If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio // François Bayle
50 ans d’acousmatique
Lumière ralentie (1983), 21m39s [excerpt]
Track 10 from 50 ans d’acousmatique
15×CD: Ina-GRM (Groupe de recherches musicales) (2012) INA_G 6033/47

Artists // François Bayle

  • Articles about François Bayle

    Record reviews are found in the pages for each disc (via the discography tab).

    28 October 2013
    By Normand Babin in Montréalistement (Québec), October 28, 2013

    Text

    Samedi soir s’achevait en apothéose le festival Akousma avec les œuvres du très respecté François Bayle. Le festival nous aura fait réaliser en quatre événements, toute la diversité de l’art acousmatique, et nous aura aussi permis de jeter un œil sur ce monde un peu fermé sur lui-même il faut bien le dire.

    Après une soirée consacrée à la relève mercredi (voir mon article: http://montrealistement.blogspot.ca/2013/10/akousma-premier-contact.html), on a eu droit jeudi aux œuvres de deux femmes au génie incontestable. Brunhild Ferrari a plus que fréquenté l’œuvre de Luc Ferrari, décédé en 2005, et reprend avec brio le travail là où il l’avait arrêtée. Dans une esthétique minimaliste et répétitive, un peu à la manière de Steve Reich, Brunhild Ferrari nous a offert de longues plages sonores où presque rien ne bouge. Force est donc d’écouter attentivement: l’action est dans le détail. Un pointillisme musical d’une grande délicatesse, une musique un peu planante mais jamais endormante!

    En deuxième partie de programme, Monique Jean a présenté ce qui représente à mon avis le plus important travail fait sur la recherche de nouveaux sons entendus au festival. À partir de sons réels et de sons synthétiques, elle compose de longs poèmes pour l’oreille. Je garde en tête des épisodes inouïs, le mot ici pris dans son sens premier, des craquements, des éclats doux. Les œuvres de Monique Jean sont très délicates, ici pas d’impression de Dolby Surround ou de manœuvres d’écrasement de l’auditeur. Il faut porter attention, rester aux aguets tout le temps que dure sa prestation.

    Avant la performance de François Bayle, nous avons eu droit à la tonitruante musique d’Adrian Moore. Composée expressément pour l’acousmonium, l’orchestre de haut-parleurs, la musique se propulse, se ballade, circule tout autour de l’auditeur. Parfois proche de ce que nous pourrions entendre sur certains jeux vidéos, la pièce Battle nous plaçait au centre d’un genre de partie de ping-pong où les haut-parleurs de gauche répondaient à ceux de droite. Amplifiant et grossissant constamment le son, Moore appuie la pédale à fond, et termine avec un immense climax dans Junky.

    Le maître français François Bayle, 81 ans, a un peu donné une petite leçon de style à ceux qui l’avaient précédé au cours du festival. Il utilise le matériel sonore qu’il crée comme un compositeur pour orchestre le ferait avec les sons des différents instruments de musique. C’est donc une œuvre parfaitement construite et élaborée, où l’on entend clairement des thèmes, leur déconstruction, leur développement. Fabuleusement luxuriante, la palette sonore de Bayle nous donne à entendre des insectes, des grincements d’arbre, de lointains échos de cris d’oiseaux, une jungle hyperactive. La richesse des textures et le raffinement de l’écriture font des œuvres de François Bayle une véritable bible de l’électroacoustique, de l’acousmatique ou comme il vous plaira de l’appeler.

    De l’oreille au XXIe siècle

    Il n’y a pas tant d’années, le consommateur se rendait dans une boutique très spécialisée, avec ses propres CD et allait écouter des amplificateurs et des haut-parleurs, tentait de faire le meilleur alliage possible et retournait chez lui avec un système de son souvent plus intéressant, quoique moins puissant, que celui de bien des salles de spectacles. Aujourd’hui, on ajoute des haut-parleurs sur l’ordinateur directement, on écoute avec casque, parfois on s’achète une station iPod, mais on se fout un peu de la qualité du son. On veut que ce soit compatible avec notre équipement informatique, sans fil et design. Les concerts d’Akousma étaient diffusés sur plus de 40 haut-parleurs de très haute qualité, par un technicien ultra-qualifié. Voilà qui réveille notre ouïe un peu paresseuse. En fait, on a soudainement l’impression que nous avons trop de choses à écouter à la fois. Ce qui confère beaucoup de pertinence à ces concerts, l’écoute étant mille fois plus riche que ce que nous pourrions avoir à la maison. De plus le compositeur est à l’œuvre, et règle à mesure les effets qu’il désire obtenir en cours de performance. De la musique enregistrée certes, mais diffusée dans un contexte exceptionnel, qui justifie amplement l’appellation contrôlée de “spectacle”.

    blogue@press-5048 press@5048
    26 October 2013
    By Fabien Deglise in Le Devoir (Québec), October 26, 2013

    Text

    “«L’électroacoustique a contribué à un énorme bouleversement. Qu’une partie de ces bouleversements soient absorbés par d’autres, médiatisés plus simplement et fassent boule de neige est une suite normale des choses.»”

    Le déterminisme, c’est aussi ça: né à Madagascar, l’électroacousticien français François Bayle, de passage cette semaine à Montréal pour le 10e festival des musiques numériques immersives, Akousma, a passé son enfance sur cette île de l’océan Indien, dans un environnement hostile où de la sensibilité aux sons autour de lui a dépendu pendant longtemps sa survie. «Le son est porteur de signification, lance-t-il. Dans un monde sauvage, cette signification est cruciale. Il faut la rechercher dans les moindres recoins, dans toutes les intensités, y compris les moins perceptibles, comme dans le mouvement d’un serpent, la vibration d’un insecte. C’est une question de survie.»

    Ceci explique un peu cela, mais également l’obsession de ce créateur d’envergure pour le détail, la complexité des assemblages sonores qui, au final, font toujours plus ou moins apparaître un peu la densité d’une forêt tropicale, la dureté de la nature, la complexité de l’adaptation aux éléments, mais également la poésie qui peut finir par se dégager de tout ça. «Ce sont des choses qui habitent ma pensée, tout cela nourrit les orages électriques qui forment cette pensée, pensée que j’essaye de mettre en phrase dans ma musique», ajoute l’artiste hors norme qui célèbre en 2013 le demi-siècle d’une carrière sonore, prospective, exploratoire et expérimentale particulièrement prolifique dans l’univers de l’acousmatique.

    Si loin, si proche

    Ce champ de l’expression artistique, avec ses modulations de fréquences électriques, ses sons de synthèse qui cherchent organiquement, dans un chaos apparent, à atteindre des points mélodiques, est à des années-lumière des tonalités musicales qui alimentent, avec leur paradoxale vacuité, les palmarès populaires. Mais il n’en est pas totalement déconnecté.

    L’écoute de 50 ans d’acousmatique, un coffret qui réunit en 15 albums et près d’une centaine de compositions cinq décennies de création de Bayle, ce pilier du Groupe de recherches musicales (GRM) de Pierre Schaeffer et élève de Karlheinz Stockhausen, en laisse entendre plusieurs preuves. Par fragments. Et ce, en laissant échapper ici une boucle sonore datant des années 60, un rythme des années 70, l’étrangeté d’une modulation datée de 1980, dont on trouve aujourd’hui plusieurs résonances dans des pièces musicales pop-électro contemporaines et grand public.

    Assis dans le petit salon feutré d’une auberge montréalaise, lui-même bercé par les sons de ville assourdis par une large baie vitrée, le compositeur ne s’en étonne pas, même si, dit-il, tous ces «succédanés» présents dans le corpus pop adulte-contemporain de ses explorations sonores passées ne l’intéressent pas vraiment. «Il faut des premiers, des explorateurs, qui finissent par baliser et aménager un territoire, lance-t-il. L’électroacoustique s’adresse à l’oreille naturelle en passant par des moyens techniques qui ne le sont pas. La finesse du matériau qui en découle touche davantage notre pensée et prouve en même temps que l’homme est capable de faire des choses extraordinairement inhumaines. L’électroacoustique a contribué à un énorme bouleversement. Qu’une partie de ces bouleversements soient absorbés par d’autres, médiatisés plus simplement et fassent boule de neige est une suite normale des choses.»

    Et il ajoute: «Nos avancées sont discrètes. Leur média à eux est plus puissant. Il pollue plus que nous.» Et du coup, on y fait plus attention.

    Écouter Bayle aujourd’hui permettrait donc de soupçonner un peu les lignes sonores des Bieber, Madonna, Timberlake, Lady Gaga et Marie-Mai de demain, mais également de se frotter à un compositeur qui, dans son hermétisme créatif, n’arrive pas vraiment à envisager cette contribution. «Les sonorités que l’on fait émerger créent un domaine public, c’est une évidence. Mais on n’a pas conscience de ce que l’on fait, ni de ce que cela va devenir.» Et ce n’est peut-être pas plus mal ainsi.

    Bruissement de violon et hommage à Stockhausen

    Il se défend, modestement, d’en être le géniteur, mais tout le monde autour de lui ne cesse de le répéter: le principe de l’Acousmonium, cet orchestre de haut-parleurs visant à rendre justice, sur scène, aux compositions électroacoustiques, c’est François Bayle qui est derrière. «Cette recherche de l’immersion dans le son, d’autres l’ont menée avant moi, tient-il à préciser. Je n’ai rien fait de plus que de poursuivre ce qui avait été fait, en mettant beaucoup de haut-parleurs dans un grand espace pour obtenir, dans un contexte d’écoute en groupe, dans une salle, cette immersion que nous avions en studio.»

    L’idée s’est cristallisée quelque part en 1974. Elle va s’incarner à nouveau samedi soir sur la scène de l’Usine C à Montréal, où le compositeur se prépare à présenter deux de ses créations: Les couleurs de la nuit, imaginée dans l’urgence en 1982 et dont il va offrir une version inédite retravaillée l’an dernier. Présentée comme un «bruissement violonistique», l’œuvre va côtoyer Univers nerveux, composition qui rend hommage à Karlheinz Stockhausen, compositeur allemand qui a guidé Bayle dans ses premières explorations sonores.

    Le créateur face à sa création

    De passage à Montréal, l’électroacousticien François Bayle, 81 ans, revient dans cette balado -- https://soundcloud.com/lesmutationstranquilles/rencontre-avec-franc-ois-bayle -- sur l’origine de son inspiration et parle de ses premières notes, de l’Acousmoniun (l’orchestre de haut-parleurs), de sa musique intérieure, de la scène électroacoustique de Montréal, des liens entre l’acousmatique et la variété et de ce qu’il ferait aujourd’hui s’il avait 20 ans.

    blogue@press-5010 press@5010
    20 October 2013
    By Alain Brunet in La Presse (Québec), October 20, 2013

    Text

    “Je me définis souvent comme une sorte de techno-symphoniste…”

    Akousma, qui se tiendra (surtout) à l’Usine C du 23 au 26 octobre prochains, demeure le plus pointu des festivals montréalais associés de près aux musiques électroniques et leur périphérie. Certains de ses créateurs invités, pourtant, sont à l’origine de toutes les pratiques créatrices sur ce territoire infini.

    Prenons l’exemple de l’électroacousticien français François Bayle, 81 ans, qui fut l’élève des compositeurs Olivier Messiaen, Pierre Schaeffer et Karlheinz Stockhausen et qui fut un membre incontournable du fameux Groupe de recherches musicales (GRM).

    Toujours alerte, la réplique généreuse et concise, Bayle est le doyen du prochain Akousma. Il y présentera deux œuvres à l’Usine C, sans compter une escale au Conservatoire de musique de Montréal où il se prêtera à une séance d’écoute et de discussion autour de sa musique — que résume d’ailleurs un superbe coffret de 15 CD: François Bayle: 50 ans d’acousmatique, sous l’étiquette de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina).

    «Au fil des décennies, pose fièrement le musicien, cette pratique est entrée par tous les orifices de l’immeuble: porte, fenêtre, soupirail… La caractéristique propre de l’électroacoustique est d’avoir été associée à la musique contemporaine, ce qui n’est pas forcément une bonne chose… En tout cas, c’est notre histoire.»

    Le point de l’âge

    Inutile de souligner que l’octogénaire n’est plus au stade des bouleversements conceptuels.

    «Je suis marqué par mon âge, je reste dans une tradition. Au fond, j’essaie de m’inscrire dans une ligne qui part de notre ancêtre Edgard Varèse et qui, à travers Messiaen et Stockhausen, a mené à l’ouverture musicale vers cette «utopie spatiale». Dans mon cas, s’ajoute une caractéristique: je ne peux pas rompre avec l’oreille harmonique.»

    En cela, François Bayle signifie le refus d’exclure les notions d’harmonie ou mélodie de sa palette sonore. «Ma musique, soulève-t-il, est à la fois harmonique et électroacoustique. Je me définis souvent comme une sorte de techno-symphoniste en ce sens; je maintiens certains éléments du passé et j’y tiens beaucoup. Sinon, on se retrouve dans des musiques d’audition froide et grise.»

    Instrumentalisation

    Autre spécificité du compositeur: son rapport physique à la création électroacoustique.

    «Pour ce, j’utilise les ressources informatiques du traitement manuel: joystick, table graphique, crayon qui bouge sur une surface. Mes sons sont engendrés et transformés par des gestes manuels et non par l’activation de programmes informatiques. Hand made! Pour moi, c’est ce qui éveille ma surprise auditive. Ce qui m’excite, ce qui me donne envie de chercher et de trouver. Si je ne suis pas engagé physiquement, je reste froid. Il y a toujours un logiciel dans l’affaire, remarquez, mais il faut une terminaison nerveuse. Je crois à l’intelligence des mains.»

    En ce qui a trait à la diffusion de son travail, l’engagement physique est presque inexistant: le compositeur diffuse sa musique «en octophonie, c’est-à-dire en quadruple stéréophonie, espace étagé qui occupe le volume complet de la salle». Ce travail s’inscrit dans une pratique acousmatique, c’est-à-dire affranchie d’une intervention active de son créateur devant public — sauf les manipulations nécessaires à sa diffusion.

    À la recherche d’un public

    François Bayle dit venir présenter son travail au Québec pour la quatrième fois quatre décennies. Et il gagne toujours à être connu… ce qui l’agace visiblement.

    «Notre milieu, résume-t-il, a suscité beaucoup d’enthousiasme à ses débuts et s’est heurté progressivement à la généralisation d’outils qui étaient autrefois l’apanage de la musique électroacoustique; par la suite, plusieurs jeunes compositeurs n’y ont pas apporté leur énergie. La musique contemporaine, d’autre part, en a freiné l’invasion, l’a souvent vue d’un mauvais œil. Cet antagonisme est désuet, inutile.

    «Pourquoi, s’interroge le vétéran, les festivals électroacoustiques sont aujourd’hui les plus petits alors qu’ils furent les premiers, les plus forts et les plus riches? Ça me déçoit un peu. Mais ce n’est pas la faute de leurs organisateurs extrêmement dévoués, ni de leurs compositeurs inspirés. Le problème est d’un autre ordre. Le problème est social. Avec l’arrivée des moyens numériques faciles et légers, on ne trouve plus le temps de lire ou même d’aller au cinéma! Mais ça ne fait rien, il faut résister… tout en se réjouissant de la croissance phénoménale de la création musicale liée à l’électronique.»


    Dans le cadre du festival Akousma, François Bayle participera à une session d’écoute et de discussion le 25 octobre, 17 h, au Conservatoire de musique de Montréal. Il diffusera ses œuvres Les couleurs de la nuit (1986, 2012, stéréophonie) et Univers nerveux (2006, octophonie) le 26 octobre, 20h, à l’Usine C. Info: akousma.ca

    blogue@press-5011 press@5011

    Other texts in

    • La revue des ressources, April 17, 2017
      “Le haut-parleur, l’espace, la lumière…”