), June 1, 1991

Text

“… the first pan-Canadian concert tour of electroacoustic music.”

Electro Traces took place from 22 February through 9 March, 1991, and was the first pan-Canadian concert tour of electroacoustic music. The tour was realized by the Montréal-based group DIFFUSION i MéDIA, who also produce the empreintes DIGITALes series of CDs, several of which have already been reviewed in the journal. The Electro Traces tour featured the work of several Canadian composers and performers, including works by Christian Calon, Robert Normandeau, Alain Thibault, Claude Schryer, Jean-François Denis, and Daniel Scheidt. Seven concerts were held in cities from Vancouver in the west to Quebec City in the east. A custom “sonic diffusion” system was designed for the tour for real-time spatialization of the performances using the “acousmatic” techniques pioneered by the GRM in Paris.

blogue@press-86 press@86
1 June 1991
By Sylvain-Claude Filion in SOCAN, Canadian Composer (Canada), June 1, 1991

Text

“… North America’s first independent electroacoustic label…”

In January 1990, Montréal composer and ex-Concordia University professor Jean-François Denis fulfilled a long dormant dream of creating a label devoted exclusively to electroacoustic music. Now 18 months later, empreintes DIGITALes (for “digital imprints” or “impressions”) has released six compact discs.

Denis and his partner Claude Schryer started North America’s first independent electroacoustic label to fill a perceived need: “We saw all these Canadian electroacoustic masterpieces that nobody could hear unless they were in the right town on the night of a concert,” Denis recalls. The company operates with substantial assistance from the Canada Council for the Arts: “Without them, we could hardly get involved in record production at all.”

The first six titles are Ligne de vie: récits électriques, devoted to works by Christian Calon; Lieux inouïs, featuring five works by Robert Normandeau; Volt, a group of eight works for MIDI piano, soprano, saxophone quartet and tape by Alain Thibault;

Électro clips, a collection of 25 electroacoustic “snapshots” by composers from various countries; Action/Réaction, featuring five interactive works by Vancouver’s Daniel Scheidt; and the newly released Anecdotes, a group of compositions by Yves Daoust.

empreintes DIGITALes releases are distributed by Scandinavian Record Import (SRI) of Peterborough, Ont., and through the Canadian Music Centre, as well as in France, the Benelux countries, Japan, the UK and the US. “Our manufacturer has just delivered the second pressing of our first discs; of which 1,000 copies had been made initially,” says Denis. “And Électro clips, released last November, sold out in six months.”

How would Denis classify electroacoustic music? “It’s hard to place it in a specific category. It’s music that puts the emphasis on timbre before anything else. Yet it’s not laboratory music: the final product is sophisticated.”

Denis is full of plans. He is currently working on a series of records of longer pieces to be sold as cheaply as possible. But he remains realistic: “Of course, the second pressing of our original recordings indicates a degree of profitability and could help me financially. But let’s face it, what we’re selling remains very much a fringe product.”

blogue@press-84_01 press@84_01
1 June 1991
By Sylvain-Claude Filion in SOCAN, Le Compositeur Canadien #2:3 (Canada), June 1, 1991

Text

“… la naissance d’empreintes DIGITALes n’est pas le fruit du hasard.”

Originaire de Montréal, d’esprit vif et dynamique, Jean-François Denis dorlote un bébé qui grandit très vite: l’étiquette empreintes DIGITALes, consacrée à la musique électroacoustique et lancée en janvier 1990.

Pour cet ex-enseignant de l’Université Concordia qui a été parfaire ses connaissances au Mills College de Californie, la naissance d’empreintes DIGITALes n’est pas le fruit du hasard. «L’intention était vieille, explique Denis, c’est un projet que j’avais depuis quelques années. Il a commencé à se concrétiser en août 1989 lors de l’obtention de nos premières bourses.»

Appuyé par le musicien Claude Schryer, Denis a créé l’étiquette pour combler un besoin. «II y avait des chefs-d’œuvre au Canada en musique électroacoustique et il n’y avait absolument aucun moyen de les entendre, sauf si le hasard nous plaçait dans la bonne ville un soir où se déroulait un concert.»

En créant leur propre étiquette, Denis et Schryer mettaient sur pied la première compagnie de disques indépendante de musique électroacoustique en Amérique du Nord. «Naturellement, on vit de subventions, s’il n’y en avait pas, on pourrait difficilement se lancer dans la production de disques», de préciser Denis. C’est pourquoi les six premiers albums mis sur le marché, grâce au Conseil des Arts du Canada, ne regroupent pratiquement que des artistes canadiens. «II y avait du rattrapage à faire, bien sûr, mais nous voulions aussi monter un catalogue assez rapidement, afin de mieux convaincre les distributeurs et les détaillants.» Les six albums sont: Ligne de vie: récits électriques, consacré à l’œuvre de Christian Calon; Lieux inouïs, qui regroupe cinq œuvres de Robert Normandeau; Volt d’Alain Thibault, qui réunit huit pièces pour piano MIDI, soprano, quatuor de saxophones et bande; Électro clips, un disque collectif qui comprend 25 pièces de compositeurs de divers pays durant chacune trois minutes; Action/Réaction, qui regroupe des œuvres interactives de Daniel Scheidt, de Vancouver, et Anecdotes, qui illustre les œuvres du compositeur Yves Daoust s’étalant sur plus de dix ans.

C’est la compagnie Scandinavian Record Import (SRI), basée à Peterborough (ON) et le Centre de musique canadienne qui distribuent les disques d’empreintes DIGITALes. Grâce à des contacts personnels, les disques sont aussi distribués en France, en Belgique, au Luxembourg, dans les Pays-Bas, au Japon, dans le Royaume-Uni et aux États-Unis. «Nous sentons un succès certain, affirme Denis, le fabriquant vient de nous livrer le second tirage de nos premiers disques, qui avaient été pressés à 1000 copies chacun. Électro clips, paru en novembre, était épuisé six mois à peine après sa sortie.»

Difficile de confiner la musique électroacoustique dans une case précise. «Pour moi, d’expliquer Denis, l’électroacoustique est une musique qui s’intéresse au timbre sonore avant tout. Une musique qui va au-delà de la matière sonore, en scrutant l’intérieur pour articuler ces timbres sonores. Mais ce n’est pas de la musique de laboratoire, le produit est décanté.»

Non seulement l’électroacoustique semble vouloir être de plus en plus accessible, mais elle décroche même des succès à la radio! Électro clips a été le #1 sur le «Top 40» de la station communautaire CITR de Vancouver. Radio-Canada fournit aussi un appui solide quant à la radiodiffusion.

Pour Jean-François Denis, le futur est chargé de projets. On élabore déjà une série de huit ou neuf disques qui ne comprendront que quelques pièces et qui seront diffusés à très bas prix. «C’est vrai que la réimpression de nos disques laisse entrevoir une rentabilité, et pourra renforcer notre autonomie, mais il ne faut pas se leurrer: on reste un produit hautement marginal.»

blogue@press-84 press@84
1 May 1991
By André Major in Son hi-fi vidéo (Québec), May 1, 1991

Text

“En fait ce label mérite beaucoup plus d’attention.”

Pour les compagnies de disques, la période des fêtes est synonyme de grande joie. Malheureusement, cette période de l’année ne fait pas que des heureux; plusieurs séries d’importance sont victimes de négligence «criminelle» et sont oubliées à la faveur d’artistes populaires qui, plus souvent qu’autrement, ne méritent pas autant de considération. Question de se faire bonne conscience, votre humble serviteur vous offre l’occasion de vous repentir et présente sans plus tarder trois séries dignes de mention.

[…]

empreintes DIGITALes

J’ai consacré une petite place à l’étiquette québécoise empreintes DIGITALes lors du dernier numéro. En fait ce label mérite beaucoup plus d’attention. Pour faire une longue histoire courte, je me suis familiarisé avec les gens du label empreintes DIGITALes lors du festival Montréal Musiques Actuelles (New Music America) de novembre dernier lors du lancement de l’album Électro clips. S’inspirant de la technique du vidéo-clip, chaque pièce est présentée sous la forme de vignettes de trois minutes; Électro clips est en ce sens l’album rêvé pour celui qui désire s’initier à la musique électroacoustique. Le plus récent album de cette série est Action/Réaction de Daniel Scheidt. La musique de Scheidt est très évoluée, elle donne à la voix humaine une place qui est trop souvent négligée par ce genre musical. J’aime beaucoup. Trois albums complètent cette série innovatrice, soit Ligne de vie: récits électriques de Christian Calon, un album réalisé dans la pure tradition électroacoustique, Lieux inouïs de Robert Normandeau qui est le médium parfait de la musique pour cinéma et enfin Volt d’Alain Thibault qui présente le compositeur le plus «branché» de cette ambitieuse maison. Le prochain album sous étiquette empreintes DIGITALes, Anecdotes, d’Yves Daoust, est prévu pour juin.

blogue@press-80 press@80
1 April 1991
By Ios Smolders in Vital #19 (Netherlands), April 1, 1991

Text

“… a series of compact discs with samples of the finest American electronic music of today.”

Montréal, Canada, is home base of DIFFUSION i MéDIA, an organization for the promotion of electroacoustic music that also runs empreintes DIGITALes. empreintes DIGITALes is a record label wich focuses its attention on electronic and electroacoustic music. It is run by composers Claude Schryer and Jean-François Denis.

DiM surveys the whole landscape of american electronic composition and picks out the finest results. In 1991 a newsletter will see the daylight, in wich the music, composers and performing artists of empreintes DIGITALes are presented in print. In 1990 they have released a series of compact disks with samples of the finest american electronic music of today.

blogue@press-75_001 press@75_001
1 April 1991
By Philippe Ménard in Spirale #105 (Québec), April 1, 1991

Text

“… une dynamique et d’une lisibilité qui rendent justice à ces œuvres si généreuses…”

Après avoir voulu produire à compte d’auteur mon disque les Contes électroniques en 1987 et m’être totalement cassé la gueule dans cet impitoyable marché, j’ai voulu rencontrer quelques-uns de ceux qui, malgré l’hostilité ambiante, continuent de faire de la production indépendante de disques et de cassettes. J’ai rencontré les représentants des trois jeunes étiquettes qui me paraissaient les plus dynamiques du côté des musiques marginales: Michel F Côté pour Ambiances magnétiques, Jean-François Denis et Claude Schryer pour empreintes DIGITALes et Pierre Moreau pour Zénobie.

Trois étiquettes pour trois créneaux musicaux presque exclusifs. Ambiances magnétiques pour les musiques populaires marginales, presque toujours à «beat», puise pour une large part dans la tradition de la musique improvisée, empruntant plusieurs de leurs traits musicaux tant au jazz qu’à l’écriture électroacoustique, mélangeant avec plaisir sons acoustiques et électroniques, naturels et culturels, forge dynamique d’un idiome hybride indissociable du concert ou de l’interprétation live. empreintes DIGITALes pour les musiques électroacoustiques savantes, musiques à trames comme les précédentes sont à beat, plus tenues, moins hachées, musiques très introspectives, psychologiques, promenades intérieures la plupart du temps dramatiques, pleines de surprises «catastrophiques» au détour des montages, musiques timbrales, colorées, très culturelles aussi par la présence et l’exploration de citations du répertoire, musiques selon un éventail qui va du style GRM (Groupe de recherches musicales de Paris) un peu académique à l’électropop sophistiqué. Enfin Zénobie, pour la musique de théâtre, musique d’application comme au cinéma, puisant ses traits évocateurs tant dans le répertoire du vingtième siècle que dans les idiomes jazzés, répétitifs, électroacoustiques, nouvel-âge même.

J’ai volontairement négligé toutes les étiquettes institutionnelles à vocation pédagogique. Elles sont nombreuses, car presque toutes les grandes écoles de musique de Montréal ont la leur. J’ai voulu m’intéresser aux jeunes créateurs/entrepreneurs indépendants, davantage investis dans la diffusion publique des œuvres enregistrées. Dans ce contexte, la seule étiquette qui manque vraiment à mon tableau de chasse est Amplitude, pour le créneau jazz.

Une première constatation générale: ces «labels» existent parce que, tels des drapeaux, ils flottent au-dessus de territoires inoccupés. À l’unanimité, on reconnaît qu’il n’y a pas de producteurs locaux pour ces musiques marginales, pas plus qu’il y a trois ans lorsqu’on me répondait: «Mon cher monsieur, Sylvie Tremblay n’a pas vendu 1000 copies de son dernier disque; quand on en aura écoulé 50 du vôtre, ce sera le grand max.» Dans les cas d’Ambiances magnétiques et de Zénobie, ce sont des expériences financièrement et humainement coûteuses avec d’autres producteurs qui ont conduit René Lussier, André Duchesne, Pierre Moreau à devenir producteurs. Ces musiciens ont donc occupé des territoires laissés libres. Et j’ai été agréablement surpris de constater avec quel respect mutuel chaque groupe s’est lancé dans la production, sans marcher dans les plates-bandes de l’autre.

Deuxième constatation: ces «labels» tiennent par la volonté opiniâtre de leurs initiateurs. Tous ces producteurs indépendants, regroupés en collectif ou non, reconnaissent être à la fois missionnaires et entrepreneurs. Missionnaires parce qu’ils savent très bien que, si elle est culturellement nécessaire, l’entreprise n’est pas à court terme financièrement rentable. Mais entrepreneurs tout de même, parce qu’il y a des produits et un marché pour ces produits, que ce marché se travaille comme une bonne terre, qu’il y a les médias à sensibiliser, des droits de médiatisation à toucher, des subventions et programmes d’emploi divers à exploiter, et peut-être même sur un titre ou deux, de l’argent à faire. Ces jeunes producteurs, dans tous les cas à la fois compositeurs et diffuseurs, devraient être les premiers visés par toute nouvelle politique culturelle de notre si vaillant ministère! lls devraient être les premiers à bénéficier de l’aide publique pour les services qu’ils rendent à notre culture nationale. L’actuelle ministre aux si négligées affaires culturelles devrait vite reconnâître et aider ces indispensables agents de diffusion musicale au Québec.

Troisième constatation: notre ministère québécois est honteusement absent de ces «affaires musicales». Si ces étiquettes existent et si les catalogues grossissent, c’est sans exception grâce au programme fédéral d’aide à l’enregistrement musical (PADES), administré soit directement par le ministère des Communications où il a vu le jour ou par le Conseil des Arts pour le volet «Musiques alternatives». Ce n’est pas sans intérêt de le mentionner à l’heure où notre ministère veut, dans la grande tourmente souverainiste, devenir seul «chef d’orchestre» des grandes œuvres culturelles.

Pour le créateur, avoir des musiques enregistrces en circulation publique, c’est augmenter ses revenus à la fois par les droits mécaniques et les droits de médiatisation (radio, télévision, cinéma, etc.); c’est augmenter son «audibilité», donc ses chances d’obtenir des contrats de nouvelles musiques, d’enrichir le répertoire; c’est sortir de l’anonymat pour participer ouvertement à l’édification d’une culture vivante.

Sauf pour Pierre Moreau (Zénobie), toutes les demandes d’aide adressées au Conseil des Arts l’ont été par les créateurs eux-mêmes, devenus pour l’occasion producteurs de leur propre musique. Ce ne sont pas les compagnies qui sollicitent l’aide mais les individus créateurs avec l’appui de la compagnie de production. Les raisons varient. La maison de production de l’étiquette empreintes DIGITALes, DIFFUSION i MéDIA, n’ayant pas les deux ans d’opération requis pour être admissible au programme, doit obligatoirement faire transiter sa demande par le compositeur. À la réception de la subvention, ce dernier la verse à la compagnie selon un protocole d’entente entre les deux parties. Ambiances magnétiques est un regroupement ou collectif de huit producteurs indépendants (Michel F Côté, Jean Derome, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, René Lussier et Danielle Palardy Roger), qui s’adressent directement au Conseil des Arts pour le compte d’Ambiances magnétiques. Mais selon Michel F Côté, le jour n’est pas loin où, sans doute, Ambiances magnétiques soumettra aussi des demandes d’aide. Zénobie étant une entreprise à but lucratif, ne peut être admissible au programme. Mais, de plus, il n’est pas sûr que la musique de théâtre soit jugée suffisamment «alternative» par les jurys pour être subventionnée! Moreau souligne l’hypocrisie qui consiste à produire sans but lucratif des disques avec lesquels on espère malgré tout faire de l’argent. Mais, on le verra, c’est encore un très petit marché et, en attendant d’en faire, on a besoin de l’aide publique au moins pour se mettre sur les rails de la lucrativité. À toutes les CIDEC et autres organismes d’aide, ne cherchez pas: voilà des «incubations» culturelles qui ont besoin de vous.

Les produits

Pour ma petite enquête, j’ai écouté le seul disque du catalogue Zénobie (Moreau), les quatre titres d’empreintes DIGITALes (Calon, Normandeau, Thibault, Électro clips), mais deux seulement des quinze titres d’Ambiances magnétiques. Ce n’est pas mon intention de faire une critique détaillée qui serait de toutes façons injuste surtout à l’endroit d’Ambiances magnétiques. Mais j’aimerais dégager quelques caractéristiques générales et jouer un peu de la comparaison entre les différents produits.

Globalement, on a affaire à des productions très soignées, tant au plan sonore que visuel, techniquement irréprochables à quelques très minimes bruits de surmodulation pour un titre d’empreintes DIGITALes, très bien documentées. Grâce à l’enregistrement au laser, la musique électroacoustique bénéficie enfin d’une dynamique et d’une lisibilité qui rendent justice à ces œuvres si généreuses en gros sons et trames riches. Pour peu qu’on ait une chaîne de qualité, on prend un plaisir aussi grand que lors d’un concert de bandes (aussi appelé acousmatique). Des trois étiquettes, c’est certainement cette dernière qui a la palme de l’invention et de l’exploration sonores, menées par de véritables magiciens du son. Âmes sensibles et nourries des élixirs nouvel-âge, s’abstenir! Ces musiques sont dramatiques, quelquefois souffrantes, toujours exigeantes, sans concession à la moindre facilité. Elles sont à mille lieues des «douceurs» nouvel-âge, même si les homorythmies impulsives et quelquefois «japonisantes» d’un Thibault sont incomparables aux récits presque cinématographiques des deux autres.

Thibault par le biais de ses percussions tonitrnantes fait un peu le pont avec les produits des deux autres étiquettes. La percussion (ou un certain beat) est très présente aussi dans la musique de Moreau, mais de façon généralement plus discrète et dans un contexte plus jazzant. En plus de sa grande mâîtrise de la modulation et de l’orchestration, c’est l’éclectisme de l’écriture de Moreau qui nous séduit. Plus mélodique et plus restrictive dans ses matériaux que les musiques d’empreintes DIGITALes, la musique appliquée de Moreau est aussi plus accessible, nous promenant dans des paysages sonores plus ou moins connus des écritures savantes traditionnelles, du jazz et du rock. Cet éclectisme est une sorte d’exigence de la commande théâtrale, et Moreau reste encore un des grands virtuoses du genre à Montréal.

Les deux titres d’Ambiances magnétiques écoutés—les deux derniers: Des pas et des mois, Tétreault/Côté/Lussier, et Vous serez un ange, Letarte — appartiennent à ce courant de «new music» urbaine.

Je m’empresserais d’ajouter: nouvelle musique populaire, en ce qu’elle tire les idiomes populaires vers l’innovation et l’expérimentation dans le sens contraire d’un Thibault ou d’un Moreau qui eux tirent les idiomes savants (et sérieux!) vers une plus grande légèreté et une plus grande accessibilité. On sent chez les créateurs d’Ambiances magnétiques la volonté de se faire une niche dans un genre hybride qui utilise une rythmique simple mais efficace et surtout très «transculturelle» comme support de l’improvisation, du «bruitisme» des disques coupés de Tétreault ou d’un requestionnement de la chanson avec Letarte. Les audaces sont un peu annulées par des facilités. En comparaison des deux autres étiquettes, au plan musical, c’est certes plus mince, moins fourni, plus artisanal; pour certaines pièces, plus familier; pour d’autres, totalement déroutant. Les mélismes modaux, presque grégoriens, de Geneviève Letarte sont trop semblables d’une chanson à l’autre pour vraiment nous accrocher à sa poésie du quotidien. Les musiques des pas et des mois sont données comme de très courts flashes sonores, très moqueurs mais trop courts à mon avis, sans aucun développement. Flash pour flash, je préfère les vingt-cinq électroclips d’empreintes DIGITALes qui sont de véritables petits bijoux sonores. Délectation garantie!

blogue@press-74 press@74
23 March 1991
By Gabriel Vialle in La Marseillaise #13831 (France), March 23, 1991

Text

“… parfaite acoustique…”

Le Groupe de musique expérimentale de Marseille entretient avec le Québec des relations déjà anciennes. Des échanges de musiques et d’artistes — créateurs et interprètes — ont tissé, par—dessus l’Atlantique, des liens musicaux et amicaux. Depuis octobre, le GMEM accueille le Québécois Christian Calon, bien connu dans le monde de l’acousmatique, musique diffusée par appareils sonores. Un disque de lui a ouvert la collection du label québécois, empreintes DIGITALes seul éditeur d’Amérique du Nord spécialisé en électroacoustique. On notera que, par la publicité de ce label, La Marseillaise est connue des mélomanes de là-bas: ce cocorico, bien pâle à côté de celui des supporters de l’O.M. est flatteur pour notre journal…

Le concert de jeudi soir — salle Zino Francescatti: parfaite acoustique — était une occasion de rencontrer le Canada, à travers les œuvres de neuf compositeurs issus de trois villes (Montréal, Toronto et Vancouver) sortis du catalogue du label précité. Peu de Marseillais, au demeurant, ont su profiter de cette occasion…

Certaines de ces œuvres, tout droit sorties du disque Électro clips, sont brèves (3 minutes) mais n’en présentent pas moins un grand intérêt, justement par la contrainte qui a amené le compositeur à exprimer d’emblée sa personnalité ou son originalité, C’est le cas du Mi bémol d’Yves Daoust qui réalise une véritable polyphonie de sons, de formes, de sens. Même constatation pour Associations libresGilles Gobeil déchaîne ses intentions (bonnes et mauvaises) sur les sonorités d’une guitare qui n’en peut mais. Très beau travail sur le soufffle (le clip s’appelle Breathing Room — espace de respiration)—de Hildegard Westerkamp: un hymne à la vie par cette mise en évidence des rapports battements du cœur/respiration. Quant aux Les oiseaux de Bullion (Claude Schryer), ils déroulent leur «diptyque écologique» sous forme d’un montage précis de sons réels non traités.

La pièce d’Alain Thibault (8 minutes) crée autour de la voix de Pauline Vaillancourt une émouvante aura de poésie et de pureté. Le soleil et l’acier se veut «référence à la force des contrastes» et, effectivement, l’atmosphère presque irréelle de la partition vient du voisinage de la voix et d’une sorte de métallophone. Leur dialogue tend et détend en permanence la corde sonore d’une véritable «rencontre du troisième type».

Des deux autres pièces plus longues, qui terminaient chacune des deux parties du concert, on retiendra le superbe Minuit dont l’auteur Christian Calon nous a fait entendre de larges extraits. Hymne à la vie et refus de la mort et du néant, approche sans cesse plus pointue d’un calme et d’une sérénité contrariés par les soubresauts du monde et du «gaspillage illimité auquel la nature procède à l’encontre du désir de durer»: un long moment où quelques irruptions de la voix humaine, parlée, déconcertent l’auditeur plus qu’elles ne le rassurent.

De Robert Normandeau, Jeu paraissait bien long malgré la volonté d’explorer toutes les possibilites de sens du mot «jeu». Beau travail de traitement des sons, de montage et de contrastes mais une diffculté certaine à s’accrocher aux méandres de ce voyage.

Une fois de plus, et ce pour l’ensemble du programme, reste posée la question d’un travail plus poussé de mise en lumière, de mise en espace, de mise en scène de ces œuvres qui n’ont pas à leur service l’attrait d’une présence physique de l’interprète.

blogue@press-72 press@72
5 March 1991
By Martin Geoffroy in McGill Daily français (Québec), March 5, 1991

Text

Le directeur de l’Association pour la création et la recherche en électroacoustiques du Québec (ACREQ), Yves Daoust, est content. Au cours de la demière décennie, Montréal est pratiquemment devenue la Mecque de la musique électroacoustique en Amérique du Nord. Des dizaines de concerts de cette musique encore trop marginale ont été donnés dans la demière année seulement. Visiblement détendu par ces premiers succés populaires, le directeur nous a donné sa définition de la musique électroacoustique.

La musique électroacoustique est un «tripotage électronique» des sons. Le travail se fait essentiellement à partir d’une information électrique pour ensuite restituer cette dernière sous forme d’onde acoustique. «Par exemple, on a un trombone qui ne joue aucun son de trombone, parce que le son est modifié par manipulation électronique», explique Yves Daoust. En fait,c’est un mélange d’instruments conventionnels ou modifiés et de montages sonores enregistrés au préalable en studio. «La musique ne se fait plus comme elle se faisait il y a 25 ans: la technologie n’est pas innocente, elle influence notre mode de production et de pensée» spécifie Yves Daoust. Pour le directeur de l’ACREQ, 90% de notre culture sonore actuelle est électroacoustique. «Notre consommation de musique se fait essentiellement par des moyens électroacoustiques comme le disque ou la radio par exemple» argumente Yves Daoust.

«L’électronique ne va pas disparaître, il va se perfectionner», affirme le directeur. Avec l’avénement des musiques mixtes, regroupant des bandes magnétiques à des instruments en direct rien ne semble vouloir arrêter la marche créative des électroacousticiens. «Le grand compositeur Pierre Boulez, qui a longtemps renié l’électroacoustique dans les années 60, s’est maintenant converti à ce genre d’approche moderne», soutient Yves Daoust.

La musique populaire a trop utilisé l’électronique au niveau de la production d’album. Ce qui fait dire à Yves Daoust que «la technologie contient toujours ses propres germes d’auto-destruction». Le directeur cite en exemple le demier Michael Jackson qui a son avis est surproduit. «C’est tellement raffinée comme travail de studio que bientôt les gens vont en avoir marre et vont avoir envie de retrouver les bonnes vieilles guitares fuzzées», affirme Yves Daoust. Contrairement à certains musiciens électroacoustiques le directeur de l’ACREQ croit que les orchestres symphoniques vont continuer d’exister. «On va toujours jouer du Mozart ou du Beethoven», affirme Yves Daoust.

La musique électroacoustique est née vers 1950 dans des stations de radio. «Elle est née de la volonté de faire de la création radiophonique», soutient Yves Daoust. C’est donc un phénomène relativement récent dont les multiples voix restent à explorer, ce qui a décidé l’ACREQ à parrainer la recherche en électroacoustique. Par exemple, on a réussi à mettre au point un «spatialisateur sonore» qui fonctionne relativement bien. «C’est une machine qui fait en sorte que le son puisse être réparti et contrôlé par ordinateur sur plusieurs haut-parleurs en même temps» explique Yves Daoust. L’ACREQ travaille en ce moment sur un système de son conçu spécialement pour répondre aux besoins particuliers de la musique électroacoustique.

L’exploration étant la plupart du temps un phénomène marginal dans le monde de la musique, il y a lieu de se demander à quoi peut bien servir une association comme l’ACREQ. Elle s’est d’abord donnée pour mission de promouvoir la musique électroacoustique québécoise. L’association édite des enregistrements musicaux sur cassettes d’artistes québécois et fait la promotion de ces derniers à l’étranger. L’association organise aussi des ateliers de création sonore dans les écoles pnmaires et secondaires. Les élèves peuvent alors s’initier à diverses techniques inhérentes à l’électroacoustique comme la prise de son, l’échantillonnage ou le montage par exemple. «La durée des ateliers est habituellement de huit heures, mais après seulement deux heures les jeunes maîtrisent déjà assez les techniques pour commencer à jouer» soutient Yves Daoust.

Le directeur de l’ACREQ sort un premier disque compact sur étiquette empreintes DIGITALes au mois de juin. Un album qui aura l’air d’une trame sonore de film. Gageons que cette première offrande sonique est trés attendue des amateurs.

blogue@press-65 press@65
5 March 1991
By Alain Brunet in La Presse (Québec), March 5, 1991

Text

“… les petites victoires d’empreintes DIGITALes tiennent de l’exploit.”

Demain soir au Théâtre Les Loges, deux électroacousticiens ayant endisqué sur l’étiquette empreintes DIGITALes bouclent la boucle d’une tournée canaclienne: Alain Thibault et Daniel Scheidt.

D’un océan à l’autre, la tournée Traces électro a effectivement mis en relief la plupart des artistes de ce petit label en pleine expansion.

Selon Jean-François Denis, un des principaux dirigeants de cette jeune entreprise, les ventes des produits empreintes DIGITALes vont bon train; non seulement ces disques sont-ils distribués partout au Canada, mais encore tente-t-on de les implanter sur les marchés europeen japonais et américain. «Et nous avons méme réalisé des profits! A vrai dire, je suis très surpris de ces résultats», de renchérir Denis.

Ne partons pas en peur, environ 400 exemplaires de chacune des productions empreintes DIGITALes ont été vendus; il y a énormément de pain sur la planche avant que le petit label ne réussisse à établir une distribution sérieuse à l’extérieur du Canada. Mais si l’on considère le peu de moyens financiers dont dispose cette forme musicale à tout le moins exploratoire, les petites victoires d’empreintes DIGITALes tiennent de l’exploit.

Deux productions

En quelques mois à peine, deux productions viennent d’être mises en marché. À l’occasion du festival Montréal Musiques Actuelles (en novembre dernier), l’équipe d’empreintes DIGITALes avait d’abord lancé le disque Électro clips: «Il s’agit de 25 miniatures de trois minutes, conçues par différents compositeurs nord-américains, originaires des USA, du Mexique, du Canada et du Québec. A cause de leur courte durée, ces pièces sont plus accessibles que la moyenne des œuvres électroacoustiques. Électro clips fait même partie du top-40 de CKLN, une station alternative de Toronto!», raconte Jean-François Denis.

Le plus récent produit empreintes DIGITALes sera d’ailleurs lancé demain; Action/Réaction serait le premiet disque de Daniel Scheidt, compositeur originaire de Colombie-Britannique.

Au terme de la tournee Traces électro qui, d’un océan à l’autre, a fait connaitre les differents compositeurs liés au petit label, on a choisi Alain Thibault et Daniel Scheidt pour le concert montréalais.

Spécialiste de la forme multi-média, Thibault presentera donc ce soir de dernières œuvres relativement récentes: OUT, Le soleil et l’acier (la soprano Pauline Vaillancourt est la seule inteprète en chair et en os de cette pièce) ainsi que Concerto pour piano MIDI (et le pianiste Jacques Drouin) figurent au programme.

Si l’on connait les ruades rythmiques et l’utilisation éclairée des technologies de pointe chez Alain Thibault, on ne sait que peu de choses de la démarche de Daniel Scheidt, spécialiste des systèmes interactifs.

Les œuvres de Scheidt ont ceci de particulier: elles misent sur des logiciels informatiques capables d’analyser le discours d’un musicien d’en codifier !es improvisations et de réagir à celles-ci. S’établit alors un langage entre l’ordinateur et différents instrumentistes, demain soir, le clarinettiste Claude Schryer, la soprano Catherine Lewis, le percussionniste Trevor Tureski et… une machine seront les interprètes de Daniel Scheidt. Pour mener à bien ses projets, l’artiste a déjà fait appel des improvisateurs aussi renommés que le tromboniste afro-américian George Lewis bien connu des jazzophiles.

blogue@press-64 press@64
28 February 1991
By Stephan Dunkelman in Les Cahiers de l’ACME #112 (Belgium), February 28, 1991

Text

“Nos quatre premières réalisations couvrent déjà un éventail assez large du domaine électroacoustique…”

Ancien président de la CÉC (Communauté électroacoustique canadienne), Jean-François Denis, que nous avons rencontré l’année passée au festival de Bourges, s’est lancé dans la production et l’édition de musiques électroacoustiques. Il nous a paru intéressant de connaitre les motivations qui ont entrainé ce type de projet.

Qu’est-ce que DIFFUSION i MéDIA? DIFFUSION i MéDIA a été formée par Claude Schryer et moi-même dans le but de créer une société de production d’arts médiatiques, cela pour la bonne et simple raison qu’il n’en existait encore aucune au Canada.

Qu’entendez-vous par art médiatique?

Je veux parler des arts technologiques: l’électroacoustique, la vidéo, le théâtre musical, la publication de livres interactifs dans le genre «hypermédia» qui a été très populaire en Amérique du Nord, les CD-ROM. La première réalisation de cette société a été de créer le label de disques compacts empreintes DIGITALes qui se spécialise en électroacoustique. Cela n’existait pas et il nous a semblé indispensable de créer un type de rapport direct avec ce genre, un peu comme ECM l’a fait avec le jazz. Nos quatre premières réalisations couvrent déjà un éventail assez large du domaine électroacoustique avec Christian Calon qui est très musique concrète, Robert Normandeau qui l’est moins exclusivement puisqu’il emploie plus volontiers des sons de synthèse alors qu’Alain Thibault est tout à fait électro-instrumental, à la limite de l’électro-pop. Enfin, le quatrième disque sera consacré à 25 électro clips (pièces courtes de trois minutes) commandées à 25 compositeurs différents pour célébrer la tenue du festival «Montréal musiques actuelles».

Quelles sont les limites que vous vous étes imposées?

La règle première qui régit notre travail est de s’investir dans des projets qui nous tiennent à cœur. Les limites de la société seront déterminées par nos goûts et si les projets ne concernent pas l’électroacoustque, ils seront édités sous un autre nom.

Comptez-vous vous limiter aux compositeurs canadiens?

Dans l’absolu, non. Toutefois, au début, nous devrons nous y tenir par manque de moyens: les autorités canadiennes n’acceptant de subsidier que des compositeurs nationaux. Comme nous sommes encore trop tribunaires des aides gouvernementales, nous ne publierons, pour le moment, que des compositeurs canadiens.

Si un compositeur étranger obtient les subsides nécessaires, peut-il se faire produire chez vous?

Tout à fait, pour autant que le projet nous plaise.

Y-a-t-il des rapports entre la CÉC et vous?

Non, les seuls contacts que nous entretenons sont ceux que nous avons avec les compositeurs ou que nous pouvons avoir avec n’importe quel autre organisme.

Votre action se limite-t-elle à des compositeurs connus et reconnus ou bien envisagez-vous aussi, par exemple, de produire un CD qui reprendrait les meilleures œuvres d’étudiants durant une période de cinq ans afin de promouvoir ainsi de jeunes compositeurs?

Nous n’avons pas encore envisagé d’autres perspectives que celles citées plus haut: travailler avec un compositeur ou un concept, comme pour le CD Électro clips. Dans la même optique, nous travaillons sur un projet de pièces radiophoniques. Il ne peut y avoir qu’un thème fort pour que nous envisagions de rassembler plusieurs compositeurs sur un même CD. Afin de répondre plus précisément à la question, il est évident que nous sommes actuellement — j’insiste sur actuellement — encore trop tributaires des aides extérieures, ce qui explique que nous devons travailler avec des compositeurs connus. Mais, ceci est une exclusive qui tendra à disparaître au fur et à mesure du développement de notre indépendance financière.

Avez-vous des projets en coproduction?

Nous comptons produire, avec l’Ina-GRM, un double CD de Francis Dhomont: le concept est monté, il ne manque plus que les fonds.

Quels sont les rapports que vous entretenez avec d’autres maisons de productions?

Comme nous ne faisons concurrence à personne, nous ne pouvons avoir que de bons rapports avec les autres maisons, fructueux ou non. Toutefois, ceux-ci n’ont encore rien donné de concret par manque de temps. Le projet de coproduction avec l’Ina-GRM prouve que c’est possible et même souhaitable pour la diffusion mutuelle de nos productions. Nous sommes donc ouverts à toute collaboration sous fomme d’échanges de services (réseau de diffusion, fichier, etc). Nous collaborons avec une publication dont le premier numéro est sorti le mois dernier et qui s’intitule Leonardo Music Journal et nous sommes en relation directe avec une nouvelle revue de musicologie qui s’appelle Circuit. De cette manière, nous pourrons créer un réseau de producteurs car il est primordial, dans la situation où se trouve l’électroacoustique, de conjuguer les efforts fournis.

Votre rayon d’action en Amérique du Nord se cantonne-t-il au Canada?

Il y a un pré-circuit aux États-Unis. Le plus dur, dans notre domaine, concerne la diffusion. il est très simple de trouver un distributeur dans un pays étranger, mais il est difficile d’en trouver un «bon» dans ces mêmes pays étrangers; c’est-à-dire quelqu’un qui connaisse les endroits-clés pour diffuser notre produit et qui ne bloque pas la situation comme cela s’est déjà produit avec certaines petites marques qui ont été inclues dans des réseaux de distribution de grandes marques et qui pour des raisons de rentabilité, ont été mises au placard par ces mêmes grandes marques. Il existe, par exemple, une marque allemande disponible en France mais pas en Belgique car la marque de renom ne distribue pas celle-ci dans ce pays. Nous voulons éviter ce genre d’aberration et entrer en contact avec des petites firmes qui sont dans le méme cas que nous ou bien trouver un distributeur qui s’intéresse à notre projet.

Vous envisagez, comme le laissait supposer le début de notre entretien, la publication de livres… Qu’en est-il exactement?

DIFFUSION i MéDIA est, en effet, intéressé par la publication d’une série de livres. Exemple tout à fait imaginaire, Robert Normandeau travaille sur un texte pour sa thèse de doctorat: «Le cinéma pour l’oreille». Il n’est pas dit que nous ne soyions pas candidat à la publication de ce livre, qui serait complémentaire à notre travail sur l’électroacoustique. Nous comptons également — mais c’est encore à l’état de projet — publier des petits fascicules d’analyses destinés à la pédagogie. Dans cet optique, nous encodons des index dans nos disques compacts afin de pouvoir isoler des sous-sections dans une pièce et de pouvoir concentrer une analyse sur une petite partie d’une œuvre. Par exemple, dans le Concerto pour piano MIDI d’Alain Thibault, il y a trois mouvements mais aussi onze sous-sections repérées par des index.

Ces analyses seront-elles écrites par un analyste ou par les compositeurs?

Je pense que pour l’électroacoustique il est plus intéressant de le faire faire par le compositeur et je vois ces fascicules plus comme des indices que comme des analyses. Il est évident que nous introduirons les partitions d’écoute dans ces «indices». Il serait intéressant de créer des piles Hypercard représentatives du travail d’un compositeur et de les envoyer dans toutes les universités, ce qui constituerait un outil pédagogique intéressant pour les professeurs comme pour les étudiants qui benéficieraient ainsi de l’équivalent d’une démo pour un logiciel musical.

Les aides gouvernementales semblent importantes dans le fonctionnement d’empreintes DIGITALes, comment, dès lors, éviter le piège de la musique exclusivement canadiennne?

Ceci est une de nos préoccupations essentielles. Toutefois, a y a encore beaucoup de musiques québécoises et canadiennes qui méritent d’étre éditées en disques compacts. Nous avons cependant différents projets — avec un compositeur anglais notamment — mais il nous faut de l’argent et aussi du temps pour en trouver. En attendant des jours meilleurs, une des solutions permettant de pallier à ce problème est d’ouvrir les portes aux coproductions. Il faut multiplier les contacts, non seulement avec les sociétés de distributions, mais aussi avec les organismes de relations entre les pays francophones.

Quel rôle pourrait jouer votre société lors de l’organisation d’un festival d’électroacoustique au Canada, un peu celui des CD des lauréats du concours de Bourges par exemple?

Si nous avons les fonds, c’est envisageable puisque cela correspond à la notion de concept. Pour le moment, c’est impensable sur le plan financier, d’autant plus que ce genre de projet implique d’endosser l’activité d’un groupe qui ne partage pas nécessairement les mêmes politiques que les nôtres.

En tant qu’ancien Président de la CÉC, comment ressentez-vous les changements inhérents aux fonctions différentes effectuées dans votre nouveau travail?

Ce travail me pemmet de moduler mes énergies qui, à la CÉC, étaient diluées. Ce projet est privé, plus personnel, je n’ai plus à être démocratique ou représentatif d’une institution. À la présidence de la CÉC, je devais consacrer une énergie incroyable à consulter les gens et à les convaincre si le besoin s’en faisait sentir. Avec DIFFUSION i MéDIA, les décisions se prennent plus rapidement et doivent enthousiasmer les deux partenaires. Le travail est donc tout à fait différent, moins prestigieux peut-être, mais plus épanouissant car il me permet de réaliser plus rapidement des idées qui me tiennent à cœur.

blogue@press-58 press@58
28 February 1991
By Félix Légaré in Voir (Québec), February 28, 1991

Text

“Une performance remarquable…”

La petite maison de disques empreintes DIGITALes, la première et la seule à se consacrer exclusivement à l’électroacoustique dans toute l’Amérique du Nord, vient de souffler une bougie. Question de célébrer ses premiers pas, la famille s’embarque pour une tournée canadienne, Traces électro, qui s’arrétera dans sept villes, dont Montréal le 6 mars.

Ravi, le compositeur Jean-François Denis, co-fondateur de l’étiquette avec Claude Schryer, pliait ses bagages quand je l’ai contacté au téléphone. Le sourire presque audible, le musicien m’annonçait que le bébé avait maintenant quelques dents: «On a constaté un profit. C’est pas hyper rentable, pas encore, mais ça peut vivre, quoi. On a reçu des subventions pour les trois premiers disques. Mais on a réussi à produire les deux derniers sans aucune aide.»

Une performance remarquable dans un milieu où chaque disque ne s’écoule qu’à près de 400 exemplaires. Avantages: cette musique est souvent conçue directement sur bande. On s’épargne ainsi de coûteuses sessions de studio. «Puis les ventes par la poste évitent les frais de distribution et augmentent la marge de profit,» ajoute monsieur Denis.

Raison de plus pour festoyer, le monde des sons trafiqués bouge plus que jamais au pays. «Les choses s’activent depuis la fondation, en 1986, de la CEC (Communauté électroacoustique canadienne), qui a nettement favorisé les échanges.» Et permis de rapprocher des compositeurs jusque-là isolés.

Pendant que le fer est chaud, la toumée Traces électro, «la première qui ait jamais eu lieu ici, à ma connaissance», viendra battre la mesure de Vancouver à Québec. Les compositeurs Christian Calon, Robert Normandeau, Alain Thibault, qui ont chacun leur album chez empreintes DIGITALes, y présenteront leurs pièces tout comme Daniel Scheidt, qui en profitera pour lancer le sien, Action/Réaction. Jean-François Denis et Claude Schryer seront aussi de la partie, et six interprètes, dont le pianiste Jacques Drouin et la soprano Pauline Vaillancourt. L’événement de Montréal sera toutefois écourté, puisque trois artistes y ont déjà diffusé leurs œuvres l’an demier. Le 6 mars, au Théâtre Les Loges.

blogue@press-56 press@56
27 February 1991
By Randall Mcilroy in Winnipeg Free Press #119:89 (Canada), February 27, 1991

Text

“… a brave new concert tour…”

Some editions of new music are more moving than others. With a brave new concert tour called Electro Traces that concept applies in several ways.

For one thing, with four composers and a small squad of performers, the national concert tour of new Canadian electronic/acoustic music, which stops here Friday night for one performance at Centre culturel franco-manitobain, looks more like one of those old rock ’n’ roll package jaunts than a mobile promotion for new music.

“We’re covering all the bases with this,” enthused tour co-producer Jean-François Denis recently between rehearsals for the tour’s third performance, at The Banff Centre for the Arts.

The concerts are only part of it. Electro Traces also promotes the new Montréal label empreintes DIGITALes, which has just issued CDs by the four touring composers — Christian Calon, Robert Normandeau and Alain Thibault, all from Montréal, and Vancouver’s Daniel Scheidt.

For this tour, the composers will appear with Claude Schryer (clarinet), Trevor Tureski (percussion), Jacques Drouin (piano) and Catherine Lewis (soprano). An untimely attack of flu prevented another performer, the visionary American trombone, electronics expert George Lewis, from appearing.

Denis, 31, whose own musical training includes seven years of classical guitar studies in his native Montréal, followed later by formal studies in electroaoustic music, formed empreintes DIGITALes with Claude Schryer about a year ago.

At first, he said, the idea was to stage one showcase concert at Vancouver’s Western Front Society to promote the CDs. Then came the chance to do another gig, and soon the troupe found itself “just hopping off around the country.”

The first shows last weekend in Vancouver went well, he said. “The public was good, the reception was good.”

The challenge, however, is to reach the mainstream audience that has little or no exposure to modern avant-garde music, especially in Canadian cities where there is no concentrated community of instruction and performance to support it.

Unlike many electronic-based works, which depend on prerecorded tapes and are thus essentially an audio experience, the music in Electro Traces is designed for live performance.

Some of the music is performed completely live, with conventional instruments. Other entries mix live performance either with tapes or with an interactive computer system. “We’re having all the types of electroacoustic music on this tour.”

With eight speakers and a mixing board, the tour sound can be arranged for any performance dimension — it sounded fine in the demi-sphere of the Montréal Planetarium, he noted — and also changed in terms of dynamic and spatial relationships, with the expressiveness of a pianist. “You can have a really different experience with the sound,” Denis said.

It should also be a different experience for those who expect such sonic explorers to be a grim and scholarly lot. “We’re very nice people,” he said chuckling.

blogue@press-55 press@55
27 February 1991
By Roger Levesque in The Edmonton Journal (Canada), February 27, 1991

Text

Picture yourself out on a brisk walk through pastoral surroundings, maybe in the city’s river valley. It’s that special twilight time at dawn when everything seems very still and quiet, save for your own lungs breathing rhythmically in and out, and the counterpoint of falling footsteps on a gravel path. Suddenly a distant tone catches the ear. It could be the blunt horn of a diesel locomotive or the call of a lonely animal, mechanical or organic in origin.

Then imagine all the stark atmospheric intensity of the experience magically crystallizing in sound.

Claude Schryer might call it a “cinema of the ear,” just one of the creative options he and a growing body of composers are working with in the field of “electroacoustic” music.

That term denotes a certain artistic intent to create within the confines of electronic technology and the studio using both acoustic, electronic and “found” or sampled sources of environmental sound. It’s a weirdly technical method used to shape natural soundscapes, often inspired by common every day experience, and it can be very subtly effective.

Schryer and his colleague Jean-Francois Denis are two Montréal musicians, both classically trained to begin with, who have been helping to further the electroacoustic movement in Canada.

They’re currently on a threeweek cross-country tour of major centres with four other like-minded composer-musicians. Called Electro Traces, the tour uses fresh sonic palettes and new means of manipulating the space in which we hear.

Wednesday afternoon, Schryer and composer Daniel Scheidt (Edmonton-born, now living in Vancouver) host a workshop/performance in Convocation Hall at the University of Alberta.

As Schryer plays clarinet, Scheidt will man a computer sound console that’s set to interact with the immediate sonic environment.

Just last year, Schryer and Denis formed the independent record label empreintes DIGITALes (digital imprints) with the intent of putting more electroacoustic music and musicians on the map.

The first four compact disc releases issued over the past six months use an amazing array of sources to pique the listener’s awareness, pushing at the conventions of what music is all about. Certainly it’s not the first time experimental music has made it to disc, but along with the tour, it does involve one of the most ambitious, carefully produced ventures in the field.

Three solo projects by Christian Calon, Robert Normandeau and Alain Thibault head the roster, along with a special compilation, Électro clips.

As that title implies, the producers wanted short musical pieces that might help the listener envision a series of sonic images, like film clips. Twenty-five electroacoustic artists from Canada the United States and Mexico were asked to submit works of about three minutes duration, a time set deliberately to challenge the notion of the pop single.

The resulting 75-minute disc presents what must be one of the finest overviews of the medium aviilable. Twenty-five black-and-white inserts by photographer Joanne Tremblay accompany the disc, matched with background notes on the artists and music for a beautifuL intriguing release.

Schryer stresses that while better technology has expanded the possibilities, the artist mustn’t lose his or her soul in the machine, but master the tools.

“The most interesting electroacoustic artists are the ones who are able to go beyond the technology and — like any interesting artistic medium — say something in a universal way.”

The future of the music remains to be seen. Schryer agrees that tbe increasingly sophisticated use of sounds and effects in various broadcast media is helping to make the public more receptive to different ways of seeing through sounds, but don’t expect to find his releases on the Billboard pop charts anytime soon.

Do try them out if you’re looking for a stimulating new sonic perspective on the world around you.

blogue@press-54 press@54
27 February 1991
By Alison Appelbe in The Vancouver Courier (Canada), February 27, 1991

Text

Weird but appealing sounds bounce off the walls of the clapboard Western Front building on East Eighth Avenue.

Simultaneously, it seems as if some giant, gentle cosmic force is tapping the building with a pair of sticks, an organ reverberates at your back, and the pure, sweet line of a clarinet swirls around the centre of the room.

What is at work is North Vancouver composer Daniel Scheidt communicating through his computer and multi-track synthesizer with Québécois instrumentalist Claude Schryer, to create an interactive work for clarinet and electronics.

“It’s hard to put a finger on what it is,” says Scheidt, when asked to explain the improvisational nature of the computer-enhanced sound. “There’s a relationship that develops between the performer and my software — there’s that dialogue. The computer is following the live perfonnance. There’s a feedback loop, but it’s more like we’re both talking at once than a conversation. Both are listening to one another.”

Well, in the world of music-on-the-edge you don’t ask too many questions; it’s better to just listen.

“I would be very happy for people to say, ‘That was a different way to make music,’” Scheidt continues. “I think we need new wavs of thinking to help solve problems. I think there’s validity to posing the potential for newness. If I’m helping people to loosen up — then that’s my reward.”

Scheidt is one of eight composer/performers taking part in a cross-Canada tour of live electroacoustic concerts called Electro Traces.

The others are all from Montréal, and comprise what has been called “the hottest thing on the Canadian new music scene” — a group called DIFFUSION i MéDIA (co-founded by Schryer) that has made a series of compact discs on the empreintes DIGITALes label.

The tour began in Vancouver last week, with the release of Scheidt’s own new CD, Action/Réaction, featuring interaction with a number of prominent instrumentalists.

And while the Quebec musicians are most interested in the details of sound, Scheidt, who studied at Queen’s University and the University of Victoria, says he’s more into “the working process.”

“I’m making music in a non-traditional way. I don’t work with notation — and I’m using the computer to explore different kinds or relationships.”

He even presents musicians with puzzles and mazes to wander about in, and somehmes his installations invite public participation. However, “sound in the space” is the focus of the Electro Traces tour.

“All the other composers have a history of presentation — of exploring an acoustic space,” Scheidt says.

They use an eight-channel sound systern that will ‘spatialize’ the sound and rnove it around. Called ‘acousmadcs,’ it purports to offer a third dimension to musical works.

blogue@press-53 press@53
21 February 1991
By Karine Beaudette in La Liberté (Québec), February 21, 1991

Text

Pour ceux qui cherchent une expérience musicale hors de l’ordinaire, la Plug-In Gallery et le Centre culturel franco-manitobain vous donnent rendez-vous le 1er mars à 19h30 à la salle Jean-Paul-Aubry (CCFM) pour écouter de la musique électroacoustique.

«De la musique électroacoustique, c’est de la création sonore artistique avec appui technologique,» décrit Claude Schryer, un des six compositeurs-diffuseurs et interprètes qui seront à Saint-Boniface.

Le groupe de six entreprend la tournée pancanadienne Traces électro, pour promouvoir cinq disques de l’étiquette empreintes DIGITALes, la seule compagnie qui enregistre sur disques compacts de la musique électroacoustique.

Les compositeurs profitent aussi de la tournée pour promouvoir le médium peu connu de la musique électroacoustique, même si ce genre existe depuis 40 ans environ. «A Montréal et à Vancouver, il y beaucoup d’activité dans le domaine, mais dans le reste du Canada, c’est encore en évolution. Suite au concert, les artistes seront disponibles pour répondre aux questions.»

Les organisateurs de Traces électro emmènent avec eux en tournée un orchestre de huit haut-parleurs. Ces boites de son seront placées séparément dans la salle de concert pour permettre la spatialisation des sons. Cette technique se nomme «acousmatique» et offre une troisième dimension aux œuvres.

En plus des haut-parleurs, les musiciens seront là avec leurs instruments respectifs. «Par exemple, je suis clarinettiste et je vais interpréter une pièce pour clarinette et ordinateur. Un autre va jouer une pièce pour piano et bande, ou encore pour voix et ordinateur» ajoute Claude Schryer.

Selon lui, le concert attire ceux qui aiment la musique de concert contemporaine et la musique expérimentale.

blogue@press-51 press@51
20 February 1991
By Jim Hamilton in The Banff Centre Letter (Canada), February 20, 1991

Text

Electro Traces, the first ever cross Canada tour of electroacoustic music, comes to the Margaret Greenham Theatre on Monday, February 25 at 8 p.m.

This tour brings together several prominent Canadian composers and performers who have strong connections with The Banff Centre.

Composer Claude Schryer, a former participant in the Music program, has also held various staff positions in the now defunct Inter-Arts program. Daniel Scheidt, who is also a composer, has been involved with the Centre as well. He recorded his soon to be released compact disc, Action/ Réaction, here and was a participant in a number of programs. Finally, percussionist Trevor Tureski and soprano Catherine Lewis have both been participants here.

The concert will consist of 10 pieces which combine taped music with live instrumental and vocal music. Electroacoustic music is usually described as “music that is heard through loud speakers.” Generally, the instruments used in this genre are less traditional and more electronic than in other fonns of music.

“To prepare yourself for an electracoustic experience, you must throw away preconceptions about traditional instruments and music and grasp the idea that music is structured sounds,” explains Kevin Elliott, head, Audio Recording, Media Arts, The Banff Centre.

Although electroacoustic music has been around since the 1950s, it has taken a quantum leap in the last few years. The systems, instruments, and technology have advanced greatly, spreading the parameters in which the performers and composers work. In doing so, room has been made to create exciting works that are breaking new musical ground.

The sounds can be rich and soothing with one unique tone flowing into another or they can be sharp, percussive, and dynamic, moving with untimely changes.

The electroacoustic music presented through this tour is of the highest quality in the world. The system being used is specially designed to project sound in a way that envelops the entire room and offers a third dimension to the works. This technique of sound projection is called “acousmatics”.

The opportunity to experience electroacoustic music will be yours this February 25 at The Banff Centre. Take a chance and open yourself to a new dimension in music.

blogue@press-50 press@50
29 December 1990
By Carol Bergeron in Le Devoir (Québec), December 29, 1990

Text

“… imposent [empreintes DIGITALes] comme un modèle du genre.”

[…] Chercherait-on dans le domaine du disque québécois quelque chose comme l’«événement de l’année» qu’il faudrait regarder du côté de la musique électroacoustique. La qualité exceptionnelle du contenu musical, de la réalisation technique et de la présentation des quatre premiers compacts d’empreintes DIGITALes imposent cette jeune maison artisanale comme un modèle du genre.

Ligne de vie: récits électriques de Christian Calon (IMED 9001) et Lieux inouïs de Robert Normandeau (IMED 9002) devraient faire partie de la discothèque de tous les mélomanes curieux. Faut-il ajouter que la découverte de ces deux excellents musiciens engendrera sûrement la curiosité de connaitre un Alain Thibault que semble fasciner la rythmique pop (IMED 9003). Les 25 Électro clips (IMED 9004) pourront susciter des parcours d’écoute aussi variés qu’amusants. […]

blogue@press-44 press@44
1 June 1990
By Albert Durand in Revue & Corrigée #6 (France), June 1, 1990

Text

“DIFFUSION i MéDIA […] inaugure son étiquette de disques empreintes DIGITALes…”

Le groupe d’arts médiatiques montréalais DIFFUSION i MéDIA, fondé par Jean-François Denis, Suzanne Lortie et Claude Schryer, inaugure son étiquette de disques empreintes DIGITALes avec quatre nouveaux CD’s consacrés à l’électroacoustique: Ligne de vie: récits électriques de Christian Calon, Lieux inouïs de Robert Normandeau, Volt de Alain Thibault et Électro clips regroupant 25 compositeurs.

blogue@press-24 press@24
1 April 1990
By Alain Brunet in La Presse (Québec), April 1, 1990

Text

“empreintes DIGITALes devra maintenant faire ses preuves, car elle plonge dans une aventure totalement inconnue.”

Jean-François Denis, compositeur et initiateur de l’étiquette empreintes DIGITALes, prêche pour sa paroisse. Une jeune paroisse.

Le disque du compositeur Robert Normandeau vient tout juste d’être lancé sur empreintes DIGITALes. Un enregistrement de Christian Calon a préalablement été mis en marché et l’on prévoit deux autres galettes d’ici quelques mois: le compositeur Alain Thibault et une compilation d’«Istantannés électro» figurent au menu.

C’est beaucoup pour un label si frais.

«Il y a environ 300 000 amateurs de musique contemporaine en Amérique du Nord. Alors pourquoi ne pas tenter notre chance?», soutient Denis. Pas si bête, le jeune homme.

De concert avec un autre artiste montréalais, Claude Schryer, Jean-François Denis a senti l’urgence de mettre à jour le travail d’une foule de créateurs, dont l’ébullition se limite à un cercle d’initiés, regroupés autour d’un petit organisme — l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ); petit cercle qui peut devenir vicieux, à force de fermenter dans la même marmite.

On sait également que l’approche électroacoustique est un certain prolongement institutionnel de la musique contemporaine de tradition européenne; au lieu de l’orchestre, le compositeur dispose de toute la batterie des sons rendus possibles par l’électricité et l’électronique. Un genre sérieux, cela va de soi.

Or jusqu’à une date récente, il n’existait aucun label électroacoustique sur le continent, et ce malgré l’activité de nombre de compositeurs. «À Montréal, plusieurs d’entre eux sont laissés pour compte et gagnent pourtant des prix à l’étranger. C’est le cas des Robert Normandeau, Christian Calon, Gilles Gobeil, Stéphane Roy, Mario Rodrigue, Marcelle Deschênes, Francis Dhomont, Jean Piché, Michel A Smith, Yves Daoust, etc.», d’énumérer le patron d’empreintes DIGITALes.

Denis ajoutera que plus d’une vingtaine de projets seraient endisquables dès maintenant. «Un disque électroacoustique ne coûte pas cher car les créateurs disposent de leurs propres studios, avec tout l’équipement nécessaire».

D’accord. empreintes DIGITALes devra maintenant faire ses preuves, car elle plonge dans une aventure totalement inconnue. Et puis, le fait qu’aucune firme n’ait risqué l’aventure n’est-il pas un facteur symptomatique?

«C’est le phénomène Hygrade, rétorquera Denis. Si on offre un produit de qualité, on en voudra davantage». Et on est loin de parler de «fast food».

blogue@press-12 press@12
15 March 1990
By Jean-François Brassard in Qui fait quoi #72 (Québec), March 15, 1990

Text

C’est à Jean-François Denis, Suzanne Lortie et Claude Schryer que l’on doit la création d’une nouvelle maison de production et de diffusion d’arts médiatiques, DIFFUSION i MéDIA. Et c’est par ce canal qu’ils mettent sur pied empreintes DIGITALes, une étiquette de disques vouée exclusivement à la musique éiectroacoustique. Les moyens sont réduits et le public-cible est limité, mais le capital-idées est copieux.

«Notre plan de développement prévoit la parution de quatre disques compacts d’ici novembre» explique Jean-François Denis. Fin janvier, on inaugurait officiellement l’étiquette avec Ligne de vie: récits électriques, du compositeur Christian Calon suivront Lieux inouïs, de Robert Normandeau (28 mars), puis Volt, d’Alain Thibault (25 avril). «Nous demeurons réalistes, reprend M. Denis. Il peut s’écouler deux ou trois ans avant qu’un enregistrement franchisse le cap des 1000 copies vendues.»

blogue@press-7 press@7
25 January 1990
By Luc Fortin in Voir (Québec), January 25, 1990

Text

L’électroacoustique, c’est un peu le cinéma de l’oreille. On enregistre des sons, synthétiques ou naturels, pour ensuite les modifier et les disposer dans un ordre voulu, comme un cinéaste décide du montage après avoir tourné les séquences. Cette forme d’art relativement nouvelle, les premiers essais datant d’à peine 45 ans, a trouvé un terrain de prédilection au Québec.

«Montréal regorge de compositeurs électroacoustiques, leurs œuvres sont présentées de plus en plus lors de concerts de musique actuelle et des Québécois se signalent régulièrement dans des concours internationaux», confirme Jean-François Denis, compositeur et cofondateur, avec Claude Schryer et Suzanne Lortie, d’une toute nouvelle étiquette de disques, empreintes DIGITALes, consacrée exclusivement à la musique électroacoustique québécoise.

Pour une première année d’activité, ces pionniers y vont toutes voiles dehors; quatre lancements à l’horizon, puis des concerts présentant les pièces du disque. Le grand départ s’effectuera le 31 janvier à la Maison de la culture Frontenac avec le disque Lignes de vies: récits électriques, de Christian Calon. Ce lancement sera suivi d’une diffusion sur 16 haut-parleurs de trois autres œuvres de Calon, dont Minuit, qui lui a rapporté l’an dernier un premier prix au prestigieux Concours international d’électroacoustique de Bourges. Plus tard cette annce, auront lieu les concertslancements de Robert Normandeau aussi lauréat d’un prix à Bourges, et d’Alain Thibault, qu’on a pu entendre au festival de Victoriaville il y a deux ans, et qui aime bien faire intervenir des instrumentistes en direct dans ses œuvres. Enfin, un disque collectif, à l’automne prochain, marquera la tenue à Montréal du Festival New-Music America.

blogue@press-2 press@2

Other texts in

  • Uptown (Canada), February 21, 1991
  • Hour (Québec), December 17, 1998
    “… the forwardthinking label empreintes DIGITALes.”
  • Margen #19 (Spain), April 1, 2000
  • Tango #8 (Lithuania), August 1, 2000
  • Radio Patapoe: Adventures in UNsound #76 (Netherlands), September 18, 2000
    “… great label of enterprising experiments…”