Blog // Archive // By Date // 2014 // July

24 July 2014

Today July 24, 2014 is the birthday of:

More Recent & Upcoming Birthdays:

blogue@anniversaire
24 July 2014
blogue@evenement
17 July 2014

Today on electro:thèque, hear a full album stream of Aérosol by Ned Bouhalassa.

blogue@theque
16 July 2014
By Fabrice Allard in EtherREAL (France), July 16, 2014

Text

“Un disque tendre, habité, féérique.”

Kristoff K.Roll est un duo français formé par Jean-Christophe Camps et Carole Rieussec que l’on avait eu plaisir à voir en live lors de l’édition 2012 du festival Présences électronique. C’est la première fois que l’on écoute leur musique sur disque et une surprise de les retrouver chez Empreintes Digitales, une structure québécoise renommée dont nous nous sommes déjà fait l’écho.

À l’ombre des ondes s’inscrit dans le cadre des “Siestes audio parlantes” développées par le duo. Avant tout présentées en live, ces pièces sont faites pour être écoutées au casque, allongé, les yeux mi-clos, déroulant un univers à mi-chemin entre rêve et réalité, conscient et subconscient, dans la brume de la somnolence. Ces travaux ont été présentés à de multiples reprises via un dispositif de 80 casques et autant d’auditeurs qui se sont notamment retrouvés à la Friche de la Belle de Mai (Marseille) ou encore dans les jardins du Centre Pompidou de Metz.

Grâce à cet album il est désormais possible de se prêter au jeu de ces siestes à tout moment, chez soi, dans un parc, où encore sur la plage puisque l’on est en pleine période estivale.

Pour être franc, il vaut mieux être conscient quand on rédige une chronique, et nous n’avons pas encore écouté cet album en respectant les quelques conseils fournis par le duo. Pour autant, le plaisir est bien là et l’album se révèle vite attachant avec ces quelques personnes qui nous ouvrent les portes de l’intime en racontant leurs rêves.

À l’ombre des ondes n’est pas un disque comme les autres: le duo construit une musique ambient-concrète, particulièrement douce, feutrée, faite de field recordings, tonalités électroniques et narration. L’auditeur est projeté dans un parc ou jardin, un avion passe dans le ciel, des enfants jouent, les insectes chantent et un homme nous raconte son rêve. Une voix nonchalante, que l’on trouvera familière, sympathique, nous embarque dans les méandres d’un rêve, sa folie, ses revirements improbables, ses incohérences qui apportent à la fois humour et une douce folie. Le rêve débute par un avion au dessus de plantations, faisant écho aux enregistrements ambiants qui semblent être à la fois une illustration et un moyen de brouiller les pistes entre rêve et réalité.

Un train qui passe, des bruits de rue sous la pluie, des murmures sous la résonance de cloches, des pas dans des couloirs et escaliers, écoulement d’eau et clapotis contre la coque d’un bateau, puis un autre rêve, très descriptif, d’une ville imaginaire parcourue de canaux. Certains sont très précis comme ici, d’autres très vagues, flous, presque oubliés par leurs auteurs à l’image de l’hésitant Récit de rêve.

On ne saura pas expliquer pourquoi on est particulièrement sensible à certains rêves, moins à d’autres. L’histoire, la façon de la raconter, la fluidité, l’humour, la voix… Après une superbe séquence d’un néon qui claque, c’est le rêve d’une jeune femme qui retient notre attention, alors qu’elle voit débarquer des amoureux en vélo, en voiture, en deltaplane, avant de se voir investie d’une mission dont elle ne connait pas vraiment le but…

Un disque tendre, habité, féérique.

blogue@press-5162 press@5162
1 July 2014
By Andreas Fellinger in freiStil #55 (Germany), July 1, 2014

Text

Viel Geduld bedarf es beim Hören des Albums Allusions sonores des kanadischen Komponisten David Berezans — und hat man (bzw. die Autorin) dann so einen Moment der Ruhe für sich gefunden, überzeugt dieses nicht so ganz: Die fünf akusmatischen Kompositionen basieren auf field recordings aus Bali, Kanada und Japan. Alles wirkt sehr verkopft und fließt nicht so richtig, außer Buoy, das erste der fünf Stücke. Wassergeräusche stellen hier das Ausgangsmaterial dar: das An- und Abschwellen des Wassers, das Bersten der Wellen an einer Boje … warten … warten, und dann kommt die nächste Welle. Die Musik ist recht vorhersehbar, und die Soundästhetik wirkt verstaubt. Die glockenartigen Klänge, die neben den Wasserklängen stehen, erinnern leise an Jean-Claude Risset. Bei Thumbs, dem zweiten Stück, reduziert sich Berezan auf ein Ausgangselement, den Klang eines balinesischen Lamellophons. Trotz dieser Reduktion passiert auf der formalen Ebene sehr viel, punktuelle Bewegungen sind vordergründig, und alles ist sehr dicht und nervös. Bewegungen, Konstruktionen scheinen für Berezan, der an der Manchester Universität unterrichtet und das dortige MANTIS (Manchester Theater in Sound) leitet, an erster Stelle zu stehen, wodurch die klangliche Ebene eindeutig in den Hintergrund tritt; ähnliches gilt auch für die restlichen drei Stücke dieser Veröffentlichung. Recht sperrig.

blogue@press-5164 press@5164